Confusion autour des treize personnalités proposées au dialogue

Hamrouche Arar
L'ancien chef de gouvernement Mouloud Hamrouche. PPAgency

Treize personnalités nationales ont été proposées par le Forum civil pour le changement (FCPC), que préside Abderrahmane Arar du réseau Nada. Il s’agit la moudjahida Djamila Bouhired, de l’ancien ministre des Affaires étrangères Ahmed Taleb-Ibrahimi, des deux anciens chefs de gouvernement Mouloud Hamrouche et Mokdad Sifi, de l’ancien président de l’Assemblée populaire nationale (APN) Karim Younes, de l’avocat Mustapha Bouchachi, de la constitutionnaliste Fatiha Benabou, du sociologue Nacer Djabi, de l’économiste Smail Lalmas, du syndicaliste Ilyes Merabet, de la militante associative Nafissa Hireche, des militantes des droits de l’Homme Aïcha Zinai et Islam Benaya. Arar affirme, lors d’une conférence de presse, avoir eu l’accord de ces personnalités pour faire partie de ce panel de médiateurs qu’il propose à la fois aux décideurs mais aussi aux citoyens algériens.

«Ce Forum, qui regroupe 70 associations au niveau national, a proposé une liste de personnalités nationales pour mener la médiation et le dialogue, une fois cautionnée par le peuple algérien et le hirak en premier lieu, et les décideurs», assure-t-il, indiquant que ces personnalités ont donné leur accord pour assumer ce rôle. Mais visiblement, tout le monde n’a pas donné son accord.

Ainsi, selon nos sources, plusieurs personnalités citées n’avaient pas donné totalement leur accord. Certaines n’étaient pas au courant, à l’instar d’Ahmed Taleb-Ibrahim, de Mouloud Hamrouche et de Djamila Bouhired, qui n’auraient pas été informés de cette initiative. D’autres ont été contactés, tels que le sociologue Djabi, et ont donné leur accord de principe. Il y a ceux qui adhèrent totalement à cette initiative, comme Karim Younès qui a assuré sur son compte Facebook que «l’Algérie est face à un point de non-retour, caractérisé par l’absence de stratégie et de vision à long terme, sur tous les plans : humain, socioculturel, politique et économique».

«Nous avons vu, à travers les péripéties historiques vécues, combien sont fragiles les indépendances lorsque le goût du pouvoir supplante le devoir de l’Etat. Je ne veux pas être dans la peau de celui qui tire sur tout ce qui bouge, à la manière d’un chasseur occasionnel qui vise le merle et abat son chien, ou encore celui d’un spécialiste polyvalent de la critique qui sonde l’intention plus qu’il n’analyse les faits, qui conclut avant même de finir la réflexion», a-t-il ajouté, estimant que «l’histoire n’appartient à personne en particulier mais à tous ceux qui la font et la mènent à bon port».

«L’Algérie d’hier fait sa mue dans la souffrance et la douleur, mais aussi dans la joie, libérée par tant de frustrations. Même si une amertume tenace s’accroche, elle n’empêchera pas les nuages de s’effacer pour laisser place à un beau ciel printanier», a-t-il poursuivi.

Au-delà de la question de l’acceptation ou non de faire partie de ce panel, ces personnalités sont loin de faire l’unanimité au sein de l’opinion nationale. Nombreux sont les internautes qui trouvent qu’il s’agit d’un panel appartenant dans sa majorité à une autre époque. Certains les trouvent trop âgés pour conduire une transition en pleine révolution déclenchée par la jeunesse. D’autres intervenants craignent, à tort ou à raison, qu’il s’agit d’une «initiative inspirée par le pouvoir en place». Il y a donc un climat de confusion et de méfiance qui entoure cette initiative.

M. S.

Comment (43)

    bozscags
    20 juillet 2019 - 21 h 05 min

    une grosse mascarade comme d’habitude.

