Les quatre conséquences de l’abandon du français selon un centre de réflexion

langue Centre
Abandonner la langue de Molière aura des conséquennces fâcheuses, selon une étude. PPAgency

Par Kamel M. – Le Centre d’étude et de réflexion sur le monde francophone (CERMF) a mis en garde contre l’abandon brutal de l’usage de la langue de Molière en Algérie.

«Si l’apprentissage de différentes langues étrangères est toujours souhaitable, la remise en cause, ouvertement voulue par certains responsables politiques, du statut de première langue étrangère accordé au français en Algérie, et donc du caractère francophone du pays, est de nature à nuire gravement aux intérêts supérieurs de celui-ci et du peuple algérien», alerte le CERFM.

Une telle démarche improvisée «couperait l’Algérie de son environnement immédiat, à savoir le reste du Maghreb et, plus globalement, de l’Afrique francophone, vaste ensemble en plein essor économique et démographique et présentant de nombreuses opportunités», explique le think tank.

L’Algérie serait ainsi «éloignée de ses alliés traditionnels et historiques par une érosion progressive mais certaine des relations amicales, voire fraternelles, liant historiquement le pays à d’autres ayant aussi le français en partage, au nord comme au sud du monde francophone», souligne encore ce cercle de réflexion indépendant qui met en avant des «relations particulièrement étroites qu’il serait impossible de rebâtir avec d’autres pays et puissances géographiquement plus lointaines et non liées à l’Algérie par une histoire commune».

L’Algérie se rapprocherait, pense encore le CERFM, lentement mais sûrement et au détriment de son appartenance maghrébine des pays arabo-anglophones du Moyen-Orient, de leurs codes culturels mais aussi, in fine, de leur principal allié occidental (les Etats-Unis, ndlr) et de sa politique étrangère (…) sur laquelle finirait par s’aligner en grande partie l’Algérie tôt ou tard».

Autre conséquence directe, selon toujours le Centre d’étude et de réflexion sur le monde francophone, une dichotomie entre l’Algérie et la majeure partie de sa diaspora vivant dans des pays francophones dont elle s’éloignerait ainsi.

K. M.

Comment (79)

    Anonyme
    23 juillet 2019 - 21 h 34 min

    Dans un pays ,sans président élu , avec des ministres imposés par effraction, , il se trouve un d’entre-eux qui plus qu’un TSAR décide de changer une langue par une autre. Comme ça sur un coup de tête parceque monsieur veut. Monsieur le ministre , vous même vous serez changé , plutôt jeté dans la poubelle de l’histoire tourmentée de ce pays et ce dans quelques temps. On décide pas comme-ça. Déja qu’on n’arrive pas à maitriser l’arabe et le Français qui est enseigné depuis 57 ans , alors que TAMAZIGHT est juste cochée sur la constitution , on veut introduire une 4e langue juste comme ça pour faire chah aux francophones qui sont l’élite du pays. RETOUR au moyen âge assuré.

    7
    3
    selma
    23 juillet 2019 - 20 h 34 min

    L’analyse de ce centre ne nous intéresse pas. Mondialisation oblige, nous sommes obligés d’aller progressivement vers l’utilisation de la langue anglaise pour plusieurs raisons. D’abord, nos chercheurs en ont besoin car toutes les sciences et les technologies sont diffusées à partir de la langue porteuse, les publications se font toutes en anglais, le tourisme passe par cette langue, également, quelque soit le pays visité.
    Néanmoins, il faudra pour cela une démarche pragmatique qui tiendrait compte d’abord d’un certain nombre de paramètres, à savoir: la formation des formateur, des outils pédagogiques innovants accompagnés de TICE, des programmes cohérents, un volume horaire suffisant, etc. Ne craignons rien quant à l’utilisation du français, il a encore de beaux jours devant lui, car la maîtrise et la diffusion de l’english, dans un environnement sociétal francophone prendra du temps. A mon avis, ce centre devrait d’abord reconnaître que l’enseigenment supérieur français ainsi que la recherche se font à 60°/° en anglais et que l’anglais est la 1ère langue étrangère introduite dès le préscolaire, ce n’est ni l »arabe, ni le bambara, ni le peuhl , ni le swahili

    Anonyme
    23 juillet 2019 - 20 h 31 min

    vrai faux procès à l’auteur de cette proposition …qui doit être un scientifique et donc bien au fait des réalités…
    Même dans le pays de la langue de Molière les rencontres scientifiques, les congrès , les séminaires , les conférences …se font « in english » comme d’ailleurs dans le reste du monde (asie , europe, australie ,afrique …) Perso , je pense que c’est une bonne chose et qu’il faut ouvrir le chantier dès que possible et petit à petit on laissera la langue de Molière à ses « propriètaires  » genre Zémour, Morano(encore que…)
    Le français est utilisé par les sous-dév de l’ancienne AOF,AEFet Arique du nord .Qu’on le veuille ou non l’anglais reste la langue universelle :rien ne coûte de faire la manip

