Le chef d’état-major de l’ANP évite l’escalade verbale et prône l’apaisement

ANP Gaïd-Salah
Le chef d'état-major (à droite) avec les présidents du Sénat et de l'APN. PPAgency

Par R. Mahmoudi – A quelques heures du début des marches populaires prévues ce vendredi à travers le pays contre le cinquième mandat, le chef d’état-major de l’ANP, le général Ahmed Gaïd-Salah a évité, dans un nouveau discours prononcé à Tamanrasset, toute escalade verbale, après avoir usé d’un ton très ferme à l’encontre de toute tentative de contestation.

Dans son allocution, rapportée dans un communiqué du ministère de la Défense nationale, et axée sur le rôle de l’ANP dans la lutte contre la menace terroriste, le chef d’état-major a appelé à la consolidation du «lien armée-nation», en exhortant les cadres de la Région à continuer à réaliser davantage de résultats sur le terrain pour que ces bilans soient «le cadeau gratifiant qu’ils ne cesseront d’offrir à l’Algérie, sa terre et son peuple».

Le terme «peuple» revient au moins quatre fois dans le même discours, en insistant sur «la confiance entre le peuple et son armée» qui, selon ses termes, fondent ce lien entre l’armée et la nation mais sans évoquer à aucun moment les événements qui secouent le pays, d’après le même communiqué.

En évitant cette fois-ci le durcissement, il est clair que le chef d’état-major de l’ANP cherche l’apaisement pour être plus conforme avec l’approche globale des autorités politiques, et notamment du gouvernement qui, tout en défendant le principe des élections et le maintien de la candidature du chef de l’Etat, adoptent un langage plus conciliant, y compris face aux députés, comme on l’a vu, mercredi, avec le Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Une tendance à l’apaisement qui est reflétée, sur le terrain, par l’attitude des forces de sécurité face aux manifestants.

A rappeler que dans un premier discours retransmis à la télévision, le général Gaïd-Salah avait très durement stigmatisé les manifestants, avant que ses propos soient «expurgés», dans un communiqué du MDN, de tous les passages jugés trop durs.

R. M.               

Comment (43)

    Antisioniste
    2 mars 2019 - 14 h 54 min

    Nous savons tous qu’il y’a une guerre entre les centres décisionnel des tenants du pouvoir, alors si on fait une autre lecture des propos de Gaïd-Salah concernant la partie qui a été expurger de son discours dans le but d’apaiser, on peut aussi pensé que cette partie-là n’était pas destiner au manifestants qui ont été d’un pacifisme exemplaire, mais à ceux qui semble avoir mis un peu d’eau dans leur vin après leur diatribes envers le peuple, et qui se trouve là où nous savons.
    C’est juste une hypothèse.

    Abou Stroff
    2 mars 2019 - 12 h 45 min

    je pense que si gaïd salah veut éviter de sortir par la petite porte, il doit assumer le rôle historique que lui sert sur un plat en or l’histoire contemporaine.
    gaïd salah pourrait, au regard de la conjoncture actuelle, jouer le rôle de l’HOMME D’ETAT que bouteflika, vu son parcours, ne pouvait, en aucune manière, jouer (bouteflika est essentiellement un homme de pouvoir) gaïd salah et la haute hiérarchie militaire devraient, dans cette optique, être les garants d’une transition pacifique du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien vers un système basé sur le travail en tant que valeur sur la base de laquelle s’insère la dynamique de la formation sociale dans son entièreté.
    en d’autres termes, le départ inéluctable de bouteflika et de la cour qui lui sert de serpillère devraient n’être qu’un premier épisode (suivi d’autre épisodes) dans notre réintégration dans l’histoire humaine qui se fait, jusqu’à présent, sans nous.
    PS: j’insiste: le départ de bouteflika est une condition nécessaire à la pérennité de l’Algérie, en tant qu’Etat et Nation, mais il (le départ) mais elle est loin, très loin d’être suffisante.

