Blocage au Sénat : Bensalah va-t-il subir le même sort que Saïd Bouhadja ?

Sénat report
Ça sent le coup fourré contre le RND au Sénat. New Press

Par R. Mahmoudi – Le report sine die de l’installation des nouveaux membres du Conseil de la nation, fraîchement élus, annonce un bras de fer entre la nouvelle majorité, incarnée par le FLN, vainqueur des élections du 29 décembre dernier, et l’actuel président du Sénat, Abdelkader Bensalah, issu du RND.

Si, en apparence, ce report a été décidé suite à un changement de dernière minute de la liste du tiers présidentiel, chose qui, du reste, n’a été confirmée par aucune source officielle, la raison essentielle résiderait dans des pressions accrues exercées par le parti majoritaire pour déloger Abdelkader Bensalah et prendre ainsi le contrôle de la Chambre haute du Parlement.

Selon des sources concordantes, le président de la République aurait décidé de maintenir Bensalah à son poste mais des «parties influentes» font pression depuis quelques jours pour l’amener à nommer, à sa place, un homme du FLN. Même si la direction du parti majoritaire n’a encore fait aucun commentaire sur cette nouvelle crise parlementaire qui s’annonce.

Revigoré par sa victoire écrasante aux dernières élections sénatoriales, malgré les graves dissensions internes auxquelles il fait face, le FLN ne veut, semble-t-il, rien céder à son rival direct, le RND, tout en évitant, pour l’instant, la confrontation ouverte.

Par ailleurs, le silence du RND et celui, notamment, d’Abdelkader Bansalah sur ce qui se trame actuellement autour du Conseil de la nation semblent cacher une volonté de résister au forcing du FLN. Mais, on ne sait pas si Bensalah est politiquement et psychologiquement prêt à montrer la résistance et s’inspirer de l’ex-président de l’APN, Saïd Bouhadja, qui avait, pendant plusieurs semaines, refusé de céder le trône.

La logique et l’éthique politiques voudraient bien que le poste de président du Sénat revienne au parti vainqueur, c’est-à-dire au FLN. Mais comme la décision appartient au président de la République de nommer ou de dégommer le président du Conseil de la nation, celui-ci peut, conformément à ses prérogatives que lui confère la Constitution, en choisir un parmi d’autres formations, voire dans le tiers présidentiel.

Or, du point de vue politique, le choix d’un nouveau président du Sénat dans la conjoncture actuelle est tributaire de l’évolution du processus en cours et des enjeux fondamentaux qui entourent les prochaines échéances électorales.

R. M.

Comment (17)

    Felfel Har
    16 janvier 2019 - 23 h 38 min

    L’heure est grave et le régime a besoin de tous ses hommes de paille. Bien que malade (c’est ce qu’on dit), il peut encore servir tant qu’il peut marcher, parler, lire et obéir. Dans son livre, Comprendre le Pouvoir, Noam Chomsky fait remarquer: « Le monde ne récompense pas l’honnêteté et l’indépendance, il récompense l’obéissance et la servilité. » C’est comme ça que les dictatures perdurent avant de s’effondrer quand les zélateurs atteignent leur fin de parcours. FLN ou RND, c’est blanc bonnet et bonnet blanc, les deux faces du même système. Leur apparente « guéguerre » ressemble à un jeu d’enfants gâtés se partageant les faveurs du bon père de famille.

