Partenariat algéro-chinois pour l’exploitation du phosphate à Tébessa

phosphate
Gisement de phosphate à Bled El-Hadba. D. R.

Un accord de partenariat entre les groupes Sonatrach et Asmidal-Manal, et les groupes chinois dirigés par la société Citic, ayant pour objet la réalisation d’un projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et du gaz naturel des gisements de la région de Bled El-Hadba, a été signé lundi à Tébessa, lors d’une cérémonie présidée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, rapporte l’agence dde presse officielle APS.

L’accord a été signé par le président-directeur général de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, et le PDG de la société Citic, Chen Xiaoijia, à la direction de transfert du gaz dans la localité Oglet Ahmed, à 22 km de Bir El Ater et  106 km au sud du chef-lieu de wilaya de Tébessa. Ce projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et du gaz naturel dont la partie algérienne détient 51%, contre 49% pour la partie chinoise, est réparti entre le gisement de Bled El-Hadba à Tebessa, sur 2 045 hectares, la plateforme de Oued Kebrit à Souk Ahras s’étendant sur 1 484 ha, celle de Hadjar Essoud à Skikda, sur 149 ha et le port d’Annaba sur 42 ha, selon la fiche technique ce projet.

Mobilisant un volume d’investissement de 6 milliards de dollars, le complexe de phosphate, dont la mise en exploitation est prévue en 2022, créera 3 000 postes de travail directs alors que ses chantiers de réalisation à travers les quatre wilayas assureront 14 000 emplois, selon le même document.

Ce complexe de phosphate garantira des revenus en devises à hauteur de 1,9 milliard de dollars/an. Au cours de cérémonie de signature, le projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate a été présenté. Etaient présents à cette cérémonie, outre les autorités locales civiles et militaires des wilayas concernées par ce projet, les ministres de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire Noureddine Bedoui, de l’Energie Mustapha Guitouni et de l’Industrie et des Mines Youcef Yousfi.

R. E.

Comment (27)

    Ch'ha
    28 novembre 2018 - 16 h 51 min

    Projet de grande envergure machallah.

    2
    3
    zidou
    27 novembre 2018 - 23 h 05 min

    hada win ? youyouyouuuuyiii..
    Encore…

    anonyme
    27 novembre 2018 - 11 h 47 min

    Pourquoi les Chinois ont-ils 49 % ? L’argent que nous avons prêté au FMI il y a deux ou trois ans suffisait à lui seul à financer le projet à 100 % … Quant au transfert technologique, je doute que nos ingénieurs soient férus en mandarin. Et pourtant des ingénieurs algériens à l’étrange se comptent à la pelle. Il suffirait juste de leur donner un salaire équivalent aux expatriés étrangers et de les laisser travailler comme il savent le faire dans leur pays d’adoption ! Pour avoir été expatrié et très proches des décideurs, je suis sûr que beaucoup de rétrocommissions ont déjà été déposées par les Chinois dans les comptes suisses ou offshore de nos signataires !

    11
    5
    Anonyme
    27 novembre 2018 - 10 h 14 min

    La Chine est le premier investisseur en Europe.La progression est spectaculaire. Alors que les investissements directs chinois dans le monde ont grimpé de 40 % en 2016 pour atteindre 200 milliards de dollars (191 milliards d’euros), ceux destinés à la seule Union européenne (UE) ont carrément bondi de 77 %. Les entreprises chinoises, publiques et privées, ont investi 35 milliards en Europe selon une estimation du Rhodium Group, une société d’analyse, et de l’institut Merics, basé à Berlin. en Allemagne en particulier. La locomotive économique de l’UE a été la première destination des investissements chinois en Europe l’an dernier, à hauteur de 11 milliards d’euros, soit près du tiers. L’acquisition la plus importante sur le continent visait la société finlandaise Supercell, créateur du jeu vidéo Clash of Clans, rachetée pour 6,7 milliards d’euros par Tencent. La deuxième était allemande. Il s’agit du constructeur de robots industriels Kuka, acquis par Midea pour 4,4 milliards d’euros.
    Les investisseurs Chinois sont et seront toujours les bienvenus en Algerie,c est du gagnant gagnant.c est ce que ont compris les Allemands.Donc l accord de partenariat entre les groupes Sonatrach et Asmidal-Manal, et les groupes chinois dirigés par la société Citic, ayant pour objet la réalisation d’un projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et du gaz naturel des gisements de la région de Bled El-Hadba,cet accord est un grand gain pour notre economie et une creation d emplois considerable qui ouvrira la porte certainement a plusieurs autres accords avec les Chinois,la superpuissance de demain.