    Blakel
    19 juillet 2019 - 2 h 35 min

    Tout ne sera avant tout qu’une question de rapport de force, que le Hirak devra maintenir. Sans pression, la maffia militaro-politique ne lâchera rien. Le système accepte le changement que sous la pression. Qui se souvient du rapport NABNI (Notre Algérie bâtie sur de nouvelles idées) ?
    Suite aux brèves émeutes de 2011, des personnes avaient été chargées à partir d’avril 2011 d’établir un rapport présentant des recommandations pour réformer le pays. Fruit de longues semaines d’échanges et de partage entre ses membres, sur des sujets liés à l’éducation, à l’administration, à la santé ou à l’économie, un document avait été remis dès le mois de juillet 2011 à l’ensemble des institutions nationales et aux partis. Le rapport final contenant « 100 propositions pour une Algérie nouvelle » fut publié en 2012. Est-ce que le pouvoir en avait tenu compte ? Non, à partir du moment où il avait constaté qu’il avait rapidement réussi à calmer le mécontentement populaire, en achetant la paix sociale, il ne voyait plus aucune raison d’engager des changements. Sans rapport de force, il ne faudra rien attendre de plus qu’un ravalement de façade du système par Gaïd Salah, avec renforcement du pôle islamo-conservateur du pouvoir, au détriment du pôle moderniste. La mobilisation ne devra jamais cesser tant que ne sera pas obtenu un vrai changement de système.

    9
    1
    ryad
    19 juillet 2019 - 1 h 02 min

    il y’a lieu de nous préciser d »abord la qualité de ce forum une entité avec un cachet rond agrée par qui et quand et en tant que quoi ?? c un parti politique ? association ? ou autre chose ?? ……. !.?… et mandaté par qui ??.. on aimerai bien comprendre…..

    4
    1
    Felfel Har
    18 juillet 2019 - 20 h 11 min

    J’ai chargé Diogène, ce porteur de lanterne, constamment à la recherche d’un homme, de nous dénicher parmi le cheptel politique actuel, l’homme providentiel, capable de nous sortir de cette crise systémique. Pour lui faciliter la tâche, je lui ai décliné la critériologie suivante: Notre futur leader devra exhiber les qualités et compétences suivantes:
    Etre honnête, compétent, pragmatique, visionnaire,
    Avoir la capacité de rassembler au-delà de sa chapelle,
    Pouvoir susciter des conjonctions d’intérêt au-delà des clivages politiques actuels,
    Disposer d’une ouverture d’esprit pour trouver des solutions novatrices et consensuelles
    S’engager à servir le pays et respecter l’Acte Fondateur du pays.
    Diogène vient de me rendre compte de sa mission: Personne ne correspond à ce portrait-robot! Me voyant déçu, il me dit « Si tu me permettais de chercher au sein du peuple et du Hirak, je pourrais recruter de nombreux jeunes Algériens capables de guider le pays vers la prospérité, la liberté, la justice, la démocratie, lui redonner espoir et crédibilté ». Moi aussi , je sais qu’il y en a.
    Va Diogène, tu as carte blanche!

    8
    4
    Lyes-DZ
    18 juillet 2019 - 16 h 25 min

    Il n’y a pas d’autre solution que négocier, il faut arriver à un accord de capitulation de ce système. Nous sommes tous partisans d’un changement de régime, pas de rétropédalage, il faut trouver les moyens pour réunir les conditions de dialogue, elle sont à portée de main, l’armée nationale a tendance à être une force conservatrice, populaire et institutionnalisée ( et je la salue au passage) devrait rester à l’écart et surveiller les institutions de la nation, c’est sa responsabilité, quant à M. Bensalah n’a pas la légitimité du vote, par conséquent le pouvoir chapeauté par ses soins n’est pas enclin au compromis et avec lequel les solutions tarderaient à voir le jour et de conclure un accord politique, il faudrait un processus négocié sur les conditions dans lesquelles pourraient se tenir des élections. Il faut résoudre cela « à l’Algérienne », en ouvrant un dialogue serein et franc pour sortir le pays de ce marasme et pour dépasser la situation actuelle qui mène le pays à la catastrophe. Les communauté universitaire et intellectuelle devraient peser de tout leur poids et jouer leur rôle : il faut que les personnes politiques et économiques qui ont gravité autour de ce système qui n’ont pas joué un rôle constructif comprennent que ce sont des postures ne font qu’approfondir la crise. Je ne vois pas d’autre stratégie pour Bensalah et Bedoui que la reculade, quant aux autres ( Hamrouche, Sifi, Bouchachi and co) sont invités à s »abstenir définitivement

