Pourquoi le dictionnaire Le Robert a retiré la définition du nom «Bouteflika» ?

Bou Le Robert
L'ex-président de la Réublique, Abdelaziz Bouteflika. D. R.

Par Houari A. – Le dictionnaire de langue française Le Robert a retiré la définition en arabe du nom de l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Dans son édition de 2019, la traduction «celui qui fait tout exploser» a disparu, alors que l’étymologie des noms d’autres Présidents, comme l’Américain Kennedy, le Tunisien Bourguiba ou le Français Mitterrand, y est toujours.

C’est un citoyen algérien qui a relevé cette «censure» et a même écrit à l’éditeur du dictionnaire pour connaître la raison de cette «omission». «Le Robert aurait-il subi des pressions du pouvoir algérien (de la fratrie Bouteflika) avec des menaces d’interdiction de vente de ses livres en Algérie ou les autorités françaises ont-elles adressé des instructions à l’éditeur pour que la mention ne soit pas mentionnée dans l’édition de 2019, pour ne pas envenimer les relations franco-algériennes ?» s’interroge ce citoyen qui précise que l’éditeur n’a pas donné suite à son courrier.

Le dictionnaire Le Robert est l’unique ouvrage dans toutes les langues qui propose la signification des noms propres. Celui du Président algérien déchu se trouve à la page 330 de l’édition de 2012, précise le citoyen en question.

Tout dans les relations algéro-françaises est sujet à supputations et à suspicion, tant celles-ci sont extrêmement sensibles. La position «inconfortable» de Paris par rapport à la crise politique en Algérie en est la preuve. Pendant que l’Elysée et le Quai d’Orsay multiplient les déclarations assurant que la France «n’a aucunement l’intention» de s’immiscer dans les affaires intérieures de l’Algérie, l’ancienne puissance coloniale tente cependant d’adouber ses pions qu’elle aimerait voir arriver au pouvoir pour sauvegarder les intérêts français en Algérie.

Les Présidents français qui se sont succédé après l’avènement de Bouteflika en Algérie en 1999, depuis Chirac jusqu’à Macron, en passant par Sarkozy et Hollande, ont tous adopté une politique de rapprochement mais qui s’est à chaque fois heurtée au lourd héritage que sont la colonisation et les crimes contre l’humanité commis par l’armée coloniale.

En retirant cette définition jugée péjorative du nom de l’ancien chef d’Etat algérien, Le Robert ne fait que confirmer cette sensibilité extrême dans les rapports entre ces deux pays liés par l’histoire.

H. A.

Comment (56)

    Iwen
    11 juin 2019 - 18 h 15 min

    A titre personnel, mon nom ne parait pas dans le dictionnaire, qu’importe ! Qu’il est ou pas son nom dans le dico, qu’importe, je sais juste une chose, il fut mon président et je lui devais honneur et respect, car à travers lui, c’est l’Algérie devant laquelle je m’inclinais respectueusement.

    Qu’il ne soit pas dans le dico, peu importe, pour moi il y a une chose qui est sûr, il sera parmi les grands noms de l’histoire de notre pays, que ces hommes que nous les aurions aimé ou pas.

    26
    21
    Fettou
    11 juin 2019 - 17 h 00 min

    Bonsoir :
    le Robert a retiré la définition ( celui qui fait tout exploser ) parceque tout simplement ils se sont rendu compte qu’ils se sont trompés une fois qu’il s’est fait explosé par le peuple .
    ils le croyaient géant mais ils l’ont découvert nain .
    Retour de la manivelle.

    10
    13
    selma
    11 juin 2019 - 8 h 48 min

    Parce que plus de chèques à offrir: fondation Clinton, Unesco, Tunisie, Egypte, Mali, Niger et toutes les dettes épongées. Aujourd’hui le peuple exige que le budget de la présidence des 2 décennies soit communiqué, celui de la culture ainsi que celui de la solidarité

    16
    6
    Ré-INDÉPENDANCE
    11 juin 2019 - 8 h 00 min

    Maintenant ils nous faut 20 ans de nettoyage à savoir ceux qui ont eu illégalement des passeports et cartes d’identité Algérienne illégalement si vous voyez ce que je veux dire et de dégager tout ce qui n’est pas Algérien et fils de Harki des postes stratégiques et créer plusieurs cellules de police afin de reprendre nos contrats donnés gratuitement et l’argent volés !

