Macron et les oligarques algériens : la presse française étouffe un scandale

Macron Endeweld
Emmanuel Macron avec Ali Haddad à Alger en février 2017. PPAgency

Par R. Mahmoudi – Les révélations explosives contenues dans un ouvrage publié récemment par le journaliste français Marc Endeweld sur des relations suspectes que le chef d’Etat français, Emmanuel Macron, aurait entretenues avec des oligarques algériens depuis sa première visite en Algérie, en 2017, n’ont suscité aucun commentaire sérieux dans la presse parisienne qui, d’habitude, est si friande des scandales politico-financiers, et notamment des affaires de financement occulte, comme cela a été le cas avec Nicolas Sarkozy, dont les démêlés dans l’affaire des financements libyens n’ont pas encore livré tous leurs secrets.

Dans son essai intitulé Le Grand Manipulateur, l’auteur relate avec force détails les rapports privilégiés qui liaient Emmanuel Macron à deux grands hommes d’affaires algériens, Ali Haddad et Issad Rebrab, en laissant croire que ces deux derniers auraient contribué au financement de sa campagne électorale. «Lorsqu’au cœur de sa campagne électorale en vue de la dernière présidentielle, écrit Marc Endeweld, Emmanuel Macron se rendit à Alger, les 13 et 14 février 2017, le candidat de La République En Marche se trouvait dans une situation financière très périlleuse. Dans les derniers mois qui ont précédé le scrutin de 2017, l’argent manquait terriblement pour poursuivre sa campagne, le budget était très entamé.»

Si les deux oligarques mis en cause dans ces révélations ne sont pas en mesure d’y répondre, pour la simple raison qu’ils sont, l’un comme l’autre, détenus en prison et risquent de ne pas en sortir rapidement, cette évocation devrait suffire pour soulever au moins un débat dans les médias des deux rives de la Méditerranée. Il n’en fut rien, pour des raisons qui restent inexpliquées.

Lorsqu’on sait que les rares comptes rendus consacrés à cet ouvrage de Marc Endeweld dans la presse parisienne ignorent superbement cet aspect, pourtant très documenté et inédit, ayant trait aux collusions supposées d’Emmanuel Macron avec des hommes d’affaires algériens jugés et décriés par la rue comme des «sangsues» et des «malfrats», on se rend vite compte qu’il y a comme une véritable gêne à «remuer» dans des affaires qui peuvent accabler davantage un Président déjà suffisamment usé par la contestation des Gilets jaunes depuis plusieurs mois.

R. M.

Comment (39)

    Anonyme
    23 mai 2019 - 2 h 02 min

    La France, mais aussi, secrètement, le Maroc sont sources d’attraction, et aussi de fuites d’investissements, Et de capitaux algériens, en dizaines de milliards d’Euro lourd
    « réinventer, à nouveau, le nationalisme économique, et un nouveau modèle économique algériens »
    Face aux hémorragies économiques, bancaires, financières, fiscales, commerciales, en dizaines de milliards
    De Dollar, synonymes de faillite économique algérienne, dans un pays, théoriquement, riche
    Mais appauvri, et pauvre par sa très mauvaise gestion de l’économie

    (ORASS)
    19 mai 2019 - 10 h 30 min

    ORASS est la dénomination de la belle « fratrie » qui a saigné l’Algérie . je ne dirais pas les quatre de l’Ave Maria (respect pour ce film) mais je dirais plutôt les cinq de l’Ave Mouradia ,voleurs de la banque et du trésor algériens.
    O : office : Ouyahia
    R : régional : Rebrab
    A : amassage :Ali
    S: sous : Sellal
    S : sonnants : Said
    ce fut donc l’ Office Régional pour l’Amassage de Sous Sonnants .heureusement que le hirak l’a dissous à temps…

    6
    3
    le niveau
    18 mai 2019 - 17 h 14 min

    toute algerien le savent de se que vous projeter contre le peuple
    la france cherche des algeriens pour les maitres au pouvoir et la poursuivre
    se que a fait bouteflika
    VIEVEMENT LA 2EME REPUBLIQUE ET AVEC DES ALGERIENS 100%/100
    n’ecouter pas la maconnerie eviter la maconnerie

    6
    3
    ANONYME 1
    18 mai 2019 - 11 h 07 min

    MOHAMED KRARROUBI 17 mai 2019 – 13 h 25 min

    Mettez les choses à leur place s’il vous plait.
    On ne compare pas un pays qui a 50 ans d’existence. ( c’est très jeune à l’échelle de l’existence des grandes nations).
    Avec un pays qui a plus de 200 ans de démocratie, et quelle démocratie !!!

