Corruption, bureaucratie, crise institutionnelle : Bouteflika hausse le ton

Bouteflika
Le président Bouteflika. New Press

Par Kamel M. – Le président de la République a réagi aux événements qui ont éclaboussé plusieurs institutions ces derniers mois. Si Bouteflika s’est abstenu d’intervenir dans la crise qui a secoué l’Assemblée populaire nationale, son discours de ce matin, à l’occasion de la rencontre entre le gouvernement et les walis, résonne moins comme une mise au point que comme une mise en grade aux différents acteurs qui «agitent» la scène politique nationale.

Bouteflika a, encore une fois, dénoncé la bureaucratie qui continue de  gangrener l’administration et de retarder le développement du pays. En appelant à adopter une approche smithienne en laissant les jeunes créer de la richesse à travers l’entrepreneuriat, le chef de l’Etat sermonne ainsi indirectement les collectivités locales et le gouvernement de manière générale, à qui il reproche de freiner les initiatives individuelles au profit d’une mainmise totale sur tous les rouages économiques, via une paperasserie génératrice de corruption.

A ce sujet, justement, le président de la République a de nouveau fait preuve de fermeté quant à la nécessité de combattre ce fléau qui s’est propagé de façon exponentielle ces dernières années. Aveu d’impuissance ou décision d’aller plus vite et de frapper d’une main de fer à partir de maintenant ? Il faut rappeler que le chef de l’Etat a ordonné au juge du tribunal de Blida de libérer les généraux qui avaient placé sous mandat de dépôt pour «enrichissement illicite». Même si cette remise en liberté ne signifie pas un acquittement, il n’en demeure pas moins que l’opinion publique est quelque peu désarçonnée, ne comprenant pas ce qui se passe exactement.

Idem pour la crise de l’APN au sujet de laquelle le président Bouteflika a mis en garde – sans la citer ouvertement – contre toute tentative de porter atteinte aux institutions de l’Etat. On ne sait pas, néanmoins, à qui ce message s’adresse : à Saïd Bouhadja qui n’a toujours pas déposé sa démission, induisant de fait un Parlement hybride, ou à son successeur imposé par les députés frondeurs ?

Si le discours du chef de l’Etat a paru plus ferme que les précédents, il laisse cependant le citoyen sur sa faim, ne saisissant pas les dessous de ces avertissements du Président à quelques mois d’une échéance électorale cruciale. Faut-il s’attendre à des mesures concrètes après cette rencontre entre le gouvernement et les walis qui iraient vers une décentralisation souhaitée et une véritable libération de l’initiative à tous les niveaux ?

K. M.

Comment (63)

    Anonyme
    29 novembre 2018 - 11 h 35 min

    Pour le pouvoir en place depuis 1999 la corruption est la sienne,entretenue voire protégée.Pour la bureaucratie c’est toujours la sienne a qui on a ajoute depuis 1999 plus de mépris et de maladresse,n y a qu’a entendre ce ministre de l’intérieur pour comprendre la chose.Un clan qui a vide les caisses du peuple ,qui a fait revenir toutes les maladies du pauvre,faire exiler ses propres fils le chaos.pour la crise constitutionnelle,toutes les mains invisibles se sont mises au travail et o t abouti a ce que nous vivons.On ne peut menacer tout un peuple de cette façon,vous avez failli a votre mission alors n’attendez rien de ces gens ces indigenes des quatre mandats

    Séhab
    29 novembre 2018 - 8 h 33 min

    l’hypocrisie et le mensonge quand t’es nous tiens!

    pour les généraux il a su qu’ils était en prison et il a ordonné leurs libérations

    mais il a jamais entendue parler du blocage fait a CVTAL? pour intervenir en sa faveur et en faveur des jeunes algériens qui cherches du travail et que cette société peut le leurs donné!! tien parlons en de la bureaucratie la ce n’est pas que de la bureaucratie!! monsieur le présidant! il y a autre chose REBRAB
    c’est un algérien ce n’est pas un voleur et il veut investir en Algérie pour les algériens votre mafia la faite fuir a l’étranger et un investissement en moins pour l’algérie et les jeunes algériens!!! en conclusion j’ai un grand doute que dans ces messages lus en votre nom viennent vraiment de vous!!

    3
    1
    ALi Zid
    29 novembre 2018 - 8 h 20 min

    Vous avez eu ce que vous méritez, attendant les châtiment du Dieu pour le mal causes aux innocents Algérien

    Zourouhe !
    29 novembre 2018 - 2 h 59 min

    L’émir Abdelkader statufié Boulevard Larbi Ben M’hidi, Alger, a une seconde été ranimé, le cheval, ,l’épée ont bougé, un passant a cru à un léger séisme, non, non, c’était l’effet de cette déclaration de guerre à tous ces travers… Sûr, si cette guerre se déclarait, Abdelkader ne sera plus une statue… Un cavalier surgit hors de la nuit… Zourou, zourou, zourou ! Le Saint est revenu !

    algerian
    29 novembre 2018 - 1 h 27 min

    Trop peu, trop tard!
    J’estime qu’apres 20 ans de regne sans partage, le president et son clan n’ont plus rien a dire… Par contre ils – lui et son clan – peuvent encore faire une chose pour ce pays: Respecter l’alternance au pouvoir en partant avec un minimum de dignite.