    Anonyme
    16 janvier 2019 - 23 h 07 min

    La purge continue faut pas être con pour comprendre que tout ses limogés sont tous plus ou moins des proches du président Bouteflika qui ont eu sa grâce pendant 4 mandats meme les gradés au niveau sécuritaire . Ben lui c est pareil et je plains les autres qui vont suivirent si Bouteflika n et plus au pouvoir en 2019 ;les Khalil les Addad et meme Saïd le frère ect ect ; hé oui les règlements de comptes arrivent et ils sont cuits ceux ci en vérité si ils ont perdus et je pense qu ils ont du préparé des plans au palais présidentiel pour pouvoir rester au pouvoir et éviter tout ses règlements de comptes car pourront croupir dans les geôles algériennes des juillet 2019 va savoir et l autre clan que nous connaissons aussi, ben ce clan qui est en position de force en ce moment et le sera s tjrs en fait ; met en échec tout les plans préparés par ses personnes au palais présidentiels le fameux cercle mais meme en essayant de mettre le DSS (drs) donc meme de vouloir diviser ses corps sécuritaires au sein de l armée n y pourrons rien si on regarde bien ; le FBI et la CIA ses agences sont elles plus fort que le pentagone et son armée US; hé non et ce scenario peut se jouer là-bas aussi malgré que c est une démocratie , ils ont bien tué leur président JFK aussi un peu comme en Algerie aussi Boudiaf a été assassiné par un de ses gardes du corps par rafales donc un homme du service de sécurité présidentiel et officiel . Mais qui tire les ficelles de tout ses changements l état profond comme dab ; ils vont trvé un accord en dehors des boutefs mem si Gaid avait écarté Toufik et qui revient ses derniers temps pour reprendre peut etre une revanche ou bien sauter sur l occasion et Tartague était sous ses ordres et Saïd se tourne vers Toufik pour trver une porte de sortie au pire ou un plan stratégique et vous me direz bcps lui doivent bcps ; qui sont aux commandes actuellement aussi et partout dans toutes les sphères du pouvoir sécuritaire et civils ; mais il y a un homme qui connaissait bien l Algerie et ce régime ; il a été son président Houari Boumediene et savait de quoi il parlait et c est vrai aujourd’ hui aussi sauf qu ils sont différents voir pire et montre une façade mais ca reste un régime ; et cet homme paix à son âme disait que la colonne vertébrale de ce régime et du pouvoir en Algerie c est l armée algérienne l ANP. Espérons que nous pourrons cette fois ci nous le peuple choisir notre homme en 2019 élu démocratiquement et en toutes transparences .

    2
    1
    anonyme
    16 janvier 2019 - 18 h 22 min

    ben salah n’est pas d’origine marocain

    2
    8
      Isis
      17 janvier 2019 - 7 h 49 min

      Toi aussi tu es du Maroc, comme tes présidents destructeurs

      1
      1
    RODEO
    16 janvier 2019 - 13 h 15 min

    Décidément cette constitution confère des pouvoirs exorbitants au président de la république et donc elle DOIT ABSOLUMENT changer après les prochaines élections présidentielles pour que l’Algérie redevienne un pays démocratique

    7
    2
    Anonyme
    16 janvier 2019 - 11 h 26 min

    Oh que non,toutes ces tractations sont pour le maintenir en poste, il est le chef de cette garde rapprochée…

    5
    2
    salah
    16 janvier 2019 - 10 h 27 min

    Si je comprends bien pour être président il faut être vieux?!
    Si demain je veux me présenter si j’ai pas ces critères j’aurais aucune chance de me présenter ???

    6
    4
      Raselkhit
      16 janvier 2019 - 12 h 25 min

      C’est soit de la naïveté soit de la débilité On se présente quand on représente une force quelconque La Présidence ce n’est quand même pas un moulin Vouloir faire de la politique nécessite un minimum de connaissance dans le domaine On commence à militer dans un parti politique et on grimpe les échelons

      1
      3
    Argentroi
    16 janvier 2019 - 9 h 47 min

    Pauvres sénateurs ! Je pense que la plupart d’entre-eux passe des nuits blanches de peur qu’on leur demande manu-militari et ch’kara aidant de rééditer le coup du portail de l’APN qu’on cadenasse ou quelque chose comme cela. S’ils s’exécutent, c’est sûrement l’empêchement qu’on leur demandera par la suite. Le conseil constitutionnel de Medelci, devant ce nouveau rapport de force, suivra sans aucun doute !
    Si Bouteflika laisse faire, ce n’est peut-être, peut-être, que pour intervenir au moment opportun pour démontrer à l’opinion publique et aux partenaires étrangers que lui seul est la garant de la stabilité du pays et aussi de la région devant l’aventurisme de cercles occultes que l’omerta du système le plus hermétique du monde protège. Effectivement, on peut se poser légitimement cette question : qui est derrière ces manœuvres quand c’est le président de la république, par le biais de Bensalah, qui s’oppose à l’installation des nouveaux sénateurs de crainte que cela ne consacre la main-mise du seul FLN sur le sénat et l’APN. Ce FLN est-il devenu donc l’instrument de on ne sait qui depuis le coup du portail ? Une réaction ferme de Bouteflika est-elle possible surtout si elle a tendance à prouver qu’il est toujours combatif et, par voie de conséquence, que sa maladie n’est pas aussi impotente comme veulent le répandre ses détracteurs.
    Attendons alors la suite du feuilleton pour voir plus clair-obscur ! C’est vraiment le clair-obscur de Gramsci : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».

