Réponses à la lettre de Mme Zohra Drif Bitat au chef d’éat-major au sujet des détenus d’opinion

ANP Bitat
Mme Zohra Drif Bitat avec Khalida Toumi. PPAgency

Par Ali Mebroukine(*) – Mme Zohra Drif Bitat est, a priori, une personne qui inspire respect et considération. Elle est la veuve d’un historique (Rabah Bitat) et ses états de service, durant la Guerre de libération nationale sont irrécusables. Cela devrait lui conférer une autorité morale suffisante pour interpeller, au sujet de détenus d’opinion, le chef d’état-major de l’ANP, le général Ahmed Gaïd-Salah, lui-même moudjahid ayant rejoint le maquis alors qu’il n’avait pas encore 17 ans. Le problème pour elle, comme pour nombre de moudjahidine et moudjahidate, est qu’elle a délaissé le comportement exemplaire qui fut le sien durant la lutte contre l’occupant colonial pour contribuer, avec d’autres, à transformer l’Algérie indépendante en une sorte de néobeylik qui a permis à une caste de s’approprier les richesses et les biens de ce pays. Le néopatrimonialisme algérien (pour faire court) a atteint son acmé avec Bouteflika et a duré 20 ans, soit plus du tiers de la période d’indépendance.

La lettre ouverte qu’elle a adressée le 2 juin dernier au chef d’état-major appelle cinq observations.

L’initiative originelle de Mme Zohra Drif Bitat ne concernait que le cas de Louisa Hanoune qui n’est pas détenue à la maison d’arrêt civile de Blida pour une opinion qu’elle aurait exprimée officiellement ou en off ni pour sa position sur la gestion actuelle de la crise politique par l’état-major. Elle a toujours été libre de s’exprimer, de critiquer de façon souvent véhémente certains des ministres de Bouteflika et même de diffamer une ministre en exercice qu’elle a traitée de «délinquante», se substituant ainsi à la justice. Elle est allée jusqu’à laisser entendre que le pays était livré à des intérêts étrangers (uniquement parce que la privatisation de certaines entreprises publiques avait été envisagée) et affectant, avec un machiavélisme sournois, de dissocier l’état d’esprit du président Bouteflika de celui des autres responsables publics, alors qu’il crevait les yeux que ces derniers procédaient directement et exclusivement de lui. Aujourd’hui, c’est à l’accusation de démontrer que Louisa Hanoune a réellement participé à un complot contre les institutions de l’Etat et le haut commandement militaire, et qu’elle était la «comparse d’une camarilla de régicides».

Si la justice échoue à apporter des preuves de l’implication de Louisa Hanoune dans ce complot (qui est bien réel et dont beaucoup d’Algériens ignorent l’ampleur), elle devra bénéficier d’un non-lieu, être libérée sur-le-champ et indemnisée du lourd préjudice moral et matériel qu’elle aurait subi.

Ce n’est qu’après la réaction indignée de certaines associations et coordinations qui militent réellement pour les droits de l’Homme que Mme Zohra Drif Bitat a été amenée à rectifier le tir et à inclure dans sa supplique les véritables détenus d’opinion qui croupissent dans les prisons algériennes, dans des conditions parfois infrahumaines. Elle ajoute à cette liste le malheureux Kamel-Eddine Fekhar dont tout le monde attend du chef d’état-major de l’ANP qu’il prenne les sanctions appropriées à l’encontre de tous ceux qui l’ont laissé mourir.

Aux yeux de Mme Zohra Drif Bitat, seules comptent les personnes importantes, celles qui disposent de relais et de réseaux en Algérie et à l’étranger, dont la visibilité médiatique est tellement outrancière qu’elle fait écran à l’émergence d’autres figures politiques ou de la société civile, même si leur audience auprès de la population est voisine de zéro, et cela, quels que fussent leurs crimes ou leurs délits. Tous les autres sont censés être attachés à la glèbe et soumis au caprice et au bon plaisir du prince. Pour Mme Zohra Drif Bitat, l’essentiel est de voler au secours de la secrétaire générale du PT, membre de l’establishment, peut-être étrangère à tout complot contre l’Etat, mais qui a été liée indissolublement, 20 ans durant, à un dictateur et un despote, lequel n’a eu de cesse de faire bon marché de la liberté et même de la vie de certains de nos compatriotes.

Pendant 20 ans, Mme Zohra Drif Bitat s’est compromise avec le régime d’Abdelaziz Bouteflika, même si elle a pu, à partir du 1er novembre 2015, s’aliéner la fratrie de l’ex-président de la République, lorsque, avec 18 autres personnalités (dont Louisa Hanoune), elle a voulu s’enquérir de l’état de santé réel d’Abdelaziz Bouteflika et s’assurer qu’il était toujours le maître de céans et non pas un homme manipulé par des forces extraconstitutionnelles menées par son frère cadet. Cette mission a été confiée au groupe des 19 moins 4 (les quatre candides se sont rétractés dignement à la dernière minute) par le général Mediene (auquel la ministre la plus dépensière de la République, Khalida Toumi, est également très liée). Il ne s’agissait nullement pour les 15 de s’inquiéter du devenir de l’Algérie, en raison de la quasi-impotence du chef de l’Etat (c’était bien le cadet de leurs soucis), mais d’exécuter la mission confiée à eux par le général Mediene, écarté de la façon la plus humiliante de son poste de patron du ci-devant DRS et espérant un retour en grâce.

Depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir en 1999, dans aucune circonstance, Mme Zohra Drif Bitat ne s’est émue de la dégradation visible de la situation des droits de l’Homme, du sort de centaines de journalistes, bloggeurs, youtubeurs, animateurs de sites en ligne, militants des droits de l’Homme, universitaires embastillés pour une opinion, une caricature, une appréciation jugée désobligeante à l’égard des corps constitués, un message sur les réseaux sociaux et parfois sur la base d’un dossier complètement vide, comme cela a été le cas de Marzouk Touati et de l’auteur de ses lignes. S’agissant de Kamel-Eddine Fekhar, Mme Zohra Drif Bitat est malvenue de le citer. Cela fait des années que ce militant de la cause mozabite et amazighe se bat contre le pouvoir de Bouteflika et de ses sbires. Il n’a jamais inspiré la moindre compassion à Mme Zohra Drif Bitat, si prompte à réagir lorsqu’une responsable politique est interpellée par la justice. Lorsque Kamel-Eddine Fekhar traversait ses plus éprouvantes tribulations avec la justice algérienne, où était donc Mme Zohra Drif Bitat qui disposait, à cette époque, d’une réelle influence sur le décideur suprême ? Elle s’est bien gardée d’en user, mais aujourd’hui que le vent a tourné pour le régime (dont elle a été une des principales figures de proue), elle entreprend de défendre les droits de l’Homme et la cause de ceux qui sont détenus au mépris de la présomption d’innocence et parfois en violation du Code pénal, lorsque des chefs d’inculpation sont purement imaginaires. Mme Zohra Drif Bitat est allée même jusqu’à se mêler au hirak, alors qu’elle incarne jusqu’à la caricature tout ce dont celui-ci exige la profanation.

Mme Zohra Drif Bitat gagnerait à se retirer définitivement de la scène politique et médiatique. Elle ne peut prétendre au statut de directeur de conscience. Elle n’a pas le droit de s’exprimer au nom de ceux, détenus arbitrairement, qui seront bientôt libérés. Elle n’a pas le droit de parler de Kamel-Eddine Fekhar dont la conception de l’Etat et de la nation était aux antipodes de la sienne. Enfin, elle est mal placée pour flétrir le régime de Bouteflika qu’elle a servi sans état d’âme et en parfaite connaissance du mal qu’il infligeait au pays.

A. M.

(*) Professeur de droit, militant démocrate

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

 

Comment (53)

    Menani
    8 juin 2019 - 21 h 02 min

    Nos martyrs doivent se retourner dans leurs tombes.Les absents ont toujours tort et l’on ne saura peut-être jamais qui sont les héros qui ont partagé le « trésor du FLN ». Mohamed BOUDIA avait décidé de continuer le combat pour la libération de la Palestine et sa mémoire est immortelle.Rachid CASA aussi a une mémoire.Pour les effrontées, veuillez rentrer dans vos souliers.

    1
    1
    Said
    8 juin 2019 - 20 h 48 min

    Je souhaiterai demander à notre heroine de repondre à une question : Qui a donné l’information aux français sur la reunion dans un café à Bab el oued pour que son mari soit arreté?

    ZORO
    8 juin 2019 - 12 h 16 min

    @ Krimo.
    Avant de faire ta remarque a dessein separatiste tu aurais au moins dit ALLAH yerham Si Belkacem et ses quatre fils, par signe de reconnaissance a ces chouhaddas qui ont donne leur vie pour que toi et moi puissions discuter librement sur ce site Algerien. A travers mon post je voulais seulement faire un parrallele entre deux noms d origne arabes identiques DRIF portes par deux familles l une au centre et l autre a l extreme ouest du pays La deuxieme celle de l ouest a ete completement decimee par le colon et il ne reste de leur bien que les ruines de leur habitations et les fosses qu ils creuserent pour abriter les Djounoud, ou 2 temoins de leur tragedie a savoir el hadj mohamed Drif l aîné de la fratrie lui meme djoundi de premiere heure il habite a Remchi et la veuve de Drif mokhtar, El hadja Fatna mostefaoui elle meme fille de chahid dont 7 de ses oncles sont tombes au champ d honneur parmi eux son oncle Si ABDELKRIM chahid au grade de capitaine.
    A lheure actuel le nom des chahid Drif n est meme pas connu puisque l ecole que j ai cité précédemment et la petite bibliotheque sont dénommées ecole et bibliotheque des 5 chouhadas (madrassat echouhada el khams) sans faire reference a leur Noms DRIF comme s ils etaient des soldats inconnus.

