Accord UE-Maroc : des organisations mobilisées contre tout accord incluant le Sahara Occidental

Etats
Le pillage des biens du peuple sahraoui avec la complicité de l'UE continue. D. R.

Quelque 100 organisations de la société civile sahraouie se sont adressées au Parlement européen, à la Commission européenne de la pêche ainsi qu’aux Etats membres de l’Union européenne pour éviter la signature de tout accord d’association commercial avec le Maroc, pouvant porter atteinte aux droits fondamentaux du peuple sahraoui.

Cette requête, signée et adoptée par près de 100 organisations des droits de l’homme, représentant les territoires occupés, les camps des réfugiés sahraouis et la diaspora, a été rendue public, jeudi 29 novembre, par l’Observatoire des ressources naturelles du Sahara Occidental (WSRW).

Les collectifs de la société civile sahraouie ont demandé au Parlement européen, à la Commission européenne de la pêche et aux Etats membres de l’UE de «respecter le droit du peuple sahraoui avant la signature de tout accord d’association entre l’UE et le Maroc, incluant dans ses clauses les eaux territoriales du Sahara Occidental occupé par le Maroc».

Les ministres de la pêche de l’UE devraient voter, au cours des prochaines semaines, un accord d’association entre l’UE et le Maroc incluant les eaux territoriales du Sahara Occidental.

Prenant habituellement plus de temps pour évaluer les accords économiques, le Parlement européen veut procéder à la ratification de ces documents, en février prochain, un délai qui ne permet pas aux commissions d’évaluer la proposition ou de la soumettre à débat, selon les observateurs.

Les autorités sahraouies veillent à protéger leurs ressources de toute exploitation illégale, à travers le déploiement de leur diplomatie pour mobiliser davantage de soutien à l’autodétermination du peuple sahraoui et lui permettre de tirer profit de ses ressources. Dans ce sens, une délégation sahraouie a entrepris, ce mois-ci, une série de rencontres avec les membres du Parlement et l’intergroupe parlementaire de paix au Sahara Occidental, autour du dossier des ressources naturelles du Sahara Occidental, afin de sensibiliser les représentants des peuples européens au «danger» de toute tentative visant à faire fi de la charte internationale et des décisions de la Cour de justice européenne (CJUE) de 2016 et 2017.

Pour sa part, la chef de la diplomatie européenne, Federica Moghreni, a affirmé que la Commission européenne allait se conformer à la décision de la CJUE du 27 février 2017, soulignant que les décisions de cette instance étaient astreignantes, aussi bien pour les institutions de l’UE que pour les Etats membres. Ces réactions interviennent suite aux tentatives répétées de la Commission européenne d’outrepasser la décision de la CJUE dans l’intention de gagner un peu plus de temps, en attendant de poursuivre le pillage des biens du peuple sahraoui avec la complicité du Maroc, et ce, en persistant à renouveler les accords de pêche UE-Maroc incluant les eaux territoriales du Sahara Occidental occupé.

R. I.

Comment (12)

    HANNIBAL
    30 novembre 2018 - 13 h 24 min

    Et pendant ce temps le Mexique a reçu Brahim Ghali avec tout les Honneurs , pour assister a l’investiture du
    nouveau président élu André Manuel Lopez Obrador , réaffirmant leur reconnaissance a la RASD ,
    encore une gifle magistrale aux nervis du makhnaz qui voit Ghali reçu comme un chef d’état ,envahit par
    le Stress depuis le verdict de la CJUE , fait découvrir que la déception est grande , et la propagande
    pour couvrir l’indéfendable ; qui dure depuis 43 ans dont le royaume se cache derrière ses slogans creux
    de marokanité du Sahara , les organisations qui soutiennent les Saharaouis
    la cause savent qu’ils refusent d’etre des sujets de Momo VI, et le réafirmeront le 5 et 6 décembre !!

    3
    7
      Oranaise
      30 novembre 2018 - 13 h 43 min

      Oui reçu avec des honneurs,
      Et ça change quoi à ton avis, si toi aussi tu es saharaoui alors tu profite toi aussi de nous, vous voulez le Sahara dégage de chez moi et va combattre le Maroc et arrête de bouffer le pain qu’on a déjà du mal à avoir

      8
      5
      Tu as raison
      30 novembre 2018 - 14 h 17 min

      juste comme un chef d’état, mais en chef d’état, c’est ce que fait la différence entre le vrai et le faux …

      3
      3
        Tu As raison
        30 novembre 2018 - 16 h 10 min

        Il faut lire, mais non pas en chef d’etat…

        PS: Merci de ne pas effacer le « non pas »

        2
        2
    vache a lait
    29 novembre 2018 - 19 h 39 min

    Apparemment il n’ y pas qu’eux qui ne pèsent pas grand chose…, le pire c’est qu’elles nous coûtent trop chers, sans compter les honoraires des avocats charognards qui nous mènent en bateau depuis fait 43 ans

    25
    12
      Vangelis
      30 novembre 2018 - 4 h 52 min

      A qui coutent ces avocats ? Pas à vous en tout cas puisque vu votre niveau intellectuel, vous ne devez pas produire pour rehausser les revenus du pays.

      8
      10
    Lhadi
    29 novembre 2018 - 18 h 21 min

    Apparamment ces organisations ne pesent pas grand chose puisque l’accord de pêche signé le 24 juillet dernier à Rabat, a été adopté ce jeudi par les ministres représentant l’ensemble des États membres de l’Union !?

    34
    12
      Vangelis
      30 novembre 2018 - 5 h 01 min

      Lorsqu’on ne connaît pas les rouages et la politique on s’abstient de commenter.

      Signature ou pas à Rabat ou à Pétaouchnok d’un prétendu accord par des ministres de la pêche de l’U.E ne veut pas dire accord formel.

      La démocratie que vous ignorez fait que ces ministres n’ont pas le pouvoir de rendre force à un accord sans le votre du parlement européen.

      Pour votre information, les ministres sont des hommes politiques nommés par leur gouvernement respectif et ne représentant que leur propre pays dans les institutions européennes.

      Les député, eux, sont élus par les citoyens européens et sont les seuls à approuver, amender ou rejeter tout accord fusse-t-il approuvé par des ministres.

      Et si d’aventure, il n’y a pas consensus, alors des référendums spécifiques sont organisés selon le degré d’importance de toute loi ou décision qui engage un pays par rapport à d’autres membres de l’U.E.

      En conséquence, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Arrêtez de faire dans la fausse information.

      7
      12
        Amen
        30 novembre 2018 - 8 h 14 min

        Quelle culture ! Je reste perplexe devant tant de savoir.

        10
        6
          Vangelis
          30 novembre 2018 - 10 h 27 min

          Et sinon avez-vous quelque chose à dire au sujet de cette information ?

           » Le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt « 

          4
          9
        Lhadi
        30 novembre 2018 - 11 h 40 min

        Theorie politique par éxcellence ce que vous dites ;n’empêche qu’une large majorité des députés européens ne voteront pas contre les interêts de leurs pays respectives représentés par ces ministres !

        6
        4
          Vangelis
          1 décembre 2018 - 8 h 52 min

          La culture des zarabes est de se livrer pieds et poings liés à des zélus par la fraude, la corruption ou la cooptation.

          Les élus européens ne sont pas comme ceux d’Algérie des béni oui-oui ou des lèches babouches comme ceux de la narco-terro-monarchie qui lèvent la main pour approuver sans broncher ceux qui leur a été dicté.

          Les élus européens et ceux des démocraties sont des contre-pouvoir au pouvoir lui-même, d’où leur désignation de : opposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.