      Man
      29 novembre 2018 - 3 h 59 min

      Dissocier Boutef de son bilan reviendrai à dissocier
      la respiration des poumons. Après 20 années de règne
      sans partage caractérisées par la rapine, la corruption matérielle et spirituelle on ne peut pas se sauver par
      une petite déclaration de pacotille. Le bilan est là, parlant
      et hurlant à nos oreilles. Wa faqou!!!!

    Felfel Har
    29 novembre 2018 - 0 h 12 min

    L’article laisse penser que le président himself s’est exprimé directement devant les membres du gouvernement et des Walis. Or, nous le savons aphone et atone depuis son AVC. Quelqu’un rédige-t-il ces discours en se faisant passer pour le magistrat suprême? Ne serions-nous en présence d’une supercherie? Un cas de « mistaken identity »? Une usurpation de fonction?
    Ainsi donc 20 ans après son intrônisation, notre bien-aimé président découvre tous ces dépassements et fléaux qui sapent les fondations mêmes de la société algérienne, commis, non pas par le petit peuple , mais par ceux qui se prévalent de leur proximité avec les privilégiés qui forment sa garde rapprochée. Celà est de notoriété publique et ceux qui cherchent à occulter cette réalité, font le jeu du pouvoir.
    Ne voilà-t-il pas que le ministre de l’Intérieur, qui n’a pas, à l’évidence, assimilé les directives du président, vient d’instruire les APC d’acheter des bus (des carcasses « brinquebalantes » invendues qui rouillent dans un parc) chez Tahkout, notre General Motors national, un marché de gré à gré qui fait offense au budget d’équipement de l’État. Et on veut nous faire croire qu’on veut lutter contre la corruption!
    Ces promesses ne suffiront pas à nous inciter à voter pour un 5ème mandat, ou pour un dauphin avec les dents aussi longues que celles d’un requin.

      Diogene
      29 novembre 2018 - 17 h 49 min

      Je vais éclairer votre lanterne. Le discours a été lu comme d’habitude par un proche collaborateur non seulement du président, mais de toute la famille. Le but du speech est de nous anesthésier avant d’injecter son « Je suis candidat pour un 5ème mandat » afin de sauver la fratrie, pardon la patrie. Et advienne que pourra! Je vous parie que le clan va bientôt organiser des marches de soutien et que les manifestants ne seront pas tabassés par la police (pour une fois!)

    anonyme
    28 novembre 2018 - 23 h 40 min

    Apres avoir amassé des fortunes colossales voilà que le clan des prédateurs vient nous parler de corruption et patati patata (la hya la boulehya)
    Rendez cet argent volé au peuple et ne parlez pas au nom du président, vous utilisez le président seulement comme bouclier un president d’ailleurs otage comme nous
    Puisse venir votre heure inchallah

    la momie
    28 novembre 2018 - 23 h 03 min

    qui a entretenu la corruption ? qui a bloquer l’ investissement? qui a violer a plusieurs reprises la constitution? qui a ramener la cocaine et le cholera ?c’est bien sur le petit peuple …..

    6
    1
    Des Paroles, Des Paroles !!!!
    28 novembre 2018 - 22 h 26 min

    @Vector. Je ne partage pas ton opinion et vis versa mais respect pour toi car tu es opiniâtre et tu défends tes positions. Si nous les Algériens nous pourrions débattre de façon sereine, arguments contre arguments, programme contre programme de façon démocratique, sans émotion et de façon pragmatique, nous ferions un grand pas. Nous n’aurions plus peur du changement car tout le monde est d’accord que le modèle économique actuel n’est plus viable et nous met en danger. La société civile, c’est à dire nous tous, nous devrions gagner en maturité en nous écoutant, en se respectant, en se confrontant sur les idées afin qu’une vraie démocratie émerge. Car une génération, celle de la légitimité historique va disparaître, c’est une question de quelques années, il faudra bien que la génération post indépendance prenne les commandes avec une nouvelle forme de gouvernance. Mais vénérer un cadre, une photo et lire ou entendre un discours du président à travers un tiers…, il a fait son temps. MAIS Bouteflika que l’on l’aime ou pas est rentré dans l’histoire de notre pays voir au niveau international. N’importe qui ne s’improvise pas Ministre des Affaires étrangères à 23 ans avec des contributions certaines (ONU, NEPAD, différentes causes,…) et durant ces années de présidence il a fait avancer des sujets et cassé des tabous (femmes, tamazight, …) mais là, il fait le mandat de trop. Dommage! De plus l’économie n’est pas son point fort, il doit accepter de ne pas se représenter, NUL N’EST INDISPENSABLE, nous avons des talents capable de prendre la destinée de l’Algérie. Même Louisa Hanoune qui n’est pas le pire farouche de ses adversaires, vient de dire aujourd’hui, qu’il devait ne pas se représenter. Aujourd’hui l’économie (libérer les initiatives, l’informel, les subventions plus ciblées,..), la bonne gouvernance, la lutte contre la bureaucratie et la corruption doivent être les priorités. Nous avons besoin d’un autre profil tout en consolidant les acquis que Bouteflika nous a apportés.