    Lghoul
    2 mars 2019 - 10 h 15 min

    Qui prend les decisions quand personne ne sait qui commande ? Le cadre en bois pour la stabilite du pays, je suppose. Un cadre en bois apparemment tient tete seul a Hizb franca et à la main de l’etranger.

    Anonyme
    2 mars 2019 - 8 h 24 min

    Un militaire reste un militaire,il n a pas a faire de la politique…il est au service de la nation pour defendre nos frontieres et veiller a l integrite de notre territoire…dans les regles enoncees par notre constitution…Il doit obeissance au chef des armees qui est constitutionnellement le chef de l Etat….la defense et les affaires etrangeres sont de la competence de la presidence de la republique…ce sont les regles et les valeurs republicaines et democratiques….tout en relevant de la souverainete exclusive du peupleAlgerien et rien d autres.

    Rani zaafane
    2 mars 2019 - 7 h 34 min

    Ce bonhomme parle trop et se contredit souvent,il devrait communiquer beaucoup plus avec ses troupes qu’avec le peuple et surtout ne pas prendre les citoyens pour des mineurs ou des égarés.Maintenant, s’il veut s’essayer à la politique ,il na qu’à mettre de côté l’uniforme et créer un parti,dautres l’ont fait avant lui.

    Anonyme
    2 mars 2019 - 4 h 37 min

    En temps de paix un chef d’état major n’a pas à faire de discours politique Voilà où mène l’absence du chef de l’état qui est malade, incapable de s’adresser à son peuple.

    Anonyme
    1 mars 2019 - 23 h 11 min

    Le chef d’état-major de l’ANP évite l’escalade verbale et prône l’apaisement
    Modération, ouverture, haut sens de responsabilité, et sagesse
    Pour préserver les interets stratégiques, la paix, la sécurité, et la stabilité dans le pays
    Le système politique algérien doit prendre en considération les doléances légitimes, et profondes
    Du peuple algérien pour des changements, et des réformes crédibles, profondes, et vrais
    La confiance, et la rupture totale doivent etre rétablies, pour le bien de l’Algérie, et de son peuple
    Vive l’entente, la solidarité, et l’unité du peuple algérien pour un changement pacifique, et responsable

    Anonyme
    1 mars 2019 - 22 h 24 min

    ils continuent a nous prendre pour des débiles et se prennent pour des cerveaux il ne croit pas que les algériens on évoluer

    Anonyme
    1 mars 2019 - 18 h 33 min

    Bravo Peuple Algérien , pour ta Fraternité , ta Discipline, et ton Unite , une belle lesson donne au monde et surtout a la france , tu viens de prouver qu’il sera difficile pour les ennemies de l’Algérie de nous diviser, Vive l’Algérie uni et Fraternelle.

    rabah
    1 mars 2019 - 17 h 58 min

    Le chef d’état-major de l’armée EST UN FONCTIONNAIRE. Il n’a absolument rien à dire ni à faire dans le débat politique. Les interventions intempestives du général Gaid Salah sont inconstitutionnelles et malvenues.
    Nous ne sommes pas en état d’urgence ou d’exception.

      Hassina
      5 mars 2019 - 9 h 57 min

      Bonjour,
      Un fonctionnaire n’est donc pas un citoyen ?
      Et moi qui croyais que le débat politique concernait tout un chacun si l’on souhaite un chouïa de démocratie…
      Mais peut être ne voyez vous dans un fonctionnaire (synonyme de fonction publique, pour moi) que le serviteur d’un système politique, d’un État, fût -il dévoyé, voyou, rentier (et/ou clientéliste dans la redistribution des richesses) etc…
      J’espère que votre vision du fonctionnaire n’est pas partagée par nos compatriotes sinon c’est toute la colonne vertébrale de la République qui est fragilisée, cette République venue en renfort des plus fragiles (les enfants, les malades, les personnes âgées, le liant social avec la justice, la police…) avec ses services publics…
      La servitude du fonctionnaire (quelle que soit son échelle) va de pair avec une absence de démocratie puisqu’elle est le signe d’une gouvernance soit dictatoriale soit elle-même servile (à ses maîtres quels qu’ils soient).
      Cordialement.

    ripper
    1 mars 2019 - 17 h 17 min

     » Le général Gaïd-Salah (…) fait partie des ainés qu’on respecte mais qu’on attend impatiemment que la nature fasse son œuvre, tout en espérant que les chacals aux alentours n’en profitent pas trop.
    De retour en catastrophe des Émirats, les amis d’Ouyahia lui ont concocté un texte qu’il a lu, croyant que les martiens d’Orson Welles étaient aux portes d’Alger.

