Quelle organisation criminelle se cache derrière le transfert des devises ?

devises Hydra
La fuite des capitaux en devises fortes saigne notre économie. New Press

Par Hani Abdi Il ne se passe plus un jour sans que la sécurité des frontières ne signale des saisies de devises qui allaient être transférées illégalement à l’étranger.

Dans des aéroports, aux ports et au niveau des postes frontaliers terrestres, les trafiquants redoublent d’ingéniosité pour tenter de faire sortir de grosses sommes d’argent en monnaie sonnante et trébuchante.

Ce trafic va crescendo, provoquant une véritable hémorragie de devises. Si au début on pensait qu’il s’agissait d’actes isolés d’aventuriers en mal d’idées pour fructifier leur argent au niveau national, la fréquence de saisies indique tout le contraire.

Les 52 000 euros qui ont été saisis jeudi 29 novembre à l’aéroport international d’Alger s’ajouteront à des millions d’euros saisis durant les onze mois de l’année en cours. Un record jamais égalé.

Dans le même aéroport, une trentaine d’infractions ont été enregistrées depuis le début de l’année en cours. Plus de 1,8 million d’euros et plusieurs centaines de milliers de dollars ont été saisis.

Leurs destinations sont toutes des pays avec lesquelles l’Algérie entretient des relations commerciales. L’alerte a été donnée le 3 septembre à l’aéroport international d’Alger quand les services des douanes ont saisi 1,45 million d’euros retrouvés dans les bagages d’un passager à destination d’Istanbul, en Turquie.

Depuis cette grosse prise, les services de sécurité ont redoublé de vigilance et multiplié les contrôles des voyageurs à destination de certains pays comme l’Espagne, la France, la Turquie, les Emirats arabes unis et la Chine.

En octobre dernier, plusieurs importantes saisies ont été opérées. L’argent devait prendre plusieurs destinations : Dubaï, Malaga, Istanbul, Shanghai, Tunis, Milan ou encore Malte.

Les services de sécurité se penchent sérieusement sur ce trafic de devises en approfondissant leur travail d’enquête pour remonter ce qui s’apparente à une grosse filière de fuite de capitaux.

Car il ne peut y avoir un trafic aussi intense et aussi organisé sans qu’il y ait une organisation criminelle bien huilée derrière ces tentatives de fuite de capitaux.

Il est donc urgent de démanteler ces réseaux afin d’arrêter l’hémorragie dans ce contexte de crise financière qui fait que les devises sont de plus en plus prisées et bien cotées.

H. A.

Comment (54)

    Anonyme
    1 décembre 2018 - 17 h 01 min

    mais le probleme ce n’est pas pourquoi nos voisins peuvent tranferer leur devise et pas nous mais je crois que la question a poser c’est que l’argent transfere c’est principalement de l’argent mal acquis…

    1
    1
    Anonyme
    1 décembre 2018 - 15 h 41 min

    comment ont t ils fait pour transferer des millions d’euros certainement une complicite tres bien introduit et la liste nominative des personnalites qui font partie est connue des services , mais on prefere porter le chapeau aux petits delinquants du squart port said

    bozscags
    1 décembre 2018 - 12 h 20 min

    arretez votre mascarade c’est une toute petite goutte d’eau allez voir plutot les banquiers avec les fausses factures allez voir le gouverneur de la banque d’algerie quand il est a paris dans un palace avec sa famille tout cela sur le compte du tresor public et j’en passe pauvre algerie.

    Brahms
    1 décembre 2018 - 9 h 15 min

    A votre avis, pourquoi, il n’y a pas beaucoup d’investisseurs étrangers en Algérie ?

    – La raison est connue : La voiture Renault, Peugeot qui rentre sur le territoire sera facturée au taux bancaire soit 1 € pour 116 dinars si bien qu’une voiture à 10 000 €, coûtera 1 116 000 dinars.

    Ensuite, des petits malins iront sur le marché parallèle pour vendre 10 000 €, au prix de 2 130 000 DA, puis viendront dans une concession Renault acheter la voiture Renault vendue au prix catalogue de
    1 116 000 dinars mais cette fois 50 % moins chère et ce, grâce au marché parallèle.

