La très complexe équation qui définit le choix du président de la République

RND président
Un militant du RND brandit le portrait d'Ahmed Ouyahia. New Press

Par Bachir Medjahed – Si les critères de choix pour désigner la personne rare qui deviendra président de la République ne sont pas publiables, il est de notoriété publique qu’ils sont définis de façon à garantir la résolution en cohérence d’une équation bien très complexe.

D’abord, l’opinion publique a déjà fait le constat que chaque pouvoir succédant fait le vide autour de lui en matière de personnalités émergentes – ou émergées – auparavant capables d’une destinée nationale. C’est ainsi que les regards se tournent toujours du côté des chefs de gouvernement et plus particulièrement de ceux qui se sont distingués en bi-polarisant le pouvoir.

Chaque chef de gouvernement a, de toute façon, caressé le projet de grimper plus haut. Chacun a sa stratégie propre. Le seul à sembler n’avoir pas caressé des doigts ce projet est feu Smaïl Hamdani. L’impression est qu’il fut nommé par reconnaissance de sa grande qualité de grand commis. Abdelmalek Sellal avait-il cette ambition ? Serait-il auto-valorisant et humainement possible de s’en priver ? En tout cas, quelques-uns des membres de la presse écrite la lui avaient prêtée mais sans en faire une constante dans leurs écrits.

Comment adopter une position d’embuscade et se donner une capacité à peser quand on ne dispose pas d’un parti ? Si cela n’avait pas pu constituer un obstacle pour accéder à la chefferie du gouvernement – peut-être même que cela a été une aubaine –, il n’en sera pas de même pour la magistrature suprême.

Ahmed Benbitour a fait un parcours sans faute comme commis de l’Etat. Des études vers la vie active puis de celle-ci à des fonctions supérieures puis retour aux études et, enfin, retour aux fonctions supérieures avant de devenir chef de gouvernement, appelé par le président Bouteflika. Le divorce a été de l’initiative du chef de gouvernement, rejetant l’usage prononcé des ordonnances par la Présidence.

Pour rester plus près de nous, dans le cas où il n’y aurait pas d’élections, Ahmed Ouyahia et Abdelaziz Belkhadem seront les grandes victimes. Ouyahia a promis de ne jamais se présenter contre Bouteflika. Belkhadem également. Si le président prolongeait son mandat, il ne se présenterait donc pas à l’élection et Ouyahia se rendrait compte qu’il a fait une promesse pour rien. Quant à Belkhadem, il pourra toujours avoir l’ambition de se porter vice-président dans le cas où la révision de la Constitution aurait lieu. Il représenterait les islamistes.

Pour réviser la Constitution, les débats ne passeront pas par l’APN car illégitime mais par une conférence nationale constituante validée par le Haut Conseil de sécurité qu’interrogera le président de la République. Le Haut Conseil de sécurité n’est pas une junte car il est constitué par des institutions constitutionnelles.

Les autres chefs de gouvernement, eux, font partie de l’opposition.

B. M.

Comment (48)

    Karim
    24 décembre 2018 - 9 h 32 min

    Un cheval occidental ne réussira pas, les exemples se sont succédés et continuent à se succéder,
    Un cheval oriental ne réussira pas, depuis le temps, nous le saurions,
    Un cheval de course s’épuisera si l’hippodrome est au norme international,
    Un cheval de trot perdra son rythme si le tempo est donné par le FMI ou la BM,
    Une chose est sûr, le prochain poulain aura un boulot tel qu’il restera forcément dans l’histoire de notre pays,
    Soit il réussit et donc il restera dans la mémoire collectif comme le sauveur,
    Soit il échoue et donc il restera dans la mémoire collectif comme le dernier du système post-indépendance.

    karimdz
    23 décembre 2018 - 21 h 01 min

    Voilà ce qu’un professeur américain, Howard Zinn qualifiait la pseudo démocratie américaine, limité pour rappel à deux partis, républicain et démocrate et à une élection indirecte du peuple, permettant à des dictateurs comme trump de pouvoir être élu avec 2 millions de voix en moins, que les citoyens qui ne sont pas avec le pouvoir sont contre, et donc suceptibles d’être éliminées ect. … :

    Etats-Unis : Pseudo-démocratie et vraie idéologie

    « Parce que l’armée reste dans les casernes et que la domination n’est pas totale, nous pouvons prétendre vivre en démocratie », observait Howard Zinn.

    « Son ouverture et sa souplesse rendent une telle société plus séduisante que bien d’autres, mais elles induisent également un type de contrôle bien plus efficace ».

    Son pluralisme est « très limité » : il y a « le parti démocrate et le parti républicain mais les autres partis ne sont ni ouvertement tolérés ni encouragés et encore moins financés ».

