Le culte de l’ignorance

ecoleCoran
L'école est devenue l'antichambre de la mosquée, la mosquée a annexé l'école. D. R.

Par Mesloub Khider – Quand l’ignorance du culte authentique se conjugue avec le culte de l’ignorance cela signifie que la raison perd sa foi, la foi déraisonne. L’école perd ses repères, les enfants ignorent leurs pères. Les pères ne remplissent plus leur mission éducative, l’école sa vocation pédagogique.

Aujourd’hui, en Algérie, la construction d’une mosquée s’érige souvent sur la destruction de l’école. L’école est devenue l’antichambre de la mosquée. La mosquée a annexé l’école. A désaxé la mission pédagogique de l’école. Lui a imprimé une orientation scolaire où l’enseignement du Livre unique sacré a désacralisé tous les livres du savoir. Les connaissances scientifiques ne sont plus sacrées. Les savoirs ne sont plus consacrés.

L’ancien temps de la soif de connaissances longtemps béni, du paysage algérien a été définitivement banni. La mer intellectuelle algérienne a été asséchée, dévorée par l’envahissement du désert de l’ignorance parti de l’Orient. Le désert algérien se chargeant d’irriguer en revenus sa population prosternée, grâce à la rente pétrolière.

L’Algérien contemporain se tourne vers le ciel pour quémander son existence parasitaire. La terre lui sert juste de moyen de génuflexion. Mais jamais de réflexion. Ni encore moins de laborieuses productions.

C’est devenu un spécialiste de l’importation de ses subsistances et un professionnel de l’exportation de sa vie. En effet, il se nourrit de la production des autres pays et, quand il daigne travailler, il alimente la production des autres pays. C’est à perdre son latin, ou plutôt sa derdja, son kabyle.

Au pays, il aime tenir les murs. A l’étranger, il est fier de se murer derrière l’usine à trimer pour son ancien colon. Nos pères révolutionnaires libérateurs doivent se retourner dans leur tombe. Hier, ils ont libéré l’Algérie de l’occupation. Aujourd’hui, leurs enfants n’aspirent à aucune occupation. Ni laborieuse. Ni intellectuelle. Ni culturelle. Ils préfèrent occuper la mosquée. L’envahir, l’exploiter à des fins réactionnaires, terroristes. La mosquée leur sert de lieu de production : production de l’ignorance et de vacuités existentielles.

Le pays, lui, ils l’ont livré aux travailleurs courageux étrangers. L’Algérien préfère transformer sa vie en champ de ruines, plutôt que de produire sa vie par le travail des champs, dans les chantiers. Les chants du muezzin suffisent à remplir ses occupations, à combler son existence.

A croire qu’il a inversé les valeurs. L’école, ou l’annexe de la mosquée, lui a inculqué deux notions antinomiques. Destruction et construction. L’Algérien semble avoir confondu les deux termes dans son apprentissage rudimentaire scolaire dispensé par l’enseignement officiel national. Pour l’Algérien, faire œuvre de destruction est synonyme de construction. Et toute construction se bâtit par la destruction. Dans la tête de l’Algérien contemporain, élaborée par l’école islamisée, les deux chantiers se valent, ils sont équivalents. Détruire le pays est une œuvre de construction. Construire le pays équivaut à le détruire. Belle logique infligée par l’école de l’ignorance.

La raison raisonnable raisonnante est dissonante en Algérie. La logique dissolvante islamisée lui à fait perdre son harmonieuse intelligence.

M. K.

Comment (66)

    Cirta25
    20 décembre 2018 - 20 h 54 min

    L’école est un héritage de la colonisation. La mosquée s’est toujours opposée au savoir profane, aux valeurs humanistes, positivistes et aux sciences naturelles. La raison est l’ennemi de la foi. Il n’y a pas d’évolution dans l’islam sinon la répétition éternelle de l’identique immuable, toujours le même, intemporel, anhistorique. La mosquée se situe en dehors de l’histoire des hommes et ne peut être susceptible d’hypothèses, de probabilité, de sémantique ou d’épistémologie. La mosquée récuse la philosophie. L’école n’a pas de sens dans l’imaginaire des algériens. Les gouvernants successifs depuis l’indépendance l’ont bien compris. L’artifice politique ne peut survivre à 14 siècles d’indigence intellectuelle même pas dans le mimétisme dépendant d’une modernité subie, consommer avec avidité, sans modération mais toujours, éternellement tous les jours, étrangère à la répétition répétée sans cesse et pour l’éternité. L’école ne fait pas le poids, plus précisément n’a pas de mesures dans la mosquée omnipotente, ne peut se réduire à une simple équation non pas de la déraison ni de l’ignorance, concept contraire à l’essence même de l’islam. L’ignorance, c’est l’école algérienne. Elle produit bien plus que convenablement ses effets sans que personne ne se plaint. Y a t-il jamais eu en Algérie une manifestation pour défendre la qualité de l’enseignement scolaire et universitaire. Sans intérêt mais surtout contradictoire avec la mosquée. L’école en Algérie est une hérésie. Pour se maintenir, il fallait bien l’islamiser, n’en faire qu’une annexe de la mosquée, lieu du Savoir.

    4
    1
    Anonyme
    18 décembre 2018 - 12 h 17 min

    Ne devrait-il avoir de différence entre l´Homme et la bete!?
    Si l Homme n a pas de controle sur ses instincts, il devient une bete!!!

    Souk-Ahras
    18 décembre 2018 - 8 h 10 min

    @Anonyme 17 décembre 2018 – 17 h 49 min, je vous cite :
    « Presque parfait:
    D’abord : c’est mon humble et pas « Ma » humble ( contribution) sauf quand on a fumé l’H. Après c’est « voirE » et pas voir (voir des milliers de projets ).
    Alors, on continue à traquer les fautes chez les autres? »

    Ce à quoi je réponds que c’est du tout petit mon petit.
    Mon humble écot, ma humble position, ma humble contribution, ma humble opinion. C’est comme ça que ça s’écrit et se prononce. Parole d’autodidacte.
    Je suis d’accord cependant avec vous en ce qui concerne l’adverbe « voire ». C’est une faute d’inattention plutôt que d’accord ou de syntaxe.
    L’écriture, sans fautes, n’est-elle pas la science des ânes dont l’intellect se limite aux stricts verbes braire et ruer ? Ne le saviez-vous pas cher ami « signature et déshérence » ?

    4
    2
    Anonyme
    15 décembre 2018 - 20 h 51 min

    Bravo et merci M Khider pour cette analyse. La religion n’ a rien à faire à l’école,surtout que n’importe qui aujourd’hui se considére plus musulman que les autres. L’éducation religieuse est l’affaire des parents,point barre. Sommes nous en dictature religieuse? Et si moi,parent ne veut pas que mon enfant subisse cet enseignement ? Suis-je obligé d’être musulman? On est en pleine dérive la preuve yen à qui se réclament salafistes,ahmadites chiites… Laissons la religion au domaine privé de chacun,dieu a créé l’homme libre,dieu n’a pas d’associé sur terre.