    Puis grâce, à ce gain de 50 % réalisé lors de l’achat, cette même voiture sera revendue par des intermédiaires dans des marchés aux voitures au prix exorbitant de 1 700 000 dinars.

    La plus value est jolie et tout ça net d’impôts. Et, ensuite, on recommence, encore et encore.

    6
    1
    le numide
    1 décembre 2018 - 7 h 51 min

    le Flux de l’Argent suit le Flux des personnes .. Tout le monde veut aller en Occident ou presque .. Voila la Question …

    7
    1
    Bamar
    1 décembre 2018 - 7 h 35 min

    c’est les Milliards qui partent des banques Algériennes pour enrichirent les comptes des Charognards et de leurs progénitures c est normal!!!

    Anonyme
    1 décembre 2018 - 7 h 22 min

    la preuve que c’est bien le pouvoir qui organise et encourage le change parallèle peut se résumer ainsi: ouvrez un compte devise dans une banque en Algérie et déposez-y n’importe quel montant en n ‘importe quelle devise, personne ne vous demandera son origine …..Et le reçu de retrait vous permettra de passer les douanes algériennes sans problème (jusqu’à 10000 dollarsUS). Mais attention pour retirer les devises que vous avez déposer il faut faire une commande et attendre entre 8 et 10 jours (pour la BEA)…..moralité! les banques algériennes servent tout a fait légalement à blanchir l’argent du change parallèle….

    7
    2
      Anonyme
      1 décembre 2018 - 10 h 16 min

      Monsieur svp allez tout doucement..nos banque ne servent pas à faire blanchir de l argent…jamais. Il faut aller voir ailleurs. Il faut bien sûr comprendre ce qu est blanchiment d argent en premier lieu et que constitue blanchiment d argent..la première des règles c connaître son client..KYC know your customer…ca c fondamental..et après nous avons des guidelines à suivre et notre pays les suit…que sont ces guidelines ? Les guideline de FATF …Financial Action Task Force.. ces guideline sont au nombre de 40 …il faut les lire pour savoir cette zone obscure qui est money laundering ou blanchiment d argent…et finalement arrêter de pointer le doigt sur la béa ou la bna ou cpa ..ils sont lent et difficile de travailler avec car ils n ont pas les outils nécessaires..il font tout manuellement…tout tout…oui ils vont te dire on a informatiser la béa etc…mais au fait ils n ont rien fait car ils ne savent même pas ce qu ils leur faut..car ils sont banquier pas autre chose..le plus important ils ne font pas blanchir de l argent…car blanchir de l argent est bien défini…salam

      3
      5
        Anonyme
        1 décembre 2018 - 11 h 33 min

        pour moi qui suis un citoyen lambda je persiste à dire que acheter la devise au change parallèle et la faire passer par le circuit bancaire pour lui donner la légalité nécessaire pour le passage douanier est une opération de blanchiment. .. En amont il y a un circuit mafieux……

        4
        3
          Anonyme
          1 décembre 2018 - 12 h 03 min

          Merci anonyme..il y a un raisonement du vrai ..mais toujours utile de savoir que la majorité de l argent au marché parallel viens de nos zimigri…ils travaille et envoi des devises en Algérie pour faire un projet tél que bâtir une maison pour leur retraite etc.. c pour cela on trouve plus d euro que de livres ou dollars par exemple… donc sur la balance des probabilités la majorité de l origine de ces devises c de l argent fruit du travail… donc à ce point tout est légal. Cette argent qui rentre chez nous déclarer a l entrée et après au revendeur de devises…..ou bien dans les banques. Donc l origine des devises à passer le test donc ce que tu fera avec c tes affaires…tu peux la remettre dans la béa et la ressortir etc..ça ne constitue pas blanchiment mais des opérations courante de compte bancaire. Salam frère..