    9
    3
    mouatène
    18 juillet 2019 - 15 h 12 min

    mesdames et messieurs, tous ces personnages, et non personnalités, ont contribué de pré ou de loin pour que notre pays arrive à la situation actuelle. certains ont meme mené l’algérie à la ruine. ce qui m’intrigue c’est que vous avez tout fait pour éviter de donner votre avis ou une contribution suite à l’appel des enseignants des écoles supérieures algériennes. pour une fois que les tetes pensantes du pays s’engagent à prendre les choses en mains, vous vous dérobez . à moins que la majorité d’entre vous roule pour le camp des hotes du palace d’el-harrach. il n’y a pas d’autres explications.

    12
    7
    SaidZ
    18 juillet 2019 - 14 h 43 min

    Le dialogue ne peut pas avoir lieu avant la libération de tous les détenus d’opinion, c’est le minimum!
    de plus pourquoi elibrahimi, hmrouche, siffi…etc? il y a des jeunes intellectuels de niveau universitaire à jour.

    14
    7
    Anonyme
    18 juillet 2019 - 14 h 35 min

    karim younes, brahimi , sifi ,bensalah ceux sont des sem3en wa ta3a sidi.a la belkhadem et benflis.quant à hamrouche et « ouyahia » (voue à la vindicte des aghyouls populaires, mangeurs de leurs bats), ceux sont les seuls à meme d’apporter un peu d’espoir à ce paye en derive si on leur donne un peu de pouvoir quant aux autres ceux sont des technochrates trop honnetes pour dialoguer avec la mafia politico militaro gouvernementale sans foi ni loi ,capable comme elle est en train de le faire ,de vendre ,sans etat d’ame , l’algerie ,pour de mesquins interets personnels , aux arabes d’orient , non moins perfides.

    5
    6
    saad odhar
    18 juillet 2019 - 14 h 23 min

    c’est connu depuis la nuit des temps que toutes les institutions du systeme algerien ont toutes le pouvoir de decisions nuisantes ou negatives ,sanction ,emprisonnements , arrestation , suspension , privations , rejets etc….mais pas celui de retablir de corriger, d’octroyer des droits ou de rectifier les connerie et erreurs des fonctionnaires obsequieux

    9
    1
    Nasser
    18 juillet 2019 - 13 h 38 min

    Rappel pour ceux qui ne le savent pas…  » l’ancien premier ministre, Ahmed Benbitour, Me Bouchachi et d’autres activistes liés à l’appareil de l’ancien DRS dissous comme Zoubida Assoul, Sofiane Djilali et Karim Tabou réclament une période transitoire dirigée par une instance présidentielle cooptée. Par qui ? comment ? Ils se gardent bien de le préciser. En d’autres termes, ces pseudo-démocrates veulent tout simplement un coup d’Etat qui leur permet d’arriver au pouvoir sans passer par le suffrage universel. Pour le moment, le commandement de l’armée algérienne ne veut pas entendre parler de cette « période transitoire » et s’accroche à l’option constitutionnelle de l’élection présidentielle. »

    Que M.Bouchachi réponde au « Hirak » !! La NED comme l’USAID et la fondation Soros sont des organismes américains initiateurs des « printemps arabes »….. La Laddh de Bouchachi en tant que président a reçu 117 000 dollars de la NED! Il n’est pas du tout crédible ! Qu’il nous explique comment et pourquoi??

    M. Bensalah est le Président légal de l’Algérie suivant la Constitution! Il partira une fois le Président élu par le peuple installé! Par contre la « présidence collégiale » ou « phase de transition » (que l’Armée refuse de cautionner) proposées par nos pseudo-démocrates – menteurs, manipulateurs et hypocrites – sont illégales et anti-constitutionnelles! Le reste c’est de la couillonnade (au sens de Flaubert.)

    12
    25
      MELLO
      18 juillet 2019 - 16 h 48 min

      Pour avoir de plus amples informations , son bureau est ouvert a tous , durant la semaine.

