Jusqu’où ira la guerre entre le chef d’état-major et le général Toufik ?

Toufik
Le général à la retraite Mohamed Mediene dit Toufik. D. R

Par Karim B. – Le chef d’état-major a adressé une sévère mise en garde à l’ancien patron du DRS, le général à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik. Le citant nommément dans son discours prononcé à Ouargla, Ahmed Gaïd-Salah lui a lancé un «dernier avertissement» et l’a accusé d’avoir participé à la réunion du 30 mars dernier à laquelle aurait pris part l’ancien coordinateur des services de sécurité limogé, le général Bachir Tartag, et le frère de l’ancien président, Saïd Bouteflika.

Jusqu’où ira la confrontation entre le chef d’état-major de l’ANP et l’ancien homme fort du système ? La guerre entre les deux hommes a éclaté dès la désignation d’Ahmed Gaïd-Salah en qualité de vice-ministre de la Défense nationale. Ce dernier a alors pris une série de mesures visant à «intimider» le chef du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) dans le but évident de l’affaiblir et de réduire son influence.

Le général Toufik est tombé en disgrâce en 2013 lorsqu’il a appelé Abdelaziz Bouteflika à se retirer après son accident vasculaire cérébral. L’ancien président s’était alors empressé d’appeler le chef d’état-major de l’ANP à Paris, où il l’avait reçu à l’hôpital du Val-de-Grâce face aux caméras de la télévision publique. Le message du chef de l’Etat malade était directement adressé à un groupe de personnalités qui avaient voulu faire appliquer l’article 88 – soit l’actuel article 102 – stipulant l’empêchement. Ahmed Gaïd-Salah s’y était opposé fermement et avait pesé de tout son poids pour imposer le quatrième mandat de Bouteflika en dépit de son lourd handicap.

Dans son discours, le chef d’état-major a joint à sa menace proférée contre le général Toufik un appel à la justice pour qu’elle accélère le traitement des dossiers de corruption, en pointant du doigt des hommes d’affaires qui ont saigné le Trésor public à travers des crédits de complaisance qui se chiffrent à plusieurs milliers de milliards de dinars.

Ahmed Gaïd-Salah ne semble pas faire un lien direct entre les deux affaires, mais il faut rappeler que c’est le général Toufik qui a, le premier, alerté l’ex-président de la République sur de graves détournements dans le secteur pétrolier, mettant en cause directement l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil. Le général Toufik était dans le collimateur du cercle présidentiel après qu’il eut actionné la justice pour faire juger l’homme de confiance du Président sans en aviser ce dernier.

Ahmed Gaïd-Salah ouvre plusieurs fronts à la fois dans l’espoir de calmer la rue qui réclame des changements rapides et qui commence à redouter des tentatives de contournement de la volonté populaire. La réponse de Gaïd-Salah est claire lorsqu’il affirme que le temps presse et que la situation est complexe. Ce qui confirme la démission imminente de Bedoui et de Bensalah, après celle de Belaïz.

Nous y reviendrons.

K. B.

Comment (75)

    Anonyme
    17 avril 2019 - 23 h 02 min

    il est vrai que l’ex drs sest fait une image positive par la presse aux ordres
    il est retraite et donc citoyen lambda
    le mieux pour AGS est de l’ignorer en public et de lui appliquer la loi dans toute sa rigueur
    quant à la presse habituée au biberon ,elle doit etre seouée par un rappel à l ordre pratique :la publicite

    UMERI
    17 avril 2019 - 11 h 05 min

    Le peuple algerien souhaite une alterrnance pacifique du pouvoir, la guerre des clans ne peut produir que de la violence, des degats et un retard pour le devellopement du pays.La priorite consiste en l’installation d’ un gouvrnement de transition credible, dirige par un homme politique integre. Quant a la justice. c’est trop tot, ce sera la mission de la future justice independante. Si on veut faire diversion en cherchant des boucs emissaires ce n’est pas gagne. A ce moment. il faut rehabilite le procureur general, en charge de l’affaire Sonatrach, limoge pour assurer l’impunite au clan de Bouteflika et reprendre a zero pour innocenter Khellil ou l’inculper. puis l’affaire Saidani et le credit agricole, ensuite en procedera a juger les autres affaires, liees a la corruption.

    moh e'rrih
    17 avril 2019 - 10 h 49 min

    tekheltet ouala b’gat t’esfa ouetl’a3 kh’raha fouk maha erriass b’gir mertaba houma e’ssbab ekh’laha.///
    VIVE L’ALGERIE oue’l barani bara

    Ahcene
    17 avril 2019 - 9 h 53 min

    Scandaleuse intervention du chef de l’Etat Major qui menace ouvertement un citoyen ordinaire , retraité mais qui veut intervenir comme tout citoyen dans le débat. Mais pourquoi personne ne parle des « étudiants  » de USTHB voyous qui occupent illégalement l’Université pour empêcher que les cours ne s’y déroulent? 50% de la premiére année ont été recalés et ils veulent bloquer l’année pour refaire les examens sans que personne ne trouve à redire!!? ENTRE TEMPS LES ETUDIANTS DE USTHB S’ADONNENT à la vente DE TOUT TYPE DE DROGUE dans l’enceinte universitaire sans que personne ne réagisse..Alors que Toufik veut remetre de l’ordre voilà que Gaid Salh cumule les casquettes de le justice , de la police, des bourreaux contre les hommes et femmes libres de ce pays mais MAIS NEANMOINS ANTI GREVISTE ET ANTI HIRAK RESOLUS ET DETERMINES…Mais ou allons nous? Gaid Salh a perdu une occasion de se taire…Au fait, est-il plus blanc que blanc!,? il est peut être gris clair ce GAID

    9
    20
      Blek
      18 avril 2019 - 14 h 42 min

      Pourquoi tu as fais tout ça Bouteflika tu es le seul responsable après ta traversé du désert tu es venu pour te venger tu as appliquer la vengeance de monte cristo ma question pourquoi l’Algérie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.