Comment casser un pays musulman

BHL pays
Bernard-Henri Lévy admire son œuvre en Libye. D. R.

Par Bachir Medjahed – Dès lors qu’ils sont titillés sur le «sacré», les pays musulmans se plaisent à se donner en spectacle sur la scène internationale et jouent alors des pièces qui sont écrites ailleurs.

Comment casser un pays musulman ? Les puissances occidentales n’ont plus besoin de l’envahir pour y parvenir. Il suffit d’étudier leurs stratégies d’influence lors des campagnes électorales pour comprendre que ce sont les musulmans – ou plutôt les Arabes eux-mêmes – qui induisent des éléments de leur propre théâtralisation ou mise en scène. Quand des élections se tiennent, les candidats contactent les chefs de tribus, les représentants d’ethnies ou de confessions, et l’affaire est gagnée. Pour diviser ou rendre instable le pays ciblé, pour le rendre extrêmement vulnérable, détruire sa cohésion, le mener vers sa désintégration ou, à tout le moins, vers une guerre civile interminable, il n’est plus utile de l’envahir ; il suffit de manipuler les facteurs confessionnels, identitaires et ainsi le plonger dans le chaos avec l’idée qu’en réalité, il ne peut pas y avoir un chaos reconstructeur.

Ceux qui ne le subissent pas parlent de chaos constructeur, de régression féconde, le traduisent par l’expression «en chaque jour, malheur est bon» et recommandent la résignation ad vitam ad æternam. Le patriotisme communautaire est devenu suprême, au-dessus de tous les autres patriotismes. Alors, l’Etat communautaire passe avant l’Etat nation. Les pays arabes sont en train de mettre leur unité en péril.

Les désintégrations se suivent, les premières produisant inévitablement les secondes et ainsi de suite, comme la fission nucléaire qui ne s’arrête pas quand elle est amorcée. C’est comme le terrorisme ; c’est un phénomène transfrontalier. Seulement, le terrorisme ; la prospérité, par contre, se garde d’être transfrontalière.

Quelles autres menaces sont transfrontalières ? Les idées le sont, mais pas celles qui permettent l’éveil national. Les capitaux malsains le sont, ceux qui sont le produit de pillages, de corruption et, qui plus est, dans un seul sens. Les hommes le sont quand ils sont parrainés en vue d’entamer des opérations de destruction des pays musulmans ciblés et rappelons que ce ne sont pas tous les pays musulmans – ou dits arabes – qui le sont.

L’Algérie n’a bien sûr pas intérêt – vraiment aucun intérêt – à ce qu’au Mali, l’amorce du processus de désintégration de l’union nationale malienne aille jusqu’à son aboutissement, c’est-à-dire la sécession. Un dangereux précédent après le cas soudanais où la révolte du Sud contre le Nord a provoqué la perte de l’union territoriale. Le Sud Soudan s’est séparé du Nord Soudan et a acquis son indépendance. On dit que cette scission était préméditée par les colons britanniques qui géraient le Nord musulman et le Sud chrétien comme s’il s’agissait de deux peuples différents.

L’alliance opérée par le général président soudanais avec les islamistes menés par Hassan Al-Tourabi avait davantage encouragé le Sud chrétien à se révolter contre la volonté du Nord islamiste à imposer la charia au Sud chrétien. Une telle révolte face à un processus de déculturation, soit un génocide culturel et confessionnel annoncé, ne pouvait que mener à la séparation.

L’Afrique connaît en la matière une effervescence tournante. Pratiquement, l’Afrique est approchée sous l’angle des confits intra-étatiques. Désormais, le monde arabe n’est pas en reste : des ethnies multiples et des confessions différentes et rendues incompatibles dans leur cohabitation au sein des pays africains. Les mêmes problèmes au sein des pays arabes.

Le Liban n’est pas près de se réveiller dans l’unité, l’Irak non plus. N’oublions pas la Libye, la Somalie, la Tunisie, un début au Maroc, alors que des pays musulmans ont perdu leur unité politique, soit l’Afghanistan, le Pakistan.

L’OCI, qui regroupe les pays musulmans – alors qu’il y a des minorités non musulmanes –, la Ligue arabe – alors qu’il y a des minorités qui se disent non-Arabes –, l’UMA – mêmes remarques – sont des coquilles vides.

Certains des pays arabes, dit-on, ont pratiquement transféré leurs responsabilités de politique de défense et de politique extérieure vers les Etats-Unis. On dit même que l’abondant équipement militaire, en qualité et en quantité, acquis auprès des Etats-Unis serait du matériel pré-positionné pour servir directement aux militaires américains en cas de besoin dans la région.

Le doute est justifié compte tenu qu’il y a actuellement en cours la mise en œuvre d’une politique d’éternels affrontements entre les chiites et les sunnites, soit un affrontement que les contradictions et passions religieuses poussées à l’extrême et liées à des enjeux géopolitiques ne promettent pas de s’éteindre.

