Vers la solution ?

société civile
Une vue de la conférence nationale de la société civile. Kamel N./PPAgency

Par R. Mahmoudi – La scène politique commence à s’animer sérieusement avec la multiplication des regroupements et des initiatives réfléchies pour sortir de l’impasse politique qui perdure et qui risque de conduire le pays vers une paralysie totale.

Pour une fois, on sent qu’une convergence de vues salutaire est possible et qu’elle a toutes les chances d’aboutir, pour peu que les différents acteurs décident de faire abstraction de leurs différences idéologiques et de transcender leurs calculs politiciens et leurs ambitions de leadership.

Si les recommandations adoptées à la rencontre de la société civile, qui s’est tenue le week-end dernier, viennent à se conjuguer aux efforts déployés par les partis de l’opposition regroupés dans l’Alliance des forces de changement, qui prévoient une nouvelle rencontre ce mardi, avec la participation élargie à d’autres formations et à d’autres personnalités de grosse pointure comme Ahmed-Taleb Ibrahimi, on pourra espérer un aboutissement rapide, avec des propositions concrètes, réalistes et, surtout, consensuelles, susceptibles de mettre fin à cette vacuité institutionnelle et relancer le processus électoral sur des bases saines et démocratiques.

La solution qui se dessine ne doit pas décevoir les attentes des millions d’Algériens qui continuent à sortir chaque vendredi pour réclamer le changement du système et l’abolition de toutes les anciennes pratiques faites de manipulation, de fraude et d’instrumentalisation des moyens de l’Etat au profit d’une caste. Mais, en même temps, elle ne doit pas sortir du cadre constitutionnel pour ne laisser aucune marge aux aventuriers qui, au nom d’une transition démocratique, nourrissent des plans machiavéliques et veulent faire de l’Algérie un nouveau champ d’expérience.

R. M.

Comment (12)

    ILLOUL
    18 juin 2019 - 20 h 35 min

    « Vers la solution ? ».

    QUELLE SOLUTION ???

    Yal khawa, moi, j’ai comme l’impression qu’on va ENCORE se faire bannaner…

    Allah yestor !

    2
    4
    MELLO
    18 juin 2019 - 19 h 38 min

    Le CRUA , un comite qui ne dit pas grand chose pour pas mal de nous autres. Pourtant les 22 révolutionnaires du CRUA se reunirent dans une maison modeste du Clos Salembier , sans aviser quiconque . Ils décidèrent de proposer 5 personnalités qui avaient décidé de faire appel a Krim Belkacem pour en faire les 6 qui déclenchèrent la Revolution .
    Ils n’ont pas attendu l’accord de tout le peuple pour le faire. Une veritable leçon de patriotisme. A MEDITER.

    La Majorité silencieuse
    18 juin 2019 - 19 h 32 min

    Les patriotes algériens doivent rester vigilant face aux manigances des ennemis de l’Algérie à savoir les agents du Régime ManhNazi (Saïd Bouteflika)- de Hizb frança (Toufik) et du MAK (Saïd Saadi and Co).

    1
    1
    RasElKabous
    18 juin 2019 - 18 h 35 min

    Djeich – Chaab Khawa Khawa, Point barre et non deplaise a Hisb franca..

    Observateur
    17 juin 2019 - 21 h 57 min

    De quelle légitimité et en qualité de quoi ces personnages parlent et discutent au nom du peuple Algérien..
    Ils sont vraiment culotés ces « portes paroles autoproclamés ».
    Le processus normal et démocratique devrait être le suivant :
    1. Tous les partis politiques (PT, RCD, FLN, RND, HAMAS,FFS, etc..) devront sans exception tenir des congrès pour élire démocratiquement et en toute transparences leurs nouveaux dirigeants.
    2. Toutes les syndicats (UGTA, et les syndicats autonomes) eux aussi devront fair des élections pour choisir des nouveaux leaders.
    3. Les associations civiles feront la meme chose, élections de nouvelles instances dirigeants.
    4. Les jeunes activistes du hirak devront créer de nouveaux parti politiques, le poids de ces nouveaux partis est le nombre de leurs adhérant
    À l’instant ou les partis politiques auront des nouvelles instances dirigeantes démocratiquement élues ils peuvent au moins parler au nom de leurs partisans.