          3
          2
          Anonyme
          1 décembre 2018 - 15 h 19 min

          Anonyme 1 décembre 2018 – 12 h 03 min
          ———————————————–
          Tous les pays qui se respectent possèdent un systeme officiel de change de devises sauf le notre.. pourquoi les marocains et les tunisiens peuvent échanger leur monnaie en banque et pas nous….Pourquoi marocains et tunisiens bénéficient d’allocations touristiques respectables et pas nous.? Le pouvoir nous encourage à échanger au marché noir parce qu’il y trouve son intérêt…..C’est là qu’est blanchi l’argent de la corruption…

    houbib said
    1 décembre 2018 - 6 h 56 min

    je ne comprend pas pourquoi ont en veut a tous c’est algeriens qui savent que si ont autorisait les agence de changes il n’existerais plus un seul euros ou dollars en une journée dans nos banques est serais revendus au parallèle dans tout les coins d’algerie comme avant au galeries algerienne quant il faisait la chaine pour un bidons d’huile.

    Anonyme
    30 novembre 2018 - 23 h 24 min

    Si c est des dinars gagnés honnêtement par les gens et changer en devises,il n a y a aucun mal…
    Chacun fait ce qu il veut de son argent…

    10
    2
    A3ZRINE
    30 novembre 2018 - 21 h 51 min

    De quelle hémorragie vous parlez? C’est la devise achetée au marché noir, hors circuit bancaire, elle ne figurait pas sur la balance de l’état. En revanche l’argent de Saidani , c’est l’argent du pétrole, considéré comme richesse devant appartenir au peuple.

    25
    MELLO
    30 novembre 2018 - 21 h 32 min

    Nous sommes dans un pays indépendant, ayant une monnaie nationale dénommée DINARS. Mais alors d’où viennent ces devises, plutôt cette devise qu’est l’Euro ? Pourtant, nous exportons notre principale ressource qu’est le pétrole en Dollars, pourquoi alors tous ces Euros ?. La plus adaptee comme solution , c’est de remonter à la source et contrôler la provenance de ces devises, pou aller voir qui controle tous ces  » petits bureaux  » de change des coins de rue.
    L’aspect change officiel libre reste aussi une mesure adaptée en donnant aux banques la possibilité d’aspirer la devise en appliquant un taux de change équivalent au taux parallèle. La Pologne en 1989 / 90, sous l’ère de Lech Walesa, avait appliqué ce principe.

    Commanditaires
    30 novembre 2018 - 21 h 30 min

    Cette bave qui se fait arrêter pour transferts illicite de devises est un peu ce que sont les dealers pour le trafic de drogue. Au sommet, il y’a un gros bonnet.

    19
    1
    karimdz
    30 novembre 2018 - 21 h 19 min

    Encore une fois, c est un sujet redondant, mais qu’il faut traiter d ‘urgence, s’il y avait des bureaux de change, une grande partie de ce trafic n existerait plus, il y aurait une plus grande transparence de ces flux.

    13
    3
      Anonyme
      1 décembre 2018 - 4 h 59 min

      Et c’est quoi un bureau de change? Un endroit ou tu donnes des dinars et on te donne des euros et autant que tu veux? Donc les bureaux de change c’est les bureaux de la ruine du pays.

      1
      3
    no news
    30 novembre 2018 - 21 h 13 min

    l’organisation criminelle est l’etat mafieux qui nous gouverne et qui refuse de rendre le dinar convertible pour recompenser les importateurs voraces. des qu’il s’agit de devises, les Algeriens sont choques mais malheureusement ils ne sont pas choques lorsque la fortune est en dinars, or/diamant, villas ect.

    26
    nacer
    30 novembre 2018 - 20 h 28 min

    ALI BABA ET SES 40 VOLEURS QUI ONT DÉBARQUÉS EN ALGÉRIE LA IN DU SIÈCLE DERNIER.
    ALI BABA a juré de se venger de ce peuple qui lui avait reproché d’avoir volé dans les années 70, 23 milliards des caisses des consulats et ambassades de l’Algérie. A l’époque ALI BABA était seul, mais maintenant il a son armée, sa police et il est entouré par ses serviteurs de CHIATINE

    67
    1
    NON NON vous avez tout faux !
    30 novembre 2018 - 19 h 29 min

    « Quelle organisation criminelle se cache derrière le transfert des devises ?  »
    les montants qui sortent par le canal des lettre de crédits contre des factures de complaisance es mille fois supérieur à ce qui sort dans les valises …

