Annonce imminente de la candidature de Bouteflika à un cinquième mandat ?

pourquoi
Le président Abdelaziz Bouteflika. PPAgency

Par Karim B. – Il est fort probable que le président Bouteflika annonce sa candidature pour un cinquième mandat au courant de la semaine prochaine. Tout indique, en effet, que le chef de l’Etat adressera un message dans ce sens à travers les médias officiels. Le staff de campagne a été mis sur pied et les préparatifs pour assurer la campagne présidentielle sont à un stade avancé, a-t-on appris de sources concordantes. Preuve que l’annonce de la candidature du Président en exercice à sa propre succession est une question d’heures.

On s’achemine bel et bien vers une candidature d’Abdelaziz Bouteflika après des mois de suspense. Les partis de l’alliance présidentielle, tout en appelant le président Bouteflika à «poursuivre son œuvre», avaient laissé entendre que l’élection présidentielle n’allait pas se tenir à la date prévue et qu’une conférence nationale allait être organisée pour préparer le terrain à une révision partielle de la Constitution de sorte à permettre au chef de l’Etat de proroger son mandat actuel.

Mais cette option a été abandonnée au profit d’une candidature de Bouteflika qui s’appuie sur l’argument selon lequel lui seul peut conduire une période de transition et permettre à son successeur de prendre les commandes dans des conditions idoines. Le Président va s’atteler à des changements profonds, ont assuré des sources informées à Algeriepatriotique.

Comme prédit par Algeriepatriotique plusieurs jours avant son annonce, le staff de campagne du président Bouteflika sera dirigé par l’ancien chef du gouvernement, Abdelmalek Sellal, qui reprend ainsi son bâton de pèlerin pour sillonner le pays pour la quatrième fois, après les campagnes de 2004, 2009 et 2014. Abdelmalek Sellal sera appuyé par l’ancien membre fondateur du RCD, Amara Benyounès, qui aura la difficile mission de convaincre une opinion publique sceptique de la «nécessité» d’un cinquième mandat en dépit de l’état de santé fragile de Bouteflika.

Un travail titanesque attend le chef de l’Etat, son entourage immédiat et ses collaborateurs dans les semaines et les mois à venir.

K. B.

Comment (62)

    Anonyme
    9 février 2019 - 17 h 16 min

    20 ans BARAKET ! Allez vous en, autant que vous êtes. Les algériens, dans leur grande majorité, ne veulent plus de vous, de vos manigances, de vos mensonges, de vos détournements et de votre corruption… ALLER VOUS EN pendant qu’il est encore temps !
    Si vous vous entêtez à rester, cela voudra dire que votre intention vise bien à saboter l’État et a déstructurer le pays. Au quel cas, vous en assumerez l’entière responsabilité et en subirez toutes les conséquences.
    Ce pays ne vous appartient pas. Il est celui de millions de chouhada dont vous avez trahi le combat, le sacrifice et la mémoire. Il n’est donc plus votre pays. Alors, allez vous en !

    dorsey
    9 février 2019 - 12 h 00 min

    Allez, chiche! Annoncez votre candidature pour un 5ème mandat monsieur Bouteflika! N’attendez pas que d’autres le fassent à votre place, et toute cette polémique stérile cessera aussitôt .

    4
    3
    Djazairi Hor
    9 février 2019 - 6 h 50 min

    Quel malheur, une poignée : Ouyahia, Ghoul, Bouchareb et Benyounès; décident pour 42 millions d’algériens rien que pour leurs intérêts personnels, à savoir continuer traire la vache Algérie jusqu’à n’en tirer que du sang. Qui vous a délégué pour décider à notre place; dégagez, allez vous-en, laissez- nous en paix, on ne veut plus voir vos gueules de vampires; vous avez tout pris pendant 20 ans de règne qui a tout l’air d’une monarchie qu’autre chose. Vous parlez de continuité, mais laquelle? Vous avez mis le pays à genoux, nin plutôt à plat ventre. Sachez bien que vous êtes devenus la risée du monde entier. Une chose est sûre vous n’avez pas de sang algérien qui vous coule dans les veines, sinon comment auriez-vous accepté que ce pays qui a payé chèrement son indépendance et paye encore aujourd’hui soit ruiné et vous, vous applaudissez; ceci n’a qu’une explication: vous n’êtes pas algériens, votre mission et vous l’avez réussie: ruiner notre beau pays, traitres.

    14
    1
    Mohamed
    9 février 2019 - 0 h 55 min

    Salam aleikoum,

    Si j’étais né en 1999, maintenant j’aurai mes 20 ans
    De ma vie, j’aurai connu qu’un seul président.
    Alors que j’ai vu défilé à la télé, W. Bush, Obama et Trump maintenant.
    Eux, Ils appellent ça de l’alternance.
    Et chez nous, le pouvoir est en vacance.
    Tel un monarque, mais à la place du sceptre, c’est une lance.
    Encore 5 ans de plus, j’aurai 25 ans mais je paraitrai 90 printemps.
    Et là j’aurai peut-être vieilli sans connaitre vraiment la bonne gouvernance.
    ——————————————————————————————————–
    Des petits vers médiocres de chez le royaume des aveugles.