    18
    2
      Anonyme
      19 décembre 2018 - 17 h 07 min

      Votre analyse si on peut l’appeler comme telle est complètement biaisée. Les mosquées sont présentes non pas pour votre fantasme à savoir remplacer l’école mais bien pour enseigner aux enfants mais aussi aux grands que nous devons adorer notre seigneur. Et les mosquées ont été construites pour cela. L’école est plus que nécessaire mais peut-on parler d’école aujourd’hui, quel enseignement donne t’on à nos enfants depuis tant d’années???
      Justement la désolation que vous mettez en avant est bien le fruit d’un abandon de l’enseignement et une qualité plus que médiocre. Les mosquées n’en sont pas responsables bien au contraire, sans elles ce serait le chaos dans notre pays. Ce qui est ridicule ce sont tous ces pseudos musulmans qui mettent l’Islam comme responsable de la misère du monde.
      Non et mille fois non… Allez chercher les responsables ailleurs et laissez nous tranquille !!!

      2
      4
    Souk-Ahras
    15 décembre 2018 - 9 h 18 min

    Comment peut-on ne pas citer Boubakr Benbouzid appliquant les ordres de sa haute hiérarchie qui, 20 ans durant, a livré jusqu’en 2012 notre éducation nationale pieds et poings liés au Temple de l’Obscurité ?
    1993-1994 : ministre délégué aux universités et à la recherche scientifique.
    1994-1997 : ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
    1997-2002 : ministre de l’éducation nationale.
    2002-2003 ; ministre de la jeunesse et des sports.
    2003-2012 : ministre de l’éducation nationale.
    On remarquera ses 13 longues années au service du programme de construction de la nation algérienne de fakhamatouhou.

    13
    1
      Zaatar
      15 décembre 2018 - 15 h 43 min

      Benbouzid restera dans la memoire d’une majorite d’algeriens. Celui qui a torpille l’education en s’inscrivant dans les objectifs du systeme regnant pour abrutir les citoyens se trouve en ce moment en russie a couler des jours heureux, avec dans l’esprit le sentiment du devoir accompli.

      12
    lhadi
    15 décembre 2018 - 1 h 17 min

    J’ai toujours été profondément sensible à l’injustice. Rien dans l’éducation que j’ai reçue de mes parents et dans les principes qu’ils m’ont inculqués ne m’invitaient à rester indifférent au sort de mes semblables. Le souci du partage, l’attention aux plus modestes et aux plus démunis font partie intégrante des valeurs qu’ils m’ont transmises. Celles-ci m’ont rendu attentif aux réalités sociales et économiques qui ne me concernaient pas directement mais dont je ressentais l’anomalie avec beaucoup d’acuité.

    Au nom des valeurs auxquelles je suis le plus attaché et que j’ai toujours défendues, j’invite tous les patriotes algériens à s’engager pleinement dans un combat que je sais vital pour l’avenir du pays. C’est à la défense d’un nouvel humanisme fondé sur une même exigence de justice et de sécurité, d’ordre et de tolérance, de liberté et de responsabilité qu’ils doivent se consacrer.

    Après les périodes de turbulence de notre histoire et de notre vie commune, il est nécessaire, dans cet esprit, de remettre à l’honneur les valeurs algériennes tombées en désuétude non pour sublimer un passé nostalgique mais pour promouvoir les valeurs de progrès avec comme objectif la perspective d’un avenir promoteur, porteur et radieux.

    Pour édifier une société réellement démocratique, libre et solidaire, il importe d’inculquer les valeurs propres qui donnent vigueur à la conscience du citoyen algérien ; des valeurs comme l’intégrité morale dont la perte entraîne tous les maux que nous déplorons à travers la corruption, la trahison, la concussion, l’immoralité, le pillage.

    Acquérir des valeurs nouvelles, porteuses de progrès est une tâche essentielle. Ainsi, on peut se donner comme défi de réconcilier la science et la conscience en l’homme algérien.

    La connaissance et le choix structurent la morale républicaine. D’où l’impérieuse nécessité de façonner un archétype de citoyen démocrate ayant une maîtrise parfaite de l’exercice du choix compte tenu de sa connaissance pour soutenir le prométhée des temps modernes, le prophète des temps modernes dont l’Algérie adamantine est orpheline.

    Restaurer l’autorité de l’Etat afin de garantir la protection et le bien-être de l’ensemble de nos concitoyens mais aussi instaurer un partage des pouvoirs et encourager l’esprit d’entreprise et d’innovation au sein d’une société qui aspire à plus de dialogue, d’autonomie et de dynamisme, est une grande ambition établie au coeur du programme d’action d’un homme d’Etat qui ambitionne à un destin national.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected]).

    11
    2
    un état fort aurait sévi contre ces pratiques
    14 décembre 2018 - 23 h 38 min

    Un exemple plus précis dans les engrenages sociaux disséquant cette idée de déchéance de la raison face au charlatanisme observée effectivement dans tous les domaines de la vie :
    qui ne connait pas parmi ses proches, voisins ou collègues, des personnes tout à fait ordinaires sous cet angle (rationnels, universitaires et loin de tout fanatisme) mais qui recourent quand même à ce phénomène en tant que médecine palliative disent-ils, ou pour des cas surtout graves ou désespérés où celle (médecine) officielle a montré ses limites ?….
    Mais à voir de plus prés, on se rend compte qu’ils y sont poussés par des rumeurs infondées (préfabriquées, imaginaires ou supposées) vantant des exploits médicaux -dignes d’être brevetés ou publiés dans les revues de référence sous d’autres cieux- réalisés par des « zigotos » autoproclamés « raki » qui pratiquent indûment et surtout sans scrupule prétendant même soigner le cancer ou le diabète, avec il est vrai aussi la bénédiction de la société.
    Il se trouve que ces énergumènes et tarés croient ainsi rendre en quelque sorte service à la religion en s’adonnant à ce genre de propagande et en colportant des inepties jusque dans leurs partages de propos, en privé ou parfois même à travers des réseaux sociaux, se laissant aller à des excès … avec autant de légèreté et sans en mesurer les conséquences.

    A l’inverse, on voit sur des vidéos et on entend des témoignages attestant du malheur de médecins, qui bien que restant au service du malade avec les moyens mis à leur disposition, il leur arrive de reconnaitre des cas désespérés parmi ceux s’étant présentés tardivement à leur première consultation sans dossier médical déjà constitué et n’ont donc pas pu commencer les traitements nécessaires à temps (parce que le malade a perdu son temps à « se soigner » chez un raki avant).
    Les accompagnateurs deviennent alors agressifs face au seul diagnostic possible qu’il n y a plus rien à faire pour leur guérison.

