Comment dissuader le président Bouteflika de décider unilatéralement ?

Boutef ressources
Le président Bouteflika prêtant serment. New Press

Par Bachir Medjahed – Comment dissuader le président Bouteflika de puiser dans ses ressources plus que la capacité mais le pouvoir de décider unilatéralement de transgresser coup sur coup la Constitution en prolongeant son mandat arrivé à expiration et donc de reporter l’élection ?

Quand bien même la Constitution serait très écorchée, pourrait-on cependant mettre de côté les enjeux de pouvoir et d’intérêt pour tenter de trouver des arguments favorables à cette nouvelle démarche rejetée par les citoyens ?

Quelle dose d’intelligence serait contenue dans celle-ci ? Pour ceux qui s’intéressent plus à donner des contenus opérationnels à des concepts émis au sommet plutôt qu’à faire de vaines phraséologies, il leur apparaîtra que le Président lui-même avait, au moins en septembre de l’année écoulée, des raisons de ne pas briguer un mandat qu’il sait lui-même ainsi que le noyau dur parmi ses proches être de plus et même de trop. Il savait, du moins son noyau dur le savait pour l’avoir mis au centre de ses réflexions, que cette nouvelle démarche, celle qu’il a décidé de mettre en œuvre, pourrait mettre l’Algérie sur une trajectoire corrigée.

Pourquoi cette décision a-t-elle été d’autant retardée pour la divulgation que plus personne n’y décèle le crédit et pense qu’il s’agit d’une opération diabolique ?

Un mandat qui a commencé en 1962, qui est finissant et qui serait fini sans la décennie noire. Faut-il préciser que  le Président et le chef d’état-major sont les deux derniers membres de l’ALN  à la tête de la Présidence et de la Défense nationale ? Nous sommes au stade où doit commencer une phase de transition qui devrait être le produit d’une transaction. Une élection achève la transition et ne la commence pas.

B. M.

Comment (64)

    Anonyme
    16 mars 2019 - 20 h 19 min

    Le système rentier, en faillite, vacillant, mais très rusé, calcule, manoeuvre, tergiverse, temporise,
    Gagne du temps,……
    Adopte une stratégie, et une tactique de diversions, et de divisions du peuple algérien pour faire durer la crise
    Vers le …..pourrissement, la violence, la casse, et le blocage politique total (des provocations diverses,…)
    Et à la fin …..pousser,……au coup d’état militaire version égyptienne, de Juillet 2013,
    Du « Maréchal » Abdelfettah Essissi, et à l’état de siège, en Algérie

    Au peuple algérien de rester très prudent, solidaire, uni , et très vigilant

    Anonyme
    16 mars 2019 - 15 h 27 min

    Feu Mohamed Boudiaf (M’Sila 23/06/1919 (bientot un siècle depuis sa naissance) – Annaba 29/06/1992): L’Algérie avant tout, un message empreint de modération, d’humanisme,et de sagesse,
    Ce fut en Février 1992
    Changements, et réformes, surtout, pacifiques, et démocratiques des institutions du pays,
    Pour une plus grande Justice,et pour une plus grande Transparence dans la gestion des affaires du pays
    Avec un peuple civilisé, responsable, et sage

    5
    1
    Anonyme
    16 mars 2019 - 3 h 56 min

    si boutef ne bronche pas au cri du peuple c est qu il compte sur l appui indéfectible du généralissime Gaîd mais l Algérie n est pas cuba n est pas la Coré du nord n est la Roumanie n est le Maroc n est le Venezuela la preuve en est faite que les nouvelles générations on acquis un niveau de sagesse et intellectuel très élever qui par ailleurs a surpris le monde entier nous ne céderons pas a la provocation des assoiffés de pouvoir

    10
    1
    Pig pong
    16 mars 2019 - 1 h 30 min

    Comment dissuader le président ? Personnellement je ne crois que Bouteflika veut rester,c’est le système qui veut rester mais le peuple a dit STOP. Desolé de me répéter, Personnellement je crois que le peuple ne lâchera jamais. Je pense que le président n’a rien décidé, c’est son entourage et le système qui parle en son nom.Le peuplei a décidé, l’ANP suivra son peuple alors ce système doit comprendre que c’est fini et qu’il doit partir pacifiquement c’est la meilleure solution.

    Halim
    16 mars 2019 - 0 h 38 min

    Il ne s’agit plus, ni pour lui ni pour ses acolytes, de décider de quoi que ce soit. Le peuple a donné son verdict à la majorité écrasante : système dégage… sans délai et sans conditions !
    C’est très simple, si tout le peuple est sorti dans la rue pour exiger leur départ, alors en nom de qui et de quel droit prétendent-ils gouverner le pays ?