    12
    Moskosdz
    8 février 2019 - 21 h 50 min

    ils nous prennent pour des cons ou quoi?.

    9
    1
      Mohamed
      9 février 2019 - 17 h 43 min

      C’est bien de se rendre compte et ce depuis 1962

    anonyme
    8 février 2019 - 20 h 57 min

    on n’en peut plus, on a connu « sbar Daoud »
    Allez vous en pendant qu’il est encore temps

    13
      Mohamed
      8 février 2019 - 23 h 29 min

      Salam aleikoum,

      Plutot « sbar loqmane (AS) »

        manman1954
        9 février 2019 - 17 h 29 min

        Désolé, je me suis trompé.
        C’est Sbar Ayoub (A.S.).

    Anonyme
    8 février 2019 - 19 h 36 min

    Combien de chances doit on accorder un élève de terminal qui échoue à ses examens du Baccalauréat, en sachant que cela n’engage que sa propre personne et qu’il ne souffre d’aucune maladie grave qui l’empêcherait de subir son examen ?
    Une fois ? Deux ? Trois ? Quatre ? Cinq ?….
    Et qu’en est-il alors pour quelqu’un qui est appelé à présider aux destinés d’un pays de plus de 42 millions de citoyens qui …

    16
    Anonyme
    8 février 2019 - 19 h 25 min

    Si c’est seulement durant son future cinquième mandat qu’il compte introduire de «profonds changements», cela veut dire que lui-même est bien conscient (c’est juste une façon de parler) que ses quatre mandats passés sont de véritables catastrophes en terme de gouvernance !
    Et si c’est le cas, comment peut-on encore accorder notre confiance à quelqu’un qui a tout faux, sur toute la ligne, et qui veut persister dans ses fautes ? D’autant plus que son état de santé est par ailleurs beaucoup plus détérioré que celui qu’il avait…. alors, un peu de bon sens SVP !

    20
    Anonyme
    8 février 2019 - 19 h 02 min

    «[…] d’une candidature de Bouteflika qui s’appuie sur l’argument selon lequel lui seul peut conduire une période de transition et permettre à son successeur de prendre les commandes dans des conditions idoines. Le Président va s’atteler à des changements profonds, ont assuré des sources informées à Algérie patriotique».
    ———————————————————————————————————————————————-
    Il a pourtant eu 20 longues années pour «s’atteler à des changement profonds», mais le constat et bien là : il s’est ingéniée à faire tout le contraire ! Et pourquoi le ferait-il donc aujourd’hui alors qu’il se retrouve dans l’incapacité totale de gouverner, à cause d’une maladie incurable qui le maintient coupé de la réalité et alité pratiquement H24 ?!?
    Non, les personnes qui s’entêtent à vouloir présenter la candidature de Bouteflika, pour un 5ème mandat successif, ne veulent décidément aucun bien à l’Algérie et encore moins au peuple algérien. Ils auront beau se cacher derrière le «président», mais leur jeu est aujourd’hui définitivement démasqué. Ce sera alors eux ou l’Algérie.

    22
    Mohamed El Maadi
    8 février 2019 - 18 h 34 min

    Le Roi du Maroc dirige son pays alors qu’il est a l’article de la mort .

    5
    27
      Anonyme
      8 février 2019 - 21 h 31 min

      En plus d’être monarchistes, il est plus qu’évident que tes références sont marocaines. Mais ici on est en Algérie, et à part les nombreux marocains naturalisés algériens depuis les vingt dernières années, tu ne trouveras aucun algérien de souche qui soit à ce point vil pour avoir comme modèle la monarchie makhzéniste du Maroc.

      8
      4
    ripper
    8 février 2019 - 18 h 11 min

    Le régime aura t-il finalement le dernier mot ?

    – La neutralisation de l’ANP par la création d’un antagonisme très dangereux (Ghediri/Gaïd).
    – La neutralisation de la société civile par la création de différends pour fin d’empiètement des uns sur les autres, il n’est pas fortuit ce renforcement du courant berbériste et l’ajout d’une seconde langue officielle … à venir.
    – La neutralisation des puissants de ce monde en leur miroitant zone géostratégique, ressources et paradis.

    Machiavel prendrait des leçons avec ce régime, si au moins il avait usé de cette intelligence positivement.

    8
    3
      Kamal
      8 février 2019 - 21 h 11 min

      Moi je pense que ce n’est pas de l’intelligence mais une extrême fragilité.
      Une fragilité dangereuse pour la stabilité du pays. Avec juste une petite dose de lucidité comment expliquer que tout ce personnel politique se mette d’accord sur la candidature d’une personne ayant un santé vraiment fragile.