    Dans tous les cas semblables, un état fort aurait sévi contre ces pratiques.

    10
    1
    Nasser
    14 décembre 2018 - 21 h 01 min

    En effet! Nous resterons les dindons de la farce tant que nous cultivons la haine, l’injustice, la colère, la paresse et pratiquons le « culte de l’ignorance »…. Parce que l’occident a compris que nous ne vivons pas dans l’Islam du Coran, mais dans un islam « parallèle » depuis 14 siècles! Nous sommes « éduqués » dans l’Islam des chouyoukh qu’ils puisent dans un patrimoine « tourath » religieux (ahadith douteux ou faux, fatwas diaboliques, livres religieux déroutants) déshumanisant et abrutissant que nous avons sacralisé avec leurs chouyoukh! Dans un islam parallèle « problématique » qui prône la violence, l’agression « djihad ettalab », la persécution des femmes, le racisme, qui accepte l’esclavage « moulk et yamine » et les différences sociales etc etc. Des faits et gestes du 7ème siècle que l’on veut imposer au 21ème siècle (?!). Ces occidentaux, plus intelligents, instrumentalisent notre ignorance pour nous dominer (voire nous »détruire ») avec notre argent, nos enfants, nos chouyoukh, notre croyance/religion.
    Les al Saoud et leurs vassaux sont en tête de cette cabale, suivis des frères musulmans, avec leur « rêve » khalifiste relancé par hassan el Banna (en 1928) puis Kotb; après sa chute en 1925 !

    16
    5
      Anonyme
      14 décembre 2018 - 21 h 31 min

      « …nous ne vivons pas dans l’Islam du Coran » C’est quoi l’islam du coran sinon ça :
      « Il n’y a point auprès de Dieu d’animaux plus vils que ceux qui ne croient pas et qui restent infidèles ». Coran :(8.55)
      (Coran :47.4 ) Quand vous rencontrerez les infidèles, tuez-les jusqu’à en faire un grand carnage et serrez les entraves des captifs que vous aurez faits.
      (Coran : 47.9 ) Pour les incrédules, puissent-ils périr, et puisse Dieu rendre nulles leur œuvres !
      Coran :47.37) Ne montrez point de lâcheté. N’appelez point les infidèles à la paix quand vous leur êtes supérieurs, et que Dieu est avec vous; il ne vous privera point du prix de vos œuvres.

      12
      7
        Nasser
        15 décembre 2018 - 23 h 27 min

        « Anonyme »
        Tu dois être chargé de guetter tout ce qui est « islam » pour nous répondre avec ton « copier-coller » (passe partout) qui reprend les mêmes versets hors de leurs contextes historique et de défense !
        Un internaute t’as répondu, avec le même procédé, en te citant 32 versets de la Bible agressifs, terroristes et sanguinaires!
        Tout en usant envers toi de propos humiliants (voir ci-dessous), mais tu têtu ou idiot, tu continues dans ton travers à nous montrer exposer ton aliénation! (continue et tu recevras la même réponse, sur ta figure, qui sera « copiée » et « collée »)

        « anonyme » sioniste, est pris qui croyait prendre, tu ne fais que tomber dans ton propre piège, et je comprend ton agacement, mais tu vois, tu n’es pas si rusé que cela.

        Et pour t’ajouter une couche, la bible recèle largement plus de passages sanguinaires que tout autre livre religieux.
        Tu n’es pas du genre à tendre la joue droite, n’est ce pas… mdr !

        7
        10
          Anonyme
          16 décembre 2018 - 18 h 20 min

          An 715 – le califat compte les Esclaves Maghrébins en « têtes » comme du bétail:
          […] Il a envoyé son frère Marwane avec une armée. Il a réussi à toucher en esclaves, cent mille((( têtes))). Et il a envoyé son neveu avec une armée. Lui aussi a pu toucher en esclaves (((cent mille têtes de Berbères))). Quand sa lettre est arrivée chez al-Walid, elle disait que le cinquième du butin est de quarante mille têtes [Le cinquième du butin revenait toujours au calife]. Les gens ont dit : il est fou ! Comment peut-il avoir quarante mille têtes qui sont le cinquième du butin ? Il a entendu cela et il a envoyé quarante mille têtes qui étaient bien le cinquième du butin. Il n’y a jamais eu en islam autant d’esclaves que ceux de Moussa bin Noussayr [Moussa bin Noussayr était un général Arabe travaillant pour le 6eme calife Omeyyade Al-Walid ibn Abd al-Malik.] l’Emir du Maghreb.
          Source :Al Bidaya wa al-Nihaya; De : Ibn Kathir / Volume 12, Page 629

          6
          4
          Nasser
          16 décembre 2018 - 21 h 09 min

          Voilà tu reviens à la logique en changeant de tactique suite à tes mensonges sur le Coran!
          Tu prends comme référence les « Califes » ce qui est différent!
          D’accord quand tu parles des Califes (Ommeyades et Abassides en tout une centaine qui ont gouverné 600 ans environ ) et de leurs comportements opposés aux principes du Coran.
          Tu juges selon l’Islam des hadiths à 80% faux créés de toutes pièces pour leurs besoins de gouverner (hadiths qui dictent presque tout les comportements des musulmans aujourd’hui!
          Voici une lecture intéressante qui explique bien cela!
          Cependant si tu es anti-Islam , ça c’est une autre histoire!
          Tape ce titre sur google: Les musulmans entre l’Islam authentique et les apocryphes

          4
          4
          Anonyme
          17 décembre 2018 - 9 h 53 min

          Ok ,je vais taper dans Google « Les musulmans entre l’Islam authentique et les apocryphes » et le lire attentivement,mais en revanche si toi ta foi est solide et que tu n’as pas peur de découvrir que tu brasses de l’air ,fais de même et tape dans Google « Preuves que le coran n’est pas de Dieu : Ses erreurs scientifiques. »

          9
          4
          Nasser
          17 décembre 2018 - 20 h 22 min

          Le Blog d’Pierre-Elie-Suzanne! Je connais….Je comprend bien maintenant l’origine de tes troubles !!

          3
          3
          Anonyme
          17 décembre 2018 - 20 h 32 min

          Je n’ai aucun trouble,l’islam j’ai tiré un trait dessus définitif il y a plus de trente ans.

          5
          2
          Anonyme
          18 décembre 2018 - 1 h 00 min

          « Je n’ai aucun trouble,l’islam j’ai tiré un trait dessus définitif il y a plus de trente ans ».
          Il ne vous a pas dit que votre trouble était « l’Islam ».
          Il vous dit que son origine est le Blog (et assimilé) anti-Islam de Pierre-Elie-Suzanne.
          Si vous avez déduit, inconsciemment, que c’est l’Islam c’est que vous avez un trouble. Ne dites donc pas que vous n’en avez « aucun »!