    16
    2
    Vroum Vroum 😤..
    11 juin 2019 - 7 h 41 min

    Le problème est que le Pouvoir Français est depuis son retour dans le Commandement Intégré de l’OTAN Sionisme , par le « Traitre » Sarkozy , qui a offert la Souveraineté France aux Usa , cette France Otan n’est plus Crédible , n’est plus maître de sa Politique Étrangère et par conséquent instable dans ces relations au long et moyen terme avec l’Algérie entre autres . .L’agression orchestré de la Libye par Otan Usa Gb France Israël Turquie Qatar Saouds en est le parfait exemple , cette agression a été contre les intérêts Algérien , sur la Syrie de même , contre le Terrorisme c’est à géométrie variable pour la France qui y trouve son compte en Syrie et le combat au Mali.. Je pense que le Pouvoir Français n’est pas une relation fiable et l’Algérie ne peut que rester méfiante envers un État Français qui n’est plus maître de son destin en Politique Étrangère dirigé par USA à Washington au Nom de l’OTAN . .A mon sens ceci est l’Etat de lieux .. La Politique Étrangère Française de Chirac et De Villepin hors de l’OTAN , etait plus fiable , et crédible que celle de la France Sarkozy et Hollande Fabius Bhl Al nosra fait du bon boulot en Syrie ou celle actuelle de Macron qui suit le même chemin tracé par L’OTAN . .Donc à mon avis quoi que dise ou fasse , le Pouvoir Français dans Otan Sioniste ne peut jouer sur différents Tableaux et est condamné à subir plutôt qu’à décider de lui même . .Alors que l’Algérie est dans un schéma indépendant et ne jouera jamais le rôle complice sans Personalite du Makhzen Maroc que voudrait lui faire jouer le Pouvoir Français Otan Sioniste …je pense que le noeud du problème est dans la position bancale du Pouvoir Français qui n’est plus maître de son destin Géopolitique et Géostratégie au mains du Commandement intégré de l’OTAN décidé à Washington .

    18
    11
    LE DINAR ALGERIEN
    11 juin 2019 - 6 h 44 min

    Il est dit que la félonne Naïma Salhi est visée par une plainte pour incitation à la haine raciale et que pour beaucoup moins que ça des personnes ont été assignées en justice, comment se fait-il que cette odieuse personne ne soit pas déjà devant les tribunaux?

    24
    11
      MELLO
      11 juin 2019 - 8 h 17 min

      Naima Salhi n’ira jamais en prison . Elle est le symbole ,meme, d’un systeme separatiste , elle accomplit bien sa mission de separer pour mieux regner.
      Que valent ces kabyles , sinon que des montagnards qui veulent aneantir tout ce qui n’est pas kabyle . Naima salhi est juste sur son terrain politicard, ainsi est l’Algerie de 2019 , loin tres loin de celle des annees 1954 lorsque justement ce sont ces memes kabyles qui deciderent de prendre les armes contre le colonialisme .
      Abane, Krim, Amirouche, Ouamrane, Mohand Oulhadj et tant d’autres donnerent leur vie pour qu’a la fin cette naima salhi les insulte. Au diable l’odieuse .

      20
      9
        Réponse
        11 juin 2019 - 12 h 30 min

        Je suis d’accords avec toi sur tout sauf que chez les Kabyles aussi il y a des séparatistes et racistes comme cette …. de Naima Salhi.

        16
        2
    Mokhtar
    11 juin 2019 - 5 h 56 min

    Le nom bouteflika vient du mot
    Taflica ,la navette des métiers à tisser. Il descendrait d’une famille de tisserands. Wa Allahou a3lam.