      Anonyme
      1 mars 2019 - 20 h 01 min

      Ce n’est pas lui qui va accepter de lire un discours préparé par les services de Ouyahia. Le dit discours proviendrait plutôt de la présidence.
      Au quel cas, il se serait fait prendre comme un novice. Ce n’est quand même pas très rassurant venant du chef d’état major de l’ANP.

    Kahina-DZ
    1 mars 2019 - 17 h 07 min

    Le peuple Algérien retrouve sa nature !!
    Un peuple qui sait dire NON quand il le faut.

    VIVE L’ALGÉRIE
    VIVE LE PEUPLE ALGÉRIEN
    VIVE L’ANP

    Djazaïr Horra Democratia
    1 mars 2019 - 16 h 13 min

    La plus belle image du jour: Bouira, wilaya de Boumerdès, un homme venu de sa dechra à dos d’âne pour manifester, muni d’un drapeau national, sous les youyous. À vous faire chialer cette image. La vidéo a été largement diffusée. Trop forts,les Algeriens, des lions, des lionnes, Allah ibarek! Le peuple a sillonné boulevards, rues et routes de la campagne algérienne pour écrire le mot LIBERTÉ, crier avec une ferveur inédite son rejet au 5eme mandat, et affirmer son son amour pour son l’Algérie. Votre soeur Houria,Algérie.💚💚💚

    Hocine-Nasser Bouabsa
    1 mars 2019 - 15 h 47 min

    Le système doit changer. C’est ce que nous voulons depuis 40 ans. Mais comment ?

    Le changement du système n’est pas une promenade. Ceux qui ont géré des entreprises savent ce que c’est la gestion du changement (Change mangement). Rien n’est fait dans la précipitation mais avec une feuille de route détaillée et bien étudiée. La transition est un élément capital dans cette gestion. Il faut par exemple définir les rôles et identifier les acteurs.

    Si la gestion du chagement doit être bien ficellée pour une entreprise, elle est d’avantage exitentielle. lorsqu’il s’agit du changement d’un système.

    L’ere Bouteflika est révolue. Le peuple s’est exprimé pacifiquement et avec force pour le changement. La seule institution structurée qui peut orienter ce changement c’est l’ANP. Elle doit prendre ses responsabilités et entrer sur la scène politique pour gérer ce changement. Sinon les risques sont majeurs pour la nation algérienne.

    l’Algérie est en marche aujourd’hui,comme en Mars 62. Aujourd’hui l’Algérie est au rendez vous avec un nouvel épisode de son histoire, la naissance d’une nouvelle république. Plus rien ne peut entraver la détermination de ce noble peuple, même ceux qui se disent puissants. La puissance d’aujourd’hui est la voix unie de tout un peuple qui retentit aux 4 coins du pays, à se faire entendre par le monde entier. Le peuple digne et fier d’Algérie est entrain d’écrire en lettres d’or son histoire, et son destin pour donner naissance à une véritable Algérie algérienne, libre,démocratique et populaire.
    Les femmes de tout âge, et la jeunesse des deux sexes sont en première ligne des défilés sur la Grande Poste, suivies de familles entières, d’hommes de tout âge au milieu de youyou et de multiples slogans. Ceux qui soutiennent le 5eme mandat doivent certainement passer des moments atroces, mouillés comme des poules par des sueurs froides.
    C’est un grand honneur de se sentir Algérien, Algérienne aujourd’hui. Une leçon de civisme exemplaire à tous ceux qui veulent nuire à notre beau pays. Un marée humaine à Alger centre, des milliers et des milliers de citoyens marchent,solidaires, coordonnés, et unis dans une même et seule voix qui crient de toutes leurs tripes le départ du régime, et le rejet d’un 5eme mandat. Tahia El Djazaïr.Djazaïr Horra Démocratia se fait entendre à des kilomètres à la ronde, et dans les coins les plus reculés d’Algérie. Le peuple algérien, un héros de tous les temps. Aujourd’hui il renait de ses cendres pour affirmer la renaissance d’un pays trop longtemps bafoué et martyrisé. Aujourd’hui,plus que jamais, je me sens fière d’être algérienne parce-que je me sens revivre en ce Vendredi du 1er Mars 2019.Ça chante des slogans du foot + pleins de youyous. Bye, A +, j’y retourne! Votre soeur Houria, Place Audin.💚💚💚