          3
          4
    Alfa
    14 décembre 2018 - 19 h 39 min

    @ Anonyme(16 h 14 min)
    Si vous pensez que les torchons que vous lisez sont des livres authentiques vous êtes entrain de vous fourrez le doigt dans l’œil mon ami. Presque tous les Hadiths ont été falsifié pour le besoin d’un auditoire ignorant qu’on a au préalable lavé leurs consciences pour les amener sur le terrain de l’ignorance et s’en servir comme appât. Une mouture malléable et facile de manipulation tout azimut. Il faut être un cancre de la pire espèce pour ne pas comprendre que l’hydre à 7 têtes est entrain de gagner tout l’espace laissé vacant par les gens du savoir pour s’en approprier et assoir leur doctrine en versant leur venin pour endormir cette catégorie de croyants, qui soit dit en passant, ne sont là que pour de la configuration.
    Pour votre répertoire il y a des hadiths plus authentiques et logiques que ses torchons que vous lisez: « Demandez le savoir(3ilm) du berceau jusqu’à la tombe » ou encore « Demander le savoir(3ilm) même en chine. » Ces 2 hadiths, si je me permet de le dire même si certain jugent qu’ils ne sont pas authentiques, prouve que l’Islam est une religion et une doctrine du savoir pour celui qui veut s’en servir

    15
    7
      Anonyme
      14 décembre 2018 - 20 h 16 min

      Al 3ilm dans l’islam c’est 3ilm al fiqh et n’a rien à voir avec le savoir scientifique.Le savoir scientifique est en conflit direct avec les convictions religieuses des musulmans. Ce qui les oppose est fondamentalement une question de méthodologie. L’islam repose sur une foi aveugle et sur une adhésion inconditionnelle aux textes sur lesquels il est basé, alors que la science requiert un esprit critique, des observations, des déductions et des résultats qui sont intrinsèquement cohérents et qui correspondent à la réalité.

      18
      11
        Alfa
        14 décembre 2018 - 23 h 28 min

        A lire la célèbre citation de Mark Twain:
        « DON’T ARGUE WITH AN…… , HE WILL DRAG YOU DOWN TO HIS LEVEL AND THEN BEAT YOU WITH EXPERIENCE. »
        Qu’en pense-tu des célèbres figures Islamiques tel que AVICENNE(médecine), EL-KHAOUARIZMI (Les logarithmes portent son nom) Les jardins de Babylone en Irak, la plus célèbre mosquée de Cordoue en Espagne avec ses 365 fenêtres ou chaque jour le soleil se lève par une fenêtre différente et que jusqu’à date les plus grands architectes du monde n’on pu déceler l’orientation et son implantation architectural.
        Nostradamus, dont tout le monde loue ses prédictions, qui a PLAGIÉ le livre d’IBN-El_3arabi pour se l’approprier et prétendre prédire le futur pour ne citer que ses quelques illustres personnalité de la science moderne. Tu pense que ses gens-là ne connaissent pas la différence entre la science du fiqh et la technologie. Pour terminer je pense que tu es en port à faux de tes pensées qui illustrent le contraire de la logique même.

        8
        7
          Anonyme
          15 décembre 2018 - 11 h 30 min

          « …Les jardins de Babylone en Irak » Tu t’emmêles les pinceaux, tellement tu réagis émotionnellement pour défendre l’islam. Les jardins que tu cites sont les jardins suspendus de Babylone attribués à Nabuchodonosor II (604-562 av J.-C.).La civilisation babylonienne est du début du IIe millénaire av. J.-C et n’a rien à voir avec l’islam,sauf ses mythes (mythe d’Adam et Ève,le déluge,jardin d’Éden…).

          7
          3
        Anonyme
        18 décembre 2018 - 11 h 23 min

        On peut dire la meme chose de la bible et, propablement de toutes le autres religions: « la foi ca se discute pas, elle est antérieure à la raison: soit on l a ou on ne l a pas ». Donc rien à voir avec le pari de Pascal qui dit à peu près: on n a rien á perdre mais tout á gagner, quand on a la foi.

        2
        3
          Anonyme
          19 décembre 2018 - 11 h 33 min

          « la foi ca se discute pas, elle est antérieure à la raison » Elle est à la place de la raison que chez les musulmans.

      Zaatar
      15 décembre 2018 - 7 h 16 min

      C’est toutes les religions qui sont des conneries l’ami. La preuve, vous venez de remettre en cause des hadiths que vous traitez de torchons, pour asseoir ce que vous vous pensez d’authentiques. Ca se deroule ainsi depuis plus de 2000 ans l’ami, chacun voulant instaurer sa propre vision a des desseins inavoues. Et comme tu le dis si bien, ca s’adresse effectivement a un auditoire d’ignorants, car le reste fait aussi pareil… tu comprend maintenant pourquoi les religions c’est de la connerie?

      9
      3
    Souk-Ahras
    14 décembre 2018 - 19 h 08 min

    Pourquoi en sommes-nous là aujourd’hui ?
    C’est une question d’hommes et d’idéologies.

    Avant toute chose, pour saisir le fond de ma humble contribution, il faut au préalable comprendre que depuis juillet 1962, en dehors de l’ENA qui forme les troupes en majorité obéissantes au Système, aucune mesure ou initiative n’a été prise dans le cadre d’une émergence démocratique effective d’une élite politique ou économico-industrielle indépendante. La bureaucratie administrative étatique renferme dans ses tiroirs des centaines, voir des milliers de projets porteurs de progrès émanant du « Privé » déclarés unilatéralement et sentencieusement non conformes à la pensée unique.