    10
    8
    syno
    18 mai 2019 - 9 h 05 min

    il n’y a aucun doute que l’économie de notre pays est totalement infiltrée par la mafia financière internationale, et avec une complicité locale entièrement engagée (je dirai même idéologiquement convaincue) derrière elle.

    17
    2
    Mme CH
    18 mai 2019 - 4 h 39 min

    Wa Ma Khafia Kana A3dham…!! Les deux Comtes algériens donnaient sans compter puisque l’argent venait du trésor public…..On comprend pourquoi Rebrab a eu des largesses en France pour monter son business…hé oui, donnant-donnant….et le pôvre peuple devait se passer du Yaourt selon Si Ouyaya l’homme des sales besognes…qui, a fait fonctionner la machine à billets pour saigner à blanc le pays….! Franchement, ils ont dépassé toutes les limites ces……………..!!!!

    20
    4
      Zaatar
      18 mai 2019 - 8 h 21 min

      Je ne défend pas Rebrab ni aucun autre d’ailleurs qui seront peut-être accusés ou pas, mais vouloir à tout prix affirmer des choses sans preuves? Sans que rien ne soit établi? Le journaliste en question parle de relations suspectes. On a le droit de suspecter certes, mais pour accuser il faut des preuves. Vous affirmez sans preuves que les deux donnaient sans compter puisque cela venait du trésor algérien. Et d’une vous n’avez aucune preuve qu’ils ont donné. De deux s’ils ont donné il faudra encore prouver que c’est l’argent du trésor algérien.

      16
      10
        Mme CH
        20 mai 2019 - 2 h 54 min

        Ma3za Wa Law Taret…!!! Que peut-on faire pour éclairer la lanterne de voyants-aveugles et d’entendants-sourds….!??
        Les trous noirs sont là pour les absorber….!!!

    El pueblo
    18 mai 2019 - 2 h 59 min

    Et dire que cet illettré d’Ali el goudronne faisait la navette entre Paris et New york

    16
    2
    Anonyme
    17 mai 2019 - 23 h 09 min

    La plupart des candidats majeurs à l’élection présidentielle française faisait un saut à Alger quelques semaines avant l’élection, pour recevoir des sous pour leur campagne, en échange du soutien au pouvoir algérien. Hollande l’a fait, Sarkozy l’a fait, Chirac l’a fait, Mitterrand l’a fait, Giscard l’a fait. C’est un secret de Polichinelle. Je pense même, que par le passé le pouvoir a participé au financement de la campagne électorale de certains candidats d’autres pays importants (américains, italiens…). Sous Boumediene ça se faisait par l’intermédiaire de Messaoud Zeggar. La seule nouveauté peut-être (à confirmer), serait qu’au lieu de recevoir un soutien que du pouvoir officiel (ici par l’intermédiaire de Haddad), il aurait peut-être obtenu en plus un soutien d’un élément externe comme Rebrab. Je dis peut-être, car ce n’était pas la première fois que Rebrab rencontre Macron dans le cadre de la promotion de ses entreprises, comme il avait dans le passé rencontré d’autres hommes politiques étrangers (ministres, ambassadeurs, italiens, allemands, britanniques…), rien ne prouve encore qu’il l’aurait financé.

    11
    4
    La vraie préoccupation!
    17 mai 2019 - 22 h 52 min

    Depuis le mouvement »Silmya », on a tendance, pour montrer qu’on est « patriote » à regarder de près Macron et Fafa.
    Pourtant nous avons, ici bas, de vraies préoccupations et des plus urgentes à résoudre pour éviter que notre pays se retrouve dans une situation de crise des plus coriaces.