    3
    3
    El rokKamino
    23 juillet 2019 - 20 h 11 min

    vrai faux procès à l’auteur de cette proposition …qui doit être un scientifique et donc bien au fait des réalités…
    Même dans le pays de la langue de Molière les rencontres scientifiques, les congrès , les séminaires , les conférences …se font « in english » comme d’ailleurs dans le reste du monde (asie , europe, australie ,afrique …) Perso , je pense que c’est une bonne chose et qu’il faut ouvrir le chantier dès que possible et petit à petit on laissera la langue de Molière à ses « propriètaires  » genre Zémour, Morano(encore que…)
    Le français est utilisé par les sous-dév de l’ancienne AOF,AEFet Arique du nord .Qu’on le veuille ou non l’anglais reste la langue universelle :rien ne coûte de faire la manip

    2
    2
    karimdz
    23 juillet 2019 - 19 h 29 min

    Ce centre devrait surtout comprendre que l abandon du francais, nous détache grandement du néo colonialisme et consacre encore plus notre indépendance. Nous n avons pas besoin de centre francais pour nous dicter ce qui bien ou mauvais pour nous, à ma connaissance, la France ou l académie française ne nous sollicite pas…

    Qui a plus à perdre, sinon la France néo coloniale, qui veut encore controler sous son giron, des dizaines de pays dans le monde, pour mieux les controler, les exploiter.

    Dés l indépendance il fallait abandonner ce fardeau, mais hélas, nos anciens dirigeants ont fait le jeu de la France. Il n est jamais trop tard. D autant plus, que le français chez nous n est plus que parlée dans certaines grandes villes.

    Nous devons nous réapproprier tout ce qui fait notre identité, il vaut mieux priviligier l arabe dialectal ou littéraire, enseigner en seconde langue le tamazigh, et en premiere langue étrangère l anglais. Il y a encore des colonisés et complexés qui sont choqués d un tel choix qui est pourtant judicieux, naturel.

    L anglais est une langue internationale, qui est beaucoup plus pratiquée dans le monde, et pas seulement par les états du moyen orient, c est tellement grotesque comme explication, toujours à faire le rapprochement déplacée. L anglais nous rapprochera du monde entier encore plus, alors que le francais nous maitient dans une zone controlée par l ex occupant francais, voilà la vérité.

    5
    8
    HANNIBAL
    23 juillet 2019 - 18 h 47 min

    Cette nouvelle hérésie d’un ministre inculte qui sot-tille se croyant au jeu de la Marelle et passe au Badminton
    du jour au lendemain .
    Enterrer la langue de molière mais d’une manière plus subtile , tout le peuple en veut a fafa mais faisons le avec intelligence pas dans la démagogie a t’il réfléchit c’est comme demander que les Algériens se fasse Hara-Kiri.
    La meilleure solution , c’est qu’il déguerpit pendant qu’il est temps les Anes n’ont jamais fais des Chevaux de course 🙁

    22
    7
    Samir
    23 juillet 2019 - 18 h 45 min

    J’ai un ami qui vit à Québec City, ville purement francophone, mon ami m’a dit que pour trouver un bon travail, il a fallu qu’il étudie durant 9 mois l’anglais malgré son diplôme, sinon tu pourras te contenter d’un videur, plongeur, aide cuisinier ou bien être social ce que font la majorité des francophone non bilingues

    13
    16
      Anonyme
      23 juillet 2019 - 21 h 13 min

      C’est exact mais ça se passe en Amérique anglophone, pas en Afrique francophone. Dans tous les pays du monde parler anglais est un plus, pas un produit de remplacement des langues que l’on maitrise déjà. Ça s’ajoute, ça ne se soustrait pas
      Les ingénieurs que je connais en Algérie ont appris l’anglais en seulement quelques mois post études; ce n’est pas une langue compliquée surtout si on se cantonne aux matières scientifiques qui ne réclament qu’un anglais basique, mais pour dominer le français il faut tout une vie.
      C’est une langue que les Arabes du Moyen Orient nous envient de parler spontanément dans toutes les couches de la société car chez eux le français est une langue de l’élite.
      Et quant à l’accent arabe en anglais, c’est kif kif petit nègre car les arabisants sont incapables de prononcer le son  » p » et le « v » anglais contrairement aux francophones et roulent les  » r » à couper au couteau.

      7
      2
    Youssef
    23 juillet 2019 - 18 h 20 min

    Nous étions devenus des analphabètes bilingue français arabe nous allons devenir des analphabètes trilingues français arabe anglais.