    26
    1
    Anonyme
    30 novembre 2018 - 19 h 16 min

    Imaginons ce scénario…100 zimigri rentrent chez eux avec 100 euro …au lieu de les changer à la banque , ils aillent tous au square et les échangent à un meilleur taux que les banque. Le square a 100*100=10000 euro. Les zimigris sont content et vont acheter et consommer algérien en Algérie..ceci va dynamiser l économie. De l autre côté nos importateur vont au square et prennent les euro et payent la contrepartie da. Le square bureau de change entre guillemet fait du profit qui fait vivre sa famille et crée de l emploi aussi. Les importateur vont utiliser la devise pour acheter des biens à l étranger qu ils vont revendre en Algérie et faire un profit…ces importateurs ne sont pas passer par la banque et donc moins de devise qui sortent de nos banques mais des produits rentrent juste à cause de nos émigrés qui rentrent chez eux…pour moi tout ça est normal et est bon pour l économie…ce qu’il faut combattre c la sur facturation des gros importateurs à travers les banques…la est l hémorragie de nos devises.. donc pour l amour de dieu arrêter de mettre à feux le marché noir ou parallèle.. il existe dans les grand pays..arrêter de diminuer ses bienfaits. Il faut le gérer pas le contrôler de cette manière…en fin de route c leur argents et ils le risque pour faire du profit et ceci est bénéfique à tout le monde.. gérer le pour que les taxes soit payer..epicitou..le monde du control est révolue..la gestion est clé…

    17
    3
      Chakib et Cie
      30 novembre 2018 - 20 h 33 min

      Vous avez tout faux en disant que toutes les devises viennent de l’étranger car les Dalton peuvent avoir des devises du Trésor public et gratuitement s’il vous plait !

      15
      1
        Anonyme
        30 novembre 2018 - 21 h 04 min

        Excusez monseigneur chakib et cie…vous avez tout à fait raison monseigneur chakib El khla oh paradons monseigneur …au fait mon scénario se limite aux zimigri et les douvizes de ces derniers dans le circuit économique epicitou. Bien sûr ton scenario est une perte sèche pour le trésor. Salam monseigneur chakib.

        13
        1
    Damane
    30 novembre 2018 - 19 h 14 min

    Billahi 3likoum, dites moi , celui qui a une grande somme de devise que va t-il faire avec en Algerie???

    je trouve normale de faire sortir leur argent à l’étranger.

    10
    13
      Farid1
      30 novembre 2018 - 23 h 11 min

      l peut en faire ce qu’il veut avec en Algérie…(business, voyager, acheter voture maison etc…) comme partout ailleurs

      3
      1
    anonyme
    30 novembre 2018 - 19 h 00 min

    rahoum iregou fikoum
    Continuez de dormir

    6
    2
    anonyme
    30 novembre 2018 - 17 h 57 min

    en tout cas pas moi

    5
    2
    Poussons loin la logique !
    30 novembre 2018 - 17 h 52 min

    (je me suis trompé en « postant » sur un autre article et donc je corrige en publiant ici)

    Si, faute de preuves, on ne peut pas savoir qui sont avec exactitudes les pourvoyeurs de devises par contre on connaît l’origine de ces devises ! Une chose est sûre : puisque que l’État algérien, a Banque d’Algérie ne peut pas imprimer des billets devises (dommage pour elle), la seule provenance ne peut être que de l’étranger. Et donc pour que ces devises sortent du pays, il faut d’abord qu’elles entrent. N’est-ce pas !

    Comment faire entrer ces devises ? 1/- soit à partir des rapatriements des émigrés (pas grand-chose), 2/-soit à partir de la surfacturation des importations opérées par les importateurs des entreprises publiques et privés et par certaines administrations et établissements publics 3/- soit par une opération de rapatriement de fonds en devises par l’Algérie (pour une raison ou pour une autre) que se soit par le biais de la Banque d’Algérie ou parla Banque Extérieure d’Algérie (cette dernière le compte de Sonatrach depuis fort longtemps) !