    Laissons Macron et la France là où ils sont au delà de la mer méditerranée et, occupons nous de manière pressée, mais avec tout le courage, toute l’intelligence et le calme et le pacifisme requis de la construction sur des bases solides de notre Algérie, telle que nous la souhaitons.

    24
    3
    B.M
    17 mai 2019 - 22 h 40 min

    De 1848 à 1962, la France tenait l’Algérie, après 1962 elle tient à l’Algérie, là en 2019, il ne tient qu’au peuple algérien digne de mettre fin à l’indignité, aux « liaisons dangereuses »… Pas facile !

    16
    5
    karimdz
    17 mai 2019 - 19 h 53 min

    Ali Haddad et rebrab deux voyous milliardaires qui dépendent sans compter l argent des algériens pour les sionistes.

    16
    18
      Jalousie!
      18 mai 2019 - 5 h 06 min

      Des fois, la jalousie peut nous entraîner très loin au delà des limites du civisme et de la correction.
      Sinon, comment peut on se permettre de traiter de « voyous milliardaires qui dépensent sans compter l’argent des algériens pour les sionismes », des personnes que l’on ne connait peut être qu’à travers les médias.
      Des accusations que l’on jette comme cela au tout venant en faisant fi de la présomption d’innocence.
      Un peu de retenue et de sérieux, nous ne feront que du bien!

      13
      9
    Abu Stifaille
    17 mai 2019 - 18 h 58 min

    Le paon et le palais.

    Un jeune paon, imbu de son plumage
    Fût pris dès son plus jeune âge
    En mains par une vieille pintade
    Qui laissa son vieux coq en rade.

    Lors, notre jeune volatile
    Qui se trouvait fort volubile
    Ne fût plus satisfait de son habitat
    Et se rêva en costume d’apparat.

    Pourquoi, se disait-il, se contenter
    D’un simple poulailler, fût-il doré,
    Alors que, sans travailler,
    Je puis demeurer au palais.

    Il me suffit, si mes calculs sont bons,
    De prendre mes congénères pour des pigeons
    Et, pour les prochaines élections,
    De bien jouer les trublions.

    Ainsi fût fait, et contre toute attente,
    Il prît la place laissée vacante
    Par tous les vieux coqs déplumés
    Dont tout le monde s’était lassé.

    Pour constituer sa basse-cour
    Il fit appel à des vautours
    Aptes à tondre la laine,
    A amasser toutes les graines.

    Ses anciens congénères
    Qu’il jugeait fort vulgaires
    Virent enfin, mais un peu tard,
    Qu’on les prenait pour des bâtards.

    Fort de son plébiscite aux élections,
    Notre dieu-paon, tel Pygmalion,
    Favorisa un jeune sardouk
    Dont il se servait comme bouc.

    Grisé par ses nouvelles prérogatives,
    Celui-ci, de manière fort hâtive,
    Se crût par son maître autorisé
    De jeunes oisons brutaliser.

    Las, malgré la volonté manifeste
    De celer ces faits funestes,
    L’histoire vînt à transpirer
    Hors de murs du Palais.

    Devant ce gros scandale,
    Notre apprenti Sardanapale
    Dût rétropédaler
    A son grand regret.

    Il envoya ses janissaires
    Désigner un bouc émissaire
    Mais la sauce ne prît pas
    Et l’oisillon resta sans voix.

    Moralité :
    Même les rois de l’enfumage,
    Ceux mêmes qui se voulaient rois mages,
    Tombent un jour de leur piédestal
    Et devront quitter leur habit royal.

    Fable de
    Jean De La Fontaine (1621-1695)
    revisitée par un auteur inconnu
    que l’on félicite au passage pour son talent
    et le régal de cette lecture d’actualité .

    27
    5
    Salons d'honneur
    17 mai 2019 - 17 h 01 min

    L’argent de ces escrocs provient des banques publiques qui recevaient les ordres de Bouteflika.
    On comprend maintenant le cheminement des valises des salons d’honneurs des aéroports principalement ceux d’Oran et d’Alger et sortir des salons d’honneur des aéroports français.

    Les mandats de Bouteflika et sa clique méritent une thèse de doctorat sur les trahisons et les escroqueries.

