Pourquoi les pays occidentaux sont si indécis face à la crise algérienne

Trump capitales
L'Europe et les Etats-Unis parlent de la situation an Algérie. D. R.

Par R. Mahmoudi Les capitales occidentales commencent peu à peu à rompre le silence qu’elles s’étaient imposé depuis le début des contestations populaires en Algérie contre le cinquième mandat mais n’arrivent pas à se déterminer clairement et franchement par rapport aux revendications de la rue, ni même, d’ailleurs, par rapport à l’engagement du président Bouteflika à briguer un nouveau mandat.

Il apparaît, néanmoins, clair que par leur indécision qui s’apparente bien à de la neutralité, ces capitales ne souhaiteraient pas rééditer le scénario des soulèvements du «printemps arabe» de 2011 lorsque le soutien hâtif et massif apporté par les trois grandes puissances occidentales, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, aux mouvements insurrectionnels en Libye, en Egypte, puis en Syrie, a fini par entraîner la région dans un engrenage infernal, avec toutes les retombées néfastes – flambées d’actes terroristes, vagues d’immigration…– sur la sécurité de ces mêmes pays occidentaux.

Paris, Bruxelles et Washington sur la même longueur d’onde

Après les réactions aussi timorées que succinctes du gouvernement français, par le biais de son porte-parole, dimanche dernier, l’intérêt des capitales occidentales s’accroît, avec trois déclarations enregistrées durant la seule journée de mardi. Il y a eu d’abord une nouvelle intervention de Paris, tout aussi prudente que la première. Ainsi, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, a avoué cette position mi-figue mi-raisin, attitude «attentive», de son gouvernement. «Nous sommes effectivement, extrêmement attentifs à tout ce qui se passe en Algérie, depuis maintenant deux semaines, a-t-il déclaré à RFI, et c’est au peuple algérien souverain qui vient de s’exprimer de choisir ses dirigeants et de décider de son avenir, et d’ailleurs, ce qu’on a constaté, la jeunesse s’exprime dans le calme, et qu’on la laisse s’exprimer. Et maintenant, le processus électoral est engagé.»

Réagissant pour la première fois, l’Union européenne a appelé au «respect de la liberté d’expression et de réunion» en Algérie. «Quand on parle de manifestation, les droits de liberté d’expression et de réunion sont inscrits dans la Constitution algérienne», a déclaré Maja Kocijancic, porte-parole de la Commission européenne, lors d’un point presse à Bruxelles. «Nous attendons que ces droits puissent être exercés de façon pacifique et soient garantis dans le respect de l’Etat de droit».

Soucieux d’équilibrer son discours, Maja Kocijancic a également souligné «l’importance du partenariat entre l’UE et l’Algérie» et réaffirmé l’engagement de Bruxelles «pour continuer à approfondir nos relations dans le but de créer un espace commun de stabilité, de démocratie et de prospérité partagées».

Même ton à Washington (voir article par ailleurs) qui a appelé l’Algérie à respecter le droit de manifester. «Nous observons ces manifestations en Algérie et nous allons continuer à le faire», a dit à la presse le porte-parole de la diplomatie américaine, Robert Palladino. «Les Etats-Unis soutiennent le peuple algérien et leur droit à manifester pacifiquement», a-t-il ajouté.

R. M.

Comment (19)

    massi
    30 mars 2019 - 19 h 22 min

    et heureusement que l’occident observe ..car sinon y a longtemps que ces illégitimes auraient envoyer l’armée et tiré sur le peuple qui demande leur départ…faut pas non plus tout mettre sur le dos des occidentaux ..ça fait quand même plus d’1 mois que le peuple réclame ses droits et pour ‘l’instant on en est toujours au même pont …..n’oublier pas une chose y a aucune amitié entre pays que des intérêts ….

    Anonyme
    9 mars 2019 - 2 h 06 min

    Ça sent l’ingérance et l’infiltration !

    racines
    6 mars 2019 - 19 h 04 min

    non les capitales occidentales n’ont pas peur de voir leurs pays envahis par une immigration massive ni par des actes terroristes qui en découleraient, ils ont véritablement peur du peuple algérien qui risque de faire payer chèrement aux pays qui cautionneraient cette mascarade d’élection ou qui apporteraient leurs soutien aux voyous que le peuple veut chasser du pouvoir. le patriotisme du peuple algérien est connu, leur courage n’est plus à démontrer, et quand on le taquine trop il devint terriblement incontrôlable, la France en sait quelque chose. ces occidentaux n’ont donc pas d’autres choix que d’être muet , à l’écoute et attendant la fin de ce bras de fer entre un peuple qui aspire à une vraie démocratie et un système pourri prédateur et mais surtout sans vision.

