Cinquième mandat : le FLN mobilise des moyens colossaux pour son meeting

élection FLN
Lors d'un meeting à la Coupole pour le quatrième mandat. PPAgency

Par Hani Abdi Des moyens humains et matériels ont été mobilisés par la direction du FLN pour la réussite de son meeting prévu ce samedi à la Coupole Mohamed-Boudiaf, à  Alger. Une instruction a été adressée à toutes les mouhafadhate afin qu’elles mobilisent des moyens de transport qui permettront aux militants du parti de se déplacer facilement à Alger et d’assister à ce qui s’apparente à un coup d’envoi de la campagne électorale pour le cinquième mandat.

La direction du FLN veut donc faire une véritable démonstration de force dans le but de faire passer la grosse pilule du cinquième mandat. Selon des sources internes au parti, la direction sous l’autorité de Mouad Bouchareb veut une «marée humaine» à la Coupole. Le but n’est donc pas de remplir la salle d’une capacité maximale de 15 000 places mais de faire venir beaucoup plus que ce qu’elle ne pourrait contenir. On parle de 40 000 personnes ou plus. Pour faire du nombre, le FLN s’appuie sur des organisations satellitaires présentes notamment à l’université.

A ce meeting du FLN sera présent le directeur de la campagne électorale de Bouteflika et d’une bonne partie de son staff puisé essentiellement des cadres de l’ex-parti unique. Il y aura aussi tous les membres du gouvernement FLN et des anciens ministres du même parti. Nos sources font état cependant de l’absence de l’ex-secrétaire général du parti Amar Saidani qui n’a pas répondu à l’invitation de Mouad Bouchareb.

Les partis de l’alliance présidentielle, qui ne participent pas à l’organisation de ce meeting, sont également invités à y assister. Ils devraient donc être représentés par leurs leaders ou de hauts cadres dirigeants.

Le FLN va réitérer son appel au président Bouteflika pour briguer un nouveau mandat. L’annonce de sa candidature pour un 5e mandat devrait être faite par le biais d’un message à la nation.

H. A.

Comment (31)

    Anonyme
    9 février 2019 - 22 h 06 min

    La fraude a commencé avant ce meeting.
    Ils désignent Bouteflika en son absence et contre son bon gré et celui de sa famille.
    Ils lui récoltent des signatures avant qu’il se déclare candidat ce qui est illégal et n’aurait pas été possible pour aucun autre candidat. Le carnaval continu.

    Black is black
    9 février 2019 - 21 h 28 min

    Pauvre Bouteflika !
    Ils est entouré de chiatines crétins qui le salissent avec leur carnaval. Ils violent la loi en utilisant les moyens de l’état (amoual taa babahoum). Ils ramènent de pauvres bougres de l’intérieur en les soudoyant pour remplir une salle de 10.000, alors que le dernier club de foot ou parti de l’opposition démocratique ou islamiste peut faire 5 fois plus avec les Algerois. Ils invitent cheb mami un homme au comportement de voyou qui a fait de la prison. Des clowns comme sidi said sensé représenter tous les travailleurs qui sont en général anti clans maffieux au pouvoir, et haddad sensé représenter les patrons qu’il met en porte-à-faux quand ce pouvoir foutra le camp.

    Vangelis
    9 février 2019 - 19 h 00 min

    Du cinéma, du bluff, du vent, tout ce cirque qui fait d’un absent un messie.

    Voir la brochette de pontes du régime s’exhiber, non pas pour l’Algérie, mais bien pour leur petits et grands avantages personnels ne fera pas sortir le pays de l’ornière qu’ils tentent de cacher avec une passoire à gabions.

    Ils serinent la disette des finances publiques mais dépensent à tout va l’argent qui ne leur appartient pas, celui des algériens qu’ils utilisent à des fins électoralistes.

    Mais où va l’Algérie ?