    Si on ne peut pas accuser par manque de preuves la Banque d’Algérie ou la Banque extérieur, on peut avancer quand même que l’État algérien et son gouvernement ont des preuves sur la surfacturation puisque que les montants des factures d’importations par produits ou par conteneurs sont autorisés et payés à partir du matelas devises engrangées par les exportations d’hydrocarbures algériennes. Il est connu aussi que les surplus de la facture des importateurs sont versés directement par les entreprises exportatrices dans les comptes bancaires privés des importateurs à l’étranger. Chemin faisant, une partie est rapatriée par ces importateur par les frontières (en catimini ou avec des complicités) pour être revendu au marché noir en Algérie. Les importateurs gagnent ainsi sur les fronts. Mais ce qui est sûr, c’est que le plus gros de ces devises sont le fait de la rente des exportations d’hydrocarbures de l’Algérie. Enfin, pour ce qui est de la responsabilité de la Banque d’Algérie ou autres banques algériennes, allah houwa el3hallem. Mais pourquoi pas jeter un regard ou piocher de ce côté-là !

    11
    LAASSEL
    30 novembre 2018 - 17 h 23 min

    ils servent a quoi la cour des comptes, l’IGF afin de contrôler les fortunes mal acquises de hauts responsables de l’état, des institutions et autres responsables d’entreprise public.
    il n ‘y a organisation criminelle ni mafieuse, plutôt ce sont certains énergumènes qui par leur position décisionnelle se permettent de monnayer les finances et subventions mis a leur dispositions non pas pour l’intérêt général, mais pour leur propres intérêt personnels et familiaux.
    leur devise: on ne travaille pas dans le miel sans goutter.

    14
    2
    Brahms
    30 novembre 2018 - 16 h 59 min

    Amar Saadani s’est installé à Paris dans le 8ème arrondissement avec quel argent (origine des fonds) la provenance. A – t – il gagné au Loto ou à l’Euro millions, au Tiercé peut être, ou alors au Quarté, Quinté dans l’ordre pour avoir 300 millions d’euros. Vous avez bien lu 300 millions d’euros ce n’est pas 52 000 € mais 300 000 000 €. Les frères Bedjaoui ont embarqué 800 000 000 millions d’euros en commissions diverses et variées, ils sont Canada après avoir achetés des Immeubles à Manhattan menant la belle vie.
    Qui paiera les factures de ces abus caractérisés, le peuple qui devra se serrer la ceinture en remontant de 02 crans.

    50
    2
      Argentroi
      30 novembre 2018 - 21 h 26 min

      Brahms, je ne dis pas que la rhapsodie que tu es entrain de jouer est fausse mais elle a pris trop de liberté et de fantaisie puisque tu nous cites Saïdani qui a acheté un appartement à Neuilly, et non au 8 ème arrondissement de Paris, mais tu omets ceux qui ont acheté des usines !

      3
      8
    Le Naif
    30 novembre 2018 - 16 h 24 min

    Ni organisation criminelle,ni wallou;c’est de l’argent mal acquit;de la corruption; et aussi détourner;par les vrais chefs,qui sont au plus haut de la pyramide en claire ou pouvoir corrompus;et si l’état veut enquété sur ces voleurs, c’est très simple;controler la provenance;si nos députés ont refusés de voté une loi qui interdise les payement par chèque d’une grosse sommes; sa veut beaucoup de choses,et nous comprenons pourquoi;toute est pourrie dans notre pays tenu par des crrompus

    33
    1
    PFFFFFF
    30 novembre 2018 - 16 h 18 min

    L’Algérie n’est pas une république banivre ou tu fais ce que tu veux.
    Tous doit être règlementés.
    Si ça ne te plaît pas il y a des mûrs autour de toi.
    Ne te gêne pas pour nous.

    6
    17
      Naturalisé
      30 novembre 2018 - 16 h 59 min

      En effet il y a des contrôles sauf pour les naturalisés aux passeports diplomatiques qui ne passent pas par la PAF et tu dois en connaître certains..

      23
      3
      Anonyme
      30 novembre 2018 - 20 h 41 min

      Ya pfff pffff pffff…beaucoups de réglementations tue l économie. Dans notre pays il y a beaucoups de réglementations. Il y a même des réglementations de dormir avec les yeux ouvert..ce qui est ton cas ya pffff pfff . Et pour l amour de dieu essaye d écrire au lieu de pffff pfff..au juste c quoi ce pfff il n existe même pas au dictionnaire.