    La presse est « libre » mais « elle est dominée par l’argent ».

    La presse d’opposition ou indépendante ne peut donc atteindre « qu’un public limité » car elle ne dispose ni des capitaux des grands médias ni des ressources générées par la publicité.

    Le débat public est également très limité.

    Ainsi, la guerre du Vietnam opposa « ceux qui prônaient un bombardement généralisé » de ce pays à ceux qui privilégiaient des « bombardements ciblés » mais, jamais, « l’option du retrait pur et simple ne fut envisagée ».

    Quant aux idées discordantes, elles se trouvent « noyées sous un flot de critiques et discréditées comme ne faisant pas partie des choix acceptables ».

    Elles ne sont « autorisées à survivre dans certaines marges culturelles » que comme une preuve « du caractère démocratique, tolérant et pluraliste » de la société américaine.

    Le système « surveille attentivement ses détracteurs, prêt à les contrer, à les intimider, voire à les supprimer » mais ces formes de dissuasion restent exceptionnelles.

    Au quotidien, ce que l’on constate c’est la prédominance d’ « un certains nombres d’idées orthodoxes promues, financées et mises en avant par le biais des plus puissantes machines culturelles du pays » : la famille, l’école, les églises, les médias…

    Cette idéologie est faite de préjugés aussi courants que « quand on travaille suffisamment dur on gagne bien sa vie et que ceux qui sont pauvres ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes » ou qu’il est normal que les Etats-Unis interviennent « dans différentes régions du monde pour endiguer le communisme et promouvoir la démocratie ».

    Si un beau jour nous réalisons que ces croyances ne correspondent pas « à l’expérience que nous avons du monde réel », alors nous serons en mesure de « contester l’idéologie américaine », concluait l’historien et militant américain.

    14
    4
      Acrobatie islamo-demo-dominant
      23 décembre 2018 - 21 h 50 min

      Voilà la bonne excuse des colons islamiquement-Dictature islamique cherché justificatif sémantique pour  » cadenasser » le pays après le parloir sans donner trop l’ impression de faire dans le fascisme -correct. Pour longtemps la dictature s’ est cachée derrière l’ excuse de la différence  » culturelle « . Sauf que il y a un précédent qui dérange votre saoule coloniale, c’ est Erdogan, qui a été élu démocratiquement. Il n’ avait pas opposé la démagogie du formalisme démocratique, non, il a obéi aux lois de sa communauté et il a gagné.
      Votre caste criminelle veut être une puissance régionale en proposant ce qui a été aboli même dans les pires dictatures

      2
      3
        noname
        24 décembre 2018 - 9 h 14 min

        Love it or leave it

        1
        1
    Il nous faut un Dictateur
    23 décembre 2018 - 20 h 55 min

    Il nous faut un dictateur, jeune, cultivé, brillant, éclairé et sans état d’âme (comme Poutine). Avec comme programme, la lutte contre la corruption, la délinquance, l’évasion fiscale, rouvrir les centres de détention dans le désert afin de de les enfermer et les réeduquer, renforcer le nationalisme, le patriotisme et le développement de l’économie.

    19
    5
      EL Che
      24 décembre 2018 - 8 h 18 min

      c est exactement ce qu’a fait le regrete Hugo Chavez , ca lui a coute la vie (tue par des services etrangers)….Hasta la Victoria Siempre

    ripper
    23 décembre 2018 - 20 h 45 min

    Les gouverneurs des états, les juges, sherifs et président … aux USA sont des élus du peuple, avec ça les américains sont loin devant en toutes matières.
    En Algérie, le président-cadre avait réuni les prérogatives d’un Pharaon, ministre de l’armée, juge en chef, ministre de l’extérieur, de l’intérieur, chef de la chambre parlementaire, chef cuisinier … enfin, là où il y a chef il est là , on est la lanterne rouge en toutes les matières et pour cause.
    On dirait que l’Algérie veut se réveiller d’un cauchemar qui n’a que trop durer, même en essayant de bien faire un  »président-bombe à retardement » à venir avec toute cette puissance au pouvoir laissé par Bouteflika n’augure rien de bon.
    Certains ont déjà glissé une enveloppe aux français via le wali Zoukh et la restauration de la Casbah.
    Et si on revenait à la constitution d’avant 1999, et laissons le peuple décider !

    4
    18
    karimdz
    23 décembre 2018 - 20 h 06 min

    Il faudrait savoir, une fois c est le candidat du régime une fois ce sont les lois de la junte qui sont piétinées, tu m as l air bien confus.

