Enjeu de pouvoir

islamiste
L’islamisme a commencé «petit» puis a été toléré puis encouragé. New Press

Par Bachir Medjahed – L’islamisme a commencé «petit» puis a été toléré puis encouragé car instrumenté par les différents pouvoirs successifs au nom d’enjeux de pouvoir, toujours d’enjeux de pouvoir, avant que ces derniers ne s’aperçoivent qu’ils ont perdu tout contrôle sur ce qui n’est plus un phénomène, mais sur ce qui est devenu plutôt une réalité.

Tenter de résoudre le problème que pose ce qui est devenu une réalité sociale exclusivement par l’instrument militaire ne comporte visiblement pas les éléments d’un succès qui soit en conformité avec l’objectif.

Une réalité ? Quelles réponses donner aux quelques questions suivantes ? Pourquoi dans tous les pays arabes n’émerge-t-il de façon hégémonique que l’islamisme politique dans toutes ses composantes lorsque les élections sont libres ? Pourquoi les dites «révolutions» qui ne sont jamais initiées par les islamistes sont toujours récupérées par ces derniers ? C’est également le cas en Algérie avec la «révolution» d’octobre 1988. Pourquoi les insurrections contre les gouvernants en place amènent-ils l’élargissement des islamistes nationalistes ou «oummistes» et leur rapide montée en puissance dans la conduite des «combats» ? Pourquoi dans les guerres civiles, c’est l’intervention de l’armée qui empêche l’effondrement des pouvoirs visibles en place en faveur des islamistes ? Il serait incorrect de parler d’effondrement des institutions car si celles-ci existaient, il n’y aurait pas d’insurrection ni de guerre civile. L’accès au pouvoir se serait fait sur la base de la citoyenneté et non de l’appartenance à une communauté, à l’ethnie, à la religion.

Quand bien même certains voudraient faire accréditer la thèse que le terrorisme est un phénomène, il faudrait tenir compte que son caractère durable et proliférant en fait pratiquement une réalité qu’on redoute de qualifier de sociale, car, malheureusement, les officiels qui affirment sans cesse que le terrorisme est un phénomène étranger à notre société n’apportent rien de positif sur sa connaissance, à part qu’ils incitent à faire l’économie de son étude.

Ceux-là se placent dans la ligne de ceux qui, au dernier séminaire sur la pensée islamique tenu en mai 1990 à Alger, avaient condamné à mort les sciences sociales pour la raison qu’elles utilisent les instruments d’analyse occidentaux pour expliquer l’islam et les musulmans.

B. M.

Comment (21)

    Iwen
    1 décembre 2018 - 12 h 55 min

    Si ces barbus sont de véritables hommes, ils devront, s’ils veulent impressionner leurs frères, aller avec pelles et pioche dans le désert Algérien et prendre possession du reste des terres qui sont encore vierge(pour le coup, elles sont vraiment VIERGES, eux qui cherchent des vierges pour salut ! je m’engage à fournir de l’argent pour l’achat du ciment et du sable(Oui, je sais, c’est un peu idiot de donner du sable alors qu’on est dans le .. .Sahara et que ce n’est pas le sable qui manque !
    S’ils veulent une société religieuse qui leurs ressemblent, ils n’ont qu’à aller construire cette ville des lumières dans le désert à l’abri des infidèles et quiconque voudrait venir, saura à ce moment là, que cete ville et une ville religieuse et à ce moment là, ils auront raison d’exiger le respect des coutumes et usages dans cette nouvelle ville.
    Et dans le même temps, nos frontières seront surveillés et notre pays sera habité dans ses moindres recoins et dans le même temps, ces derniers seront les égales des  » MORMONS » et « QUAKER’S » et autres Amych’s !! qui eux, vivent à l’écart des sociétés qu’ils jugent pervers et donc, ils ont créés un système loins de la perversité des villes et de la consommation à tout va !

    Et surtout, Ils ont le courage de dire stop on s’en éloigne de cette société qui nous ne ressemble pas !

    El Che
    29 novembre 2018 - 12 h 44 min

    @ anonyme: vous ignorez l’essentiel et vous vous focalisez sur les apparence. Vous fuyez le debat en me jugeant et en me taxant d’islamiste. Et bien que je ne sois pas islamiste, je ne considere pas les islamistes comme une peste. La peste se sont tous ces vempires qui sucent l’Algerie quelle que soit leur obedience. Le Che se battait contre la pauvretè et l’injustice dans le monde et non pas contre l’Islam. Il luttait contre l’imperialisme y compris l’imperialisme communiste. Il luttait pour le bien des faibles de ce monde.

    bent el bled
    28 novembre 2018 - 10 h 08 min

    ce n est pas l Islam ,mais les musulmans ..
    je pense qu il ne faut pas faire l amalgame entre les 2.

    et l Islam n a jamais été un frein au développement..faites un tour à l ‘Histoire et sans mauvaise foi.