    Le « pouvoir Algérien » fait actuellement le ménage dans ses propres ranges, c’est bien. C’est autour de cette oppositions politiques de fair la meme choses, de balayer devant sa porte..

    Tout le monde a vu comment tata louiza et said Sadi ont été chassé par les jeunes du hirak. Est-ce que tata louiza ou said Sadi ont une légitimité pour dialoguer avec les représentants de l’état algérien..

    8
    11
      Bof
      18 juin 2019 - 11 h 16 min

      Il n’y a que Said Saadi qui te dérange ?
      Pour le moment ce n’est pas lui qui tient des réunions infinies mais bien Mokri, Djaballah et les barbus qui s’agitent au nom du Peuple.
      Mais ça n’a pas l’air de trop te déranger.

      14
      8
        La Majorité Silencieuse
        18 juin 2019 - 18 h 32 min

        @Bof Va te …. toi et ton traitre de Said Samedi ce BHL dz
        Sorry et respect pour les forumistes patriotes de ce Site pour mon langage d’exception a l’effet de traiter les traitres par ce qu’ils meritent en esperant que je ne serais pas censuré.

    Zaatar
    17 juin 2019 - 21 h 44 min

    Ça s’anime à ce que l’on dit. Ça commence à bouger. Comme si on commençait à atteindre les énergies qu’il faut pour enfin se mouvoir. En fait, on commence à atteindre les niveaux d’énergies requis pour faire sortir les particules correspondantes…, comme en théorie des champs. On va voir sortir des gluons, des mesons, des bosons, des neutrinos et pour faire vrai des photons sans masse…ça s’agite ça s’agite, il faut juste faire attention à l’entropie.

    5
    3
    MELLO
    17 juin 2019 - 10 h 36 min

    Le 30 Septembre 2014 , lors de la célébration de son 50 e anniversaire , le FFS avait déjà lancé son projet de Conférence de consensus nationale pour sortir de la crise qui était déjà installée avec le 4e mandat d’un président malade – le mandat de trop.
    Cette proposition , acceptée par des personnalités politiques , fut rejetée par tous les partis satellites au pouvoir , même certains qui se disait de l’opposition comme le MSP de mokri.
    Comme le FFS possede toujours des années d’avance en politique , ce n’est qu’en 2019 que la majorite des partis et des personnalités s’accordent a parler d’un consensus. Il n’est jamais trop tard , mais l’Algerie aurait pu gagner du temps avec une facture moins salée.
    La solution est bien celle de remettre toutes les tendances sur la meme table en y apportant un smig democratique qui permettra au pays d’avancer: c’est la renaissance du congres de la Soummam.

    10
    3
    karimdz
    17 juin 2019 - 10 h 18 min

    La structuration du hirak et le regroupement de l opposition augure bien une sortie de crise, et les représentants du peuple vont s imposer comme l interlocuteur incontournable pour basculer notre pays, dans une nouvelle ère démocratique.

    Le général Gaid Salah, a eu mille fois raison, de s en tenir à la constitution pour assurer la continuité de l Etat quand bien meme les 3B sont honnis par le peuple, mais il a par la même, poussé le hirak à s’organiser pour pouvoir devenir un acteur du changement dans notre pays.

    Aurions nous préféré laissé des opportunistes profiter de la crise politique pour imposer leur alternative sombre, comme si notre pays n avait pas suffisamment souffert.

    HamdoulilAh, les algériens se sont illustrés par un civisme exemplaire, mais également une lucidité et une maturité, qui en ont supris plus d’un et cela ne peut qu’augurer que de belles perspectives pour notre pays.

    Nous accusons certes du retard, mais en quelques années, nous pouvons déjà percevoir le changement qui assurera le bien être des algériens et consolidera notre indépendance totale sur tous les plans.