      Krimo
      9 juin 2019 - 9 h 02 min

      Zoro,

      T’aurais pu corriger sans te fendre de  » a dessein separatiste  » vraiment de mauvais gout.
      Quant a Zohra Drif t’as des devoirs a refaire.

        ZORO
        9 juin 2019 - 14 h 56 min

        c est le temps qui doit me manquer pour refaire mes devoirs sans omettre de devoir le plus grand respect a ceux qui participerent de maniere directe et active a notre liberation quelque soit leur tendance ou leur projet de societe et je vois que Zohra Drif se trouve parmi ce lot.
        SIGNEZORO….Z….

    ZORO
    8 juin 2019 - 1 h 44 min

    ZOHRA DRIF est une moujahida connue par bon nombre d Algerien elle a endure les affres de la guerre plus ou moins que d autres algeriens mais elle a profite plus que beaucoup d autres algeriens des avantages de l independance du pays, Zohra Drif vit au centre de l Algerie . A l extreme ouest du pays , exactement , a 5 kilometres de la ville de Nedroma vivait la famille DRIF Belkacem composee du pere ,de la mere de 5 garcons et 3 filles,la famille vivait aisement dans ses terres jusqu au declenchement de la revolution leur maison qui n etait pas loin du maquis servait au debut de refuge au moujahidine. En decembre 1955 le fils cadet si DRIF MOKHTAR tomba au champs d honneur dans une bataille dans le mont fellaoucene ,3 autres de ses freres ages d a peine 20 ans ,suivirent quelques temps apres pour que le pere en dernier lieu connaisse le meme sort que ses 4 fils .une ecole elementaire a Nedroma ainsi qu une petite bibliotheque portent leur nom. Le pere a laisse 3 filles et l Aine de ses fils Si mohamed qui etait deja dans les rangs de l AlN ainsi qu une veuve que la RTA a denomme ELKHANSA OUM ECHOUHADA au cours d un reportage dans les annees 80. Deux de ses fils ont laisse 2 veuves de 20ans et chacun deux orphelines. LE pere et ses 4 enfants ont donne leur vie pour l Algerie au cours de la guerre ,mais cela n a pas suffit ,il fallait que l etat nationalise une partie de leur terre parceque on disait a l epoque qu ils en avaient trop,C est l histoire des 5 chahids DRIF de l ouest qui peut etre verifiee a tout moment .
    SigneZORO. …Z…..

    4
    2
      Krimo
      8 juin 2019 - 8 h 15 min

      Zoro,

      Tu te trompes de famille. Zohra drif est issue d’une autre famille qui n’a jamais habite Nedroma.

      5
      3
    Anonyme
    7 juin 2019 - 22 h 48 min

    En effet il y a pas de fumée sans feu ; elle avoue reconnaitre avoir assistée à cette fameuse réunion Louisa Hanoun en compagnie de Said Bouteflika et les deux responsables du DSS Tartague Toufik l ancien responsable c est pas rien qd même et de l autre coté se plaçait ds les manifestations du peuple algérien et revendiquer avec lui alors de qui se moque t on dont elle a été éjectée rappelez vous par la foule elle tapait ds les deux gamelles au cas ou pour sortir son épingle du jeu ; je pense qu elle a tjrs joué un rôle de fausses opposantes pour les Bouteflika et le système seulement et pour sa poire sinon qu est ce qu’ elle foutait a cette réunion de complotistes avec ceux qu elle dénonçait hier selon la DCSA ( direction central de la sécurité de l armée )l ANP qui eux ont la charge et sont garant de la souveraineté du territoire nationale et sa sécurité terre mer air . Cette femme ils ont du lui miroiter un poste de présidente de PM ou bien d être leur futur poulain comme ils ont tjrs fait auparavant mais c est seulement des hypothèses tt est possible et aucuns d entre eux auront accepter une incarcération si ils avaient la conscience tranquille et n avaient rien ne se reprocher srtt avec les évènements qui touche l Algérie depuis le début de notre crise et une justice spectaculaire certes pour surement contenter le peuple mais avec des tenants et des aboutissants des éléments des preuves accablantes que l ANP détient avec le procureur mais pas les autres pr le moment car l affaire n a pas été jugé et sont mis en mandat de dépôt et un enquête est en cours pour finaliser les accusations contre eux si c est bien avéré jusqu au procès avec verdict redu définitivement c est ca aussi l état de droit ; il fallait seulement les moyens et le plan et la stratégie a mettre en place pr ses personnes accusés aujour dhui, , si la DSCA n aurait pas intervenu pour les piéger hé oui on sait pas comment les évènements se seront déroulés par la suite car deux étaient encor en exercice je vs rappel et tenant du pouvoir et ca aurait été le chaos pt être si ils avaient réussi leur coup donc merci l ANP me concernant , elle existait bien cette réunion derrière le dos du peuple qui manifestait donc complot contre le peuple et l Algérie oui il y a sinon pkoi faire cette réunion secrète mtn ce qui sait dit c est aux enquêteurs de faire le job et les confronter et c est pas facile pr deux anciens patrons de la SM sécurité militaire ils connaissent les méthodes et ne parleront pas bcps mais pas elle , pkoi tt le monde l a défend elle en particulier en France avc ces pétitions d élites françaises et mtn une ancienne Moudjahidine qui j ai bcps de respect mais les autres détenus pdt 20 ans pkoi mtn alors et juste pr certaines personnes ; l Algérie s ingèrent ds la politique intérieur française ou leur propre justice , la notre est souveraine aussi et n a pas être ds le viseur des Français déjà et le votre non plus chère compatriote car vs rejoignez ceux qui en France ne cesse de dénigré l Algérie et depuis tt temps et pkoi n ont il rien dit depuis plus de 20 as pr les autres algériens et algériennes enfermés pour intelligence avec un tiers pays ou contre la sécurité nationale même du pays tt ses Français , hé bien la justice Algérienne rendra son verdict au nom du peuple algérien comme la France rend ses verdict en nom de son peuple .