      5
      1
    Supportif de cette approche
    18 juillet 2019 - 13 h 32 min

    Je suis supportif de cette approche de dialogue afin de trouver un compromis pour une sortie de crise. Ce panel me semble bien, l’âge n’est pas un obstacle, le plus important est d’avoir des sages (quelques soit l’age et/ou le sexe) compétents qui mettent le pays au-dessus de leurs égo.

    5
    7
    Digage!!
    18 juillet 2019 - 13 h 12 min

    Mais ils vont dialoguer avec qui ????
    Bensalah nous a dit : débrouillez vous entre vous, dialoguez entre vous pour organiser NOTRE election présidentielle.
    Bensalah et Gaid Salah vont rester spectateurs. Mais ils gardent le koursi.
    Alors qui va dialoguer avec qui ????
    L’arnaque du siècle..

    16
    5
    Lyes-DZ
    18 juillet 2019 - 13 h 08 min

    Est il possible de rendre le processus politique plus démocratique en l’ouvrant à une participation accrue des représentants de la société civile ? Opportunistes, ambitieux etc … Cette question soulève un problème majeur pour un système politique algérien qui n’est pas fondé sur l’idée de la démocratie représentative à un dialogue plus ouvert avec la société civile afin de répondre à une crise de légitimité qui frappe l’Algérie Bouchachi and company ont -ils dans leur besace une multitude de propositions concrètes? , il croient que leur dynamique est lancée, ils se trompent bigrement, il faudra que des gardes fous soient définis pour ne mettre en lumière que les meilleures initiatives émanant de vrais représentants de la société civile ..,,

    8
    2
    L’unanimité vous dites?
    18 juillet 2019 - 12 h 27 min

    L’unanimité cela n’existe pas ! Arrêtez de nous raconter des salades, quelques soit les femmes, les hommes qui seront présent dans ce panel, ils/elles seront critiqués par un bord ou un autre. Seul des femmes / hommes de courages, intègres, volontaires, opiniâtres, de convictions et d’Etats aimant leurs pays profondément et faisant abnégation de leurs personnes sauront mener ce dialogue de bout en bout. Les capacités de dialogue, de négociations et d’obtenir un compromis ne sont pas donnés à tout le monde, cela requiert des qualités exceptionnelles, des compétences techniques, humaines et d’écoutes. L’âge n’a pas d’importance dans ce processus, il faut des sages qui mettent le pays au-dessus de leurs personnes, des égos et profondément patriotes. Quand j’entend des pseudo démocrates qui boycottent des discussions / négociations, je me dis qu’ils n’ont rien de démocrates, juste des empêcheurs de tourner en rond avec des agendas cachés qui s’écoutent parler et s’en foute éperdument des Algériens et de notre pays. Alors Mesdames, Messieurs les sages de tout bords, représentatifs du pays , à table et mener le dialogue,la négociation afin d’arriver à ce consensus. Le temps presse, les problématiques « économiques et sociales arrivent à grande vitesse, il est urgent d’y apporter des solutions à défaut se sera le précipice !!!!

    3
    7
    Nasser
    18 juillet 2019 - 11 h 20 min

    A notre avis M. Bouchachi n’est pas crédible pour faire partie de ces personnalités du fait de son accointance avec la NED organisme américain, initiateur des « Printemps », dont -il a reçu 117 000 dollars !!!

    6
    28
    Lghoul
    18 juillet 2019 - 10 h 42 min

    La nouvelle constitution doit souligner que tout citoyen algérien doit prendre sa retraite a l’âge adopté par le pays, dans le cas présent, 60 ans. Pour des cas spécifiques bien particuliers (professeurs de medecine,technologie qui pourront encore passer leur experience aux plus jeunes,, aux nouveaux, etc.), l’âge de retraite pourra être augmenté a 65 ans. Ainsi personne ne se collera avec du patex sur sa chaise pour boire du café et ne rien faire ! Ayez la décence de laisser la place aux jeunes que le taux chômage de plus de 80% est en train de tuer a petit feu et prenez votre retraite car votre rendement est nul.