      Anonyme
      16 mars 2019 - 21 h 49 min

      Il n’est pas voleur?????aw!!!!
      C’est ma grand mère qui a detroussė les ambassades en 79 de leurs reliquats et a passė 20 ans dans le dėsert alors!!!! Il n’est pas dictateur???? Toutes les voies discordantes ont fait de la prison à Savoie Benchicou et autres journalistes!! Il a ėtė et est toujours un cancer pour l’Algėrie, il nous a dėpouillė avec son aviditė et son gaspillage, il a clochardisė et corrompu toute la classe politique! Dėgage d’ici (…)!!

    Anonyme
    15 mars 2019 - 20 h 03 min

    MAIS T ATTEND DE METTRE LE PAYS A FEU ET A SANG AVANT DE TE CASSER ,,,, CASSE TOI AVANT QUE ÇA DÉGÉNÈRE TU POUSSE VRAIMENT LE PEUPLE AU CRIME

    9
    2
    L'autre AVC
    15 mars 2019 - 20 h 02 min

    Comment dissuader le président Bouteflika de décider unilatéralement ?
    La réponse est très simple. Il suffit de lui montrer les vidéos des manifestations populaires qui scandent son départ :DÉGAGE. Puis laisser la tâche à un autre AVC qui réglera rapidement et définitivement le problème du mandat 4+1.

    10
    1
    icialG
    15 mars 2019 - 19 h 36 min

    pas mal de gens de mon quartier prétendent que les photos de boutef sur les médias sont d archives et même certains retoucher mais dans un sens , comme le clan est capables du pire , je doute de tout,

    6
    2
      Anonyme
      15 mars 2019 - 20 h 38 min

      Vous avez raison, je pense qu’il n’est plus de ce monde!!!
      CE sont ceux qui ont plein de foin dans leurs ventres qui jouent leurs dernières cartes!

      3
      1
    Nora
    15 mars 2019 - 19 h 10 min

    Boutef porte dans ses gènes toutes les dėviations du monde à savoir mėgalo., chapardeur notoire, narcissique, malhonnēte, indėlicat, grossier, violent ( rappelez-vous la gifle donnėe à l’enseignant d’Oran), ėgoiste, avide, bourrė de traitrise, arnaqueur et ajoutez-y tout ce que vous voulez de crasse et la liste ne serait jamais fini!!!
    Il nous sort maintenant le jeu d’antan ‘nal3ab wala narmi sdjedj!’ vous me laissez jouer ou je fous la m…!
    C’est un cas d’ėtude qui ėchappe même au psychanaliste le plus chevronnė! Un profil psychologique complėtement dėviė sinon comment peut-on persister quand la rue le refuse, le tourne en bourrique!
    En kabyle, on dit ‘win ik youghin chouit, aghith ataas! Celui qui ne veut pas de toi juste un peu, tu dois le refuser beauuuucoup!!!
    Sa maladie du pouvoir le rend ‘mathloul’, mahgour – houa liken yahgar- et minable.
    Les rendements de compte à la virgule près ne vont pas tarder! Ca va secouer dans les 4 coins cardinaux! Il a ėtė la porte ouverte à toutes les grosses affaires scabreuses!
    L’impunitė n’existe pas.

    20
    1
    Ma parole
    15 mars 2019 - 17 h 43 min

    Bouteflika attend juste la fin de la mosquée pour l’inaugurer en coupant personnellement le petit ruban depuis son trône mobile. C’est la faute au chinois qui ont pris beaucoup de retard !!!

    25
      Anonyme
      15 mars 2019 - 19 h 08 min

      On peut lui ramener le ruban à la maison de retraite, quand les chinois décideront d’activer un peu plus.

      Meme les chinois sont devenus faineants. Ils ont pris goût à la chippa.

      11
      Anonyme
      16 mars 2019 - 1 h 48 min

      @Nora
      Son rapport au pouvoir remonte à très loin, je rappelle qu’il est au pouvoir dès l’âge de 25 ans
      1962 : ministre de la jeunesse et des sports
      1963 à 1965 : ministre des Affaires étrangères
      1965 à 1979 : ministre des Affaires étrangères sous Boumediene
      1999 à 2019 : Président de la république
      Il a un rapport très fort avec le pouvoir, à se demander comment il a pu se maintenir depuis tout ce temps, alors que ces pères ont été disqualifiés bien plutôt, il est rusé comme un renard (fennec je veux dire). source Wikipedia

    Lghoul
    15 mars 2019 - 17 h 36 min

    En tant qu’algériens, Chadli et Zéroual ont demissionné, pourquoi le prince ne veut pas démissionner malgré que le peuple est sorti massivement pour le dégager ? Parce qu’il vient d’oujda et il ne se sent pas algérien et a toujours méprisé le peuple algérien.