    8
    3
      Anonyme
      29 novembre 2018 - 10 h 43 min

      Les Allemands l’ont tellement bien compris que Merckel tricote une loi pour limiter la vente de certaines entreprises allemandes aux chinois. Faut pas raconter n’importe quoi.
      Où est-ce qu’on est gagnant comme tu dis quand tout ce qui est fait ici est réalisé par des entreprises à capitaux chinois, par des ingénieurs et ouvriers chinois . Et nous qu’est-ce qu’on fait? On les regarde et on applaudit en leur disant: Bravo vous êtes « la superpuissance de demain ».
      Et, nous qu’est-ce qu’on sera quand on aura vendu tout notre phosphate, notre pétrole,… sans avoir eu le courage et la volonté de construire cette Algérie dont ma génération rêvait en 1962.
      Pas étonnant que les jeunes diplômés prennent le chemin de l’exil,car la création d’emploi est pour l’instant dans le domaine de l’hypothèse. Et quels seront les emplois proposés aux Algériens?

      2
      1
    Felfel Har
    27 novembre 2018 - 0 h 29 min

    Moi, je suis preneur, tant que ces méga-contrats ne sont pas confiés à des entreprises françaises. Avec un co-financement de près de 50 % et un savoir-faire chinois, que demander de plus? J’applaudirais encore plus si on réalisait un autre mega-projet d’un importance capitale avec la Chine, à l’Ouest du pays, à Gara Djebilet pour exploiter l’immense réservoir de minerai de fer d’une teneur exceptionnelle (60%) afin d’alimenter le futur complexe sidérurgique d’Oran.
    Si l’Algérie entend développer ses ressources minières pour les transformer sur place et fournir des intrants à d’autres secteurs, il faut rechercher de tels partenariats avec les pays du BRICS ou plutôt du CRIS car il faut s’attendre qu’à la demande de Trump, le Brésil se retirera de ce groupe. L’Algérie gagnerait à les rejoindre car ils sont porteurs de nos espoirs et de promesses de vrai développement industriel. Je ne parle pas de complexes de montages de voitures importées en CKD ou SKD, mais d’industries nationales intégrées dans des domaines où le pays a un avantage comparatif comme la pétrochimie, la para-chimie, la chimie, la sidérurgie et leur chapelet d’industries de transformation. Mabrouk a3lina hadhi el bidaya ou mazel, mazel!

    14
    5
    Bail Bail
    26 novembre 2018 - 22 h 55 min

    Pour l’Algérie c’est trop tard les carottes sont cuites.
    Les trains sont partis.
    Nous resterons toujours sur le quai.

    9
    21
      manman1954
      27 novembre 2018 - 4 h 24 min

      Eh Marroqui ! C’est dans ton pays que les carottes sont carbonisées. Les combattants de la liberté Sahraouis sont en train de vous asséner de multiples coups (accords agricole et de pêche Maroc-UE). Bravo la RASD et le Polisario. Vive le Sahara Occidental Libre.

      16
      5
      Kahina-DZ
      2 décembre 2018 - 20 h 02 min

      Eh marrouki, as tu peur pour ton phosphate.
      Le phosphate Algérien est de meilleure qualité.
      Désolée pour les pauvres du roi.

    L'exemplarité
    26 novembre 2018 - 21 h 53 min

    Le secrétaire général iranien du neuvième salon aéronautique international de Kich, Fathallah Qomi a revelé le dernier exploit scientifique iranien: une capsule spatiale, fabriquée localement pour envoyer le premier astronaute iranien dans l’espace, a rapporté l’agence d’informations iraniennes Farsnews.

    S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture , M.Fathallah Qomi a déclaré que les travaux sont achevés pour la conception et la fabrication d’une capsule destinée à envoyer le premier astronaute iranien dans l’espace, et qui sera dévoilée lors de ce 9ème salon aéronautique.

    « Nous espérons que ce grand projet entrera en vigueur en 2025 », a-t-il ajouté.

    Par ailleurs, M.Qomi a évoqué les projets de construction d’avions civils, soulignant que « le Centre de recherche de Joufah prévoyait notamment la fabrication d’un avion d’une capacité de 8 passagers, qui peut être développé conformément au document national Joufah ».

    Il a souligné que « le Centre de recherche de Joufah avait adopté 142 projets industriels, 142 projets de recherche, 42 projets techniques et 60 articles ISI et autres.

    Dans le même contexte, la secrétaire exécutive de l’exposition, Bijen Benkdar, a déclaré que « 110 entreprises iraniennes et étrangères participaient au 9ème salon aéronautique sur un terrain de 14 mètres carrés.