    El Che
    27 novembre 2018 - 6 h 26 min

    Bon monsieur l’anonyme …! Eh ben voyez vous je peux vous citer beaucoup de pays arabes qui sont beaucoup plus developpés que nous et je peux vous citer egalement des centaines de pays laiques, democratiques, capitalistes, communistes, qui sont dans le sous developpement le plus absurde. Il ne s’agit pas d’ideologie il s’agit de politique de developpement et ce sont deux choses completement differentes.

      Anonyme
      28 novembre 2018 - 13 h 25 min

      « El Che » avec une idéologie islamiste,Che Guevara devrait se débattre dans sa tombe et s’arracher les poils de sa barbe.

    ripper
    27 novembre 2018 - 1 h 20 min

    Là où il y a l’Homme il y a l’Hommerie, tout est manipulation et recherche de pouvoir et d’argent.
    L’usage de la religion, la culture et l’idéologie pour accéder au sommet est un stratagème bien connu. Mais tel est pris qui croyait prendre.
    À date et à part en Turquie avec son islam soft et sa bière entre deux prières, on n’a pas vu des islamistes au pouvoir, ils sont plutôt utilisés comme tremplins par d’autres plus futés pour arriver à leurs fins.
    Pendant les ouvertures démocratiques et les choix populaires on constate l’émergence subite de ces dits islamistes, qui est loin d’être fortuite, admirablement organisés, prêchant la bonne parole et canalisant les espoirs et …. miraculeusement très riches en $.
    Une connaissance qui a passé quelques années à Serkadji pendant la décennie noire, constatant à sa sortie les changements de ses compagnons du parti dit : iiih trafhou ga3 !
    Conclusion : Un être connaissant son islam ne se fait pas avoir.

    karimdz
    26 novembre 2018 - 21 h 00 min

    Je pense qu’il faut distinguer deux choses, le terrorisme islamiste, qui est effectivement fabriqué par qui nous savons pour réaliser leurs desseins criminels, et faire main basse sur les richesses des pays visés, et l’exploitation de la situation sociale par des religieux.

    Dans le premier cas, c est le chaos qui est recherché, dans le second cas, le pouvoir.

    Si on s’en tient à la montée du religieux pour certains, perception qui ne se vérifie pas forcément dans les urnes quand bien même elles sont truquées, c’est un peu l’échec des programmes politiques qui écartent une partie du peuple du développement du pays. C’est donc à ce moment que les islamistes interviennent pour capter cette partie du peuple qui se sent démuni.

    On ne peut pas dire aussi, que l Etat ne fait rien socialement, il n y a pas beaucoup d’exemples de pays qui subventionnent les produits de première nécessité. Jamais il n a été construit autant de logements dans le pays, et distribués à la louche, les citoyens qui attendaient des années pour ne pas dire des decennies, sont du coup satisfaits, quand bien meme cela ne règle pas tous les problèmes, notamment du chomage.

    Les algériens sont lucides, ils ont vécu une période noire dans les années 90, ils voient ce qui se passe au moyen orient, notamment en irak et en syrie, en lybie plus près de chez nous. Ils ont bien compris que l’option islamiste n’était pas la solution, cela n’entame pas pour autant leur ténacité pour revendiquer leur droit à une meilleure vie.

    Enfin, s’agissant de l’idéologie extrémiste, le combat doit commencer déjà à l école, pour enseigner aux enfants que l islam est une religion du juste milieu., et leur rappeler le danger de l extremisme religieux qui a plongé une civilisation musulmane qui était en avance sur l’occident de plusieurs siècles, dans un retard sur tous les plans. Le retour de cet extrémisme qui est planifié depuis tel aviv ou washington, n a pour d autre objectif que de nous replonger des siècles en arrière, pour que nous n’avancions pas et soyons toujours dominés.

    6
    4
    El Che
    26 novembre 2018 - 20 h 41 min

    Il faut arreter avec ces conneries…ni l’islamisme, ni l’arabisme et encore moins le baathisme ne sont responsables du sous developpement du pays

    8
    7
      karimdz
      26 novembre 2018 - 21 h 33 min

      C’est évident. Le sous développement est surtout le résultat d’une politique.