    7
    6
      anonyme
      29 novembre 2018 - 4 h 14 min

      @Des Paroles, Des Paroles !!!!
      28 novembre 2018 – 22 h 26 min

      Helas meme les générations à venir ils les ont corrompu et ne pensent qu’aux flous et je puis vous assurer qu’ils sont pires que leurs maitres c’est foutu d’avance , ils ont tout programmé

    karimdz
    28 novembre 2018 - 21 h 35 min

    Le président a raison de dénoncer la bureaucratie, la corruption, mais il suffit pas de le dire, il faut prendre le mal à la racine, et j’espère que cela sera suivi d’effets.

    Il faut prendre des mesures pour soustraire ces deux maux qui empechent notre pays de se développer encore plus. S’agissant de la bureaucratie, il faut y aller franco, privatiser les services s’il le faut. C’est quand meme inadmissible de voir certains fonctionnaires se la couler douce, et pire, mépriser les citoyens et décourager les investisseurs.

    Pour ce qui est de la lutte contre la corruption, qui est un véritable frein au développement et menace la stabilité du pays.Cela commence par la mise en place d’une justice indépendante et implacable, puis de communiquer, en rendant publique les pratiques courantes, de mener des enquetes en Algérie et à l étranger… Les citoyens devront également participer à cette campagne en dénonçant des pratiques, mais surtout, en ne cautionnant plus celle ci, en refusant le bakchiche par exemple.

    La lutte contre la corruption, commence aussi dés l’apprentissage à l école, pour inculquer aux enfants l’honnêteté, le civisme, le respect, le sens des responsabilités etc… et leur faire comprendre que le travail est la clé de la réussite.

    6
    2
    yaka focon
    28 novembre 2018 - 21 h 21 min

    Tu crois qu’en demandant aux maires et walis…de cesser le piston, corruption, bureaucratie… ils vont s’exécuter?
    Il faut des cadres de l’Armée compétents avec un bureau dans chaque administration pour contrôler par surprise les actes louches et recevoir les plaintes groupées des usagers.
    exemple: Tel maire ou wali a privilégié telle personne pour tel emploi ou tel logement…les appels d’offres, les gachis etc
    Car celui qui s’est habitué à l’argent facile ne changera jamais, surtout s’il est couvert par un plus haut corrompu qui lui même est couvert par un autre…
    On ne met pas la démocratie aux mains de religieux incultes et rétrogrades pour élire leur pareil pour avoir des mosquées et « enfoularder » le pays.
    En 2018 on ne peut plus être maire sans diplôme ni aucune langue occidentale et en passant son temps à la mosquée.
    N’oubliez pas que pas mal d’Algériens ne comprennent rien à la langue Arabe qui doit reprendre sa place culturelle à coté de la religion hors de l’état, et non comme langue de développement.

    5
    5
      Ganov
      29 novembre 2018 - 1 h 22 min

      Detrompez vous, et comme vous le savez, dans chaque. administration un agent des SS se dessimule

    Hamid
    28 novembre 2018 - 19 h 08 min

    Nothing is simple but things can be made simple, apparent , lovable if we stop applying too many rules in our daily lives .Life without order is pointless. Unfortunately, we inherited bureaucracy ,an obsolete system in this day and age , from France .But this problem is solvable if we create our own system of governance based on the UK model .In the UK , villages , towns , cities are run by councillors , group of people democratically elected who are responsible for everything , independent of central government and provide all the services that their citizens need ( medical care , school canteens, street cleaning , rubbish collection , taxes…..just to mention a few ).Theressa May has nothing to do with local governance.This system eases the citizens’ lives , time -saving , paperless , away from corruption and cronyism.My question is , why are we still holding onto that colonialist system of administration when it is out of date in the time of technology and the age of the internet .Take care , compatriots, and tahia ElDzair as always !

    1
    4
    Kenza
    28 novembre 2018 - 19 h 04 min

    Il à beau hausser le ton, on n’a rien entendu….

    16
    6
    Anonyme
    28 novembre 2018 - 18 h 54 min

    il a haussè le ton you you you you you ;;;;;;;;;;;;;;;;;yaw fakou ils préparent le candidat de consensus en catimini

    16
    1
    Souk-Ahras
    28 novembre 2018 - 18 h 27 min

    Fakhamatouhou en compositeur éclairé, juge bon de diéser la dernière note de sa partition sans altérer l’ensemble de la sonate des pas perdus. Le tempo ne changera pas non plus, la cadence restera maintenue.

    14
    2
    Citoyen
    28 novembre 2018 - 17 h 06 min

    Le president hausse le ton 😂
    Il ferais mieux de demissionner si il aime son pays 🇩🇿🇩🇿🇩🇿

    30
    3
    1commentaire
    28 novembre 2018 - 16 h 40 min

    Le ton il aurais du le hausser a son arrivée au pouvoir,quand on et un homme qui dirige un peuple si on a de la sagesse et la volonté de bien guidé le peuple avec cette responsabilité la y’a aucun soucis tout suit dans le bon tempo du bien vivre ensemble dans la sérénité stabilité,par contre si cette personne encourage la corruption et le mal qui sent suis ces la malédiction pour son peuple et les générations toutes entière le résultat au jour d’aujourd’hui et éloquent que du négatif pauvre de nous et surtout de lui il a du Mal a respiré et on nous dis il hausse le ton pour qui nous prend ton hein !!!..