    23
    2
    Vroum Vroum 😤..
    18 juillet 2019 - 10 h 18 min

    Moi je vous dis que c’est arrivé à un tel stade , où la confusion à pris place dans les esprits , qui depuis notre indépendance , de toute les Personalites du Pays n’a pas de près ou de loin eu affaire avec « le Système  » , alors faut arrêter de douter de tout le monde , ceux dont la Justice qui après enquête sont suspecté , alors oui ceux là , doivent être écarté , mais parmis nombre de Personalites beaucoup seraient honnête à preuve du contraire !!.. C’est pas parce que votre voisin est escrocs que vous l’êtes automatiquement , même si vous lui dite bonjour !!.. Je pense sincèrement que le Personalites cités , vu la traque des Escrocs par la Justice , si elle acceptent cela veut dire qu’elles sont « propres » , le contraire m’aurait étonné , je ne pense pas un instant qu’un membre de Comission au nom du Hirak ou désignées par celui-ci ou en ayant l’aval soit un ex escrocs s’étant enrichit frauduleusement par le Système Bouteflika !!.. Donc les membres cités pour représenter le Hirak au dialogue pour moi sont apte à le représenter , le contraire serait du suicide politique !!..

    4
    15
      Lghoul
      18 juillet 2019 - 11 h 18 min

      Il y a des voleurs et des escrocs partout dans le monde. Mais quand quelqu’un fait parti d’un gouvernement et dilapide systématiquement les richesses du pays par milliards, il discrédite le gouvernement a VIE. Ne voyez vous pas que c’est un crime organisé contre le peuple algérien a l’échelle internationale ? On ne compare pas un voleur d’une pomme – car il a faim – a un voleur d’un coffre fort d’une banque car il en veut plus. Pour moi ces gens sont simplement des TRAITRES et des MERCENAIRES pour le pays. Alors mélanger les serviettes et les torchons ne blanchira pas les ouyahia, les sellal, les tliba (ou est il ?), les bouchouareb et les khelil et compagnie. Ces gens sont sensés REPRESENTER leur pays et leur peuple ! C’est comme un médecin qui viole son patient ! C’est kifkif ! Donc impossible que le peuple/Hirak puisse faire confiance a toute personne ayant apartenu a systeme ORGANISE pareil ! Comment faire confiance a un mafiosi ? C’est tout cela la question.

      16
        Vroum Vroum 😤..
        18 juillet 2019 - 16 h 30 min

        Salut à toi L’Ghoul..
        Mon intervention est de manière générale , je ne connais pas leurs CV à ces 13 Personnes , mais de manière générale on peut être amener à exercer une fonction Publique , Administration , et être honnête , car il faut bien travailler , gagner sa vie !!.. et rester digne , au service de l’intérêt général , donc je pars du principe que pour participer à ce genre Commission on doit être « clean  » sinon ce serait suicidaire pour la Personnalité désignée , on peut avoir servi sous divers pouvoirs et être « clean  » personnellement …C’est un avis… .

        1
        5
    MELLO
    18 juillet 2019 - 9 h 53 min

    Confusion …. Oui il y a bien confusion dans cette démarche. Ce forum , d’ailleurs inconnu au bataillon , a t il une autre définition de la politique ? J’avoue que la question mérite d’être posée , tellement , en politique tout se discute avant d’entamer une démarche.
    On avait assisté a une première rencontre de démocrates et personnalités politiques en date du 25 Juin qui s’est soldée par une plateforme préalable au dialogue, puis une autre conférence le 6 Juillet , avec des moyens colossaux , présidée par Mr Rahabi dont les résultats ont atterris dans les tiroirs de Gaid Salah , mais sans suite. Aujourd’hui , l’Algérie , un pays profondément divisé dans la réalité , qui tire sa légitimité en tant que pays indépendant, est hélas bloqué.
    Les personnalités envisagées n’ont rien de commun qui puisse les placer en bloc devant le pouvoir, la sagesse aurait fallu de contacter plus de personnes et en sortir avec un groupe restreint ayant la même vision sur l’Algérie de demain.
    Au final , la faillite de notre Algérie, dans la voie du développement , tient essentiellement a la faiblesse politique de notre elite qui fait preuve d’un égocentrisme sans comparaison et d’une ignorance aveugle dans le domaine politique.

