Arsenaux de guerre saisis : qui cherche à saboter la présidentielle d’avril ?

armes rapport
Les saisies d'arms par l'ANP ont été importantes durant 2018. D. R.

Par R. Mahmoudi – Le dernier rapport du ministère de la Défense nationale pour l’année 2018 a révélé que les unités et les détachements de l’ANP avaient déjoué 30 tentatives d’introduction de 10 types d’armes de guerre en Algérie en provenance de pays voisins. C’est la preuve que les périls qui guettent le pays restent entiers et que les groupes armés, alliés avec les réseaux de contrebandes et autres organisations transfrontalières du crime organisé, n’ont jamais désespéré de transplanter leur action en Algérie, nonobstant une vigilance accrue des forces de l’ANP et les dizaines de redditions de terroristes enregistrées au cours de ces derniers mois.

Le rapport annuel du ministère de la Défense nationale, établi sur la base des saisies quotidiennes effectuées par les détachements de l’ANP, montre qu’il y a de plus en plus de tentatives d’introduction d’armes à travers la frontière algérienne, en passant par des pays voisins tels que le Niger, le Mali ou la Libye. Ces saisies sont effectuées essentiellement dans les régions de Tamanrasset, Adrar et Illizi.

Inventoriant les quantités d’armes saisies dans chaque opération, le rapport annuel fait état de 10 types d’armes différents, dont des armes moyennes et légères, en plus des munitions que les contrebandiers ont tenté de faire passer clandestinement en Algérie, avant d’être arrêtées par les forces armées au cours de trente opérations. Il s’agit de Kalachnikovs de type léger, de fusils MPK lourds, de fusils de guerre, de pistolets automatiques, d’obus de mortier, de roquettes Katioucha, de missiles RPG-7, de mines et réservoirs antipersonnel et, enfin, d’explosifs TNT.

Dans son bilan annuel de 2018, le ministère de la Défense nationale indique que les forces armées de différentes unités ont saisi 707 armes, dont 231 Kalachnikovs, 388 fusils, 25 pistolets, 48 mitrailleuses, 15 lance-roquettes, 399 entrepôts de munitions, 52 caisses de munitions, 94 764 cartouches de divers calibres, 42 grenades, 143 charges propulsives, 160 détonateurs, 457 capsules d’explosifs et 498 obus.

Ces opérations témoignent de la vigilance constante des forces armées aux frontières sud et sud-est. En revanche, la qualité des armes saisies révèle un élément très important, selon le MDN, à savoir l’identité des groupes impliqués dans ce type de contrebande qui n’a rien à voir avec les activités traditionnelles des bandes activant dans cette zone.

La nature des armes saisies indique clairement, enfin, que des officines étrangères tentent de mener une action spectaculaire, à l’image de l’attaque échouée contre le site gazier de Tiguentourine en janvier 2013. Une action que ses planificateurs voudraient sans doute mener à l’approche de l’échéance électorale d’avril prochain dans l’espoir de perturber le processus politique.

R. M.

Comment (30)

    Anonyme
    4 février 2019 - 22 h 47 min

    Pourquoi il y a elections en Algerie????

    Anonyme
    3 février 2019 - 21 h 49 min

    Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures. La véritable question à poser serait plutôt la suivante : «Qui cherche donc à saboter le Pays en entier ?».
    Et la réponse est aussi claire que l’eau de roche : Ceux qui veulent lui imposer un 5ème mandat consécutif de fakhamatouhoum et nul autre que ceux là !
    Que chacun assume donc l’entièreté de ses responsabilités, devant Allah d’abord et devant les 42 millions de citoyens algériens ensuite. Aucun être humain n’est éternel, quelque soit la puissance dont il peut bien se targuer, et tout le monde passera à la caisse, ici bas avant l’au-delà.
    Ya sa3dou ya fa3el el-kheïr.

