Offre de services

pouvoir opposition
La Présidence, le lieu de toutes les convoitises. New Press

Par Sadek Sahraoui L’Algérie a une classe politique des plus atypiques. Bien entendu, ce sont ses acteurs qui la rendent si particulière. Et parmi ces acteurs, on y trouve de tout.

Certains, ils se comptent malheureusement sur les doigts d’une seule main ou à la limite des deux, n’ont en tête que la volonté inébranlable de faire avancer le pays. Et cela dans tous les domaines. Pour réaliser leurs idéaux, les hommes et les femmes faisant partie de cette catégorie ont donné, à maintes reprises, la preuve qu’ils étaient prêts à tout sacrifier. Conséquents avec eux-mêmes et fidèles à leurs combats, ils n’ont d’ailleurs jamais déserté le terrain du militantisme ou succombé aux chants des sirènes.

Dans la classe politique algérienne, il est aussi des gens qui pensent servir le pays mais qui, en réalité, lui font plus de mal qu’autre chose. Ceux-là peuvent être, à la limite, à moitié excusés puisque leur intention de départ n’est pas mauvaise. Ils sont même récupérables. Beaucoup ont d’ailleurs fini par se remettre en cause et rallier le camp des vrais patriotes.

A l’inverse, d’autres acteurs ne perçoivent la politique que comme un ascenseur social, un moyen de s’enrichir et de réaliser leurs ambitions de pouvoir. Le sort de l’Algérie ou des Algériens ne les préoccupe guère. Ce qui compte uniquement pour eux c’est d’avoir le plus d’avantages, de décrocher les postes les plus intéressants au plan pécuniaire et de tenter d’y rester le plus longtemps possible. Ces énergumènes sont prêts à marcher sur le corps de n’importe qui pour avoir un véhicule avec chauffeur, un garde du corps et un cabanon à Club des Pins. Jamais rassasiés, ils ne pensent qu’à se remplir abondamment les poches encore et encore.

Ces gens représentent malheureusement la grande majorité de la classe politique nationale. Et les hommes et les femmes les plus représentatifs de cette «jungle» sont sans doute ceux qu’on ne voit qu’une fois tous les cinq ans, qui ne trempent jamais leur chemise et qui font croire qu’ils détiennent la pierre philosophale. Ceux-là sont les plus dangereux car ils n’ont que du mépris pour les Algériens. Des Algériens qu’ils prennent, du reste, pour des demeurés.

S. S.

Comment (6)

    Tredouane
    13 janvier 2019 - 19 h 41 min

    Je suis d’accord avec vous mais dans une certaine mesure,c’est la réalité apparente à nos yeux car le climat y’ est favorable à ces « politiques » de la dernière catégorie cité;en revanche j’ai une conviction très profonde que la majorité reste dans le camp des politiques honnêtes et dévoués à leurs Nation non seulement ils se cachent ou je dirais ils attendent un élément déclencheur, par fois un suffis d’une bougie pour éclairé une pièce sombre.
    L’application de loi contre tous ceux qui ne fonds pas honneur à leurs fonctions.

    C'est gravissime
    13 janvier 2019 - 18 h 51 min

    En 2019 il y a un fils de chahid qui vit encore dans container la vidéo est sur AP tandis que les filles des harkis sont invitées par le gouvernement algérien avec tout les honneurs, d’autres occupent de hautes fonctions.
    L’Algérie est entre de mauvaises mains.

    7
    2
    Bibi
    13 janvier 2019 - 16 h 14 min

    Il faut poursuivre en justice ces foutriquets où ils se trouvent pour récupérer les fonds publics détournés, il n’y a que comme cela que le peuple gagnera le respect, à défaut cela continuera.

      Question
      13 janvier 2019 - 18 h 47 min

      La justice couvre les délinquants en cols blancs et vous voulez que le peuple les poursuive?

    Anonyme
    13 janvier 2019 - 14 h 18 min

    Il faut tout simplement creer une haute instance nationale independante de lutte contre la corruption avec un budget convenable et placer a sa tete une personalite juriste de formation dont la probite est reconnue par tous ses collegues.et c est a lui seulement de proceder aux recrutements de ses collaborateurs et rien d autres.Le peuple Algerien sera pret a collaborer pour denoncer tout acte de corruption…une loi de protection des informateurs doit etre votee par le parlement…Les journalistes d investigation doivent tenir un grand role aussi..Ceci est le moyen le plus efficaces pour faire la guerre a la corruption et aux corrompus…ce poison mortel pour desintegrer un Etat…il n y a pas pire que la corruption….et sa contagion

    KIF KIF
    13 janvier 2019 - 13 h 30 min

    Lorsqu’un pays privilégié la copie a l’originale,le Harki ou Moudjahid;le traitre a l’honnète citoyens;c’est la faillite assurée,comme par hasard toutes les personnes qui ont fait le Jihad Fi Sabil Allah se sont retirés de la vie politiques et de la responsabilité;mais les tricheurs les traitres les ex collabos qui se sont cachés dans les maquis jusqu’a l’indépendance,ont pris les commandes falsifiant l’histoire et assassiné leurs témoins,croyant vivre éternellement avec la bénédiction des faux moudjahid du FLN de Messieurs Saidani;Ould abbès,Bouchareb;ghoul est les autres,enquéter sur ces Messieurs et vous auriez la réponse

    9
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.