    13
    1
      Karamazov
      18 juillet 2019 - 12 h 43 min

      Il faut aussi rappeler que GS a propre liste et vision du dialogue. Et il a aussi une autre initiative venant de certains partis politiques . Si les uns essaient de nous faire accroire qu’il veulent s’entendre sur le départ du pouvoir , le pouvoir lui cherche à convaincre les opposants d’arrêter.

      Moua , je pense que contrairement à Sofiane Djilali et tous les dialoguistes, qu’il faut poser des conditions claires et non négociables, avant tout dialogue. Et non faire l’inverse comme le suggèrent certains dialoguistes.

      Pour moua il ne s’agit pas de convaincre GS , qu’il ne peut pas organiser des présidentielles dans la situation actuelle, mais qu’on ne le laissera jamais les organiser tant que lui et le pouvoir actuel sont là.

      La seule chose qui fait mouche c’est l’intransigeance du Hirak. Et le Hirak qui a choisi la selmiya comme méthode d’action n’a de choix que de persévérer dans ses marches et de rejeter toute idée de dialogue tans que le système sera là.

      Si le Hirak ne peut pas empêcher tous ces opportunistes de faire des offres de services, lui il doit continuer dans son intransigeance jusqu’au bout.

      9
      1
        MELLO
        18 juillet 2019 - 15 h 38 min

        Karama , je te renvoies a la déclaration de Mustapha Bouchachi sur les préalables au dialogue . Ah! Si toutes ces personnalités avaient le même niveau en politique que celui qui a été aux cotés de feu Hocine Ait Ahmed durant des années.

    chebbah Nordine
    18 juillet 2019 - 9 h 48 min

    Qui les a proposées et au nom de qui .Pour les révolter il n y a que des 3issaba et des 3assabêtes

    13
    1
    Vangelis
    18 juillet 2019 - 9 h 17 min

    Des hommes du régime tels que Ahmed Taleb-Ibrahimi, Mouloud Hamrouche et Mokdad Sifi et Karim Younes, entre autres, ont par le passé contribué à la déliquescence de l’Algérie. Ils ne peuvent dont pas représenter les algériens. Et pourquoi pas, pendant qu’on y est le Kasentini ou encore quelques autres vieilles brosses qui sont au placard ?

    Le système tente une nouvelle fois de flouer les algériens car il est inexplicable que des personnes de son sein ait pu être soufflé en catimini pour y faire partie de ce dialogue qui, à ne pas en douter, sera un dialogue de sourd.

    19
    4
    Karamazov
    18 juillet 2019 - 9 h 10 min

    Iben moua je pense que si on qualifie pompeusement ces moments de  « transition » parce qu’on n’a pas trouvé plus pimpant, et qu’on veut éviter les termes qui chlinguent la vérité c’est qu’on n’ose pas dire qu’on est dans la m… tout simplement ne sont rien d’autre qu’une crise où la vieillesse et l’adolescence sont persistants.

    Sinon que viendraient faire Hamrouche et Ibrahimi et même Madame Bouhired malgré le respect que je dois à cette dernière dans ce dermier ?

    Si on voulait passer à autre chose ce n’est pas en recyclant des vieilleries qu’on y arrivera . Mais que faire ? aurait dit Lénine.

    Sauf si la question n’est pas tant: comment sortir de la m… mais comment vivre dedans.

    Et là tout s’explique .

    10
    3
    Secret Défense
    18 juillet 2019 - 8 h 29 min

    Faux monsieur ou mme M.S !!!!

    Mme Djamila BOUHIRED et monsieur BOUCHACHI ont refusé de participé à cette mascarade.
    Arrêtez de fabuler.

    18
    4
    ALERTE
    18 juillet 2019 - 8 h 16 min

    Mouloud Hamrouche et Mokdad Sifi ,les plus grands trafiquants ?????????