    S’agissant de la douma, elle est soumise à Poutine, et aux états unis, la force de persuasion a raison des récalcitrants qui osent se dresser sur le chemin de trump.

    Et que vient faire Allah, avec une majuscule, je devine encore une fois le sioniste imposteur, dans le paysage politique algérien ?

    En tout cas ce qui se passe chez nous, ne te regarde pas mosheté, le monde ne t appartient pas non plus.

    Chez toi le moshe, ce sont les rabbins qui décident, on a pas tous le meme système hein !

    Foutue talmudia…

    24
    4
      Anonyme
      23 décembre 2018 - 21 h 42 min

      Voilà la bonne excuse des colons islamiquement-correct. Sauf que il y a un précédent qui dérange votre saoule coloniale, c’ est Erdogan, qui a été élu démocratiquement. Il n’ avait pas opposé la démagogie du formalisme démocratique, non, il a obéi aux lois de sa communauté et il a gagné.
      Votre caste criminelle veut être une puissance régionale en proposant ce qui a été aboli même dans les pires dictatures.
      Honteux!

      2
      2
    Le Bonheur
    23 décembre 2018 - 19 h 36 min

    Mes frères soyez reconnaissant envers les personnes qui nous ont fait rire, comme Ould Abbes et Sidhoum Saïd,et comme la politique est devenue un théâtre,alors pourquoi ne pas designer Mr Sidhoum Saïd président et Si Djamel Ould Abbes premier Ministre,le pays est foutu et nous sommes complice d’avoir rien fait et rien dit, laissant les Harkis détruire ceux qu’ils restaient

    le niveau
    23 décembre 2018 - 18 h 53 min

    awah je pense pas qu il y’a ici de vrais algerien qui aime le pays .tous ces gents que vous avez nommer ont piller le pays ont rendu le peuple algerien a son bas niveau ….et ont choisi des voleurs des criminels.
    qu ils retourne dans leur pays d’origine . l’algerie ces pour les algeriens

    5
    1
    karimdz
    23 décembre 2018 - 16 h 54 min

    Une chose est certaine, c est que le président ne sera pas issu de la liste indiquée dans cet article.

    Une autre chose certaine, c est que l’actuel président Bouteflika, ne se présentera pas.

    Enfin, autre chose certaine, ce sera un algérien qui devrait faire consensus.

    37
    4
      Souffleur
      23 décembre 2018 - 18 h 40 min

      On s’ en tape de ce que fera le régime. Quiconque viendrait de la dictature militaire ne sera pas légitime, consensus des généraux ou pas il ne sera pas élu démocratiquement!

      7
      33
        karimdz
        23 décembre 2018 - 19 h 02 min

        trump a été élu « démocratiquement » avec 2 millions de voix en moins, Poutine l a été, certes avec des bourrages d urnes mais avec un gros appui populaire, mais au final, qui est est le mieux des deux, certainement pas le premier.

        La démocratie en occident n est que de façade, car les leaders sont en réalité imposés par le système invisible, mais combien puissant.

        Quid de chez nous, eh bien, candidat propulsé ou non par le régime, il y aura des élections, que vous pourrez contester, mais le nouveau candidat aura surement une assise populaire solide.

        En tout cas, je ne perçois pas le candidat providentiel…

        32
        7
          Anonyme
          23 décembre 2018 - 19 h 52 min

          Ni aux Usa ni meme en Union soviétique- pas la Russie d’aujourd’hui, n’ont jamais été cadenassés les parlements. Votre APN-ANP a innové, 24 heures après les chaines ils ont nommé un autre Brizidan du parloir. La difference est que les lois sont respectées. En algerie les memes lois de la junte sont piétinées. Ridiculisez-vous encore plus en invoquant la main invisible d’allah

          5
          27
    DJEMAI Rab ESCHIFOUNE
    23 décembre 2018 - 16 h 31 min

    Non; et Non aucun n’est capable ni GAID SALEH;ni TLIBA;;les milliardaires c’est bien Mr MAZOUZI,BEN HAMADI,KOUKINEF,MmeNEZRA président; n’a plus besoin de volé;et comme premier ministre MOAD BOUCHOUAREB APN.ministre de l’Indusrie ESSI YOUCEF YOUSFI;

    1
    6
    Anonyme
    23 décembre 2018 - 16 h 12 min

    Mon Général, nous attendons vos ordres pour nous mobiliser. Soyez notre prochain Président, faites nous cet honneur.

    6
    16
      Abou Kercha
      23 décembre 2018 - 22 h 08 min

      Le plus gros au sens propre et figuré corrompu en algérie.

