Sobame Da, un massacre de trop, à quand la fin de cette spirale de violence au Mali ?

Mariko Sobame Da
Me Moctar Mariko, président de l’AMDH. D. R.

Par Houneïda Acil – Dans un communiqué adressé à notre rédaction, l’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH) s’insurge contre le massacre de citoyens par des terroristes dans le village de Sobame Da, au Mali, et qui a fait près d’une centaine de victimes.

L’AMDH se dit «choquée» par le massacre de plusieurs civils du village de Sobame Da et interpelle les plus hautes autorités maliennes à prendre des mesures urgentes et concrètes visant à faire la lumière sur ce énième massacre et à traduire en justice ses auteurs.

«Selon le communiqué du gouvernement, ce lundi 10 juin 2019, vers 3 h du matin, des hommes armés ont attaqué Sobame Da, village situé dans la commue de Sangha, dont le bilan provisoire fait 95 morts et 19 portés disparus. Selon d’autres sources, il y aurait une trentaine de personnes blessées, des femmes, des personnes âgées et des enfants seraient parmi les victimes», fait savoir l’Association malienne, précisant que cet événement douloureux intervient après celui d’Ogossagou qui a fait, en mars de cette année, plus de 165 victimes civiles.

«Les autorités judiciaires avaient annoncé l’ouverture d’enquêtes. La lutte contre l’impunité est l’un des moyens les plus efficaces permettant de prévenir la violence et la commission de ces crimes massifs et graves en raison notamment de ses vertus dissuasives et répressives», fait rappeler l’AMDH. Cependant, note-elle, hormis l’ouverture des enquêtes dans le cadre du traitement de certaines violations graves des droits de l’Homme et la perspective d’élargissement de la compétence du pole judiciaire spécialisé, des actions concrètes se font toujours attendre.

«La tenue des procès en guise de réponse judiciaire à ces massacres pourrait aussi permettre de prévenir la vengeance et d’écarter les acteurs de violence», a déclaré Me Moctar Mariko, président de l’AMDH.

L’AMDH estime qu’il est aussi impérieux et urgent de revoir le mandat des forces onusiennes au Mali en vue de l’adapter au contexte et de permettre de mieux protéger les populations civiles qui demeurent les principales victimes. Tout en insistant sur le bien-fondé de la priorisation de la sécurité des populations dans le cadre des actions gouvernementales, l’AMDH appelle les populations à la retenue.

L’AMDH présente ses condoléances aux familles et proches endeuillés et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

H. A.

Comment (8)

    Elephant Man
    12 juin 2019 - 5 h 30 min

    Bla bla bla …bla bla bla ….. Et bla !
    FRONTIÈRES HERMÉTIQUEMENT FERMÉES DE TOUTE PART
    VIVE L’ANP QU’ALLAH PROTÈGE LA MÈRE PATRIE ALGÉRIE SON PEUPLE ET SON ANP

    3
    1
      Numi
      12 juin 2019 - 14 h 35 min

      Et qu’il protège nos frères et voisins maliens…

      Les frontières sont bien gardés.

      Là il s’agit d’un conflit ethnique avec des massacres en mode Rwanda.

      On est pas à l’abri. Un peu de respect pour les victimes et pour ce que vit ce pays.

      Tout ne tourne pas autour de notre pays,

    Aucune ingérences de l'Algérie chez les autres.
    11 juin 2019 - 22 h 13 min

    Ils ont voulut la France .
    Eh bien ils l’ont.
    L’Algérie se retrouve encerclée grâce à ces voisins qui l’ont permis .
    Vôtre président a créer de ses mains ce que vous subissez aujourd’hui.
    Dorénavant lavé vôtre linge sale entre vous.
    L’Algérie à d’autres chats à fouetter .

    6
    1
    Alien
    11 juin 2019 - 19 h 33 min

    Vermine islamiste. Même en Afrique vous arrivez à propager votre idéologie criminelle.
    J’espère qu’il n’y auras pas vos clones ailleurs dans l’univers quand l’humanité déménagera. Vous avez déjà pollué la planète Terre.

    3
    4
      A coté de la plaque
      12 juin 2019 - 12 h 21 min

      A côté de la plaque …! Voilà se qui arrive quand ont veut éviter la vérité qui fâchent elle à bon dot vision binaire apprise par la doxa des médias occidentaux  » islamistes  »
      -« sic » un sac fourre tout qui cache la forêt ils me semble que ses des conflits inter-ethniques entre des territoires agricoles entre les peuls « éleveurs » et dogons « agriculteurs » maliens .
      il suffît de lire la presse malienne :l’ethnie peuls c’est venger de l’ethnie dogons qui avaient attaquait leurs villages c’est une rivalité rurale pour les terres que les autorités malienne ne savent pas gérer et s’arrête jamais les criminels de cet criminels de cet vendetta .

    le Terroir
    11 juin 2019 - 19 h 04 min

    Bravo!

    1
    2
    Mhand
    11 juin 2019 - 17 h 05 min

    La plus grosse erreur malienne est d’inviter les Français à résoudre leurs problèmes, à leur tour, les Français ont invité les monarchies arabes pour les aider à résoudre le problème, le désastre ethnique parfait. où tous les français sont impliqués, vous avez un génocide avec garantie. juste pour citer le Rwanda à titre d’exemple.

    14
    1
    HOUMTY
    11 juin 2019 - 15 h 19 min

    SALAM L’KHAWA…. Rien d’etonnant ! La déstabilisation de L’AFRIQUE politiquement, militairement et financiérement et dans les projets français depuis des decénnies ! Car L’AFRIQUE est la vache a lait de ce pays qui est la france pays hyper surendetter qui vit au dessu de ces moyens ! VIVE Notre ALGERIE for ever VIVE notre glorieuse A.N.P et a mort les traîtres..

    67
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.