    7
    2
    A P tribune populaire ...Merci
    6 mars 2019 - 14 h 18 min

    Au lieu de porter le problème à l`extérieur il faut dire à nos gouvernant débiles d`ouvrir les yeux et arrêtez de vouloir absolument faire passer ce 5 eme mandat de la honte. Le seul cancer qui s`est métastasé dans le corps Algérien est le FLN (Front de Liquidation National). Il a été à l`origine du 5 Octobre 1988. Le vote sanction pour le FIS contre lui. Et maintenant ils veulent élire un corps inerte tenu en vie artificiellement comme président d`une nation. Messieurs du FLN ….. l`ALN (Armée de Libération Nationale) a changé de nom pour ANP en enlevant le mot Libération) car il n`y a plus rien à libérer ….Alors pour le FLN enlevez le L de libération et remplacez le …par un S …..ça Donnera Front de la Séquestration National. Quand je pense que mon frère chahid est mort au combat en 1958 pour ce sigle qui nous a couté des centaines de litres de larmes et de sang . Des Khorotos arrivistes née après 1962 parlent de réorganiser le FLN qui normalement est au musée de l`ANP à MAKAM EL CHAHID. Allah yastou EL WATAN …..Car on a écarté tous les Algeriens patriotes cvils et militaires.

    44
    2
    khalilsadek
    6 mars 2019 - 13 h 02 min

    L’algerie a probalement notée les conseils de ces démocraties occidentales, mais il fallait au passage qu’ils remarquent que ces manifestations jusque la sont libres et pacifiques, et que des jeunes manifestants vont méme a donner a boire aux policiers en s’appuiant sur leurs épaules et criants « pouvoir assassin » nous osons meme dire que vous devez vous inspirer , donc on a pas bésoins de leurs conseils. Nous conseillons de notre coté ces capitales de grandes démocratie, qu’ils s’interressent bcp plus aux manifestants palestiniens qui ont plus besoin de leurs soutiens et protection contre des soldats qui tirent a balles réelles sur des adollescents et des femmes, sinon qu’ils s melent de leurs affaires et cessent de nous donner des leçons ou avertissements d’hippocrites.

    22
    1
    Anonyme
    6 mars 2019 - 13 h 02 min

    Si les pays du reste du monde évitent de se prononcer, c’est pour pas qu’on vienne parler d’ingérence comme pour d’autres cas.
    Par exemple, la France n’a aucun intérêt à voir l’Algérie être déstabilisée, les conséquences migratoires en seraient désastreuses, d’ailleurs si elle voulait voir le pays dans le chaos, Bouteflika aurait été délogé il y a longtemps et surtout que maintenant l’Algérie ne représente plus un marché aussi important qu’avant pour la France donc le risque n’en vaut pas la peine.
    L’Algérie doit assurer la relève du FLN par elle-même en essayant de convaincre la diaspora dont elle a besoin (elle a beaucoup plus de diplômes que la moyenne nationale algérienne) de revenir car elle a des diplômes comme je l’ai dit mais aussi car parmi elle se trouve de nombreux anciens qui sauront guider la jeunesse qui représente la majorité de la population en Algérie et qui ne doit pas rester livrée à elle-même.
    Dans le cas de la rédaction d’une nouvelle constitution, « l’islam est religion d’état » (la sécularisation d’un état n’est pas une honte, c’est un processus necessaire à l’évolution d’une société, aucun état religieux ne s’est développer, peu importe la religion à sa tête) ne devra pas y figurer sinon les islamistes seront toujours là, la Turquie (la vraie, pas celle d’Erdogan) s’est sécularisée après la chute de l’empire ottoman et jusqu’à ce que Erdogan arrive, elle était le pays le plus développer de sa région.