    10
    10
    benamedamed
    18 juillet 2019 - 8 h 03 min

    L’Algérie traverse à présent le désert et la tempête, et du coup, il faut la débarrasser de tout ce qui est superflue et redondant et ne pas l’encombrer d’avantages de conditions qui pourrait bloquer toute initiative louable afin que nous puissions traverser cette phase avec moins de dommages possibles. Donc, se tenir coute que coute à la présence ou le refus d’un personnalité particulière , je pense pas qu’elle soit une sage idée. A présent, on ne doit surtout pas nous focaliser sur la recherche d’une solution parfaite tout simplement par ce qu’on ne pourra jamais l’atteindre dans les conditions de grande agitation. l’essentiel est d’accepter cette initiative en attendant de la parfaire ensuite, le temps venu, quand les conditions s’y prête et les esprits s’apaisent.

    4
    9
    Salahdine
    18 juillet 2019 - 7 h 49 min

    De la liste, on peut conclure que le système joue sa dernière carte. Je crois comprendre que le système n’a ps compris le message du peuple ou il s’entête malgré qu’il est simple et clair : le peuple veut un changement. Le peuple ne veut pas remplacer un ancien par un sous-ancien!
    UN SANG NOUVEAU EST LA DEMANDE DU PEUPLE

    18
    2
    Ben
    18 juillet 2019 - 6 h 50 min

    Voila la liste des vendus a la France.

    12
    18
    Anonyme
    18 juillet 2019 - 6 h 34 min

    Que font les partisans du « qui tue qui », du Mak, des amis de BHL et des anciens ministres inamovibles qui ont gratté sous tous les gouvernements ? Et qui les a désigné ? Des associations qui ne représentent pas grand chose? Et le hirak semble devenir plus un hirak de défense des pourris et corompus déjà incarcéré ou qui vont l’etre après conclusion des enquêtes ! Les clans des incarcérés travaille à plein régime apparemment.

    14
    18
    Med Hangal
    18 juillet 2019 - 2 h 57 min

    J’ai l’impression qu’on a mis notre doigt sur le sol et qu’on est en train de tourner en rond sans perspectives tant les avis des uns et des autres ne sont porteurs de solutions à ces problèmes et nous allons tout droit vers les écueils. La confiance n’existe plus et nous voyons que 50% des algériens doute de la sincérité de l’autre moitié et le temps passe .

    17
    4
    Il faut savoir ou se situe la limite du raisonnable.
    17 juillet 2019 - 22 h 01 min

    Je entièrement d’accord avec les visions de Karim Younès.
    Le statuquo nous entraînera tous vers et dans le précipice.
    Et toutes c’est personnalités qu’il a contactés me conviennent parfaitement.
    Faute de quoi , ce que nous avons battit d’une main nous à ce jour avec l’élimination des principaux chefs des réseaux mafieux qui ont massacrés l’Algérie.
    Nous le détruirons avec l’autre main.
    Et vous savez tous autant que moi que quand la spirale de la violence démarre en algérie , pour la désamorcée sera tres difficile voir impossible .
    Le chef de l’Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi serait en Libye, selon un ancien ministre irakien de l’Intérieur .
    Il profitera que nos armées soient occuper au maintient de l’ordre et au rétablissement de d’un gouvernement d’union nationale , pour s’infiltrer à travers nôtre immenses frontières.
    Et fondra de la masse pour commencer les tueries et instauré une atmosphère de vengeance au sein même du peuple algériens.
    Et à chaque fois que l’intensité des tueries de par et d’autres s’estomperont il les réactiveront en commettant des massacres atroces au sein des courants d’oppositions parmi le peuple.
    Et je ne parle même pas de la coalition occidentale qui s’installera dans tout le sud algériens pour couper l’Algérie en deux.
    Là partie ou nos ressources naturel sont enfuis le sud de l’Algérie , qui représente 70% .
    Et le nord de l’Algérie ou Le chef de l’Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi se déplacera comme bon lui semble avec ces armées pour semé la désolation parmi et contre le peuple algérien.
    Ce n’est pas du tout un scénario à la hollywoodienne mais tout à fait plausible.
    N’attendez pas d’en arriver à vous dire :
    《 Si j’avais su je n’aurai plus défilé dans se piège qu’est en train de devenir ces manifestations du HIRAK》.
    Il faut savoir s’arrêter avant qu’il ne soit trop tard.
    Moi je ne vais plus à aucune manifestation du HIRAK.
    C’est TERMINÉ.