    Pour le 5ème mandat
    23 décembre 2018 - 16 h 02 min

    Je suis pour que Bouteflika aille au 5ème mandat avec Belkadem comme Vice Président. Il lui reviendra de fait le poste de Président le moment venu, il pourra alors abroger la Constitution et la remplacer par la Charia.
    Nous deviendrions alors une Douma Islamya ou seule la religion fait foi de lois.

    6
    23
      RS
      23 décembre 2018 - 17 h 09 min

      C’est ton droit légitime de choisir ton président;et comme tu viens de la meme ville que lui,c’est une fierté pour ton président;mais pour le reste des Algériens de pure souche,le contraire tu es un mercenaire engager par ton président et son clan

      10
      2
    Anonyme
    23 décembre 2018 - 15 h 58 min

    LAMAMRA 2019 je vois que lui pour briller la présidence et c est pour cela qu ils l’ont écarté car très intelligent et réservé et populaire bcps d algerien(nes) l apprécient à sa juste valeur et il parle pas pour rien dire comme eux juste pour endormir le peuple et s enrichir personnellement comme ils l ont toujours fait L Algerie est elle bonne santé alors ni son président ni son peuple et ni ses hôpitaux et à tout les niveaux sauf sécuritaire c est l Algerie qui est vraiment malade et qui faut soigner absolument pas ceux qui la dirige ; eux et leurs familles se soignent et ailleurs en dehors du territoire nationale donc c est déjà ca qu il faut changer je soigne tout les algériens chez moi avec la meme qualité et services mais la faut qu on change aussi le peuple algerien plus de civisme car nous aussi on sait pas faire , on double on triche on ment hé non ca se passe pas comme aca si on veut tous trver de la cohésion et avancer comme les pays avancés faudrait déjà changé de mentalités pour bps d entre nous ca fait défaut énormément défaut et partout on le voit dans les aéroports et ttes les générations sont concernés ; c est bien la sécurité et meme très important mais c est pas la seule chose qui faut au peuple algerien et surtout quand celle ci se retourne contre lui donc non à l état policier déjà o veut des vaccins des hôpitaux du travail des formations le sport la culture et le pouvoir d achats donc le partage des richesses « un état riche un peuple pauvre  » voila ce qu ils ont fait de l Algérie , je ne veux plus voir d algerien(nes) mourir en mer comme un pauvre africain pour trouver une meilleure vie ailleurs ; je veux aussi qu on retrouve notre identité nationale que nous avons perdu ses derniers temps à cause d eux encor , je veux que la France ne sois plus chez elle en Algerie et que nos dirigeants quand ils sont en exercices rendent compte de leurs bilans et aucun achat en France de biens perso dorénavant et ceux qui l ont fait devront répondre devant notre justice algérienne quand vous aurez fait tout ca on pourra dire que vous aimez votre pays et le servez mais on en est très loin c est le constat que je fais en tout cas ; ; ou bien un autre mais qui est choisi par le peuple avec l ANP ; tout le reste dehors ; l ANP devrait se rapprocher de cet homme ou de le rappeler pour constituer une équipe nouvelle et compétente pour le bien et l avenir de l Algérie; ensuite ceux ci qui ont dilapidés humilié l Algerie et son peuple devrait rendre des comptes à la justice algérienne qui rend tout ses verdict  » au nom du peuple algérien ». Vive l Algerie et rien que l Algérie!

    16
    4
      Anonyme
      23 décembre 2018 - 18 h 43 min

      « Anp devrait se rapprocher de lamamra… »
      Vos ballons de sonde font plus ridicule. Même Erdogan a affronté les urnes Démocratiquement!!!