    Citoyen
    8 février 2019 - 17 h 16 min

    Cest un hold up envers notre pays et nos revolutionnaire chouada (allah y harmo)de bafoué notre souverainté 🇩🇿
    Une presidence a vie alors pourquoi faire des elections ?
    Il n est pas valide pour gourverner!
    Qui va prendre ca place apres sa victoir bourée de fraude !!!!

    23
      Chahid
      9 février 2019 - 1 h 48 min

      kamal: Santé fragile???? Quelle santé bien sur on lui souhaite bon rétablissement mais côté santé ce n’est pas une question de fragilité …Le 5eme mandat quoi encore, pas question Said bouteflika qui souffle le chaud et le froid avec sa clic de mafieux Haddad, sidi said and co tous doivent être jugés non seulement pour détournement et autres mais pour haute trahison… le peuple n’a pas dit son dernier mot cette ra… doit disparaître à jamais
      Vive la république et que vive l’Algérie 🇩🇿

        soleil
        9 février 2019 - 7 h 39 min

        avec tous ses commentaire négatif j ai peur pour mon pay,et je pris que ceux qui force,a aller droit dans le mur son conscient,de la gravité,il seront responsable devant dieu et le peuple,tous le monde sait qu il est incapable de gouverner,il est malade,et ont sait d avance qui ne feras aucun discourt,aucun meeting,le peuple n est pas dupe alors je dit arrèter le massacre il est encore Temp

    Lahouari
    8 février 2019 - 17 h 04 min

    Le président Algérien a su tenir l’Algérie pendant le printemps arabes quand Tunisie Égypte Syrie Libye sont partis en fumée. Et déjà qui pour le remplacer. L’Afrique à beaucoup de chemins

    1
    34
      Anonyme
      8 février 2019 - 19 h 07 min

      Mais bien sûr ! Ne nous a-t-il pas d’ailleurs été envoyé du Ciel ?! C’est même lui qui a fait tombé la pluie et la neige… pour rendre l’Algérie aussi verte et aussi riche, n’est-ce pas ?

      16
      1
      abdel
      8 février 2019 - 19 h 11 min

      l’algerie a tenu sans lui durant les années 90,pendant la décennie noire,alors qu’il » séjournait » en arabie saoudite et en enfin nul n’est irremplacable ou indispensable, ,les cimètieres en sont pleins !

      19
      Anti-Kif
      8 février 2019 - 19 h 12 min

      La fraichement naturalisée;vous oubliez aussi votre monarchie le Maroc,elle n’a pas été toucher par le Printemps Arabes,cette terminaison est une invention Sioniste;et vous reconnaissez vous meme que votre Pharaon d’oujda il pratiquait le meme politique;que Ben ali;Kddafi;Moubarek;et Assad;vous voulez regarder une védéo dans laquelle votre Pharaon pleurniché sur la tombe du criminel et assassin de Hassan 2;cela démontre ni vous,ni votre Pharaon n’a le sang Algérien DEHORS HORS ALGERIE

      15
      1
      anonyme
      8 février 2019 - 20 h 35 min

      @Lahouari
      8 février 2019 – 17 h 04 min

      C’est grace à la rente qu’il a distribué aux (…) à travers la soi disant ansej et crédits
      je suis sur que tu en as profité c’est pourquoi vous vous complaisez dans cette médiocrité alors que des universitaires choment

      14
      Djamel AIT HAMOUDI
      9 février 2019 - 0 h 44 min

      Les qualités et les compétences de Abdelazize Bouteflika en 2010 ne sont pas remis en cause. Tout le monde sait qu’il était excellent en ceux qui concerne les relations internationale. C’était même l’un des rares hommes politique Algérien qui maîtrisé parfaitement les enjeux internationale. Mais là n’est pas la question, nous remettons en cause sa capacité tant mental que physique pour insufflé et prendre les décisions qui faut pour un pays comme l’Algérie. Son accident à eu lieu en 2013 et nous n’étions plus dans le printemps arabe. Alors ne tromper pas nos concitoyens. Aujourd’hui seul une élection démocratique et une remise à plat du mode de gouvernance de l’Algérie peux nous tirer vers le haut, tous ensemble et pas uniquement à une poignée de famille bien placé dans clan des Bouteflikas ou de l’Ouest, ou de Oujda, ou de je ne sais quoi d’autre clan, qui s’organise pour attiré vers eux tout les richesse de l’Algérie.

