Situation en Algérie : Trump envoie son sous-secrétaire d’Etat en éclaireur

Hale
David Hale, sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires politiques. D. R.

Par Kamel M. – Les Etats-Unis suivent de près l’ambiance politique fébrile en Algérie à l’approche de l’échéance électorale cruciale de 2019. C’est en éclaireur de Donald Trump que le sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires politiques, David Hale, se trouve à Alger où il a été reçu par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.

«La visite en Algérie du haut responsable américain, qui s’inscrit dans le cadre des consultations politiques régulières entre les deux pays, a permis aux deux parties de procéder à une évaluation des bonnes relations qui lient les deux pays ainsi qu’à un échange approfondi sur la situation dans la sous-région», indique un communiqué laconique du ministère des Affaires étrangères. Mais il semble bien que la «situation dans la sous-région» n’est pas la seule préoccupation des Américains.

Beaucoup d’événements ont marqué la scène politique en Algérie ces derniers mois. Tout a commencé lorsque les services de sécurité ont intercepté une cargaison de 701 kg de cocaïne au port d’Oran en provenance du Brésil après une escale à Alicante, en Espagne.

Depuis, les événements se sont accélérés et une série de mesures radicales ont été prises en haut lieu. Et, bien qu’aucun lien n’ait été établi entre cette affaire gravissime et les limogeages qui ont touché de hauts responsables de l’Etat, notamment de l’armée et d’autres services de sécurité, les officines étrangères se sont intéressées à ces changements opérés par le président Bouteflika et décrits, au début, par le vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major comme étant «normaux».

Autre sujet d’importance qui intéresse les partenaires étrangers de l’Algérie au plus haut point, l’éventualité pour le président Bouteflika de se présenter pour sa propre succession. Bien que le chef de l’Etat ne se soit pas prononcé, l’ancien secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, avait brouillé les cartes en affirmant que Bouteflika «est le candidat du FLN pour un 5e mandat». Les médias occidentaux s’étaient empressés de relayer cette «annonce» considérée comme une candidature officielle.

La crise au sein du parti majoritaire a amplifié les incertitudes sur les perspectives politiques à l’approche de la présidentielle de 2019. Le discours ferme du président Bouteflika adressé ce mercredi à l’opinion publique à travers les walis, résonne comme une mise en garde sérieuse contre ceux que le Président accuse de vouloir semer le désordre dans le pays. A qui s’adressait-il ?

Les Algériens s’interrogent. Les Américains aussi.

K. M.

Comment (44)

    Anonyme
    30 novembre 2018 - 12 h 32 min

    il est venu s’inquiter des interets des USA en Algerie si au cas ou?

    anonyme
    30 novembre 2018 - 8 h 22 min

    Les USA se fichent de tout sauf de la sécurité d’Israel. Il vient donc vendre le plan Trump qui vise à isoler et à désarmer le Hamas et les Brigades, donc la résistance armée. L’Union européenne suit les USA sur ce dossier. Seul Israel importe aux yeux des sionistes américains. pour le reste, ils dorment tranquilles, ils dominent tout !

    3
    1
    Blakel
    29 novembre 2018 - 22 h 55 min

    Il est venu s’assurer que leurs intérêts économiques (notamment pétroliers) seront bien préservés, et vient prendre des nouvelles de leur chouchou : Chakib Khelil.

    9
    3
    karimdz
    29 novembre 2018 - 21 h 38 min

    De quoi se melent les américains, est ce que l Etat algérien se mêle de la vie politique très agitée de l amérique depuis l’arrivée d un individu à la fois fou et clown, à la maison blanche ?

    La vie politique algérienne ne regardent que les algériens, les seuls à pouvoir s’interroger et exiger des réponses, et certainement pas, les américains, qui sacrifient états et peuples sur l autel de leurs seuls intérêts.

    L Algérie n’est pas le 52e état américain, c’est un état souverain, n’essayez pas de nous trumper !