    10
    4
    RAYES EL BAHRIYA
    11 juin 2019 - 5 h 15 min

    IL EST EN BOUT DE CHAIR CE BOUT TESRIKA

    LE ROBERT EST LE DICTIONNAIRE DES COLLABOS DE LA FRANCE COMME LES DAFISTES

    2
    15
    nordine
    10 juin 2019 - 23 h 57 min

    Salam alikom j’ écris à cette ligne éditorialiste pour vous demander de faire très attention à ce que l’ appel  » les influenceuses » sur youtube en effet elles influencent dans le mauvais et pervertissent à des fins metissolatre et elles sont pilotées directement ou indirectement par les ennemis adepte du choc des civilisations ceci n’ est pas de la rigolade une certaine « nourhene » en fait parti.Le danger prime avant tout chose benefique.

    7
    4
    DJAZAYRI KHALID
    10 juin 2019 - 23 h 25 min

    Est-ce que notre cher le père de l’explosion( sociale?) qui nous a … durant 20 ans, a été torturé ou bien Dieu lui a donné son quota de maladies qu’il mérite après avoir distribué les sièges aux partis selon le quota d’allégeance? Je dis est-ce qu’il a été torturé cas je vois comme de l’arthrite au niveau de ses doigts. Et s’il avait cette arthrite depuis longtemps , cela explique bien pour quoi il avait tellement envie d’écraser tout le monde car il avait développé beaucoups de complexes ( taille, arthrite, complexe vis-à-vis des hommes historiques, des vrais combattants de l’ALN, …etc). Quant aux crimes contre l’humanité commis par la France en Algérie, il faut que ce soit le peuple avec des pétitions de plus de 1 millions de signatures qui devra ester la France au T.P.I de la Haye, car aucun dirigeant ou politicien, ni les parle-menteurs ne voudront le faire car les français tiennent les militaires et politiciens par les c…

    111
    10
    Anonyme
    10 juin 2019 - 20 h 15 min

    Alors qu’en Algérie, on parle beaucoup, on spécule, on critique, on jette en flammes tous,…..
    Les « Think Tank », des dirigeants, et des responsables stratégiques français planifient, et se penchent
    Froidement, sereinement, tranquillement, et sérieusement, à renverser la table, et les cartes, en Algérie
    Grace au DGSE, et les services secrets français, et leurs collaborateurs algériens, en Algérie
    Qui utilisent tout les moyens (y compris les moyens illégales) pour arriver à leur fin, pour renverser tout,….
    Pour mémoire, les leçons des interventions françaises en Afrique, en Cote d’Ivoire, en Egypte, au Gabon,
    En Libye,…..pour rétablir l’ordre néo-colonialiste – économique – français, dans ces pays,
    Où les interets économiques, et commerciales français sont dits – « menacés » –

    9
    4
    Antisioniste
    10 juin 2019 - 20 h 09 min

    Trêve de plaisanterie de diversion et de rafistolage.

    On se perd, et on perd un temps très précieux dans des simulacres (voulu ou pas, conscient ou pas) alors que l’urgence n’est pas de chercher une solution politique puisqu’elle existe, mais de passé à sa concrétisation illico presto on faisant des compromis de part et d’autres « sans compromission » afin de doté le pays d’un président élu démocratiquement dans « LA TRANSPARENCE » totale qui aura juste à appliquer un cahier de charge « DECIDER ET/OU APPROUVER » par son Excellence le Peuple Algérien.

    Une pluie torrentiel d’accusations (justifier ou pas, voulu ou pas) de part et d’autres continue d’alimenter les commérages avide de sensationnel. Des arrestations et des détentions ont été faite (et continue de l’être) sans aucune couverture médiatique digne de ce nom. On voit les accusés se présenté tandis que les victimes (le peuple) reste dehors ne sachant ce qui se passe, car tout se passe à huit clos, et sans aucun avocat pour représenter leurs intérêts et les informer de l’évolution des choses (contrairement aux accusés) alors que la crise de confiance est généralisé (et justifier) entre son Excellence le Peuple Algérien et les tenants de fait du pouvoir actuellement. Laissant ainsi la place à toutes les hypothèses et supputations qui ne servent absolument pas les intérêts immédiats de notre nation, bien au contraire je dirais de mon point de vue.