      2
      1
    L'Algérie d'abord
    8 février 2019 - 16 h 56 min

    Bouteflika ne fait plus rien et ne parle plus depuis qu’il est malade. C’est, à se demander, s’il a encore conscience de ce qui se trame autour de lui et en son nom.
    Ce que fait et compte faire le système, Sellal et compagnie, n’est ni pour Bouteflika ni pour l’Algérie et son peuple, c’est pour l’oligarchie qui a tout pillé et veut assurer sa pérennité au pouvoir.
    Les Algériens, qui ont encore à cœur ce pays et l’avenir de leurs enfants, doivent impérativement manifester PACIFIQUEMENT leur refus de cette honteuse mascarade, qui consiste à faire élire dans l’illégalité totale un candidat dont les capacités mentales physiques sont gravement détériorées.
    Quant à tous ces Messieurs, qui sont les garants de la légalité constitutionnelle et de la stabilité du pays, qu’ils se reprennent, qu’ils pensent à la Nation avant qu’il ne soit trop tard. Ils sont responsables de la catastrophe ou du bien-être du peuple et de la paix dans le pays, leur responsabilité est entière. Le moins, qu’ils puissent faire et de se démarquer de toutes politiques et actions contraires aux intérêts du peuple et de la Nation.
    Je reste persuadé, que le moment venu, le peuple dont la patience est infinie saura manifester sa volonté et imposer son choix contre vents et marées.

    16
      Samira
      8 février 2019 - 18 h 00 min

      Ce n’est pas lui qui a evite le printemps arabe chez nous, mais le grand peuple mur qui n’est pas en fait un peuple arabe.

      22
      2
    MELLO
    8 février 2019 - 16 h 15 min

    Beaucoup et la majorité des Algériens ne connaissent pas leur président . Pourtant en 20 ans , c’est une période assez grande pour déceler les non dits chez lui. Mais au fond de nous mêmes , peut on réduire le destin de toute une nation à la volonté d’un seul homme ? On a eu un homme qui a construit tout un système , un système se basant sur les détournements, la corruption , le mensonge et la culture de l’oubli ,la culture de la depolitisation et de la démagogie. Il a été le compris des intérêts occultes , il est le protecteurs des courants conservateurs de l’islamisme politique. Toutes ces condradictions totalitaires émanent de cette opacité et de cette confusion à gérer le pays. En tout état de cause, il se trouve que l’Algérien lambda s’éventuellement à critiquer le régime, le système et le pouvoir. Aucune ligne de démarcation n’est visible entre les trois. Aujourd’hui, on pourra dire que le président peut ne pas annoncer sa candidature , mais diligenter un remplaçant malgré l’anticipation de désignation de l’équipe de campagne à sa tête Sellal.

    14
    1
    Fettou
    8 février 2019 - 16 h 03 min

    Bonjour :
    Pour ceux qui pleurnichent et qui se plaignent de notre sort je leur dit que ce n’est pas la meilleure façon de faire pour faire déguerpir cet (…) au pouvoir depuis l’independance mais de sortir dans la rue pacifiquement pour demander leurs départs ou bien si vous avez peur chacun chez lui de la fenêtre ou du balcon à taper à la même heure dans des casseroles pour qu’ils entendent qu’on ne veut plus d’eux .

    34
    2
      Antisioniste
      8 février 2019 - 17 h 07 min

      @Fettou, votre proposition d’utiliser des casseroles non-stop sur les balcons et fenêtres de tout le pays est intéressante, vu que c’est ce que font les prisonniers pour s’exprimer. D’ailleurs ne somme nous pas leur prisonniers ? Toute dois je trouve qu’il est encore trop tôt pour une telle initiative que je trouve à la fois intéressante et innovante dans un combat politique, mais ça pourrais être une solution pacifique pour faire valoir nos droits sans que personne ne soit blesser et sans que personne ne viens dire qu’il y’a manipulation d’une main étrangère.
      ils ne pourront pas nous envoyer leur bras armé pour nous gazer chez nous , sinon….

      16
        karim
        8 février 2019 - 18 h 02 min

        Nous sommmes en fait des prisonniers entre les mains d’opportunistes.

        12
      Anonyme
      8 février 2019 - 18 h 28 min

      L’idée est bonne ; mais, plutôt, qu’une nuisance sonore dans un premier temps, jusqu’au 18 mars, allumer juste des bougies et les poser à la fenêtre ou sur le balcon tous les soirs. Taper sur des casseroles, du 19 mars jusqu’au 18 avril de 20 h à 21 h, ne serait pas une mauvaise idée.

      Connaissant ces gens, ils sont capables de fermer l’usine qui produit les bougies.

      13
    Dernière Minute
    8 février 2019 - 16 h 01 min

    Plusieurs sources indiquent que la famille Bouteflika est contre ce 5ème mandat. Mokri et Abboud ont affirmé qu’ils l’ont entendu de la bouche même de Said.
    Par ailleurs, des sources étrangères du secteur économique, en Algérie, soutiennent que les élections n’auront pas lieu. Il y aura selon elles une annulation de dernière minute.
    Les 2 informations sont convergeantes, si Bouteflika leur fait défection, ils ne leur restera qu’à annuler ces élections.
    Ils se méfient tous les uns des autres comme des (…) et n’ont pas de candidat consensuel.

