Ali Benflis appelle Bouteflika à se retirer de l’élection présidentielle

présidentielle Benflis
Ali Benflis. PPAgency

Par Hani Abdi  Le parti Talaie El-Hourriyet d’Ali Benflis appelle les hauts responsables du pays à saisir le message du peuple, qu’il considère comme clair et limpide.

Pour le parti de Benflis, les marches populaires contre le cinquième mandat est un signe du rejet des Algériens de la continuité. Talaie El-Houriyet appelle ainsi le président Bouteflika «au renoncement au cinquième mandat, une exigence et une nécessité nationales pour préserver la stabilité du pays, la cohésion de la nation et la continuité de l’Etat national».

Aussi cette formation appelle-t-elle dans le même contexte au «départ immédiat du gouvernement contesté et décrié à travers tout le pays et son remplacement par un gouvernement dirigé et composé de personnalités indépendantes, au-dessus de tout soupçon, aux qualités morales et aux compétences avérées, pour assurer une gouvernance efficiente du pays, réunir les conditions et préparer des élections pour permettre l’expression libre et souveraine du peuple algérien pour le choix de ses dirigeants».

Talaie El-Hourriyet considère, à cet égard, que ladite Haute Instance indépendante de surveillance des élections, qui a montré sa totale inefficacité et son échec lors des scrutins précédents, est un obstacle à la tenue d’élections crédibles et au respect de la volonté populaire. Le parti de Benflis salue les marches de protestation contre le régime politique en place, plus particulièrement contre le cinquième mandat. Il se félicite du caractère pacifique de cette protestation populaire contre ce coup de force du pouvoir politique en place et le haut degré de civisme et de maturité des manifestants.

Il soutient, sans réserve, le droit constitutionnel des citoyens à «manifester publiquement et pacifiquement leur opposition à une décision irresponsable qu’ils ont ressentie comme une humiliation et une provocation et contre un régime qui se prépare à détourner, une fois de plus, la volonté populaire pour sa survie». Il constate que «les impressionnantes marées humaines qui ont investi les rues n’ont eu besoin ni de mots d’ordre officiels de l’opposition, ni d’injonctions d’officines étrangères pour exprimer haut et fort leur rejet de la politique du fait accompli».

«Les manifestants n’ont été retenus ni par la stratégie de la peur que brandit le pouvoir comme le retour aux années difficiles de la décennie 1990 ni encore les dérapages dudit ‘’printemps arabe’’ ni par les menaces de répression», affirme ce parti qui tranchera la question de sa participation  à la présidentielle le 28 février.

Le parti de Benflis relève, par ailleurs, l’attitude mesurée des forces de l’ordre qui ont encadré les manifestants. Il exprime, cependant, ses inquiétudes face aux menaces de recours à la force pour réprimer les manifestations, proférées par des responsables politiques et met en garde les autorités publiques contre toute provocation et les dérapages que la répression des manifestations peut entraîner.

H. A.

 

Comment (21)

    Lahouaria
    25 février 2019 - 6 h 07 min

    Je considère ce type comme un harceleur du Président et du peuple. Stop, dégage, rentre dans la résidence séniors 🧓 avec les vieux de ton âge et fous nous la paix, y’en a marre de tes conseils…

    4
    7
    MELLO
    24 février 2019 - 22 h 28 min

    Est il dans le secret des Dieux ? . La candidature de Bouteflika , sous entendu par Benflis, sera probablement retirée pour calmer les esprits. Deux scénarios possibles : soit les élections sont annulées et reportées,
    ( pour une période indeterminee) ce qui engendrera une situation …. , soit les élections sont maintenues et ce régime s’accaparera le candidat Ali Ghediri , lui même issu du système.

    5
    3
      Mhand
      25 février 2019 - 0 h 49 min

      EXCELLENT ANALYSE MELLO.