    27
    5
    Anonyme
    23 juillet 2019 - 18 h 20 min

    Tout ce beau monde que tu décris comme environnement immédiat de notre pays souhaite passer vers la première langue mondiale en l’occurrence l’anglais ! Cette analyse à deux-sous est lamentable.
    Merci

    Bonjour,
    Si tu ne ressens pas l’urgence de passer à l’anglais c’est que tu voies la réalité via le prisme socialisme de Bouteflika et son système rentiers. Monsieur, nos cadres et donc nos entreprises ne sont pas compétitives car ils conçoivent le monde à travers la fenêtre française. C’est une très sérieuse limitation. On est très en retard sur ce plan dans un monde qui se veut très compétitif avec des outils de plus en plus universel. L’anglais c’est comme l’informatique ou encore les techniques de création d’entreprises. Ce sont des connaissances de plus en plus globales.
    Exemple d’un industriel dans un domaine disons, le solaire. Souhaite s’informer sur les dernières techniques qui vont lui permettre d’être concurrentiel dans le marché, exportation comprise. En entend parler des « Solar tracker » il fait une recherche sur Google et tombe sur 77 millions de résultats avec des fournisseurs du monde en entier. Passe sa requette google vers la langue française, tente une traduction au mot technique anglais et tombe sur  » Montures de suivi solaires », il recolte 742k résultats avec dans le lot des pages sur les lunettes solaires…. Passe à Wikipedia et decouvre qu’en français le mot technique  » Solar tracker » se dit « Tracker solaire ». Tente donc sur Google « Tracker solaire » et récole 1 million de résultats (contre 77 millions). Principalement des pages Nords-Américianes qui provienne t du Canada. Avec quelques entreprises françaises qui sous traitent avec de grandes marques mondiales….
    L’investisseur Algérien dont la cervelle est habituée au français va voir son horizon se rétrécir même si l’outil Google lui permet de voir plus large ….
    L’anglais est un outil universel. Rien de politique dans sa justification. Tu parles de Gaid-Salah, je ne vois aucun rapport avec la place de l’anglais dans le monde-village. La conjoncture Gaid-salah, si je me permets d’emprunter votre langage, auquel je n’adhère pas, doit être vu, si elle existe, comme une opportunité.

    16
    7
    VOSTAF
    23 juillet 2019 - 18 h 09 min

    Ah oui, sixième conséquence: Ce ministre aura une prime du président du parlement qui est islamiste.

    11
    7
    HLM
    23 juillet 2019 - 18 h 07 min

    Ces messieurs du cermf nous prenent pour des demeures la moindre des considerations aurait voulu faire un comparatif avantage/inconvenient.
    La jeunesse algerienne est moins francophone qu il n y parait voire elle est mal a l aise avec l utilisation outre mesure du francais dans certains lieux publics.L’ avantage a l’anglais est evident il n y a qu un francais pour l’oculter.Je ne vous dirais pas le developement economique et le progres technologique et les facilites a l’utilisation de l’anglais en lieu et place du francais.C est simple les pays francophones sont des sous-developes par rapport aux pays anglophones

    19
    10
    Amcum
    23 juillet 2019 - 17 h 53 min

    Tout ce beau monde que tu décris comme environnement immédiat de notre pays souhaite passer vers la première langue mondiale en l’occurrence l’anglais ! Cette analyse à deux-sous est lamentable.
    Merci

    14
    4
    MOHAMMED BEKADDOUR
    23 juillet 2019 - 17 h 49 min

    La langue de Molière… Qu’aurait dit Molière s’il avait vécu du temps de « L’Algérie française » , la coupable d’un gâchis linguistique et culturel qui perdure ? La réflexion de ce « Centre » n’est pas brillante ! Un gâchis de plus !
    Ce monde francophone, sa partie victime historiquement de l’agression française, sur tous les plans, y compris dans ses langues, n’a pas réussi à exprimer l’issue à un labyrinthe dans lequel, si on a les yeux ouverts, se sont retrouvés coupable et victime. Par sa langue officielle, la France a voulu effacer les langues de ses vaincus, en Algérie ça a été d’une violence, un acharnement si forts que réfléchir sur ça exige le passage obligatoire par crever l’abcès d’abord avec « Paris », et là il y a une question de… Civilisation ! Les tenants de « L’Algérie française » restent la cause de nos maux principaux, et quels barbares… Ah, mais oui, Molière, ils font la barbarie sans le savoir, comme Monsieur Jourdain faisait de la barbarie sans le savoir, et il faut être vraiment masochiste pour plaire à Fafa !