    Il a indiqué que « le salon aéronautique de cette année comportera des spectacles aériens réalisés par le groupe russe MIG-29, des avions lettoniens, ainsi que par l’armée de l’air iranienne ».

    8
    4
    Ch'ha
    26 novembre 2018 - 19 h 45 min

    Hors sujet : l’entité sioniste a signé un accord de fourniture de gaz à l’Europe avec financement EAU (construction gazoduc sous-marin reliant le champ gazier des côtes Palestiniennes à celui d’Aphrodite de Chypre en passant par la Crète, la Grèce et l’Italie).
    En Iran : TOTAL est remplacé par le géant pétrolier chinois CNPC.

    5
    3
    lao tseu
    26 novembre 2018 - 17 h 56 min

    Ce n’est qu’une fois à l’agonie que ces Messieurs décident enfin un petit geste.
    Il en faut d’autres et surtout éviter les du Golf Maroc et la France qui ne pensent qu’à nous régresser.
    Les autres pays c’est bon !
    La corruption est dans le sang alors autant faire avec que ne rien faire.
    L’Europe va se bousculer pour gratter quelques contrats.
    Vive la Chine et la Russie gagnants gagnants.
    Le Maroc tue les agriculteurs Français et nous on nous réclame de les faire vivre!!! mais qui nous dirige ?

    61
    15
    Anonyme
    26 novembre 2018 - 17 h 16 min

    La rentabilité économique, et financière, avec moins de risques financiers
    Pourquoi on a écarté l’algérien Ali Haddad,l’ETRHB , de FERTIAL,(engrais fertilisants) et d’autres,…
    Des projets de mise en valeur du phosphate, en Algérie ?, des risques financiers pour le pays ?
    ,Monopole, position dominante sur le marché, menaçante la souveraineté nationale ??
    La fiabilité financière des opérateurs privés algériens, recourant facilement, et souvent,
    Aux crédits bancaires (connaissances, népotismes,clans,..),sans auto financement par leurs propres fonds
    Pour leurs nouveaux investissements trop risqués ,et non rentables à court, et à moyen termes
    Menacante la stabilité financière, et la solvabilité du système bancaire algérien qui s’écroulera
    Des créances non payées par les opérateurs privés algériens ?
    Garanties chinoises de l’écoulement des produits du nouveau projet sur le marché international
    Chinois, y compris ?
    Nationalisme, Démagogie, Populisme, Clanisme, ne riment pas, parfois, avec les lois du marché,
    Et les interets supérieurs, et stratégiques du pays,l’évitant de la faillite économique, et financière
    (solvabilité, créances non payés, non rentabilité, amortissement des investissements lourds,
    Et trop risqués,…)

    9
    8
      Trop Compliqué
      26 novembre 2018 - 17 h 41 min

      @Anonyme – 17 h 16 min , WAAOUH ! tu nous as noyé d’informations … successives ! On s’y perd ! On ne se retrouve plus !

      9
      7
    LOUCIF
    26 novembre 2018 - 16 h 29 min

    Dans la situation politique et géostratégique mondiale actuelle, vu les rapports de force, et du fait de la politique extérieure de l’Algérie ( particulièrement sur les questions liés à la Syrie, l’Iran, le Mali, la Libye, le Sahara Occidental, la Palestine etc… etc..) le réalisme politique, la realpolitik commande de s’allier politiquement, militairement et économiquement avec les grandes puissances que sont la Chine et la Russie. Certains diront que ces deux pays profitent eux-aussi de cette situation, ils y voient même un colonialisme comme un autre, mais l’Algérie ne doit plus perdre son temps à jouer à la belote en politique internationale d’autant que ses positions sont justes la plupart du temps ! Si un conflit régional se déclare, l’Algérie n’aura à ces côtés que la Chine et la Russie, c’est clair ! Il reste l’ambiguïté de sa position politique vis à vis de la monarchie wahhabite, mais jusqu’à quand ?

    23
    8
      Anonyme
      26 novembre 2018 - 23 h 17 min

      Vous avez vu la Chine intervenir militairement dans un pays comme le fait la Russie en Syrie?
      Je ne crois pas que la Chine se mouillerait pour nous.

