Forcing israélien

Yuli normalisation
Yuli Edelstein, président du Parlement israélien. D. R.

Par Sadek Sahraoui Le processus de normalisation entre certains pays arabes et l’Etat hébreux amorce visiblement une nouvelle phase. Après avoir impliqué des politiques des deux parties, ce processus s’étend désormais à la société civile arabe. Des sources israéliennes ont révélé hier qu’une délégation de sept journalistes arabes était arrivée en Israël pour un séjour de plusieurs jours. La visite a été organisée par l’ambassade israélienne en France.

Et c’est le président du Parlement israélien, Yuli Edelstein, en personne qui leur a souhaité la bienvenue. Dans son mot de bienvenue, il leur a demandé de considérer Israël comme «le cœur de la véritable démocratie». A l’occasion, la Knesset en a profité pour organiser une réunion entre ces journalistes et le président de la Commission du travail, du bien-être et de la santé, Elie Alalouf, pour discuter de la situation des Arabes en Israël. Interrogé sur l’étendue de l’égalité entre juifs et Arabes, il a soutenu qu’«il n’y a pas de lois racistes dans le pays et (qu)’il n’y a pas de discriminations raciales».

Pas certain que les Arabes israéliens soient du même avis, surtout après que le Parlement eut adopté, en juillet dernier, une loi définissant le pays comme «l’Etat-nation du peuple juif», reléguant du même coup tous les non-juifs au rang de citoyens de seconde zone. Le texte est, rappelle-t-on, entré dans la catégorie des lois fondamentales qui font office de constitution en Israël. Adopté par 62 voix contre 55, ce texte établit aussi que l’hébreu devient la seule langue officielle d’Israël.

Aucune loi n’ayant été votée à ce sujet depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948, l’hébreu et l’arabe étaient jusqu’à présent toutes deux considérées comme des langues quasi officielles, utilisées dans tous les documents étatiques. Si cela ne s’appelle pas de la discrimination, il est à se demander alors ce que cela pourrait être.

Mais l’objectif est bien là, Israël cherche à charmer les faiseurs d’opinion arabes afin, sans doute, d’accélérer encore davantage le processus de normalisation avec les pays arabes qui a commencé avec la visite de responsables israéliens dans certaines capitales arabes.

S. S. 

Comment (17)

    benchikh
    22 décembre 2018 - 8 h 35 min

    à mon avis les juifs ont peur ,les juifs n’étaient jamais des soldats et ils ne seront jamais ,ils ont un don de faire rouler une personne et ils réussissent ,mais vu les circonstances et l’évolution(crise économique mondiale) de leur entourage côté Arabes et Palestiniens qui font alourdir la peur, ils préfères changer d’image de la dissuasion à l’image de la victoire à l’aide des cousins germains juifs- arabes les tribus de Laurence le juif .Israel à peur et elle le sais bien le monde change et comprend mieux pourquoi ces guerres et qui profite ,Israèl vit la fin de son existence ,à condition de ne pas croiser les mains ,mais il faut frapper fort.

    4
    2
      Anonyme
      22 décembre 2018 - 12 h 34 min

      « …,les juifs n’étaient jamais des soldats » Et qui a fait mordre la poussière à la coalition arabe en 6 jours en 1967 ? Tayrou ababil ?

      2
      3
        benchikh
        22 décembre 2018 - 21 h 31 min

        vous avez tous manigancé pour une victoire irréelle ,imaginaire que les gens avales . il faut remercier le roi de Jordanie d’avoir révéler à Lévy Achkhoul premier ministre Israèlien de tous les plans du président Egyptien Gamal abdel nassr,sans les traîtres et les états puissants qui soutiens Israèl ,Israèl n’existerai jamais.Une histoire qu’on raconte sur les pilotes Israèliens après avoir abattu un avion par les Egyptiens ,on trouve le pilote juif dans son avion avec des chaînes en fer pour éviter de s’éjecter ,je ne rigole pas ,lisez !!!

        3
        1
    ANONYME 1
    21 décembre 2018 - 21 h 00 min

    Il n’y a pire État raciste dans la région que celui d’Israel.

    Le racisme chez eux est inné il est dans leur talmud.

