Marches à travers le pays : ceux qui espéraient un vendredi noir frustrés

Marches contre 5e mandat
Manifestation près de la Grande-Poste à Alger. Photo : Ennahar

Par Karim B. – Les marches organisées dans la capitale se déroulent dans un calme relatif. Sur la place du 1er-Mai, plusieurs centaines de citoyens se sont rassemblés et ont marché le long de la rue Hassiba Ben Bouali avant de se disperser sans incident notable, à l’instar de plusieurs dizaines d’autres rassemblés devant le palais du gouvernement. A la Grande-Poste, des heurts sans gravité sont signalés au moment où nous rédigeons ces lignes. Les forces de l’ordre ont dû faire usage de canons à eau et de bombes lacrymogènes pour empêcher les protestataires de marcher sur El-Mouradia, siège de la Présidence.

Les citoyens ont répondu à l’appel à des marches dans une dizaine d’autres wilayas, dont Béjaïa, Oran, Sétif, Mostaganem, Constantine, Ouargla, Annaba, Tébessa et Khenchela.

«Dirigée» par les démocrates, la marche d’Alger n’a pas été suivie par les islamistes comme cela avait été prévu, vu le choix du jour et de l’heure de la manifestation, soit à la sortie de la prière du vendredi. On s’interroge, à cet effet, sur les dessous de ce choix par ceux qui, à travers les réseaux sociaux, avaient appelé à occuper la rue pour dénoncer ce qu’ils qualifient de «mascarade électorale» après l’annonce du président Bouteflika de se porter candidat à sa propre succession en dépit de sa maladie.

La présence de membres du mouvement Mouwatana qui semble avoir «pris les commandes» de la manifestation bien qu’il n’en soit pas l’initiateur, suscite des interrogations sur l’objectif de cette organisation qui semble ainsi vouloir pactiser avec les extrémistes du FIS dissous dont ils escomptaient une forte mobilisation. Par ailleurs, l’absence des islamistes à la manifestation est, elle aussi, sujette à de nombreuses interrogations, en ce sens que l’un des agitateurs les plus actifs sur les réseaux sociaux, en l’occurrence l’ancien numéro deux du FIS dissous, a multiplié les apparitions sur la Toile ces derniers jours pour ressasser son discours éculé.

Les islamistes n’ont-ils pas voulu s’afficher avec des «laïcs» refusant de leur servir d’alibi ou ont-ils préféré ne pas se montrer par crainte de voir leur image de «puissants mobilisateurs de la rue» écornée, au vu de l’indifférence affichée par la majorité des fidèles à ces appels à manifester ?

Quoi qu’il en soit, le bain de sang n’a pas eu lieu, au grand dam de ceux qui espéraient un vendredi noir pour mettre en œuvre leur diabolique plan de destruction de l’Algérie.

K. B.

Comment (80)

    fatigué
    23 février 2019 - 18 h 12 min

    Octobre 88, au début des manifs, les islamistes sont restés à l’écart puis après deux jours, ils ont surfé sur la vague et se sont emparé du mouvement , en 2019, les islamistes vont faire la mémé chose.

    2
    10
      Mohamed
      23 février 2019 - 20 h 04 min

      Salam aleikoum,

      Comme dit un proverbe : « Chat échaudé craint l’eau froid », Octobre 1988, nous n’avions pas eu d’expérience, nous n’avons pas su garder cette dynamique et fructifier les résultats d’octobre 88, nous n’avons pas su comment accompagner ce changement pour le transformer en une réelle construction d’une nouvelle République, tout le monde nous a eu : le pouvoir, les opportunistes, le système, etc…

    benchikh
    23 février 2019 - 14 h 38 min

    une grande admiration pour ce qui se passe en Algérie,je peux que dire que ce peuple a pratiqué sa démocratie pacifiquement, il s’est exprimé dans ce qu’il pensé, et côté sage de l’état était à l’écoute. Chers amis la démocratie est en cours et évolue positivement.
    Le meilleur travail celui qui est entouré par beaucoup d’interventions et donne des résultats satisfaisants pour tout le monde .Comme le cas du maire de Khenchla l’état n’a pas tardé à l’expulser .Continuons notre progression calmement et sûrement .

    11
    1
    Mir
    23 février 2019 - 13 h 24 min

    il n’y a que le Pouvoir et ses sbires chyatines qui espèrent que ça tourne mal pour lancer la machine repressive. Les jeunes ont prouvé leur maturité et leur sens civique, au tour des caciques dinosaures qui nous gouvernent de saisir cette occasion pour se retirer dignement avant d’etre chassés comme des malpropres.
    le 18 avril sera une journée d’indépendance, l’acte de naissance de notre vraie République, chacun doit veiller sur les urnes et ne rien lâcher face à la bureaucratie et aux bourrage des urnes. il faut dormir sur les urnes et les surveiller tout le temps et les accompagner et verifier que tous les bulletins sont comptés. ils ne peuvent plus trafiquer car ils ont peur du peuple. Courage continuons la lutte pacifique !!!

    12
    3
    Brahms
    23 février 2019 - 10 h 19 min

    Chers citoyens,

    Restez calme et tranquille. Pas de casse, ni de dégâts, la manifestation doit être encadrée par un service de sécurité et autorisée. Soyez responsable et intelligent. Casser c’est facile mais construire c’est très difficile.
    Si demain, vous cassez votre voiture, vous verrez qu’il vous sera très difficile pour en acheter une autre donc imaginer pour un immeuble ou un magasin ce sera encore plus difficile. Il y a également des voitures à crédit, des immeubles, des maisons, des appartements ainsi que des magasins qui sont payés via des crédits bancaires donc ne mettez pas l’économie à plat juste pour une élection car ce seront les citoyens qui en paieront les pots cassés.

    26
    2
    Ksm
    23 février 2019 - 7 h 34 min

    Après la Syrie La Libye le Mali la Tunisie l’Irak Ainsi que le Venezuela Il va te soit que tous les pays qui regorge d’or noir sont les cibles des États-Unis et de l’Europe réveillez-vous il n’est pas leur de faire le jeu des Américains et des Français en déstabilisant notre pays car nous savons en tant qu’algérien que la mentalité qui est la nôtre est une mentalité hors cadre qui n’a pas de limite celle-là armée et le garde-fou qu’il faut pour ce pays car si le pays sombre dans l’anarchie il ne se relèvera jamais car la mentalité algérienne est trop individualiste régionalistes j’espère que nous aurons la présence d’esprit d’améliorer le fonctionnement de l’État en créant une fédération car nous sommes riches d’une diversité du Nord au Sud de lest à l’ouest qu’il faut exploiter et qui nous grandira

    11
    18
    A B
    23 février 2019 - 7 h 03 min

    Salam ,chapeau bas à la nation Algérienne surtout à la jeunesse, et on le voit à l instar d autres peuples vous êtes éduqués, inchallah mettez à profit ce don pour construire votre pays et le rendre agréable à vivre

    25
    3
    Zaatar
    23 février 2019 - 6 h 55 min

    Ceux qui espéraient un vendredi noir sont frustrés. Oui parfaitement. Mais il faudrait qu’ils soient encore plus frustrés le 18 avril prochain. Pour cela il faudra inhiber toutes les manigances de H’mida ce jour là. Les manifestants (le peuple) doivent être présents dans tous les bureaux de vote et doivent participer aux dépouillement et au comptage des voix dans tous les bureaux de vote. Ce n’est que de cette façon que l’élection sera propre et qu’on aura un président effectivement élu par le peuple, même si ça sera Bouteflika.

    20
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.