      Tu auras toujours les memes qui viendront rabacher leur propagande à deux dinars, pour stigmatiser l islam ou la langue arabe mais gageons que ceux qui sont derrières ces refrains usés et hors sujet, sont des imposteurs sionistes ou des esprits encore colonisés

      2
      8
      Anonyme
      27 novembre 2018 - 2 h 10 min

      Bien sur, tu as tout à fait raison. La preuve, les pays arabes, (qu’ils soient baathistes, ou islamistes), sont les plus développés du monde. Ce qui est responsable du sous développement, c’est au choix, la démocratie, la laïcité, le communisme, le capitalisme, le développement des sciences…

    Bir Djebah
    26 novembre 2018 - 19 h 34 min

    l’islamisme, le stade suprême du bâthisme.
    l’islamisme et l’arabisme, les 2 mâchoires d’une même tenaille.

    8
    1
      Anonyme
      26 novembre 2018 - 20 h 10 min

      Et la main qui tient les tenailles c’est l’islam.

      6
      2
    Anonyme
    26 novembre 2018 - 18 h 40 min

    « Vendredi chaud dans un village algérien. C’est le jour de gloire de l’imam. Longue voix portée par les haut-parleurs et qui annonce l’au-delà comme en haut du mât d’un navire. Le paradis est décrit jusqu’aux pétales, on transmet les colères de Dieu aux égarés et on évoque avec prudence les actualités, car les prêches sont contrôlés. L’armée des imams est la plus puissante dans les pays dits musulmans. Qui contrôle les imams contrôle le pays, sa langue, ses rêves, ses lois. Mais, pour être imam, il faut une mosquée. Et là aussi la bataille a longtemps fait rage […] » K.Daoud

    Espoir ...??? !!!!
    26 novembre 2018 - 17 h 09 min

    Merci à Bachir Medjahed pour son article et chapeau pour le niveau d’analyse de @DJILLO ; @ Zaatar ; @LE NUMIDE ; @Sommes-nous vraiment ; @Anonyme 12 h 42 min; @Abou Stroff et @Tarass Boulba !

    Dommage que nous avons en face un pouvoir autocratique, aveugle, autiste, qui reste sourd à toutes propositions et à tout changement … même d’un iota le plus petit soit-il !!

    10
    Tarass Boulba
    26 novembre 2018 - 15 h 30 min

    Il faut au plus vite percer l’abcès de cette question de l’utilisation de la religion à des fins politiques et dans la foulée celle de l’utilisation du régionalisme à des fins politiques. Mais en principe, il faut d’abord s’en prendre au pouvoir politique algérien. Il faut s’en prendre d’abord directement à lui car c’est lui qui a fait en sorte que dans notre pays la religion prenne le dessus sur le politique, que la religion se mêle de tout, mais aussi que des partis politiques soient d’inspiration régionaliste ou tribaliste ! D’ailleurs, si d’aventure une Constituante prend forme (ou un changement de Constitution), l’article 2 de la Constitution proclamant que l’islam est religion d’État doit être remplacé par un affirmation qui dit que l’Algérie repose désormais sur sa triple dimension identitaire à savoir l’amazighité, l’arabité et l’islamité, point barre !

    Il y a là un vrai combat politique à engager. Mais d’abord et avant tout, il faut exiger du pouvoir politique l’interdiction de recourir aux zaouiyas, aux marabouts et aux confréries religieuses la veille des élections et après on verra par la suite ! Il faut exiger que le pouvoir politique interdise les partis politiques religieux islamistes basés sur le Coran et la Charia, de même que les partis politiques d’inspiration régionaliste, culturelle ou même celle qui revendiquent le monopole et l’exclusivité de langue arabe ou de tamazight. Un parti politique qui combat pour la seule langue arabe ou la seule langue tamazigh exclusive l’une de l’autre doit être banni et interdit. Les partis politiques qui estiment que la loi de Dieu et du Coran sont au dessus de la Constitution doivent être bannis et interdits. Certes, au nom de la liberté d’association, les associations religieuses ou celles qui protègent les cultures régionales peuvent exister mais il faut leur interdire l’exercice politique partisan ! Une association religieuse peut avoir des missions caritatives ou organiser des conférences sur la théologie et l’exégèse du coran mais ne doivent pas interférer ou interagir dans le politique! C’est la même chose pour les associations culturelles !