    11
    38
      Chelabi
      18 juillet 2019 - 3 h 59 min

      Reste chez toi bonhomme, le hirak sera heureux d’appr Cette grande nouvelle.

      28
      7
      Lounes
      18 juillet 2019 - 9 h 45 min

      Plus tu t’éloignes mieux l’algérie se portera

      18
      1
    baba
    17 juillet 2019 - 21 h 30 min

    Djamila Bouhired a émis le communiqué suivant, ;
    « J’ai appris avec stupéfaction que mon nom figurait sur une liste de personnes, chargées d’organiser un dialogue entre le pouvoir et le mouvement populaire.
    Je tiens à apporter les précisions suivantes :
    1- Personne n’a demandé mon avis et je n’ai donné mon accord à personne.
    2- Je ne peux faire partie d’un groupe de personnes, dont certaines ont servi le pouvoir.
    3- Alors que des patriotes sont jetés en prison pour délit d’opinion, dont un officier de l’ALN, le frère Lakhdar Bouregâa, il ne peut y avoir de dialogue avec ceux qui nous menacent et nous accusent de trahison.
    4- Je réaffirme ma solidarité avec le peuple en lutte pour son émancipation citoyenne, dans la liberté, la dignité et la démocratie.
    Alger, le 17 juillet 2019.
    Djamila Bouhired.

    36
    5
      MELLO
      18 juillet 2019 - 9 h 20 min

      Ne peut elle pas se presenter et exiger la liberation de tous les détenus d’opinion avant tout dialogue ou négociation avec ce pouvoir ?

      13
      1
    AMMI MOU
    17 juillet 2019 - 21 h 26 min

    Toute représentation où le jeune militant et non moins adulé Karim Tabbou est non acceptée et vouée à l’échec! De toutes ces personnalités, sauf Maitre Bouchachi peut se targuer comme pouvant avoir l’aval du peuple. Que ces 13  » personnalités«  descendent dans la rue pour voir ce que pense le Hirak d’eux. La majorité d’entre ces personnes ont gouté aux délices de la mangeoire. Ayez la décence de consulter le HIRAK en descendant dans la rue pardi! Je vous dirai à peu près ce que Abane Ramdane a dit à Boumediene en 1957: vous préférez les bordels du Maroc que de venir combattre auprès du peuple qui est asphyxié par le manque de moyens que vous emmagasinez à Oujda. Vous préférez vivre de la mangeoire en vous agenouillant devant le pouvoir militaire qui vous assure l’avenir de vos enfants et petits-enfants que de lutter pour que ce peuple soit libre de choisir ses propres représentants et permettre au peuple d’assurer l’avenir de sa progéniture dans la DIGNITÉ.

    88
    11
    bouzid
    17 juillet 2019 - 21 h 18 min

    associer karim younes dans la liste des 13 personnalites pour le forom civil est une grave erreur des lors que ce bonhomme est un pur cassique du FLN qui a fait son beurre lui aussi notamment avec le patron d EL khalifa bank qu il a decore lorsqu il etait president de L APN. une nouvelle enquete sur cette banque le montrera clairement.

    26
    3
    co5
    17 juillet 2019 - 20 h 34 min

    « cautionnée par le peuple algérien et le hirak  » ???

    14
    4
    Chibl
    17 juillet 2019 - 20 h 05 min

    Il n’y a ni confusion ni rien du tout, il y a des personnes âgées et des jeunes, des gens qui étaient au pouvoir et d’autres pas.
    peut importe la couleur du chat pourvu qu’il attrape la souris, l’essentiel c’est d’arriver a une solution qui satisfasse le peuple.
    le but de ces gens c’est d’arriver a une élection présidentielle voila ce qui est demandé a ces personnes.
    Le futur président aura pour tache de faire une nouvelle constitution et surtout de faire rentrer les militaires dans les casernes et de les enfermer a triple tour.

    10
    19
    Anonyme
    17 juillet 2019 - 19 h 47 min

    Karim younes avait fait parti du système, Brahimi aussi, mettre à leurs places Mesdour, y ajouter Tabou!

    24
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.