    Chibl
    3 février 2019 - 21 h 20 min

    Dans les saisies d’armes n y a t il pas de MIG29 , des sous marins ou des missiles intercontinentaux?
    Si nous prenons en compte le nombre de casemates saisies, l’Algérie serait un véritable gruyère, YAKHI HALA YAKHI;

    6
    1
    Anti khafafich
    3 février 2019 - 20 h 30 min

    Tout le monde pense que l Algérie est sans président donc sans état donc sans force sans défense, d ou ces soi disant migrants qui continuent d affluer, d ou ces terroristes qui n arrêtent pas aussi d affluer, d ou aussi les insultes des prostituees (marrok, arabes du machreq…) qui n arrêtent pas aussi d affluer. Le mal est interne, marre de votre incompétence !

    16
    3
    Imperméabilité aux frontieres mali niger
    3 février 2019 - 14 h 16 min

    La circulation massive des subsahariens clandestins en Algérie inquiète le peuple algérien, ces peuples ne se gênent pas pour rentrer illégalement en Algérie, on les voit vagabonder tous avec des sacs à dos qui peuvent contenir des armes, des munitions, armes blanches…. Qui sait ??

    24
    11
    beynines
    3 février 2019 - 12 h 58 min

    M.O, Fafa, Mahzen, Oghlu
    Nettoyer le Bled d’abord ! Ne pas nourrir les ingrats et autres vipères.
    VIVA LA RASD LIBRE !

    22
    11
    Anonyme
    3 février 2019 - 12 h 44 min

    On constate que les commentaires qui évoquent « patriotiquement » les méfaits et les mauvaises conséquences de la migration subsaharienne sont votés négativement, pourquoi ces votes négatifs nous ne disons que la vérité sur cette néfaste intrusion.

    20
    11
    Elephant Man
    3 février 2019 - 12 h 11 min

    FRONTIÈRES HERMÉTIQUEMENT FERMÉES DE TOUTE PART
    Mur et Blindage avec tout le matos nécessaire et hauteur 20 m au moins..
    Vigilance accrue de nos services de sécurité et ANP
    VIVE L’ANP QU’ALLAH PROTÈGE LA MÈRE PATRIE ALGÉRIE SON PEUPLE ET SON ANP

    26
    14
    socrate
    3 février 2019 - 11 h 48 min

    Belle mise en scène juste avant les « élections » présidentielles !! Sans commentaire …

    36
    32
      Felfel Har
      3 février 2019 - 16 h 00 min

      @Socrate
      Ces multiples saisies d’armes me rappellent étrangement l’affaire de Cap Sigli, quand Boumédienne (Allah yarrahmou) finissait ses derniers jours. « I smell a rat » disent la Américains pour signaler un coup fumant.
      Salutations!

      16
      4
    Oui, mais ...
    3 février 2019 - 11 h 09 min

    Déclarer saisir des armes c’est très bien mais les masses prolifiques d’intrus illégaux subsahariens qui se trouvent en Algérie en piétinant nos lois (ces lois qui exigent un visa) ne crédibilisent pas beaucoup des déclarations du genre « les frontières sont bien gardées »… Vu ces mouvements massifs d’illégaux, il n’est pas étonnant de découvrir des caches d’armes. Pour gagner en crédibilité il faut traduire en justice tout individu dont la présence est illégale et le renvoyer exactement par où il est entré (ils peuvent mentir sur leur nationalité). On ne comprend pas pourquoi notre zone maritime est bien gardée (voir le récent incident d’un bateau de pêche) alors que les frontières terrestres sont (ou ont été) traversées massivement et illégalement. Que fait notre justice pour appliquer les lois ? Que font les responsables concernés ? Y en a qui ne se rendent même pas compte des conséquences à plus ou moins long terme de cette situation : violences inter-ethniques (par exemple Afrique du sud, allez voir les horreurs sur Internet …), métissage massif, perte d’identité (sans parler d’infiltration d’éléments déstabilisants comme on l’a été maintes fois dit). Pourquoi les ambassadeurs des pays qui nous envoient massivement ces clandestins (ou ferment les yeux sur eux) n’ont pas été convoqués pour leur passer un message fort. Ces pays ont des dirigeants qui s’achètent (ils ont installé chez eux des bases militaires étrangères). Ils ne nous apportent que des problèmes, ils ne nous respectent pas en agissant ainsi. Peut être même qu’ils encouragent sournoisement l’envahissement (comme projet) de notre pays avec le soutien de diverses organisations de « droits de l’homme » et d’autres puissantes entités qui agissent dans l’ombre.