B. M.

Comment (28)

    Tredouane
    26 novembre 2018 - 18 h 19 min

    Une fois j’ai échanger des mots avec un éthnoligue occidental,il avais dit « Les ethnies auront la place qu elles revendiqueront. Le Magrebh a gardé du sens… Même si les états ou royaume gèlent les idees ethniques » et j’avais répondu « sourire,les ethnies en Europe et/ou U.S ont il été gelés par les États pour reprendre votre réflexion… » cela à tout de suite mit fin au débat,pourquoi veux t on nous manipuler ou plus précisément instrumentalisé « les éthnies » dans certaines régions du monde dit sous-développés et pas dans d’autres les régions dite développés;fragilisé le fragile et fractionné ce qui es unis.
    L’État Nation et l’État Patriote  » الدولة الوطنية و الدولة القومية deux concepts qui ne peuvent avoir une seul définition uniforme pour tous,chez nous généralement on dit ce Mr est Nationaliste et Patriote en même temps car nous n’utilisant jamais le mot en Arabe « قومي  » tout es dans les définitions qu »on donne à la traduction,certainement l’on souhaite nous attiré dans ce débat mais pour qu’elle objectif.

    1
    1
    Anonyme
    26 novembre 2018 - 10 h 26 min

    Il y a quand même quelques éléments intéressant dans cet article .
    Le premier renvoi aux dirigeants qui font tout pour diviser et cherchent leurs appuis chez les tribus, ethnies, etc. Cette même diversité ethnique « avouée » dans l’article met encore plus en exergue les contradictions de ces pays qui nient cette évidence et appliquent l’hégémonie de ce qu’est (ou qu’ils croient être) leur ethnie. Ce qui est une richesse et devrait se fondre dans la citoyenneté est nié, combattue au profit d’une nation atrophiée, voire rattachée à un référentiel étranger, voire anti-national. C’est le cas particulièrement de ce pseudo monde arabe. Je comprend le désarroi de nos compatriotes arabistes qui depuis 1962 croyait que l’Algérie était arabe, découvre que c’est une entorse à la vérité; un peu comme la détresse des colons de l’Algérie française qui ont vécu dans cette chimère pendant 132 ans.
    Nous sommes algériens, tout court, nous avons notre histoire (qui ne mentionne aucune dynastie ou gouvernants arabes depuis l’antiquité jusqu’à 1962). Nous avons nos langues ancestrale et spirituelle et une synthèse à travers la derja qui emprunte aux deux WA NBINA SALINA ALLIH.

    18
    Tin-Hinane
    26 novembre 2018 - 10 h 08 min

    L’article parle bien de ce qui se passe actuellement dans les pays arabes et africains, l’occident sioniste et sataniste a bien crée des foyers de chaos partout où il a pu le faire avec la complicité pleine et entière de pays arabes tels que: le maroc, l’arabie, saoudite, la tunisie, la jordanie sans oublier les microbes états du golfe. Quant aux égyptiens on ne sais plus trop où ils en sont dans leur complicité avec les juifs et l’occident. Mais si les occidentaux paient, achètent des traitres, manipulent et activent les dissensions existantes dans les pays arabes et musulmans c’est parce que c’est la seule stratégie qui leur reste, si l’occident n’avait pas tous ces traitres arabes à sa solde l’occident n’arriverait à rien du tout, ils ne peuvent plus aller envahir et massacrer eux mêmes comme jadis, ils n’ont plus le courage ni la force pour ça voilà la vérité. L’occident compte sur le GIA, Daesch, Elquaida pour mettre à mal les pays arabes pour qu’ils puissent les occuper, ça reste une obsession pour les occidentaux occuper les pays arabes, les arabes les obsèdent. La guerre qui nous est faite est une guerre infamante pour ceux qui la mènent, ils se sont simplement exposés au mépris mondial, quand tout sera révélé quel pays sur cette planète respectera encore l’occident. Ils ont crée le chaos certes et nous avons été malmenés c’est vrai mais ils ne gagneront jamais ces guerres ignobles pour la simple raison que quand on veut quelque chose il faut y aller soi même, les mercenaires n’ont jamais emporté de victoires, jamais. Ce qu’ils oublient c’est qu’on peut leur faire la même chose, ils ont les mêmes disparités religieuses, ethniques et la plus importante celle des différentes classes sociales. On peut également faire des manipulations chez eux, payer des traitres surtout en ce moment où règne un réel mécontentement de leurs populations face à l’installation de l’injustice sociale et de la misère. N’importe quel pays peut leur faire la même chose, qu’ils prennent garde ils sont bien plus vulnérables qu’ils ne croient.

    2
    7
    Amère Vérité
    26 novembre 2018 - 9 h 20 min

    Beaucoup de contre vérités. D’abord cette appellation de monde arabe, alors que mis à part le hijaz, ce sont des pays islamisés que l’islam politique a poussé vers l’arabisation en sacralisant cette langue et en rabaissant les langues locales. Après l’arabisation d’une grande partie des masses, ils ont falsifié l’histoire des nations et nié l’existence de ces peuples, pour terminer ils ont privilégié la qawmia au détriment de la citoyenneté et de la richesse ethnique et culturelle de ces peuples pour en faire de faux bédouins.

    Anonyme
    26 novembre 2018 - 0 h 41 min

    C’est comme en Algérie, Ils essayent de nous casser en utilisant plusieurs marteaux! Celui du berbérisme-arabisme, du térrorisme, de la multiplication des sectes (Ahmadia, Karkaria….), la multiplication des courants religieux (sunnisme chiisme, wahhabisme, athéisme, protestantisme…) en plus des électrons libres et Virus qu’ils ont formé et lâché dans la nature pour contaminer notre société qui est en pleine phase de détérioration.