    22
    1
    Anonyme
    28 novembre 2018 - 16 h 33 min

    SERIEUX ???? Fakhamatouhou (…) a retrouvé sa lucidité , sa vitalité et sa jeunesse par un miracle divin . MILLE MABROUK

    23
    2
    sabrina
    28 novembre 2018 - 16 h 15 min

    vous êtes lamentable avec vos commentaires de Mickey vous faites pitié respectez votre président il a tout donné même sa santé pour son pays et son peuple il vous a fait sortir de la décennie noire , vous êtes a vomir le président a eu quoi en échange un AVC a cause de vous et aujourd’hui vous vous moquez de lui pauvre ignorant ,(bravo monsieur le président Bouteflika pour votre discours un très bon rétablissement il y a quelque personne ingrate et beaucoup de scorpions qui voudraient voir votre pays aux mains des sionistes et france pour ce la partager ses ignorants ne connaissent pas la valeur de l’Algérie ils veuillent la vendre (les marocains allez voir votre cafard de escobar6 lui bientôt dans une chaise roulante inchallah amène )Anonyme tu es lamentable un vrai ignorant du journal Algérie patriotique j’allais dire autre chose qu’ignorant plus cruel

    11
    59
      SAGESSE
      28 novembre 2018 - 16 h 56 min

      Sabrina, je pense que c’est vous qui êtes insensibles aux douleurs du président. C’est vous qui l’utilisez à des fins uniquement d’intérêts étroits alors qu’il doit rester chez lui et prendre ce repos qu’il a tant mérité.

      31
      3
      Chibl
      28 novembre 2018 - 17 h 06 min

      Sabrina en cuisine c’est l’heure de faire le dîner.

      28
      4
      Farida
      28 novembre 2018 - 18 h 06 min

      Si vous etes aveugle, il y a le RHB. Sinon il y a belahmar avec son Herz. Vous devriez vivre dans un autre monde.

      Anonyme
      28 novembre 2018 - 19 h 03 min

      @Sabrina ; Une série de roqia assisté, accompagnées de quelques tapettes au dos au fer rouge pourrait vous être bénéfique.

      11
      2
    Anonyme
    28 novembre 2018 - 16 h 04 min

    Quand il s’est rassasié il a dit au nom de Dieu.Cette formule on l’a dit au début et non a la fin.Yaou thardat.
    Tout simplement le peuple se demande s’il y a commandant de bord dans ce bateau.Les des dont jetés et résultats connus.

    20
    2
    Fako !
    28 novembre 2018 - 15 h 59 min

    Les fins connaisseurs du style Bouteflika de par ses écrits, ses communiqués et ses discours, vont vite s’apercevoir que le message lu ce matin 28 novembre en son nom par le secrétaire général de la présidence de la République, Habba Okbi, à l’ouverture de la réunion Gouvernement-walis, n’est pas de lui !

    Je suis convaincu d’après ce style, cette tonalité, le choix de certains mots que le rédacteur à changer et que Bouteflika n’a pas mis sa patte ! Ce n’est pas du « pur Bouteflika » car lui aurait corrigé et donnée une toute autre forme et tournure à ce message ! Je ne le poste pas car il est repris par toute la presse nationale !

