Comment l’argumentaire colonialiste du Makhzen s’est écroulé en une semaine

Zniber étau
Omar Zniber, ambassadeur marocain à Genève. D. R.

Par Tarek B. – L’étau se resserre autour de la diplomatie monothématique du Maroc qui, au bout d’une semaine, a vu s’écrouler tout l’édifice de son argumentaire colonialiste sur la question du Sahara Occidental. Après s’être vu obligé de reconnaître, sur le plan juridique interne, la réalité du territoire sahraoui au travers de la promulgation des lois portant adoption des accords de pêche UE-Maroc et de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), voici qu’un autre élément du rubicube marocain, portant cette-fois ci sur le recensement des réfugiés sahraouis, est battu en brèche, qui plus est depuis la capitale européenne et au plus haut niveau de responsabilité.

Le couperet est venu du commissaire européen en charge de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, Christos Stylianides. Dans une réponse écrite à une question d’eurodéputés l’interpellant sur la nécessité d’adapter à la hausse l’aide financière de l’UE aux réfugiés sahraouis, à la lumière des nouveaux chiffres officiels des Nations unies, Stylianides a clairement indiqué que l’Union européenne «est pleinement consciente des résultats du recensement de 2018 réalisé par le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR) sur la population de réfugiés sahraouis vivant à Tindouf».

L’information relève toute son acuité lorsqu’on sait que le Maroc s’est démené pour étouffer ce rapport du HCR, intitulé «Sahrawi Refugees in Tindouf, Algeria : Total In-Camp Population», particulièrement à travers l’activisme fébrile de son ambassadeur à Genève, Omar Zniber, qui s’est échiné, des mois durant, pour bloquer sa publication, allant même jusqu’à recourir à la menace de ne plus contribuer au budget annuel de l’organisation.

Face à l’inéluctable, ce diplomate psychorigide a embrigadé certains pays arabes au sein du groupe dit de «soutien à l’intégrité territoriale du Maroc», dans le but de vampiriser, en vain, le document du HCR. Il a d’ailleurs, dans un droit de réponse exercé au nom de son pays, à la 41e session du Conseil des droits de l’Homme, au titre d’un débat général avec la Haut-Commissaire Michelle Bachelet, le 25 juin 2019, nié l’existence-même des nouveaux chiffres du HCR en déclarant : «Ce sont des chiffres tout à fait fictifs, il n’existe ni rapport du HCR, ni rapport du PAM qui corrobore ces chiffres.»

Une pitoyable opération de déni et de mystification qui intervient au moment où, paradoxalement, le Maroc multiplie les appels à l’enregistrement des réfugiés, sachant qu’il n’a aucune qualité pour agir, dans la mesure où il n’est ni pays hôte, ni pays d’origine et encore moins donateur, sans compter que cette question est éminemment politique et qu’elle est, surtout, en relation organique avec le plan de paix onusien et l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple du Sahara Occidental qui était, et reste, l’objectif principal et la raison d’être de la Minurso.

La raison de cette attitude machiavélique est à rechercher dans le fait que le Maroc a toujours voulu exploiter le drame humain que vivent les réfugiés sahraouis depuis plus de quarante ans, dans le double objectif de saborder systématiquement, et de manière froidement préméditée, le processus de décolonisation mené par les Nations unies et de tenter d’asphyxier cette population vulnérable, en polémiquant de manière oiseuse sur des soi-disant «séquestrations» des Sahraouis et des «détournements» de l’aide humanitaire, ou encore en minimisant le nombre de réfugiés.

Adopté officiellement et transmis au secrétaire général de l’ONU en mars 2018, le rapport du HCR, auquel le commissaire européen a fait référence, a de dérangeant pour le Maroc qu’il actualise à la hausse (et pas qu’un peu) les chiffres de planification sur lesquels se base l’aide humanitaire, restés inchangés depuis 2007 malgré la croissance démographique. L’importance de ce rapport du HCR réside dans au moins trois niveaux : d’abord, au plan de son exhaustivité, il représente l’analyse la plus complète jamais réalisée depuis 2007 sur le sujet, de l’aveu du HCR. Ensuite, du point de vue de la valeur heuristique, ses conclusions sont le fruit d’une mission d’experts multisectorielle impliquant, en plus du HCR, des organisations de renom comme l’Unicef, le PAM et plusieurs ONG internationales.