    Dès 1956, la « légitimité historique » forte de sa composante religieuse majoritaire, s’érigea en dépositaire unique de la future indépendance de notre pays et accentua son clivage (existant depuis la naissance du nationalisme algérien dans les 20’s), avec le courant laïc démocratique qui militait pour la séparation de l’État et de la Mosquée et pour le droit au peuple, une fois indépendant, de choisir ses élus et définir ses orientations sociétales.
    Ce clivage a fait que dès l’après juillet 1962, les nouveaux gouvernants s’activèrent à museler toute revendication démocratique ou intellectuelle pouvant interférer dans leurs choix « statiques » prémédités, et surtout, à empêcher l’essor d’une vision politique nouvelle autre que la leur. La guerre, qui subsiste à nos jours, a été déclarée à outrance contre toute sorte « d’initiative » (généralité) personnelle .
    La composante religieuse gagna sa première bataille lorsqu’en 1964, Ben Bella « l’égyptien » fit promulguer son premier décret portant sur l’arabisation de l’administration et en précipitant l’arrachage d’une grande partie lucrative de notre vignoble déclaré haram.
    De 1966 à 1976, le « Politburo » gérait tout, entendait tout, et disait tout. Boumédiène accentua l’emprise déjà grande de la composante religieuse, en promulguant pas moins de 12 décrets portant sur l’arabisation de l’État algérien.
    De 1980 à 1992, le « Politburo » était en perte de vitesse. Mais Chadli Bendjedid, qui ne parlait pas le français, mais parlait l’arabe et le tamazigth, promulgua à son tour, sous la forte pression des arabisants forcenés, 13 décrets portant sur l’arabisation. Avec lui, la composante religieuse, hostile à toute forme de modernité, a vu son implantation et son importance monter d’un cran. Le tragique résultat de ce refus « fou-furieux » a laissé des traces indélébiles et obéra l’émergence d’une intelligentzia industrielle locale privée. L’ère de l’économie de l’import/import connut ses débuts.
    Le 29 juin 1992, Mohamed Boudiaf est assassiné. Il voulait geler la loi du 16 janvier 1991portant généralisation de l’utilisation de la langue arabe. Ce n’était pas du goût de la composante religieuse de l’État algérien.
    De 1999 à nos jours, Bouteflika, en plus d’être profondément rétif à « l’entreprise » privée qui échapperait à « son » contrôle, continua l’œuvre d’arabisation forcenée en promulguant, à l’inverse de ses prédécesseurs, 10 décrets et lois évinçant le français jusque dans l’enseignement supérieur. L’import/import et l’informel s’érigent en haute technologie. Désormais, la « bannière verte » flotte à côté de notre étendard national et la GMA en est un signal fort lancé à l’endroit du rationnel.

    14
    7
      ben
      14 décembre 2018 - 23 h 26 min

      c’est juste dans le soucis de mieux vous lire frère, on dit peut-être ‘mon humble opinion’.

        Souk-Ahras
        15 décembre 2018 - 1 h 13 min

        @Ben,

        Très juste mon ami. Dans mon idée, j’ai utilisé « contribution » parce-que je cite des dates et faits réels connus par certains et méconnus d’autres.

      Anonyme
      17 décembre 2018 - 17 h 49 min

      Presque parfait:
      D’abord : c’est mon humble et pas « Ma » humble ( contribution) sauf quand on a fumé l’H. Après c’est « voirE » et pas voir (voir des milliers de projets ).

      Alors, on continue à traquer les fautes chez les autres?

    Anonyme
    14 décembre 2018 - 18 h 33 min

    en tout cas on est mal barré , le niveau d’éducation lamentable , le niveau de réflexion kif kif si ce n est pas pire , et c est parti pour plusieurs génération a venir , c’est un pays qui ne verra pas le jour dans la technologie et les sciences et dans le développement , un pays se développe par ses enfants, pas par des étrangers et nous « lah ghaleb  » c’est tous ce qu il y a . Il peuvent nous faire des roquias , des hidjamas et je ne sais quoi d’autre ,le reste qui demande de l instruction NIET.
    sincèrement je plains les gens qui sont contre ce système d’éducation mais n’ont pas les moyens d’extraire leurs enfants de les envoyes dans des pays civilisés .

    9
    2
    Mohand
    14 décembre 2018 - 18 h 31 min

    en tout cas on est mal barré , le niveau d’éducation lamentable , le niveau de réflexion kif kif si ce n est pas pire , et c est parti pour plusieurs génération a venir , c’est un pays qui ne verra pas le jour dans la technologie et les sciences et dans le développement , un pays se développe par ses enfants, pas par des étrangers et nous « lah ghaleb  » c’est tous ce qu il y a . Il peuvent nous faire des roquias , des hidjamas et je ne sais quoi d’autre ,le reste qui demande de l instruction NIET.
    sincèrement je plains les gens qui sont contre ce système d’éducation mais n’ont pas les moyens d’extraire leurs enfants de les envoyes dans des pays civilisés .

    10
    1
    Juifs et musulmans
    14 décembre 2018 - 16 h 26 min

    @DYHIA-DZ – 14 h 21 min , Comme tu le dis si bien … « réciter bêtement le coran comme un perroquet est une méthode des Talibans » certes, mais aussi et surtout une méthode juive ! N’oublions pas que les juifs et les arabes sont des sémites et que les arabes musulmans ont beaucoup hérités des juifs qu’on le veuille ou non, combien même le Coran a été rédigé autrement ! Il y a énormément de similitude entre musulmans et juifs dans la méthode même si l’histoire a fait qu’ils sont devenus des « ennemis » pendant longtemps ! Aujourd’hui on constate que beaucoup de pays arabes musulmans reviennent … aux sources … en se rapprochant de plus en plus des juifs.

    26
    9
    Anonyme
    14 décembre 2018 - 16 h 14 min

    La raison d’etre de l’islam c’est la guerre et le pillage :
    33871 – Nous avons été informés par Houchaim bin Bachir qui dit que : nous avons été informés par Sayar qui a dit : nous avons été informés par al-Faqir que : d’après Jabir bin Abdallah que le prophète a dit : « (((le pillage m’a été rendu licite)))et il n’a jamais été rendu licite à qui que ce soit avant moi ». Moussanaf ibn Abi Chayba De : Ibn Abi Chayba Volume 11 pages 418
    Selon Ibn Omar (P.A.a) le Messager d’Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit: « Je suis envoyé peu avant l’Heure muni d’un sabre à utiliser jusqu’à ce qu’on adore Allah sans rien lui associer. (((On a placé ma subsistance à l’ombre de ma lance))). » (Rapporté par Ahmad (9/126) et jugé authentique par al-Iraqui dans Takhriidj Ihyaa oulouma ad-dine (2/352) et jugé authentique par al-Albani dans Sahih al-Djaam’I (5142).

    15
    18
    Djeha Dz.
    14 décembre 2018 - 16 h 08 min

    Excellente analyse.
    Encore une fois, je le redis, l’ignorance, a été programmée. N’est ce pas, Boumediène, qui a cogité le fameux plan de construction des 1000 mosquées dans les années 70 ? Et oui, le fameux zaïm, que beaucoup de personnes regrettent et vénèrent. Et c’est bien du temps du zaïm qu’un grand Monsieur, M. Lacheraf, ministre de l’Éducation nationale a été écarté.

    Et comme l’élève, rêve toujours d’être à la hauteur, du maître, Bouteflika, fera construire la 3éme plus grande mosquée au monde. qui dit mieux ?
    Seulement, ce ne sont pas les édifices de culte le problème. C’est encore une fois, la politique. Ce sont les hommes de mauvaise foi, qui pour satisfaire leur obsession et soif de pouvoir absolu, instrumentalisent tout ce qui peut abrutir le peuple. Même le sacré n’y a pas échappé.