    9
    8
      amyas
      6 mars 2019 - 23 h 13 min

      il y a en Algérie , sur place, une élite et des intellectuels qui n ont rien à envier à ceux de la diaspora en France ou 6ou ailleurs..En plus ils ont le mérite d être restés dans leur pays pour se battre et le construire..
      ceux qui sont partis ont préféré le confort..
      qu’ ils restent dans leur confort..
      il y a ici assez d Algeriens fidèles pour engager le pays dans une nouvelle ère

      5
      4
    Ahmed-Bus
    6 mars 2019 - 12 h 37 min

    Les occidentaux n’intervient pas parce que l’Algérie est une chasse réservée uniquement pour la France et les USA.depuis l’année des temps les Arabes ne s’entendent pas entres eux;le problème est Algérien et c’est aux Algériens de régler le problème;mais comme nos dirigeants ont beaucoup de magouilles a se reprocher alors ils ont peur des nouveaux dirigeants aussi de leur tuteurs et maitres

    6
    5
    PRINTEMPS ARABES
    6 mars 2019 - 11 h 36 min

    IL Y A UNE VERITE QUE PERSONNE N’OSE ABORDER.
    QUI EST RESPONSABLE DES DERAPAGES DES PRINTEMPS ARABES ????
    LA REPONSE EST POURTANT CLAIRE !
    ELLE COMMENCE D’ABORD PAR LE CONSTAT QUE LE PEUPLE EST INNOCENT. CES PEUPLES PRIVES DE LIBERTE ET QUI DES DECENNIES DURANT ONT VU DES REGIMES ILLEGITIMES ET SECTAIRES, LES OPPOSER LES UNS AUX AUTRES, LEUR VOLER LEUR SOUVERAINETE ET LES RICHESSES DU PAYS.
    CETTE SOUFFRANCE A ETE EXPLOITEE PAR DES OFFICINES ETRANGERES POUR DES RAISONS GEOSTRATEGIQUES ET ECONOMIQUES. SANS L’OPPRESSION DES PEUPLES CES OFFICINES NE SE SERAIENT JAMAIS MIS EN BRANLE.
    LES DERIVES ET LA VIOLENCE SONT A IMPUTER ESSENTIELLEMENT AUX DICTATEURS EN POSTE. TOUS CES SOULEVEMENTS ONT COMMENCE PACIFIQUEMENT AVEC DES REVENDICATIONS DE DEMOCRATIES. MALHEUREUSEMENT CES DICTATURES QUI ONT PIETINE LA SOUVERAINETE DU PEUPLE ET ECHOUE A CONSTRUIRE DES ETATS DE DROIT ET MODERNES ONT REPONDU PAR LE DENIGREMENT DE LA VOLONTE POPULAIRE PUIS PAR LA VIOLENCE POUR DISCREDITER LES MOUVEMENTS PUIS LES MATER. C’EST CET AUTISME ET CE FASCISME QUI A CONDUIT AU CHAOS.

    7
    4
    Anonyme
    6 mars 2019 - 11 h 12 min

    LE RÊVE INTIME ET JOUISSIF DES OCCIDENTAUX C EST LE BAIN DE SANG ARABE ils ont toujours pousser en ce sens

    Anonyme
    6 mars 2019 - 10 h 39 min

    J’espère que l’Algérie n’est pas un terrain de combat pour les puissances étrangères, je veux dire usa, Chine, Russie et UE, auquel cas s’en est fini pour nous. C’EST bien de faire une révolution mais qu’elle reste algero- algérienne.

    14
    1
    A3ZRINE
    6 mars 2019 - 10 h 39 min

    J’espère que l’Algérie n’est pas un terrain de combat pour les puissances étrangères, je veux dire usa, Chine, Russie et UE, auquel cas s’en est fini pour nous. C’EST bien de faire une révolution mais qu’elle reste algero- algérienne.

    4
    1
    Salim
    6 mars 2019 - 9 h 31 min

    Cher amis, cher AP,
    Je vous demande de rompre également votre silence, meme si votre déontologie vous exige neutralité et impartialité, l’ heure est grave. Prennez partis ouvertement, les medias ont une influence considérable sur cette belle jeunesses « naif et malléable » el 3diane sont au aguets, les islamistes attendent le moment opportun, la suite des événements dépend des gens lettrés qui proposeront un programme politique au pays, et non des manifestations avec dee slogans creux et festifs, nous ne sommes pas a OUM Dormen!
    AP, et la presse en général faite votre parts, comme le fonds les medias occidentaux pour convaincre leurs populations que faire la guerre et massacrer 4 millions d iraquiens,c est bien !!!
    Faite des miting et conference sur les réseaux sociaux, orienté suptilment.
    L Algerie a besoin de vous.
    Quand a l avis des occidentaux sur ce qu’il ce deroule aux pays des Grands HHommes, dite leurs, « on peut tromper le peuple tout le temps, et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple, tout le temps ».
    Que vive l Algerie, vive ANP.