    La peur et la crainte des tenants du pouvoir actuellement, face à la détermination de son Excellence le Peuple Algérien à avoir gain de cause est à la fois justifier, mais contreproductive. Les premiers parle de dialogue (ce qui est une bonne chose) mais avec qui exactement ? Quand et sur quel base ? Se sont des questions justifiées auxquelles les tenants du pouvoir actuellement doivent y répondre clairement sans aucune condescendance, et dans les plus brefs délais. En commençant déjà par donné des gages de confiance afin de maintenir le plafond des exigences là où il est actuellement, si vraiment leurs intentions sont une sortie de cette crise POLITIQUE PACIFIQUEMENT.

    Comment rendre cela faisable dans les plus brefs délais de façon raisonnable et responsable, mais surtout PACIFIQUE?

    Depuis le tout début je n’ai pas cessé de croire et d’appeler à ce que des représentants APOLITIQUE émergent, justement, pour ce dialogue/négociation que les actuels tenants ont fini par y appeler après plusieurs contorsions « fakiriste » inutiles qui nous ont fait perdre un temps EXTRÊMEMENT PRÉCIEUX.

    Maintenant il est grand temps que ceux qui n’ont pas d’ambition politique émerge du hirak pour cette phase, et que les tenants du pouvoir actuellement se montre au grand jour, et appel à cela, car nous savons tous qui ils sont, et que ce n’est pas les 2 B restant.

    Un peuple formidable mérite mieux qu’un système fort minable.

    kaledo
    10 juin 2019 - 19 h 39 min

    Si le dictionnaire Le Robert a retiré la définition du nom «Bouteflika», le peuple algérien a effacé au HIRAK le nom de cet ex-président mafieux qui a détruit économiquement, socialement et culturellement le Pays.Son nom doit être banni de l’histoire.

    4
    4
    syno
    10 juin 2019 - 19 h 38 min

    Les patronymes (ainsi que les toponymes) algériens nous informent sur les langues qui ont influencé nos sociétés humaines. Il serait niais de notre part de croire qu’une seule langue (l’arabe) nous a influencé et a donné tous nos patronymes. La langue originelle, le tamazight, puis le punique, le vandale, le latin, le turc et des langues méditerrannéennes et africaines (j’en oublie surement d’autres) ont certainement eu un impact sur notre société. La méthode adoptée par Le Robert en se limitant à l’arabe n’est pas innocente quand on connait l’idéologie du ‘royaume arabe’ pronée par Napoléon III et sa suite en Algérie …

    2
    6
    Anonyme
    10 juin 2019 - 19 h 02 min

    ils doivent l ecrire comme suit: Boutesrika ayant mis a genou un paysc aussi riche . en faisant des milliardaires des analpha- tres betes.

    24
    8
    dispersion
    10 juin 2019 - 18 h 06 min

    ça signifie l’homme de l’éclatement…avec tefliqa, tartag , zouwkh..rajoutez-en…
    Quelqu’un qui reçoit un caillou sur la tête on l’appelle em’fellegu
    fellagua ? qui se sert d’une fronde ?