    صالح/ الجزائر
    1 mars 2019 - 14 h 55 min

    Il n’est jamais trop tard pour revenir au droit chemin .
    le ton menaçant à l’égard «des appels anonymes douteux, en apparence prétendument en faveur de la démocratie, mais dont l’idée sous-jacente est de pousser les égarés vers des issues incertaines et dangereuses ?» , car : «Ce sont des issues qui ne servent pas l’Algérie, ses intérêts et son développement » , et faire fait l’éloge du bilan du président/candidat : «L’Algérie stable et sereine a su réussir son parcours vers davantage de réalisations de développement dans divers domaines, y compris celui du tourisme … » , est en contradiction radicale avec : «L’Algérie a payé un lourd tribut afin de recouvrer sa sécurité et sa stabilité et la préservation de cet acquis très cher devrait être au moins à la hauteur de ce prix payé» , «lien armée-nation» et «la confiance entre le peuple et son armée» .

    Anonyme
    1 mars 2019 - 13 h 44 min

    Ils ne se rappellent le Peuple que quand cela les arrange , au pays des aveugles Le Borgne est roi dit on , ce meme Peuple va marcher aujourd’hui encore , messieurs les Militaires votre responsabilité est de défendre ce Peuple car il en a assez d’être pris pour des mongoliens , la responsabilité de l’armée est aussi de défendre la Dignité et l’Honneur de ce peuple qui est traite comme de tout petit enfants naif , l’Algérie est devenu la risée du monde a cause de ce president qui veut mourir au pouvoir , DEFENDEZ L »HONNEUR DE L »ALGERIE ET LE PEUPLE VOUS AIMERA ENCORE PLUS.

    Anonyme
    1 mars 2019 - 13 h 25 min

    Le peuple et l’armée issue de ses enfants ne font qu’un…

    Chaoui
    1 mars 2019 - 12 h 52 min

    Ode à nôtre Algérie chérie par Anys Mezzaour, le 01 mars 2019 :

    Algérie, tu es belle comme un 22 février, tu seras libre comme un 1er mars

    Tu es grande comme un 1er novembre, tu es jeune comme un 5 juillet, et dorénavant tu es belle comme un 22 février. Algérie, tu seras libre comme un 1er mars et toutes les journées qui suivront.

    Entends-tu ? Là, juste là. Ce bruit, ce murmure, ce fracas. Ce vent de liberté qui souffle fort sur toi. Respire-le à pleins poumons. Ce sont des youyous, ce sont des slogans, ce sont des cris, des hurlements de joie, des pieds qui battent le pavé, c’est la liesse de tes filles, de tes fils. C’est ce peuple que tu as enfanté. Maintenant, c’est lui qui accouche de son destin.

    Entends-tu ? C’est ce peuple qu’on a voulu faire te tourner le dos. Mais c’était ignorer tout ce que vous vous êtes donné. Il a souffert, longtemps souffert, puis il t’a libérée et de nouveau souffert sans jamais t’abandonner. Tu l’as comblé de richesses, tu lui as donné ta terre, fertile, puissante, généreuse. Tu l’as éduqué, instruit, guidé.