      1
      2
        Anonyme
        23 décembre 2018 - 22 h 06 min

        Ne fait pas semblant de ne pas connaitre ton pays à moins que tu ne sois pas algerien , l Algérie n est pas la Turquie ou un autre pays pour commencer. Erdogan a loué des salles en Europe meme en Allemagne pour son élection bref c est incomparable un pays qui cherche à entré dans l UE et qui est touristique avec 80 millions d habitants et de plus bien plus avancé que mon pays l Algerie économiquement et industriel et laïque de plus et meme aux yeux de ses occidentaux( seulement pour le tourisme et les affaires ) ils ne veulent pas d eux comme membres sinon dans l UE que des refus depuis le temps de l époque Giscard Mitterrand jusqu à Sarkozy sans dignité pour ttes ses relances quand meme , alors maintenant avec une gouvernance musulmane Akapé que dirige Erdogan et qui a pour but d enlever la laïcité et rendre la monnaie à L UE mais il le fait pas car les USA sont chez lui depuis longtemps , il le fait pas car l’ UE travaille depuis longtemps avec la Turquie et dans tt les domaines avec lui , il le fait pas parce qu il appartient encor à l Otan ; ne compare pas l incomparable . Erdogan est apprécié par son peuple déjà et à majorité musulmane , rappel toi le putsch fomenté par Washington contre lui avec sa propre armée , le peuple est descendu en masse et ensuite Erdogan a fait une purge partout ; La Turquie par compte peut être déstabilisée à tout moment il y en a eu des putschs militaires dans ce grand pays démocrate comme tu le dis et plus que l Algérie malgré ses moyens , tu sais pourquoi , l Algerie n a jamais été suiveuse ou jouée la marionnette pour les occidentaux ou les russes. Vive l Algérie mec quoi qu il arrive et je suis optimiste pour mon pays ; on fera inch Allah les choses et rattraperons meme les grand de ce monde car les forces vives ne manquent pas et un état de droit surtout qu il nous faut pour nous garantir et nous défendre contre toutes violences ou délits et nous protéger les uns envers les autres ;les riches envers les pauvres ; les puissants envers les faibles voila ce que je veut une justice indépendante et qu on soit tous judiciables en tant qu algerien sauf celui qui nous président et seulement pdt l exercice de ses fonctions pas les autres algériens du pouvoir civil et meme militaires mais avant tout ca faut se retrousser les manches comme le peuple turc aussi , qu en dis tu ; il faut aussi avoir le courage du peuple Français pdt leur crise gilets jaunes contre leur responsables, qu en dis tu ? Donc si le peuple n en est pas capable d être à cette hauteur , je préfère mon armée qui en est garante de sa stabilité et sa souveraineté pour la défendre contre tout ennemis démocrates ou pas car elle quand ca va pas elle va au front mais les autres au pouvoir civil se sauvent ailleurs dans ses pays justement ; oui à défaut du peuple et de ses gens au pouvoir j en réfère à l ANP et son peuple pour trouver l homme qui ferai le consensus , pkoi tu préfères que ce soit Said ou Ouyahia ou d autres du meme acabit ; ben pas moi j ai droit et toi aussi de ne pas l être . Oui Lamamra doit être sollicité par le peuple et l armée du peuple car celui ci populaire et intelligent et ne demande rien et en traine pas de casseroles , les militaires votes aussi dans un pays démocratique pour ta gouverne , en France les militaires votent . Quand je parle de l armée c est l ANP et pas un homme un chef d état major malgré qui pèse de tout son poids et beaucoup de respect pour celui qui a pour responsabilité la défense de l Algérie Gaid Salah , eux changent meurt sont remplaçables  » les indispensables y en a pleins les cimetières  » come un président de la république aussi mais pas l Algérie pas son ANP et son peuple les deux forment l’ossature du pays l Algerie et son armée populaire qui sort du peuple algérien ; nous sommes situé en Afrique et pas en Europe et nous sommes pas des occidentaux l algerien vit en Algerie et pour beaucoup ne connaissent pas la démocratie et l état de droit à proprement parlé meme nos voisins , les africains et arabes et d autres la Russie la Chine sinon ca se verrai non? le chinois connait son pays comme l algerien connait son pays ; comme l européen en Europe aussi; mais ni plus ni moins civilisé qu eux ; tu comprends mieux mais tu as droit de ne pas être d accord et réciproquement c est la démocratie car sans opposition il n y a pas de démocratie .

    Anonyme
    23 décembre 2018 - 13 h 02 min

    AVEC LA MÊME MENTALITÉ A VIOLER LEUR PROPRE CONSTITUTION ;CES KHOBSISTES DE CE SYSTÈME MÈNERONT L ALGÉRIE VERS  » L ANNÉE DE TOUS LES DANGERS « 

    19
    1
    Haddad
    23 décembre 2018 - 12 h 53 min

    Non; et Non aucun n’est capable ni ouyahia;ni Takrout;;le milliardaire c’est bien Mr Haddad, président; n’a plus besoin de volé;et comme premier ministre Sidhoum Said UGTA.ministre de l’interieur Ouyahia;

    9
    6
    Anonyme
    23 décembre 2018 - 12 h 41 min

    il est de notoriété ET intègre ça n existe pas alors je vous ignore de toute manière vous en avez rien a foutre du peuple je vous permet de mijoter vous magouilles en toute quiétude