    17
    4
    Crans Montana 2019
    15 mars 2019 - 17 h 24 min

    La phrase de la journée,

    Tout ce qui fait le système actuel pour la jeunesse, sans la jeunesse, sera fait contre la jeunesse.

    «Tout ce qui est fait pour nous, sans nous, est fait contre nous»

    11
    1
    Brahms
    15 mars 2019 - 15 h 21 min

    Son frère Saïd a un appartement à 1,3 millions d’euros au Champs de Mars donc où a t – il trouvé l’argent, sous les sabots d’un cheval ou dans la rue près d’un poteau ? A force de mentir, de tricher et de voler le peuple, ces personnages tombent dans le ridicule aux yeux du monde. Les gens savent tout via internet et les journalistes qui mènent des investigations. On ne devient jamais riche en escroquant son peuple. Le paradoxe c’est qu’en Algérie, ils crachent sur la France pour duper le peuple mais quand ils viennent en France ce sont les premiers à planquer l’argent détourné d’Algérie dans les banques Françaises comme Saâdani, Bouchouareb, Sellal, Rahmani, Khellil, Bedjaoui et pleins d’autres encore. Les gens sont vaccinés avec vos mensonges.

    26
      Lahouaria
      15 mars 2019 - 17 h 45 min

      Brahms
      15 mars 2019 – 15 h 21 min

      Basta de l’incitation à la haine, et faire le concierge des opposants, dégage avec tes zouaves dans ta montagne pour traire tes vaches!!!!!!!!!!!!!

      3
      22
        Brahms
        16 mars 2019 - 4 h 11 min

        A l’internaute Lahouaria

        On ne vous a jamais demandé votre avis, … Justement, l’argent détourné par ces escrocs, une partie m’appartient donc au lieu de raconter vos zozoteries, ne lisez plus messages comme cela je n’aurai pas à répondre à un imbécile. Ah oui, le juge Paquaux du TGI de Paris suit les escroqueries réalisées, preuve suffisante que vous n’avez rien dans la caboche. Au revoir.

        8
        1
    DYHIA-DZ
    15 mars 2019 - 15 h 20 min

    Bouteflika a encore une chance de sortir tête haute. Le peuple est conscient qu’il est malade depuis longtemps et ne peut gérer un pays du calibre de l’Algérie.

    Suggestion: Le Président doit recevoir une délégation compétente nommée par le peuple et puis il déclare son retrait avec dignité. Une sorte de passation du pouvoir au peuple. Tout le monde l’applaudirait.
    Bouteflika finira son mandat calmement dans la dignité.

    25
    4
      Anonyme
      15 mars 2019 - 20 h 14 min

      Bouteflika n’a pas à sortir la tête haute, il n’est ni un voleur, ni un tortionnaire ni un dictateur.

      20
        Anonyme
        15 mars 2019 - 23 h 33 min

        Il est juste malade

        1
        10
      Anonyme
      15 mars 2019 - 23 h 32 min

      Après ils peuvent déclarer le deuil national.

      2
      2
    MELLO
    15 mars 2019 - 14 h 43 min

    Que peuvent retenir certains de Bouteflika , juste cette charte pour la réconciliation qui lui a été imposée. En réalité il n’y a jamais eu de réconciliation nationale. La base de toute réconciliation est la VÉRITÉ , or les Algériens ne savent toujours pas de ce qui s’est passé durant les années 90. Tout le monde doit reconnaître les faits , il fallait devoiler toute la vérité au peuple Algérien puis que les crimes soient reconnus par leurs auteurs. Bouteflika à été de tout temps quelqu’un qui a contribué à la non émergence d’un État de droit, encore pire , puisque depuis dix ans , l’Algérie s’enfoncé inexorablement dans le chaos, expérimentant , l’une après l’autre, toutes les formes de la violence, de la hoggra et du desespoir sans susciter davantage que l’indifférence , le silence ou de vagues déclarations qui resteront lettres mortes faute d’être portées avec conviction . Depuis plus de trois semaines , le mouvement pacifique n’a rencontré que silence insidieux , que manipulation de la part du régime . Les manifestants doivent canaliser leurs forces vers la constitution d’un groupe constitué d’hommes et de femmes qui pèseront sur ce pouvoir et exiger la remise des « cles » de la maison Algerie, pour diriger et organiser la phase de transition . La conférence nationale ne sera constituée que par des politiciens , des hommes de la société civile, des juges ,des avocats et des intellectuels non impliqués dans le système maffieux Algérien. Il faudrait réinventer le groupe des 22 historiques qui avaient pu et su déclencher le 1er Novembre 1954.

