La Russie suspend sa participation au traité «INF»

Russie
Poutine a également ordonné d’arrêter les tentatives d’ouverture de négociations. D. R.

Le président Vladimir Poutine a annoncé ce samedi la suspension de la participation de la Russie au Traité sur les missiles nucléaires à portée courte et moyenne (INF). «Les partenaires américains ont annoncé qu’ils suspendaient leur participation au traité. Nous suspendons aussi notre participation au traité », a affirmé le président russe lors d’une réunion avec les ministres de la Défense, Serguei Choigu, et des Affaires étrangères, Serguei Lavrov.

Poutine a également ordonné d’arrêter les tentatives d’ouverture de négociations sur le traité «INF», soulignant que «toutes les propositions de la Russie dans ce domaine sont, comme auparavant, sur la table, les portes des négociations sont ouvertes». «Attendons que nos partenaires mûrissent afin de mener un dialogue égal et constructif avec nous sur cet important sujet, à la fois pour nous, pour nos partenaires et pour le monde entier», a-t-il indiqué.

Rappelant les différentes initiatives russes de soulever la question des négociations de fond sur le désarmement sous tous ses aspects, Poutine a déploré que ces initiatives ne soient pas soutenues par des partenaires, mais au contraire, certains prétextes sont recherchés pour démanteler le système de sécurité internationale déjà établi. La Russie ne sera pas entrainée dans une «coûteuse» course d’armement suite à la suspension de sa participation au traité «INF», a assuré Poutine, soulignant que les missiles russes à courte et à moyenne portée ne seront déployés dans diverses régions du monde que lorsque des armes américaines similaires seront déployées.

R. I.

Comment (6)

    Anonyme
    6 février 2019 - 19 h 42 min

    soi auqu’un pays ne possède l’arme nucléaire donc le monde reste tranquille, ou tous le monde possède cette arme et le monde reste tranquille chacun a l’intérieur de ces frontières. parceque cette arme nucléaire et devenue une gadget a réaliser meme par les pays les plus pauvres pauvres.

    Apache
    2 février 2019 - 22 h 35 min

    Au cas où une course aux armements est de nouveau déclarée entre la Russie et les USA, Le Monde deviendrait otage entre ces deux super puissances militaires. Je pense même qu’ill’est déjà. A eux deux elles possèdent déjà assez de puissance nucléaire pour détruire notre planète plus de 1000 fois. Et sans être cynique, je dirais qu’il n’y aura aucun vainqueur, les super puissances s’auto détruirons emportant sur lur sillage les autres pays non nucléaires. En d’autres termes, ça sera lafin du Monde.

    Elephant Man
    2 février 2019 - 22 h 19 min

    Réciprocité, réponse claire et pertinente de Poutine.
    Le MAE Iranien Javad Zarif a ironisé sur le retrait US du INF (et par extension le retrait du PGAC) « les accords avec le gouvernement américain ne valent même pas l’encre utilisée pour les écrire et les signer ».

    11
    Felfel Har
    2 février 2019 - 21 h 50 min

    C’est la seule réponse qui donnera à réflêchir à ceux qui conseillent Trump qui n’a, par ailleurs, aucune idée sur les vrais enjeux consignés dans ledit Traité. Poutine a les mains libres pour ordonner une amélioration de ses missiles à courte et moyenne portée. Voilà de quoi inquiéter les pays baltes et scandinaves, les Roumains et les Polonais qui ont permis l’installation sur leur sol de missiles US pointés sur la Russie. En cas de conflit, ils seront les premiers à être détruits, car les missiles russes chercheront surtout à neutraliser la menace la plus proche. Trump ne pourra rien pour eux.
    La classe politique américaine s’interroge pour connaître le prochain Traité signé par leurs autorités et qui sera charcuté par Trump. America first? America great again?

    10
    Tredouane
    2 février 2019 - 21 h 06 min

    Je pense que les décisions ne vont pas dans le centre des intérêts de l’humanité,une grande course à l’armements non conventionnels,de quoi garantir la destruction de la vie sur terre,les gouvernements devient de plus en plus dangereux même pour ceux qui les ont « élus ».

    Antisioniste
    2 février 2019 - 20 h 40 min

    Les pièces se mettent en place, je sent que cette année 2019 va être plutôt un peu particulière globalement et localement parlant..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.