    « L’utilisation du fait berbère comme facteur politique dans l’Algérie coloniale » (l’historien Mahfoud Kaddache).

    Le fait berbère qui au Maghreb et en Algérie n’échappe à personne a souvent été utilisé pour appuyer une politique de division entre les différents éléments de la population algérienne. Depuis les débuts de la conquête le particularisme berbère n’a pas cessé d’être souligné par les courants historique, sociologique, littéraire. Militaires, administrateurs, hommes politiques autant sinon plus que les hommes de sciences se sont posé des questions sur l’origine des Berbères, leurs rapports avec les Arabes et le caractère insolite de leur islamisation.
    On a même utilisé la dénomination Berbérie, finalement abandonnée car révélant maladroitement un dessein racial et politique. Les réponses données par de nombreux savants aux questions posées obéissaient souvent plus à des considérations idéologiques qu’à des préoccupations scientifiques et cherchaient plus à faire ressortir les différences entre Berbères et Arabes qu’à souligner les apports considérables et l’empreinte indélébile qui furent ceux d’une langue et d’une culture.

    L’objectif diviser pour régner apparaissait avec les premières études ; il s’agissait de ne pas courir avec le Berbère colonisé du XIXème, le risque d’un échec comme ce fut le cas avec Rome et le christianisme. Il ne fallait pas laisser le Berbère cramponné à l’Islam, ni tourné vers l’Arabe, ni vers l’arabisation……………………………………………….

    Ageron a eu bien raison d’intituler son chapitre le mythe kabyle. Le mythe a inspiré une politique ; on s’appuya sur les traditionnelles djemaas tout en cherchant à utiliser habilement les chefs ; on commença par introduire les juges de paix en Kabylie occidentale, l’administration voulut rétablir les çoffs, défendre les coutumes kabyles surtout dans la mesure où les coutumes s’opposent à la loi musulmane, il fallait respecter les kanouns, même ceux qui « sont immoraux »[9].

    Des tentatives furent faites pour franciser les noms, faciliter, populariser la naturalisation, rechercher « la fusion ethnique ». Il fallait favoriser les Kabyles, donner une place importante à la langue kabyle par l’octroi de primes substantielles aux fonctionnaires français (1882) et la construction plus intense d’écoles en Kabylie.

    On a même proposé la constitution d’un département spécial regroupant toutes les populations parlant kabyle. Si on ne le fit pas, on créa en 1898 une représentation spéciale dans les Délégations financières où la section kabyle siégeait à part de la section arabe. Les Kabyles eurent, compte tenu de leur nombre, une représentation plus importante (6 délégués kabyles contre 15 Arabes).

    On ne renonçait pas à l’application de la politique de division. Le Temps le dit clairement « la sagesse la plus élémentaire nous conseillait de maintenir, d’accroître les différences qui les séparaient des autres indigènes ».
    Bref, l’assimilation avait échoué, le fossé qui séparait les Kabyles et les Arabes paraissait comblé pour ceux qui constataient cet échec. Est-ce à dire qu’on renonçait au mythe kabyle et à une politique berbère fondée sur la distinction entre Arabes et Kabyles ? Non car « le fossé reste assez large » pour qu’un habile politique parvienne à la maintenir, au grand avantage de la domination française. « Sans éveiller le sentiment d’une nationalité kabyle qui, heureusement, n’existe pas, il faut entretenir en Kabylie l’hostilité, tout au moins, l’opposition à l’égard de l’Arabe », affirmait Charveriat…………………………………….

    Maintenant c’est surtout le MAK qui a pris la relève avec d’autres groupuscules nourris pas les sionistes.

    Merci M. Medjahed.

    6
    22
      Anonyme
      26 novembre 2018 - 8 h 06 min

       » la multiplication des courants religieux (sunnisme chiisme, wahhabisme, Athéisme, » L’athéisme est un courant religieux ? Vas te documenter au lieu de venir ici étaler tes bêtises.

      6
      2
        Anonyme
        27 novembre 2018 - 0 h 05 min

        Oui Anonyme 8h06, le fait de croire à Rien est aussi une religion qui a ses pratiques toutes Haram ou presque du point de vue de la religion de ceux qui ne croient pas au Rien…! Vous voyez, la bêtise est humaine et si le comportement n’est pas balisé par des concepts qui ne peuvent pas venir d’un humain….alors…..c’est la débandade…comme on le voit maintenant…!

        Au fait, même les philousophes ne sont pas d’accord sur la définition du néant..! Alors, si c’est le néant, qu’est- ce qu’on fait là, comment on est là et pourquoi, si on va mourir un jour…??