    5
    1
    elhadj
    23 décembre 2018 - 12 h 12 min

    L actuel président de la république a en principe accompli son devoir durant les 2 premières mandatures mais cependant la maladie contraignante et invalidante ne lui a pas permis d assumer convenablement ses prérogatives constitutionnelles durant les 2 dernières .c est pourquoi, le temps est venu de préserver la stabilité du pays et la cohésion sociale du peuple pour remettre en tout honneur le flambeau a une nouvelle génération de gestionnaires capables de relever le défi. le pays et le peuple lui seront reconnaissants de décider la tenue selon le calendrier fixe la prochaine élection pour permettre aux citoyens jusque la de’missionnaires de choisir pacifiquement et en toute transparence un président capable de diriger et de redresser la situation du pays par le choix de gestionnaires compétents et capables .ce sera le plus grand service qui sera rendu a la nation qui lui souhaite un prompt rétablissement et un repos mérité .ainsi va la vie nul n est éternel en ce bas monde

    9
    7
    Metek
    23 décembre 2018 - 12 h 09 min

    1. Déjà on declare la guerre a la principauté de fernaka sur la planete mars
    2. On suspend la constitution et les elections
    3. On prolonge pour une durée indeterminée le mandat de fakhamatouhoum en mettant des cadenas et des chaines sur les grilles d’el mouradia et zeralda gardées par un bataillon de GI en dromadaires et kamis wa el 3enbar. errih ma eykis’ch fakhamatouhoum!!!

    7
    1
    Felfel Har
    23 décembre 2018 - 11 h 56 min

    Quels seraient donc ces paramètres de l’équation mystérieuse qui permet de désigner le ou les candidat(s) à la magistrature suprême? Comment se fait-il que nous soyons le seul pays où le ou les candidat(s) sortent du chapeau d’un pouvoir occulte, auto-proclamé faiseur de rois et que le peuple n’a jamais élu? Quel crédit donner aux tenants de ce « cabinet noir » qui acceptent de négocier avec un président-bis qui n’a jamais été élu au suffrage universel?
    Ceux qui sont de ma génération doivent se souvenir de la parenthèse haïtienne du règne de Papa Doc et de Bébé Doc et de leurs méthodes vaudou dont semblent s’inspirer nos docteurs Jekyll.
    Plus que jamais, la transparence et la légitimité/ la légalité sont les paramètres à faire valoir pour garantir l’élection d’un président au suffrage universel. Le peuple, gardien de la souveraineté du pays, doit refuser d’aller aux urnes s’il estime que les candidats qu’on a choisi pour lui, sont des usurpateurs, des incompétents et sont indignes de sa confiance.
    Qui a dit que ces « décideurs » étaient de bons calculateurs; ils n’arrivent même pas à résoudre une simple équation à deux inconnues?

    Ouyahia Président
    23 décembre 2018 - 11 h 24 min

    Le seul capable!

    3
    25
      Takrout
      23 décembre 2018 - 11 h 34 min

      Ouyahia president avec Takrout comme Vice Président

      4
      18
      Francis Blanche
      23 décembre 2018 - 16 h 08 min

      Oui pour Ouyahia comme Président avec Gaid Salah comme Vice Président.

      2
      10
    Président
    23 décembre 2018 - 11 h 19 min

    Je vote pour que Gaid Salah devienne notre Président. Mon Général, vos troupes sont avec et derrière vous pour remettre le pays sur les rails. Vous êtes le seul qui puisse nous sauver dans le contexte actuelle. Nous attendons votre déclaration, des millions d’Algériens seront à vos côtés pour vous aider à la victoire.

    7
    25
      Anonyme
      23 décembre 2018 - 11 h 58 min

      Ne vous lamentez point …. ne vous lamentez point! Vous avez ce que vous aviez voter dans le passé. Ne vous lamentez point dirais-je encore…vous allez avoir ce que vous allez élire comme guide… votre choix est le votre …votre choix est suprême. Mais surtout ne venez pas vous lamenter car il n y aura pas de mur de lamentation pour que vous puissiez vous lamenter…vous êtes seul et surtout ne vous lamentez plus de vos misères car le choix de chemin que vous allez prendre est le votre…vous choisissez et vous assumez votre choix..surtout ne venez pas vous lamentez car il sera trop tard. Salam

      13
    La Vérité
    23 décembre 2018 - 11 h 03 min

    L’Algérie est ingouvernable par une seule personne et pour plusieurs raisons;en particulier la corruption qui est ancré dans les gènes de nos dirigeants;pourquoi pas lui et pas moi,il suffit de faire un constat d’un pays le plus riche du continent est il n’arrive meme pas ni à nourrir,ni à logé,ni à soigner ses citoyens;par contre des bons à rien le jour ou le lendemain deviennent des milliardaires;existe bien un très gros problème;à mon avis il nous faut un conseil de sage de plusieurs personnes;connus d’etres des honnetes citoyens avec un casier vierge;qui représente toutes les régions du pays;et puis élire un premier ministre qui dépend de ce conseil;et lorsque il ne respecterait pas la feuille de route et les lois;sera viré et jugé;sinon vous votez pour Ahmed il va faire pire que Ali;si vous avez remarquer tout nos dirigeants et fonctionnaire croient le pays leur appartient;et c’est un des problème;dans les proches avenir nous serons cinquante millions d’habitants;la production de pétrole ne suffira plus à nourrir tout ce monde,alors c’est LE MOMENT OU JAMAIS A SAUVER LE PAYS ET SES HABITANTS.