    12
    Spleen
    9 février 2019 - 16 h 21 min

    « Le bruit fait peu de bien, le bien fait peu de bruit ». Archi comble ou pas, ceux qui se sont retrouvés dans cette salle sont tellement minable devant l’histoire qui a bâtit ce pays. Mais, hélas!!!  » « Un peuple qui est prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

    14
    1
    Anonyme
    9 février 2019 - 14 h 03 min

    Sauf fraude généralisée ils vont se réveiller le 20 avril avec une gueule de bois comme en 90, où même dans les bars on célébraient la victoire du fis ou plus exactement la défaite du système fln que le peuple vomissaient comme aujourd’hui.

    19
    2
    FAID
    9 février 2019 - 13 h 41 min

    Compétence et courage pour utiliser la lutte non violente et de réparer ainsi une partie de la pagaille.

    12
    1
    On attend la réaction de journalistes !
    9 février 2019 - 12 h 48 min

    … »Le pouvoir mobilise des moyens colossaux pour la campagne » !

    J’espère que les deux journalistes qui animent une émission quotidienne sur une chaîne TV vont se pencher sur ce scandale du financement de campagne de Bouteflika dans une émission spéciale pour décortiquer, détricoter l’origine des fonds, dont une bonne partie , c’est connu, provient de fonds publics (rente pétrolière). On se rappelle qu’ils ont bien taper, frapper fort sur la tête de Rebrab, sans pitié, en ce qui concert la campagne de Ghediri.

    21
    1
    Anonyme
    9 février 2019 - 12 h 46 min

    Le pouvoir est à deux doigts de tomber ; il suffit d un peut pousser pour le renverser ! de quoi ont peur les élites algériennes ? de la mort ? ils sont déjà mort _vivants ! ou certains ont déjà quitter le pays ! reste l option Ghediri Ali faisons lui confiance et mobilisons nous et notre entourage avec cette rage d endècoudre avec ce systeme ! celui qui ne tente rien n a rien ! qu ils remplissent la coupole ; mobilisons nous pour remplir le stade du 5 juillet avec la ferme conviction de dégager ce système que plus de 90/00 d abstentionnistes algeriens et algériennes rejettent !

    20
    2
    Pig pong
    9 février 2019 - 10 h 58 min

    Au peuple de leurs prouver qu’ils ne sont ni du fln ni du rnd.Le peuple est + majoritaire que le fln et le rnd réuni. Le porte voix du peuple sera M. Ghediri. 2019 sera la fin de ces 2 partis ,le robinet va être coupé pour eux. Le fln et le rnd pense à son avenir du passé, le peuple prépare son avenir du futur.

    23
    1
    Abou Stroff
    9 février 2019 - 10 h 54 min

    permettez moi d’avancer une hypothèse pas tout à fait saugrenue:
    imaginons que bouteflika n’annonce pas sa candidature pour un cinquième mandat et que le président du conseil constitutionnel ne soit pas nommé.
    l’étude des dossiers des candidats ne pouvant pas s’effectuer, n’est ce pas une occasion unique de prolonger l’actuel mandat de notre bienaimé fakhamatouhou national et de retarder le moment des règlements de compte entre les divers clans qui forment la marabunta qui nous gouverne?

    17
      Anonyme
      9 février 2019 - 11 h 03 min

      Le formalisme pseudo-institutionnel n’avait pas empeché le régime de dégommer le « présent du sénat » en recourant à la formule de la « vacance du pouvoir » après avoir cadenassé le siège de l' »APN » procedure largement, paradoxalement, bien justifiée pour le cas bouteflika-

      13
      Karamazov
      9 février 2019 - 11 h 10 min

      Sans offenser ta légendaire modestie, je dirai même plus : que ton idée est loin d’être saugrenue.

      Mais il y a mieux amounavi. Il y a 3lilouch qui est en train de chauffer les bendirs e la victoire. Fakhamatouna ne peut pas se contenter d’une élection par défaut.

      Sauf, bien sûr, si si ton idée est vraie à l’insu de ton plein gré à toua et est indépendante de la volonté du plein gré des décideurs qui n’auraient personne à présenter. Au quel cas le scénario que tu évoques serait non seulement plausible mais en train de se déployer.