      2
      2
      Anonyme
      25 février 2019 - 9 h 05 min

      EXCELLENT ANALYSE MELLO. oui tout a fait..
      mais le peuple refusera de legiferer sur le report ou l annulation des elections,il n y a qu une seule solution et pas 2….
      les elections doivent se derouler a la date prevue.et Bouteflika doit retirer sa candidature..
      Et c est au peuple Algerien de choisir librement celui ou celle qui presidera ses destines…La souverainete du peuple est irremplacable…et il maintiendra definitivement son refus du 5 eme mandat….toute l Algerie est debout pour dire non au 5 eme mandat … c est une honte….

    Mimi
    24 février 2019 - 21 h 58 min

    Chef du gouvernement du président Bouteflika: Ali Benflis 26 août 2000 5 mai 2003 FLN = 1ier saboteur du programme du président et maintenant comme on dit chez nous » yedj’hou s’hih. »

    Tredouane
    24 février 2019 - 21 h 50 min

    Vous ne comprenez pas que la NATION vous a signifié que de facto y plus de partis politiques, de facto soi vous adhérez au propositions du peuple et de la Nation ou taisez vous.

    4
    1
    Bouzorane
    24 février 2019 - 12 h 02 min

    Si Bouteflika doit se retirer, c’est aussi le cas de Benflis, du haut de ses 75 ans!
    Les vieillards, dégagez!
    Je propose à M. Benflis d’accompagner Bouteflika en Suisse, un pays où les hôpitaux pratiquent le suicide assisté.
    C’est peut être la raison du déplacement du président en Suisse, lui, qui a toujours voulu mourir sur le trône.
    Dieu ne l’ayant pas rappeler. Peut être voudrait-il s’imposer à Dieu comme il s’est imposé aux Algériens?

    45
    9
    Anonyme
    24 février 2019 - 11 h 49 min

    LA SOCIETE CIVILE DOIT PRENDRE LE RELAIS. Il faut structurer ce mouvement citoyen et proposer des voies de sorties pour reformer ce pouvoir.
    Les parties d’opposition représentatifs, démocrates et islamistes (un demi dizaine au plus), doivent se fondre dans la contestation populaire et pas essayer en vain de la récupérer. IL faut dès maintenant préparer la suite du combat démocratique et discuter des scénarios possibles en restant dans le cadre des lois en vigueur et de la non-violence.

    17
    5
    Il a raison
    24 février 2019 - 11 h 28 min

    Entièrement d’accord avec Ali benflis.
    Il ne souhaite pas que le pays glisse vers une escalade qui coûterait dabord et uniquement très très chers au peuple algérien lui même.
    Il n’aurait jamais dû retiré sa candidature.
    Car l’espace à horreur du vide.

    9
    15
    Anonyme
    24 février 2019 - 11 h 24 min

    enfin il se réveillé ,,, si tu permet je vais mettre au courant des événements il y a des millions de citoyens qui réclament son départ depuis quelques mois disons mais le sait il ? ,ça ne fait rien !! t es le bienvenu toi et tes gars n on aucune chance alors donnez tes voies a ALI il est bien tu verras
    (je ne suis désolé d être sarcastique, y a de quoi)

    10
    6
    Citoyen
    24 février 2019 - 11 h 21 min

    Mr Benfifs

    Le president n’est plus valide

    A qui vous adresser ce message ???

    13
    4
    Bled+
    24 février 2019 - 10 h 18 min

    Je rend un grand hommage à notre seul et unique héro vivant Monsieur Lamine Zaroual;que Dieu tout puissant le protège lui réserve une place aux Paradis loin du Paradis des Bouteflikas et leur clan;Mr Benflis soyez patriote comme votre père ALLAH YARAHMOU. et ne rechercher pas vos intéréts le faite d’avoir travailler avec le système vous etes cuit essayez de sauvé les meubles et s’allié avec Mr Ghediri et Mr Ait Larbi; ou avec nekkaz ou autres

    23
    13
    Anonyme
    24 février 2019 - 9 h 59 min

    Ali Benflis qui a été son chef de gouvernement et son grand ami qui lui a toujours voulu le plus grand bien a raison de lui demander de se retirer et d’aller se reposer, il en a grand besoin.