    6
    16
      Anonyme
      30 novembre 2018 - 7 h 46 min

      Ya si Karimdz…en réalité tu as raison..on est souverain etc…mais lorsqu on est faible tout le monde qui est plus fort que nous aura droit de regards sur ce qu on fait…c la réalité de la jungle..la seul façon que le monde nous respectera c d avoir notre industrie militaire qui copie et innove…mais bien sûr avoir notre bombe. Aujourd’hui on achète tout..rien ne se fabrique chez nous…on 3st a la merci..oui je sais c pas la réponse que tu voulais..mais Allah ghaleb.

      5
      3
        Anonyme
        30 novembre 2018 - 14 h 30 min

        Les gens qui mettent des thumbs down dite nous pourquoi vous n aimez pas ce que vous lisez…répondez avec arguments ..allez y j écoute et serais très attentif..

          karimdz
          30 novembre 2018 - 21 h 35 min

          Les pouces en bas sont toujours le fait des memes individus qui ne sont pas algériens mais de vulgaires imposteurs sionistes ou maroukis, dés lors qu’un algérien dit une vérité, aussitôt cela déclenche les thumbs down.

          Les algériens ne sont pas dupes, ils sont lucides, et ces microbes peuvent toujours gigoter.

        karimdz
        30 novembre 2018 - 21 h 40 min

        Anonyme tu soulèves un autre problème, celui de la dissuasion.

        Tu n es pas sans ignorer, que nos ennemis nous guettent, et que s’ils ont des soupçons sur nous, sois assuré qu ils diaboliseront notre pays pour nous préparer un sale coup.

        Je rappelle que notre pays est souverain, qu’il soit faible ou puissant, c est un droit. En meme temps, notre pays a bien compris depuis l effondrement de la lybie, qu il devait s armer puissamment, et c est ce qu il a fait.

        L Algérie a les moyens de décourager nos ennemis, mais c est clair, ce serait encore mieux qu elle ait une arme de dissuasion.

    Anonyme
    29 novembre 2018 - 20 h 32 min

    Il est venu voir l’état d’avancement de la grande mosquée.

    12
    10
    Zombretto
    29 novembre 2018 - 19 h 56 min

    Trump n’est en mesure d’envoyer personne, nulle part. En ce moment, il est totalement obnubilé par les risques judiciaires qui pèsent sur lui et sa famille. Il est incapable de prononcer une phrase sans inclure “witch hunt !” (chasse aux sorcières,) en référence aux multiples et énormes dossiers de corruption et d’escroquerie que le FBI prépare sur son compte depuis deux ans. Il se réveille à trois heures du matin pour envoyer des tweets incohérents sur toutes ces affaires. Si on lui demande l’heure qu’il est il répond “witch hunt !” Jusqu’ici dans sa vie il a toujours réussi à se tirer d’affaire en utilisant quelques uns parmi les plus grands avocats américains, mais à présent il fait face au FBI, et on ne plaisante pas avec le FBI et il le sait. La souricière se referme inéxorablement sur lui..

    7
    7
      Anonyme
      30 novembre 2018 - 8 h 08 min

      Avec l argent, même ton FBI est à vendre…au fait avec l argent tout est à vendre..c juste une affaire de prix…

    Ch'ha
    29 novembre 2018 - 19 h 14 min

    Il est venu pour parler mur de séparation entre le pays et la narcomonamerde pédophile makhNazi cf. US/ Mexique.
    FRONTIÈRES HERMÉTIQUEMENT FERMÉES pour toujours.

    15
    12
    Rascasse
    29 novembre 2018 - 18 h 51 min

    Moi je dit que c’est juste une visite d’amitié avant celle de notre chakike MBS, ouel fahem yehham.