    Choisir une autre photo
    9 février 2019 - 10 h 30 min

    La femme au premier plan sur la photo avec le voile importé (tchador iranien) elle devrait se ranger dans les lignes d’islamistes de l’ex FIS. Pour ce défilé, no comment.

    16
    Lghoul
    9 février 2019 - 9 h 38 min

    Ils decident ce qu’ils veulent, se reunissent ou ils veulent et se servent de l’argent du contribuable et du peuple comme ils veulent tout en bloquant tous ceux et celles qui refusent le cinema et le theatre. Un jour le citoyen doit choisir quel type de colonisation il doit opter pour, puisque colonisation y est. Jamais le peuple algerien a ete abuse autant dans son histoire tourmentee.

    22
    Mohamed
    9 février 2019 - 9 h 14 min

    Salam aleikoum,

    Il est impératif de restaurer l' »indice de bled Mickey » que j’avais posté dans un de mes anciens commentaires, dont j’avais reçu que des votes négatifs, car seule la vérité blesse : cet indice est tellement réel et répond à cette actualité.
    Un jour j’avais demandé à quelqu’un pourquoi cette précipitation et cet engouement à aller participer à ce carnaval, sa réponse m’a deçue : « sandwitch galo (gratuit), vive el galo », j’allais le dissuader pour ne pas participer et en contrepartie, l’inviter à partager avec moi un vrai repas, devant son enthousiasme et sa joie de manger un sandwitch galo, je ne lui ai pas proposé cette invitation et je l’ai laissé partir en me disant « ouech rahi rafda dzair »

    16
    FELLAG 2
    9 février 2019 - 8 h 59 min

    Est-ce-que c’est le peuple qui est devenu demeuré et mongole,aveugle sourd et muet;qu’il accepte tout juste avoir à manger et à boire;si c’est le cas pourquoi ne pas rappeler les ex colons sont moins corrompus;moins affairistes;moins régionalistes;plus travailleurs et moins voleurs;quelle religion pratiquez vous les dirigeants du FLN-RND et ses partis satellites TAJ MPA PT. UGTA FCE.ainsi leurs adhérents et votant

    24
    1
      Anonyme
      9 février 2019 - 10 h 42 min

      Rappeler les anciens colons? De toutes façons dans un tel foutoir où nous sommes, ils ne sont pas fous: ils n’ont aucune envie de revenir à mon avis. Surtout qu’ils sont à peu près tous sous terre!.
      D’ailleurs qui de nos compatriotes émigrés revient s’installer ici pour participer à la (re) construction du pays?
      J’en connais plutôt qui veulent partir.
      Eh bien on continue comme avant, comme depuis 56 ans, on ressort le grand barnum circus devant un peuple infantilisé, apathique.
      De toutes façons à quoi bon discuter, débattre, contribuer en faisant des analyses, des propositions, la question principale est l »appel au président Bouteflika pour briguer un nouveau mandat ». Voilà à quoi se résume le débat politique dans ce pays.
      Le raisonnement, le bon sens, le rationalisme est proscrit, c’est même une injure… il faut suivre comme les moutons le berger même si celui-ci ne sait pas où il nous conduit.

      23
      4
    ALGÉRIE
    9 février 2019 - 8 h 56 min

    Eux s’enrichissent et font des affaires et le ghachi est ramassé comme du bétail et acheté pour une petite excursion à Alger, un sandwich et une bouteille de gazouz, voilà ce que font les NÉO COLONS du système. ILS EXHIBENT LEURS INDIGÈNES COMME FAISAIT LA FRANCE COLONIALE.

    20
    Anonyme
    9 février 2019 - 8 h 19 min

    Des sandwichs et bouteilles de limonade pour ces … aux frais de nos autres indigènes.Le tout au service d’un portrait et on reproche a ceux qui se portent candidats d’être clowns.l’envie est donnee a ceux qui voient reellement que le pays est gere par un portrait et n’est comptable devant aucune institution.Alors pourquoi pas nous.