      Mahieddine
      26 novembre 2018 - 9 h 56 min

      Toujours à incriminer la main étrangère ou son frère, c’est pour cela que nous resterons manipulable et corvéable à merci. Non ya kho, le mal est dans nos régimes dictatoriaux et nos peuples confinés dans l’ignorance et le fatalisme. Quant à toutes ces contre-vérités sur les kabyles, c’est aussi l’oeuvre de notre régime illégitime qui ne tolère pas cette région LANCEUSE D’ALERTES.
      Que peut-on reprocher à cette kabylie, de nous apprendre que nous sommes africains, méditerranéens et non bédouin d’arabie, de nous apprendre que nous sommes entre les mains de clans illégitimes qui ne voient que leurs propres intérêts, au détriment de la nation ? Que nous avons besoin d’un état de droit et de citoyenneté, que notre histoire a été falsifiée…. comme toujours, par les puissants du moment.
      Quant au rôle de la france coloniale dans cette particularité kabyle, rien de plus faux, nous avons toujours été leurs ennemis les plus farouches et c’est eux qui ont toujours crié sur les toits que cette terre n’avait pas de peuple, qu’elle a été colonisée par les arabes et qu’ils sont venus la civiliser et en faire une terre française. D’ailleurs, alliant le geste à la parole, ils ont appelé leur administration « bureaux arabes » même dans les régions berbérophones ».
      ENFIN, arrêtons les mensonges et la falsification et revenons à une Algérie Algérienne et à une citoyenneté bien assumée, pour laquelle sont morts les meilleurs fils de cette nation, avec son histoire et son identité et que les autres nations en fassent de même, il n y a que la vérité qui est éternelle (3alaiha noor).

      7
      1
        Anonyme
        27 novembre 2018 - 0 h 11 min

        M. Mahieddine, je suis tout à fait d’accord avec vous, lorsque vous dites: « nous avons toujours été leurs ennemis les plus farouches ».
        J’ai rapporté les passages du récit « L’utilisation du fait berbère comme facteur politique dans l’Algérie coloniale » pour dire que la France a toujours joué sur la corde du berbérisme-arabisme pour diviser le peuple Algérien, et le fait encore maintenant avec la connivence de certains Kabyles (comme les makistes etc…) pour destabiliser le pays. Cependant une bonne partie des Kabyles ne sont pas tombés dans le piège de ces plans diaboliques. Je dis « Kabyle », car tout le peuple Algérien est Amazigh (à des degrés variables).

        Oui, Vive l’Algérie Algérienne.

    Ch'ha
    25 novembre 2018 - 19 h 45 min

    « La démocratie partout et toujours n’est que le paravent de la dictature juive » Louis-Ferdinand Céline, moi je dis dictature judéosioniste.

    6
    3
      Anonyme
      27 novembre 2018 - 22 h 27 min

      Ch’ha vous avez raison, le monde est mené à la baguette par les sionistes et personne ne bronche.
      Juste une petite précision le sionisme est chrétien avant qu’il ne soit juif.

      « Le conflit israélo-palestinien dépend de multiples facteurs d’ordre historique et géopolitique. En marge des puissants lobbies liés aux intérêts pétroliers et militaro-industriels des États-Unis, d’autres groupes de pression socioéconomiques et idéologiques exercent une influence déterminante sur les stratégies au Moyen-Orient. Parmi ces derniers, le sionisme chrétien assure à l’État hébreu un soutien quasi inconditionnel et des plus efficaces, et ce au nom d’une théologie à fortes implications politiques relevant du néoconservatisme. Évangélique de type pentecôtiste ou charismatique, souvent fondamentaliste, ce mouvement revêt des formes si variées et si fluctuantes qu’il existe, à en croire la spécialiste Célia Belin, « presque autant de sionismes chrétiens qu’il y a de chrétiens sionistes »…. »

      « Adeptes d’une lecture littérale de la Bible et fascinés par les prédictions apocalyptiques, les évangéliques américains ont tendance à se considérer comme le dernier bastion des témoins de Dieu dans une humanité en perdition. Ils croient la fin du monde imminente et attendent avec impatience que le Christ revienne en gloire pour juger les vivants et les morts. Parmi les signes précurseurs de cet événement, ils citent non seulement les catastrophes naturelles et sociales de notre temps, mais aussi et surtout le regroupement du « peuple élu » sur la «T erre promise » et l’amorce d’un courant de conversion à Jésus parmi les Juifs. La création de l’État hébreu en 1948 et l’apparition d’un christianisme messianique juif prouvent, à leurs yeux, que les ultimes desseins de Dieu sont en train de s’accomplir selon les Écritures.
      D’où, pour les sionistes chrétiens, l’impératif devoir de collaborer activement au programme divin visant à restaurer Israël en Palestine. Le sionisme chrétien a pris forme avant le sionisme politique moderne lancé par Theodor Herzel…… »

      « les Juifs installés aux États-Unis n’ont accueilli qu’avec réticence les perspectives politiques du sionisme juif au départ, ont eu tendance à s’intéresser davantage aux luttes sociales qu’aux questions ethno-religieuses, et beaucoup d’entre eux restent réservés sur les positions inflexibles de l’État hébreu face aux Palestiniens et aux autres protagonistes des conflits du Moyen- Orient. Pour réelle qu’elle soit, leur solidarité avec Israël n’est pas inconditionnelle comme celle de la plupart des sionistes chrétiens, et leur influence politique est nettement moindre. Les évangéliques ont, par contre, un poids démographique et politique prépondérant aux États-Unis. Ils représentent près du tiers de la population – soit autour de 90 millions de personnes, pro-israéliennes par motivation religieuse à 50%, et sionistes entre 20 et 25%. Partageant assez largement les idées conservatrices communes dans la Bilble Belt du Sud et du Moyen-Ouest, ils forment une proportion significative du parti républicain et disposent d’une force électorale conséquente… »