    12
      Et si Boutef ne se représente pas ?
      8 février 2019 - 17 h 22 min

      Cher @Dernière Minute – 16 h 01 min , c’est intéressant ce que tu nous livres comme information , mais quelle raison peut invoquer le pouvoir pour ne pas organiser des élections ! Je peux te dire qu’il y a même l’écrivain et journaliste Amar Ingrachen qui a affirmé d’une manière péremptoire, tranchante que Bouteflika ne se représentera pas à un cinquième mandat. Il paraissait sûr de lui, il a même provoqué l’hilarité chez ses collègues journalistes quand il a annoncé cela. Il l’ont pris pour « quelqu’un qui dit n’importe quoi » !

      Aussi , s’il te plait donne-nous juste , si elles peuvent exister et pour nous éclairer, quelques raisons constitutionnelles ou institutionnelles ou politiques ou sécuritaires qui peuvent justifier cette décision de supprimer, de reporter les élections ? En 1991, il y a eu l’affaire du FIS mais aujourd’hui çà serait quoi ? Je veux juste avoir une idée pour le débat, pas plus ! Et ne me répond surtout pas « ils » (les gens du pouvoir) sont capables de tout, car çà je le sais. Mais qu’est-ce qu’ils peuvent évoquer comme raisons ou justifications qui tiennent la route ? Merci cher compatriote et A +

      8
      1
    Bozscags
    8 février 2019 - 15 h 34 min

    Pauvre Algérie on est devenu la risée du monde barakat c’est bon vous avez abêtit le peuple vous avez pillé les caisses depuis 20 ans l’Algérie un pays riche avec un peuple pauvre alors maintenant il est temps de dégager et de laisser la place à de vrais patriote.

    15
    Mohamed
    8 février 2019 - 15 h 25 min

    Salam aleikoum,

    Si Bouteflika sera élu, je prendrai place dans une barque pour remplir le rang des Harraga, malgré que j’ai un visa, je préfère quitter de cette façon mon beau pays.

    17
      Anonyme
      8 février 2019 - 22 h 03 min

      @Mohamed
      8 février 2019 – 15 h 25 min

      yarham oualdik khalili blassa maak
      je suis partant meme pour la Somalie

        Mohamed
        9 février 2019 - 11 h 41 min

        Salam aleikoum,

        Je n’ai pas de monopole sur les places, ni sur la mer, ni sur les airs, non plus sur le destin, faut d’abord que je trouve une place pour moi même et là je ferai de mon mieux pour t’en réserver une. Toutes les destinations sont les bienvenues parce que j’ai connu pire et je ne suis pas exigeants, sauf pour l’enfer bien sur, car là où je vis actuellement c’est le cas…

    Felfel Har
    8 février 2019 - 15 h 17 min

    Cette élection est devenue un film de piètre qualité. Les spectateurs, que nous sommes, connaissent déjà la fin, mais le metteur en scène s’entête à faire durer ce qu’il pense être le suspense. Yaou fakou!
    Les premiers à être surpris seront l’acteur principal et le metteur en scène quand ils apprendront que leurs prestations ont eu pour effet d’éloigner des urnes ceux qu’ils croyaient acquis à leur cause.
    Pas d’électeurs, pas d’élections, pas de 5 ème mandat, pas de président à vie! Tel sera le verdict populaire! Clap de fin!

    15
    Est-ce que boycott et grève sont des solutions ?
    8 février 2019 - 15 h 06 min

    Cher internaute @ Demos kratos / pouvoir du peuple – 13 h 07 min ! Votre proposition de grève générale est très intéressante dans le cas où il n’y a pas la candidature de Ghediri ! Or l’opportunité d’une telle candidature inattendue laisse place à des scénarios politiques à envisager autres que la grève générale ou le boycott. Pourquoi ?

    Je pense que la bonne approche est d’essayé d’être pragmatique politiquement parlant ! C’est à discuter bien sûr. Il est vraiment très important de réfléchir si la grève générale le jour des élections ou le boycott sont vraiment les mieux indiqués du fait de cette candidature inattendue de Ali Ghediri ! Il y a il ne faut pas l’oublié une course contre la montre vitale pour construire une nouvelle république, faut-il encore perdre 5 autres années avec Bouteflika ou un autre candidat du pouvoir ! Il est clairement visible que Ali Ghediri n’est pas un lièvre du pouvoir comme semblent le soupçonner certains ! Et puis si les partis politiques dits d’opposition sont plus nombreux, si des personnalités intègres et compétentes s’impliquent, je pense qu’il n’aura pas intérêt à s’amuser ou à ruser avec l’élection présidentielle , car le boomerang lui fera plus mal et les réactions seront impitoyables avec lui, plus qu’avec le pouvoir.