    11
    4
    DYHIA-DZ
    15 mars 2019 - 14 h 01 min

    Il n’ya pas à dissuader. Il faut appliquer la loi.
    À partir du 28 Avril, M. Bouteflika n’est plus président.

    31
    2
    Kahina-DZ
    15 mars 2019 - 13 h 57 min

    Comment le dissuader ??
    Des représentants du peuple doivent demander une audience avec ce président qu’on ne revoit jamais.

    28
    4
    Kenza
    15 mars 2019 - 13 h 34 min

    Dites lui que le peuple a décidé et que rien ne peut le dissuader à les faire dégager lui et tous ses sbires !

    KHLAS ! BARAKET ! GAME OVER !

    23
    1
    El Kendy
    15 mars 2019 - 13 h 23 min

    Que le peuple soit écouté.
    Que sa volonté de changement soit exaucée.
    Que Bouteflika nomme immediatement un président du CN á la place de Bensalah.
    Qu’il quitte le présidence le 26.04.2019.
    Que le président par intérim soumet une nouvelle constitution à l’Algérie.
    Qu’ il organise des éléctions legislatives et présidentielles dans les 45 jours de l’interim.
    Que vive la deuxième République.

    16
    1
    Brahms
    15 mars 2019 - 13 h 21 min

    L’Algérie ce n’est pas une propriété privée pour délinquants et escrocs notoires qui achètent des appartements, villas à l’étranger et qui blindent leurs comptes en devises sur le dos du peuple et des populations qui crèvent de faim.
    Prêtez serment pour voler les comptes du Trésor Public algérien cela n’a aucun intérêt pour les populations. En effet,
    il y a beaucoup trop de retard en Algérie, il y a un déficit énorme en infrastructures. Regardez la construction des Immeubles AADL, que de la brique rouge donc très peu solide comme édifice. C’est du travail bâclé, aucun goudron, aucun garage, aucune place de parking, on jette en pâture les citoyens et qu’ils se débrouillent pour le mieux, hein.
    Au final, c’est de la politique de gribouille et de barbouille.

    17
    1
    Sam
    15 mars 2019 - 13 h 16 min

    POUR LES DECIDER A ARRETER DE BRAS DE FORCE IL FAUT MARCHER SUR ALGER A PARTIR DE TOUTES LES WILAYAS, PEU IMPORTE LE TEMPS QUE CA PRENDRA ON ARRIVERA TOUS UN JOUR AU POINT DE RALLIEMENT:LA GRANDE POSTE. ON L’APPELERA : LA MARCHE DE L’HUMANITE . ELLE SERA INSCRITE DANS LES MEMOIRES DES ETRES HUMAINS QUI ONT UN CERVEAU SAIN QUI FONCTIONNE.
    VIVE L’ALGERIE DEBOUT, FORTE ET RESILIENTE!!!!!

    11
    AlwaysTamurth
    15 mars 2019 - 13 h 14 min

    Quand on parle de L’ALN il faut faire la difference entre ce qui ont affronte les balles, le napalm, les bombes du colonialisme et ceux qui ete planque en ESPAGNE
    Tahya Tamurth

    12
    chelabi
    15 mars 2019 - 12 h 51 min

    Dans sa lettre à la jeunesse algérienne, la grande Djamila Bouhired disait en guise d’épilogue  »….Il vous appartient à vous, et à vous seuls qui luttez au quotidien, de désigner vos représentants par des voies démocratiques et dans une totale transparence.
    Notre génération a été trahie ; elle n’a pas su préserver son combat contre le coup de force des opportunistes, des usurpateurs et des maquisards de la 25e heure qui ont pris le pays en otage depuis 1962. Malgré la colère du peuple qui l’a rejeté, leur dernier représentant s’accroche encore au pouvoir, dans l’illégalité, le déshonneur et l’indignité.
    Ne laissez pas ses agents, camouflés dans des habits révolutionnaires, prendre le contrôle de votre mouvement de libération.
    Ne les laissez pas pervertir la noblesse de votre combat.
    Ne les laissez pas voler votre victoire…

    Djamila Bouhired
    Paru dans « le matin d’Algérie ».

    Que dire de plus sinon qu’ il y a des vieux qui vieillissent bien et des vieux qui vieillissent mal.

