Parlementaires britanniques : «Facebook est un gangster numérique»

gangster
Mark Zuckerberg lors d'une audition. D. R.

Dans un rapport publié ce lundi et repris par de nombreux médias, des parlementaires britanniques ont appelé à renforcer la régulation s’appliquant aux réseaux sociaux, en particulier Facebook, pour les empêcher de diffuser de fausses informations et d’agir comme des «gangsters numériques». «Il faut une modification radicale du rapport de forces entre ces plateformes et le public. L’âge d’une autorégulation inadéquate doit toucher à sa fin», a déclaré Damian Collins, le président de la commission sur le numérique, la culture, les médias et le sport de la Chambre des communes.

Damian Collins a soutenu que «les droits des citoyens doivent être établis légalement, en exigeant des compagnies technologiques d’adhérer à un code de conduite inscrit dans la loi par la Parlement, et supervisé par un régulateur indépendant».

Facebook était depuis des mois dans le viseur de cette commission, dans le cadre d’une enquête sur le phénomène des «fake news» et son impact sur les récents scrutins au Royaume-Uni, dont le référendum sur le Brexit en juin 2016. «Les entreprises comme Facebook ne devraient pas être autorisées à se comporter comme des « gangsters numériques » dans le monde en ligne», souligne le rapport de plus de 100 pages.

Ce dernier appelle également le gouvernement britannique à mener une «enquête indépendante» sur l’«influence étrangère» et la désinformation lors du référendum sur le Brexit, mais aussi les élections législatives anticipées de 2017 et le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse en 2014».

S. S.

 

Comment (4)

    Rayes Al Bahriya
    18 février 2019 - 17 h 15 min

    Moi , ça fait plus de 10 années que je dénonce cette face bouque ! ( face book ) , sur tout les toits , que je dénonce ce traquenard à la bob denard !
    Mais il a fallut qu’on député le face ( fasse ) sur son book , pour en faire un scandale Facebook !
    En tout cas edward Snowden est un grand défenseur de la liberté des citoyens du monde !
    Assange aussi !
    Vive MOIIIIIIIIIIII
    QUAND À MOI !!!!

    Vroum Vroum 😤
    18 février 2019 - 16 h 17 min

    Face Book…un océan de renseignements sur les profils de personnes..j’ai jamais utilisé Face Book ni Snapchat ni rien de ce genre…Mon smartphone me sert juste à Téléphoner , GPS, Calculatrice , voir YouTube en triant le bon du mauvais , Lire pour m’informer …voilà le côté pratique sans plus …ne jamais acheter via internet….jamais Face Book ou discussion par message …avec le peu qu’on fait c’est déjà de trop pour se préserver et malgré ça on peut nous situer , ecouter ,…Alors Facebook à la poubelle .

      Lyes Oukane
      18 février 2019 - 17 h 20 min

      @ Vroum Vroum . Entièrement d’accord avec toi .Depuis la nuit des temps l’homme n’a pas eu besoin de tous ces gadgets pour communiquer avec son voisin . D’ailleurs ,tout le monde a remarqué que plus on utilise les réseaux sociaux et son téléphone mobile et plus on se coupe de la société .

      Le seul gagnant c’est Zuckerberg ou plutôt ceux qui l’on placé là où il est ( 500 millions de la CIA pour lancer le projet initial ).
      Zuckerberg = montagne de sucre en allemand . Son vrai nom serait Jacob Greenberg .Il serait le petit fils de David Rockefeller .

      Les consommateurs sont les grains de cristal sirupeux ,Face book c’est la ruche et ceux qui se gavent de ce sucre c’est les abeilles qui ont financé le projet . C’est ce que j’ai expliqué à mes enfants . J’ai mis du temps à leur faire accepter cette vérité .

      Les gentilles histoires hollywoodiennes d’une équipe d’étudiants cherchant , trouvant ou inventant les GAFA sans que l’état profond ne s’en mêle ou n’en soit le véritable instigateur ,je n’y ai jamais cru un seul instant .
      Après ,à chacun d’avaler la couleuvre à sa guise ou pas .