    Est-ce que le boycott est une fatalité ? Pourquoi la société civile, les partis politiques dits d’opposition ne profitent pas de cette opportunité pour approcher Ali Ghediri et voir s’il est possible de le soutenir sous conditions très strictes et exigeantes ! Apparemment les premières déclarations de ce candidat cadrent beaucoup avec celles les partis politiques dits d’opposition, les forces du changement, des citoyens et certaines personnalités intègres qui souhaitent une nouvelle république! Certaines de ses personnalités remarquables ont déjà fait connaître leur engagement auprès de Ghediri. Les partis politiques dits d’opposition ont en principe suffisamment d’expérience dans le domaine de la négociation politique pour échanger avec Ghediri d’une manière sérieuse et responsable et prendre la décision finale qui leur convient ! Mais bon chacun son avis.

    13
    2
      Khodja Doudou
      8 février 2019 - 23 h 12 min

      Aujourd’hui ce n’est pas la personne de « Président » mais bien la fonction qui pose problème. Notre système est nécrosé et ne fait que reproduire les schémas du passé. Les démocraties représentatives ne sont pas une fatalité et il est permis de les remettre en cause. Qu’est-ce que les élections ? S’agit-il d’un gage démocratique ou bien d’une confiance unilatérale, présumée et passive, des électeurs envers des professionnels de la politique toujours présélectionnés par un système établi. Une confiance qui s’est écroulée avec un taux d’abstention sans cesse en hausse et une rupture actée entre gouvernants et gouvernes. Si l’oligarchie ne veut pas partager le pouvoir alors ne le lui donnons plus. Ne plus voter, c’est ne plus cautionner ce système de représentation. Ne plus voter, c’est nous forcer à imaginer, à trouver un autre mode de désignation souveraine. Trouver un système qui nous permettent de devenir tous responsables, enfin, de notre vivre ensemble. La politique n’aurait jamais dû devenir une activité professionnelle, mais l’oligarchie a décidé de la cadenasser. Elle aurait dû être l’affaire de tous, mais l’oligarchie s’est réservée le droit de se l’accaparer laissant le citoyen dans l’ignorance des affaires publiques. Et cela, pour toujours mieux protéger sa supercherie ! Oublié la revendication du vote comme un signe démocratique. Le fait d’être elu ne confère pas une legitimité permanente, à vie. Dans ce cas, il y a quelque chose d’antidémocratique. Aujourd’hui l’acte de résistance se trouve dans le refus total de ce système de représentation qui n’a plus aucune légitimité. Il est devenu tyrannique et les exemples ne manquent pas pour en témoigner récemment à l’égard de la candidature de l’ex general Ghediri qui prône la RUPTURE avec le système.

    Kamel
    8 février 2019 - 14 h 11 min

    Nous somme l’arisée du monde.
    Meme les africains se moquent de nous.
    J’ai honte de dire que je suis algérien

    20
    4
      Bouzorane
      8 février 2019 - 14 h 52 min

      « Meme les africains se moquent de nous. »!!!
      Une phrase très maladroite…. normal que tout le monde se moque de vous!

      5
      10
    Nasser Nasro
    8 février 2019 - 13 h 47 min

    SI le pouvoir est encore en place , c’est à cause du peuple dont la majorité n’a jamais voté laissant place au prédateurs et opportunistes et à une partie du peuple crédule d’une part et dû également à une classe de pseudo intellectuelle qui n’a pu s’organiser autour d’un parti mobilisateur d’autres parts.
    Aujourd’hui, si nous voulons chasser la caste au pouvoir, et prenant acte de ces expériences vécues, il faut se mobiliser autour du candidat choisi par le peuple et être présent dans tous les bureaux de vote, je dis bien tous les bureaux de votes avec au moins deux personnes pour ne laisser aucun répit aux prédateurs pour ne pas leur permettre de traficoter et signer les procès verbaux en envoyant la copie au QG de la campagne après décompte et limiter la marge de manœuvre de cette caste qui utilise les moyens de l’état pour mener la campagne électorale.. Le nombre de bureau de vote est de 55 818 et 2 personnes par bureau sera pas moins de 112 000 personnes à mobiliser. chacune de ces personnes devra se prendre en charge du point de vue transport et nourriture, faute de quoi la facture de prise en charge sera extrêmement lourde pour le candidat. Et lorsque on choisi un candidat clean , d’où pourra t il trouver les fonds? A défaut d’une mobilisation massive, point de changement.

    32
    3
    ferial
    8 février 2019 - 13 h 19 min

    Ce n’est pas lui qui se présente car il n’en a pas la capacité, c’est son entourage.
    Alors au lieu d’agir dans l’ombre de Bouteflika pourquoi ceux qui sont derrière lui ne se présentent pas individuellement ?
    Notre président a 82 ans il a déjà fait 4 mandat et comme diraient les britannique enough is enough.
    Il est temps de passer la main et de laisser émerger de nouvelles figures plus jeunes et plus au fait des enjeux d’aujourd’hui.Ne perdons plus de temps.