    21
    Bernou
    15 mars 2019 - 12 h 29 min

    Il faut distinguer le pouvoir apparent du pouvoir réel. Le president incarne le pouvoir apparent sur lequel tout le mécontentement populaire s’est cristallisé. Le pouvoir réel, prendra la mesure de « sacrifier » le président grabataire au plus haut de la contestation à venir, pour ainsi préserver le régime qui constitue l’ossature du pouvoir en Algerie depuis 1957.

    14
    1
    Zombretto
    15 mars 2019 - 12 h 10 min

    « Comment dissuader le président Bouteflika de décider unilatéralement ? »
    De la même manière qu’on peut dissuader le tigre de manger de la viande et se mettre à bouffer des légumes et des fruits. Ou convaincre un buisson de ronces de commencer à donner des bananes et des ananas. Vous croyez que c’est possible ?

    12
    2
    Khorrotov
    15 mars 2019 - 11 h 55 min

    Je voudrais juste touver une réponse à la question qui me tarraude l’esprit et qui me gâche le sommeil depuis fort longtemps : Comment expliquer qu’un vieillard de 82 ans, gravement malade, donc totalement affaibli, mentalement et physiquement, qui a régné pendant 20 ans sans partage, veut-il encore se maintenir au pouvoir dans un tel état de santé, en défiant les lois biologiques et en piétinant la loi suprême la plus élevée dans les normes juridiques, ceci au vu et au su de 40 millions d’algériens? La question relève t-elle du domaine de la politique ou de la psychanalyse?

    17
      hercule
      15 mars 2019 - 12 h 51 min

      Tellement il est obstiné à vouloir mourir sur le trone pour avoir des funérailles nationales qu’il est prêt à sacrifier la moitié du peuple algérien.

      12
      1
    Wahiba
    15 mars 2019 - 11 h 50 min

    Il aurait pu partir avec la tete haute en sortant au bon moment, en 2014. Il a préféré suivre le mauvais chemin de tous les dictateurs arabes: Sortir la tete basse ou mort et en disgrace et sans histoire positive avec le peuple. Le pouvoir est une maladie grave qui est comme une drogue.

    22
    1
    Bouzorane
    15 mars 2019 - 11 h 48 min

    On voulait des élections sans Bouteflika,… on se retouve avec Bouteflika sans élections!!!!

    22
      Amine
      15 mars 2019 - 17 h 41 min

      Monsieur le président, je pense que les algériens sont prêt à vous accorder le titre de président d’honneur, vous garderez vos privilèges protocolaires,on vous accorde des funérailles national.
      de grâce partez, laissez l’Algérie à ses enfants qui veulent la construire et l’emmener vers le chemin du développement et de la liberté

      6
      35
    Anonyme
    15 mars 2019 - 11 h 26 min

    bref ce président a ete candidat a l’nsu de sa volonté….. tout le cirque depuis un an pour nous vendre cette candidature et ensuite le dépot et la nomination d’un directeur de campagne,dégommé et remplacé par un autre plus acceptable,toute ces manipulations n’ont jamais éxisté !!ils pensaientt que le peuple pouvait contintuer a avaler des couleuvres sans broncher,et bien ils se sont trompés !!!

    21
    NEON BLEU
    15 mars 2019 - 11 h 23 min

    L’homme qui a tout perdu sauf la haine et le mépris de la majorité des citoyens Algériens et pourtant il avait toutes les possibilités a demeuré éternellement mais la tentation de l’argent Haram et l’oublie de mourir un jour l’ont empêcher

    22
    2
    Anonyme
    15 mars 2019 - 11 h 19 min

    Que la volonté du peuple soit réspéctée:
    Que Bouteflika quitte la présidence de la république le 26.04.2019 comme le stipule la constitution.
    Qu’il nomme(avant de partir) une personne à la place de de Bensalah qui ne soit ni des partis au pouvoir ni de l’opposition.
    Que ce Président de la République par Interim organise un Référendum sur une nouvelle constitution.
    Qu’il organise des éléctions legislatives et présidentielles pendant la pérode de Transition: 45 jours.
    Que vive la deuxième République.

    10
    Anonyme
    15 mars 2019 - 11 h 16 min

    si on prend comme référence au niveau développement, un pays comme la corée du sud,pays dépourvu de toutes richesses minérales,et l’algerie pays riche,le constat est terrible pour les tenants du pouvoir…Iils ont échoué dans tous les domaines,la santé,l’école l’économie et grace a l’importation de bazar,les réserves financieres sont entrain de fondre… de 200 MILLARDS DE DOLLARS,on est passé a 60M etc ,etc ,dans ce cas ,comment comprendre qi’ils veulent encore continuer a gerer ce pays??