    32
    7
    Wechigoolooloo
    17 mai 2019 - 16 h 58 min

    Si « quelqu’un » a des preuves sur la collusion de Macron avec la crapule du clan d’Oujda, c’est le moment où jamais de les avancer ! Avant les élections européennes !

    27
    5
    صالح/ الجزائر
    17 mai 2019 - 16 h 03 min

    Les gilets jaunes ne l’accuse pas de « président des riches » pour rien .
    On devient pas du jour au lendemain , président de la république , dans un pays soit disant démocratique , et avec un parti né , comme le RND , avec des moustaches .

    22
    6
    Felfel Har
    17 mai 2019 - 16 h 00 min

    Cette révélation, si c’en est une, a de quoi surprendre. Non pas parce qu’elle jette en pâture des oligarques algériens, ce qui est un secret de polichinelle, mais parce qu’elle omet de parler des autres Algériens comme des premiers ministres, ministres, walis, chefs de parti, pseudo-diplomates (sans diplôme), hauts gradés de l’armée et tutti quanti, qui sont régulièrement reçus à l’Élysée par une porte dérobée pour ne pas dévoiler leur connivence et leur traitrise.
    Je fais ici une différence entre un Rebrab qui a dû, souvent contre son gré, investir en France et ailleurs, parce que ses projets en Algérie sont systématiquement bloqués par les laquais de Saïd et Haddad qui a fait fortune uniquement en se voyant confier des marchés publics dans des domaines où il n’a aucune compétence ni expertise. Et il ne paie même pas d’impôts! On s’est servi de lui pour piller le Trésor Public.
    Cette presse à sensation devrait d’abord s’intéresser à tous ces Français qui émargent au Mossad (et qui font passer l’intérêt d’Israël au détriment de celui de la France) ou qui se font « royalement » traités par leur ami le roi du Maroc, quitte à affamer son peuple.
    Cette presse aux ordres ne nous impressionne pas, car on sait toutes ses lâchetés, son hypocrisie et sa propension à ramper pour rester en vie. Rien à voir avec le journalisme! Elle n’est pas digne de respect.

    26
    7
      Anonyme
      17 mai 2019 - 18 h 29 min

      Mr Rebrab n’avait-il pas les moyens d’investir dans un autre pays que la France et des pays plus compétitifs.

      14
      13
        Felfel Har
        17 mai 2019 - 19 h 44 min

        @Anonyme 18h29
        Il l’a fait, renseignez-vous! Il ne va pas, comme la sagesse et la rationalité économique le recommandent, mettre tous ses oeufs dans le même panier.
        Salutations!

        11
        5
    Tin-Hinane
    17 mai 2019 - 14 h 03 min

    Comme dit l’adage « qui s’assemble se ressemble » et qui « se ressemble s’assemble », les escrocs du monde entier se sont retrouvés. En fait il n’y a que les escrocs pour servir d’autre escrocs. La seule différence c’est que nous nous savions que nos gouvernants et les pseudo hommes d’affaires qui gravitaient autour d’eux étaient des escrocs. Eux les occidentaux ils croient tellement en leur « démocratie » qu’ils ne douteraient jamais de l’honnêteté de leurs gouvernants et tant pis pour eux. Une chose est certaine ce ne sont certainement pas les médias français qui vont dénoncer une quelconque connivence entre leurs escrocs et les nôtres car ils sont eux mêmes des escrocs on est toujours dans le « hna fi hna ».

    20
    8
    lol
    17 mai 2019 - 11 h 57 min

    Très belle photo qui en dit long !

    14
    7
    Moi
    17 mai 2019 - 11 h 49 min

    Lors de la visite en Algerie, de macron , le ministre Bouchouareb a. avait dit à macron ici vous chez vous en France et c’est grave.

    30
    4
      anti khafafich
      17 mai 2019 - 16 h 05 min

      dans le meme sillage, je ne comprend pas comment Lamamra a aussi dit que macron etait l’ami de l’Algerie, alors que certains ici le presentent a chaque fois comme le plus chevronné des politiciens algeriens !