    Question : qui des deux est plus ignorant, un peuple qu’un système pervers a abrutit, ou des gouvernants qui ont porté le pays à la ruine ?

    22
    6
      Alfa
      14 décembre 2018 - 20 h 05 min

      « H.Boumediene, qui a cogité le fameux plan de construction des 1000 mosquées dans les années 70 ? ». Je ne sais pas si vous étiez né à cette époque mais j’en doute fort parce que vous êtes en train d’amalgamer et d’inverser son idiologie avec celle d’un Chadli&Cie par contre H.Boumediene a ordonné et décrété la construction de 1000 villages socialistes et non des mosquées.

      11
      8
        Anonyme
        14 décembre 2018 - 20 h 21 min

        Tu as oublié ou omis intentionnellement de dire qu’il avait dit : »dans chacun de ces villages socialistes une mosquée… » ce qui donne 1000 mosquées.

        10
        7
        Djeha Dz.
        15 décembre 2018 - 9 h 20 min

        Merci Anonyme pour la précision. Les discours de H. Boumediene existent pour attester de tout ce qu’il a dit. 1000 villages socialistes, 1000 mosquées comprises.

        D’ailleurs, suite à ce discours, que nous avions commenté entre amis, malicieusement, quelqu’ un, avez dit :’’ moi ce qui me préoccupe, c’est où, est ce qu’on trouver assez de monde pour remplir les 1000 mosquées ‘’ on avait bien rigolé.
        Dans les années 70, la population algérienne, n’était pas celle que nous connaissons actuellement.

        Encore, une fois, et pour revenir à l’objet du commentaire, j’avais dit, que le problème ne vient du contenant, mais du contenu.

        Puisque Alfa, évoque l’idéologie de H. Boumediène, il pourra, peut être, nous éclairer, vu que nous parlons de la formation des esprits, sur l’absence de soutien du programme de Mostefa Lachraf, ministre de l’éducation (1977/79) , pourquoi Boumédiène ne l’a pas soutenu contre les pressions du FLN, qui l’on poussé à démissionner???

        Alfa, aura sûrement compris, que je suis un témoin de mon époque.
        Bonne journée,

          Alfa
          15 décembre 2018 - 18 h 11 min

          1er. »Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de rage. »
          2eme. Je n’ai nullement l’intention de défendre qui que ce soit. Boumediene avait fait ce qu’il pensait juste pour un pays qui venait juste d’acquérir son indépendance.
          3eme.Le programme de l’éducation(1977/79), vous semblez oublier que Boumediene n’était plus aux règnes de l’état durant la période que vous indiquez puisqu’il a été hospitalisé bien avant suite à son empoisonnement par des gens de son entourage(Visionner la vidéo du professeur russe qui l’avait soigné).On peut élaborer la dessus mais laissons les choses telles quelles. Les gens qui avaient préparé le coup avaient hate de se débarrasser de lui pour laisser champ libre aux vautours qui gravitaient autour.
          Encore une fois je ne défend pas la personne encore moins ses visions, mais son souhait de voir un jour l’Algérie sortir de l’ombre. Ce qu’il a fait à tort ou à raison ne justifie nullement l’acharnement médiatique et les racontars de bas étage pour le salir avec une agressivité sans borne d’une secte à la solde des ennemis de la nation.

          5
          7
    Anonyme
    14 décembre 2018 - 15 h 58 min

    ( Sourate II,Verset 150): « Nous vous éprouverons par la peur et la faim, par les pertes dans vos biens et dans vos hommes, par les dégâts dans vos récoltes. Annonce des nouvelles heureuses à ceux qui souffriront patiemment. » . Ne pouvant apporter le bonheur sur Terre, l’islam en exploite le malheur et le désespoir.

    20
    11
    Abou Stroff
    14 décembre 2018 - 15 h 42 min

    « Le culte de l’ignorance » titre M. K..
    je pense que le Le culte de l’ignorance est un impératif incontournable pour la pérennité du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à de simples tubes digestifs ambulants doublés de zombies incapables de prendre leur destinée en charge.
    en effet, l’école et l’université étant des appareils idéologiques de l’Etat (selon la formule d’Althusser), comment peut on espérer l’émergence d’une école et d’une université algérienne de qualité lorsque le « système » (dont l’Etat est l’émanation) dans sa globalité fonctionne grâce à la production et à la reproduction de la médiocrité?
    un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation n’a, de fait, aucunement besoin d’un système éducatif performant, bien au contraire.
    le système rentier a besoin de produire des abrutis puisque les abrutis n’ont pas vocation à remettre en cause la logique de reconductiondu système et et n’ont pas les moyens de questionner leurs états de tubes digestifs ambulants ingurgitant tout ce que leur présentent les couches rentières qui les dominent.
    le système éducatif approprié au système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation a besoin de zombies appréhendant la science à travers des lunettes religieuses pour que la science perde son caractère révolutionnaire et se mette au service de la domination des couches archaïques (d’où le foisonnement palpable et quantifiable de charlatans en tout genre).
    en d’autres termes, l’école et l’université au service des couches rentières n’ont qu’un seul objectif: abrutir la populace (grâce à divers opium, dont la religion et le foot, entre autres) pour que cette dernière ne pose pas les questions qui fâche.
    moralité de l’histoire: tant que la rente est déversée sur des abrutis qui croient que la richesse est un don du ciel, il est inutile d’espérer l’émergence d’un enseignement de qualité, bien au contraire.

    27
    7
      Vector
      14 décembre 2018 - 16 h 00 min

      Votre théorie est une erreur par le simple fait que la République Algérienne est une méritocratie car les ministres et milliardaires algériens ne sont pas des héritiers !
      De plus l’Algérie n’est pas l’Iran ou l’Arabie Saoudite car l’islam n’est pas obligatoire !
      La majorité des algériens ne sont pas islamistes alors que des algériens ayant effectué toute leurs scolarité en occident le sont devenu islamistes !

      13
      15
      Zaatar
      14 décembre 2018 - 19 h 59 min

      Cher Abou Stroff je te salue,

      C’est exactement cela. Comme tu le decris.
      Tant que la rente est deversee sur des abrutis qui croient que la richesse est un don du ciel, il est inutile d’esperer l’emergence d’un enseignement de qualite.

      16
      2
    dib
    14 décembre 2018 - 14 h 39 min

    la religion semble bonne pour le simple d’esprit. La religion est le pire ennemi du savant honnête et érudit. La religion est très utile pour le tyran.

    29
    14
    Vector
    14 décembre 2018 - 14 h 33 min

    Encore un bouc-émissaire !
    Le sous-développement du monde musulman en général et de l’Algérie en particulier n’a rien avoir avec l’islam !
    La preuve est que l’Argentine, le Congo, l’Ukraine ou le Vietnam ne sont pas musulmans mais ils sont sous-développés !
    Le problème de l’Algérie est le même que le Tiers-Monde musulman ou non, c’est un retard technologique causé par les brevets !