      « Leurs télévangélistes sont à la tête d’un empire audiovisuel d’une incomparable puissance médiatique et financière. Des mécanismes de collecte performants permettent aux Églises et autres organisations évangéliques de drainer des fonds considérables pour les causes qu’elles défendent, et notamment pour Israël. Aussi n’est-il pas surprenant que le ralliement d’une partie croissante de la mouvance évangélique à la cause d’Israël soit considéré comme particulièrement précieux par les leaders de l’État hébreu : face aux adversaires arabes, l’alliance judéo-chrétienne s’impose en dépit de ses ambiguïtés. »

      « Au plan religieux, le sionisme chrétien partage avec les évangéliques la volonté de conquérir le monde à Jésus-Christ. Mais ce projet, autrefois en butte au communisme, est maintenant concurrencé par l’islam indûment identifié à l’islamisme. La « guerre mondiale contre la terreur islamiste » déclarée par Georges Bush après l’attentat contre le World Trade Center en 2001 traduit un antagonisme frontal irréductible. Avec le judaïsme et le christianisme, c’est tout l’Occident qui risque d’être submergé par la barbarie islamiste qu’un complot mondial est censé vouloir instaurer. L’Antéchrist a changé de visage : ce ne sont plus les armées soviétiques à la solde de l’athéisme qui sont les suppôts du diable, mais Al-Qaïda, le Hezbollah, le Hamas, et l’Iran. …Les sionistes chrétiens sont parmi les plus zélés des dizaines de milliers de missionnaires évangéliques qui, à travers le monde, prêchent la « croisade » en mêlant gloire de Dieu et hégémonie américaine. »

      « Wa 9ol Rabbi Zidni 3ilma »

    Anonyme
    25 novembre 2018 - 16 h 37 min

    Je crains que vous n’ayez pas bien saisi qui était BHL. Il est une pièce du puzzle sioniste qui dirige la France. Ce n’est sûrement pas un électron libre. Agent informel du Mossad, comme tant d’autres, il fait régner la pluie et le beau temps sur les médias. Il est couvert par le gouvernement israélien qui sait parfaitement qu’aucun politique français n’osera rien contre lui ; bien au contraire. Ils se précipitent tous au dîner du CRIF, de peur d’être mis en difficulté aux futures élections. Les tartes à la crème ridiculisent tout au plus, mais personne ne prend le risque d’aller plus loin.Les sionistes sont une toile d’araignée qui détient tous les leviers du pouvoir en France, comme aux Etats-Unis et ailleurs.BHL a de beaux jours devant, il ne risque rien ; il est protégé par Israël et par les autorités françaises. Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles. le vrai problème pour l’Occident n’est pas l’islam, mais le sionisme. Depuis cent ans environ, les juifs sionistes ont mis au point un plan machiavélique consistant à créer d’abord l’ Etat juif sur les décombres de la shoah. Il ne faut pas perdre de vue que si la Première Guerre mondiale a duré quatre ans et fait douze millions de morts et deux fois plus de blessés et dhandicapés, c’est en partie la faute des sionistes. La guerre aurait pu prendre fin en 1916, comme le souhaitait le kaiser Guillaume II. Les Britanniques, conscients de la boucherie qui avait lieu en Europe finirent par écouter les arguments du Congrès mondial sioniste promettant au Royaume-Uni l’entrée en guerre des Etats-Unis aux côtés de l’Entente (France, RU, Russie) contre la promesse de la création d’un Etat juif en Palestine. Ce fut la fameuse « déclaration Balfour ». La suite vous la connaissez. Ensuite, ne jamais oublier que ces guerres, le bolchévisme et le nazisme ont été, en partie, financés par les Rothschild et autres Rockfeller, Warburg et Lehmann. Les accords passés entre Hitler et une partie du congrès sioniste ont abouti à L’Accord de transfert, devant permettre l’évacuation des juifs allemands en Palestine : il fallait bien pouvoir justifier la création de l’Etat juif par le nombre… En juillet 1938, eut lieu la Conférence d’Evian, à l’initiative de Roosevelt, alors président des Etats-Unis depuis 1932, dont le but était d’inviter les pays du monde à accueillir les juifs du III ème Reich. Cette conférence fut un échec du fait de la mauvaise volonté des grandes puissances, mais aussi du Congrès sioniste qui a tout fait pour que le projet n’aboutisse pas. Tous les juifs allemands ou autrichiens qui auraient été accueillis dans d’autres pays étaient autant de juifs perdus pour la Palestine, ce qui retardait le projet sioniste.

    13
    2
    Iwen
    25 novembre 2018 - 16 h 09 min

    Tout le secret de la bonne propagande réside dans le fait que toutes les télés du monde (Africano-Arabes)sont tournés vers le cinéma occidentales ou ses télévisions !

    C’est quoi la force d’une propagande si ce n’est les livres ou le petit et le grand écran !

    Entre un film Français (ou Hollywoodien !) ou un épisode qui raconte les mésaventures de lala fatma dans sa cuisine, c’est quoi que vous allez regarder en premier ?