    4
    2
    edo
    7 juin 2019 - 14 h 18 min

    ya si Ali mebroukine le ridicule ne tue point. (…) vous avez ecope de 5 ans prison ferme par le tribunal miltaire de blida en 2001 pour collusion avec la France et trahison en remettant des documents sensibles de le presidence a votre manipulateur a l’ambassade de france a Alger et vous osez critiquer une moudjahida!!!

    12
    14
      Réponse
      7 juin 2019 - 19 h 10 min

      En 2001 les Français avaient mains basse sur l’Algérie grâce a la clique de Bouteflika elle pouvait tout avoir d’ailleurs l’agent de la clique le général Ali Bendaoud était détaché a l’ambassade de Paris a cet effet, il est toujours protégée avec Louh et Belaiz par elle même s’ils sont sans fonctions depuis quelque semaines mais toujours actifs dans l’ombre.

      3
      2
      hmida
      7 juin 2019 - 19 h 31 min

      Ah d’accord, je comprend mieux pourquoi ce pseudo molitant Ali Mebourkine s’attaque aux authentiques moudjahidines Drif, Toufik, …

      3
      9
      Mensonge
      7 juin 2019 - 22 h 49 min

      Tu es un chiate qui cherche a faire passer Bouteflika et ses protégés pour des anti France chez laquelle ils se soignaient et cachaient les capitaux volés au peuple et hébérgeait leurs familles a ce jour.

      3
      2
    Khorrotov
    7 juin 2019 - 13 h 58 min

    Beaucoup de personnes auraient pu être honnêtes avec si peu d’argent, mais ces gens là, du pouvoir et celles qui gravitent autour, elles ont tout, mais ne le sont pas. Comment expliquer qu’ un membre de la  » famille révolutionnaire », qui, hier, avait résisté aux supplices de la torture, ait succombé si facilement à l’attrait de l’argent de nos jours?

    7
    2
      Khorrotov
      7 juin 2019 - 20 h 03 min

      Comment expliquer qu’un membre de la famille « révolutionnaire », qui hier, avait résisté aux supplices et à la torture, ait succombé si facilement à l’attrait de l’argent de nos jours en mettant sous le boisseau les idéaux pour lesquels il a risqué sa vie. Où est la pureté révolutionnaire 24 carats?

      3
      1
    selma
    7 juin 2019 - 13 h 15 min

    Excellente mise au point que je partage amplement. C’est aujourd’hui que Mme Drif se réveille, trop tard, après avoir soutenu pendant des années les folies fakhamatouhou Belzebuth

    19
    7
    Tin-Hinane
    7 juin 2019 - 12 h 33 min

    Je ne comprends pas l’intervention de Madame Drif, ou Louisa Hanoune est coupable de ce qu’on l’accuse à savoir une participation à un complot contre les institutions de l’Etat et le haut commandement militaire et dans ce cas il est normal quelle soit jugée ou elle ne l’est pas et dans ce cas son arrestation ne se justifie pas du tout. En fait il semblerait bien qu’il ne s’agit ni d’une arrestation arbitraire ni d’une arrestation pour délit d’opinion mais de participation à un complot. Madame Drif a pris les armes contre l’occupant français et c’est tout en son honneur et nous sommes tous reconnaissants à tous ceux qui l’ont fait et qui ont libéré l’Algérie. Alors que Madame Louisa Hanoune, elle a fait tout le contraire d’abord en signant Sant’Egidio ce qui était un acte très grave car il s’agissait de remettre la souveraineté de l’Algérie, cette même souveraineté pour laquelle Madame Drif s’est battue, ensuite et d’après ce qui lui reproché Madame Hanoune a prit part à la fomentation d’un complot. Alors effectivement il y a de quoi se poser des questions sur le bien fondé de cette intervention. Je pense qu’il aurait mieux valu que Madame Drif ne se compromette pas dans cette affaire mais il faut lui reconnaitre le courage de ne pas laisser tomber ses amis et cela aussi est en son honneur.