    59
    9
      Anonyme
      3 février 2019 - 12 h 22 min

      Vous avez toute autre fait raison, la machine invasion de l’Algérie pat les noirs africains semble avoir été mise au ralenti mais elle se poursuit comme même doucement et sûrement, certains traîtres algériens y sont pour beaucoup de choses dans cette étrange migration et subsaharienne par dessus tout.
      Il paraît qu’à Oran les mendicité subsaharienne a repris de plus belle, on ne peut pas imaginer que ces intrus peuvent défier les capacités de l’armée nationale, il faut éradiquer ce phénomène.

      28
      6
    Faire peur ?!
    3 février 2019 - 10 h 55 min

    S’il vous plait Monsieur R. Mahmoudi auteur de l’article, ne cherchons pas à faire peur aux citoyens algériens! Le trafique d’arme n’a rien à voir avec un événement particulier comme les présidentielles. C’est une menace permanente compte tenu de la situation dans la région à laquelle doit faire face l’armée algérienne sans relâche , avec ou sans les présidentielles ! Pour l’instant aucun opposant politique ne pense à renverser le pouvoir par les armes ! Même le FIS n’y pense plus ! Mes respects !

    30
    6
    anti menteurs
    3 février 2019 - 10 h 39 min

    Mais pourquoi ces gens qui ont tenté d’introduire tout cet arsenal d’armes dans notre pays n’ont pas été traduit en justice ?

    29
    2
    Anonyme
    3 février 2019 - 10 h 04 min

    En Algérie, il y a toutes sortes de félons,
    Ceux qui ont quitté frauduleusement le territoire national puis revienne en Algerie quelques années plus tard avec une carte de séjour étrangère sans être inquiété. Il y a les berberistes sans foi ni loi qui sont prêts a vendre le pays pour un plat de lentilles français,il y a des fonctionnaires qui sont infiltrés dans les rouages de l état afin de l imploser,il y a les médias Algériens qui donnent l impression dans ses informations de travailler pour des force occultes.

    29
    33
      Anonyme
      3 février 2019 - 20 h 49 min

      Pathétique!!!

      3
      1
      Ah bon
      3 février 2019 - 23 h 31 min

      Parceque tu assimiles les berberistes a fafa. Si tu connaissais l’Histoire de ton pays tu saurais que ce sont eux qui l’ont combattu. La jugeote est faite pour etre utilisee.

    Algerian
    3 février 2019 - 9 h 50 min

    La Russie connait parfaitement les manoeuvres du rabat-teur marocain sans foi ni loi.

    17
    11
    Anonyme
    3 février 2019 - 9 h 03 min

    J’aimerais savoir pourquoi un pauvre pêcheur tunisien égaré dans nos eaux territoriales pour pêcher quelques sardines qui de toutes façons seraient mortes de vieillesse et qui fuyait vers son chez lui a été tué alors que des centaines de clandos venus du Sud violent impunément la frontière terrestre au rythme de 500 par jour sans qu’on leur tire dessus. N’y aurait il pas le même massage fort qu’aux violeurs d’eaux territoriales à leur envoyer ?
    Pourquoi le sud devenu si dangereux pour la sécurité nationale n’est il pas déclaré zone militaire avec tir à vue sur tout intrus se croyant en terre sans maitre ? Qu’est ce qui est le plus important, garder nos sardines dans la mer ou sauver notre territoire et notre population d’une invasion programmée ?