    19
    2
    Anonyme
    28 novembre 2018 - 15 h 57 min

    Il y a deux fleaux qu il faut aneantir sans complaisance mais severement.La corruption et ses derives et la drogue sous toutes ses formes.Ces deux cancers sont en train de ronger les institutions de l Etat et nul reforme dans le systeme ne peut reussir sans aneantir ces deux fleaux.Il ne suffit que de peu de choses pour reussir.Je vous donne l exemple du petit Etat de Singapour.Singapour independant depuis 1965,a su devenir, avec très peu de ressources naturelles et des problèmes socio-économiques importants – émeutes raciales, chômage massif, difficultés de logement et d’accès à l’eau –, l’un des pays les plus développés et les plus prospères du monde, en termes d’économie, d’éducation, de santé, de sécurité et d’urbanisme. En 2011, Singapour est le troisième pays au monde en termes de produit intérieur brut à parité de pouvoir d’achat (PPA) par habitant après le Qatar et le Luxembourg.Singapour possède le deuxième port au monde (après Shanghai) en termes d’exportations et de trafic maritime. La population singapourienne dispose d’un très haut niveau de vie et la Cité-État est souvent surnommée « La Suisse d’Asie ». En 2009, Singapour affichait ainsi la plus forte concentration de millionnaires rapportés à la population totale devançant Hong Kong (Chine), la Suisse, le Qatar et le Koweït. Présentant une stabilité politique remarquable, Singapour est considéré aujourd’hui comme une « démocratie autoritaire » ou « dictature bienveillante ». La cité-État est donc considérée comme un pays pratiquant le libéralisme économique sans le libéralisme politique. Le mode de gouvernement se rapproche plus de l’autoritarisme que d’une démocratie multipartiste. D’après le recensement de 2017, 33,1 % des habitants de Singapour sont bouddhistes, 18,8 % musulmans, 14,9 % chrétiens, 11 % taoïstes, 5 % hindouistes, 0,6 % ont une autre religion et 18,4 % n’en ont aucune
    La question qui se pose quel est le secret de cette reussite…???. Tout simplement une discipline de fer et le respect strict des lois.Les lois sur le comportement social sont réputées très strictes. Le maintien de l’ordre est assuré par un corps de police dont la plus grande partie des membres agit en civil, permettant ainsi de surveiller toute entorse à la loi de manière plus efficace. La législation est d’ailleurs appliquée strictement tant aux nationaux qu’aux étrangers. Ainsi, le taux de criminalité de Singapour figure parmi les plus bas du monde, les rues étant sûres à toute heure.De grosses contraventions sont infligées aux gens qui jettent des papiers et déchets (y compris les mégots de cigarette), qui crachent ou qui urinent dans les lieux publics, ce qui est passible d’une amende de 1 000 $.Les manifestations sans autorisation et les grèves sont interdites.
    Internet est placé sous le contrôle du Media Development Authority (anciennement sous celui de l’Autorité audiovisuelle de Singapour, la Singapore Broadcasting Authority, ou SBA) qui peut exiger des opérateurs qu’ils bloquent l’accès aux sites proposant des contenus « portant atteinte à la sécurité publique, à la défense nationale, à l’harmonie raciale et religieuse, et à la morale publique ». Les FAI, dont les activités sont soumises à l’obtention d’une licence, doivent par ailleurs installer des systèmes de filtrage au travers desquels doivent passer les connexions Internet locales. Ce filtrage touche certes majoritairement les sites pornographiques, mais il s’étend également aux publications politiques, surtout en période électorale……etc.
    Donc une discipline de fer et tolerance ZERO de la corruption et de la consommation et trafic de drogue.
    L’actuelle présidente, Halimah Yacob, a été élue le 14 septembre 2017. Elle est musulmane et porte le foulard.
    Depuis 1965, seulement trois premiers ministres se sont succédés, tous membres du Parti d’action populaire (PAP) qui domine la politique singapourienne depuis l’indépendance. La Constitution singapourienne est inspirée par le parlementarisme britannique, cependant le Parlement de Singapour est unicaméral, c’est le pouvoir législatif de Singapour. Il comprend 89 membres pour un mandat maximum de cinq ans. Le Premier ministre est le chef du gouvernement. Le président de la république de Singapour est le chef d’État.
    Voila donc un modele d Etat demuni de ressources qui parvint a atteindre les sommets par la discipline grace a une gouvernance autoritaire d hommes de caractere competents patriotes et disciplines,le peuple n a fait que suivre pour construire cette reussite unique au monde, Singapour qui faisait partie de la Malaisie mais dont les Malais n en voulait pas car la population de Singapour comportait trop de Chinois et d Hindous.

    5
    5
      Vector
      28 novembre 2018 - 16 h 49 min

      Singapour est un port international depuis 200 ans et n’a que 5 millions d’habitants !

      8
      3
    hamza
    28 novembre 2018 - 15 h 53 min

    De grâce président vous et votre clan avez assez amasser argent durant 20 ans , vous avez pardonner au terroristes Qui on tuer nos familles et épargné les votre
    laisser notre pays en paix juste par amour de notre nation ,un pays où il devrait pas avoir un seul expatriés grâce a la richesse de notre belle terre , de grâce parter pendant que vous le pouvez et laisser nous notre pays

    22
    2
    Des paroles, des paroles !!!!
    28 novembre 2018 - 15 h 49 min

    Il est le premier responsable de la promotion de la corruption en Algérie. Il en a fait un mode de gouvernance.
    Il a bridé l’initiative et il a empêché l’économie de marché d’émerger. Nous avons perdu 20 ans pour son manque d’ambition et de vison pour notre pays. Le Tab Djanou doit s’appliquer, la parole du président s’est fortement altéré et elle a perdu de sa valeur. Baraka, 20 ans ça suffit!!!

    29
    3
      Vector
      28 novembre 2018 - 16 h 12 min

      Des Critiques, Des Critiques !!!!
      Comparez l’Algérie de Bouteflika (1999-2018) au reste du monde arabo-musulman !
      Irak, Syrie, Liban, Libye, Égypte, Tunisie, etc
      Et vous comprendrez que le bilan de Bouteflika n’est pas mauvais !

      4
      33
        Anonyme
        28 novembre 2018 - 17 h 07 min

        On peut comparer l’Algérie à d’autres pays aussi qui ont fait beaucoup mieux sans pétrole. Le président à dépenser 1000B$ sans créer de richesse. Une jeunesse en désespérance, corruption, incivilité, chômage, business informel, évasion des capitaux, pays ennuyant sans infrastructure pour les citoyens, clientélisme, viol de la constitution à plusieurs reprises …ect Le président n’a jamais eu une grande ambition pour la pays à part sa mosquée à Alger (voir les infos de Wikileaks d’un ancien ambassadeur des US et récemment les articles de Hammid Temmar de ce jour sur la règle des 49/51 et de l’endettement et le rapport de la cour des comptes). Son bilan est médiocre. Un fameux Général (…) disait que l’on ferait pas d’un canasson, un cheval de course, je te laisse méditer sa citation.