    9
    2
    Mir
    23 décembre 2018 - 11 h 02 min

    Tout ce tintamarre mediatico-politicien n’a qu’un seul but : nous faire admettre une vaste supercherie pour une évidence. On formate le peu de cervelle qui nous reste pour nous lobotomiser et accepter l’inacceptable : que nos Présidents ne seront jamais des candidats avec des programmes soumis à débats puis au choix libre du peuple, mais des espèces de prototypes élèvés et sélectionnés par des officines ou des Mains invisibles au dessus de tout le monde. Avant on nous faisait croire que c’était Toufik qui dirigeait tout. Maintenant on nous baratine avec des commissions et conférences bidon pour légitimer une décision prise par Qui ?
    ON S’EN FOUT DU PROCHAIN PRÉSIDENT MARIONETTE, CE QUE NOUS VOULONS C’EST DE CONNAÎTRE ET D’ÉLIMINER CEUX QUI DÉSIGNENT NOS PRÉSIDENTS. CAR ILS ONT PRIS EN OTAGE TOUT UN PAYS.

    17
    Anonyme
    23 décembre 2018 - 10 h 32 min

    Si Bouteflika décide de passer le flambeau et si on veut que le pays continue dans la paix et la stabilité alors, son successeur ne devrait impérativement, pas trainer de casseroles de la décennie noire de quels bords que ce soit.

    9
    1
      L1
      23 décembre 2018 - 13 h 16 min

      … » Si Bouteflika décide… »

      C’est pas le peuple qui est censé décidé ? Ou alors tu considères que Bouteflika est un roi qui seul peut décider de son pouvoir ?? Bizarre ton raisonnement on dirait un marocain qui parle de momo6…Est ce en lien avec ta proximité géographique et culturelle avec le Maroc ?

      8
      1
    LE NUMIDE
    23 décembre 2018 - 10 h 09 min

    CRITÈRES DU PRÉSIDENT:
    1- il faut que la candidat soit un nationaliste ( c’est a dire quelqu’un dans son CV qui n’a jamais eu des doutes sur le concept de NATION ALGERIENNE , et ses attributs : République une et indivisible ( et pas quelque califat de fiction ou Sultanat téléguidé par Riad , Doha ou Stambul au nom de l’Islamisme ) , le drapeau algérien ( et pas la Raya de quelque DAESH ou Royaume arabe du Moyen Orient fusse -il peint en vert et écrit dans la langue du Coran pour tromper le monde ) , l’hymne national de Moufdi Zakaria ( auquel il faut se lever en reconnaissance à la patrie et ne pas pavoiser dans son kamis puant et plein de morve ) , les Assemblées Nationales algériennes ( et pas des majliss Choura douteux et anti-nationales , sur des tapis volants , comme celui que le FIS allait inaugurer en 92 , dans les rues et les moquées de bab el oued et qui allait remplacer l’APN ) , l’armée nationale ANP avec ses grades , sa hiérarchie et sa Stratégie nationale ( et pas une milice wahabiste ou une Horde Hirsute de terroristes et de charlatans daeshiens transnationaux et sanguinaires qui viendraient faire leur Djihad yankee ou saoudien ou qatarien dans le pays des berbères ) , le caractère sacré et exclusif des martyrs algeriens ( et pas une martyrologie islamiste transnationale qui ferait des terroristes sadiques et criminels morts en Afghanistan , en Syrie , à Paris ou en Bosnie , des martyrs et des Totems pour les algériens ) …..

