Messahel à partir de Washington : «L’Algérie pays stable dans une zone de turbulences»

Washington
Messahel a souligné que l’Algérie est un havre de stabilité. D. R.

Dans la cadre de la conférence qu’il a donnée, ce lundi, au Centre des études internationales stratégiques de Washington, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a souligné que l’Algérie «est un havre de stabilité dans une zone marquée par de grandes turbulences du fait des crises et des menaces sécuritaires qui y sévissent».

Il a, à ce titre, souligné que cette stabilité dont jouit l’Algérie après une décennie de terrorisme, est le résultat d’une démarche de paix qui a débuté par la politique de concorde civile suivie par celle de la réconciliation nationale, mettant ainsi fin à la tragédie nationale et orientant les ressources du pays vers les objectifs de développement socio-économique.

«L’Algérie conserve sa stabilité malgré les multiples défis d’ordre sécuritaire et les crises et conflits dans la région», a-t-il ajouté, précisant que cette capacité de l’Algérie à préserver sa sécurité et sa stabilité «est le résultat d’une démarche globale».

Il a ajouté que l’Algérie a mis progressivement en œuvre des politiques globales de déradicalisation se fondant notamment sur la réappropriation de l’identité nationale, la promotion du référent religieux national d’un islam d’ouverture et de tolérance.

«Ce sont ces réalisations qui permettent à l’Algérie de préserver sa stabilité et sa sécurité et, partant, de contribuer à la stabilité régionale», a conclu le ministre des Affaires étrangères.

Abdelkader Messahel se trouve à Washington dans le cadre de la tenue de la 5e session du dialogue stratégique algéro-américain qu’il coprésidera avec son homologue Michael Pompeo, ce mardi.

R. N.

Comment (7)

    Anonyme
    29 janvier 2019 - 12 h 48 min

    «L’Algérie pays stable dans une zone de turbulences»… Sauf que la C.I.A déconseille aux americains de visiter l´algerie, et pour les businessmen de ne pas s´eloigner de la capitale alger, pour le Foreign Office, il classe l´algerie dans la liste des pays instables, ou présente des risques, á déconseiller.

    11
    debouchage canalisation
    29 janvier 2019 - 12 h 23 min

    superbe!

    Entêté Messahel
    29 janvier 2019 - 11 h 59 min

    Le pouvoir algérien doit avoir l’honnêteté politique de reconnaître que s’il prétend avoir réussi ce qu’il appelle la « réconciliation nationale », c’est parce qu’il a gracié juridiquement les criminels sans même exigés d’eux un tout petit pardon aux victimes et qu’il les a arrosé de diverses prébendes grâce à la rente utilisée sans le contrôle de quiconque !

    En ce qui concerne « ses » politiques globales de dé-radicalisation, il faut savoir que le bilan ne peut pas être encore fait quand on constate que l’école de la république et certaines mosquées sont toujours en train de produire les futurs djihadistes , avec la complicité du pouvoir politique par sa façon d’éluder ces questions et de regarder ailleurs ! Tous nos jeunes n’ont plus que la drogue, la harga, la mosquée comme moyen d’évasion, et avec comme culture et connaissance principales le livre Coranique que chacun interprète d’ailleurs à sa façon ! On remarque que c’est plutôt le mauvais islam, l’islam de la régression qui est entrain de gagner de plus en plus du terrain dans la société algérienne ! Et sur çà, les américains ne sont pas dupes !

    13
    anti menteurs
    29 janvier 2019 - 11 h 32 min

    Ce qui n’a pas été dit; il est allé acheter un soutien pour un 5eme mandat en contre partie les américains auront le pétrole , la coopération militaire et la soumission de la politique algerienne à celle de l’oncle sam .

    13
    1
    Anonyme
    28 janvier 2019 - 21 h 48 min

    Depuis notre indépendance en 1962 j ai jamais vu un président des USA foulé le pied en Algerie pour vous dire l estime qu ils ont pour nous ; c était juste un constat donc la réciprocité c est quand ca nous arrange du vent et rien que du vent en fait . Normalement il pourrait faire l effort mais non c est tjrs les secrétaires d états pour l Algerie et le Maghreb qui nous envoi , pas l Afrique Obama s y est rendu. A quand la venue d un président US en Algerie et c est ca la réciprocité et les bnes relations aussi ? Allez Trump on t aime ben en Algerie car tu discutes avec Poutine le coréen du Nord et tu détestes Macron et Merkel . En fait je crois qu ils ont tous peur de l Algerie ses présidents américains sinon y en a bien un qui serai venu ; hé non!

    12
    8
    Anonyme
    28 janvier 2019 - 20 h 19 min

    Les frontières sud du pays risquent désormais d’être très ennuyeuses pour les algériens migrants subsahariens, terroristes, narco trafiquants, mafia subsaharienne qui a commencé à s’installer en Algérie, milices subsahariennes déguisés en travailleurs sur les chantiers de bâtiments.. Donc fermeture des frontières sud à jamais et éradication de l’immigration subsaharienne pour apaiser les turbulences.

    20
    12
    Bouclage de la frontiére SUD
    28 janvier 2019 - 20 h 17 min

    Les frontières sud du pays risquent désormais d’être très ennuyeuses pour les algériens migrants subsahariens, terroristes, narco trafiquants, mafia subsaharienne qui a commencé à s’installer en Algérie, milices subsahariennes déguisés en travailleurs sur les chantiers de bâtiments.. Donc fermeture des frontières sud à jamais et éradication de l’immigration subsaharienne.

    11
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.