      7
      3
    Mohamed
    30 novembre 2018 - 15 h 34 min

    Bonjour
    C facile d’arrêter ce seignement de devises
    Facturation réelles des importations.
    A travers la comparaison avec les sites de vente mondiales

    23
    1
    Copier se qui marche ailleurs.
    30 novembre 2018 - 15 h 30 min

    Tous les départs et arrivés d’avion et de bateaux de et vers l’Algérie il est établie des listes de chaque passagers.
    Vous avez l’état civils complet de chaque voyageurs.
    Sur leurs passeports vous y trouverez les visas d’entrée et sortie.
    Avec tout cela les douaniers et la police fiscale ont des éléments importants pour lancer des investigations précieux sur chacun des voyageurs suspects.
    L’Australie est l’un des pays les plus strictes sur les contrôles de voyageur et les bagages qu’ils trimballent avec eux.
    Rayon X , chiens renifleurs , fouilles aux corps , reparage aux faciès , recherches sur les fichiers informatiques nationaux et internationaux etc….etc….
    Pour le terrestre les voyageurs doivent tous faire l’objet de fouilles et d’enregistrement de leurs passages à l’aller et au retour avec un contrôle automatisé systématique les fichiers informatisés de chaque passagers.
    Et faire renifler les chiens 1 véhicule sur 3.
    La crainte d’être arrêté doit sans obnubilés l’esprit de tout les voyageurs ayant quelques choses à se reprocher.

    15
    3
    Anonyme
    30 novembre 2018 - 15 h 12 min

    Ceux qui achètent des biens immobiliers à l’étranger ( facile à les identifier) , il y a aussi ceux qui achètent les produits à l’étranger pour les revendre en Algérie. Peut-être (je parle des fortunés) ceux qui envoient leurs rejetons faire des études dans les grandes écoles. Tous sont faciles à identifier . De qui se moque-t-on ?

    35
    Anonyme
    30 novembre 2018 - 15 h 03 min

    C est leur argents…bon sang de bon sang..pourquoi vous confisquez cette argent. Un commerçant doit faire du commerce…il lui faut de l argent..son argent …vous êtes un frein d arrêt à l initiative des algériens… si tout était. Permis l algérien ne jouera pas le jeu de cache cache avec les zotoriti. L algérien à besoin de liberté de faire comme les autres nationalités…arrêter de sanctionner les gens qui font un effort de faire du commerce et fructifier leur argent..ou es le mal dans tout ça…il a le droit de fructifier son argent et acheter la ou il veut et quoi il veut…arrêter ces actes indignes..quelque millions de dollars et voilà des gens écrivent alerte alerte les devises sortent ..mais bien sûr elles sortent et elle reviennent bande de bras cassée observateur, et applaudissent de leur malheur..

    19
    15
      Argentroi
      30 novembre 2018 - 17 h 10 min

      D’accord, c’est leur argent mais quand ils font le change dans le marché parallèle, ils ne font que déprécier la valeur du dinar de semaine en semaine comme on le remarque. Et cela s’est bien répercuté négativement sur notre pouvoir d’achat par une très forte inflation puisque les prix ne font que monter à chaque fois. Qu’on se rappelle le prix d’une boite de fromage ou d’un yaourt, des pattes ou des intrants qu’on avait auparavant. Parfois à défaut d’augmenter, c’est la qualité du produit qui en écope comme les yaourts qui perdent du poids ou deviennent plus flasques, du fromage qui n’a plus de gout et j’en passe.
      Même la banque centrale, pour avoir plus de liquidités en dinars et pour peut-être arranger les débiteurs, a suivi ce mouvement en dévaluant ― un ministre disait qu’on dépréciait seulement le dinar― à chaque fois la monnaie nationale. Bref, on voit bien comment la liberté des uns, c’est à dire la liberté de spéculer ou d’agioter, fait mal aux autres !