    14
    Hassina Hammache
    15 mars 2019 - 10 h 57 min

    Sortie de crise

    i) Amnistie générale
    ii) L’ANP supervise et garante de transparence, légalité et respect de règles du jeu
    iii) Un gouvernement de transition issu de la société civile où seront appelés à la réserve tous les partis agréés (opposition ou pouvoir)
    iv) Des élections immédiates pour une assemblée constituante (en 45 jours) : tout le monde peut se présenter et tout le monde est soumis au même dossier dont le même nombre de parrainages de citoyens. Aucun élu ne pourra en temps que tel parrainer autre que sa qualité de citoyen.
    Hassina Hammache militante pour la liberté, vérité et respect

    5
    19
      Anonyme
      15 mars 2019 - 12 h 15 min

      @ Hassina Hammache
      15 mars 2019 – 10 h 57 min
      Si je suis votre professeur je vous reserverais un Zero pointe pour vos conseils et je vous conseillerais de militer parmi la societe civile pour ameliorer la situations des personnes agees…mais loin de la politique car vous n avez rien compri…en proposant une assemblee constituante c est foutre un renard dans le poulailler et creer le chaos pendant des annees
      qui couterait des milliards sans aucun resultat.
      Une assemblee constituante..c est tout ce qu il faut eviter de faire…nos experts en droit constitutionnel sont tres competents pour rediger une constitution saine et digne du peuple Algerien…qu il approuvera par referendum…

      9
      3
        Hassina Hammache
        16 mars 2019 - 12 h 11 min

        Nos experts constitutionnalistes n’ont qu’à se présenter pour être élu et veiller au bon déroulement de la rédaction de la constitution. Pourquoi ce peuple MATURE et de tout temps MATURE ne peut- il pas écrire sa propre constitution, si vous étiez mon professeur je vous corrigerais ne dit- on pas que l’élevé semble avoir dépassé son professeur?/ The student seems to have surpassed his teacher.

    chanakhadra
    15 mars 2019 - 10 h 44 min

    le 24 avril le plan d’urgence sera mis en place et les militaires prendront le relai et vous l’aurez dans dans le baba

    4
    23
    La Viriti
    15 mars 2019 - 10 h 34 min

    Cher B.M, auteur de l’article,

    Vous faites passer l’idée que les précédents mandats de Bouteflika étaient légitimes et vous insistez sur son passé de moudjahid…Votre conclusion laisse paaraitre que vous êtes fsavorable à la supercherie humiliante en cours avec cette prolongation de mandat.

    Or,

    Bouteflika a violé allègrement la constitution pour les 3e et 4e mandat ( le 2e étant le produit d ela fraude massive étatique avec les relais de mangeurs de cachirs et de naturalisés et le 1er mandat étant l’erreur historique des « décideurs » de l’avoir rapporté de son exil étranger ), donc sa présence actuelle est illégitime et la poursuite du 4e mandat également. Il doit partir, lui, sa famille, sa fratrie et son clan d’Oujdis, de traitres et de naturalisés ( au passage il faut récupérer les milliards envolés sous ses règnes abject)

    Son passé de Moudjahid ? Il est plus que sujet à de nombreuses sombres d’ombres et de coups foireux dans lequel il était directement ou indirectement engagé. Les historiens ont du pain sur la planche, car d’autres Moudjahid en connaissent un rayon sur le personnage et c’es tpas très glorieux.

    Il n’a jamais ramené la paix en Algerie, c’est le peuple algérien, les services de sécurité ( décapités par Boutelfika depuis) sous la houlette d’un homme digne, Mr Zeroual.

    Son ego nous a conduit dans une impasse. Son arrogance extrèmiste a constituté son mode de gouvernance. Son régionalisme féroce fixait les budgets de sministères et l’affectation de l’argent public et de sprojets industriels. Aucune vision économique, politique, socila ( si ce n’est distribué des appartements pour endormir les gens et laisser poursuivre la prédation de son clan)

    Bouteflika en tant qu’homme et dirigeant est un échec total, une calamité, un cauchemard et un dange pour notre peuple et notre pays.

    Il y a des hommes et des femmes, patriotes, amoureux de leur pays, qui ont du le fuir la mort dans l’âme sous Boutelfika ou qui sont toujous en Algerie, désabusés et qui auraient faits de ll’Algerie un pays rayonnant et qui auraient rendu la dignité et la fierté aux algériens.