    Dis moi ou tu veux aller en vacance et je te dirais quel pays a le plus d’influence sur toi !

    8
    2
    Vroum Vroum 😤..
    25 novembre 2018 - 16 h 06 min

    Très bon article clairevoyant avec de la profondeur..et je le redis , les Usa Israël Otan Gb..sont dans leur rôle celui d’affaiblir ou désintégrer le Monde Musulman de l’intérieur , trouver les failles et les exploiter , ce principe a été exploité après études et analyses des Britanniques pour détruire le Califat islamique Ottoman de l’intérieur et à ce sujet l’élément perturbateur localisé fut l’idéologie Wahabite , les Britanniques ont visé juste..on connaît la suite . .Le même principe fut réactualisé pour l’opération « Printemps Arabes  » après que la propagande Wahabite fut exportée par les Saouds et que celle-ci fut à son apogée..il n’y eu aucune difficulté aux USA Otan Sioniste Gb Israël avec l’aide de Monarchies du golfe Wahabites et leurs Chouyoukhs à canaliser les Islamistes Frères Musulman du Djihad Wahabites dans des déstabilisation de Pays Musulmans ciblés dans l’intérêt des Commanditaires..Deux objectifs convergent et se croisent , l’un Occidental (Dirigeants) dont le but est le Chaos et le deuxième , Islamistes Frères Musulmans celui de Construction du Califat , renverser les Pouvoirs en place et y installer des « Doulas Islamya « …un plan foirreux !!..Donc voilà comment les Analystes de Usa Gb OTAN Israël ont ciblé le virus Islamistes Wahabites à l’intérieur même du Monde Musulman et utiliser ce Virus pour affaiblir ou détruire cet Ensemble par lui même …Le même principe utilisé à l’époque Ottomane par les Britanniques..avec leur appat , une carotte !!..et l’âne est connu !

    6
    2
    karimdz
    25 novembre 2018 - 12 h 46 min

    Diviser pour régner a toujours été la politique des états occupants. Ces pays n’en sont pas moins diversifiés ethniquement, religieusement, mais ils ont trouvé une parade pour unir tout ce monde, la démocratie, qui en réalité, n’est qu’une façade pour maintenir le système en place.

    Les criminels colonialistes ont tout planifié dans le passé, ils ont créé des bombes à retardement, en découpant à leur guise les cartes géographiques, exemple le koweit faisait partie de l Irak, il est devenu par la suite le casus belli pour envahir ce pays, les pays africains sont divisés de telle manière qu’ils regroupent plusieurs ethnies pour y maintenir une certaine instabilité, les regimes sont dictatoriaux, et sont placés et défaits par les anciennes puissances coloniales pour préserver leurs intérêts.

    Ces criminels qui plus est, ont depuis le 11 septembre 2001, créé le terrorisme musulman, pour affaiblir certains pays, semer le chaos, redistribuer les cartes, et faire main basse sur le pétrole et le gaz. Le terrorisme islamique, est même devenu une arme contre leur propre opinion publique, pour les détourner de leurs vrais problèmes, et maintenir le système en place.

    Les musulmans en tant que peuple, doivent ouvrir leurs yeux, et je suis convaincu que c’est le cas d’une grande partie, sur le projet machiavélique des sionistes qui tentent de nous dresser. Je suis sunnite, je ne considère pas les chiites comme mes ennemis. Tous les musulmans forment une communauté et sont frères en religion, ils doivent pouvoir transcender leurs problèmes et privilégier tout ce qui les unit et mener ensemble des projets bénéfiques à tous.

    Bien entendu il y a des régimes qui font obstacles à cette unité, les monarchies sionistes du golf et de sa médiocrité mimi 6 pour ne pas les citer, car ils complotent contre la volonté de leur peuple, avec les ennemis déclarés de l’islam. Il y a aussi des présidents qui par leur aveuglement ont contribué à faciliter le projet sioniste, exemple, feu Sadam Hussein, qui après avoir fait le jeu des américains pour s’attaquer et affaiblir l’Iran, a finit pas tomber dans le piège du Koweit, précipitant son pays, son peuple dans le chaos, et sa chute.

    Force est de constater que le monde musulman est très divisé, et dans une situation instable. Pendant ce temps là, des peuples musulmans souffrent, Palestine, moyen orient, sahel, birmanie, région Ouighoure… Alors que le monde musulman, compte plusieurs centaines de millions d individus, concentre les plus grandes richesses, et pourrait constituer une des forces militaires des plus puissantes.

    Tout est fait pour maintenir les pays musulmans en retard sur le plan du développement économique, technologique, et les rendre dépendants et vulnérables, et s’ils malgré tout, ils parviennent, alors ils deviennent dangereux pour l’occident.

    Les hommes providentiels dans chacun de ce pays qui décideraient de changer la donne, ne se sont pas encore manifestés, peut être faudra t il attendre l’avénement du Mahdi.