    57
    10
      Anonyme
      3 février 2019 - 10 h 36 min

      Constat juste. Quand des mendiants subsahariens et les autres milliers d’africains arrivent à défoncer l’entrée par cette frontière sud ça devient compliqué à comprendre, il faut que cette zone au frontières sud pleine de dangers deviennent zone militaire.

      24
      5
      nasser
      3 février 2019 - 11 h 03 min

      L’armée ne va pas crier sur tous les toits ce qu’elle fait, et Elhamdou lillah pour l’instant elle fait très bien son job.

      18
      18
        Anonyme
        3 février 2019 - 12 h 06 min

        On ne se doute pas des efforts de l’armée, un grand hommage aux patriotes militaires aux frontières sud mais ce qui est inquiétant ce sont les nombreux subsahariens (ce ne sont pas des étudiants) qui circulent dans les rues en groupes de jeunes et des mendiants qui arrivent à passer de Tamanraset au nord du pays et encore plus grave du niger à Tamanraset,Ya Latif.

        41
        Anonyme
        3 février 2019 - 22 h 08 min

        Mais soyons donc conséquents avec nous même ! Si les frontières sud n’étaient pas aussi poreuses, comment font alors ces milliers de subsahariens pour se retrouver non seulement à circuler librement dans notre immense Sahara, mais aussi dans toutes le villes du pays y compris les grandes villes côtières ?!?

      Anonyme
      3 février 2019 - 11 h 04 min

      Tant que l’éradication de la migration sud-africaine n’est pas réalisée tant que l’invasion programmée est bien en route à un rythme modéré.

      34
      3
    Anonyme
    3 février 2019 - 8 h 45 min

    Une des missions les plus urgentes et des plus importantes réservée au prochain président est le renforcement du bouclage ultra hermétique de la frontière Sud avec sanction ultra sévère des corrompus algériens aux alentours de ces frontières, ces algériens inconscients qui permettent le passage aux migrants et narcotrafiquants sud-africains.

    47
    2
    Ali 16
    3 février 2019 - 7 h 26 min

    Dans une dictature tout les moyens sont bons pour noyé le poisson dans l’eau, juste de la manipulation où à chaque approches des élections,la dictateurs devient Paranoïaque, invention des histoires drôles, reprocher à ceux qui sont contre eux tout les défauts de l’humanité,les dictateurs ont toujours raison, comme le peuple n’a pas le choix,alors soit subir ou partir, mais où

    40
    25
      Moskosdz
      3 février 2019 - 9 h 48 min

      @Ali 16//Par contre quand il s’agit de la propagande des USA et pays occidentaux qui inventent n’importe quel bobard pour mobiliser leur peuple,tu y crois.

      58
      11
      Elephant Man
      3 février 2019 - 12 h 05 min

      @Ali 16
      La guerre terroriste sioniste par procuration décennie noire ça vous parle… La Syrie, l’Irak plus près la Libye la Tunisie (révolution de jasmin zerma), le Yémen, …
      Le Venezuela…

      30
      9
        Anonyme
        3 février 2019 - 22 h 13 min

        Et bien entendu, «seul fakhamatouhoum est en mesure de nous sauver !», n’est-ce pas ?

    Anonyme
    3 février 2019 - 7 h 07 min

    Les frontières avec les pays subsahariens doivent être scellées pour toujours, rien ne nous convient en provenance de ces frontières sud avec le Mali et le Niger. Ne pas négliger avec laxisme le risque de la présence des nombreux migrants subsahariens pseudo travailleurs encore en Algérie et d’autres dans l’attente de rentrer en Algérie. Selon une information, plusieurs migrants subsahariens, mendiants professionnels compris, sont actuellement à Arlit au niger et guettent la possibilité de rentrer en Algérie ceci surtout depuis l’ouverture au niger d’un camp de sélection des migrants africains qui désirent immigrer en Europe.

    42
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.