    21
    1
      Bernou
      8 février 2019 - 15 h 13 min

      Je crois que votre discours sied plus à un pays comme la Suède. D’après de ce qui s’y dégage, j’en conclu que vous etes totalement ignorante des soubassements de la vie politique algérienne.

    Demos Kratos / Pouvoir du peuple
    8 février 2019 - 13 h 07 min

    Nous le peuple nous avons encore cette option qui est absolument pacifique, de déclarer une gréve générale dans tout le pays, rien ne doit fonctionner. Comment procéder???
    Il faut que le peuple soit solidaire et reste chez lui, et cela est l’arme fatale pour chaque régime sur terre car un pays fonctionne grâce son peuple et non pas par une poignée d’oligarque.
    Notre but est de dire non,non et non pour un 5e mandat et oui pour l’amendement de la constitution au sujet du nombre de mandat présidentiel, ( le nombre sera limité a 2 mandats comme a été le cas avant l’arrivée de Bouteflika)
    1) Fixer une date pour permettre a tout le monde de pouvoir s’approvisionner en denrées alimentaire car cette gréve peut durer quelques semaines afin de mettre ce régime a genoux
    2) Créer un comité de coordination sur les réseaux sociaux
    3) Désignation de délégué pour chaque wilaya qui nous permet a la fois la coordination de cette action et également l’échange d’information
    4) Impliquer l’opinion internationale
    Et enfin mettre une fin a une démocratie représentative et passer a une une démocratie directe comme en Suisse. Chaque changement ou décision seront prise en considération par le peuple a travers des référendums que tout le monde soit impliques afin de sortir de cette passivité politique qui perdure depuis 1962.Je ne suis pas pessimiste, mais la situation est effectivement grave. Les gens veulent ce mode de consommation, ce type de vie, ils veulent passer tant d’heures par jour devant la télé et jouer sur les ordinateurs et les consoles. Il y a là autre chose qu’une simple « manipulation » par le système et les industries qui en profitent. Il y a un énorme mouvement — glissement — où tout se tient : les gens se dépolitisent, se privatisent, se tournent vers leur petite sphère « privée » — et le système leur en fournit les moyens. Et ce qu’ils y trouvent, dans cette sphère « privée », les détourne encore plus de la responsabilité et de la participation politique. »
    TAHYA EL DJAZEIR HORA MOUSTAKILA

    11
    1
    Anonyme
    8 février 2019 - 13 h 00 min

    QU ILS ANNONCENT LA CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA CE N EST QU UNE FUITE EN AVANT DE L ENTOURAGE DU PRÉSIDENT ! CE QUI EST CERTAIN C EST QUE LE PEUPLE UN SCENARIO LE PLUS INATTENDU ET QUI RESTERA UNE SURPRISE JUSQU AU JOUR J ! QUAND AUX GARDES FRONTIÈRE DES MAINTENANT AUCUN HOMME DU POUVOIR NE DOIT QUITTER LE PAYS AINSI QUE LES OLIGARCHES DU SYSTÈME ! FAIRE LE CONTRAIRE EST UNE HAUTE TRAHISON POUR LE PAYS !

    15
    1
    Avec ou sans Dieu
    8 février 2019 - 12 h 33 min

    Cher Monsieur Karim B. auteur de l’article , avec tout mon respect, je ne comprends pas votre article et en plus avec un point d’interrogation dans le titre de l’article ! D’accord qu’on a constaté plusieurs fois que Algérie patriotique a annoncé à l’avance des choses, mais laissez-moi vous dire que même dans le cas où Bouteflika ne fait pas sa déclaration écrite ou lu par quelqu’un, même si Bouteflika ne fera aucune apparition, même si Bouteflika est un fantôme, il sera quand même le candidat du pouvoir avec ou sans Dieu , comme on dit dans notre langue arabe !

    13
    4
    Zone Rouge
    8 février 2019 - 12 h 24 min

    ça-y-est l’Algérie est foutue et quarante millions de vies humaines avec;et nous sommes tous responsable d’avoir abandonné le pays aux intrus venant de partout,en premier certains militaires et pour l’argent et le pouvoir ont trahis leur Patrie.meme les Harkis ont crus faire de bien a la nation lorsqu’ils ont choisis l’occupant;sauvez vous avant qu’il soit trop tard;parce que il n’existent pas d’autres issues