    Entends-tu ? Ce sont les murs de tes palais qui tremblent. C’est le vernis de leurs dorures qui craque. Ce sont leurs lustres qui vacillent. Ce sont leurs grilles qui s’ouvrent pour laisser pénétrer les cortèges populaires. Là est leur place, dans la grandeur, pour admirer les portraits de leurs héros, de leurs martyrs.
    C’est notre Nation que nous nous approprions.

    Entends-tu ? C’est ton hymne que nous chantons, c’est ton drapeau qui flotte, qui fouette l’air fièrement, ce sont tes chaînes que nous brisons.

    Entends-tu ? Ce sont tes filles, tes femmes, tes vieilles, tes garçons, tes hommes, tes vieux, tes enfants, tes couples, tes familles, c’est notre union, c’est notre Nation que nous nous approprions enfin.

    C’est la peur qui s’en va, c’est le silence qui se tait, c’est la lumière qui revient. Sous nos pieds, à chaque pas, renaît la dignité.

    Entends-tu ? C’est la peur qui s’en va, c’est le silence qui se tait, c’est la lumière qui revient. Sous nos pieds, à chaque pas, renaît la dignité. Dans nos cœurs revient l’espoir, l’honneur désavoue l’infamie et la honte laisse place à la fierté. La fierté d’être Algérien, d’hériter de ton histoire et de ta terre, la fierté de continuer l’œuvre de nos ancêtres, la fierté de rendre hommage à nos morts qui sourient tendrement en nous regardant de là où ils sont.

    Entends-tu ? Le peuple libéré, partout rassemblé, criant sa volonté. Il impose, par milliers, par millions, sa présence attendue. Il réclame ses droits en exerçant son devoir le plus vif : s’indigner. Calmement, pacifiquement, il triomphera comme il l’a toujours fait. Et toi, courageusement, tu l’aideras. Car quand il manifeste pour lui, il manifeste pour toi.

    La renaissance algérienne tant espérée est là.

    Entends-tu ? Ils reviennent. Ces cohortes de jeunes qui partaient, te tournant le dos à contrecœur, les larmes aux yeux et la gorge nouée, en quête d’élévation que tu es en mesure de leur offrir maintenant. Ils reviennent. Nos frères adorés, ton visage le plus beau et le plus innocent. Ils reviennent.

    Entends-tu ? Ce sont tes journalistes, tes médecins, tes avocats, tes étudiants, tes architectes, tes artistes, oui tes artistes, qui entonnent le chant de la patrie. Ces générations que tu as formées, elles sont là aujourd’hui pour te relever sous le soleil et la bannière.

    Entends-tu ? C’est l’Histoire que tu retrouves, ce sont les nations qui te regardent, c’est le monde qui t’admire.
    Entends-tu ? C’est la mobilisation de tous, c’est la convergence des protestations, c’est la grande fête de la fraternité. On y chante ta gloire et on célèbre la renaissance. La renaissance algérienne que nous avons tant espérée, tant attendue, est là. À portée de main. Saisissons-la !

    icialG
    1 mars 2019 - 12 h 01 min

    ON NOUS PARLE DÉMOCRATIE ET ON APPLIQUE LA DICTATURE LE FAIT QU UN REPRÉSENTANT DE L ARME S IMMISCE PUBLIQUEMENT DANS LA POLITIQUE EST UNE FORME DE PRESSION SACHANT LA PUISSANCE DE CET HOMME QUI FOUT MAL A L AISE QUANT PRÉTEND SOUTENIR UN SEUL HOMME AU DÉTRIMENT DE 40 MILLIONS D AUTRES ET CE N EST PAS SON RÔLE ,,IL A LE DROIT A UN BULLETIN COMME TOUT A CHACUN …..SA FONCTION EST DE TRAQUER LES TERRORISTES ET SURVEILLER LES FRONTIÈRES EN CE MOMENT OU LE PAYS EST VULNÉRABLE,,, ET SURTOUT QU ACTUELLEMENT L ARMÉ EST AU SOMMET DE SA GLOIRE ,,,,NE GÂCHEZ PAS TOUT

    Anonyme
    1 mars 2019 - 11 h 18 min

    ces khoubssites ont certainement l information du retrait de la candidature de Bouteflika ; et ils croient que le problème du peuple algérien est réglè ? ils oublient que le peuple algérien demande carrément le changement de ce systeme et le départ de tous ses hommes y compris dans l institution militaire ! et ce n est que le commencement de changement avec comme objectif en premier l installation d un gouvernement de transition issu du peuple algérien non impliqués dans la gestion du passè de l Algérie ! tous comme ils sont qu ils préparent leurs valises !

