Boycotté par des partis et des personnalités : le fiasco annoncé du sommet de Djaballah

Djaballah
Abdallah Djaballah, président du Front de la justice et du développement (El-Adala). New Press

Par Hani Abdi – Des partis et des personnalités ont donné une fin de non-recevoir à l’invitation de Abdellah Djaballah pour participer à un sommet de l’opposition demain à Alger pour approfondir les discussions sur un candidat unique de l’opposition.

Le RCD et le FFS se disent non concernés par cet événement directement lié à une élection qu’ils boycottent. Bien qu’ils restent ouverts au dialogue et au débat, ces deux formations refusent de s’impliquer dans une initiative qui est en dehors de leur champ d’actions du moment.

Le Parti des travailleurs, lui aussi, ne se sent pas concerné par cette démarche et tient à son initiative pour une Assemblée constituante. Le candidat à la présidentielle, le général-major à la retraite Ali Ghediri ne participera pas lui aussi à ce sommet, censé dégagé une candidature unique de l’opposition au scrutin du 18 avril.

Le MSP de Abderrezak Makri ira à ce sommet par «politesse» et par «affinité politique», puisqu’il maintient sa candidature. Le parti de Talaie El Houriyet n’a toujours pas confirmé sa participation à cette réunion.

Le refus d’une bonne partie des partis politiques qui comptent sur la scène nationale de participer à ce sommet sonne ainsi l’échec de l’initiative de Djaballah qui voulait se placer en «fédérateur» des forces de l’opposition à quelques semaines du coup d’envoi officiel de la campagne électorale. C’est un véritable revers pour ce chef islamiste qui cherche à se placer en locomotive de l’opposition afin de mieux orienter son action, voire même son programme.

Après avoir décidé de ne pas participer à la présidentielle, Abdellah Djaballah tente de s’approprier une initiative qui n’a rien de nouveau. En effet, des formations de l’opposition démocratique ont déjà proposé il y a deux ans l’idée d’aller vers un consensus au sein de l’opposition autour d’un candidat unique pour la présidentielle. Mais le tour préliminaire de discussions a fait ressortir l’indisposition de toutes les forces de l’opposition à aller vers une telle option.

H. A.

Comment (9)

    Anonyme
    20 février 2019 - 9 h 17 min

    Ce type ne devrait plus se montrer comme étant un « politique », même pour exercer la fonction de imam il n’a pas « l’algérianité » dans son langage donc pas la peine d’insister.

    7
    1
    Anonyme
    20 février 2019 - 1 h 09 min

    Qui va suivre un Djaballah qui ne représente rien sur l échiquier politique?
    En plus il posera au candidat des conditions pour islamiser encore plus le pays….Non merci….