    Le jour où en Algérie la religion, l’armée, la culture et les langues ne seront plus « le monopole » du pouvoir ni d’un quelconque parti politique alors on pourra dire qu’on s’est engagé dans la construction d’un véritable État de Droit moderne digne de ce nom ! Il faut régler cette question hautement politique à la racine ! C’est la condition pour s’engager réellement dans un vrai projet sociétal, un vrai projet républicain, un vrai projet politique, un vrai projet démocratique ! Si toutes ses scories ne sont pas extirpées point de vrai salut pour notre pays à tous. La paix sociale, la cohésion sociale, la tolérance et le respect de l’autre sont à ce prix ! La république démocratique, moderne et juste n’est possible qu’avec ces préalables incontournables. Et après, dans le cas où on organise des élections libre et transparente, que le meilleur gagne démocratiquement par les urnes ! Je sais que ce n’est pas pour demain avec le pouvoir qu’on a, mais ces aspects doivent être intégrés en performance dans le combat politique de tout parti politique ou citoyen qui se veut républicain et démocrate !

    Abou Stroff
    26 novembre 2018 - 14 h 49 min

    contrairement aux apparences, l’islamisme est l’idéologie idoine du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation. en ce sens, la marabunta qui nous gouverne, après avoir participé activement à la dévalorisation du nationalisme en tant qu’idéologie dominante, trouve en l’islamisme tout ce qui concourt à lui garantir sa domination sans partage sur la formation sociale algérienne dans son entièreté.
    d’ailleurs, les algériens lambda remarquent que la marabunta et la vermine islamiste tendent à ne former qu’un seul bloc face à une populace qui ne voit plus qu’à travers le prisme religieux, d’où la tentation de déifier des dirigeants aussi mortels qu’un ver de terre.
    en d’autres termes, l’islamisme ou plus simplement l’islam est le dernier rempart érigé par la marabunta pour garder le pouvoir. ainsi, tant que la critique religieuse, comme condition préliminaire à toute critique, n’aura pas été entamée d’une manière radicale, les algériens lambda, réduits, dans leur grande majorité à des tubes digestifs ambulants continueront à croire aux balivernes religieuses et resteront aliénés, amorphes et totalement incapables de prendre en charge leur destin.
    PS: il nous faut remarquer que l’arabisation n’a pas touché les sciences dites dures alors que l’arabisation de ces dernières aurait été d’une simplicité certaine. par contre, la marabunta a complètement arabisé les sciences dites sociales (d’où la pauvreté intellectuelle de nos….. intellectuels) car, l’arabe, véhiculant une idéologie rétrograde en partie tirée des textes religieux, était le véhicule approprié pour anesthésier, aliéner et abrutir tous ceux qui avaient le potentiel de remettre en cause l’ordre rentier.

    10
    Anonyme
    26 novembre 2018 - 12 h 42 min

    La nouvelle appellation de l’islam c’est l’islamisme,c’est une issue de secours pour dédouaner l’islam.

    Sommes-nous vraiment capables de faire un constat lucide ?
    26 novembre 2018 - 12 h 06 min

    Avouons que notre pays est aujourd’hui dévasté. Même nos défenses immunitaires vont bientôt déposer les armes. On a créer un vide sidéral pour permettre à la classe dirigeante de rester au pouvoir ad vitam aeternam.
    De deux choses, l’une : Soit on confirme le système de dynastie auquel cas on lance à grande échelle un stage de formation de toute la population pour apprendre « le baise-mains et autres courbettes » ; dans ce cas le plus économique serait d’ouvrir nos frontières de l’ouest pour gagner du temps.
    Soit on admet en toute lucidité que notre pays est malade et on accepte une vraie transition pour reconstituer nos défenses. Oui, dans ce cas, un homme comme Ouyahia qui a toujours été un super employé de bureau de service pourrait être l’homme de la situation. Mais dans la neutralité la plus totale et pas pour servir de paravent aux courtisans de tous poils d’hier et d’avant-hier.
    La phase suivante, la plus importante, doit amener tous nos partis politiques à sortir de la logique de boutiquiers, de clanisme et de régionalisme. Il nous faut une refondation totale dans la manière de faire de la politique qui s’adresse à tous les algériens sur des thèmes qu’ils auront choisis. Redonner sa place au peuple en récompensant les meilleurs d’entre nous en fonction de leur valeurs. Le peuple a soif de liberté, de justice, de respect en un mot de véritable démocratie. Pour cela, nos partis politiques doivent se donner la main dans la transparence pour reconstruire nos institutions. Voilà, c’est un point de vue.

