Validation de 206 dossiers de candidature pour les élections du Conseil de la nation

conseil de la nation
Le ministre de la Justice, Tayeb Louh. New Press

Le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh a indiqué, dimanche soir, que les dossiers des candidats aux élections de renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation ont été validés, rapporte l’agence de presse officielle APS.

Invité de l’émission «Hiwar Essaa» de la télévision algérienne, M. Louh a fait savoir que 206 dossiers de candidature validés aux élections de renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation, prévues le 29 décembre, avaient été recensés, sur un total de 232 dossiers déposés au niveau national.

Vingt-trois partis se sont présentés à ces élections, dont le Front de libération nationale (FLN), seul parti à avoir réussi à couvrir l’ensemble des wilayas, suivi du Rassemblement national démocratique (RND) avec 46 wilayas couvertes, tandis que les autres partis ont réussi à couvrir entre 17 et une wilayas.

Les dossiers de 41 candidats indépendants ont été acceptés, selon M. Louh. Par ailleurs, le ministre a rappelé que ces élections «seront supervisées, pour la première fois, par le secteur de la justice : 736 magistrats seront mobilisés à cet effet au niveau des 72 bureaux de vote, répartis au niveau national, avec une moyenne de 8 magistrats pour chaque bureau dont 4 suppléants». Ces nouvelles mesures s’inscrivent, a-t-il expliqué, dans le cadre de la «consécration de la crédibilité et de la respectabilité des institutions de l’Etat», dans le but de «jouir de la confiance du peuple», une confiance qui renforce la stabilité et la sécurité du pays et sans laquelle tous ces acquis seront difficiles à recouvrer.

M. Louh a rappelé, à ce propos, que la régularité et la transparence des élections étaient «plus que nécessaires», c’est pourquoi la supervision des élections du renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation a été confiée aux magistrats, sachant que la commission électorale de wilaya, chargée de la réception des dossiers de candidature, est constituée de 3 magistrats. Il a affirmé, dans ce contexte, que des instructions avaient été données à tous les parquets, polices judiciaires et administrations pour veiller à la régularité et à la transparence de ces élections.

R. N.

Comment (5)

    Ali-bey
    17 décembre 2018 - 20 h 45 min

    Mr le ministre de la justice aux enchères, celle des aux plus offrant,ou nous sommes nous avec l’affaire de la farine Colombienne, vous avez légalisé la corruption et fermé l’oeil sur des spoliations des biens de modeste citoyens par vos amis députés et responsables,la vie n’est pas éternelle ou tôt ou tard vous serez vous aussi jugé par le plus puissant qui n’a ni Bouteflikas,ni députés,ni cadeaux,et là je demanderai mes biens

    rouh ya louh...
    17 décembre 2018 - 20 h 19 min

    Ya Louh….. Rouh etnanni ! Ya wedi mat guemberche bina !!! C’est la potence qui t’attend ainsi que tes semblables dès la fin de règne de ton Néron (…)…. Vous allez TOUS payer in ch’ALLAH !!! Et vous payerez l’AVANCE et… LE RETARD, (…).
    VIVE L’ALGÉRIE ÉTERNELLE ! ALLAH YERHAM CHOUHADAS !!! VIVE LE PEUPLE ALGÉRIEN andha thella !!!

    24
    LE DUC
    17 décembre 2018 - 19 h 27 min

    Mr Rouh Ministre de l’injustice valide les dossiers de la candidature fantoche pour des élections de conseil de la nation déja connues d’avance,et grace a l’invention par le FLN RND des urnes caméléons qui trandforme les bulletins de votre par rapport à la puissance du pouvoir;vous etes entrains de remonté la population contre vous et aussi contre la nation Algérienne

    23
    Felfel Har
    17 décembre 2018 - 16 h 37 min

    Mr. Le Ministre, cessez de nous prendre pour des gogos! Les institutions auxquelles vous faites référence violent éhontément les textes qui les ont créés et les règles qu’elles doivent scrupuleusement appliquer et faire respecter. Les juges n’obéissent plus à la loi, mais aux injonctions de gens puissants et fortunés et cela en toute impunité. Comment alors osez-vous nous parler de légalité?
    Avez-vous lu Les Pensées et Maximes de Malesherbes? L’une d’elles semble s’adresser à vous: « Souvent l’impunité commence par rendre les lois inutiles, et finit par les rendre ridicules. » Vos grands discours sur la régularité et la transparence des différents scrutins sonnent faux. Je sais, le peuple sait et vous savez que les élections n’ont jamais été ni propres ni honnêtes ni transparentes, et il en sera ainsi tant que la force ne reviendra pas à la loi et que la justice sera instrumentée par l’exécutif.

    18
    La dictature embauche
    17 décembre 2018 - 15 h 10 min

    La dette publique remercie. Entre imams mosquées et parloir en caisse de résonnance du régime, le pays croule sous cette maladie du controle que le régime finance pour se sentir la sécurité autour, par manque de confiance en le peuple il embrigade le pays.

    30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.