    Leurs ministres hommes et femmes ne cessent de menacer les arabes de la région et palestiniens de les liquider avec des haches,, des bombes atomiques ou poison quelconque.

    Et avec tout cela ils ont le culot de dire qu’ils sont démocrates.

    10
    3
      karimdz
      21 décembre 2018 - 21 h 28 min

      isra hell est effectivement un état théocratique, qui n a pas de constitution, si ce n est le talmud.

      Et effectivement quand on connait le contenu innommable de ce livre satanique, on comprend mieux la nature de cet état sioniste : raciste, dominateur, expansionniste, criminel et barbare.

      6
      3
      Anonyme
      22 décembre 2018 - 12 h 47 min

      « Le racisme chez eux est inné il est dans leur talmud. » Pourtant l’islam ne s’est pas gêné pour pomper toute sa législation juridique du Talmud.

      2
      3
    anonyme
    21 décembre 2018 - 19 h 46 min

    Comment appelle-t-on un pays qui est construit sur une religion ? Une démocratie ? Ah, ces pseudo-cousins, toujours à prendre les gens pour des imbéciles !

    6
    3
      Anonyme
      22 décembre 2018 - 17 h 12 min

      Et comment appelle t-on les pays bâtit sur l’ethnie et la religion : l’arabité et l’islam ?

      2
      3
        benchikh
        23 décembre 2018 - 7 h 29 min

        et nous y sommes fières de l’être .

        1
        1
    karimdz
    21 décembre 2018 - 19 h 21 min

    C est un non événement, 7 journalistes opportunistes se sont rendus en isra hell pour redorer l image de l état nazi, ils sont la honte de leur pays respectif.

    Les sionistes font la leche aux gouvernants et aux journalistes pendant qu ils massacrent le peuple palestinien, c est révélateur du cynisme inné isra hell lien.

    Les peuples musulmans, le monde entier, ne sont pas dupes.

    8
    4
    Djeha Dz.
    21 décembre 2018 - 17 h 58 min

    Finalement, à ce train-là, l’histoire finira par donner raison à Anouar Essadat, premier Président Arabe, à avoir reconnu l’Etat d’Israël.
    Il faut tout de même dire, que les Arabes d’aujourd’hui le font, sûrement parce qu’ils le veulent bien et pour d’autres considérations qu’Essadat, qui avait perdu la guerre contre Israël et ses alliés US, entre autres.

    Ah, ces sacrés bédouins, quels hypocrites.

    3
    1
    Maestro
    21 décembre 2018 - 15 h 32 min

    La politique du « charmeur de serpent », les Juifs sont malins, les Arabes chétif.

    4
    4
      Anonyme
      21 décembre 2018 - 17 h 31 min

      L’ Algérie ni l’ un ni l’autre!

      8
      2
    Choisir entre Algérie arabe ou Algérie Algérienne
    21 décembre 2018 - 14 h 12 min

    Ridicules ces prétendants au statu de nouveaux arabisés qui veulent sauvegarder l’arabisme qui leur a toujours été et encore refusé.
    Que les arabisés s’arabisent mais ne tentent pas d’imposer leurs choix aux autres. La dictature c’est finit sans quoi pas d’Algérie

    11
    3
    Ch'ha
    21 décembre 2018 - 12 h 29 min

    Cette normalisation qui se faisait en catmini se fait désormais au grand jour.
    Pour reprendre un lecteur d’AP @Tin-Hinane « si IsRatHell éprouve le besoin de dire que tous ces pays sont ses amis c’est qu’IsRatHell doit se sentir en danger parce que sinon où est l’intérêt …Les juifs d’Israël ont bien plus d’ennemis dans le monde qu’ils ne le croient. Le monde entier les a vu à l’oeuvre et leurs amis arabes aussi minables qu’eux ne pourront rien pour eux quand arrivera oukte lhissab ».

    8
    6
    Le Contraire
    21 décembre 2018 - 12 h 23 min

    Si les arabes étaient juste et loyale pourquoi des millions d’Arabes demandent la nationalité Israielienne

    9
    8
      anonyme
      21 décembre 2018 - 19 h 52 min

      Tu vis dans quel monde ? Donne-nous des noms !

      3
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.