    15
    Tredouane
    29 novembre 2018 - 18 h 31 min

    Je pense que les U.S veulent une stabilité durable dans notre région,mais à qu’elle prix,aussi de tradition nous avons des relations équilibré avec eux,toute en ayant des relation équilibré avec certains de leurs ennemies,c’est tout à fait normales qu’ils souhaite avoir un œil sur les futures présidentiel mais cela viens au second plan à mon avis car ils savent que nous avons des principes.

    7
    9
    Souk-Ahras
    29 novembre 2018 - 17 h 43 min

    Aux USA, il y a la silicon valley, la Nasa, la Cia, Trump, Lucas, les cow-boys, les casinos, les stars du cinémas mondial, du fric, beaucoup de fric…
    Mais il y a aussi Fort Knox où fakhamatouhou a planqué 173 tonnes d’or et des Bons du Trésor par milliards de US$.
    Fakhamatouhou n’a-t-il pas dit, pardon, fait dire, re-pardon, fait dire de dire qu’il « leur » restait encore beaucoup de bricolage à réaliser dans la continuité de son dés-œuvre ?
    Hale doit être venu avec une charretée de « pv » à faire honorer et valider, sachant que si refus il y a de les acquitter, l’encaissement d’office se fera à la source à………………. Fort Knox.

    10
    5
    Panique à bord du A380, le pilote ......
    29 novembre 2018 - 17 h 37 min

    La situation actuelle fait peur ainsi que le 5ème mandat. Les Algériens et le monde ne sont pas dupes, un 5ème mandat devient un danger pour la sécurité régionale mais aussi mondiale avec les conséquences dramatiques que ça aura comme impact négatif la région, l’Europe, la Méditerranée,… ect . Mettez un pilote malade, inaudible et impotent aux manettes d’un A380 pour vous amenez d’un point A à un point B, puis imaginez quelle peut être la réaction des passagers, de la tour de contrôle, des pays à traverser! C’est la peur, la panique, l’angoisse, la sinistrose c’est une ambiance apocalyptique. Même si l’hôtesse de l’air ou le Stewart vous disent que tout va bien et que le vol se passe et se passera bien, on sait que le crash va faire beaucoup de dégâts matériels et humaines. Alors on commence à avoir peur du scénario algérien dans les chancelleries étrangères et dans notre pays. On ne peut pas accepter que le président se représente à un 5ème mandat, c’est du bon sens, il doit aller se reposer car il nous entraîne dans sa dérive maladive du pouvoir.

    27
    7
    Akim
    29 novembre 2018 - 17 h 00 min

    Bonjour,
    Sa venue succède à celle du représentant de l’Iran et après arrive MBS d’Arabie saoudite.

    10
      Anonyme
      29 novembre 2018 - 17 h 20 min

      C’ est pour le Yemen. Il ne se deplacerait pas pour l’ algerie il a ses amis sur place.

      10
    Hibeche
    29 novembre 2018 - 16 h 53 min

    A mon avis, le journaliste fait de la diversion. En politique ou en diplomatie, il n’y a pas de hasard. Pendant l’A.G de l’ONU en septembre, Trump à essayé de ‘s’entretenir avec Rohani ça n’a pas marché.
    Aujourd’hui, un diplomatie iranien, et un émissaire américain sont à Alger, part Hasard ? J’en doute.
    MBS à visité Bcp de pays arabes dont la Tunisie. Il aurait fait un crochet à Alger, après Tunis. Il le fera de retour du sommet du G20 à Buenos Aires . Comme ça il aura une synthèse des discussions irano-americaines . Ce n’est que ma lecture des événements.