    13
    3
    Zaatar
    7 juin 2019 - 7 h 08 min

    Monsieur Mabroukine,
    Mahssoub il n y a que zohra drif bitat qui est dans l’erreur? Tout le reste dans tout ce qu’on nous a fait voir 60 ans durant est parfait à vos yeux. Il n y a que zohra drif qu’il faut remettre a sa place. Je crois que dans cette façon de penser que le « yetnahaw ga3 » prend tout son sens et qu’il faudra impérativement l’appliquer ainsi si on veut avoir une chance de trouver une issue à notre crise.

    29
    14
    Djemel
    7 juin 2019 - 5 h 45 min

    Non pour la justice à vitesse variable. Tout le monde (connu ou pas, riche ou pas, jeune ou moins jeune, politique ou pas, médiatisé ou pas…) doit être égaux devant la justice. Le peuple algérien se bat aussi pour cela. Bon article.

    27
    7
      Lyes
      7 juin 2019 - 13 h 12 min

      Excellent Mr Mebroukine
      Vous avez tout dit.

      18
      6
        Pr Nadji Khaoua
        7 juin 2019 - 19 h 08 min

        Exactement, Mr Mabroukine a tout dit.
        Je partage totalement le contenu de sa contribution.
        Mme Zohra Drif, dont j’ai lu les mémoire, est
        un héro de la fameuse Bataille d’Alger.
        L’Algérie lui sera éternellement reconnaissante
        pour cela.
        Pour le reste, il est inutile de polémiquer, tant
        ses accointances (Sénat, etc) avec les chefs du
        système politique agonisant, ont durees plus d’une
        décennie.
        En plus, la personne qu’elle défend n’a jamais oser
        remettre en cause le chef d’orchestre de ce
        systeme, dont toutes les politiques procèdent.
        Ainsi, combien la vigilance populaire doit
        plus que jamais être de mise, pour s’opposer
        a tous les détournements et toutes les tentatives
        de maintien des représentants camouflés ou
        déclarés du système agonisant.

        Pr Nadji Khaoua.

        8
        2
    Nasser
    7 juin 2019 - 0 h 51 min

    Des voix s’élèvent pour dénoncer des arrestations (et poursuites judiciaires?) dont celle de Zohra Drif Bitat (l’épouse de feu Bitat l’archétype du « système ») elle-même ayant profité à satiété du système qui l’a choyé et engraissé…Subitement elle sort comme du néant, après des lustres de belle vie et de « ouiouisme », pour évoquer un problème des « droits de l’homme » très sélectif jusqu’à une personne! Qui sont « tous » ces « détenus d’opinion »? Seulement Louisa Hanoune SG du Parti des travailleurs? Alors, elle est très mal inspirée car , dans ce cas, il faut aussi inclure les deux généraux et Said Bouteflika puisqu’ils ont été arrêtés suite au même dossier et les mêmes accusations !! Est-elle consciente de sa réaction ou est-elle l’objet d’une sale manipulation?

    25
    6
    Yagool
    7 juin 2019 - 0 h 37 min

    Mme la veuve…Votre people vous remercie de votre combat pour la liberté pendant la guerre de libération… Mais vous rappelle que vous avez été grassement payee pour ça… Villas sur les hauteurs d Alger…triple pensions de retraite.. Retraite ancienne moudjahida… Sénatrice… Pension du Président de l APN de votre .retraite fonction libérale avocate….. Alors de grâce… Laissez nous tranquille..

    40
    3
    Anonyme
    7 juin 2019 - 0 h 36 min

    Mme la veuve…Votre people vous remercie de votre combat pour la liberté pendant la guerre de libération… Mais vous rappelle que vous avez été grassement payee pour ça… Villas sur les hauteurs d Alger…triple pensions de retraite.. Retraite ancienne moudjahida… Sénatrice… Pension du Président de l APN de votre .retraite fonction libérale avocate….. Alors de grâce… Laissez nous tranquille..

    17
    3
    Massinissa
    6 juin 2019 - 22 h 50 min

    Chapeau bas Professeur, vous avez tout dit, seulement impliquez vous un peu plus , le peuple a besoin des gens comme vous.

    22
    19
    Témoignage
    6 juin 2019 - 19 h 59 min

    Los d’un interview paru dans un journal si ma mémoire est bonne c’était El Watan elle évoquait Ourida Meddad qui lui demandée au cas où elle tomberait chahida de mettre sur sa tombe un bouquet de roses rouges avec ses feuilles vertes attaché avec un fil blanc de façon a ce que le bouquet aura la couleur du drapeau de l’Algérie, quand le journaliste lui a demandé est ce qu’elle la fait elle a répondue qu’elle n’a pas eue l’occasion.
    Si vous êtes d’Alger vous pourrez peut être lui rendre visite avec un bouquet de fleurs sa tombe doit être facile a trouver, merci.

    Elle était d’une famille très modeste juste après son assassinat par les parachutistes ses parents sont morts de chagrins pour elle, le père ensuite la mère.
    Allah yarham echouhada.

    C’est dégoutants de voir ces deux femmes qui n’arrivent pas aux chevilles des héroïnes comme Ourdia ou Hassiba.