    17
    Blakel
    9 février 2019 - 7 h 21 min

    Je pense que faute de meilleur candidat à disposition, et malgré certains doute, il faut voter Ghediri. Je ne crois pas qu’il y ait grand chose à perdre, et peut être pas mal à gagner. Ce n’est que ma modeste opinion, je ne suis sur de rien.

    24
    1
      Zaatar
      9 février 2019 - 8 h 18 min

      L’idéal cher ami est que personne n’aille voter. Ça serait la pire des réponses que H’mida puisse recevoir du peuple. Et elle serait d’autant plus cinglante si les médias rapporterait les faits par leurs moyens télévisés.

      14
      4
      Ben
      9 février 2019 - 8 h 23 min

      C’est étonnant de voir des gens comme vous, qui écrivent si bien, penser n’être surs de rien.
      Les demis mesures tuent l’opinion et la personne.

    Zaatar
    9 février 2019 - 7 h 15 min

    Le FLN utilise des moyens colossaux pour cette campagne pour le cinquieme mandat. Comme a l’accoutumee je dirais. Il ne risquera pas d’oublier de mobiliser les bus pour le transport de ses troupes, ni d’apporter les sandwichs au fromage avec les bouteilles de limonade.

    20
      Abou Langi
      9 février 2019 - 10 h 54 min

      Moua Ya khouya Zaatar je ne crois pas que l’abstention leur donnera une leçon. Ils savent mieux que nous combien il y a de votants depuis 62. Le bourrage d’urnes et la falsification des résultats sans vergogne pour obtenir des scores de 99,98% ne les gène nullement.

      En tenant compte de ton raisonnement et de Hmida, voter pour Ghediri ou s’abstenir aura autant d’effet qu’un coup d’épée dans un océan démonté. Les scores de l’immigration tournent autour de 3%, pour quel effet  ? Tu ne peux pas me dire que l’abstention ait une quelconque efficacité. IL en sont blindés. Ils ont acquis la conviction que les élections ça ne regarde qu’eux c’est une fête en famille qui ne nous concerne pas nous autres.

      Concernant Ghediri , au moment où j’écris je ne parierai pas un dinar sur son programme et encore moins sur ses chances d’obtenir ses signatures. Delà à le voir président je n’y pense même pas.

      Je me dis seulement que s’il réussissait à rassembler un maximum d’algériens autour de lui, ce à quoi je ne crois pas , je reverrai peut être ma position. Non pas pour qu’il soit élu mais pour le message. Si tenté qu’il y ait quelque message qui signifierait quoi que ce soit à leur yeux.

      Pour moi , l’abstention ne signifie le rejet de quelque chose que pour la personne qui s’abstient mais n’est pas recevable en tant que tel , contrairement au vote blanc.

      Car entre l’abstention qui est un non-acte, y compris dans les démocraties , que l’on peut interprétée de diverses façons. De : je suis contre tous les candidats, la politique ne m’intéresse pas, j’ai du mal à faire mon choix, je n’ai pas le temps, tous pareils.Bref l’abstention signifie tout et rien.

      Ceci dit, c’est sans doute la position que je vais adopter. Ne rien dire pour ne rien dire, mieux vaut aller à la pêche, avec quelques bières dans son panier .

      8
      3
        Zaatar
        9 février 2019 - 21 h 18 min

        Cher Abou Langi,
        Comme on a de tout temps ete d’accord, tu devines bien que moi aussi le jour du vote je serais au bord de mer avec mes deux cannes a peche et mes bouteilles de vin et de bieres.

