Présidentielle du 4 juillet : début de l’opération de la révision des listes électorales

présidentielle juillet 2019
Les préparatifs pour l'élection présidentielle de juillet 2019 débutent. New Press

L’opération de révision exceptionnelle des listes électorales, en prévision de l’élection présidentielle du 4 juillet prochain, a été entamée mardi et durera jusqu’au 23 avril 2019.

Le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a invité dans un communiqué tous les citoyens et citoyennes non inscrits sur les listes électorales et âgés de 18 ans révolus le jour du scrutin, soit le 4 juillet 2019, à demander leur inscription sur la liste électorale de la commune de résidence.

Les électeurs ayant changé de résidence doivent, quant à eux, se rapprocher de leur nouvelle commune de résidence qui prendra en charge la procédure de radiation et d’inscription. La demande d’inscription doit être appuyée par la présentation de deux documents, l’un justifiant l’identité et l’autre justifiant la résidence. Les bureaux chargés des élections au niveau des communes sont ouverts tous les jours de la semaine, de 9h00 à 16h30, à l’exception du vendredi.

Le ministère de l’Intérieur avait lancé en début d’année un nouveau service, via son site web, permettant aux inscrits sur les listes électorales de connaître les centres et bureaux de vote dont ils relèvent. Le nombre d’électrices et d’électeurs portés sur les listes électorales lors des élections locales du 23 novembre 2017 s’élevait à 22 883 772.

Abdelkader Bensalah, qui assume, en application des dispositions de l’article 102 de la Constitution, les fonctions de chef de l’Etat pour une durée de 90 jours, suite à la démission du président Abdelaziz Bouteflika, a signé le 10 avril le décret présidentiel convoquant le corps électoral pour l’élection présidentielle.

Lors d’un message à la nation, Bensalah, qui ne peut, selon la Constitution, se porter candidat à l’élection présidentielle, a fait part de son intention de créer, en concertation avec la classe politique et la société civile, une institution nationale collégiale, «souveraine» dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions d’organisation d’élections nationales «honnêtes et transparentes».

Le chef de l’Etat a tenu à préciser que le rôle du gouvernement et des services administratifs concernés se limitera à «soutenir et accompagner» cette institution dans l’accomplissement de ses missions «en toute liberté», affirmant tendre une «main sincère et loyale» à tout un chacun pour surmonter les divergences et s’investir dans une action collective dont l’objectif est de «poser les fondements de l’Algérie du futur».

Le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a assuré, de son côté, que l’ANP accompagnera la période de transition destinée à la préparation de l’élection présidentielle et veillera à son suivi dans «le strict respect des règles de transparence et d’intégrité et des lois de la République».

Cependant, les partis de l’opposition ont exprimé leur rejet de l’installation de Bensalah en qualité de chef de l’Etat, estimant que cette démarche est «incompatible» avec les revendications du peuple algérien, qui réclame un changement radical du système politique et le départ des personnalités qui en sont les symboles.

Les partis de l’opposition ont estimé aussi que l’approche constitutionnelle dans la résolution de la crise mènera à «l’impasse», le problème étant fondamentalement d’ordre politique.

Conformément au code électoral, les postulants à la candidature à l’élection présidentielle doivent déposer leur déclaration de candidature, au plus tard, dans les 45 jours qui suivent la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral.