    1
    1
    Zaatar
    16 janvier 2019 - 9 h 24 min

    Blocage au sénat, comme si cela va avoir un impact sur le fonctionnement du pays. A côté il y a 4000 médecins qui se préparent à quitter le pays en 2019, pour aller faire les beaux jours des hôpitaux occidentaux et ailleurs. Ils sont aussi quelques milliers d’ingénieurs et d’informaticiens, tous formés au pays qui sont candidat à l’immigration pour aller donner un coup de pouce aux économies de pays étrangers. Et ils sont aussi quelques milliers à mourir en mer car partis en quête d’un meilleur vivre ailleurs et se sont retrouvés confrontés à des situations dramatiques. Telle est la réalité de notre pays, dont les dirigeants ne se sont jamais soucié et qui ne s’occupent de leurs intérêts au travers de ce qui se passe dans leurs partis de M…, leurs institutions qui ne servent à rien et bien sur de la rente qui remplit leurs comptes en banque en permanence.

    19
    2
      Abou Stroff
      16 janvier 2019 - 15 h 23 min

      Mister Zaatar, je te salue!
      puisque c’est notre bienaimé fakhamatouhou qui décide en dernière instance,, pourquoi nous pose t on une question dont seul fakhamatouhou connait la réponse.
      concernant les algériens qui fuient leur pays, tu aurais pu ajouter concernant les « haragas », que ces derniers participent à l’engraissage des poissons de la méditerranée que des pêcheurs étrangers attraperont, vu que nos pêcheurs sont en général des bras cassés.

      Lghoul
      16 janvier 2019 - 15 h 44 min

      Aucun soucis ya si Zaatar, aucun soucis. Le 5ie va résoudre tous les problèmes du pays et fera revenir tout le monde.

    Du balai
    16 janvier 2019 - 8 h 33 min

    Il est temps de rendre son tablier. Âgée, malade et usé, il devrait avoir la décence de se retirer par lui même. Nul n’est indispensable surtout pour ce qui fait en terme de valeur ajoutée à part coûté au Trésor Public. C’est une opportunité de mettre un talent post indépendance, peu importe qu’il soit du FLN, RND ou autre pourvu qu’il soit patriote et compétent.

    9
    3
    Caligula
    16 janvier 2019 - 7 h 26 min

    Salut au peuple algérien de la part d’un Empereur romain , Notre devise était SPQR le Sénat et le Peuple de Rome. La vôtre est : « Par le Peuple et Pour le Peuple » . Les deux formules, convenez-en, c’est du Khorti et je vais vous le prouver.
    Quand je devins empereur,, le Senat, qui se croyait fort depuis l’assassinat de Jules César, acceptait par lâcheté tous mes désirs et toutes mes mes propositions. Surtout depuis que j’ai nommé min beau cheval sénateur comme eux. Il dirigeait avec eux et ils se prodternaient devant lui en nettoyant des déjections. Certains se disputaient pour lui donner à manger.
    Mes ministres de leur côté, se surpassant en soumissions, en bassesse et en obséquiosite. Pour les maintenir dans leur état, j’eus une idée géniale qui est restée dans l’Histoire et qu’a relaté dans sa pièce « Caligula » votre compatriote étranger à son pays, l’excellent Albert Camus. Au cours d’un Conseil, je leur ordonnai de prendre des balai et de balayer la salle sous la surveillance de la garde. Ils eurent beaucoup de peine dans cette nouvelle tâche. J’en fut très contrarié. Je les ai alors insulté en lui disant qu’ils étaient des bons à rien et Qu’il était plus facile de faire d’un balayeur un sénateur Que de rendre balayeur un sénateur.

      Caligula
      16 janvier 2019 - 14 h 58 min

      Rectification;
      IL EST PLUS FACILE DE FAIRE D’UN BALAYEUR UN SÉNATEUR QUE DE RENDRE UN SENATEUR .BALAYEUR.

      Anonyme
      17 janvier 2019 - 22 h 58 min

      Lol en 600 ans d empire romain ; tu nous a pris le plus fou et le plus pervers , il y en eu Néron et Tiber le fou ensuite isolé ; meme les autres mais Caligula remporte le prix ; ils ont tous mal fini mais lui c est sa propre garde prétorienne qui l a assassiné ; ensuite suivi Claude le fameux Britannicus. j ai vu tout les épisodes sur YouTube de Rome empire et décadences , très intéressant , Grande armée aussi et pas encor égalé . Bne continuation Caligula . j oubliai mon préféré reste le Grand césar  » je suis venu j ai vu j ai vaincu  » vini vidi vici !

    Le Bédouin
    16 janvier 2019 - 7 h 23 min

    Nuance Mr le journaliste,Mr Bensalah n’est pas Mr Bouhadja,ce dernier était un vrai Moudjahid il vient d’une région qui y’a payé le prix fort pour l’indépendance de ce .. pays qui ne reconnaît pas ses Héros,il reconnaît que ses traîtres, …

    23
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.