La présidence de la République cherche un remplaçant au patron de la DGSN

DGSN
Mustapha Lahbiri a été nommé le 26 juin 2018 dans l’urgence. New Press

Par Hani Abdi – Désavoué plusieurs fois dans sa gestion et ses décisions, Mustapha Lahbiri n’est plus dans une position qui lui permet de rééditer son exploit de longévité à la tête de la Protection civile. Selon des sources sûres, son remplacement n’est qu’une question de temps. La recherche d’un nouveau DGSN est ainsi enclenchée.

Les derniers rapports qui ont atterri sur le bureau du Président la Présidence seraient loin d’être gratifiants à son égard. Bien au contraire, soulignent nos sources, sa gestion durant six mois de ce corps de sécurité, très important surtout en ces temps caractérisés par la montée de la tension sociale, «n’est pas satisfaisante». Le principal grief qui semble avoir été retenu contre lui, c’est d’avoir perturbé l’organisation de cette institution en procédant à des changements massifs à tous les niveaux.

Mustapha Lahbiri a été nommé le 26 juin dans l’urgence en remplacement d’Abdelghani Hamel, limogé pour avoir commenté les résultats de l’enquête préliminaire menée par la gendarmerie sur l’affaire des 701 Kg de cocaïne saisis au port d’Oran en mai 2018. Agé de 79 ans, sa désignation à la tête de la police a surpris plus d’un. Tout le monde considérait ce choix comme provisoire, «dicté par les aléas du moment».

Aujourd’hui, les plus hautes autorités lui cherchent «sereinement» un remplaçant. Un «bon», affirment nos sources. En attendant de trouver un nouveau patron pour la police, les promotions et les changements sont bloqués. Autrement dit, Mustapha Lahbiri a pour seule mission d’expédier les affaires courantes. Il faut dire que son remplacement semblait déjà engagé lorsqu’à deux reprises ses décisions ont été remises en cause en haut lieu. «C’était un signal clair de la Présidence qui désapprouvait sa gestion», assurent nos sources.

En effet, en ce mois décembre, Lahbiri a vu à deux reprises ses décisions remises en cause. Il s’agit de la nomination de nouveaux chefs de sûreté de wilaya et de la promotion de plusieurs milliers de policiers à un grade supérieur.

On se souvient encore de ce communiqué de la DGSN rendu public le 12 décembre et faisant état d’un certain nombre de changements qui avaient touché les chefs de sûreté de wilaya. Mais un autre communiqué de la DGSN avait suivi le premier pour faire savoir que le mouvement n’était pas définitif et qu’il était soumis à l’approbation des «autorités publiques».

Il est à souligner que la police a toujours été dirigée par des responsables ramenés d’autres corps de sécurité. La Présidence va-t-elle choisir le nouveau DGSN au sein même de la police, cette fois-ci ?

H. A.

Comment (29)

    Anonyme
    29 décembre 2018 - 19 h 37 min

    Lahbiri est beaucoup mieux que Hamel.
    La présidence n’aime pas les compétents.

    7
    1
    Kahina-DZ
    29 décembre 2018 - 19 h 35 min

    Et pourtant il a l’air de faire un bon travail…Il est efficace.

    11
    1
    Anonyme
    28 décembre 2018 - 11 h 22 min

    Il faut nommer le douctour ould abbes.

    Anonyme
    27 décembre 2018 - 17 h 56 min

    vous etes loin de savpir ce qui se passe a ladgsn.mais he vous dinne une ibformation pour voys eclairer.en1995 ce monsueur a ete appele par l’ex presudent liamibe zeoual pour le bommer aka tete de la dgsn il a polimlen rf’efuse l’offre et a proposesin ami et son ex subordonne alu tounsi.il a accepte de diriger la protection civile .depuis beaycoup d’eaux ont coule sous le pont.