    8
    2
      Anonyme
      10 juin 2019 - 19 h 56 min

      Définition de Bouteflika : Le djahil marocain alias la calamité absolue

      7
      5
    Salim
    10 juin 2019 - 18 h 00 min

    Savez vous que le Robert est lié à Orléansville ,à la famille Sayah,( grande tribu dont un fut bâchage ) et qu’il y a un un certain Robert proche des Sayah qui a été maquisard pendant la Révolution Peut être qu’il est encore en vie

    Savez vous que leur grand père , premier colon arrivé en Algérie et maire d’El Chleff en 1904 est mort dans l’honneur dans un duel au pistolet en 1910 , contre un rival politique qui l’a insulté et diffamé diffamé

    Autre époque, autres moeurs, peut être une personne encore en vie soit un Sayah soit un Robert de cette saga a décidé de supprimer le nom qui a déshonoré l’Algerie

    20
    2
    ANTICONS
    10 juin 2019 - 17 h 28 min

    Motus et bouche cousue durant 20 ans , vos applaudissements faisant foi . Dés lors ZAAMA vous vous adonner à la critique (hormis un intervenant) , yakhi hypocrites que vous etes , vous n’etes que des girouettes sans ames.

    16
    5
    anonyme
    10 juin 2019 - 17 h 25 min

    un jour quand la vérité sera divulgué sur ce qu’il est vraiment, son nom disparaîtra de tous les livres de la planète.son nom sera associé au diable.

    20
    5
    Anonyme
    10 juin 2019 - 16 h 34 min

    Le nom de Bouteflika est retiré du dictionnaire le Robert, mais les pions secrets pro – français
    De l’ancien système agissent, en secret , dans les institutions gangrenées de l’état algérien
    Pour saper, et mettre en échec, la révolution démocratique, et pacifique algérienne,
    Par une contre révolution à travers l’Anarchie, le Chaos, la Déstabilisation, et la Paralysie
    Du pays, son économie, ses finances, et son commerce extérieur
    Mettre à genoux,…..l’Algérie , et le retour à l’ancien système corrompu algérien allié de l’état policier français

    17
    3
    bibi funk
    10 juin 2019 - 15 h 52 min

    cela ne va pas regler le probleme actuel en algerie

    15
    1
    Sakharov
    10 juin 2019 - 15 h 42 min

    De peur qu’il mérite le prix Nobel . Raillerie à part je me demande pourquoi nos ex responsables se rendent en France régulièrement alors qu’hier en poste ils clouaient au pilori ce pays . N’auraient-ils pas peut-être coupé le cordon ombilical qui les relient à ce pays .

    16
    2
    LOGIQUE
    10 juin 2019 - 15 h 36 min

    Par ce que le nom Bouteflika est MAROCAIN et pas ALGÉRIEN !

    22
    11
    Anonyme
    10 juin 2019 - 15 h 36 min

    Le ROBERT A FAIT SA TOILETTE !…….

    18
    5
    Anonyme
    10 juin 2019 - 14 h 54 min

    Eux essayent d’oublier petain le collabo , pour nous c’est boutef le vendu, dans la vie il y a les bonnes et les mauvaises mémoires , oublions nous aussi les mauvaises, mais sans pardon.

    19
    6
    Tinhinane-DZ
    10 juin 2019 - 14 h 29 min

    La France fonctionne selon les désires de son tube digestif. Comme elle n’a plus rien à manger avec Bouteflika, elle efface son nom…en attendant le prochain représentant de ses tubes digestifs…

    36
    4
      Bras de fer
      10 juin 2019 - 16 h 07 min

      Pas moi, j’espère !

      5
      4
    Mhand
    10 juin 2019 - 14 h 29 min

    @Anonyme: Juste pour faire une correction à votre post: ce ne sont pas les citoyens algériens qui lui ont érigé une mosquée en son honneur sans honneur, mais des chiyatine comme toi qui l’avez fait.

    21
    2
      Depassage
      11 juin 2019 - 9 h 17 min

      Quand la bêtise est applaudie, il faut craindre l’avenir. Personnellement, je me méfie de tout ce qui vient de la masse, siège de la crapulerie et des frustrations incomprises ou mal assumées. Parce qu’on peut assumer ses frustrations quand on se donne la peine de regarder et de voir le côté dérisoire de ce qui fait courir les gens. Et le pire est de confondre la masse avec le peuple.