    18
    3
    Anonyme
    29 novembre 2018 - 16 h 26 min

    Selon un très influent Think Tank américain, « Carnegie Endowment For International Peace », le président américain Donald Trump inverserait l’ordre des priorités stratégiques de son pays au Maghreb, en se détournant du Maroc au profit de l’Algérie.Mais indique Carnegie, Trump qui est arrivé pour « révolutionner » les positions de son pays sur tous les dossiers, pourrait effectuer la même chose au Maghreb, en faisant basculer la préférence de son pays du côté de l’Algérie, au détriment du Maroc. Le think tank américain avance comme preuves qu’il a toujours existé une forme de proximité méthodologique entre le pouvoir algérien et le parti républicain américain. Les deux, relève le Think Tank US, privilégient l’autoritarisme pour imposer la stabilité et développer les relations dans le domaine énergétique. Et les algériens, pourraient tenter d’obtenir de Trump, un rôle de maintien de l’ordre dans les zones libyennes et sahéliennes.Carnegie conclut son analyse en indiquant que les relations économiques de l’Amérique avec l’Afrique du Nord, très faibles habituellement, continueront à l’être sous la gouvernance du président Donald Trump l’isolationniste, qui irait jusqu’à faire peu cas des questions de démocratie et de droits de l’homme dans les trois pays de cette région, contrairement à l’Administration précédente.

    14
    7
      Anonyme
      29 novembre 2018 - 17 h 32 min

      Les approches theoriques des IR sont sans lendemain. Le monde est desarticule’ il y a deux tendances dans l’ Otan, la Turquie membre de l’ Otan s’ approche de Moscou et les pays autoritaires sont parmi les amis d es Usa mais aussi aux antipodes, chine qui est leur potentiel concurrent directe.
      Parcontre il y a fonctionnalite’ pour 2 questions, syrie et yemen , deux conflits ou’ les Usa et leur allie’, l’ A.soudite y sont embourbes.

      7
      1
    Tin-Hinane
    29 novembre 2018 - 15 h 23 min

    Que les algériens s’interrogent c’est légitime mais les américains n’ont pas à mettre leur nez dans nos élections ou notre politique interne en général. Les américains avec leurs parents anglais ont tenté de nous soumettre avec l’islamisme et le terrorisme, ils ont échoué, ils ont perdu alors ouste qu’ils dégagent. Ils se sont autoproclamés maîtres du monde mais ils n’ont pas les moyens de leur prétention. Même Hollywood leur machine de propagande tourne au ralenti alors qu’ils foutent la paix au monde.

    26
    19
      Anonyme
      29 novembre 2018 - 15 h 30 min

      Que dites vous?! L’ islamisme est consubstantiel au baath fln qui l’ a couve’ !
      Sans le soutien d es puissances meme us le regime n’ aurait jamais dure’ tant.

      15
      13
    MELLO
    29 novembre 2018 - 14 h 38 min

    Non, les Algériens ne s’interrogent pas ,contrairement aux Américains qui veulent prendre la température politique en Algérie. Cette température est prise auprès du MAE, institution officielle qui donnera la version officielle: l’officiel , le climat politique en Algérie est des plus détendus avec des institutions bien en place, des lois et des lois en accord avec la déclaration universelle des droits de l’homme. Les Algériens , eux , ne s’interrogent pas, ils savent et connaissent la réalité du terrain, comme tous ces jeunes qui se jettent à la mer pour fuir ces lois  » scélérates  » , tout comme ces journalistes jetés dans les prisons comme de vulgaires assassins, sans oublier tous ces jeunes emprisonnés pour avoir tenté le droit d’avoir des droits. Voilà ce que les Américains doivent savoir, mais je suis persuadé qu’ils le savent . Ils le savent mais ne disent rien pour pouvoir sauvegarder leurs intérêts au Sud Algérien.

    31
    12
    Ali bicoute goud goud
    29 novembre 2018 - 14 h 11 min

    Ji suis diguouti Di la politique.
    Ji pas comprendre el présidaine.
    Jla suis inervi .
    Si Ba boussible t’y voir ça.

    22
    11
      Anonyme
      29 novembre 2018 - 14 h 58 min

      Ni soua pas digouti t’es pas li soul à ni pas comprèndre tous les algerianes y sont asphyxier .