      Anonyme
      29 décembre 2018 - 19 h 31 min

      Wallah ma F’hamt wallou.
      3awed K’tebha
      Tu as inventé une langue.

    elhadj
    27 décembre 2018 - 17 h 13 min

    ce qui est navrant de relever c est que le pays dispose d immenses ressources humaines capables et compétences mais il se trouve qu il demeure dirigé par des grabataires affaiblis par l age et la sante déficiente méritant le repos .de grave, le peuple dont les 3/4 sont des jeunes et le pays souhaitent un renouvellement générationnel pour donner plus de vitalité a la bonne gestion, au développement et au redressement de la situation financière et économique désastreuse selon les constats relayes par les médias et les analyses pertinentes des économistes.l âpres avril 2019 devra être celui de l espoir et de la réhabilitation de la confiance citoyenne, de l indépendance de la justice,de la lutte a outrance contre la corruption, de l assainissement des comptes de l état, de l émergence de dignes représentants légitimes du peuple,des libertés et du raffermissement de la cohésion sociale

    4
    2
    Karim
    27 décembre 2018 - 7 h 29 min

    « Les derniers rapports qui ont atterri sur le bureau du Président la Présidence seraient loin d’être gratifiants à son égard »!
    Quand je lis ce genre de phrase, je ne sais pas si je dois rire ou pleurer.
    Laissez moi écrire un rapport sur la justice et son ministre ne sera plus,
    Laissez moi écrire un rapport sur l’économie et son ministre ne sera plus,
    Laissez moi écrire un rapport sur l’état de nos villes et beaucoup de gens ne seront plus,

    Laissez moi écrire un rapport de la situation globale et devinez qui ne devrait plus être là!

    27
    3
    Anonyme
    27 décembre 2018 - 1 h 14 min

    «Le principal grief qui semble avoir été retenu contre lui, c’est d’avoir perturbé l’organisation de cette institution en procédant à des changements massifs à tous les niveaux» écrit Hani Abdi.
    ———————————————————————————————————————————————-
    Si ils veulent tout garder comme c’était, ils n’ont alors qu’à réinstaller l’ex-général El-Hamel !
    D’ailleurs, certaines mauvaises langues disent que dans les faits, ils meurent d’envie de le faire. Ce qui, par ailleurs, ne serait aucunement étonnant venant d’eux !

    11
    1
    marri
    26 décembre 2018 - 23 h 34 min

    « un signal clair de la présidence » de quelle présidence?
    Que Mr El Hebiri prenne une retraite
    méritée et qu’il jouisse de ses dernières années tranquillement avec ses proches.

    4
    2
      Kif-kif
      27 décembre 2018 - 8 h 34 min

      Depuis quand les corrompus prennent leur retraite, jamais tant le pétrole coule à flots et la présidence tenue par les ripoux, c’est la pleine récolte,au suivant le pays des traîtres

      7
      3
    Anonyme
    26 décembre 2018 - 22 h 04 min

    Je suis prêt à lui prendre sa place ; lol. Avec moi vous pourrez manifester sur Alger mais a une seule condition , venez me cherchez! Vous aurez une déontologie policière à l européenne vous pourrez insulter le policier le frapper bruler tout au passage voitures magasins ; frapper l algerien tout en l insultant de sale algerien meme par un autre étrangers comme un peu en France , sale Français ou Fdp de Français chez lui par des Français de deuxième voir troisième zones et meme des clando en France contre le Français qu’il accueille. C est celui la qu ils vont nous choisir pour mettre la pagaille avant élection et s en sortir indemne.
    un nouveau scenario un peu comme en 90 car ils sont capable du pire certains aux commandes ; bref une question ;qui choisira ce nouveau DGSN lui est colonel et l autre Hamel ancien général Major ; le pouvoir civil ou l ANP , et avec qui Gaid Salah trouve ses compromis depuis les purges et changement aux niveaux sécuritaires au pouvoir civil en sachant que notre président n en est plus capable : qui parle au nom de notre président depuis un moment maintenant ? mettre des hommes et faires des changement sécuritaires depuis le mois d juillet n est pas anodin et le peuple ne sait rien , ils annoncent mais n expliquent pas au peuple algerien son opinion publique , il l ont mis déjà en dehors du jeu avant élection ; ceux sont des postes sensibles et b l algerien a droit de s interroger sur un changement de GSN en l espace d un an alors que ce poste a l habitude d être stable justement pour la pérennité et la stabilité de l Algerie ; pourquoi ses changements maintenant avant élections , 2 clans se disputent le pouvoir et L homme pour la prochaine élection ; l ANP et le pouvoir civil qi a pris l Algerie en otage et qui ne dis rien alors qu il sait se battre contre notre propre armée pour y mettre ses hommes et y assoir son influence due à la présidence unique et le pouvoir qui avait été enlevé à l ANP par le président ; mais la qui décide le président n est plus valide pour prendre des décisions lourdes de conséquences pour demain au pays et à son peuple et faut se voiler la face donc l ANP doit en être garante avant tout ; qui négocie avec notre armée en ce moment et laisse le peuple de coté , meme l armée nous donnait la parole avant et nous expliquer les choses meme si ca nous plaisait pas ; mais le pouvoir civil qui devait installé l état de droit ; ou est il???? Moi je suis sur qu ils ont essayé de limogé Gaid Salah mais n ont pas réussi ceux qui parle à la lace de notre président ; donc oui l Armée algérienne doit nettoyer purger totalement ce pouvoir civil et ses soutiens extérieurs ( France pays tiers hommes riches ect ect) avec le soutien du peuple et laissez les algériens le peuple choisir l Homme pour 2019