    Amazighkan
    1 mars 2019 - 11 h 12 min

    Si les propos durs de Gaïd Salah à propos des manifestants ont été expurgé cela signifie que ce dernier pense à l’instar des tenants du pouvoir qu’il est au dessus du peuple. Il faut juste rappeler à ce « général » que le peuple n’est pas un militaire et qu’il sait faire preuve de discernement et de civisme tout en réclamant un changement dans l’intérêt du peuple et de la nation.

    Salim Samai
    1 mars 2019 - 10 h 51 min

    Le plus grand capital de DZ et de l´ANP est justement ce « Lien Armée-Nation »! Il ne faut pas le BRISER!
    Le Peuple a PARLÈ! Il a dit: « Merci & Gloire á Boutefilka! Maintenant Place aux jeunes Guerriers…sous CONTROLE des Anciens et en derniere Instance du Peuple Algerien! »

    L´ANP (Dark compris et la Police) ont commis des Erreurs de Jeunesse! Qui fut Responsable ne doit pas etre NOTRE DEBAT! C´est celui des Historiens!

    « Vive & MERCI infiniment President Bouteflika pour Services rendus á la Nation!
    Maintemant le CHANGEMENT et la Modernite des INSTITUTIONS, l´Algerie n´etant plus le pays analphabete de mes parents! En outre le monde a aussi CHANGÈ! Il faut s´adapter ou PERIR miserablement!

    city one
    1 mars 2019 - 10 h 40 min

    Rappeler vous mon general ZENGA ZENGA IL a fini dans les égouts.

    Bouzorane
    1 mars 2019 - 10 h 38 min

    Nous imposer un mort vivant comme président est ignoble. C’est la pire humiliation subie par le peuple Algerien depuis la colonisable.
    Tous les incultes irresponsables qui ont participé de loin ou de près à cette mascarade hautement humiliante sont des traîtres qui doivent etre jugés et sévèrement punis
    Ses voyous ne saisisent meme pas l’ampleur de leur sacrilège.

    GHEDIA Aziz
    1 mars 2019 - 10 h 08 min

    Aujourd’hui, le peuple va dire au pouvoir, de façon claire et nette, que le renoncement au 5e mandat est une condition nécessaire mais pas SUFFISANTE.

    Hocine-Nasser Bouabsa
    1 mars 2019 - 9 h 50 min

    Gaid Salah a rejoint les rangs de l’ALN à l’âge de 17 ans. Personne ne peut douter de son patriotisme et de son amour pour la patrie. Loyal comme il est, il le restera envers la nation toute entière. L’ANP est part entière du peuple algérien et elle défendra toujours les intérêts de ce peuple et non celui des clans.

    Les Algériens sont mûrs pour la démocratie participative, comme le veut d’ailleurs aussi un certain Said Bouteflika. Agissons donc tous ensemble de la sorte pour replacer l’Algérie sur le rail de Novembre 1954 et faisons de la sorte que nous sortirons tous gagnants.

    Exprimons notre mécontentement avec pacifisme pour rejoindre les nations modernes et soyons vigilants envers ceux, qui à l’intérieur ou de l’extérieur voudront que la révolution en cours soit déjouée de ses objectifs nobles.

    Vive l’Algérie
    Gloire á nos valeureux Martyrs

      Anonyme
      1 mars 2019 - 17 h 33 min

      Et que vient faire ce saïd bouteflika là-dedans ?! C’est qui au juste ? Quel est exactement son rôle et sa fonction officielle dans la nomenclature de l’État ?

