Candidat malgré lui ?

Front Belaïd
Belaïd Abdelaziz, président d Front El-Moustakbel. PPAgency

Par R. Mahmoudi Le président du Front El-Moustakbel et candidat à la présidentielle du 18 avril s’est-il fait piéger en déposant, dimanche dernier, son dossier de candidature au Conseil constitutionnel ? Ses dernières déclarations permettent de le penser.

Ainsi, craignant sans doute de se retrouver seul face au candidat du pouvoir, après le retrait de la quasi-totalité des candidats de l’opposition, annoncé quasi simultanément, et de s’attirer ainsi les foudres d’une opinion survoltée, Belaïd Abdelaziz a maladroitement annoncé son intention de se retirer de la course si le Président sortant maintenait sa candidature. Alors que c’était déjà trop tard pour lui, dès lors qu’il venait de déposer son dossier.

Or, la loi organique 16-10 relative au régime électoral est très claire sur ce point. Dans son article 115, ce texte stipule : «Une candidature déposée ne peut faire l’objet ni de modification ni de retrait, sauf en cas de décès ou d’empêchement légal.» Aussi la Constitution de 2016 prévoit-elle, dans son article 103, les mêmes conséquences : «Lorsqu’une candidature à l’élection présidentielle a été validée par le Conseil constitutionnel, son retrait ne peut intervenir qu’en cas d’empêchement grave dûment constaté par le Conseil constitutionnel ou de décès du candidat concerné. Lorsque l’un des deux candidats retenus pour le deuxième tour se retire, l’opération électorale se poursuit sans prendre en compte ce retrait.»

Si les deux textes ne prévoient aucune sanction à l’encontre des contrevenants, il reste que leurs noms continueront à figurer sur la liste des candidats retenus par le Conseil constitutionnel, même après leur éventuel retrait. Ce qui revient à dire que l’unique «chance» qui restera à Belaïd Abdelaziz pour sortir d’affaire c’est que, paradoxalement, le Conseil constitutionnel ne valide pas son dossier, pour une raison ou une autre ! Une chance qui reste, toutefois, minime puisqu’il avait annoncé avoir récolté le nombre de parrainages requis.

R. M.

Comment (5)

    Anonyme
    6 mars 2019 - 17 h 14 min

    Il n’ya pas de malgré lui . Même la relève FLN est opportuniste.
    Ce lièvres hypocrite est un menteur .
    Qu’il nous montre sa bonne foie en participant à la marche de vendredi. Il n’ira jamais, car il a été engraissé dans l’écurie FLN 2019. .Il est ligoté par son tube digestif.

    13
    Abou Stroff
    6 mars 2019 - 15 h 16 min

    un lièvre de plus ou de moins, qu’est ce que cela va t il changer?

    صالح/ الجزائر
    6 mars 2019 - 15 h 11 min

    Election présidentielle du 15 avril 1999
    Hormis le candidat favori , les autres candidats se sont retiré en mettant en avant des risques de fraudes. Mais leur retrait n’a pas empêcher les fraudeurs de leur offrir des résultats :
    Résultats de l’élection présidentielle du 15 avril 1999

    Candidats Résultat en % Nombre de voix
    Abdelaziz Bouteflika (sans parti)
    73,5 % 7 445 045
    Ahmed Taleb Ibrahimi
    12,5 % 1 265 594
    Abdallah Djaballah (Mouvement pour la réforme nationale)
    4 % 400 080
    Hocine Aït Ahmed (FFS)
    3,2 % 321 179
    Mouloud Hamrouche
    3,1 % 314 160
    Mokdad Sifi
    2,2 % 226 139
    Youcef Khatib 1,2 % 121 414
    Total des votes exprimés 10 652 623

    Mir
    6 mars 2019 - 10 h 54 min

    Un candidat Malgré Lui est un candidat absent, incapable de prononcer une phrase, hospitalisé à l’Etranger dont on dépose un dossier à sa place, avec 8 fourgons remplis de signatures bidons. Avez-vous dans le Monde un candidat à la Présidentielle invisible que personne ne voit, on ne sait même pas où il est, s’il est vivant ou mort, s’il est sequestré ou tenu en otage, s’il est juste en vacances à l’etranger ou s’il est en exil. Un candidat Fantôme. Malgré Lui.

    Rani zaafane
    6 mars 2019 - 8 h 38 min

    Ce qui est paradoxal en Algerie ,c’est que quand une personne se fait éjecter du système ,elle crée son propre parti! C’est le cas de Belaid qui présidait il n’y a pas très longtemps une organisation satellitaire du pouvoir et s’est vu présidentiable juste parce que quelques jeunes l’ont acclamé dans une salle fermée qui fait de l’écho. Le problème c’est qu’ on ne sait pas si ce bonhomme fait de l’opposition au système auquel il appartenait et qu’est ce qu’il apporte de plus à la scène politique?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.