    1
    4
    Anonyme
    26 décembre 2018 - 22 h 00 min

    Monsieur Lehbiri ne peut efficacement commander la police, du moins selon les normes actuelles. Dans un domaine on est formé pour devenir spécialiste, ensuite avec la pratique et l’expérience on devient expert. Le leadership repose justement sur ce bagage en plus de l’intelligence et la perspicacité pour developper une vision modèle. Tout le reste n’est que tatonnement.
    Autrefois les spécialités et les procédés étaient encore très simples d’où la possibilité de telles permutations. Plus maintenant. L’echec est certain et inévitable.
    Donc les institutions concernées partent en décadence relative puisque ailleurs ça évolue.

    2
    1
    mouatène
    26 décembre 2018 - 20 h 54 min

    dans notre jeunesse, le devoir national nous appelle. nous répondons à l’appel pour dire OUI !!! et nous nous attelons à la besogne. à partir de la soixantaine, encore une autre fois le devoir national nous appelle. et encore une fois nous répondons OUI !!! et nous nous retirons du monde du travail pour un repos mérité, et faciliter la tache aux générations montantes. c’est un sicle naturel et aussi une culture à laquelle nous devons nous attacher. enfin…..c’est mon avis.

    11
    3
      La Viriti
      26 décembre 2018 - 21 h 56 min

      Ton raisonnement tu ne l’appliques pas à Seydek Bouteflika…20 ans 1000 milliards de dollars et le néant et la désolation et le transfert illicite de certaines de millions pour ses larbins…
      Ton discours hypocrite me rappelle furieusement la tactique de communication grossière du makhzen…Comme quoi on ne se refait pas quand on est culturellement proche du Maroc…

      2
      7
        mouatène
        27 décembre 2018 - 16 h 42 min

        « la viriti » bonjour. je ne savais pas que nous avions un cerveau « mokhkh entaa lékbache » , et ce n’est la faute à personne.

      Anonyme
      27 décembre 2018 - 1 h 16 min

      Ton avis est plus que respectable, sauf qu’il ne semble malheureusement pas être celui de fakhamatouhoum wa hachiyatouhou !

    karimdz
    26 décembre 2018 - 20 h 47 min

    Ce serait bien que ce soit un homme issu de la Police qui serait reconnu pour ses services au sein de cette institution.

    Les nominations doivent se faire au mérite, et non plus imposée, avec le risque de voir un incompétent gérer la police.

    16
    3
      Anonyme
      27 décembre 2018 - 7 h 21 min

      voila 60 ans que ça dure que ça impose, et tu crois que c’est maintenant que ça va changer, qu’on va faire des nominations au mérite. Quel age as tu karim?