      8
      6
    Braderie á ciel ouvert
    26 novembre 2018 - 15 h 28 min

    Dans ce cas, il vaut mieux donner une procuration á la Chine, ça vaudrait mieux… ce gouvernement brade tout en faveur de la Chine… de la mosque … jusqu´au phosphate!!!
    لاحول ولاقوة الا بالله العلي العظيم

    18
    64
      Vector
      26 novembre 2018 - 16 h 03 min

      Encore le syndrome du bouc-émissaire !
      Pour vous, quoi que fasse le gouvernement, c’est soi une escroquerie et/une erreur !
      Vous réclamez des investissements étrangers et quand il sont effectué vous les critiquez !
      Vous n’aimez ni les investissements qataris, français, chinois, turcs, émirati ou américains !
      De plus, quand c’est l’Algérie qui investit à l’étranger, pour vous c’est aussi une erreur et une escroquerie ( cf la raffinerie en Italie )
      Toujours des critiques mais jamais de proposition concrètes !

      68
      10
        Jean-Boucane
        26 novembre 2018 - 20 h 50 min

        tu as tout dit Vector!!!!

        12
        8
        Anonyme
        26 novembre 2018 - 23 h 27 min

        Ce sont tous de fins économistes éclairés sortis de Harvard et de HEC, ils sont rompus à l’approche keynésienne du taux d’intérêt nominal et aux hypothèses concernant la stationnarité ou la normalité des variables, la preuve ils mettent dans le même sac un Rebrab et un Haddad, ils savent parfaitement de quoi ils parlent, ce ne sont pas des concierges, qu’est ce que vous croyez?

        9
        1
    Anonyme
    26 novembre 2018 - 14 h 17 min

    ON PROSTITUE nos ressources naturelles et notre marché aux étrangers et on bloque les investisseurs algériens, c’est ça le génie de nos gouvernants.
    Les seuls projets de Rebrab rapporteraient beaucoup plus au pays que ces projets avec des étrangers, et Dieu sait qu’il y a aussi beaucoup d’investisseurs algériens qu’on bloque parcequ’ils ne sont pas des beni oui oui.
    Je viens aussi de lire un article de l’expert algérien Ali KEFAIFI sur les opportunités qui s’offrent au pays dans la pétrochimie et qu’on délaissent au profit de la vente de produits bruts sans grande valeur ajoutée et ça m’as abasourdi.
    C’est vrai que c’est des investissements lourds, mais ils étaient à notre porté durant les années fastes, et le sont encore en partenariat, même s’il faut donner plus en retour aux partenaires qui savent bien gérer leurs intérêts..

    24
    30
      Vector
      26 novembre 2018 - 15 h 24 min

      Issad Rebrab ne fait qu’acheter des machine à l’étranger pour produire des produits bas de gamme tels que le sucre ou l’huile !
      Quel innovation !
      De plus, le projet de Issad Rebrab pour l’Algérie s’appelle la colocalisation/coproduction qui n’est qu’un masque pour transformer l’Algérie en sous-traitant de la France !

      64
      21
        Anonyme
        26 novembre 2018 - 23 h 41 min

        @ Vector,

        Vous n’êtes pas au courant qu’il fabrique du verre plat dans la plus grande usine de ce genre d’Afrique, de la menuiserie industrielle ( portes et fenêtres) à Aïn Taghrout, des usines d’électro-ménager à Sétif ? Entre autres? Que certains de ses projets d’usines sont bloqués en douane?

        Et vous, quelles usines avez vous créées de toutes pièces en Algérie? Quel est votre niveau d’études en économie? Lisez vous la presse algérienne?

        11
        2
      Pas de panique
      26 novembre 2018 - 19 h 47 min

      Pas de panique …il suffit de s’informer sérieusement sur les sites numérique qui en n’ont fait l’annonce …il y a bien a projet d’industrie pétrochimie réalisé en Algérie une innovation en la matière pour le pays …! L’inauguration a eu lieux avec le ministre concerné .Quand les projets ce réalisent il faut le souligner aussi c’est un plus pour le pays . Merci a tout l’équipe de AP partager mon post svp

      22
      5
    LE NUMIDE
    26 novembre 2018 - 14 h 12 min

    VOILA QUELQUE CHOSE DE BIEN

    25
    8
    PREDATOR
    26 novembre 2018 - 14 h 09 min

    Et qu’adviendra t’il de l’environnement?
    On s’en fout éperdument

    18
    37
      Anonyme
      26 novembre 2018 - 23 h 50 min

      Oui c’est une grande question car en Tunisie les activités industrielles relatives au phosphate ont saccagé la nature dans le Golfe de Gabès. C’est une véritable catastrophe écologique. Or le littoral Est algérien est un joyau touristique avec des lacs aux oiseaux migrateurs, des zones humides classées, des bancs de corail, des forêts qu’il ne faut surtout pas dilapider dans notre pays semi-aride.
      J’ai les plus grandes craintes.

      5
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.