Comme le spécifie bien le rapport en question, l’équipe de la mission d’experts a eu un «accès complet» aux sites et informations demandés qu’elle a triangulés de manière «indépendante». Il y a, également, la méthodologie rigoureuse de ce rapport, basée sur les conclusions du Groupe de travail sur les chiffres de la population (PFWG) et sur les normes internationales requises en matière de traitement des données statistiques (dites normes SOP’s), comparativement aux estimations de 2007.

A titre d’exemple, la rigueur de cette évaluation a amené la mission du HCR à exclure de ses statistiques les étudiants sahraouis de plus de 18 ans se trouvant en dehors des camps de réfugiés. Last but not least, les résultats de ce rapport sont sans appel : dans cinq des sept camps de réfugiés recensés, la population totale s’établit, au 31 décembre 2017, à 173 600 réfugiés sahraouis, soit une hausse de presque 40%. De manière très méthodique, ce rapport met un terme aux manipulations mensongères du Makhzen pour induire en erreur la communauté internationale sur le nombre des réfugiés sahraouis.

Le premier responsable de l’UE en matière d’aide humanitaire a également rappelé que le Programme alimentaire mondial (PAM) s’est déjà approprié les nouveaux chiffres du HCR, en citant le rapport que cette agence onusienne a établi, en août 2018, sur l’«évaluation de la sécurité alimentaire pour les réfugiés sahraouis», lequel renvoie à trois reprises au rapport du HCR et au chiffre actualisé des réfugiés sahraouis.

La réponse du commissaire européen aux manigances marocaines est d’autant plus cinglante qu’il dit suivre avec intérêt l’évaluation que mène actuellement le HCR sur la «vulnérabilité» de la population sahraouie et sa «sécurité alimentaire».

T. B.

Comment (11)

    BERET VERT.
    12 juillet 2019 - 5 h 18 min

    Cest une erreur et une grosse des chefs de guerre du polisario d’avoir accepter le cessez le feu de 91 . aujourd’hui 28 ans apres nous n’aurions pas 6 pays frontaliers , mais 7 avec la nouvelle REPUBLIQUE ARABE SAHRAOUI DEMOCRATIQUE(LA RASD). il n’y a pas d’alternative concernant cette histoire , BOUM BOUM c’est la seule et unique solution .

    8
    16
    Nord-Africain
    11 juillet 2019 - 22 h 24 min

    Les chrétiens,les juifs,les bouddhistes etc évoluent et explorent les horizons,les musulmans se font des croche-pieds,tombent et se relèvent,se disputent et n ont guère aucune attention à focaliser sur leur avenir.Le Qatar et l Arabie Saoudite gaspillent de l argent pour s acheter les faveurs des USA et s accusent mutuellement!En Afrique du Nord,l Algérie et le Maroc se surveillent,se veulent du mal et glanent quelques armes de derrière les moissonneuses-batteuses russo-américaines pour se les jeter éventuellement plus tard!!Mon Afrique du Nord souffre de nous.Nous la malmenons,nous la martyrisons et avec les données d aujourd hui nous allons la détruire.Salama ya Rabbi!

    13
    7
    Felfel Har
    11 juillet 2019 - 20 h 41 min

    Si Momo 6 avait vécu à l’époque de Gustave Flaubert, il lui aurait dédié cette citation, si significative: à l’heutre actuelle: « Mensonge pendant la journée et songe pendant la nuit, voilà l’homme. » Il passe son temps à échaffauder tellement de magouilles qu’il finit par y croire à la nuit tombée: il se voit sur un tapis volan,t faisant le tour d’un empire aux richesses abondantes que lui envie les autres, cet Eldorado qui n’existe que dans son cerveau malade. Il multiplie alors les balivernes pour revendiquer ces territoires et leurs pactoles.
    Vivre dans cet état psychédélique, chercher à le perpétuer, c’est déja entrer dans l’antichambre de la folie et de la schizophrenie. Les manipulateurs et les menteurs ne pourront jamais parvenir à cacher la vérité aux autres. Etre pris en flagrant délit de mensonge est souvent suicidaire pour des hommes d’État qui cherchent à faire avaler des couleuvres.
    Macron et lui devraient se rappeler de ce proverbe français que nous apprenaient nos instituteurs en cours de Morale, à l’école primaire: « Les menteurs sont les enfants du diable. » Qu’Allah nous en préserve!