    2- il faut que le candidat soit aussi un homme d’état au minimum un premier ministre ou un haut commis de l’état ou un grand Officier , bien élevé , bien habillé , bien instruit , bien éduqué , ayant l’expérience des affaires de l’Etat … Et pas n’importe quel Quasimodo populiste ou charlatan débile qu’on ramène aux urnes et qui va conduire le pays a la Honte Universelle devant les nations .. l »Algérie alors qui a enfanté l’emir Abdelkader , Ferhat Abbes , Abane Ramdane , Benboulaid, Boumediene, sera la Risée du monde , avec quelque Troufion fantasque sorti de quelque péplum de fiction hirsute …

    3- Un candidat aussi qui a la charisme et la patience pour éduquer son peuple sur la politique comme Hypothèse de Civilité et de Civilisation et comme Art du possible et qui demande aussi franchement ET fermement aux algeriens de devenir des citoyens, de transcender la Fonction Présidentielle et le statut de Chef de la nation et de cesser de se comporter comme dans un Souk , dans une Horde, dans un Stade ou dans une Jungle, au nom de faux idéaux psychopatiques et pour l’alibi de leur paresse, de leur démission et de leurs fictions utopiques stupides et ridicules .. Comme il n’y a pas de Chef infaillible ( maasoum) , il n’ y a pas aussi de nation possible sans Chef et pas de société fiable sans hiérarchies et sans devoirs … MÊME DAESH ONT UN CALIFE ET MÊME LES LOUPS OU LES KOALAS ONT UN CHEF DE MEUTE

    6
    8
    Anonyme
    23 décembre 2018 - 10 h 05 min

    Dans tous état d Cause Ouyahia ne pourra jamais briguer un mandât , les cause sont multiples impopulaire, fermeture des usines poussant des milliers d’algériens a la mendicité , a dit plusieurs fois qu il n a rien foutre du peuple selon ses dires pourra facilement demander a être ambassadeur dans un autre pays et sa vie sera tranquille, avec lui aussi arrête de pleuvoir je ne sais pas pourquoi, le pouvoir d’achat baisse et le conservatisme, c’est à dire il faut 30ans pour construire un hotel et un peu de régionalisme aussi, sont les raisons que M.Ouyhia ne pourra jamais devenir Président…

    8
    2
    L'Algerien veut Les jeunes dictateurs
    23 décembre 2018 - 9 h 08 min

    Tout ce beau monde que vous présentez comme » victimes » collatérales du régime n’étaient et ne sont que des lèches du système, qui opère une selection sur des critères subjectifs. ouyahia benbitour et toute la faune avaient le culte de boumediene, que croyez vous voir sur le terrain s’ils arrivaient au pouvoir?
    Ce qui a été l’approche pour prendre le pouvoir se manifeste dans son exercice. Doit on pleurer parce qu’un un potentiel jeune Bokassa serait mis de coté? Non. C’est tout le régime et sa culture politique qui doivent disparaitre. Un jeune dictateur c’est rajeunir l’oppression.

    6
    1
    Zaatar
    23 décembre 2018 - 8 h 56 min

    Ce n’est un secret pour personne que fakhmatouhou n’en peut plus, qu’il arrive à peine à lever la main pour saluer. Il n’est également un secret pour personne que le candidat à la succession ou le successeur affirmé est déjà prêt en la personne de Khelil Lekhla. Tous les manèges vécus jusqu’à présent, tous les ballons sondes lancés depuis déjà deux ans ont fait pour que Lekhla soit le prochain président de la république si fakhamatouthou ne se représente pas et ce qui semble être le cas. RDV en Avril 2019.

    5
    10
    Anonyme
    23 décembre 2018 - 8 h 43 min

    Fakhamatou II , ce sera Chakib Khalil il a la bénédiction des zaouïas qui pensent organiser une salate l’istifkhame nationale.

    4
    10
    Amar
    23 décembre 2018 - 8 h 12 min

    Tout porte à croire que cette maffia va renouveler son bail, seule une action « dégagiste » peut y mettre un terme.

    18
    2
      Raselkhit
      23 décembre 2018 - 9 h 27 min

      Le dégagisme a démontré ou cela peut nous mener Quelques centaines de milliers de mort

      2
      10
        Anonyme
        23 décembre 2018 - 13 h 09 min

        En voici ma réponse, tu dois savoir que je n’aime pas trop palabrer dans le vide. « Incendie d’une embarcation de harragas à Oran : les corps d’une maman et de sa fille repêchés ».
        Sauf que ces morts passent en perte et profit!!!

    Amiahmed
    23 décembre 2018 - 7 h 55 min

    On parle de tous les chefs de gouvernement, sauf de quelqu’un, qui pourtant semble de loin le meilleur, il a la qualité et les capacités à prendre dignement le flambeau, il s’agit de Monsieur Mokdad Sifi, dans l’intérêt général et de l’intérêt de la nation Algérie, nous demandons à tous les acteurs politiques depuis le simple citoyens jusqu’au président de la république de regarder avec les deux yeux pour n’occulter personne, et tout revient à Allah.
    Ahmed Saim.

    3
    15
      Anonyme
      23 décembre 2018 - 10 h 13 min

      Il a 78 ans et tu veux qu il soit président …pourquoi pas laisser fakhamatou epicitou.

      10
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.