    Anonyme
    18 février 2019 - 13 h 02 min

    Un article sur Voltaire net sous le titre :Comment une cellule secrète de Facebook manipule les opinions publiques signe par Shelley Kasli (Bloomberg) révèle la manière dont Facebook manipule les processus démocratiques,il a révélé aussi comment une cellule secrète de Facebook a permis la création d’une armée de Trolls à la faveur de nombreux gouvernements de par le monde.Cette initiative est menée depuis Washington par une équipe très discrète de Facebook, spécialisée dans les questions de politique globale, avec à sa tête : Katie Harbath, l’ancienne stratège numérique du camp Républicain qui a travaillé en 2008 sur la campagne présidentielle de l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, ainsi que sur les élections indiennes de 2014 . Le nombre d’utilisateurs de Facebook a explosé concomitamment aux soulèvements des « printemps arabes » qui ont eu lieu au Moyen-Orient en 2010 et 2011, mettant en évidence l’immense influence qu’exerce la plate-forme sur la démocratie.Facebook a été mis en cause par l’Union Européenne pour avoir laissé l’islamisme radical prospérer sur son réseau.À l’époque des élections indiennes de 2014, Facebook avaient déjà travaillé pendant plusieurs mois sur diverses campagnes.
    Modi a grandement profité du soutien de Facebook et de WhatsApp pour etre elu haut la main…..Dans les semaines qui ont suivi l’élection de Modi, Zuckerberg et sa directrice d’exploitation Sheryl Sandberg se sont tous deux déplacés en Inde………L’Inde est devenu un foyer de désinformation, avec notamment la propagation d’un canular qui a conduit à des émeutes causant la mort de plusieurs personnes. Le pays est aussi devenu un endroit extrêmement dangereux pour les partis d’opposition et les journalistes.
    Ce qui est intéressant, c’est que Mark Zukerberg lui-même veut devenir président des États-Unis et s’est ainsi déjà attaché les services de David Plouffe (conseiller de campagne de Barack Obama en 2008) puis de Ken Mehlman (conseiller de campagne de George Bush Jr en 2004). Il travaille actuellement avec Amy Dudley (ancienne conseillère du sénateur Tim Kaine), Ben LaBolt (ancien attaché de presse de Barack Obama) et Joel Benenson (ancien conseiller de campagne d’Hillary Clinton en 2016).
    Une étude parue en 2014 intitulée : La mise en évidence expérimentale d’un phénomène de contagion émotionnelle de grande ampleur via les réseaux sociaux a étudié le ratio entre les messages positifs et négatifs vus par 689 000 utilisateurs Facebook. Cette expérience, qui s’est déroulée entre le 11 et le 18 janvier 2012, a tenté d’identifier des effets de contagion émotionnelle en modifiant le poids émotionnel des informations diffusées aux utilisateurs ciblés. Les chercheurs concluent avoir mis en évidence pour la première fois « la preuve que les émotions peuvent se propager à travers un réseau informatique, [même si] les effets liés à ces manipulations restent limités ».Ainsi donc, pour quel nouveau produit révolutionnaire Facebook a-t-il conduit des expérimentations psychologiques visant à manipuler émotionnellement ses utilisateurs ? Ces produits révolutionnaires sont des armées de Trolls numériques à des fins de propagande qui diffusent des informations mensongères comme une trainée de poudre afin d’aider ses clients pendant les élections.La plupart d’entre nous ne prête pas vraiment attention à ce qui est posté sur les réseaux sociaux et la majorité de ce que l’on voit est plutôt inoffensif. Du moins, c’est l’apparence que cela prend à première vue. La vérité est que ce que nous postons sur le net a un impact effrayant. Selon une recherche récente menée conjointement par le Laboratoire national du Nord-Ouest pacifique et l’université de Washington, le contenu que l’on poste sur les réseaux sociaux pourrait être utilisé par un logiciel afin de prédire des événements futurs —Dans un papier qui vient d’êre publié par ArXiv, une équipe de chercheurs a découvert que les réseaux sociaux peuvent être utilisés dans le but de « repérer et de prédire des événements dans le monde réel ».
    L’analyse de Twitter peut prédire avec précision des troubles sociaux, par exemple, lorsque des personnes utilisent certain hashtags pour discuter certains problèmes avant que leur colère ne se répande dans le monde réel.L’exemple le plus connu de ce phénomène est survenu lors des printemps arabes, lorsque des signes évidents de protestations et de soulèvements imminents ont été repérés sur le net les jours précédant la descente des gens dans les rues.L’inverse est aussi vrai, signifiant que la colère peut aussi être générée par les réseaux sociaux et une fois qu’elle atteint un niveau optimal être déversée sur des événements de la vie réelle.la diffusion de fausses nouvelles porte préjudice à la perception de la réalité quotidienne….Madame Feraoun doit plutot penser a installer un veritable systeme de cibersecurite ..et creer une agence nationale de securite numerique,elle doit faire appel aux experts Russes pour former nos ingenieurs en securite numerique …ils sont parmi les meilleurs du monde…aujourd hui avant demain …car la manipulation de l opinion publique Algerienne est en pleine activite…. …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.