Le général Ali Ghediri : «Pourquoi je suis candidat à la présidentielle»

Ghediri
Le général-major à la retraite Ali Ghediri. D. R.

Nous publions le texte intégral de la déclaration de candidature du général-major Ali Ghediri à la présidentielle d’avril 2019

«Algériennes, Algériens,

L’Algérie traverse une phase décisive de son histoire. Au désespoir que vit notre peuple, notamment sa jeunesse, s’ajoute la déliquescence de l’Etat et de ses institutions. Le constat est amer : Etat de non-droit, vieillissement de sa composante humaine, injustice sociale, rente érigée en système de gouvernance, népotisme et corruption gangrènent notre société. L’insécurité qui menace quotidiennement les Algériens est aggravée par le trafic et la consommation de drogues de plus en plus dures. L’autoritarisme empêche l’émergence d’une réelle démocratie. Le clanisme et la prédation ont érigé le régime politique en oligarchie.

Face à cette situation qui menace l’existence et la cohésion nationales, la résignation n’est pas une fatalité en soi. Un sursaut salutaire est possible.

J’ai décidé de relever le défi en me portant candidat à l’élection présidentielle d’avril 2019.

Ce défi majeur ne peut se réaliser sans l’adhésion et l’implication du peuple. Il consiste en une remise en cause, sans tabou, de l’ordre établi, tant les conditions actuelles sont des plus complexes et des plus périlleuses pour la nation. Il s’inscrit, pour sa réalisation, dans le cadre d’un projet novateur, qui s’articule autour d’un objectif : la rupture sans reniement.

La rupture est certainement un mot fort, qui fait peur aussi bien à la minorité qui, s’accommodant de ce système – ou de ce qu’il en reste –, œuvre pour le perpétuer, qu’à l’écrasante majorité qui, tout en appelant le changement de tous ses vœux, en redoute les retombées. A cette majorité, je dis que, ce dont ils doivent avoir légitimement peur, ce sont les maux générés par ce système qui poussent nos enfants à fuir leur pays et qui empêchent ce peuple d’y vivre sereinement dans le confort et le bien-être et de profiter pleinement des richesses qu’il est potentiellement en mesure de leur offrir.

Algériennes, Algériens,

La rupture s’impose à nous, si nous voulons aller de l’avant. La question se pose en termes existentiels pour la nation,  pour renouveler le serment avec ceux de Novembre et sauver l’Algérie pour laquelle tant de sacrifices ont été consentis. Cette rupture, je la perçois comme démarche salvatrice. Je la scande comme voie, non pas pour choquer les esprits, mais parce que j’estime qu’elle est, au point où en est le pays, le seul remède contre les maux qui rongent notre nation, notre société et nos institutions entamant dangereusement notre base sociale et mettant en péril réel la République. Je l’envisage sans reniement des valeurs de Novembre. De ces dernières, nous en sommes tous jaloux. Elles ont façonné la nation algérienne et l’Etat national naissant et donné sens à notre «moi» national. Non seulement, ensemble, nous les restaurerons, parce que la déviance de la trajectoire novembriste les a ternies, mais nous en ferons le socle éternel de la deuxième République que nous nous promettons d’édifier pour mettre définitivement l’Algérie en phase avec ce que je pense être sa destinée.

Algériennes, Algériens,

Général-major à la retraite sur ma demande depuis 2015, ma carrière a été une construction personnelle, sur la base de convictions personnelles profondes, ancrées dans mon subconscient par le milieu nationaliste et ouvrier qui a été celui de mon enfance et de ma jeunesse. Ces convictions ont non seulement orienté mes choix fondamentaux, mais elles m’ont permis de trouver dans les rangs de l’Armée nationale populaire, que j’ai servie pendant quarante-deux ans, le terreau qui a raffermi, en mon for intérieur, l’amour de la patrie et le sens du devoir envers la nation. Durant ma carrière militaire, j’ai vécu de mon salaire comme unique source de revenus, comme, présentement, je vis de ma seule pension de retraite et j’en tire orgueil et satisfaction.

Algériennes, Algériens,

Cette deuxième République qui représente le cœur de notre projet politique, nous la rebâtirons sur la base d’une réelle refondation démocratique et d’une totale reconfiguration institutionnelle dans le moule d’un projet de société moderniste, dont le peuple aurait participé à la définition de la philosophie autant qu’à la mise en œuvre. Ce projet ne saurait se réaliser sans l’indispensable jonction du peuple avec son élite. En cela, les «Six immortels» nous ont montré le chemin. Ils ont rêvé d’une Algérie libérée et indépendante. Elle l’est. Nous rêvons d’une Algérie réellement démocratique, fière, prospère et moderne. Elle le sera. Tel est notre pari».

