Pour une conférence nationale populaire de transition

contr mouvement
Laquestion de la réprésentatrivité du peuple est toujours posée. PPAgency

Par Houria Aït Kaci – Comment assurer la représentation du mouvement populaire, soit des millions de personnes qui sortent dans les rues chaque vendredi ? A cette question, la réponse est venue du mouvement lui-même en proposant une élection directe par le peuple algérien d’une conférence nationale populaire de transition. Cette formule pourra, seule, garantir une représentativité citoyenne incontestable, nécessaire au succès de la transition démocratique et mettre fin à l’impasse actuelle.

Cette conférence nationale populaire ou indépendante de transition sera formée par des délégués élus au niveau des quartiers et des communes dans tout le pays, ce qui permettra d’éviter l’écueil de représentants «autoproclamés» ou «désignés». Elle est l’expression de l’exercice de la légitimité et de la souveraineté populaires prévue par les articles 7 et 8 de la Constitution, adjoints à l’article 102, comme cela a été revendiqué par des millions d’Algériens qui manifestent chaque vendredi.

C’est ce qui est revendiqué est expliqué à travers une énorme banderole déployée à la rue Didouche Mourad ce vendredi 3 mai, avec l’inscription «Conférence nationale indépendante», en arabe, en faisant référence à l’article 8 qui dispose que «le pouvoir constituant appartient au peuple» qui «exprime sa souveraineté à travers les institutions qu’il choisit». Il est demandé à l’armée d’«accompagner cette période de transition sans la piloter», afin de permettre au peuple d’élire librement son président, de mettre en échec «le plan de sauvegarde du régime» et les opportunistes qui «surfent sur la vague du mouvement populaire».

Selon des propositions faites par des militants du mouvement populaire et sur les réseaux sociaux, la conférence populaire de transition devra être formée par les représentants élus du peuple au niveau des quartiers, à raison de 1 à 2 délégués, puis au niveau de toutes les communes du pays.

Ces élections doivent se faire sans intervention des maires et des secrétaires généraux actuels qui forment l’appareil de l’ancien régime déchu mais non défait, avec le concours des fonctionnaires des APC pour la partie logistique. Les scrutateurs désignés par les citoyens-électeurs doivent veiller au bon déroulement du processus électoral depuis l’arrivée de l’urne jusqu’au décompte des voix. L’armée, qui accompagne la transition, doit assurer les conditions de sécurité pour la tenue d’un scrutin régulier et transparent, dont l’organisation ne devrait pas dépasser une semaine.

La Conférence nationale indépendante, souveraine, réunie, décide du déroulement de ses travaux, de son ordre du jour et de la qualité des invités parmi les partis politiques – à l’exclusion de tous ceux qui ont soutenu le 5e mandat de Bouteflika –, des experts, des sages ou des personnalités nationales qui peuvent apporter leur éclairage, leurs conseils. Mais les instruments et mécanismes de la transition (présidence, gouvernement, loi électorale, commission indépendante des élections) relèveront de la seule décision des représentants élus du peuple.

Il faut souligner que cette transition politique qui ne porte pas atteinte à la Constitution, aura besoin du soutien de l’institution militaire qui a affiché sa disponibilité à accompagner les revendications populaires légitimes. L’armée qui a été mise devant une situation de gestion de crise, est sollicitée pour accompagner cette transition – et non pas la contrôler. Elle a une responsabilité historique pour se tenir aux côtés du peuple dans sa lutte pour le changement démocratique pacifique pour une deuxième République.

Plus vite cette transition sera accomplie, plus vite le pouvoir sera remis aux mains des nouvelles institutions légitimes et plus vite les militaires rentreront dans les casernes pour se consacrer à leurs missions constitutionnelles de défense et de sécurité du pays, après une élection sereine réussie.

H. A.-K.

(Journaliste)

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

Comment (8)

    Antisioniste
    5 mai 2019 - 1 h 03 min

    Madame Houria Aït Kaci, peu importe les noms ou appelassions, peu importe les propositions qu’on peut faire, elles resteront inutiles et non faisable tant que l’état-major de l’ANP ne se décide d’appeler officiellement le peuple à se constituer et se structurer tel que vous dite. Car le peuple sait tout cela, mais il n’a aucune confiance ni garantie, chose que l’ANP uniquement peut le lui donner, la question est : Pourquoi ils n’ont rien fait depuis jusqu’ici ?

    MELLO
    4 mai 2019 - 21 h 41 min

    La conférence nationale de transition , oui de transition peut émaner , techniquement , des différentes couches socio-professionnelles : Étudiants, Enseignants Universitaires, personnel de la santé, Avocats, Juges, personnel de l’administration, retraites ainsi que dans tous les secteurs. Cette option peut se faire sans l’apport de l’administration étatique. Mais avant cette conférence nationale , il est indispensable d’évacuer les tenants du pouvoir et les faire remplacer par un présidial ou une présidence collégiale qui désignera un gouvernement de transition et convoquera cette conférence nationale.

    3
    1
    Moskosdz
    4 mai 2019 - 21 h 14 min

    Même pacifiques,mais faut que cessent ces marches de tous les vendredis,vive l’Algérie,la sérénité,stabilité,justice et surtout la fraternité.

    2
    6
      A3ZRINE
      6 mai 2019 - 7 h 15 min

      C’est la démocratie directe pour appliquer la volonté du peuple, maintenant l’idée est bonne reste à voir son application sur le terrain car elle a du mal à trouver son chemin dans les démocraties européennes, va t elle réussir chez nous? Soyons fou et relevons ce défi, et si ça marche ça sera une première mondiale.
      Cependant l’obstacle sera celui de dégager les personnalités représentatives et veiller surtout à ce que l’ancien régime n’intervient pas par le biais de personnes parachutés afin de peser sur le choix des représentants. Il faut être très vigilants car l’enfer est pavé de bonnes intentions.

    Anonyme
    4 mai 2019 - 19 h 48 min

    Merci pour l’info. Dans le meilleur des mondes, c’est une bonne idée (déjà suggérée par plusieurs citoyens, apprentis-sorciers?), mais on n’est pas sorti de l’auberge. On en discutera en 2080, l’odyssée de l’espace, si tout va bien.

    3
    3
    Vroum Vroum 😤..
    4 mai 2019 - 18 h 52 min

    Complètement d’accord , à 100% . .Si après cette solution ingénieuse , si y’en a qui font les difficiles , alors là je dis Marr’gouha ! jusqu’au boutistes aveugles .

    1
    1
    Il faut se mettre au travail et continuer le nettoyage de l'ancien système.
    4 mai 2019 - 17 h 14 min

    Entièrement d’accord avec H.A.K le journaliste l’auteur de cet article de presse.
    A faire du sur place, le statuquo joue contre l’Algérie et donc contre l’intérêt de son peuple.
    L’économie est en stand bye , le déficit budgétaire se creuse.
    Les nouvelles réformes que nous souhaitons tous pour l’ascension de nôtre pays et sans cesse reporter au calende grecques .
    Ceux qui mises pour le pourrissement de la situation sans raisons valables.
    Sont des résidus de l’ancien système qui essaient de sauvés leurs têtes par différents subversions.

    8
    3
    lhadi
    4 mai 2019 - 17 h 01 min

    Madame veut nous infuser l’idée quand on peut faire une omelette avec des oeufs durs.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    7
    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.