Pour que son dossier soit validé par le Conseil constitutionnel, le postulant à la candidature doit présenter soit une liste comprenant 600 signatures individuelles d’élus d’Assemblées populaires locales (APC et APW) ou parlementaires, réparties au moins à travers 25 wilayas, soit une liste comportant 60 000 signatures individuelles, au moins, d’électeurs. Ces signatures doivent être recueillies à travers, au moins, 25 wilayas avec un nombre minimal de signatures exigées pour chacune des wilayas qui ne saurait être inférieur à 1 500. Les autres pièces du dossier sont, notamment, un certificat de nationalité algérienne d’origine de l’intéressé, une déclaration sur l’honneur attestant que l’intéressé possède uniquement la nationalité algérienne d’origine et qu’il n’a jamais possédé une autre nationalité et une déclaration sur l’honneur attestant que l’intéressé est de confession musulmane. Le prétendant à la candidature doit, également, fournir un certificat de nationalité algérienne d’origine de son conjoint, un certificat médical délivré à l’intéressé par des médecins assermentés, une déclaration sur l’honneur attestant de la résidence exclusive, pendant dix ans, au moins, sans interruption, précédant immédiatement le dépôt de candidature de l’intéressé. Le dossier comprend, aussi, une déclaration publique sur le patrimoine mobilier et immobilier de l’intéressé à l’intérieur et à l’extérieur du pays, une attestation de participation à la Révolution du 1er novembre 1954 pour les candidats nés avant juillet 1942, une attestation de non-implication des parents du candidat né, après le 1er juillet 1942, dans des actes hostiles à la Révolution, ainsi qu’un engagement écrit et signé par le candidat de respecter les principes de la Constitution.

R. N.

Comment (5)

    Gouraya
    16 avril 2019 - 18 h 54 min

    Mon souhait et celui des millions Algeriens qui sont sortir et bravé le soleil et la pluie pour demander un changement de système ,maintenant c’est au Elus des Mairies de boycotter les préparatifs ces élections, a mon Avis une bonne idée !!!!!

    5
    4
    Vroum Vroum 😤..
    16 avril 2019 - 16 h 25 min

    L’économie, investissements , réclame la stabilité du Pays , un fonctionnement et des Autorités installées . .Si on y voit le côté Économique , confiance au niveau international , et sécuritaire , une Présidentielle la plus proche y serait bénéfique… et si on y ajoute de nouvelles Têtes compétentes alors ce sera parfait pour moi . .Je Pense vraiment que l’ANP veillera à la clarté du Vote , une fois le nouveau Président de la République et son gouvernement avec les meilleures cerveaux installé , selon les voeux du Peuple , la réalité économique sera toujours là , les difficultés aussi , quelques soit le Président élu par le Peuple , même si c’est un Citoyen Président . . Apres que l’Algérie est sortie victorieuse du Terrorisme imposé , je suis optimiste sur le cheminement de l’Algérie qui surmontera haut la tete les difficultés , .Oui j’irai voter le 4 juillet , car économiquement , des réformes , ça urge , Un Président nouveau et en parallèle le changement voulu . .J’ai confiance en notre ANP , car le contraire est inconcevable .. C’est mon avis à moi . .

    5
    7
      Anonyme
      17 avril 2019 - 1 h 10 min

      Pendant 57 ans vous n’etiez pas pressé puis là tout à coup c’est devenu très urgent!
      Cet empressent est plus que suspect, c’est même carrément louche et filthy.
      Le vote TRICH-ORGANISÉ par bedoui, bensalah et fenniche la doublure copie conforme de Belaiz .
      C’est des bêtises tout ça, même mon fils qui a 7 ans rigole et trouve drôle la blague.

      2
      2
    Lghoul
    16 avril 2019 - 14 h 06 min

    Les listes des chats et des souris sera plus prometteurse. Quand on sait qu’un certain ould abbas est dans les parages, toutes les listes ont des « têtes » et derrière chaque tête, il y a une ch’kara noire remplie de victuailles pour les amateurs du couffin du ramadan bis. Cette année la charité sera doublée.
    Je ne sais pas si je vais rire ou pleurer car on dirait que tout ce beau monde est aveugle car ils semblerait qu’ils ne regardent jamais ce qui se passe dehors, dans la rue depuis 20 ans et ils continuent et persistent encore comme si rien n’y était. Incroyable mais vrai. Qui leur donne des « conseils » au juste ?

    9
    2
    voti
    16 avril 2019 - 13 h 49 min

    Génial, on aura le choix entre Ghediri et Ouyahia, et les autres lievres habituels
    Est ce vraiment une bonne chose d’organiser ces elections si vite?
    on a besoin de tout préparer, faire le ménage, mobiliser les gens, etc…
    C’est trop court je trouve

    8
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.