Des sources annoncent un remaniement ministériel dans les prochaines heures

gouv remaniement
Qui va partir ? Qui va rester ? PPAgency

Par R. Mahmoudi Le président de la République procéderait à un remaniement ministériel partiel dans les prochaines heures. Un remaniement qui toucherait, selon le quotidien arabophone El-Bilad, citant des sources informées, cinq portefeuilles, sans préciser lesquels, et qui sera suivi d’un vaste mouvement de changement à la tête de plusieurs institutions en perspective de l’élection présidentielle du 18 avril.

Pour nombre d’observateurs, la désignation d’un nouveau patron de la DGSN en remplacement du colonel Mustapha Lehbiri, appelé à d’autres fonctions, prélude à un nouveau cycle de nominations qui semble dicté par les contraintes de la nouvelle conjoncture induites par l’épreuve du «cinquième mandat» et ses retombées politiques et psychologiques. Le chef de l’Etat a surtout besoin d’entamer «sa» campagne électorale avec de nouvelles têtes au gouvernement.

Annoncé depuis plusieurs mois, le changement gouvernemental avait été, à chaque fois, ajourné, alors que plusieurs ministres étaient donnés comme partants, pour cause de défaillance. L’approche des échéances électorales était souvent évoquée pour justifier cette indécision du chef de l’Etat pour changer l’Exécutif.

Cela dit, le sort d’Ahmed Ouyahia demeure inconnu. Son maintien à la tête du gouvernement durant toute cette période s’expliquait jusque-là, en partie, par son rôle dans la stabilisation de l’Exécutif face aux risques d’une crise institutionnelle, qu’aurait pu provoquer une succession de conflits au sein du parti majoritaire, qui s’est achevé par le renvoi du président de l’APN et du secrétaire général du FLN.

Cela dit, tout porte à croire qu’Ahmed Ouyahia sera maintenu à son poste jusqu’à après les élections du 18 avril, pour assurer l’organisation de ce scrutin, qui s’annonce très difficile à tous les points de vue.

R. M.  

Comment (25)

    Noboutef
    16 février 2019 - 21 h 38 min

    Remaniement?hahahha remaniement chez Boutef ,veut dire permutation,Benghabrit à la santé,Hasbelaoui,va prendre l’air,Amar Tou reprend
    etc……….C’est une sorte de cage où Boutef vient se servir.Y en a MARRRRRRE !

    Lghoul
    16 février 2019 - 17 h 55 min

    Ils ne representent qu’eux memes. Personne ne les a elu. On s’en fout de leur quarrelles deceptives. Ils appartiennent tous au club des beni oui oui pour plaire au clan d’oujda.

    Anonyme
    16 février 2019 - 0 h 22 min

    S’il y a remaniement, Bedoui doit impérativement sauter et rentrer chez lui pour tenter de se faire oublier ad vitam aeternam. Cela lui apprendra, peut-être, à proférer des menaces contre les algériens et à les traiter d’ennemis. Cela doit lui faire comprendre qu’il est au service des algériens et non le contraire.
    Autrement, le gouvernement remanié aura encore moins de crédibilité que celle qu’ont toujours eu tous les gouvernements de fakhamatouhoum wa hachiyatouhou. Et le peuple algérien, qui n’oublie jamais rien, reconnaitra les siens.
    Cela dit, il ne faudrait pas non plus s’étonner s’il venait à obtenir une promotion pour récompenser l’excès de zèle inégalé dont il vient de faire preuve à l’encontre des algériens.

    11
    1
      Anonyme
      16 février 2019 - 19 h 20 min

      Il vont certainement le garder pour heu… «assurer le bon déroulement du scrutin» qui verra bien sûr «la victoire éclatante de fakhamatouhou» et «une cinglante réponse à ses… ennemis»…etc…

    bozscags
    16 février 2019 - 0 h 18 min

    on s’en tape et alors qu’est ce que l’on a a gagne dans toute cette mascarade.

    7
    1
    Scoop
    15 février 2019 - 21 h 57 min

    Le recoupement de diverses sources récoltées sur le net, le scénario est bien huilé. Il n’y aura pas d’élections. Il savent que l’option boutef est difficile à avaler et après l’échec de la prolongation de mandat, il vont aller vers ce plan B. Tous les changements vont dans ce sens et Lamamra est une des cautions à l’international. Ils vont donc pousser à des troubles et nous fermer le jeux.