    49
    30
    Anonyme
    17 juin 2019 - 9 h 10 min

    Bonjour Monsieur R. Mahmoudi

    Réunions d’associations et aboutissement à un consensus sur une feuille de route. Réunion de parti politiques et aboutissement (fort probable) à un consensus sur une feuille de route semblable, ou quelque peu différente de la première.

    Mais… où est le peuple parmi ses augustes « reuniologues » ?

    Mais le peuple est dans leur discours et dans leurs feuilles de route, c’est là que le peuple y est, il est écrit noir sur blanc, et tout le monde peut le vérifier, même le peuple him self peut le vérifier nom d’une feuille de … route. Mais alors, ceux/celles qui sont dehors chaque vendredire et mardire dans tout le pays c’est qui ? Qui suis-je ? Qui somme nous ? Que sais-je ? Que sais-je on nous ?

    Attendez un peu… je commence à avoir des doutes la, sur… MOI, OUIII, qu’est ce qui me dit que je ne travaille pas pour les mains étrangère à l’insu de mon plein gré, ou pour des entités extraterrestres qui m’ont programmé pour que je critique el gaidator et surtout ses augustes « reuniologues » qui se sont donné tellement de mal pour se réunir, et enfin se mettre d’accord sur une feuille de choux.. Pardon de route, à 18 minutes de la fin du match ?

    Le 4 juillet 2019 à minuit et une seconde exactement, HORMIS son Excellence le Peuple Algérien qui bat le pavé depuis le 22 février 2019, personne de ceux qui pense pouvoir continuer dans la continuité, ainsi que ses augustes autoproclamé porte-parole ou représentants du peuple n’est légitime dans ce pays. Personne n’a le droit de réfléchir, de pensé, de parler et d’agir au nom de son Excellence le Peuple Algérien, sauf ceux et celle qui émergeront de son sein par son choix légitime et indiscutable. Toute personne qui me dira le contraire, quel que soit ses « arguments », quel que soit le nombre de diplômes encadrer et accrocher à son mur ou son curriculum vitae, je lui ajoute un autre diplôme à sa collection, celui de la haute traitrise, de l’inconscience, et de l’opportunisme flagrant.

    Ses jeunes supporters qui dans les stades (bieeeeeeen avant le 22 février 2019) à travers leur chants retentissant hautement politisé aux oreilles des sourds, et à travers leurs banderoles hautement symbolique et clairement critique au vu des ignares, ignorer par les médias, et surtout les TV, cela sont les VRAI représentants de son Excellence le Peuple Algérien. Les étudiants qui ont terminé leurs études, et qui se sont aligner dos au mur, ou dans les cafés ne pouvant ni trouver un job, ni aller se noyer pour rejoindre un ailleurs ou ils peuvent se réalisé, cela sont les VRAI représentants de son Excellence le Peuple Algérien. Ceux qui croupissent encore dans les prisons car ils ont dit NON à tous les tenants du pouvoir avec courage et défi, cela sont les VRAI représentants de son Excellence le Peuple Algérien. Les avocats les juges les étudiants et les travailleurs qui batte le pavé depuis le début, cela sont les VRAI représentants de son Excellence le Peuple Algérien Ils/elles sont du/dans le SUD, l’EST, l’OUEST, et le NORD, et ils doivent se réunir dans le CENTRE, car la est leur place pour prendre les vrais bonnes décisions qui s’impose dans l‘intérêt de son Excellence le Peuple Algérien, et dans l’intérêt de notre grand pays L’Algérie.

    La représentativité de son Excellence le Peuple Algérien ne peut être légitimement représentative de son Excellence le Peuple Algérien, si elle n’est pas issue des quatre points cardinaux de l’Algérie, et c’est d’elle qu’émergera la vrai solution DURABLE. C’était mon opinion hier, elle l’est encore aujourd’hui, et elle le restera toujours.

    Bonne journée à tous.

    6
    12
      Antisioniste
      17 juin 2019 - 13 h 09 min

      j’ignore pourquoi mon pseudo n’est pas apparu j’aurai jurer l’avoir mis, enfin, ce commentaire et le mien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.