Résolutions du Sénat américain sur Khashoggi : l’Arabie Saoudite panique

Arabie Saoudite
L'affaire Kashoggi a terni la réputation de l'Arabie Saoudite. D. R.

L’Arabie Saoudite a condamné, hier soir, le vote de résolutions du Sénat américain sur le conflit au Yémen et sur l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi qui lui sont hostiles. «Le royaume d’Arabie Saoudite rejette la position exprimée récemment par le Sénat des Etats-Unis, qui se fondaient sur des affirmations et allégations sans preuves, et contenaient des ingérences flagrantes dans les affaires internes au royaume, sapant son rôle régional et international», a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué sur le site internet de l’agence de presse officielle saoudienne SPA.

Le ministère ajoute dans cette longue déclaration que «si le royaume d’Arabie Saoudite réaffirme son engagement à continuer à renforcer ses relations avec les Etats-Unis, il exprime également son inquiétude concernant les positions exprimées par les membres d’une instance législative honorable d’un Etat allié et ami».

Les deux résolutions avaient été approuvées jeudi grâce aux votes essentiellement de sénateurs démocrates, mais aussi de quelques républicains. La première appelle le président Donald Trump à «retirer les forces armées américaines des hostilités au Yémen ou affectant le Yémen, sauf les forces américaines engagées dans des opérations visant Al-Qaîda ou des forces associées». Le Sénat estime que le prince héritier «Mohammed Ben Salmane est responsable du meurtre» du Saoudien Jamal Khashoggi, tué dans le consulat de son pays à Istanbul le 2 octobre. Ces deux résolutions ont été un camouflet pour la diplomatie de M. Trump, très proche du pouvoir saoudien.

L’Arabie Saoudite est agacée quant à l’opposition à laquelle est confronté Donald Trump au Congrès. Elle est même prise de panique à l’idée qu’elle puisse être lâchée politiquement par son protecteur américain. «Le royaume espère ne pas être pris dans des débats politiques nationaux aux Etats-Unis, afin d’éviter toute retombée sur les liens entre les deux pays, qui pourrait avoir une incidence significative sur cette relation stratégique importante», a écrit le ministère des Affaires étrangères. L’assassinat de Jamal Khashoggi a terni la réputation de l’Arabie Saoudite et de nombreux pays ont pris des sanctions individuelles contre des responsables du régime.

S. S.

Comment (3)

    Anonyme
    17 décembre 2018 - 16 h 51 min

    Des rôles régionaux et internationaux de l’arabie ,les plus réputés sont la dissémination de la faim,du choléra et du feu au Yemen et en syrie ,ainsi que la transformation de leur consulat en abattoir de journaliste.Le déplumage des hadjis par le surencherrissement du coût du hadj fait egalement partie des exploits de ce pays dans le monde musulman.

    13
    Chaoui
    17 décembre 2018 - 11 h 34 min

    Les tribulations des rats !
    Éparpillés il y a un siècle dans le désert, leurs maîtres (et créateurs de leurs « États ») leur avaient trouvé localement une source d’alimentation : le pétrole….
    Ils s’y sont TOUS depuis agglutiné, festoyant à s’en péter la panse tout et s’autoproclamant… »rois » de droit divin oublieux d’être des pantins surexploités par leurs seigneurs et maîtres occidentaux…
    Mais à la dernière goutte de pétrole – et c’est pour dans pas longtemps…-, ces vils rats qui ont causé le malheur de nombre de pays retourneront immanquablement à leur condition originelle de bédouins, mendiants du déserts. Ce jour là sera heureux car ils ne nuiront plus. Ils ne constitueront qu’une petite parenthèse de l’Histoire humaine (si tant est qu’on puisse leur accoler le qualificatif d’humain).

    17
    4
    Felfel Har
    17 décembre 2018 - 11 h 27 min

    Quand on connaît l’influence du lobby sioniste aux USA, l’Arabie saoudite n’a rien à craindre. Les résolutions du Congrès n’ont aucune chance d’être appliquées; elles ne visent pas à la déstabilisation de leur pays, ni en la remise en cause de leur rôle subalterne dans la région. Elles ont pur but de les forcer à délier un peu plus les cordons de la bourse pour satisfaire la boulimie d’Oncle Sam, dont les caisses commencent à se vider, ce que les Saoudiens feront avec plaisir pour sauver leur gandoura. C’est du chantage digne des plus grands brigands!
    Question: Que feront les Saoudiens quand ils n’auront plus le sou?

    17
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.