Alger le 20 janvier 2019

Ali Ghediri

Comment (219)

    Ghg
    6 février 2019 - 10 h 21 min

    N’oublie pas le coup de Rachid Nekkaz, ils peuvent facilement volés vos signatures et les dispersés

    Turqui
    25 janvier 2019 - 10 h 29 min

    but de la révolution Novembre 1954:
    1. La restauration de l’État algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques3. ( cette phase grâce à Dieu a été acquise pour avoir un Etat )
    2. Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions. (cette seconde et importante demeure une lutte contre la servitude . Ce sublime concept de démocratie mère de toute les liberté comme il figure selon l’article (2 ) a été dévié. Voici que vous déclarez revenir fondamentalement sur l’esprit de Novembre 1954. C’est cela que le peuple attend depuis 56années. Sensé est plein d’espoir de votre engagement comment le peuple ne puisse pas vous soutenir jusqu’à la victoire? Que Dieu Allah vous guide sur ce chemin que tant de martyrs y ont donné leur vie , non pour des gueux. Ensemble soignons ce mal qui n’est point de la nature de cette Algérie sublime historiquement.
    J’ai une lettre en ce sens à vous transmettre Monsieur le Général Major en retraite pour une candidature à l’élection présidentielle. Que Dieu fasse de vous et de ceux qui vous aident à réussir dans cette noble Tâche. contre l’asservissement , la bouffonnerie, l’inculture. Vive l’Algérie de Novembre 1954 et ses vaillants combattants. J’ai une longue lettre qui vous ai destinée , mais je ne sais comment vous la remettre , Monsieur Ali Ghediri.

    Les deux principaux concepts de la révolution

    2
    1
    Lahouaria
    23 janvier 2019 - 20 h 25 min

    Cet homme a engagé le conseillé de Sarkozy. Abderrahmane Dahmanecomme si on a besoin de dépendre de Fafa pour constituer un état de droit.
    Sarkozy ce n’est pas celui qui a pondu le Chaos de Libye!
    Je ne fais plus confiance aux candidats algériens, vivement Boutef même grabataire, un vrai patriote…

    6
    15
    TAMOURT
    23 janvier 2019 - 19 h 11 min

    Si M. Ghediri s’engage
    1 à rendre leur Honneur durement malmené ces dernières décennies aux Algériens –
    2 à harmoniser la Constitution Algérienne truffée d’erreurs à dessein (terre ‘arabe’ sic! constantes incohérentes, langues inégales, etc..-
    3 à retirer définitivement notre pays des ‘syndicats’ politiques orientaux que sont la ligue arabe, toutes ses structures et le Maghreb dit arabe inféodé à l’orient –
    4 à rebâtir la NATION Algérienne millénaire au diapason de son Histoire Amazighe Authentique –
    5 à instituer l’égalité entre hommes et femmes-
    6 à instaurer une procédure d’ ‘enquête publique’ sur tous les abus et l’enrichissement illicite –
    7 à ouvrir illico des postes d’emploi notamment au profit des jeunes diplômés universitaires –
    8 à impliquer et organiser notre diaspora à travers le monde en vue de sa contribution effective multiforme à l’économie de notre pays,
    Je m’engage à voter pour lui. Tanemirt
    Mohand TAMOURT

    14
    13
    THAMOURTH
    23 janvier 2019 - 18 h 43 min

    Si M. Ghediri s’engage 1 à rendre leur Honneur durement malmené ces dernières décennies aux Algériens – 2 à harmoniser la Constitution Algérienne truffée d’erreurs à dessein (terre ‘arabe’ sic! constantes incohérentes, langues inégales, etc…-3 à retirer définitivement notre pays des ‘syndicats’ politiques orientaux que sont la ligue arabe, toutes ses structures et le Maghreb dit arabe inféodé à l’orient – 4 à rebâtir la NATION Algérienne millénaire au diapason de son Histoire Amazighe Authentique – 5 à instituer l’égalité entre hommes et femmes- 6 à instaurer une procédure d’ ‘enquête publique’ sur tous les abus et l’enrichissement illicite – 7 à ouvrir illico des postes d’emploi notamment aux profit des jeunes diplômés universitaires – 8 à impliquer et organiser notre diaspora à travers le monde en vue de sa contribution effective multiforme à l’économie de notre pays, Je m’engage à voter pour lui. Tanemirt

    7
    10
    Anonyme
    23 janvier 2019 - 16 h 10 min

    Un conseil à monsieur ghadiri ali maintenant que les khoubsistes du systeme sont entrain de voir votre montée en flèche , ils vont venir comme des larbins vous miroiter leurs offres de services ! en général ils proviennent du FLN et du RND et des partis microscopiques du systeme ; alors là faites attentions de ces soutiens du dernier quart d heure c est eux qui ont coulè l Algérie ! mr Ghediri ali vous avez le soutient du peuple algerien abstentionniste (90/00 ) de la population et ça vous suffi largement pour écraser la vermine au pouvoir ! svp évitez cette race de hizbistes ; le peuple vas mettre sa confiance entre tes mains pour un changement radical pour une 2eme nouvelle république ou l administration des énarques du RND et des opportunistes de la chkara du FLN soit exclus ! un citoyen qui vous soutient pour sauver l Algérie des prédateurs de l oligarchie !

    12
    3
    EL Che
    23 janvier 2019 - 12 h 06 min

    OUI MON GENERAL ………….

    12
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.