      2
      2
    Zaatar
    26 décembre 2018 - 20 h 40 min

    Si l’info est vraie alors cela trahi le bricolage du haur sommet de l’etat. Et cela se traduit par ce qu’on ne sait plus ce que l’on fait. Mine de rien les infos rapportees ci et la par la presse pourraient s’averer vraies. Panique a bord, repport des elections, 5 eme mandat ou autre candidat d’un consensus, tracas entre clans du pouvoir…bref une sauce bien epicee assaisonnee d’une vinaigrette bien relevee a la moutarde…que l’on va peut etre gouter avant avril 2019… on verra d’ici la.

    5
    1
    Anonyme
    26 décembre 2018 - 20 h 37 min

    Le Colonel Lahbiri était un excellent directeur de la protection civile.Mais aujourd’hui rattrapé par l’âge il est temps qu’il laisse la place à plus jeune et surtout plus compétent. Ca concerne aussi tous ces cadres qui ont donné le meilleur d’eux-même pour le pays mais usés et souvent malades ils doivent céder la place dans l’intérêt suprême de la Nation.Malheureusement on ne peut arrêter l’horloge du temps.Il faut savoir quitter la table…comme le disait très justement Charles Aznavour qui vient de nous quitter tout récemment.

    7
    2
    Rabah
    26 décembre 2018 - 20 h 03 min

    Déjà !
    Panique et paranoïa quand vous les tenez !

    3
    1
    Souk-Ahras
    26 décembre 2018 - 19 h 52 min

    Entre la lance à eau de la Protection Civile et la matraque de la Sûreté Nationale il y a incompatibilité « d’humeur », les objectifs n’étant pas les mêmes.

    8
    1
    Anonyme
    26 décembre 2018 - 19 h 25 min

    les hommes integres sont mal vus oar certains

    11
    3
    Le rigolo
    26 décembre 2018 - 19 h 10 min

    Je comprends qu’à un moment donné la Dgsn était en feu donc un pompier s’imposait pour l’éteindre , de grâce maintenant passons au chose sérieuse ! 😎

    11
    5
    Ayweel
    26 décembre 2018 - 18 h 37 min

    Lorsque on fait appel à un pompier c’est juste le temps d’éteindre l’incendie, c’est bien connu, une fois le danger écarté on ordonne au propriétaire de rejoindre sa demeure et les assurances s’occuperont du reste.

    19
    1
    VISION II
    26 décembre 2018 - 18 h 35 min

    Le haut gradé qui à oublie qu’il est juste aux services du clan;et ne doit pas prendre des décisions avant de consulté le petit frère;cela démontre que nous n’avons de ni de pays ni république,juste une jungle appartienne a des personnes bien connus au Suivant à qui le tour;

    27
    3
      La Viriti
      26 décembre 2018 - 19 h 42 min

      Idéalement Hamel aurait dû rester à vie aux côté de ses mentors…Mais il était, lui et sa famille, trop vorace dans les trafics en tous genre…La mort dans l’âme el mouradia a dû le sacrifier..Lehbiri a découvert et découvre l’ampleur du désastre du passage de Hamel : des nomminations de copains coquins au fort accent marocain, une police outrageusement au service d’un clan au détriment du peuple, des passes droits, l’affaire de la cocaïne, etc…etc…Du coup Lehbiri en degommant à juste titre les potes de Hamel, a mis le feu auprès du petit frère qui commençait à perdre le contrôle de ce service sensible….

      19
      3
    Adda
    26 décembre 2018 - 17 h 59 min

    A 80 ans chef de la police quelle honte. Sait-il utiliser un ordinateur ? c’est quoi un email ? Comme si la protection civile était bien gérée par ce vieillard !!! un pays de jeunes géré par des octogénaires. Où va l’Algérie et comment ces vieillards peuvent-ils comprendre les besoins des algériens

    36
    11
    La Viriti
    26 décembre 2018 - 17 h 54 min

    Au delà de son âge, il va payer le fait d’avoir enlever tous les hommes de Hamel qui comme chacun le sait est trempé jusqu’au cou dans nombre de coups tordus et détournements…lui et sa famille.
    (…) veut un directeur à l’image de feu Hamel : docile obéissant et issu du triangle Oujda TNT…Peu importe la probité et la compétence.
    Hamel au delà de ses business florissants était un excellent rempart pour bouteflika et ses proches

    28
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.