Gorbatchev salue le rôle de George W. H. Bush dans la fin de la Guerre froide

Gorbatchev
Les présidents Gorbatchev et Bush signant la fin de la Guerre froide. D. R.

Le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a rendu hommage, ce samedi, à l’ancien président américain George W. H. Bush, décédé la veille à l’âge de 94 ans, pour son rôle dans la fin de la Guerre froide et l’a qualifié de «véritable partenaire».

M. Gorbatchev, âgé de 87 ans, a exprimé ses «profondes condoléances» à la famille du 41e président américain ainsi qu’à tout le peuple américain. Les deux hommes avaient acté la fin de la Guerre froide lors d’un sommet à Malte en décembre 1989, quelques semaines après la chute du Mur de Berlin, avec le soutien du président américain à la politique d’ouverture en Union  soviétique, la Perestroïka, initiée par M. Gorbatchev. «Beaucoup de mes souvenirs sont liés à cet homme. Nous avons eu la chance de travailler ensemble à une époque d’énormes changements», durant laquelle «chacun était appelé à prendre de lourdes responsabilités», a ajouté M. Gorbatchev dans des commentaires cités par l’agence Interfax.

«Cela a débouché sur la fin de la Guerre froide et de la course aux armements». «C’était un véritable partenaire», a ajouté M. Gorbatchev, en rendant hommage à la contribution de George W. Bush «à cette réalisation historique». Les deux dirigeants avaient signé en 1991 le traité Start I sur la réduction des armes stratégiques qui prévoyait de fortes réductions du nombre d’ogives nucléaires américaines et soviétiques.

R. I.

Comment (12)

    Kouder Belala
    3 décembre 2018 - 17 h 22 min

    La Russie de Poutine n’est plus dans l’état de déliquescence où l’a plongée le règne inqualifiable de Boris Eltsine. et avant lui le traitre à sa nation Gorbatchev on l’a déstructurant totalement Ce coco de Gorbi, les Russes devrait le mettre au placard. Les amerlocs, n’ont pas mesuré à ses justes conséquences la détermination de Poutine de rétablir la Russie dans son statut de grande puissance ayant ses intérêts et son mot à dire dans les affaires internationales et plus spécialement celles ayant pour scène une région et des États où se joue la sécurité nationale de son pays. Quant ce Mr Bush père, maintenant qu’il a trépasser, il va devoir passer devant le créateur et expliqué tous les crimes contre l’humanité qu’il a fait subir au monde Arabo-musulman; au suivant Bush prochainement !!!

    Kouder Belala
    3 décembre 2018 - 17 h 08 min

    La Russie de Poutine n’est plus dans l’état de déliquescence où l’a plongée le règne inqualifiable de Boris Eltsine. et avant lui le traitre à sa nation Gorbatchev on l’a déstructurant totalement. Ils n’ont pas mesuré à ses justes conséquences la détermination de Poutine de rétablir la Russie dans son statut de grande puissance ayant ses intérêts et son mot à dire dans les affaires internationales et plus spécialement celles ayant pour scène une région et des États où se joue la sécurité nationale de son pays. Quant ce Mr Bush père, maintenant qu’il a trépasser, il va devoir passer devant le créateur et expliqué tous les crimes contre l’humanité qu’il a fait subir au monde Arabo-musulman; au suivant Bush prochainement !!!

    Anonyme
    2 décembre 2018 - 2 h 04 min

    Ne repose pas en paix espèce de raclure ( je sais c’est pas bien), mais je le dis quand même !!!

    Rayah
    1 décembre 2018 - 21 h 48 min

    La Russie a ete litteralement sauve par le grand POUTINE. Le sort reserve a la Russie a l’epoque de Gorbachev et avec sa complicite et celle de Yeltsin l’ivrogne etait semblable a celui de la Yougoslavie, un partage ou decoupage du pays em petites provinces. Les amputations geographiques de la Russie devaient permettre aux IMPERIALISTES (USA,EUROPE) de controler sans aucune opposition l’economie entiere du Monde, ce qui condamnerait la plus grand population du Monde a l’esclavage. En s’opposant aux plans diaboliques reserves a son pays , POUTINE defend egalement la cause de la grande partie des pays du Monde. Il faut savoir que pour les Imperialistes, il ne suffit pas de dominer une partie du Monde afin d’accomplir leurs aspirations, il leur faut le control de toute la planete. La Russie et POUTINE constituent donc un obstacle majeur qu’il faut eliminer a tout prix .