    LE NUMIDE
    26 novembre 2018 - 10 h 51 min

    l’islamisme c’est a dire le wahabisme est le produit naturel de l’idéologie raciste , chauvine , impériale et criminelle du panarabisme qui s’est infiltrée dans le FLN et dans l’État ai nom de l’arabisation depuis le début de l’indépendance et surtout à partir des années 80 au détriment de l’Identité berbère et du nationalisme algerianniste et du parcours naturel de cette nation vers son émancipation .. Tout le reste c’est la suite logique et la conséquence de cette option idéologique qui a dénaturé l’histoire de cette nation .. les algériens ont beaucoup perdu en niant la véritable identité et la véritable histoire de cette nation ..l’Algérie est devenue un appendice du projet wahabiste Ommeyade de l’Arabie saoudite et des frères musulmans égyptiens .. celui qui veut l’esclavage et la honte aura l’esclavage et la honte .. tout le baratin soit-disant anti-francais des Sorciers et des Mercenaires de l’arabo-wahabisme on le connait , eux qui n’ont jamais tiré une seule cartouche contre le colonialisme,français , ni leurs pères et qui viennent fanfaronner sur le dos des Berbères , les véritables libérateurs et les véritables créateurs de cette Nation Libre .. Les voilà démasqués ainsi que leurs saletés de rois arabes, de leurs maîtres et de leurs Gourous , qui lèchent les babouches de leur cousin Netanyahou , qui rampent devant la France judaïque , et qui confient leurs âmes et leurs crimes à leur maitre TRUMP et leur nouveau calife ABOU TRUMBITA …

    14
    Zaatar
    26 novembre 2018 - 9 h 43 min

    On veut encore noyer les idées et les réflexions. Tout phénomène a ses causes. Il suffit de creuser là où il faut pour savoir les tenants et les aboutissants de tout phénomène. A défaut, revenir aux A,B,C du comportement de l’être humain et de la société. L’évolution de l’être humain est inscrite dans ses gènes. Elle accompagne celui de son environnement. ET à chaque fois il y a des tributs à payer pour gravir les échelons dans l’évolution. Dans quasi tous les cas, l’intérêt prime sur tout le reste. Et si on restreint l’analyse chez nous, l’intérêt rime avec enrichissement, celui ci rime avec pouvoir et ce dernier rime avec tous les coups pour ne pas le céder à d’autres. Pour en arriver à dire que chez nous fût installer le système de la distribution de la rente pour s’enrichir. Puis voyant que ça profite à certains, les autres se sont levés pour avoir une plus grande part. L’islamisme fût intégré pour contre carrer ceux qui en demandent trop qui dans l’analyse se disent qu’ils finiront par demander le pouvoir. On en arrive à une situation ou un environnement où comme il fallait s’y attendre chacun cherche à tirer son épingle du jeu et par tous les moyens. le pouvoir a plus d’atout bien évidemment et il sera difficle de le déloger. Mais le reste tente bien sur, car il voit toujours des possibilités. reste que l’ultim but est toujours celui de s’enrichir… et rien de plus. ce n’est ni pour la société, ni pour le pays, ni pour autre chose… la soif de l’enrichissement, entraine la soif du pouvoir quand on n’a pas les moyens, les idées et l’intelligence pour réussir.

    11
    DJILLO
    26 novembre 2018 - 8 h 21 min

    Un sujet tres important et extremement vaste.
    Je reponds, humblement a vos questions et en me limitant uniquement au cas Algerien en disant que l’islamisme politique ou islamisme tout court s’est develope a cause de ceci :
    1) Il se ressource dans la religion, un facteur tres sensible dans l’ame d’un musulman, en la travestissant a sa guise pour assouvir ses objectis,
    2) Notre ecole a cesse depuis belle lurette de jouer son role d’educateur (rice) et de formateur (rice) de l’enfant-edutiant d’esprit non travesti.
    Je me rapelle quand j’etais lyceen a « l’ecole de Boumedienne », nous etions des adolescents vigilants, eduques, bien formes et capable de peser lourdement face a la pensee islamiste qui tentait de montrer son bec et ses ailes. Apres, l’ecole Algerienne avait cede son role et sa place aux predateurs de tous genres, parmi lesquels les islamistes . Et actuellement, cette ecole a abdique devant facebook, youtube et autres reseaux sociaux usages, par malheur dans leurs cotes malveillants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.