    7
    6
    1commentaire
    25 novembre 2018 - 10 h 24 min

    C’est pour cette raison que l’Iran a proposé aux pays musulman de s’unir contre le grand Axe du Mal que représente les usa Israël et bien d’autres car leurs stratégie à terme ces de mettre a genoux les musulmans,malgré nos divisions ils réussirons jamais face à l’adversité les musulmans savent dire présent

    11
    8
    Anonyme
    25 novembre 2018 - 10 h 00 min

    BHL aux Israéliens: il ne faut pas avoir peur du printemps arabe ! J’entends dire, ici ou là, qu’Israël serait « inquiet » du vent de démocratie qui souffle sur le monde arabe.Je conçois cette inquiétude.
    Je sais comment, dans deux cas au moins, celui de l’Algérie de 1991, puis de Gaza en 2006, des libres élections ont pu accoucher du pire. Je n’imagine pas un Israël qui, seul parmi les grandes démocraties, s’enfermerait dans je ne sais quelle réserve et nourrirait le soupçon (car Dieu sait si la rumeur, les théories du complot, donc le soupçon, courent vite dans cette région du monde !) d’avoir, par crainte d’un futur incertain, joué le mauvais camp et – impardonnable faute dans l’univers impitoyable de la realpolitik… – pris le parti des vaincus Quel que soit l’ordre qui, en Libye, succédera au désordre et à l’arbitraire en vigueur jusqu’ici, quel que soit le taux de rémanence d’un antisémitisme dont le régime a matraqué les slogans et diffusé la littérature (« Les protocoles des sages de Sion », best-seller dans toutes les librairies…) pendant ces longues et lourdes décennies, je trouve qu’on a la mémoire étrangement courte : car enfin peut-il y avoir pire solution, pour Israël, qu’un Kadhafi qui a financé le terrorisme, fait sauter des synagogues, donné asile ou distinctions aux plus infects négationnistes et qui, récemment encore, alors qu’on le prétendait assagi, a multiplié les provocations et les menaces (entre mille, l’épisode du nouveau bateau pour Gaza envoyé, le 10 juillet, « venger » la « flottille humanitaire » turque ; puis, le mois suivant, en ouverture du sommet de l’Union africaine à Tripoli, le discours où le Guide tonnait que les Israéliens formaient « un gang », qu’ils étaient « derrière tous les maux de l’Afrique » et qu’il fallait, d’urgence, et de force, fermer « leurs ambassades ») ?
    D’autant que ces révolutions arabes ont d’ores et déjà produit un autre effet encore au moins aussi important, à terme, que l’éventuelle récupération du mouvement par un Iran dont rien n’interdit, soit dit en passant, à la guerre géopolitique comme à la guerre géopolitique, de contrer sans tarder les menées : voilà des hommes sous la botte et soumis, depuis quarante-deux ans, au pilonnage de la désinformation meurtrière ; voilà des peuples que l’on avait convaincus, donc, que tous les malheurs du monde venaient d’un Israël méthodiquement diabolisé ; et les voilà, ces peuples, qui découvrent qu’ils avaient un autre adversaire, infiniment plus redoutable, qui avait le visage de leur Etat et de sa sauvagerie mercenaire.

    D’autant que ces révolutions arabes ont d’ores et déjà produit un autre effet encore au moins aussi important, à terme, que l’éventuelle récupération du mouvement par un Iran dont rien n’interdit, soit dit en passant, à la guerre géopolitique comme à la guerre géopolitique, de contrer sans tarder les menées : voilà des hommes sous la botte et soumis, depuis quarante-deux ans, au pilonnage de la désinformation meurtrière ; voilà des peuples que l’on avait convaincus, donc, que tous les malheurs du monde venaient d’un Israël méthodiquement diabolisé ; et les voilà, ces peuples, qui découvrent qu’ils avaient un autre adversaire, infiniment plus redoutable, qui avait le visage de leur Etat et de sa sauvagerie mercenaire.

    7
    7
    Anonyme
    25 novembre 2018 - 9 h 50 min

    La destruction du monde musulman et l’assassinat d’Arabes a rapporté une fortune au charlatan-philosophe Bernard-Henri Lévy. L’ennemi déclaré des nations progressistes arabes a aujourd’hui tellement d’argent qu’il ne sait pas quoi en faire. Connu pour ses goûts du luxe, l’allié objectif des groupes terroristes islamistes s’était mis au lendemain du «printemps arabe», dont il a sans relâche fait la promotion, à acheter avec une grande frénésie des maisons de maître un peu partout dans le monde.
    Mais au bout d’un certain temps, il s’est rendu compte qu’il en avait trop. Le «spin doctor» de Nicolas Sarkozy, dont la guerre contre la Libye en 2011 a déstabilisé durablement le Maghreb et le Sahel, se plaint même de ne pas pouvoir en jouir pleinement.

    12
    8
    Brahms
    25 novembre 2018 - 9 h 16 min

    Les musulmans font tout à l’envers. Ils donnent toujours le bâton pour se faire battre, à croire qu’ils aiment ça. Le catholique et les juifs sont ensemble, ils marchent main dans la main et la culture musulmane, ils disent que beurk. L’arabe ou maghrébin est identifié à un terroriste, délinquant, voleur, escroc, feignant, fraudeur ne voulant que faire des actes délictueux. Il y a également les insultes : bico, bougnoule, melon donc les catholiques comme les juifs ne viennent chercher que ce qui les intéressent pour prospérer à savoir l’argent, la force de travail des individus et les matières premières, c’est tout. Il n’y a que ces trois choses, là. Le reste, ils n’en veulent pas. Mettez vous ça bien dans le crâne. Par contre, essayez de faire comme Bernard Henri Levy, en faisant ce qu’il a fait en France ou en Israël, vous seriez immédiatement abattu comme du gibier. C’est ça la différence, eux ils peuvent faire la loi chez vous mais le
    musulman jamais de la vie. Ne dormez jamais avec eux car ce sont des gens très redoutable (catholique – juif). Le musulman a perdu son honneur, son estime, sa classe dès qu’ils ont pu prendre Saddam Hussein, le jour de l’Aïd et trainer dans la boue Kadhafi. On ne fait jamais ça, à 2 présidents de la République, ce sont de très graves insultes, il n’y a pas plus bas.