      6
      4
        Anonyme
        30 novembre 2018 - 18 h 49 min

        Ya si Mohamed Argentroi..la dépréciation, la dévaluation, l inflation, pouvoir d achat etc.. ne peut être attribuer a quelque sous qui circule au marché parallèle. Soyons sérieux. La valeur du dinar n à rien à voir avec le square d Alger…regardez un peu plus ce qu à fait le gouvernement en terme de planche à billet dont le terme exacte est le ….quantitative easing… ceci est un mécanisme qui est supposer relancer l économie en cas ou il y a récession..récession veut dire lorsque les banques offre des taux négatif ou très faible taux d intérêt. Si ce mécanisme n est pas contrôler il y aura beaucoups comme tu le dis bien de liquidité sur le marché. Ceci engendre un effet inflationaire …mais tout ça importe peu car notre monnaie est contrôler par la banque central et ils peuvent augmenter et descendre sa valeur quand ils veulent…autre chose on produit pas beaucoups de choses donc tout est importer..les prix à l import fluctuent à cause de la valeur du dinar..etc.. les prix sur le marche à la vente ou bien sont supporter partiellement par l’état pour que le prix ne bouge pas ou bien sont vendue au prix réels..ex le blé .ces gens là qui change et fructifie leur argent en important avec leur argent sont entrain d aider l économie sans que vous l apprécier…le marché noir est une nécessité pour toute les économie. Considérer la GB ..elle a son marché noir …mais ce marché noir est estimer chaque année et actuellement ajouter dans les livres comptable delà GB. À mon avis arrêter de faire des intoxications et du freinage qui vont contre le bien du pays…moi je fermerais les yeux à une condition qu ils payent les taxes epicitou..laisser les gens travailler. Et fructifier leur argent…libérer les et surtout laisser les tranquille …sinon ça sera les étrangers qui feront le travail des algériens…
        Ma réponse est vite fait et je m excuse de tout erreurs etc…

        12
        2
        Anonyme
        30 novembre 2018 - 18 h 52 min

        Argentroi..je vous corrige monsieur…un marché est fait pour spéculer…epicitou..réveille toi de ton profond sommeil…c ça la réalité..il faut spéculer pour faire fructifier…..

        6
        3
          Argentroi
          30 novembre 2018 - 20 h 48 min

          Que d’amalgames, pour ne pas dire de contre-vérités, pour défendre un point de vue que je ne peux partager puisqu’il me semble qu’on est pas du même côté de la barrière. D’abord ce n’est pas quelques sous du moment qu’il n’ y a pas que le square de Port-Saïd où se fait le change parallèle mais dans toutes les grandes et moyennes villes d’Algérie. De plus, c’est avec ces devises que nos hommes d’affaires achètent à l’étranger hôtels, villas, usines, etc. Ainsi tout cet argent qui fuit, ce ne sont pas que quelques sous. Donc, on peut qualifier cet état de fait comme une fuite de capitaux puisque ces derniers ne sont pas réinvestis, fructifiés comme tu dis, en Algérie.
          Cette spéculation, que tu confonds avec accumulation, n’a jamais été un moyen de créer des richesses puisque l’accroissement du capital au lieu d’être réinvesti dans le marché algérien part à l’étranger encore une fois et encore et encore.
          Enfin, pourquoi tu donnes à cette confrontation de points de vue ce caractère désobligeant en usant de termes déplacés comme de me demander de me réveiller de mon profond sommeil; une manière de m’intimider ou quoi ? Ya si Mohamed, tout le square est donc à toi, impose le change que tu veux mais attention tout est surveillé, il n’y a ni organisation criminelle ni Sidi Abbou mais c’est le vent qui a tourné, attention alors !
          PS: Le marché noir en GB? C’est un film de science fiction ou quoi ? Les banquiers de la City en seraient éberlués en apprenant cela !

          1
          3
          Anonyme
          30 novembre 2018 - 21 h 25 min

          Oui argentroi…oui marchenoir en go..et à chaque fin d année on dévoile son montant …eh oui et ça c le treasury qui l annonce à travers la tv..c pas la city ou le square mile….sans rancune keep smiling,,!

          Anonyme
          30 novembre 2018 - 21 h 31 min

          Oui argentroi…oui marchenoir en go..et à chaque fin d année on dévoile son montant …eh oui et ça c le treasury qui l annonce à travers la tv..c pas la city ou le square mile….sans rancune keep smiling,,! J ai oublier de te dire ..non je ne suis pas du square ou à quoique ce soit avec ce square…autre chose j intimidé personne et si tu te sens intimider my apologies…pour finir..spéculer pour fructifier pour accumuler..direct le la city du square mile ou port said…choisit et surtout keep cool.