    Merci de publier ce modeste point de vue.

    27
    1
    Anonyme
    15 mars 2019 - 9 h 43 min

    EN DISANT DANS LES MANIFESTATIONS :  » ECHAAB LA YOURID LA NACER OUA LA SAID « 

    25
    2
    Juan Carlos de La Tragenta
    15 mars 2019 - 9 h 38 min

    Le seul pays au monde qui a salué décision c est la France de Macron , pas un pays dans le monde meme nos voisins ou pays de l UA ni les USA ni la Chine ni la Russie pas un pays a salué sa décision et ils ont bien raison et ils sont resté neutre preuve d intelligence et pourtant ils ont bcps d intérêts en Algerie la plus part , le porte parole des USA a seulement dis de laisser les algerien(nes )s exprimer librement dans la rue pas plus et c est aussi pour ca qu il bronche pas ce pouvoir sinon Trump les coulent eux et leurs proches gelés des biens et des comptes bancaires interdiction du territoire US et l UE suivra aussi et mandat d arrêt en plus donc ils sont fort qu avec les faibles ses dictateurs , seule la France et son president Macron a pris position pour Bouteflika et salué Bouteflika c est pour vous dire qu il s appartiennent complètement à cette France et que c est bien elle qui montre par ce soutien sa complicité avec ce pouvoir contre le peuple algerien et que c est elle qui a plus à perdre . AP aujour dhui vous nous lâcher un article à croire que la presse Français est bien mieux et notre presse ne générale informé que vous sur nos évènements le sujet de l article : Ce que le journal Français Le Figaro sait sur le plan Brahimi Lamamra , en fait Lamamra c est quelqu’un que j appréciais mais il est complètement descendu dans mon estime , il est venu les sauver eux pas l Algerie et son peuple , les frères Boutefs l ont appeler à la rescousse en fait pour les sauver et je pense pas que le Figaro annonce du vent ; c est un peu comme le journal Français qui avait été attaqué par Bouteflika en justice pour l affaire  » paradis papers et qui avait mis son visage sur la une de leur journal , c est lui qui abandonné à la fin eux ils ont dis on va au bout pas de prob vous avez la mémoire courte ; Lamamra ils dit pas d ingérences étrangères mais se rend à Paris pour voir Macron pour qui valide ce plan qui l a fait valider aux deux frères Said et Nasser Bouteflika , ben oui j y crois moi ce que dit le Figaro mais pas vous le gouvernement algerien parce que vous êtes prêt à tout pour garder le pouvoir et n arrêtez pas de vouloir nous tromper en jouant le temps ; il y a 18 mois et je vs prend à témoin AP j avais dit sur Ouyahia qui disait ne pas vouloir se présenter et c est seulement Bouteflika qui décide donc je ne présenterai pas , ils ont fait pleins de calculs on parlait de l ANP ect ect concernait cette fameuse élection qui devait arriver ds 1 mois et 3 jrs , j avais dis que c était une époque révolu et que je vous jure que le peuple cette fois ne vous laisseras pas faire je me suis pas trompé mais eux était sur d eux et croyais que tellement s était resigné le peuple avec eux depuis 62 , rappelez vous de leur arrogance Ould Abbes Ould Kaddour; Ouyahiai ;Hadad ect ect ect envers notre peuple comme si on existait pas et maintenant vous êtes ou? Faites passer AP svp

    19
    3
    Mir
    15 mars 2019 - 9 h 22 min

    Comment dissuader le président Bouteflika de décider unilatéralement ? En lui enlevant les clés de la Présidence à partir du 27 avril à minuit ! Expulsion et changement des serrures. Il sera enfin libre de décider de faire ce qu’il veut de sa vie.

    61
    3
      Bouzorane
      15 mars 2019 - 10 h 08 min

      Excellent !!

      20
      2
    Anonyme
    15 mars 2019 - 9 h 20 min

    Son mandat expire le 18 avril 2019 à minuit, point barre, au delà de cette date, il redevient un simple citoyen.

    35
    5
      Bouzorane
      15 mars 2019 - 10 h 27 min

      Il ne peut pas DÉGAGER avant??
      Sincèrement, ça nous arrangerait.