        21
        3
          Vector
          28 novembre 2018 - 18 h 11 min

          1000 milliards/20 ans = 50 milliards/an
          50 milliards / 35 Millions d’habitants =
          1500 dollars dollars par habitants / an
          1500/365 jours = 4 dollars par jour/ habitant
          Vos 1000 milliards sont une misère !
          Quels Pays a fait mieux que l’Algérie ?
          Aucun !

          6
          8
        Anonyme
        28 novembre 2018 - 17 h 15 min

        Dans son état actuel, si il avait un minimum de fierté, il devrait démissionner ou au pire ne pas se représenter. Il est la vitrine du pays, de part l’image qu’il donne, il n’honore pas les algériens. Nous sommes la risée du monde entier. La déliquescence du pays est le fait de son état physique et morale si nous avions un président digne de ce nom, il serait le premier à combattre la corruption, la bureaucratie et le clientélisme comme vient de lire son conseiller le message que le président n’a jamais écrit.

        18
        1
        Anonyme
        28 novembre 2018 - 17 h 19 min

        Le pseudo de « Vector » c’est Ould Abbas,tu as été reconnu !!

        14
        Anonyme
        28 novembre 2018 - 18 h 48 min

        pourquoi pas comparer l Algérie au Brésil, Espagne , le Portugal , la Grèce que l Algérie a aidè à se débarrasser de leur dictateur respectif ;;;;;;;;;;et le Vietnam à se libérer de impérialisme américain et qui exporte annuellement pour plus de 70 milliards de dollars hors hydrocarbure ? c est plus claire et net !

        5
        2
          Vector
          28 novembre 2018 - 19 h 42 min

          Le Brésil n’est qu’un exportateur de matière première !
          L’Espagne et le Portugal n’ont jamais été des pays du Tiers-Monde !
          Par exemple, on fabrique des voitures en Espagne depuis 1904 !!!
          La Grèce est une économie sous-développé, son niveau de vie plus élevé que l’Algérie n’est dû qu’a son adhésion illégitime à l’UE car « on ne claque pas la porte au nez de Platon » dixit Valéry Giscard d’Estaing
          Le Vietnam n’est qu’un sous-traitant bas de gamme qui fait travailler ses enfants à partir de 5 ans, c’est ça votre modèle pour l’Algérie ?

          1
          5
        صالح/ الجزائر
        28 novembre 2018 - 19 h 17 min

        l’Algérie n’est ni Irak, ni Syrie, ni Liban, ni Libye, ni Égypte, ni Tunisie, ni etc grâce aux Événements du 5 octobre 1988 et à la décennie rouge . c’est le peuple qui a accepté de payer les pots cassés , de sa dignité , et vivre en paix et non le Nidham pourri corrompu et corrupteur .

    Chibl
    28 novembre 2018 - 15 h 02 min

    Bouteflika ou ceux qui le prennent en otage le représenteront a un 5 eme mandat même si ca doit détruire le pays.

    27
    3
    صالح/ الجزائر
    28 novembre 2018 - 14 h 29 min

    Il a dénoncé , avant TAB JNANI , les trois quarts de Président . il a dénoncé les 15 chats . il a dénoncé la justice . il a dénoncé la douane . … . Il a brandi Saif Al Hajjaj . Il a ordonné irfaa rassek ya ba ( lève la tête, O Ba ) . il a promis djazair el izza wa el karama . … .
    Mais après 19 ans , non seulement la corruption, la bureaucratie, la crise institutionnelle … ne sont malheureusement pas diminuées ou disparues , mais elles sont montées en grade et devenues des gouverneurs .
    Et puis , après TAB JNANI , avec quels moyens peut il hausser le ton ? .
    On ne peut pas lutter contre la corruption, la bureaucratie, la crise institutionnelle avec : des Al khalifa , des Sidhoum Saïd, des Belkhadem , des Saadani , des Ould Abbas , des Ali Al goudron , des Boucher anciens qui montent des pneus et nouveaux qui importent de la cocaïne … .

    31
    2
      Anonyme
      28 novembre 2018 - 19 h 26 min

      C’est l’Algérie éli tab jnanaha pas Bouteflika.

    Anonyme
    28 novembre 2018 - 14 h 17 min

    Les discours de Bouteflika sont devenu comme des hadiths ,il y a ceux qui sont considérés comme authentiques d’après la chaîne du « sanad » et d’autres faibles selon les rapporteurs. Il nous faut des « sahihayne » comme Bukhari et Muslim pour remonter la chaîne et voir l’authenticité de ces discours présidentiel .

    26
    1
    Lghoul
    28 novembre 2018 - 14 h 04 min

    Lu pour vous pour illustrer comment des intrus venus du maroc et de tunisie se sont accaparés des richesses du pays. C’est drole mais c’est vrai. Les master de « Lhila ».
    ————————————————————————————————————————————-
    Djeha, le burnous et l’ane.
    Djeha était pauvre et affamé. Désespéré, il pria le bon Dieu de lui donner 10.000 D.A. -« Je n’accepterai pas le moindre dinar en moins », dit-il. Son voisin qui l’entendit voulut le mettre à l’épreuve. Il lui jeta en cachette la somme désirée avec 10 D.A en moins. Djeha était très content de constater que Dieu a exaucé ses vœux rapidement. Il compta l’argent et trouva qu’il manquait 10 D.A. En bon philosophe, Djeha garda l’argent en disant :

    -« Bof ! La prochaine fois, il m’ajoutera le reste, les demandeurs sont peut-être trop nombreux ».