    14
    5
    chaoui40
    24 février 2019 - 9 h 57 min

    le retrait de la candidature au 5eme mandat pourquoi pas…

    Mais c est irresponsable d appeler au « départ immédiat du gouvernement » alors que les élections sont dans a peine 2 mois !!!
    réclamer un départ immédiat, ca me rappelle les discours du genre « Bachar doit partir, Khadafi doit partir » etc…il veut ouvrir la porte a l ingérence ou quoi ???

    Appelez au VOTE MASSIF, a la surveillance stricte des résultats et point barre ! la seule solution pour sortir par le haut est un vote massif et faire respecter le résultat !
    Si on vote tous, impossible que le FLN etc.. dépasse les 10 %…

    Il faut arrêter avec ce discours qui dit : impossible de gagner si Bouteflika se présente, et aussi arrêter de dire , les élections seront truquées ! Il faut se prendre en main, voter et imposer le résultat ! Nous sommes surs que le peuple et l Algérie gagnera

    17
    7
    MusulmanAlgérienKabyle
    24 février 2019 - 8 h 55 min

    La marche du 22/02/2019 restera dans les annales de l’histoire, par tous les messages que le PEUPLE ALGERIEN a transmis a tous les concernés, y compris pour les partis politiques algériens, qui doivent a leurs tours les décortiqués et retenir les leçons, a commencé par le soutien qu’ils doivent affichés publiquement sans arrière pensés partisanes.

    16
    2
    Bouteflika?
    24 février 2019 - 8 h 47 min

    Pourquoi vous vous adressez à Bouteflika?
    Bouteflika n’est au courant de rien de rien c’est plutôt au clan de s’adresser à savoir Ouyahia et ses acolytes , c’est eux les tenants du pouvoir et qui tiennent Bouteflika en otage

    17
    5
      hercule
      25 février 2019 - 2 h 26 min

      Personne ne vient me raconter des salades à l’effet que Bouteflika est pris en otage. Toute cette racaille qui gravite autour de lui sont des larbins, des chiyatines et des profiteurs qui ne veulent pas lâcher le morceau Algérie. Jusqu’au dernier sou.
      Bouteflika est conscient et veut mourir sur le trone en tant que président qu’importe le devenir du pays. Après moi c’est le déluge se dit bouteflika.
      Il s’acharne et persiste à vouloir mourir sur le trone.
      Il y a des présidents qui ont régnés pendant quelques jours ou quelques mois et sont morts en tant que président mais lui il a déjà passé 20 ans et veut encore 5 autres années juste pour pouvoir mourir sur le trone.

      3
      1
    bozscags
    24 février 2019 - 8 h 12 min

    vous avez entierement raison mr benflis soyez un peu plus virulent il faut aller au contact de la population et surtout bonne chance pour la suite.

    17
    9
    elbior
    24 février 2019 - 8 h 11 min

    les partis politiques doivent se fondre parmi le peuple et l’émergence sortira de ce meme peuple d’une elite a tout point de vue.

    17
    2
    Anonyme
    24 février 2019 - 8 h 08 min

    Ben Fliss appelle le président Bouteflika «au renoncement au cinquième mandat, une exigence et une nécessité nationales pour préserver la stabilité du pays, la cohésion de la nation et la continuité de l’Etat national».Voila le meilleur discour que j ai entendu de la bouche de Ben Fliss…..et ce qui lui reste c est de devenir le champion du rassemblement de tous les partis de l opposition et sans exception pour presenter un candidat unique au presidentielles…..Allez Ben Fliss encore un effort…et que le meilleur d entre vous soit le representant unique de l opposition a la presidentielle….pensez a l Algerie…pensez aux interets du peuple Algerien…l histoire vous jugera.

    13
    7
    Rabah
    24 février 2019 - 7 h 19 min

    C’est de la basse récupération. Benflis n’a pas à le faire car le peuple a clairement tranché sur cette question et sa Police et son Armée l’ont très bien compris.Décidément, chassez le naturel, il revient au galop.

    21
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.