    Mia
    6 mars 2019 - 9 h 22 min

    Réponse à Elephant Man…..le peuple algérien est conscient de ce qui pourrait arriver s’il y’ a des dérapages même si tout un scénario à la syrienne et à la Libyenne a été déjà orchestré…nous avançons doucement et avec détermination pour pouvoir déceler le moindre faux geste ou la moindre brèche pour tout intrus…..et pas anarchiquement comme ce fût le cas durant les années 90….

    Droits Humains
    6 mars 2019 - 7 h 32 min

    L’arsenal et les armées du « printemps arabe » est prêt. Le moment du déclenchement n’est pas connu, mais il ne saurait tarder. Les signes sont là. Ceux qui font semblant de ne pas voir que toutes les républiques « arabes » doivent être détruites, et les monarchies sauvegardées, font partie de ce plan diabolique.
    La seule sortie de crise, c’est que les décideurs algériens retirent la candidature de Boutef. qui est malade et ne peut gouverner le pays, et que l’opposition prenne ses responsabilités et appelle au calme et à l’arrêt des manifestations. Il n y a pas d’autres choix possibles pour l’intérêt supérieur du pays.
    Le report d’une telle élection est inéluctable, sinon c’est la guerre civile assurée, avec ses cortèges de destructions et de millions de morts.
    Des questions me taraudent, et je ne peux m’empêcher de me les poser: pourquoi avoir écarter des centaines de cadres de l’ANP ? Pourquoi avoir détruit les services de renseignement ? Pourquoi avoir dissout le Groupe d’intervention spécial du DRS ? Pourquoi avoir emprisonner des généraux, nombreux, qui ont mis sur pieds des plans de défense nationale ? Pourquoi avoir limoger récemment les patrons des régions militaires ?
    Rabi yestar.

    24
    16
    Khaled
    6 mars 2019 - 7 h 25 min

    Si Bouteflika n’est pas mis hors d’état de nuire immédiatement par: 1) l’activation de l’article 102 de la constitution. 2) l’invalidation de son dossier de candidature pour faux et usage de faux du certificat médical 3) l’invalidation de son dossier de candidature pour maladie l’empêchant l’exercice de la fonction de Président de la République. Alors l’Algérie est en danger d’ingérences de puissances externes. Je lance un appel au Conseil Constitutionnel pour qu’il prennent sa responsabilité historique pour éviter ce danger a notre pays et a Monsieur Le Chef d’Etat Major de ne pas s’immiscer dans la politique pour protéger Bouteflika car il sera jugé négativement par l’Histoire de l’Algérie en marche.

    32
    4
    Kenza
    6 mars 2019 - 7 h 24 min

    Washington vient au secours de la mafia qui nous gouverne. La France ne pouvant le faire directement, elle le fait par l’intermédiaire de Washington.
    Foutez-nous la paix avec votre printemps arabe ! Vous n’avez pas intérêt à vous mêler de nos problèmes ! Et d’ailleurs, vous n’en avez aucun droit. Nous sommes un pays souverain ! ALLEZ AU DIABLE !

    22
    9
    Elephant Man
    6 mars 2019 - 6 h 44 min

    Ne soyez donc pas si naïf.
    Je vous invite à lire l’article de la presse iranienne qui titrait « une syrisation de l’Algérie est planifiée depuis longtemps par l’axe Washington Tel-Aviv » paru ce 05/03/19 sur le site d’Al Manar.
    Vous y trouverez tout le cocktail explosif la position géopolitique géostratégique du pays les hydrocarbures le pétrole ….
    Que les candidats de l’opposition aient fait initialement campagne électorale chez leur maître à Paris Tel-Aviv Sur Seine ne vous pose aucune question ?!
    Bienvenue dans le monde réel.

    26
    30
      Mia
      6 mars 2019 - 9 h 20 min

      Réponse à Elephant Man…..le peuple algérien est conscient de ce qui pourrait arriver s’il y’ a des dérapages même si tout un scénario à la syrienne et à la Libyenne a été déjà orchestré…nous avançons doucement et avec détermination pour pouvoir déceler le moindre faux geste ou la moindre brèche pour tout intrus…..et pas anarchiquement comme ce fût le cas des années 90….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.