Mokri : «Les choses ont beaucoup changé par rapport à 2014»

Mokri Mouvement
Abderrazak Mokri. New Press

Par R. Mahmoudi – Hyperactif depuis quelques semaines, le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Mokri, s’attache depuis quelques jours à apparaître comme incontournable sur la scène politique, tout en essayant de tirer son épingle du jeu après sa dernière mésaventure qui l’a plutôt discrédité aux yeux de l’opinion publique.

En enchaînant meetings, conférences de presse, interviews à la presse, commentaires sur les réseaux sociaux, le chef de file des islamistes cherche à se replacer rapidement et mettre son parti devant le fait accompli, sachant que le majliss echoura (conseil national) du MSP se réunira le week-end prochain pour trancher la question de sa position par rapport à la présidentielle du 18 avril 2019.

Lors d’un meeting, dimanche à M’sila, son fief, Mokri a réaffirmé que son parti était prêt à se lancer dans la course à la présidentielle. Pour lui, «les choses ont beaucoup changé par rapport à la précédente échéance de 2014», dans un sens où il y aurait une plus grande ouverture, alors qu’il y a quelques jours il pérorait que l’option du cinquième mandat fermait définitivement le jeu à une possibilité d’alternance.

Or, dans son discours, il décrit une situation ambigüe. «Deux clans se disputent le trône, dit-il. L’un souhaite un cinquième mandat pour Bouteflika, l’autre cherche à nommer un candidat au sein du système.» Ce conflit risque sérieusement, selon Mokri, de «conduire le pays vers le chaos».

Jouant les arbitres, il explique que son parti souhaite réconcilier les deux camps, arrêter ce conflit et aller à une période de consensus, tout en insistant sur le refus de sa formation d’une réélection de Bouteflika pour un cinquième mandat ou d’un pouvoir héréditaire.

Par ailleurs, il a estimé que son parti «est capable, à lui seul, de gouverner le pays. En cas d’élections libres, propres et démocratiques, le prochain président sera issu du MSP.»

R. M.

Comment (8)

    Anonyme
    22 janvier 2019 - 4 h 37 min

    C’est le compte bancaire de mokri qui a changé. En plus des voyages payés vers la Turquie.
    Tes joues sont devenues ROSES. Tu te gaves bien. C’est ce qui a changé.
    Vous êtes des chômeurs bien payés.
    Des Chômeurs de LUX.

    14
    Tredouane
    21 janvier 2019 - 18 h 59 min

    Vous n’avez aucune capacitiste à gouverné l’Algerie ,car tout simplement aucun partis politique ne le peux,le prétendre c’est juste ne pas comprendre les enjeux géopolitiques mais aussi et qui est plus grave une ignorance de la composante de la doctrine Algérienne.

    9
    1
    LE NUMIDE
    21 janvier 2019 - 10 h 17 min

    CE PERSONNAGE VEUT JOUER LE MORSI DE L’ALGERIE … C’EST UN AVENTURIER SANS VERGOGNE CAPABLE DE FAIRE DE CE PAYS UN REPAIRE POUR L’INTERNATIONALE TERRORISTE DES FRÈRES MUSULMANS DE SON ACABIT … IL EST DANGEREUX COMME SA CONFRÉRIE DES FRÈRES MUSULMANS ÉGYPTIENS ET NE VEUT NI PLUS NI MOINS QUE DÉTRUIRE L’ETAT NATIONAL POUR LE REMPLACER PAR LA GUERRE CIVILE OU PAR SON CALIFAT FACTICE (…)

    pourtant la solution est claire et tous les algeriens sincères l’appellent de leur vœux pour passer à la future étape . Bouteflika décide d’une alternance nationale réfléchie et consensuelle avec les institutions et les personnalités sérieuses et que cesse cette guerre de clans digne des mafias de Cleveland et cessent ces fantasmes demoKratiques et ces foultitudes de candidatures…
    L’ALGERIE, il lui faut un Stratège , un Chef qui a le charisme , la Vision et le Desir de conduire cette nation pour son bien… un Seul CHEF pas 40 … LEQUEL ?? il faut le Meilleur , l’homme de la situation , il faut le choisir, lui obéir et marcher avec lui vers le salut et la Victoire Nationale…

    10
    Discours perimé
    21 janvier 2019 - 9 h 19 min

    Nous refusons les idéologies nous exigeons la réforme pour le développement et la modernité, les hommes en blouses longues ne font pas partie du choix des algériens.

    15
    2
    Le Duc D'Alger
    21 janvier 2019 - 8 h 50 min

    La danse des barbus un pas en avant deux pas en arrière, attention les dégâts, comme par hasard tout les barbus aiment l’argent facile et le commerce illecite,et pour une carte de séjour ils sont capables d’offrir le pays à nos ennemis le cas d’un barbu réfugié en Belgique

    15
    1
    Anonyme
    21 janvier 2019 - 7 h 45 min

    Rien n’a changé. Rien ne changera jamais. Les clans finiront par s’arranger et organiseront un grand dîner. Un immense méchoui sera servi. Vous voyez qui servira de méchoui ?

    7
    1
    Anonyme
    21 janvier 2019 - 7 h 34 min

    Ou c’est les islamistes du régime ou alors c’est les militaires du régime, sinon c’est bouteflika, le régime. La toile est bien préparée pour fair vaincre les criminels de toute facon

    6
    1
    La pieuvre du régime criminel
    21 janvier 2019 - 7 h 13 min

    Le régime et ses tentacules. d’une part les militaires de l’autres les islamistes, le tout pour éviter l’alternative!!

    7
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.