    23
    2
    Djamel AIT HAMOUDI
    8 février 2019 - 11 h 28 min

    Fumisterie, mensonges, trahison, vol, …

    Voilà le contenu de vos déclarations. Pour nous dire comment vous allez nous gaspiller encore des années de vie uniquement pour vous servir en tout quiétude.
    L’Algérie est une monarchie déguisé. On a pas le droit de disposé de nous même. Vous nous rappeler l’histoire coloniale ou les colons s’inventer des prétexte farfelu pour mieux spolier les indigènes que nos anciens était dans leurs tête.
    Vivement l’avènement ou Ghediri sera président, pour enfin avoir une lueur d’espoir que nos enfants n’aurons pas ce que vous nous proposé.
    Ou bien ils nous restera qu’a partir et vous laissez, demain à votre tour vous faire spolier par des plus puissant que vous.
    Mohamed Ali disait pourquoi aller à la guerre pour mon pays quand celui-ci me reconnait pas et me prive de mes droits.
    Bientôt un autre jour se lèvera sur l’Algérie ou nous pourrons tous vivre dans une plus grande équité. Et vous ou serez-vous ?

    27
    AmiAhmed
    8 février 2019 - 10 h 10 min

    Personne ne connait le terme de la vie, beaucoup de gens du peuple ou de l’entourage du Président ont rejoint la Vraie demeure et tout le monde converge vert ce chemin de la vérité, 24h après l’enterrement vous entrez dans l’anonymat, c’est comme si que vous n’avez jamais vécu sur terre.Ceci dit, je pense qu’il est préférable, pour le Président et son entourage de partir maintenant avec force, qu’après avec faiblesse et peut être dans la précipitation à l’issue incertaine, le dernier revient à leurs têtes qu’ils portent sur leurs épaules, moi je ne fais que les avertir dans cette Algérie construites sur des mandats.

    24
    Antisioniste
    8 février 2019 - 9 h 48 min

    Loin de moi l’idée de souhaité la mort de Monsieur Bouteflika ou de d’un autre, mais imaginons que ce matin même son heure a sonné que vont faire ses bougres d’imbéciles au pouvoir qui se sont instituer non seulement comme étant notre Élite, mais aussi comme nos porte-parole officiel ce qui est ABSOLUMENT FAUX ?
    Monsieur Bouteflika est dans l’incapacité totale de bouger et de parler pendant 5 minutes d’affiler, ça c’est un fait que même les bonobos savent. Soyez raisonnable messieurs et rendez-vous à l’évidence afin d’éviter le pire pour ce pays que vous avez trahis, laisser ce monsieur rentrer chez lui auprès de sa famille et ainsi avoir une fin honorable.

    37
    2
    Anonyme
    8 février 2019 - 9 h 26 min

    Pour rester au pouvoir le FLN/RND sont capable de déterrer Boumediene pour un 5 eme mandat.

    31
    3
      anonyme
      8 février 2019 - 15 h 11 min

      Si c’était Boumediene Allah yarhmou je voterais les yeux fermés

      3
      3
    Fettou
    8 février 2019 - 9 h 23 min

    Bonjour :
    Un travail titanesque attend le président de la république dans les semaines et mois à venir dites – vous .

    24
    1
    Fellag
    8 février 2019 - 8 h 56 min

    Regardez et apprécier ce portrait de notre président virtuel, vingt ans de pillages, vingt de destruction, vingt ans d’injustice, vingt ans de Corruption et des affaires louches,et il ose se représenter il faut être vraiment inhumain et sans conscience, à mon avis c’est le mandat de trop,il aurait pû dire ça suffit,et garder son image plus ou moins propre,mais lorsque on est pas n’est honnête,ni sincères,on va jusqu’au bout et parfois on perd tout, l’histoire,le paradis

    39
    6
    Rabah
    8 février 2019 - 8 h 51 min

    Et si, malgré toutes les interventions chirurgicales lourdes qu’il subit et les prothèses sophistiquées dont il est doté, Bouteflika ne pouvait pas physiquement être présenté à l’élection du 18 Avril ?

    31
    2
    Kamal
    8 février 2019 - 8 h 35 min

    One, two, three, viva Algérie
    One, two, three, four, khamsa, viva Bouteflika

    6
    59
      La Viriti
      8 février 2019 - 11 h 33 min

      One Two Three…Retourne au maroc ton pays de culture et d’origine…Retourne aux sources du makhzen, chez toi.

      22
      4
    Zaatar
    8 février 2019 - 8 h 30 min

    Tous les scenarii ont ete envisage pour se maintenir au pouvoir, jusqu’a torpiller encore la constutution pour permettre au president de prolonger son mandat en attendant de lui trouver un remplacant. Ma foi, quand on ennoncait que ERRACHEM C’EST H’MIDA ET ELLAAB C’EST EGALEMENT H’MIDA, vous comprenez facilement maintenant. Et vous en deduisez sans coup ferir que pour deloger ce systeme du pouvoir il faut que les 40 millions d’algeriens soient des gilets jaunes et meme plus.

    41
    4
    Anonyme
    8 février 2019 - 8 h 22 min

    Vous n’avez rien à annoncer, toute honte bue c’est depuis 62 que vous colonisez le peuple,

    38
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.