      18
      2
      Moh
      15 mars 2019 - 23 h 50 min

      Cher compatriote, tu es nommé Huissier du peuple !

    nectar
    15 mars 2019 - 9 h 04 min

    L’homme par qui tous les scandales sont arrivés, s’accroche à son trône comme Néron dernier empereur du système FLNiste..Ceux qui l’ont coopté en 1999 sont aussi responsables et criminels de ses actes. Sachant que ce Monarque ou parrain a été déjà écarté par Kasdi Merbah en 1979 et condamné pour détournement du budget du ministères des affaires étrangères dont il était responsable sous son parrain Boumedienne…Ce Monsieur se venge de ce pays qui a fait de lui un ministre, un Président et il n’a jamais connu la faim et il se croit tout permis..Il a trompé le peuple, mais il ne pourra pas tromper l’histoire, qui le poursuivra éternellement…

    34
    2
    Anonyme
    15 mars 2019 - 8 h 43 min

    Il sera nécessaire de dire et écrire la vérité au moins une fois. Les présidents de l’Algérie sont Saïd et Nacer Bouteflika point final

    26
    2
    Ali 8
    15 mars 2019 - 8 h 30 min

    Comment puisse faire confiance à une personne qui a été condamné pour détournement et corruption,chez les personnes de bonne famille lorsqu’ils commettent une erreur et leurs tend la main,ils se repentissent et ils deviennent des personnes parfaite

    23
    3
    Bouzorane
    15 mars 2019 - 8 h 27 min

    Comment persuader le président qu’il doit DÉGAGER ?

    14
    3
    Avis d'expulsion
    15 mars 2019 - 7 h 34 min

    En descendant en masse dans la rue le roi et sa cour comprendront la fin du concert.

    30
    4
    DZA
    15 mars 2019 - 7 h 33 min

    Si Bouteflika avait pour souci le bien du pays, plutôt que sa petite personne et le bien-être du système vorace qui l’entoure, il n’aurait pas fait de la constitution un chiffon et de l’Algérie une république bananière.
    Bouteflika a troqué sa crédibilité pour le pouvoir à vie.
    Maintenant que le peuple le conteste, il s’acharne à vouloir nous faire croire l’impossible. Qu’il céderait le témoin à un autre élu du peuple.
    Son obsession du pouvoir est ne le lui permettra pas. Il préférera mourir, plutôt que de voir un autre président le remplacer à El Mouradia.
    Non Monsieur le président, personne ne vous croit, vous n’avez plus de crédit, vous nous faites perdre un temps très précieux, plus vite vous quitterez les lieux et mieux ce sera pour tous.

    36
    4
    RAUS
    15 mars 2019 - 7 h 23 min

    Depuis quand les Arabes respectent les peuples et leur constitution serpillière,Bouteflika n’a jamais respecter n’est les personnalités politiques,n’est le peuple,n’est nos Chahid,surtout pas la constitution et la loi,certes il respectait son Mentor le défunt Hassan II et personne d’autre,il à toujours humilié ses Ministres et haut fonctionnaires,c’est le moment où jamais de lui rendre sa monnaie,le peuple Algérien n’aime pas l’injustice et Hogra

    28
    8
    Sprinkler
    15 mars 2019 - 7 h 22 min

    La mort de ce régime est…biologique. D’essence totalitaire, il n’a jamais eu d’ assise politique et ne doit sa longévité qu’ la rente pétrolière dont il s’est attribué l’exclusivité de la redistribution. Grabataire, sclérosé, monolithique, corrompu, illégitime, anticonstitutionnel, donc arbitraire, il est en fin de vie. Le départ de Bouteflika n’est plus qu’une question de jours et c’est toute l’Algerie qu’il faut réinventer…

    28
    4
      Zaatar
      15 mars 2019 - 10 h 14 min

      Bonjour Sprinkler,

      Je ne suis que partiellement d’accord avec tes propos. Il faudrait toujours avoir en tête, dans ce que vit notre pays en ce moment, deux choses. La première est que ce pouvoir à toujours trouvé jusqu’à présent une solution pour rester et ce depuis 62. La seconde, avec l’expérience qu’il a, le président a déjà anticipé ce cas de figure en faisant le vide autour de lui que ce soit au niveau des figures emblématiques du pays pouvant incarner une légitimité quelconque de façon à être accepté par le peuple, qu’au niveau des grands décideurs des principales institutions militaires et de sécurité qui jusqu’à il y a quelques années encore pouvaient influer et même décider des sorts du président a ou d’un quelconque responsable du pays. Si on fait le tour, on se rend compte qu’il y a Bouteflika et un gouffre immense autour de lui. Aussi, la confrontation avec le peuple risque d’être longue et compliquée, en ce sens que s’il y a violence ça arrangera le pouvoir et on sait comment, et si tout est Pacifique on fera aussi durer les choses du moment que le pouvoir est toujours au pouvoir, il prendra alors le temps d’imposer encore son dikdat.
      Bien à toi l’ami.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.