    27
    2
    Algerien Pur Et Dur
    6 juin 2019 - 19 h 31 min

    A anonyme @14 h 35 min

    On peut ne pas etre d’accord avec les gens mais de la a les traiter « de parfait imbecile »? Un peu de retenue.

    11
    13
    Abdou
    6 juin 2019 - 17 h 50 min

    Une question à vous poser : » qu’avez vous fait pendant 20 ans sous le reine de Fakhamatouhou?
    Honte à vous de vous attaquer à une grande militante Madame Zohra Drif Bitat qui a toujours dit son mot et ce n’est point votre torchon qui touchera le parcours d’une militante de l’ALN.
    Honte à vous, de vouloir remettre en cause les actions salutaires des 19, de Louisa Hanoun, et de porter des accusations graves qui vous sont collées, par votre appartenance à un parti imposteur qui a fait partie du système et veut se coller au Hirak!
    Quand à Mme Bitat, Mme Hanoune et bien d’autres Algériennes vous n’avez qu’à demander à votre Général que vous défendez et votre ami (ex 1er ministres) qui sont ces Dames. Qui a dénoncé les oligarques, le système? l’écho de leur voix retentit actuellement chaque vendredi dans nos villes!
    Honte à vous d’écrire votre ignorance!

    42
    31
      boualem
      7 juin 2019 - 23 h 49 min

      Faux . Il n’y a ni « actions salutaires » du « groupe des 19 », ni « dénonciation des oligarques et du système ». Il n’y a qu’un double jeu.
      Preuve en est, quelques exemples entre autres: le 29 décembre 2017 elle rend un vibrant hommage au Président Bouteflika pour « l’avancée historique » d’avoir consacré Yennayer , journée fériée? « . Et le 21 janvier 2018 pour  » s’être opposé au projet de privatisation des entreprises publiques » etc.. Le président Bouteflika ne serait- il plus donc malade et incapable d’assumer ses fonctions ?
      De même, elle dénonce l’oligarchie mais elle est liée à Said Bouteflika dont on dit qu’il soutient les oligarques . Elle dénonce l’arrestation de Abassi Madani et Belhadj en juin 1991 mais son amie intime, et alors secrète, Khalida Toumi, elle, approuve l’arrestation de ceux-ci etc.. puis ensuite, le 16 septembre 2015, Louisa Hanoune rend un vibrant hommage au General Tewfiq « un exemple, dit-elle, dans la lutte contre le terrorisme ».
      Comment un tel double jeu ne lui ferait-il pas perdre toute crédibilité dans l’opinion publique.

    Question
    6 juin 2019 - 16 h 13 min

    Ni elle ni Yacef Saadi n’ont répondu a la question pourquoi ils n’ont pas été torturés par l’armée française..

    34
    19
    Anonyme
    6 juin 2019 - 14 h 35 min

    Mme Zohra Drif Bitat au moins signe ses lettres; pas comme cet individu qui signe avec des initiales et un titre. Je voudrais bien qu’on le mette en prison pour quelques mois voire quelques années et puis qu’on le « dédommage » comme il dit, (comme si cela se faisait en Algérie); on verrait bien sa tronche.
    Décidément, on peut être professeur de droit et être un parfait imbécile

    32
    48
      Buzz
      6 juin 2019 - 18 h 40 min

      Avec un minimum d´attention on s`apercevrait que l´article est clairement signé: Ali Mebroukine. Professeur d´université connu et reconnu. On peut ne pas être d´accord avec le contenu de sa lettre mais de là à lui souhaiter d´aller en prison je pense que c´est un peu irréfléchi.

      30
      9
      EL KHOU
      6 juin 2019 - 23 h 10 min

      Souhaiter à Ali MEBROUKINE quelques mois de prison alors qu’il ne fait qu’exprimer une opinion est de la méchanceté gratuite. Ali MEBROUKINE est un authentique universitaire de la vieille formation de la faculté de droit d’Alger. Il n’ est mêlé à aucun scandale de corruption ni financier et ne traîne aucune casserole .

      23
      6
    مسعود-بسكرة
    6 juin 2019 - 14 h 08 min

    السلام عليكم
    قرأ كاتب المقال ما جال في خاطري
    ألف شكر
    هؤلاء هم الإنتهازيون، وكونها مجاهدة لا يجعلها مقدسة.
    فمناضلوا حزب جبهة التحرير « كلهم » مجاهدون
    وهذا الحزب من أوصلنا لما نحن فيه ومازال يعيق ما نصبوا إليه
    ألف شكر

    21
    12
    Chaoui Ou Zien
    6 juin 2019 - 14 h 03 min

    Sauf si ma memoire qui, j’avoue, est en train de se transformer lentement en gruyere suisse au fil des ans et pourrait ainsi me jouer de mauvais tours, n’est ce pas cette grande dame de la revolution qui s’est acoquinee avec Mediene et certains autres pour placer Bouteflika au pouvoir en 1999? Quand on a un si grand passe, on ne devrait absolument pas le ternir avec de mauvaises frequentations ou se meler de choses sur lesquelles on n’est pas capable d’exercer notre bon jugement car on risque d’etre utilise. On a tous nos limites et la prudence est de mise.