      14
      10
        larbi
        17 mai 2019 - 21 h 45 min

        Anti Khafafich
        17 mai 2019 – 16 h 05 min

        C’est ceux de sa tribu qui disent de lui que c’est un homme chevronné

        4
        4
    Abou Muppet Show
    17 mai 2019 - 10 h 24 min

    Moua, je dis que la presse française va de nouveau se déchainer, comme elle commence à le faire, sur notre 3ammi Gaid…Auparavant , la presse française aimait beaucoup les Bouteflika et tous les larbins, escrocs qui gravitaient autour, car ceux ci enrichissaient la France et n’étaient pas hostiles au maroc…Mais avec 3ammi Gaid, le tenancier de la rente et chef de la marabunta ( pour reprendre une phrase d’un de ses admirateurs haineux et focalisés sur Hmida tels des addicts en manque de leur drogue…), les choses changent et du coup Macron, la presse française ( dont chacun connait ses penchants bien malhonnêtes et orientés…), le maroc, les résidus du boutefliksime,etc…TOUS vont se lier et se liguer pour essayer de dézinguer 3ammi Gaid…
    Mua, petit tube digestif algérien, dévôt, je relève que 3ammi est en train de coffrer les vers qui ont putréfiés l’Algérie durant 20 ans et même plus…Alors je dis Vamos Algeria ! Vamos Gaid !
    Le pire est à craindre avec toute cette meute hétéroclite et hétérogène lachée contre Hmida ! Ils vont tout faire pour tenter de faire écrouler ce qui reste de l’Algerie…Bouteflika en a rêver, ils veulent le réaliser…

    40
    106
      Anonyme
      17 mai 2019 - 18 h 29 min

      Par conséquent la France est en train d’aider le peuple, car ce dernier a longuement scandé dans toutes les villes du pays « Gaid Salah Degage », « Oulach el vote Oulach », « Djazair madania machi 3askaria » et des tas d’autres slogans encore.

      10
      7
    Anonyme
    17 mai 2019 - 9 h 28 min

    Merci pour cet article remarquable, encore !!

    24
    37
    Ali-Vison
    17 mai 2019 - 9 h 07 min

    La France a toujours soutenue et défendue les Harkis et les ex collabos et ce n’est pas aujourd’hui qu’elle va les abandonnés, un ministre collabo Algérien à plus d’influence qu’un ministre Français de souches, aussi ils ont une carte blanche comme à l’époque coloniale où ils peuvent avoir les droits que les officiels Français, elle n’est pas la France pour nos traîtres collabos

    45
    12
    Zaatar
    17 mai 2019 - 8 h 47 min

    Je n’aime pas l’Occident en général la France particulièrement, pourtant j’y ai fais toutes mes études et j’ai adoré mon séjour dans ce pays. Mais dans le contexte que l’on vit, et le système que l’on connait depuis 62 ainsi que toutes ses crapulerie, je me méfierai grandement de tout ce qu’il avance pour détourner les attentions.

    43
    18
    dal G ri
    17 mai 2019 - 7 h 52 min

    il va falloir que macron restitue les valises pour éviter de provoquer un scandale international parce que tout ou tard il y aura des aveux des ex cadres plus la presse a scandale C pabo ,mais si tu rend tout de suite on dira que c était un empreint

    35
    11
    icialG
    17 mai 2019 - 7 h 40 min

    tout le monde savait que les visites de macron n était pas innocente que ça (la même sauce que sarko et kadafi) d ailleurs c est pour ça qu il faisait la gueule dès le début de la manif et soutenait SM le moribond sur qui il comptait pour être maintenu sur le trône

    32
    11
    naim
    17 mai 2019 - 7 h 13 min

    Il ne faut pas oublier que Macron est un pur produit de la banque. C’est la banque qui l’a coopté. Et à cet effet, rien ne circule à propos des comptes qui lui ont été ouverts non seulement des oligarques algériens, mais du roi prédateur du Maroc en passant par la famille Bongo et ainsi de suite. Sans perdre de vue que la presse et les médiats Français lui sont unanimement acquis du simple fait que toute la kermesse médiatique française est propriété privée de ces oligarques Français qui l’ont précisément adoubé. Tout fonctionne en vase clos dans la belle république des droits de l’homme et de la liberté et de l’égalité donneuse de leçons de manière sélective en la matière. Macron est ce que l’on appelle un golem crée par ceux que l’on sait. Vous savez de qui je parle?