        Réponse
        1 mars 2019 - 18 h 02 min

        C’est le chiatte qui n’imagine pas que l’Algérie echappera a Said Bouteflika et sa bande après avoir pris en otage Abdelaziz Bouteflika. Les escrocs ne lâcheront jamais le Trésor Public pacifiquement.

          Anonyme
          1 mars 2019 - 20 h 11 min

          D’où le nom qu’il n’hésite pas à afficher pour pouvoir dire à son saïd : «regarde comme je te fais de la publicité et te défend publiquement ! Je mérite bien quelque chose, non ?».
          Cela dit, et c’est connu, si la France a pu rester 132 ans en Algérie, ce n’est pas parce que tout le monde était moudjahid.

    Fellag
    1 mars 2019 - 9 h 27 min

    Mr Gaid Salah a oublié que le peuple Algérien ne craint aucune personne et aucune puissance,et s’il a oublié il n’a cas demandé l’ancienne puissance coloniale,Mr Gaid Salah à senti que le vent va changé de direction alors il se prépare pour des nouvelles aventures

      Lahouaria
      1 mars 2019 - 16 h 24 min

      Fellag
      1 mars 2019 – 9 h 27 min

      Tu compares le peuple algérien qui ne craint personne de sauvage eet tu conclus que l’armée algérien n’a aucune autorité pour combattre les plus grands complotistes de Fitna. Vas battre le pavé pour finir ta salive….

        Fellag
        1 mars 2019 - 17 h 57 min

        écoutez je n’ai jamais met les pieds au Maroc,et aussi je n’ai jamais garder de chèvres avec une Marocaine aussi mal élevée comme vous;je vous le répète le vrai Algérien, ne craint personne et aucune puissance,surtout les vendeurs de poisons comme vos maitres;

    Anonyme
    1 mars 2019 - 9 h 23 min

    Pour apaiser la colère des algériens il faut annuler la candidature de Bouteflika.

      Salim Samai
      1 mars 2019 - 10 h 55 min

      Tout simplement…et LE REMERCIER pour Services rendus á la Nation! Des fautes?
      Qui n´en a pas commis? Qui fit une omelette et du commerce sans casser d´oeufs et jamais de pertes?

        la Viriti
        1 mars 2019 - 11 h 36 min

        Avec Bouteflika on ne parle plus de fautes, mais d’actes délictueux prémédités et assumés jusqu au bout.
        Le peuple algérien peut il espérer récupérer une partie des 1000 milliards partis en fumée et dans les poches des proches de Bouteflika ??
        On ne parle plus d’oeufs…

    anonyme
    1 mars 2019 - 9 h 16 min

    L’Armée n’a pas à s’immiscer dans la politique du pays. Gaid Salah est chargé de protéger nos frontières, non de protéger des gouvernants dont nous ne voulons plus … Je vous le redis : si nous en sommes là, c’est bien aussi à cause des chefs militaires mafieux qui ont détourné l’ANP de sa fonction première.

    Bouzorane
    1 mars 2019 - 9 h 12 min

    3 attardés!
    Un pays de lions dirigé par des hyènes !!

    Bouzorane
    1 mars 2019 - 9 h 08 min

    Dégage, …!
    Toi et toute ta clique …inculte et irresponsable, DÉGAGEZ !!

    Citoye
    1 mars 2019 - 9 h 06 min


    Ce monssueur devrait prendre ca retraite comme tous bon militaire de carriere.
    ….

    Anonyme
    1 mars 2019 - 8 h 52 min

    Notre armee est une armee populaire et professionnelle.Notre armee doit rester loin de la politique,sa mission est de veiller a l integrite nationale du territoire Algerien,doit veiller a la securite de notre pays,doit maintenir l ordre en cas de depassement des regles et du droit ……mais ne doit jamais s imiscer dans la politique,ni soutenir un candidat contre un autre…sa neutralite doit etre une et unique…..Elle doit proteger le peuple et garantir sa securite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.