    7
    3
    Vroum Vroum 😤..
    19 février 2019 - 22 h 39 min

    Voilà des Hommes qui crée un Parti est se font les propriétaires de la Religion , Du , Droit , de la Justice..?.. De quel Droit se prononcent-ils représentant de l’islam , eux les Seuls…mais que vient faire l’islam dans la Politique , car un Parti sert à prendre le Pouvoir d’un Pays et faire de la Politique Étrangère , Politique Économique , Politique politicienne , Construire des Logements , des Usines , des routes…Mais que vient faire un « Religieux  » Djabalah ou Mokri..ou…dans une Élection présidentielle dont on sait qu’il sera impossible d’être juste , que l’économie gestion s’apprend à l’école, Lycée, Université…mais que vient faire l’islam dans la Politique ??..Si ce n’est l’utiliser comme outil pour s’accaparer le Pouvoir , rien que le Pouvoir…Foutez la paix à l’islam . . Le Parti de la Justice et du Droit ???..avec un Kamis et Barbe ?? ..On est tous Musulmans , et pas besoin d’un Fis ou autre Djabalah pour tromper le Peuple ..Ces Islamistes ne travaillent pas pour l’Algérie , la Nation , mais pour un Califat supranationale dirigé par des Autoproclamé Califs…comme pour l’international Socialisme…Pour les Islamistes le vote est Haram mais avancent masqué…allez dire aux Saouds Wahabisme ou Qatar Wahabisme ou Bahreïn ou Émirats Arabes Unis d’utiliser le vote populaire pour élire les Dirigeants , leurs Chouyoukhs de Palais sortirons des « Fathwa  » pour interdire le vote !!.. C’est Haram !!.. Un Islamiste utilise la Religion pour le Fauteuil doré à l’or , et le Palais…regardez Saouds , Erdogan , Tamim du Qatar Chez qui était logé Abassi Madani dont ces enfants ont étudié à l’étranger et dont un de ces Fils est Riche et Directeur de Chaîne de télévision Al Maghribya basé en Gb à Londres , financé par le Wahabisme Qatar /Saouds…l’ex Fis devenu Rachad dirigé par Mourad Dhina , Zitout en Suisse et financé par le Wahabisme Qatar et Saouds…Voilà à quoi sert la Religion chez ces imposteur qui trompent les Peuples.. Fawzan le « Savant  » Wahabite qui boit le café avec les Saouds , et avant lui Ibn Al Baz , Outheimine les habitués du Palais Saouds , en Or fin…Voilà ces islamistes qui ont détruits des Pays Musulmans avec l’aide du Sionisme Occident dans l’espoir de prendre le Pouvoir…Laissez l’islam et les Musulmans tranquille et faites de la Politique autant que vous voudrez , ..!

    5
    1
    UMERI
    19 février 2019 - 22 h 27 min

    Y a cheikh Djaballah, en politique, il faut mentir, comme le dit le proverbe »il faut savoir nager et garder ses habits » vous êtes un imam de profession, alors, au lieu de vous lancer dans une politique qui vous dépasse, il vaut mieux pour vous, d’allez distiller vos prêches dans les mosquées et de diffuser vos fatwas débiles, qui n’apportent rien de positif au pays, mais qui vous donne l’illusion de servir a quelques choses. Même pour les islamistes, comme Mokri, Soltani et consorts, vous êtes infréquentable, il vous reste Ali Belhadj et encore, il est trop occuper a semer la zizanie, là ou il passe.

    5
    1
    Fettou
    19 février 2019 - 21 h 25 min

    C’est qui celui la ?

    2
    1
    SoyonsLucides
    19 février 2019 - 20 h 50 min

    L’Islam politique n’a pas lieu d’exister.Et les partis qui le pratiquent aussi.
    Pour Ghediri çà aurait été un suicide politique s’il s’était affiché avec un parti islamiste qui n’apporte rien à la société algérienne que l’abrutissement,la sclérose,la médiocrité et la négation à l’émancipation et le développement.

    8
    3
    elhadj
    19 février 2019 - 19 h 43 min

    ces pseudo partis d opposition ont révèle leur véritable nature c est a dire qu ils ne sont que de simples animateurs de salons feutres des lors qu ils sont incapables de se réunir ,de mobiliser la société ou d avoir une assise crédible auprès des citoyens.le meilleur service qu ils rendraient au peuple et au pays c est de quitter définitivement la scène politique déjà largement polluée par ceux qui se sont érigés d office en tuteurs du peuple

    anonyme
    19 février 2019 - 18 h 59 min

    A choisir, je préfère Boutef !

    3
    7
    Mir
    19 février 2019 - 15 h 43 min

    On connait la tactique des opportunistes islamistes : ils savent que leur candidat ne sera jamais élu, alors ils s’accrochent au train en marche. Qu’importe si le candidat est laïque ou militaire, pourvu qu’ils accrochent leur wagon. Ghediri n’a pas besoin de vous. Le peuple n’a pas besoin de vous. Vos « initiatives » puent la manipulation à 150 km. Faqoo !

    21
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.