      17
      8
    HANNIBAL
    29 novembre 2018 - 13 h 59 min

    Après sa visite au marok le makhnaz ne lui a pas tarit d’éloges ! c’est bizarre presque passé inaperçue !!
    Berrouitta n’ a pas pu placer son plaidoyer de l’autonomie ; mais Hale les a félicité pour leur
    présence le 5 et 6 décembre ,et le fait d’aller a Genève c’est une reconnaissance de facto de la RASD !!

    33
    14
    anonyme
    29 novembre 2018 - 13 h 58 min

     » Le discours ferme du président Bouteflika adressé ce mercredi à l’opinion publique à travers les walis, résonne comme une mise en garde sérieuse contre ceux que le Président accuse de vouloir semer le désordre dans le pays. A qui s’adressait-il ? »

    Quelqu’un a t’il entendu ce discours Allah yarham waldikoum?
    Arrêtez de mentir à ce pauvre peuple

    50
    4
    Nous voulons le model Amaricain
    29 novembre 2018 - 13 h 32 min

    Si jamais Trump – the last Mohican- acceptait la farce qui est en passe d’etre servie, à savoir la « reconduite » du Royaume. Jusqu’ici les chancelleries ont toujours feint de regarder ailleurs le temps d’une combine par jeu bureaucratique ou la passation à un autre membre de la « famille révolutionnaire » qui occupent l’Etat de force. Ca serait vraiment une insulte à G. Washington, qui est aux antipodes de cette recherche effrénée du pouvoir par tout moyen illégal en soudoyant les puissances. Les damnés de la terre ne veulent plus d’agents du néocolonialisme car ils ont gouté à la farce du discours creux anti-occidental pour enfariner le petit peuple pendant que s’érige le colonialisme intérieur.

    18
    9
    Felfel Har
    29 novembre 2018 - 13 h 24 min

    Ne vient-il pas pour s’assurer que le comité d’accueil déroulera le tapis rouge à MBS, le caniche de Trump? Just asking!

    24
    9
    Last Chance
    29 novembre 2018 - 13 h 21 min

    Il est surtout venu pour exiger l´eviction de l´algerie du dossier « sahara occidental », c´est sa dernière chance, sinon l´algerie va être considerée comme partie prenante et dans ce cas il y aura des conséquences … The Last Chance!!!

    16
    42
    hmida
    29 novembre 2018 - 13 h 20 min

    Les iranophiles veulent que l’Algérie se confrontent avec les USA. Vous nous prenez vraiment pour gogolitos.

    25
    10
    Chibl
    29 novembre 2018 - 13 h 09 min

    Donald Trump n’envoie pas son sous-secrétaire d’Etat en éclaireur, Donald Trump donne des ordres, vous pensez que Trump discute avec nous.

    42
    19
      Ch'ha
      29 novembre 2018 - 13 h 36 min

      @Chibl
      Le pays est souverain machallah et a apporté son soutien à la Syrie.
      Le pays a donné son veto à la ligue arabe contre l’invasion de l’Irak la Libye la Syrie le Yémen…sans oublier sa position pour la PALESTINE.
      Le pays ne reçoit d’ordres ni d’instructions de qui qie fe soit machallah.

      36
      32
        Chibl
        29 novembre 2018 - 14 h 00 min

        le veto a ligue arabe,YAKHI HALA YAKHI.chez nous ont dit pas machallah, ont dit ELLAH IBAREK.

        23
        16
          Anonyme
          30 novembre 2018 - 10 h 17 min

          Les islamistes des banlieues françaises disent « machallah » pour « allah eybarek »