    14
    9
    Anonyme
    25 novembre 2018 - 8 h 57 min

    Un pays musulman est cassé avant d’etre cassé .Revendiquer une religion comme fondement d’un Etat est une négation en soi.Les ingrédients « du cassé » sont déjà réunis dès le départ, pas besoin d’intervention extérieurs pour enclencher le processus de la désintégration .

    21
    6
      Ch'ha
      25 novembre 2018 - 19 h 36 min

      @Anonyme 8h57
      La Russie est un État Orthodoxe est-elle cassée en soi ?!!

      2
      5
        Anonyme
        25 novembre 2018 - 21 h 10 min

        L’orthodoxie n’est pas la religion de l’Etat russe .Comme les USA sont protestant ,la Chine bouddhiste etc…Dans ces pays la religion n’a rien à voir avec l’Etat .

        4
        1
    Abou tamtam
    25 novembre 2018 - 8 h 46 min

    D’où une très grande vigilance vis à vis du pak et de certaines personnes qui se sont introduites dans le foot algériens avec un agenda bien spécial; mettre le feu dans certaines régions du pays.

    12
    6
    Zaatar
    25 novembre 2018 - 7 h 31 min

    Ah bon? Donc tout le monde sait comment casser un pays musulman. La procédure est connue de tous… même des musulmans qui seront cassés. Et pourquoi ne prennent ils pas alors leurs précautions? … C’est comme aux échecs alors, on joue contre un super joueur, qui vous dit ce qu’il va faire à chaque fois qu’il joue un coup, qui vous montre votre coup de parade et finira par vous battre quand même… que reste t’il alors? On sait qu’on va nous casser, on sait comment on va nous casser et on nous casse quand même… faut être vraiment fortiche.

    12
    5
    Les colons intérieurs
    25 novembre 2018 - 7 h 01 min

    L’Algérie arabe est la secession entre l’identité ancestrale et le peuple ce qui permet la colonisation intérieure

    13
    4
    jughurta
    25 novembre 2018 - 6 h 48 min

    Amar ghoul ( que je surnomme « la petite moustache ») vient encore d’ employer le mot « maghrib » pour désigner les marocains. Pouvez faire passer le message à ces fucking politiciens bête à manger du foin d’ arrêter de prononcer le mot  » maghrib » pour désigner les marocains ? Le mot maghrib désigne le maghreb et donc les maghrébins. Il y aurais t’ il que les marocains qui serais Maghrébins ???? Ces têtes de politiciens je ne peux plus me les sentir. Appelez les par le nom de leur pays comme il se fait pour tout les pays du monde ! Ce ghoul est vraiment … ! Ça a l’ air de rien mais c’ est très important.

    15
    8
      Anonyme
      25 novembre 2018 - 11 h 44 min

      L’appellation « maghrib » est le nom qu’on donné les envahisseurs arabe à l’Afrique du nord qui veut dire « contrés du soleil couchant »

      9
      4
      Anonyme
      25 novembre 2018 - 18 h 10 min

      Même chose pour le terme  » berbère » qu’ils emploient à tout bout de champs là où nous disons simplement kabyle, chaoui, mozabite, touareg, chenoui. Pour un étranger anglophone, Berbère=marocain, rien d’autre. Pour un touriste étranger, les Berbères, c’est cette troupe folkorique ouest africaine couverte de bijoux d’argent sur le front qu’on présente à leurs yeux éblouis.

      Du coup ça leur permet de voler le prestige des Berbères algériens: ainsi Kahina la reine berbère, Koceila le chef berbère etc..sont constamment cités sur les sites marocains sans que jamais leur origine algérienne ne soit mentionnée; du coup nos personnages illustres passent pour des natifs du maroc sous prétexte de flou artistique berbère commun.

      Et pendant qu’ils y sont, ils « empruntent » encore à notre histoire en prétendant qu’ils ont tellement eu à lutter pour la reconnaissance de leur identité alors que moi jusqu’aux manifs du Hirak au Rif cette année, et ce pour des raisons matérielles, je n’ai jamais entendu parler de manifs, de grèves ou autres luttes de la part des Berbères marocains pour leur langue ces cinquante dernières années.
      Quant au mot maghreb, maghrébin, effectivement ils  » connotent » plus « marocain » qu’autre chose. Un Algérien se dit toujours algérien, un marocain cherche toujours à semer le doute en se disant Maghrébin, histoire de s’accrocher au wagon Algérie plus prestigieux. Mais attention, hein, Ibn Battouta, leur unique personnage célèbre, lui est toujours mentionné comme un marocain-originaire-de-Tanger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.