    Le voisin qui croyait naïvement que Djeha rejetterait l’argent, se présenta chez lui :

    -« Rends-moi mon argent ! »

    -« Ce n’est pas le tien ! Il m’est offert par le bon Dieu ! »

    Ils se querellèrent sans arriver à s’entendre. Alors, le voisin lui demanda d’aller consulter le Cadi pour régler leur différend.

    -« Je ne peux pas. J’ai froid et je suis malade », dit Djeha.

    Le voisin revient à la charge et insiste.

    -« Je vais aller chez le Cadi si tu consens à me prêter ton âne et ton burnous ? »

    Le voisin accepta et ils se rendirent chez le Cadi.

    En arrivant, le Cadi interrogea le voisin :

    -« A qui est l’argent ? »

    -« L’argent est à moi », répondit le voisin.

    Djeha intervint. Il te dira aussi que l’âne et le burnous sont à lui ?

    -« A qui appartiennent l’âne et le burnous ? », dit le Cadi.

    -« Ils sont à moi aussi », dit le voisin.

    -« Tu vois, il croit que tout est à lui dans ce monde », dit Djeha.

    Le Cadi donna raison à Djeha qui repartit avec un burnous et un âne en plus de l’argent.

    19
    3
    Lghoul
    28 novembre 2018 - 13 h 43 min

    Dans sa missive, le président Bouteflika a affirmé que ses réalisations ne sont qu’une étape parmi plusieurs autres. « Il reste beaucoup à faire », a-t-il notamment souligné. Ensuite il a affirmé qu’attaquer les institution c’est équivalent a « attaquer la constitution ». Pour le bilan, il nous a été que trop bien expliqué par ould abbas au point ou l’ont ne sait plus que veut dire le mot « bilan » – On le conprendrait certainement lors du 5ie. Pour la constitution, la violer a plusieurs reprises pour des mandats supplémentaires, ou faire sortir et humilier le président de l’APN en lui cadenassant la porte du batiment de cette institution sont aussi des actes qui respectent la constitution a la lettre. Tout cela me rappelle l’histoire du voleur qui crie « au voleur ».

    24
    anonyme
    28 novembre 2018 - 13 h 39 min

    @Chibl
    28 novembre 2018 – 11 h 41 min
    Un jour nous saurons qui écrit ces messages au nom du président.
    Voilà un commentaire censé je vous rejoins. C’est le clan des prédateurs qui écrit tous ces messages une poignée d’hommes misérables qui ont pris president et peuple en otages Désolé Mr le président est absent depuis longtemps
    et si ce rapporteur dit que Bouteflika hausse le ton qu’on nous le montre
    Allah yarham oualdikoum arrêtez de mentir

    17
    Ali-Mentation
    28 novembre 2018 - 13 h 39 min

    Vous avez raison Mr Président des affairistes et les fraichement naturalisés;le peuple Algérien à majorité il est atteint de la maladie d’Alzheimer;vous serez réélu et sans aucun problème;à cause de vos urnes caméléons inventées par le FLN-RND, les grands malheurs de la Nation Algérienne

    18
    1
    Amar
    28 novembre 2018 - 13 h 32 min

    On aura tout vu et entendu, l’enfant prodigue « hausse le ton », reste à savoir contre qui?

    14
    Opprimé
    28 novembre 2018 - 13 h 18 min

    Enfin.! notre grand président vient de se rendre compte que sa corruption vient de détruire la nation se son peuple.Enfin;! notre Grand Roi imposé de force se rend compte que sa politique de favorisée l’injustice et la corruption a fait fuir tout nos Médecins et Ingénieurs;ils restent que des brebis et des moutons sans compté les lèches Babouches et rapporteurs de cadeaux a nos fonctionnaires et élus;nos dirigeants sont atteint de la maladie d’alzheimer et ils ne souviennent de rien surtout de leur passés douteux;dites nous Monsieur Pharaon;qui à choisi Monsieur Corruption et Injustice,c’est vous parce que il est de votre clan;vous essayez de berné encore une nouvelle fois un peuple souffrant et traumatisé de plusieurs années de conflit;le Mal Acquit ne profitera jamais ni a vous,ni vos frères; ni a vos proches;Parole d’un opprimé de votre pourrie justice

    37
    1
    LOUCIF
    28 novembre 2018 - 12 h 57 min

    Pourquoi les journalistes ou les média au lieu d’écrire ou de dire « Bouteflika hausse le ton » , n’écrivent-ils ou ne disent-ils pas : « le pouvoir hausse le ton » !

    Ainsi on pourra dire que l’information serait plus crédible, plus porteuse, plus croyable, plus plausible, plus acceptable, plus fiable !