      Le Berbère
      29 novembre 2018 - 14 h 43 min

      Comment ça Donald Trump donne des ordre à l’Algérie ?
      Tu bosse dans le bureau ovale monsieur chibl? . L’Algérie est parmi les rares pays au monde qui n’est pas soumis au diktats des États-Unis. Contrairement à certains pays de la région Afrique du Nord et le moyen orient et de l’Europe centrale et de l’est et certains pays de l’Asie sud-est ( le philippine, la Corée du sud et le japon et Taïwan)
      durant même les sombres moments de l’histoire de notre pays ( la décennie noire ) quand nous étions presque à genou a terre person ( aucun pays) n’a réussi à nous imposé une politique extérieure qui iimpacte notre souveraineté nationale. Notre régime ( par machiavélisme) sait bien qu’il inspire une partie de sa légitimité au yeux de son peuple de cette souveraineté de pourvoir agir sans le diktats de l’extérieur. Si le pouvoir en place accepte le diktat de l’extérieur ça enclanchera sa mise à mort .person sur cette terre nous impose ces diktats car nous sommes une nation d’hommes et de femmes libres ( les amazighes)

      23
      14
        Ana
        29 novembre 2018 - 15 h 33 min

        Je veux bien vous croire mais j’aurais une question à vous adresser. Quelles sont les compagnie pétrolière qui bénéficient le plus du pétrole algérien ? Qui est ce qui imposé Ouald Kaddour à la tête de Sonatrach malgrès ses antécédents ? J’aimerais que tu me répondes à Ssi fhamator.

        19
        12
          Le Berbère
          29 novembre 2018 - 16 h 23 min

          Monsieur toi,
          Les conditions d’attribution d’un contrat pétrolier ou de gaz sont les mêmes. il y’a un appel d’offre international et les sociétés avant même son attribution aux enchères .Les grandes compagnies pétrolières européennes ( Françaises et italiennes ) sont les plus privilégiés car ils proposent un bon prix pour obtenir un contrat d’exploitation à cause de rapprochement géographique des lieux d’exploitation ( le sud de notre pays ) et les lieux d’acheminements vers la consommateur ( le marché européen ) il y’a aussi un autre facteur qui laisse suspect les observateurs qui pointent de doigt la corruption dû aux pots-de-vin que exerce les dirigeants de Sonatrach sur les compagnies de pétrole et vise- versa .

          6
          4
          Anonyme
          29 novembre 2018 - 16 h 49 min

          Pour la première question, ce n’est pas Total…Pour la se onde, ce n’est pas la France…

    Ch'ha
    29 novembre 2018 - 13 h 06 min

    N’est-ce pas plutôt pour la RASD ?!

    21
    16
    Anonyme
    29 novembre 2018 - 12 h 51 min

    Que chaque pays se mêle de ses propres affaires et le monde deviendra meilleur. Les affaires algériennes ne concernent que le peuple algérien, personne d’autre. Les USA devraient apprendre la sagesse, l’histoire est pleine de pays qui à force d’interférer ont connu une chute à la mesure de leurs abus.

    32
    19
      Moh
      29 novembre 2018 - 13 h 32 min

      @Anonyme: « pleine de pays qui à force d’interférer ont connu une chute à la mesure de leurs abus. » et á commencer par l´algerie, qui fourre son nez partout, tantôt en Lybie, tantôt au Mali, tantôt … dans le « sahara occidental » donc tu as tout à fait raison, chaque pays doit se mêler de ses propres affaires.

      19
      45
        Anonyme
        29 novembre 2018 - 16 h 10 min

        Non l’Algérie ne met son nez nulle part, systématiquement elle intervient sur deux points :
        1 – refus du colonialisme (ceci pour le marocain que tu es au cas où tu ne pourrais pas comprendre l’implicite)
        2 – ne pas faire d’interférence mais si on lui demande son avis, elle est claire : favoriser la solution politique.

        Mon pays n’a jamais été complice des bombardements en Irak ou au Yémen comme le tien. Mais mon pays, oui, n’a pas soutenu lâchement par le silence et la couardise le saccage de la Libye et de la Syrie (c’est la France qui a causé le désordre en Libye et au Mali au cas où cela t’aurais échappé). Donc en effet, il est agréable de ne pas faire partir des vicieux. Totale soutien à la diplomatie algérienne, elle est responsable et posée.

        27
        6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.