          Argentroi
          1 décembre 2018 - 7 h 32 min

          Explique-moi, je n’arrive pas à comprendre qu’il y a un marché noir de la devise en Angleterre. Comment, est-ce qu’on change de la livre sterling dans la rue avec un taux plus élevé que dans un bureau de change comme en Algérie ?

          Anonyme
          1 décembre 2018 - 12 h 20 min

          Argentroi le marché noir existe même en France…en gb et dans d autre terre…il faut voir la définition de ce qu est un marché noir. Comme le nom l indiqué tout ce qui n est pas visible est noir.. je n ai pas dit le marché noir c juste les devises..mais c les cigarettes..les bières, les faux whisky…etc.. qui viennent sans déclaration et sans payer les taxes et sans traces… je t invite aussi à voir les 40 règles de fatf sur money laundering et d autre crime du monde du black market.. au fait tu as raison le marché noir c quoi au juste?

    banquier
    30 novembre 2018 - 15 h 03 min

    99% des transferts illégalements de devises vers l’étranger s’effectuent à travers nos banques en utilisant le systeme de la surfacturation et la fraude à l’import.
    il suffira d’un audit de nos banque sur ce point pour voir l’ampleur de cette grosse fuite de devises à travers notre système bancaire.
    La véritable hémorragie de devises n’est pas au niveau des aéroports, des ports ou des postes frontaliers terrestres mais au niveau de notre notre système bancaire.

    25
    1
      Non Mr (le banquier)
      30 novembre 2018 - 15 h 34 min

      En cas de sérieux contrôles c’est facile de détecter les fuites des capitaux par les banques pour les surfacturations mais par les salons d’honneurs des aéroports c’est ni vu ni connu et pas de traces.
      Les salons d’honneur des aéroports sont réservés aux protégés intouchables.

      18
    Felfel Har
    30 novembre 2018 - 14 h 52 min

    La question posée m’inquiète parce qu’elle suppose que nos services secrets, notre police des frontières, nos services des impôts, etc, ignorent qui est derrière ce crime économique de transfert illégal de devises? Ils savent aussi qu’une partie de ce pactole revient au pays sous forme de marchandises de Turquie et d’ailleurs, non déclarées à la douane donc non imposées, pour alimenter le marché informel où trônent de nombreux ex-leaders des partis islamistes qui étaient prêts à mettre le pays à feu et à sang. Ils ont plus foi en l’Euro qu’en Allah!
    Barkaouna minatmeskhir! Ils savent trés bien où crêchent les pillards, mais ils n’oseront pas s’attaquer à eux car ils sont protégés, intouchables. Pour se donner un peu de crédit, on nous exhibe des petits piranhas quand on ferme les yeux sur les barracudas, plus voraces. Elle fait pitié notre administration, incapable de faire respecter les lois de la république. Contrairement à ce qu’on nous promet, la corruption a encore de beaux jours à vivre en Algérie.

    24
    Anonyme
    30 novembre 2018 - 14 h 48 min

    Quelle organisation criminelle se cache derrière le transfert des devises ?A question ingénue,réponse ingénue: la mafia d’un pouvoir qui organise la dilapidation du pays en empêchant les bureaux officiels et en tolérant le change parallèle protégé.
    Ne prenez-pas le peuple algérien pour un attroupement de moutons.

    25
    1
    Saidani Chakib
    30 novembre 2018 - 14 h 44 min

    C’est fuites sont une goute d’eau par rapport aux capitaux qui sortent par les salons d’honneurs des aéroports par des escrocs intouchables aux passeports diplomatiques ainsi que par les valises diplomatiques.
    Ces annonces justement ont pour fonction de détourner l’attention des simples citoyens.

    35
    Anonyme
    30 novembre 2018 - 14 h 23 min

    Moi je dis bravo a nos douanes …a nos services de securite,…a nos militaires et a nos citoyens qui veillent aussi

    13
    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.