    18
    26
      Zaatar
      14 décembre 2018 - 14 h 57 min

      Personne n’a dit le contraire, et personne n’a insinue que pays musulman equivaut a un pays sous developpe. Mais juste un constat, des pratiques en etroit lien avec l’ideologie religieuse fait reculer la societe. C’est ce qui se degage comme idee.

      23
      10
        Vector
        14 décembre 2018 - 15 h 22 min

        @Zaatar
        Vous inversez la cause et la conséquence !
        Si l’Algérie s’islamise, c’est parce qu’elle est en retard technologique et non l’inverse (retard technologique parce qu’islamisation !
        L’Algérie n’a pas les moyens de se développer de la technologie !
        Google/Facebook/Amazon/Apple dépensent chaque année 40 milliards de dollars en recherche et développement soit l’équivalent de l’exportation d’hydrocarbure algérienne !

        12
        8
          Zaatar
          14 décembre 2018 - 16 h 39 min

          L’arrieration d’une societe ou d’un pays ne peut pas etre seulement technologique. Des pays bourres d’argent peuvent s’armer de toutes les technologies du monde, n’empeche qu’ils resteront arrieres par le fait de leur societes et comportement. Et l’islamisation n’a aucun rapport avec avancee technologique. Vous melangez tout et n’importe quoi. Relisez l’article, vous situerez mieux la problematique proposee, elle n’a rien a voir avec la technologie.

          16
          4
          Vector
          14 décembre 2018 - 17 h 29 min

          @ Zaatar
          Vos propos sont absurdes !
          Le teste se nomme « Le culte de l’ignorance » donc l’auteur promeut la connaissance et quel
          le but de la connaissance ?
          Acquérir des techniques pour améliorer le niveau de vie de l’humanité donc l’arriération est toujours technologique !
          De plus acheter un objet ne signifie pas savoir le fabriquer !
          Si les pays arabo-musulmans s’islamisent, c’est parce que le socialisme tout comme le libéralisme à échoué dans le monde arabo-musulmans a les développer car ils ne possédaient pas de technologie !

          5
          6
          Zaatar
          14 décembre 2018 - 22 h 27 min

          C’est plutot vos propos qui sont absurdes, et il n y a plus rien a ajouter. C’est peine perdue et irremediable.

          7
          2
    Médecins contemporains, époque de la régression
    14 décembre 2018 - 14 h 30 min

    J’ai appris que Tous les médecins installés, dans une banlieue algéroise, femmes et hommes ont appris à faire « El hidjama » , ces médecins la pratiquent pour 1000 dinars en plus du règlement de la consultation, vous voyez que les algériens même instruits reculent et se dirigent vers le moyen âge.

    25
    5
    Zaatar
    14 décembre 2018 - 14 h 29 min

    Resultats des courses on a des cliniques de la rokia qui s’erigent ci et la avec des professeurs Belahmar un peu partout, et des charlatans mis en valeur par le ministre de la sante meme qui se sont vante de pouvoir eradiquer le diabete, pas seulement chez nous mais sur toute la planete avec leurs fameux Rahmet Rabbi. Et on n’est pas encore au bout, on s’attend encore a des nouveautes revolutionnaires.

    19
    3
    Anonyme
    14 décembre 2018 - 14 h 23 min

    L’après pétrole en Algérie = mangez le wahhabisme et buvez le salafisme

    18
    5
    DYHIA-DZ
    14 décembre 2018 - 14 h 21 min

    Ce qu’on voit sur la photo dépasse le charlatanisme religieux, c’est le déracinement total de l’Algérien.
    Regardez juste les tenues que portent les enfants.
    Que peut transmettre un ignorant aux enfant ??? Réciter bêtement le coran comme un perroquet est une méthode des Talibans.

    32
    4
    foulardisme
    14 décembre 2018 - 13 h 56 min

    Acheter des voix grâce à l’abrutissement religieux (mosquées, adhene à la TV, tirage au sort mecque) est un jeu dangereux qui risque de tout balayer! il est temps de sévir !
    La religion pédagogie morale et diciplinaire n’a pas su évoluer avec son temps !

    12
    3
    Kahina-DZ
    14 décembre 2018 - 13 h 49 min

    Merci ! Vous avez tout dit !!
    Vous avez juste oublier de mentionner que les charlatans religieux ont remplacé les médecins…Le souffle des charlatan dans des bouteilles en plastique a remplacé le médicament…Les maisons des charlatans ont remplacé les hôpitaux.

    30
    4
    Felfel Har
    14 décembre 2018 - 13 h 15 min

    Une des premières mesures salvatrices que les révolutionnaires de 1789 ont adoptées ,a constitué en l’éloignement des religieux (jésuites et jansénistes) du domaine de l’enseignement et de l’instruction publique, en raison du fait que le monopole de fait que le clergé catholique exerçait dans ce domaine avait contribué à
    l’abrutissement des pauvres ouailles. Qu’attend-on en Algérie pour extraire l’idéologie religieuse de ce temple du savoir qu’est l’école républicaine? Cessons d’abrutir nos enfants! Offrons-leur des chances de développer leur intelligence et de leur ouvrir les portes du savoir!

    18
    5
      Felfel Har
      14 décembre 2018 - 13 h 48 min

      Corrigez SVP! Lire « …; a consisté en l’éloignement… » au lieu de « … a constitué… ». Merci1

      3
      5
      Anonyme
      14 décembre 2018 - 14 h 30 min

      Bravo pour me M.K et ALgeriePatriotique pour cette belle analyse.Oui,la mosquée a remplacé l’École républicaine.Les écoles coraniqes sont légions.ET QUI EN EST RESPONSABLE.Je vous laisse deviner.
      Tant et aussi longtemps que notre constitution (ou plutot la constitution du régime) consacre l’Islam comme religion d’état et l’arabe classique comme langue nationale(alors qu’elle n’est pas parlée en dehors des cercles officiels) notre pays ira s’enfoncer dans les abysses de l’ignorance profitant aux predateurs occidentaux,aux milliardaires vereux (les siidi said ,haddad, kouninef, takhrout, bouchouareb, saidani,tbila.et le 5ieme mandat est la continuité dans la descente verttigineuse que l’a été le 4ieme mandat.Et les voix qui se sont élévées contre (comme le mvt Barakat..) ont été etoufées et reprimées.Je termine par un exemple qui illustre bien les propos de cette analyse.J’ai un petit neveu de 8 ans qui ne connait de la télé,ni les dessins animés,ni les emissions pour enfants mais
      préfère les stations saoudiennnes qui diffusent en boucle les lieux saints.Ses parents comme bcp d’autres parents,ne sachant comment occuper leurs progénitures durant les vacances ,les envoient dans les écoles coraniques qui bénéficient du laxisme volontaire de Benghebrit et du ministre aissa.