    35
    4
    Zaatar
    28 novembre 2018 - 12 h 42 min

    Je me demande comment il a fait pour hausser le ton… à moins d’un ampli adapté, peut être…

    48
    5
    Lghoul
    28 novembre 2018 - 12 h 05 min

    D’abord comment pourra-t-il hausser le ton ? Ensuite comment et pourquoi « intervenir » maintenant pour « dénoncer la corruption et la bureaucratie » quand tout le monde a apparemment suivi a la lettre, « le programme du président » depuis 1999 ? Et puis attendre maintenant, presque 20 ans après, pour se rendre compte qu’il y a la corrupution et la bureaucratie, c’est a ne rien comprendre quand les sonatrach 1,2,… infini et les autoroutes est-ouest et nord sud n’ont pas cessé de crier au secour depuis des lustres.
    De tous les gens cités dans la corruption, de chakib a bouchouareb et de ghoul, saidani allant jusqu’au panama, etc. lequel a été auditionné pour juste vériifer un petit chwiya, par notre « justice », si c’est vrai ou faux ? Mais étrangement, des généraux, des journalistes et acteurs sont mis en prison en 5 minutes et la justice a été super rapide la dessus. Donc je voudrai bien comprendre si on nous parle d’un rêve, d’un cauchemard ou encore d’une blague. Il y a un addage kabyle qui dit « Iqqim ami thâarrane, ikhdhem ahdhoum ithrewla ». (Il a attendu qu’on le dévalise pour prendre la fuite). Alors la corruption a gangréné les institution de puis longtemps et le résultat est quotidien: Des milliers de harragas, le chomage et la pauvreté qui augmentent et le laissez aller et une anarchie totale a tous les niveaux. Il nous faudrait un miracle pour que les gens « conditionnés » par la rente, le mensonge et le FLN et la religion de type business commencent a comprendre la définition du travail, de la prospérité et d’un état moderne, avancé technologiquement et tolérant – Synonymes de paix et stabilité. Sinon la « stabilité » a travers des rigolos tels qu’ould abbas et son programme de mensonges ou ghoul, l’homme orchestre me donne des cauchemars horribles.

    36
    3
    lhadi
    28 novembre 2018 - 12 h 04 min

    Il est des affirmations que l’on retrouve fréquemment au détour de discussions, dont la portée fait souvent office d’argument massue, mais sans que ne soit jamais remise en cause sa pertinence. Parmi elles : l’affirmation que la loi fondamentale de la république a beau tracé la voie ; le Président de la république marche dans la sienne.

    En effet, les décisions unilatérales prises à l’emporte pièce par celui qui est sensé défendre les intérêts de la nation algérienne m’amène aussi à la triste conclusion : que le juste et l’injuste sont devenus chez le florentin d’Alger termes de convention, vagues, indéterminables.

    La république algérienne démocratique et populaire, celle dont la voix était respectée et si souvent entendue, n’est-elle pas devenue, sous les mandatures du césarisme algérien, une république de copains et de coquins ; une mare à canards où ils font bon marché l’honneur du pays ?

    Seule l’instauration de la mythique main étrangère permet l’expression du césarisme algérien que je juge comme corrompu, ne servant pas les intérêts de la nation et inefficace face à ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.

    Les algériennes et les algériens qui veulent le meilleur pour l’Algérie, ne veulent plus de ce « petit dictateur » qui insert son destin en lettre cousue de trahison et de lâcheté.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    30
    2
      Anonyme
      28 novembre 2018 - 15 h 10 min

      Bravo Lhadi… bravo… bravo…du miel sur mon cœur… aux autres internautes liser et relisez et bien sûr savourez…..salam

      9
      2
    Anonyme
    28 novembre 2018 - 11 h 55 min

    Il se lave les mains. Ou il est chef d’Etat, alors il donne des faits et des jugements et condamnations oubien c’est une mise en scene des memes criminels qui font dans le parlant-pour. Un Etat n’est pas du moralisme c’est des comptes et c’est des fonctions et responsabilités. Nous vendre le une intervention écrite qui sait par qui comme passage juridique semble plus dénoter un feodal où le chef encense moralement. L’histoire vous jugera comme president qui couvre les criminels

    30
    Chakib
    28 novembre 2018 - 11 h 42 min

    Une déclaration pour la consommation interne mais le peuple n’est pas dupe.

    32
    Chibl
    28 novembre 2018 - 11 h 41 min

    Un jour nous saurons qui écrit ces messages au nom du président.

    35
    1
    Abou Stroff
    28 novembre 2018 - 11 h 39 min

    « Corruption, bureaucratie, crise institutionnelle : Bouteflika hausse le ton » titre K. M..
    je parie que c’est une « fake news ». en effet, j’attends d’entendre notre bienaimé fakhamatouhou avant de me prononcer.

    42
    Anonyme
    28 novembre 2018 - 11 h 35 min

    OUI monsieur le président vous avez raison on fera semblent de vous craindre ,pour continuer nos magouilles avec benef

    31
    Biskri
    28 novembre 2018 - 11 h 32 min

    Ben voyons ! Il hausse le ton avant les élections.. la corruption généralisé c est lui meme qu il la installer. Qu il part a tout jamais et qu il laisse le peuple algerien s émancipé .

    35
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.