    43
    12
      Le général a été démis de ses fonction , de ''Rab Dzair'' , le 13 septembre 2015 , la lettre de demande d’audience , du groupe “19-4” , a été adressée au chef de l’État le 1er novembre 2015 .
      7 juin 2019 - 8 h 04 min

      Le général a été démis de ses fonction , de  »Rab Dzair » , le 13 septembre 2015 , la lettre de demande d’audience , du groupe “19-4” , a été adressée au chef de l’État le 1er novembre 2015 .

      6
      3
    Med
    6 juin 2019 - 13 h 53 min

    Quand Boumediene a assassiner Krim et Khidder. Combien de lettre a Drif Zohra et son mari Bitat ont ils envoyer a Boumediene lui demandant d’arrêter d’assassiner les Novembrists ?????????

    31
    25
      BILAL
      8 juin 2019 - 22 h 33 min

      Vous avez bien raison si Med, Boumédiene un dictateur sanguinaire qui a tué les vrais révolutionnaires, sans oublier Chabani et mis en prisons d’authentiques révolutionnaires. Depuis , l’Armée dirige le pays . Les vrais révolutionnaires ont été tués par l’armée coloniale, ont survécus des résidus, qui sont, soit des vrais patriotes et ce sont retirés. On oublie ceux qui ont négocié et obtenu à Evian , l’indépendance, de vrais patriotes qui n’ont rien demandés, puis nous avons les nervis qui ont confisqué le pays, se sont accaparés du pouvoir et lapidés les richesses du pays.

    Oui, vous avez raison.
    6 juin 2019 - 12 h 17 min

    Monsieur Ali Mebroukine , je suis d’accord avec vous et votre analyse car ce sont des observations , des affirmations réelles et avérées !

    56
    27
    Mokhtar
    6 juin 2019 - 11 h 19 min

    On commence a vous connaitre ya si Mebroukine. Votre attaque mesquine contre cette grande dame et autres contre-vérités finissent par vous mettre à nu.
    Cette dame a réagit au moins 4 ans avant le peuple et a été dès le départ partie prenante du hirak, la majorité du peuple la verrait bien dans le présidium qui dirigera la transition.
    Quant à considérer la réunion de Hanoune avec des représentants de la présidence, alors que Boutef était toujours sur le trône, comme un complot, et de plus contre les institutions (??????) c’est vraiment fort. Même si « complot » il y avait, c’était contre Gaid Salah et non les institutions et uniquement une mise à la retraite et un avis demandé à une présidente de parti, comme ça a été demandé à Mr Nezzar, c’est dans l’ordre des choses.
    Ce gaid que vous défendez insidieusement a été le protecteur de cette issaba depuis 2004 et n’a jamais bougé, meme quand les forces extra-constitutionnelles l’ont renommé vice ministre, il s’est brutalement réveillé quand il a entendu parler de sa mise en retraite.
    Enfin, votre écrit a le mérite de nous confirmer qui vous êtes et le HIRAK saura comment vous répertorier.

    50
    57
      ZORO
      6 juin 2019 - 21 h 31 min

      Rien de différent de ce qui se passe sur le terrain ,chacun confectionne son drapeau pour rejoindre le hirak, l emblème national celui des chouhaddas se trouve est dépaysé parmi les couleurs bortemalor.
      SigneZORO. …Z…

      4
      2
      Yes
      7 juin 2019 - 0 h 59 min

      Merci mokhtar tu as tout dit et juste.
      Déjà Ali mebroukine reconnaît à gaid salah le droit de mettre en prison Louisa et d’autres,ce qui n’est pas normal ,c hors la loi. Gaid est vice ministre défense et n’a aucune prérogative constitutionnelle pour mettre des civils en prison. Il ne devrait même pas parler de politique. C grave qu’un mebroukine professeur de droit accepte et défende même les dépassements de gaid.
      On n’entend jamais un général francais parler politique , encore moins discourir en treillis à la télé. Quant à lettre en prison provisoire un innocent puis le dédommager .. je vois pas comment dédommager quelqu’un qui a passé des mois en prison pour rien. Que si mebroukine nous explique comment dédommager.

      15
      12
      Anonyme
      7 juin 2019 - 9 h 51 min

      Non elle n’a pas réagi 4 ans avant le peuple. Comme vous le savez certainement, jamais ce peuple n’a accepté, ni élu Boutef en 1999, en 2004, en 2009, et en 2014. Donc le peuple n’a pas attendu 2019 pour refuser Boutef. Par contre notre immense héroïne nationale (gloire à son passé révolutionnaire) ne s’est manifestée contre Boutef qu’ après le 22 février 2019 (début du Hirak). En 2015 avec les 18 autres personnalités , notre sénatrice du tiers désigné , n’a fait que demander à être reçue par Boutef, pour s’enquérir de son aptitude ou non à continuer à continuer à gouverner, alors qu’il était notoire (secret de Polichinelle) que depuis son AVC en 2013, c’est son petit frangin Saïd qui menait la barque et la fracassait contre les récifs.

