Libye : Haftar déclare Ghassan Salamé persona non grata

Libye Salamé
Ghassan Salamé. D. R.

Le chef de l’Armée nationale libyenne, le maréchal Khalifa Haftar, a déclaré Ghassan Salamé, le représentant spécial du secrétaire général de Nations unies, persona non grata dans son pays. Selon la presse française, le diplomate libanais a été accusé officiellement par le porte-parole de l’ANL, Ahmad Al-Mismari, de soutenir une partie des Libyens contre l’autre. Une accusation qui vient s’ajouter à la vague d’attaques sans précédent dont Ghassan Salamé est la cible depuis la mi-janvier.

Nombre de voix libyennes l’accusent, en effet, d’avoir échoué à résoudre la crise, d’être à la fois juge et partie et de prendre la défense des islamistes. Elles réclament désormais son départ. Aguila Saleh, le président du Parlement, l’accuse, par exemple, de s’être rangé du côté du Conseil présidentiel et du gouvernement d’entente nationale, dirigés par Fayez El-Sarraj. Un gouvernement soutenu par la communauté internationale mais qui n’a jamais été entériné par le Parlement.

Attelé à organiser une conférence nationale libyenne et des élections dont l’échéance est sans cesse reculée, l’émissaire de l’ONU semble de plus en plus chargé d’une mission impossible. Il s’en est ouvert dans un entretien accordé au journal La Croix , publié le 24 janvier. Pour lui, «la réconciliation nationale est un grand mot et un bel objectif» mais pas adapté à la situation actuelle en Libye où «il n’y a pas de vrai différend». «Il y a, en fait, des réseaux criminels, financiers, politiques et armés qui ont kidnappé le pays, kidnappé les institutions. Il faut libérer les institutions pour que la volonté puisse s’exprimer», a-t-il dit.

Selon lui, ce qui se passe en Libye est une rivalité pour le contrôle des richesses nationales et il faut démanteler «les réseaux qui ont mis la main sur la rente pétrolière par le biais de groupes armés et de banquiers véreux» si l’on veut faire avancer le processus politique.

S. S.

Comment (6)

    Felfel Har
    30 janvier 2019 - 17 h 14 min

    Quand est-ce que Haftar et ses marionnettistes moyen-orientaux, totalement à la solde de l’Empire du Mal, comprendront-ils qu’ils se disqualifient en encourageant des positions extrêmes, s’agissant de ce conflit inter-libyen? Parce qu’ils sont à l’origine même du problème, ils ne peuvent plus prétendre constituer la moindre solution. Les vautours s’accommodent bien de cette situation de ni guerre ni paix, cad tant que personne ne vient leur contester le vol et le pillage du pétrole et du gaz libyens.

    Anonyme
    30 janvier 2019 - 15 h 52 min

    bravo HAFTAR seul les militaires peuvent faire régner l’ordre en Lybie .. contre les frères musulmans égyptiens et les milices terroristes et leurs parrains turcs et qataris

    6
    4
    Anonyme
    30 janvier 2019 - 9 h 24 min

    Haftar est l homme fort de la Lybie…..Ghassan Salame a ete devie de sa veritable mission…..Les Lybiens doivent decider d eux memes leur avenir…ils ont une armee sous la conduite du Marechal Haftar qui saura remettre de l ordre.Il faut aider l armee Lybienne a se debarrasser des groupes terroristes de Abdelhakim Belhaj…cet homme est tres lie a plusieurs services de renseignements etrangers ayant fait partie d El Qaida en Afghanistan …..

    8
    7
    anonyme
    30 janvier 2019 - 7 h 50 min

    Bravo Haftar ! Salame est le petit toutou des atlanto-sionistes. Sa fille Lea est mariée à un Juif de France … !

    13
    6
      Anonyme
      30 janvier 2019 - 20 h 30 min

      Hala Salame de son vrai nom qui est donc fille de et de surcroît une atlanto-ultrasioniste qui officie comme journalope sur france inter france TV est donc avec Raphaël Glucksmann qui n’est autre que le fils de lui aussi André Glucksmann.
      La corruption dans toute sa splendeur sans filiation généalogie ils n’auraient aucun poste ni crédit caution meRdiatique.

        Anonyme
        30 janvier 2019 - 22 h 44 min

        Raphaël Glucksmann est un proche de BHL Mohamed Sifaoui et un ardent partisan et défenseur de l’invasion de l’Irak de la guerre en Irak.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.