    صالح/ الجزائر
    1 décembre 2018 - 20 h 57 min

    En rendant hommage à l’ancien vice-président des États-Unis de 1981 à 1989 et président du pays de 1989 à 1993 , George W. H. Bush, le « véritable partenaire» , pour son rôle dans la fin de la Guerre froide , l’ancien président de l’Union Soviétique , de 1985 à 1991 , Mikhaïl Gorbatchev , semble oublier que la fin de la Guerre froide est synonyme de la fin (l’effondrement ) de l’Union Soviétique .
    Il a oublié peut être qu’il s’est rendu auprès des responsables du groupe 7 réunis à Londres du 15 au 17 juillet 1991 pour solliciter un soutien financier qui pourrait lui sauver la mise , mais les dirigeants occidentaux , trop heureux d’abaisser définitivement l’URSS, ont lui opposé une fin de non-recevoir.
    Comme il a oublié qu’on ne donne pas le prix Nobel de la paix , et la Médaille de la liberté américaine , gratuitement .
    A quoi leur sert la course aux armements , après la chute de l’URSS et le Pacte de Varsovie , tant qu’il ne reste qu’un seul bloc dominant , l’OTAN dirigée par l’Amérique ? .

    anonyme
    1 décembre 2018 - 19 h 04 min

    si j’étais Poutine je fermerais à jamais le clapet de ce gorbatchev qui a permis l’éclatement de l’URSS
    A l’heure qu’il est le criminel Bush répond devant le créateur de ses ignobles crimes

    Anonyme
    1 décembre 2018 - 19 h 01 min

    Busch celui qui signa l’arrêt de mort de Saddam et de l’Irak.

    Flytoxe
    1 décembre 2018 - 15 h 57 min

    Au diable que l’enfer le consume a petit feu….

    12
    LOUCIF
    1 décembre 2018 - 15 h 39 min

    Pour moi , ceux qui ont plongé l’URSS très rapidement dans la récession économique, qui a provoqué la chute du mur de Berlin en 1989, le démembrement de l’URSS et la perte de la place de puissance militaire de ce pays, c’est précisément l’ex président de l’URSS Mikhaïl Gorbatchev et celui qui est venu après c’est à dire Boris Eltsine. Mikhaïl Gorbatchev est celui qui a donné le signal avec la mise en oeuvre de :1/- la Perestroïka, c’est à dire des réformes économiques et sociales d’inspiration ultra libérale et 2/- la glasnost, qui signifie transparence, et qui se voulait soi-disant une politique de liberté d’expression, de communication et de liberté d’entreprendre en général !

    Ces réformes a été imposée brutalement et rapidement au peuple russe sans préparation ni explication et les dégâts ont été immenses car on ne peut passer sans conséquences et impunément du communisme à l’ultra libéralisme, surtout quand c’est fait par la force et que çà vient d’en haut. Le semblant d’ouverture de l’économie soviétique n’a pas eu les effets escomptés et a précipité l’URSS dans le gouffre dès la chute du mur de Berlin ! Fort heureusement pour ce grand pays, Poutine est arrivé au pouvoir pour corriger tout çà et pour redresser la Fédération de Russie. Il a réussi à lui faire reprendre sa place de grande puissance militaire et de pays prospère sur le plan économique et sociale , et tant mieux pour la planète terre ! Et pour nous rêvons un peu pourquoi pas : c’est pour quand un Poutine à la tête de l’Algérie ? Où est le Poutine algérien ???!

    PS : Pour se faire , Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev a été le complice du président Reagan et Boris Eltsine celui de Bill Clinton !

    12
    1
      Apache
      1 décembre 2018 - 17 h 02 min

      Où est le Poutine algérien? Il est décédé en 1978 et s’appelait Houari Boumédiène. Beaucoup ne lui reconnaitront pas ce statut malheureusement. En son temps, le passeport algérien avait sa valeur, tout le monde nous respectait. L’Algérien était fier. Le chômage, le détournement des deniers publics et la corruption étaient inexistantes. Lui vivant, il n’y aurait jamais eu autant de « faux moudjahidines » ou si peu. Iln’y aurait jamais eu de « harragas » et un crétin comme Sarkosi n’aurait jamais eu l’impertinence de nous insulter sans le payer en retour. Rappelez vous comment Boumédiène avait traité Valéry Giscard D’Estaing après la fin de sa visite officielle en Algérie. Il n’a pas daigné le raccompagner à l’aéroport ce qui constituait un manque de considération à l’époque, bien que le protocole a été respecté. Des traitres l’ont tué et vous voyez dans quel état est l’Algérie actuellement.

      10
      2
        Rayah
        1 décembre 2018 - 21 h 34 min

        Tout a fait d’accord avec Apache. A l’epoque de H.B le fellah , zaouali, l’ouvrier etaient proteges et vivaient en securite. Par contre les faux moudjahidines, les opportunistes et les voleurs dans notre pays avaient la trouille et se faisaient tout petit car ils savaient que l’execution les attendait. Sur le plan exterieur notre pays etait respecte et notre passeport avait de la valeur. A l’epoque de H.B. L’elite de l’Algerie etait au pouvoir.

      LOUCIF
      1 décembre 2018 - 19 h 46 min

      erratum : il s’agit de George W. H. Bush et non de Reagan !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.