    MELLO
    10 juin 2019 - 14 h 22 min

    Peut etre que Gaid Salah a donne’ instruction au Robert.
    A defaut de l’appeler au palais de Sidi m’hamed , on prefere le supprimer d’un dictionnaire.
    Mieux vaut effacer les traces des 20 annees de regne que laisser trainer son nom dans l’histoire.

    16
    3
    Question
    10 juin 2019 - 13 h 59 min

    Combien ça a couté a l’Algérie la réimpression du dictionnaire car elle a un coût.

    6
    10
    mohand
    10 juin 2019 - 13 h 44 min

    Simple sujestion.
    En kabyle, les féves cassées,sont appelées: tiflak.
    Donc celui qui est en lien, peut être appelé boutflika

    15
    2
    Linguistique
    10 juin 2019 - 13 h 06 min

    il lui donna également un nom alternatif: BOUTESRIKA. Qui s’est avéré plus justifié que le premier. Quoique..

    20
    2
    Argentroi
    10 juin 2019 - 12 h 23 min

    Malheureusement le Robert n’est pas un dictionnaire arabe et quand il s’adresse à des traducteurs, ces derniers ne maitrisent pas à fond l’arabe et se suffisent à des explications superficielles. D’abord le verbe فلق signifie fendre et non pas exploser. Ensuite quand on approfondit la chose en consultant par exemple l’encyclopédie arabe de Lissan el Arab on découvre que :
    والفِلْقُ والفَلِيقُ و » الفَلِيقَةُ  » والْمَفْلَقَةُ الفَيْلَقُ والفَلَقى، كُلُّهُ : الدَّاهِيَةُ والأَمر الْعَجَبُ
    Ainsi الفَلِيقَةُ signifie الدَّاهِيَةُ c’est à dire l’homme perspicace ou celui qui trompe autrui ou un grand forfait, méfait et puisque c’est Bou-teflika donc c’est l’homme au grand forfait ou l’homme à l’imposture.

    28
    3
    T213
    10 juin 2019 - 12 h 17 min

    C’est une bonne décision, car la place de ce lascar n’est pas dans un dictionnaire, mais dans une poubelle de l’histoire.

    37
    3
    Anonyme
    10 juin 2019 - 12 h 03 min

    bande d’ingrats!!! hier c etait fakhamatou et vous lui avez même préparer une mosquée a son honneur et aujourd’hui vous le méprisez allah yan3al li ma yahchame

    15
    41
      Le Berbère
      10 juin 2019 - 16 h 18 min

      Commence déjà par mettre un nom à votre pseudonyme avant de venir ici pour nous donner les leçon de moral . Dans cas contraire où vous voulez restez anonyme, il sera de notre devoir de vous baptisé  » Bouchitta  » littéralement dit : l’homme à la brosse..Wa Al fahem Yafhem.

      17
      7
    UMERI
    10 juin 2019 - 11 h 44 min

    Bouteflika, une imposture algerienne, un accident de l’ histoire, un mystificateur, doit disparaitre de notre memoire collective.

    43
    6
    Anonyme
    10 juin 2019 - 11 h 42 min

    Peut être que finalement le Robert a trouvé insensé d’absolument trouver un lien entre un nom de famille et en verbe en arabe pas forcément flatteur puisque synonyme d’explosion … On est loin des noms d’origine turque qui eux reflétaient l’activité des familles (Kahwadji, Mhamsadji, etc.).

    8
    13
    Karamazov
    10 juin 2019 - 11 h 26 min

    Yakhi goultou itnahaw ga3 les B ?

    20
    3
      Zaatar
      10 juin 2019 - 12 h 03 min

      Lui c’est un bémol….

      12
      2
    Anonyme
    10 juin 2019 - 11 h 21 min

    « . l’ancienne puissance coloniale tente cependant d’adouber ses pions qu’elle aimerait voir arriver au pouvoir pour sauvegarder les intérêts français en Algérie ». Des noms ?