    6
    1
    faridnwia
    15 février 2019 - 19 h 08 min

    la nouveauté ne vient qu’avec des gens neufs

    15
    1
      La Vérité
      15 février 2019 - 20 h 54 min

      Moi je suis convaincu que cette fois c’est trop gros pour que ça passe, la suite des événements appartient à Allah, Sidi Saïd compare Boutéflika à Mandella alors que Mandéllla a fait deux mandats et non cinq et Louisa Hanoun a relevé que Gaïd Salah fait la campagne sur le cinquième mandat, alors que l’armée est censée rester impartiale, il y a trop de contradictions, Allah yestar

      15
    BISMARK
    15 février 2019 - 13 h 54 min

    Perso, ça me fait une belle jambe ! On prend les mêmes et on recommence. ON CHANGE TOUT AFIN QUE RIEN NE CHANGE…..
    On connait la musique ! LE PEUPLE N’EST PAS CON…..

    32
    2
    MELLO
    15 février 2019 - 13 h 17 min

    Remaniement partiel ? Pourquoi faire ? Y a toujours il panique au sein du gouvernement ? Y a t il des ministres qui sont contre ce 5 e mandat ? . Cinq ministres seront touchés, mais toujours cette opacité dans la gestion, peut être intégreront ils les nouveaux venus dans la direction de la campagne électorale du candidat président : Sellal, Ramdhan Lamamra, Benyounes, Ghoul et un autre qui sortira de la botte magique.
    Ceci étant, c’est tout le gouvernement qui fera la campagne électorale , seul le bon Dieu connaît l’issue de cette élection . Nous peit peuple restons accrocher au secret du Bon Dieu.

    21
    Anonyme
    15 février 2019 - 13 h 04 min

    IL PROPOSE DES CHANGEMENT PROFOND APRÈS LE SCRUTIN . CE QUE BOUTEFLIKA ET SON ENTOURAGE NE SAVENT PAS C EST QUE LE PEUPLE SAIT QUE LE PRÉSIDENT A LE DROIT DANS LA SECONDE QUI SUIT ET MAINTENANT ET AVANT LES ÉLECTIONS D ORDONNER LA DISSOLUTION DU FLN ET DU RND ET METTRE LEURS DIRIGEANTS A LA DISPOSITION DE LA JUSTICE ! ET CA DEVIENDRAIT SÉRIEUX ET CROYEZ MOI LE PEUPLE SACRALISERAIT BOUTEFLIKA JUSQU A LA NUIT DES TEMPS ! MAIS FAIRE DES PROMESSES APRÈS LES ÉLECTIONS YEW ECHAAB FAKOU ET C EST A LUI DE PROUVER SA BONNE FOIS ET MAINTENANT SINON TOUS DERRIÈRE GHEDIRI ALI POUR CHASSER LE SYSTÈME §

    29
    5
    Spleen Dz
    15 février 2019 - 12 h 36 min

    Remanier ou pas, ça ne change rien. Une énième diversion, c’est tout. Peut on couver un œuf de l’extérieur alors qu’il n’est pas fécondé de l’intérieur? Perte de temps et de tout!! Mrs Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous ». Gandhi « Quand le doigt montre la lune, l’imbécile regarde le doigt du sage! » .

    19
    3
      Anonyme
      15 février 2019 - 16 h 59 min

      Ghandi a dit ça ?!?

      8
      1
    anonyme
    15 février 2019 - 12 h 29 min

    Ecoutez celle la elle est bonne (cinquieme mandat oblige)
    ils sont prets à hypothéquer même le pays pour leur kourssi
    Alors que cet argent qu’ils ont distribué à des voyous pour acheter leur silence et l’argent du peuple

    Simple annonce de campagne pour les présidentielles ou une mesure prise en réponse aux multiples protestations des jeunes promoteurs de micro-entreprises ? Le ministre du Travail et de l’Emploi, Mourad Zemali, qui effectuait ce jeudi 14 février une visite d’inspection dans la wilaya de Tizi Ouzou a annoncé que les promoteurs ayant créé leurs entreprises dans le cadre des dispositifs Ansej, Cnac et Angem et qui n’ont pas réussi ne seront plus inquiétés par la justice.

    “Les jeunes qui ont créé des petites entreprises et qui n’ont pas réussi, je leur dis que ce n’est pas une honte. Pour nous, c’est même une réussite d’avoir essayé et d’avoir acquis une expérience. A ceux-là, je dis aussi qu’ils ne doivent plus s’inquiéter. Il n’y aura pas de poursuites judiciaires à leur encontre, je le confirme et je le clarifie aujourd’hui”, a annoncé le ministre au cours d’une conférence de presse animée à la fin de sa visite.