    Blakel
    9 février 2019 - 7 h 12 min

    Le système est tellement machiavélique et opaque, que je ne peux m’empêcher de penser parfois, que cette opposition de Ghediri , pourrait être après tout qu’une mascarade. Une fausse opposition entre le pouvoir impopulaire et Ghediri, pour faire de ce dernier un héros au yeux du peuple. Par l’intermédiaire de Ghediri (s’il accède au pouvoir), le système se referait une virginité aux yeux de la population, tout en assurant l’immunité aux principaux acteurs actuels, qui vont quitter le pouvoir (fakhamatouhou et son entourage, G.Salah ??). Un autre scénario possible, serait que Ghediri joue le rôle de lièvre (consciemment contre récompense politique en accédant à un poste important, ou inconsciemment sans le savoir). Un poste de vice président serait créé après la réélection du fakhamatouhou. Et le protégé du système qui serait nommé à ce poste (je ne sais pas qui), hériterait de la présidence, suite à la démission du fakhamatouhou (qui bénéficierait de l’immunité, pour lui et son entourage). De nombreux scénarios de politique fiction resteront possible avec ce système redoutable d’opacité et de ruse, tant que le peuple cantonné au statut de mineur, ne fera pas entendre sa voix. Pour ma part, je vais arrêter de chercher à comprendre, j’ai déjà assez mal à la tête comme ça. En tout cas, en attendant que le peuple se réveille un jour, j’espère que nos élites sauront se montrer raisonnable, et engager certaines réformes indispensables.
    ..

    12
    2
    Anonyme
    9 février 2019 - 7 h 01 min

    Le baath fln a de fait confisqué l’Etat et ses ressources, ses caisses sont celles de l’Etat-arabe d’Alger qu’il a en poche depuis 62

    13
    1
    Zone
    9 février 2019 - 7 h 01 min

    C’est l’argent du contribuable Algériens jetter dans des égouts, pourquoi autant de cinéma et le résultat est déjà connus,sans la fraude,et le bourrage des urnes ainsi les urnes caméléon qui transforme les voix par apport aux souhaits de Pharaon et son clan mafieux, impossible qu’un régime pareil serait réélu, ///

    25
    Blakel
    9 février 2019 - 5 h 29 min

    La principale question que je me pose, est qui dirigera vraiment le pays, après les élections d’avril prochain, en cas de confirmation du 5e mandat. Certains semblent (ou font semblant de) s’inquiéter du fait qu’Ali Ghediri soit un général. Il pourrait incarner un penchant naturel pour la dictature, en tant que militaire. Alors qu’il ne l’est plus. En tant que retraité c’est bien un civil. Je trouve ça ironique et assez paradoxal, car j’ai l’impression (peut-être à tort), que le vrai risque de renforcement de la dictature, c’est plutôt avec le 5e mandat. En effet, il semblerait (d’après tout ce qui a été écrit à droite et à gauche), que l’option du 5e mandat a été retenue, faute d’avoir pu trouver entre les 2 clans (présidence et G.Salah), une autre solution qui fasse conscensus (report, prolongation, autre candidat,..). Or avec l’affaiblissement progressif du clan présidentiel, en lien avec l’état de santé du président, le rapport de force devient de plus en plus favorable au clan de Gaïd Salah. Qu’est ce qui nous garantit, qu’on ne vas pas se retrouver, avec une présidence de façade, et un clan Gaïd Salah caché derrière qui va exercer le vrai pouvoir (en échange de l’immunité pour le clan présidentiel). J ‘ai le sentiment, peut-être à tort, que le principal obstacle pour le changement en Algérie, vient plus du clan Gaïd Salh, que du clan présidentiel. D’ailleurs les principales attaques contre l’opposition, ces derniers temps, ne sont elles pas venues de son camp ?
    ….). Merci,

    13
    1
    firmus
    9 février 2019 - 4 h 40 min

    Rachid nekkaz ne me semble pas prêt, il est trop pro subsahariens sous couvert d’ islam toujours… et ne semble pas comprendre le but caché de ceux qui les ont fait déplacer chez nous. Il faut faire très très attention…

    7
    6
      Anonyme
      9 février 2019 - 8 h 11 min

      Firmus
      Les pro subsahariens n’auront aucune chance de voir la lueur de la présidence car nous savons les causes de l’invasion du pays par ces peuples et puis ce nekkaz est loin d’être un favori chez les algériens.

      9
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.