    56
    12
      harissa
      17 mai 2019 - 9 h 32 min

      Ce président Macron en deux ans de présidence tout ce qu ‘il à pu faire ,incroyable ! Travailler pour une banque ,scandaleux ,en Algérie personne ne voudrait que ses enfants occupent des postes de décision et le salaire à l’avenant en travaillant pour une banque ,elles sont certainement inutiles ! En plus se focaliser sur Macron cela permet de ne pas se pencher sue les événements en Algérie ,les prestidigitateurs opèrent de cette façon depuis toujours détourner l’attention et hop le tour est réussi !

      20
      13
        Anonyme
        17 mai 2019 - 14 h 39 min

        @Harissa. Mais non il ne s’agit pas de prestidigitation, la france est coupable de bien des vilenies et Macron aussi.

        11
        7
    ANONYME 1
    17 mai 2019 - 7 h 12 min

    En 1830 quand les troupes françaises ont envahi l’Algérie. Et après avoir découvert les richesses du pays entre autre me trésor de la Casbah.
    Les officiers généraux se sont écriés « l’Algérie va sauver la France ».
    Maintenant en ces années 2000, l’Algérie continue de sauver la France et pour plus de précision de sauver des sionistes pourris de France.

    70
    16
      MOHAMED kRARROUBI
      17 mai 2019 - 13 h 25 min

      Le journalisme électronique est celui de l’instantanéité non de l’investigation alors comprenez qu’un journaliste à la petite pièce n’est qu’un rat d’égout. Ceux qui ne peuvent réussir qu’à travers des dénonciations malsaines et se donner bonne conscience en s’appuyant sur le travail de journalisme ne font que plonger leur détresse dans les profondeurs de l’abîme. Il y a longtemps que le journalisme a perdu ses lettres de noblesse.
      Les rencontres d’un responsable politique avec le milieu des affaires n’ont jamais été une affaire de mafieux ; elles reposent sur la réalisation d’affaires qui seront. plus tard, profitables de part et d’autre. Si malveillance, tricherie et autres turpides arrivent à exister c’est aux investigateurs d’actionner les démarches et procédures afin de dénoncer les méfaits constatés.
      En France, Il y a une justice et, elle fonctionne. Dans notre pays, j’en ai tellement vu à tel point que ( en sacrifiant mon avenir ) cinq années ( 1963 / 1968 ° après être rentré au pays je me voyais obligé de le quitter à la sauvette
      en raison de l’interdiction de démissionner.
      Arrêtons de voir le mal venir d’ailleurs alors que nous sommes les seuls responsables de ce qui nous arrive. A l’époque du mouvement national, pour libérer le pays, existait déjà trois catégories de militants, il y avait ceux qui sont arrivés avec une profonde conviction, ceux qui formaient l’armada des opportunistes et enfin ceux arrivés par accident.
      J’ avais un slogan  » faire de mon ennemi d’hier l’ami de demain  » parce que l’Algérie avait tous les atouts de son développement dans les vingt années qui allaient suivre. Les relations extérieures sont une réalité géopolitique et si on continue à abreuver l’algérien de toutes les sournoiseries il ne faut pas s’étonner de son mal être.
      Aujourd’hui, si l’on veut que le pays réalise son destin démocratique, seule trois conditions et si seulement l’algérien lui même est démocrate :
      – dissolution des institutions ( parlement, sénat … )
      – le sabordement de tous les partis politiques
      – mise en place d’une équipe de technocrates pour la gestion des affaires du pays et l’installation d’une commission ( assemblée de sages ) pour mettre, sur une période de deux ans, en place les constituants d’une 2ème République.
      De grâce ! Arrêtons les commentaires anachroniques.

      12
      2
        Anonyme
        17 mai 2019 - 15 h 23 min

        Ce journaliste a mené une enquête approfondie noms, chiffres des faits.

        5
        6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.