    10
    9
    Lyes Oukane
    10 juin 2019 - 10 h 19 min

    Bouteflika existe toujours dans le dictionnaire français des synonymes . En page 123 on trouve :

    Bouteflika / Nom masculin d’origine arabe entré dans le langage familier français .
    Syn: Tyran , voleur , fourbe ,tricheur ,menteur ,égocentrique ,affabulateur ,bonimenteur ,sans grande envergure ,escroc …

    ex: On dirait un Bouteflika ( il ressemble beaucoup à un mafioso )
    Comme Attila comme Bouteflika ( après le passage de l’un comme de l’autre plus rien ne pousse )
    Recette d’apothicaire à la Bouteflika ( potion médicamenteuse artisanale soporifique )
    Tu ne veux pas le trône à Bouteflika quand même ! ( j’y suis j’y reste )

    46
    11
    kadi
    10 juin 2019 - 9 h 56 min

    parce que c’est fini pour lui rien a gratter.

    22
    7
    Elephant Man
    10 juin 2019 - 9 h 54 min

    PS : je ne vois pas en quoi c’est péjoratif « celui qui fait tout exploser », j’y vois un côté guerrier combatif « ne viens pas me chercher où je te défonce » 😉

    52
    31
      Vangelis
      10 juin 2019 - 11 h 04 min

      Il ne faut pas donner de l’importance à un bonhomme qui n’a rien fait de sa vie que de de fourberies.

      En fait de défoncer, il ne l’a fait que devant des portes ouvertes. Qu’a-t-il fait à l’endroit de l’ancien colon, sauf lui livrer le pays ? Qu’a-t-il fait pour assainir les finances publiques et diversifier l’économie, sauf à l’enfoncer dans la crise et la livrer à des oligarques qui importent même des denrées et services faits en Algérie ? Qu’a-t-il fait pour améliorer l’image du pays, sauf à faire des courbettes devant les pays du Golfe en rémunération de son exil chez eux et dont il a importé toutes les tares « royalistes » ?

      De fait l’étymologie de son nom ne devrait pas figuré dans le Robert et c’est tant mieux car elle ne correspond pas exactement à la nature de l’individu qui est fourbe, traitre, rancunier, despote, imbu de lui même et nain dans ce monde de grands.

      30
      9
    bozscags
    10 juin 2019 - 9 h 48 min

    c’est tout à fait normal on ne veut plus entendre parler de cette famille de traîtres et de voleurs .

    29
    7
    FELAG
    10 juin 2019 - 9 h 39 min

    LE LAROUSSE C’EST INTELLIGENT.
    IL A VOULU NOUS AVERTIR EN 2012 POUR ARRÊTER LES DEGATS MAIS MALHEUREUSEMENT ON L’A PAS ECOUTE.
    AUJOURD’HUI IL L’A RETIRER, PARCE-QUE CE N’EST PLUS UTILE, BOUTEFLIGA NOUS A DEJA EXPLOSE.

    24
    9
    Linguistique
    10 juin 2019 - 9 h 27 min

    Bien relevé, AP.
    Le chef du clan a commencé à considérer cette explication, depuis l’arrivée à la présidence de TARTAG. Saïd s’est aperçu que devant cet artillerie, la tefliga ressemblerait à un pétard.

    5
    12
    Elephant Man
    10 juin 2019 - 9 h 23 min

    Discrimination et racisme.
    Le contexte politique du pays et les relations franco-algériennes n’ont aucunement leur place Le Robert se doit d’être professionnel point barre.

    60
    9
    djomballo
    10 juin 2019 - 9 h 13 min

    Parce que les français ne veulent pas lui donner sa vraie définition, encore mieux s’il a subit des pressions
    (de la fratrie Bouteflika), ceux qui considéraient l’Algérie comme leur propre boutique.

    6
    6
    Ali 2
    10 juin 2019 - 9 h 08 min

    Dommage celui qui a donner ce nom a cette famille;il ne s’est pas trompé

    19
    7
    djomballo
    10 juin 2019 - 9 h 06 min

    Parce que les dictateurs ne doivent pas avoir leur place dans une telle illustration. « La langue française est un butin de guerre » (Kateb Yacine).

    16
    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.