    “A leur création, ces dispositifs ont été accompagnés par le lancement d’un fonds de garantie et en cas d’échec c’est ce fonds qui va rembourser la banque. Le jeune promoteur ne sera pas inquiété”, a insisté le ministre avant de fixer sa condition. “Je parle de ceux qui ont vraiment créé leur entreprise. Je ne parle pas de ceux qui ont détourné l’argent de ces dispositifs à d’autres fins”, a-t-il précisé.

    Les jeunes entrepreneurs en difficulté ont organisé, par le passé, de nombreuses marches à l’effet de réclamer l’annulation de leurs dettes et la cessation des poursuites judiciaires à leur encontre. Mais le département de Zemali a, à maintes reprises, réaffirmé son rejet des revendications des jeunes promoteurs. C’est donc à quelques semaines de la campagne pour les présidentielles que le ministre annonce leur acceptation avant même que la question ne lui soit posée.

    19
    3
      Anonyme
      16 février 2019 - 0 h 30 min

      Ils sont bien entendu passés maitres dans l’art d’acheter les consciences, mais jamais avec leur propre argent. Ils le font, seulement et exclusivement, avec les deniers de l’État.
      Même les campagnes électorales du roi-candidat se sont toujours faites avec les deniers de l’État. C’est aujourd’hui devenu un secret de Polichinelle.

    abdel
    15 février 2019 - 11 h 58 min

    je récidive a nouveau avec la phrase de cet écrivain sicilien, qui disait a propos du systeme politique de l’épque;;;;. ‘(.IL FAUT QUE TOUT CHANGE POUR QUE RIEN NE CHANGE !!! ) ils n’ont pas compris que leur systeme est a bout de souffle,on peut a l’infini changer les tetes mais,mais la tete principale par laquelle,débute la fin, ne répond plus !!!

    22
    2
    anonyme
    15 février 2019 - 11 h 34 min

    C’est le peuple qui décidera du remaniement à savoir le votre et vous chassera tous inchallah
    Partez c’est le mieux qui vous reste à faire

    33
    2
    Anonyme
    15 février 2019 - 11 h 02 min

    On s’en fou de ce gouvernement, on veut justement qu’ils partent tous.
    Les remaniements de la dernière minute n’ont aucun sens.

    34
    2
    salah
    15 février 2019 - 9 h 36 min

    Pour quoi faire déjà que le pays est paralysé depuis 2013
    Le temps du changement est venue de grés ou de force

    37
    4
    Bouzorane
    15 février 2019 - 9 h 31 min

    Aissa et Mihoubi dehors !

    22
    7
    Mohand
    15 février 2019 - 9 h 21 min

    Pourquoi toute cette dépense inutile d’énergie ; le scrutin ne sera pas difficile. Le carde sera élu sans soucis. Ceux qui voteront le feront contre un sandwich au cachir et les autres, comme moi, iront à la pêche. Ce qui me désole dans ce que je viens d’écrire, c’est ma passivité, ma lâcheté et l’acceptation du fait accompli sans broncher. Pauvres de nous

    45
    6
      Nasser Nasro
      15 février 2019 - 13 h 56 min

      @mohand
      Allez aux urnes, la pêche après/ Sinon, nous allons comme par le passé laisser libre champs aux urnes caméléon. A défaut de choisir un candidat votez blanc. Voter est un acte emblématique de la citoyenneté. Si tous les votants avaient voté , la donne aurait changé depuis longtemps. On ne compose pas de la même manière avec un peuple qui vote et marque sa présence, qu’avec un peuple absent. C’est toute la différence parce que la nature à horreur du vide et derrière le vide il y a l’incertitude et les mauvaises surprises. Alors ne laissant pas de vide et compliquant leur l’acte de tricher

      11
      2
        Anonyme
        15 février 2019 - 15 h 21 min

        vous avez raison il faut faire face à la situation.

        10
        1
    anonyme25
    15 février 2019 - 8 h 29 min

    Le remaniement ne nous intéresse pas il faut le rasage et une construction toute neuve à tous les niveaux.

    53
    2
    Abou Stroff
    15 février 2019 - 7 h 33 min

    remaniement ministériel «dans les prochaines heures» ou dans les prochains jours ou dans les prochains mois ou dans les prochaines années, qu’est ce que cela va changer dans le quotidien de l’algérien lambda?
    rien, nothing, nada, … etc..
    après tout, notre bienaimé fakhamatouhou national jouit d’une confiance totale, pour ne pas dire d’une totale confiance de la part de tous les algériens…………………. sans exclusive.
    par conséquent, notre bienaimé fakhamatouhou national peut nommer qui il veut au poste qu’il veut. nous applaudirons jusqu’à la rupture de nos phalanges à toute décision de notre leader bienaimé.

    44
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.