    12
    12
    Mouloud
    11 juillet 2019 - 12 h 10 min

    Ces petites victoires…et il y en a eu tant et tant..ne sont pas piur resoudre la question du sahara occidental..quand on veut son independance..il n y a qu un moyen..combat les armes a la main..! Le makhzen..le roi..ou.l empereur..viendront negocier….le reste..n est qu illusions….diplomatiques..

    31
    28
    Laaroussi
    11 juillet 2019 - 10 h 26 min

    Une hausse de 40%!!!!!
    Et Paf, cela confirme davantage le changement de la constitution démographique dans les camps ou juste un remplissage des listes par des non sahraouis.
    Entre Touareg, Maliens, mauritanien et d’autres populations de l’Afrique subsaharienne, le résultat est tte visible.

    Je parle des faits que mes cousins de l’est m’ont toujours confirmé. Ça bouge énormément et le hold-up fait sur l’organe politique du Polisario par la tribue des Rguibates est entrain de s’effondrer.

    Nous sommes plus de deux millions de sahraouis dans l’ouest et avons choisi nos élus, la dernière est Mbarka Bouaida une Fehla.

    Je vous promets que dans les 10 années à venir, même le retour des réfugiés sera à négocier

    À bon entendeur

    55
    22
    Kadour
    11 juillet 2019 - 6 h 57 min

    La diplomatie du makhzen c’est la manipulation, le mensonge, l’intimidation et la corruption! Et c’est vrai qu’elle est mono thématique : obsédée et focalisée exclusivement sur le Sahara occidental

    50
    39
      t'es houf
      12 juillet 2019 - 9 h 33 min

      C’est normal, car c’est son Sahara et les marocains y tiennent, ce qui n’est pas normal c’est que ton pays soit obsédé par ce Sahara qui n’est pas le sien alors qu’il a hérité par l’Algérie française d’un Sahara 4 fois plus grand que ses épaules et il sait même pas quoi en faire à part pomper les richesses souterraines appartenant aux Touregs et Sahraouis autochtones

      12
      7
    LE DINAR ALGERIEN
    11 juillet 2019 - 6 h 46 min

    Ma grand-mère paix à son âme disait, une personne de mauvaise fois, la queue de rat lui sort de la bouche, elle dit qu’elle ne l’a pas avalée, c’est le cas du Maroc.

    52
    44
      Anonyme
      11 juillet 2019 - 12 h 51 min

      Le Maroc, doit faire ses valises,
      et partir s’installer, dans ses
      2 enclaves Territoriales
      Marocaines
      de Mellila et
      la Ceuta, colonisée par
      l’Espagne.
      Le Maroc aura droit au soutien
      politique
      de la communauté internationale.
      C’est une question de bon sens et de
      crédibilité politique.

      30
      37
      Saad
      11 juillet 2019 - 14 h 34 min

      Si ce recensement existe bel et bien et si il a une véritable valeur juridique, pourquoi le Conseil de Sécurité continue d’année après année et résolution sur résolution à exiger que soit effectué le recensement de ces populations. Ce n’est pas avec cette petite gué guerre que le problème va trouver une solution.

      30
      7
        Laaroussi
        11 juillet 2019 - 15 h 14 min

        Le recensement des personnes est une chose, mais la délivrance d’une carte de réfugiés sahraouis parle le HCR est une autre manche 🤔🤔🤔🤫🤫🤫

        A peine, 50 000 cartes sont distribués, cherchez l’erreur !!!

        C’est pour cela que nous les sahraouis on comprend mieux la situation et on reste pragmatique dans nos choix

        30
        10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.