      16
      1
    Bof
    6 juin 2019 - 10 h 39 min

    Vous nous avez fabriqué des Héros de la révolution alors que c’est pratiquement tout le peuple algérien qui a trinqué pendant la guerre.
    Sans rien enlever au Mérite de cette Moudjahida, c’est justement à cause de cette image d’Epinal que tout un système clientéliste et dictatorial s’est imposé en Algérie au nom de la « Légitimité Révolutionnaire ».
    Vous avez privatisé l’Algérie sous prétexte que vous l’avez libérée.
    Nous payons encore le prix de cette aliénation.
    « Un Seul Héros : LE PEUPLE »

    102
    9
    Anonimaoui
    6 juin 2019 - 10 h 00 min

    Un tir de sniper embusqué derrière un titre universitaire. Mme Bitat en a vu des tirs de ce genre mais provenant du colonialiste pas du camp ami. Au moins cette brave Moudjahida s’est exprimée clairement et sans détour pour donner son point de vue sur le sujet des détenus d’opinion. Au lieu de la dénigrer il valait mieux se taire et se terrer à jamais.

    45
    53
      Anonyme
      6 juin 2019 - 21 h 52 min

      Mais elle a collaboré avec le pouvoir depuis 1962 contrairement a Djamila Bouhired !!
      Donc elle est partie prenante du pouvoir,elle fait partie du système qui a érigé certains en héros de la guerre nationale alors que sans la lutte de tout le peuple algérien ,rien n aurait été possible…

      15
      10
    Hibeche
    6 juin 2019 - 9 h 38 min

    Si je partage avec vous, sans réserve, les critiques de Fakhamatihi et son système, je ne peux approuver le fait que vous vous en preniez à Mme Bitat avec une telle charge. Si , au bout de 20ans elle n’a rien dit, c’est que tous les algériens ou presque l’ont fait aussi. Doit-on les en vouloir tous?
    Si à un temps T elle a choisi de défendre x, ou y, c’est choix le plus absolu. C’est à chacun de défendre la ou les personnes qu’il souhaite, la ou les causes auxquelles il croit. Il y a beaucoup de personnes malmenées par le régime pourri, avec lesquelles on compatit, mais on n’ose pas se mobiliser pour tous. A contrario, il y’a des victimes pour qui on se sent plus aptes à agir que d’autres . Un exemple simple, on est plus disposés à soutenir les palestiniens bombardés par les israéliens, les yéménites par les saoudiens, que les rohyngas par les birmans, ou les ouigours par les chinois. Ce n’est pas de la ségrégation, ni de la hiérarchisation des souffrances et des luttes , mais de la sensibilité de chacun pour une personne, ou une cause. Comme on ne peut imposer à personne de s’engager pour la même cause que soi.

    40
    32
    Larbi
    6 juin 2019 - 9 h 30 min

    ESSAYER AU MOINS UNE FOIS DE CRITIQUER CE REGIME DE LAISSER LES GENS D´ETRE LIBRE MEME POUR ALLER FAIRE SA PRIERE A LA MOSQUEE ET S´EXPRIMER LIBREMENT AZUL SALAM

    40
    16
    VOSTAF
    6 juin 2019 - 9 h 00 min

    C’est faux d’utiliser un site d’information pour émettre une opinion biaisée.

    40
    18
    Dégagée tous.
    6 juin 2019 - 8 h 45 min


    Tous des opportunistes complices à des intérêts personnels pour leurs biens personnels.
    Ils ont fricoter avec le système pour leurs enrichissement personnel.
    Où ils ont conspiré avec l’étranger contre leurs pays pour des objectifs de destruction de l’Algérie et son peuple.
    Tous à mettre dans la poubelle de l’histoire.

    50
    7
    Anonyme
    6 juin 2019 - 8 h 43 min

    Une contribution parfaite à laquelle on ne peut rien ajouter. Un texte d’anthologie.
    Autant Louiza Hanoune s’est acharné à mettre des bâtons dans les roues au président Liamine Zeroual, autant elle a mis 20 ans durant avec un excès de zèle infini à glorifier son roi Abdelaziz Bouteflika !
    Quant à Zohra Drif, le jour où elle a accepté d’être sénatrice du tiers présidentiel (pardon royal) de Abdelaziz 1er , elle a mis en veilleuse son passé de militante de la cause nationale. Dommage, vraiment dommage !

    81
    33
    Simo
    6 juin 2019 - 8 h 36 min

    Un peu de retenu et de respect à la mémoire de monsieur fekhar. Arrêtez la logique de les absents ont toujours tort.

    24
    21
      ZORO
      6 juin 2019 - 14 h 26 min

      Rien de nouveau par rapport à ce qui se passe sur le terrain ,chacun confectionne son drapeau pour rejoindre le hirak, l emblème national celui des chouhaddas se voit menacé par ces couleurs bortemalor.
      SigneZORO. ..Z..

      21
      17
    Abderrachid
    6 juin 2019 - 7 h 38 min

    Les Lilliputiens règlent leurs comptes….sur le dos du pays!

    39
    13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.