      11
      2
      SoyonsPragmatique
      14 décembre 2018 - 14 h 32 min

      Bravo pour me M.K et ALgeriePatriotique pour cette belle analyse.Oui,la mosquée a remplacé l’École républicaine.Les écoles coraniqes sont légions.ET QUI EN EST RESPONSABLE.Je vous laisse deviner.
      Tant et aussi longtemps que notre constitution (ou plutot la constitution du régime) consacre l’Islam comme religion d’état et l’arabe classique comme langue nationale(alors qu’elle n’est pas parlée en dehors des cercles officiels) notre pays ira s’enfoncer dans les abysses de l’ignorance profitant aux predateurs occidentaux,aux milliardaires vereux (les siidi said ,haddad, kouninef, takhrout, bouchouareb, saidani,tbila.et le 5ieme mandat est la continuité dans la descente verttigineuse que l’a été le 4ieme mandat.Et les voix qui se sont élévées contre (comme le mvt Barakat..) ont été etoufées et reprimées.Je termine par un exemple qui illustre bien les propos de cette analyse.J’ai un petit neveu de 8 ans qui ne connait de la télé,ni les dessins animés,ni les emissions pour enfants mais
      préfère les stations saoudiennnes qui diffusent en boucle les lieux saints.Ses parents comme bcp d’autres parents,ne sachant comment occuper leurs progénitures durant les vacances ,les envoient dans les écoles coraniques qui bénéficient du laxisme volontaire de Benghebrit et du ministre aissa.

      13
      5
    Ecole ou Mosquée
    14 décembre 2018 - 13 h 02 min

    Il faut sans cesse haranguer le pouvoir politique algérien pour lui faire comprendre qu’il est impératif de faire sortir le Coran de l’Ecole de la RÉPUBLIQUE. Comme tout est désormais arabisé dans le pays, que nous avons plus de 25 000 mosquées, on peut très bien lire, apprendre et comprendre le Coran dans ces endroits ou dans une école coranique dédiée à l’apprentissage et de la pratique de l’islam mais pas à l’école ! Préservons nos écoles où les premières des connaissances sont avant tout le savoir scientifique et technique, la raison, le raisonnement, l’ouverture sur le monde etc…etc …. Ce n’est pas à l’école de recruter des « enseignants imams » ou de former de futurs imams de mosquées.
    Aujourd’hui il y a suffisamment de Mosquées donc l’islam n’est pas en danger ! Il faut que le citoyen algérien qui fréquente l’Ecole de la République arrive à se mettre dans la tête qu’il faut faire la différence entre l’école et la mosquée! Chacune à sa place et son importance dans la société algérienne mais leurs enseignements ne doivent pas se faire au même endroit ! L’Ecole forme ce qu’on appelle UN CITOYEN qui a une signification beaucoup plus large qu’un simple musulman pratiquant, et la Mosquée forme ce qu’on appelle DES FIDÈLES, du latin fidelis qui signifie « croyants» !

    PS : Moi j’ai pu apprendre le Coran et la religion dans ma jeunesse dans une sorte de zaouiya annexée à la mosquée de mon quartier, mais pas à l’école, ce qui n’a pas empêcher de faire de moi de moi un citoyen algérien normal avec sa culture ou sa foi musulmane ! J’ai appris l’arabe au lycée en seconde dans le début des années soixante (60) après l’indépendance sans que le professeur (un brave agrégé en Langues Orientales venu de France en coopération technique) ne nous parle ni de Dieu, ni du Prophète ni d’un cheikh « ammi ali » qui fait le pèlerinage ou la Omra ou le ramadhan, ni d’ailleurs des linceuls, ni comment laver un mort, ni de l’enfer, ni du paradis. Rien que l’apprentissage de la riche langue arabe par son vocabulaire, sa conjugaison et sa grammaire.

    30
    5
    Endoctrinement
    14 décembre 2018 - 12 h 42 min

    La photo a été bien choisie.

    28
    3
    socrate
    14 décembre 2018 - 12 h 20 min

    La religion sert à maintenir le peuple tranquille (surtout pas de « gilets jaunes »!) pendant que la nomenklatura continue à,s’en mettre plein les poches.

    34
    5
      Ch'ha
      14 décembre 2018 - 19 h 03 min

      @Socrate
      Mr le Sioniste, on voit ce que la laïcité a apporté en France où la perversité sexuelle et la pédophilie sont érigées en norme et modèle de société. Une gosse de 3 ans violés par des mômes du même âge pour ne citer que ça.
      Alors votre baratin surtout pas de gilets jaunes … La question pourquoi les gilets jaunes ne sont jamais manifesté s AVANT et laissant la France du sous-sol et les sans abris dans les bas fonds sans aucune solidarité.
      À contrario seule la communauté de porteurs de kippa a droit au culte avec le port de kippa à tous les niveaux étatiques y compris dans une enceinte laïque telle que l’Assemblée Nationale.

      4
      12
        Anonyme
        14 décembre 2018 - 21 h 04 min

        Les pires homosexuels et les pires pédophiles se trouvent le monde musulman,probablement par le fait que les femmes sont totalement exclues de la société.Cela pousse les hommes à se tourner vers les enfants et les autres hommes.Comme l’homosexualité est sois disant interdite par l’islam,les hommes s’en défendent en affirmant que ce n’est pas de l’amour.Dans le monde d’Allah,nous assistons à une misère sexuelle ou les hommes sont sans cesse en conflit entre ce qu’ils sont et ce qu’ils doivent être .Ces deux réalités qui s’opposent sont deux situations qui renforcent encore le monde schizophrène proposé par l’islam.

        6
        5
    La rapine hallal
    14 décembre 2018 - 12 h 05 min

    Cela sert la caste à se bouffer le magot en silence mais sans aucun risque social. La charité remplace le droit.

    28
    3
    Triumph
    14 décembre 2018 - 11 h 47 min

    Aujourd’hui nous vivons les conséquences d’un échec cuisant d’un panarabisme à l’état comateux, comment voulez vous éduquer un peuple en le déracinant de sa véritable culture, berbere et berceau de la civilisation nord africaine? comment voulez vous séparer l’école des dogmes religieux lorsque la religion de l’état est inscrite dans la constitution et faisant abstraction de toute minorité ?
    Le constat est amer, l’école est minée par des pouvoirs au dessin sombre, les jeunes qui constituent la majorité de la population est frustrée, perdue.
    Je pense que face à ce constat d’echec de l’éducation, la maigre minorité d’élite que l’école (aussi défaillante qu’elle soit) a fait sortir, est tragiquement cueillie par des pays aux moyens plus grands.

    29
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.