    12
    2
    Anonyme
    23 juillet 2019 - 17 h 24 min

    Ni l’arabe n’a pu supplanter la langue berbère,ni le français n’a pu faire grand-chose contre l’arabe, alors laissons l’évolution suivre son cours tranquillement. Le français ne va pas disparaître et l’anglais n’apportera que du bien,alors vivons khawa khawa…

    10
    2
    salim31
    23 juillet 2019 - 17 h 22 min

    Nous vivons une hostilite envers la france la meme que celle de l epoque de boumedien et le clan de maghnia qui ont decrete l arabisation non par conviction mais par de l anti francisme _ meme chose 50 ans apres la france nous enerve et pof on se met tous a l anglais _ ces deviations ne resultent pas d’une strategie scientifique a moyen et long terme pour le l interet du pys et de l avenir des generations , mais seulemnt parceque la france nous enerve _ donc toute la strategie d enseignement du pays est base sur le rapport des relation entre la france et l algerie le pouvoir le meme que 62 a toujours le complexe du colonise et pratique ca politique en fonction par rapport a l ex colonisateur quitte a saboter des generation seul compte son humeur politque du moment
    _ mais au fait pourkoi on s enerve sur la france alors qu il n ya pas de differents nouveaux entre les deux pays ni une presence francaise aussi importance qu on le pretend mme qj il rarement de touriste francais dans les rue _ la verite est qu il n ya pas de different avec la france mais une jalousie cache mais meurtiere entre les arabophone de oujda et les francisans algeriens _ les arabisan parcequ il ne maitrisent pas la langue francaise ni d autres langues on decrete l arabisation au temps ben bella et taleb ibrahimi par jalousie et surtout pour avoir le pouvoir des arbisans dans les sphere de l etat justice ,administratrion.._
    maintenant apres 50 ans de propagande d alination mentale d au moins 2 genration sevre a l arabisme qui a muté en islamisme l algerie est difinitivement mise sur orbitre du neant ,
    Un petit sondage par un ministre illigitime sur une population estudiantine facebookiste hijabisé chouroukisé et le tour est joue jetez vos livres ca sera
    l anglais.
    Voila comment ils comptent se debarasse des fransisant republicains qui on tenu tete au fis les seuls veritables resitant au passage a l etat islamique _ a cause de la politique amnesique de bouteflika , les francophone sont la seul resistance reel et serieuse a leu plan diabolique _ et si jamis vous denoncé leur plan de harka ils suffiront de dire # hizb franca # et ca marcha a tout les coup .
    il ne manque plus que l insatalation du gouroux supreme en la personne du docteuf fon taleb ibrahim createur des zombie dans les labos des annes 70 et qui le reclament d ailleur _ el yaka ou hadar comme dirait zeroual !

    14
    9
    Kenza
    23 juillet 2019 - 17 h 17 min

    Comment on dit  » TROUHOU GA3  » en anglais ?

    10
    2
      Louza
      23 juillet 2019 - 19 h 38 min

      @ Kenza,
      Get the fuck out! Mais c’est très
      rude comme expression,pour ne
      pas dire injurieux.
      Get out! = dégagez! est un peu plus
      poli.

      2
      1
    AMMI MOU
    23 juillet 2019 - 17 h 02 min

    On connaît déjà 8 langues dans ce pays: Tahya djazair ( arabe + turc); one two three viva l’Algérie ( anglais + espagnol + français); oulach lvot oulach ( tamazight); rrrawes! ( allemand), spaghetti, pizza( italien), et il nous reste le chinois , regardons les films de Bruce lee en chinois et on va l’apprendre vite. On sera un vrai peuple polyglotte ignorant, surtout si on rajoute les coutumes des bédouins de l’Arabie auxquels je préfère mieux Antar ben cheddad et oumrou al qais. Moi-même j’ai participé à ce sondage sur internet au sujet de l’anglais et j’ai voté 27 fois. Alors, vous comprenez…S’il y a un minimum de sérieux pour l’enseignement en anglais, le sondage devra se faire par une commission indépendante et il faudra qu’il soit systématique, tous les concernés sans exception aucune ( corps enseignant, étudiants, chercheurs, cadres d’entreprises, tous les diplômés depuis 1962), devront être sondés par questionnaire individuel pas par internet. Avec plusieurs ordinateurs, tablettes, i phones, j’ai pu voté 27 fois comme je l’ai dit. Si on veut coûte que coûte l’anglais pour narguer la France, sachez que la France n’a que faire de nous, ils voudront que nous soyons à terre même si on est francophones.

    49
    4
    Anonyme
    23 juillet 2019 - 17 h 00 min

    Abondonner le français pour l’angais, le promoteur de cette idée est obligatoirement au moins un farfelu .A t’il pensé à la formation du personnel enseignant ?.A moins qu’il ne veuille jouer a l’intéréssant ,cette décision doit etre motivée,son coût évalué ,son impact (économique,politique,culrurel,diplomatique …etc …etc calculé) sinon c’est de la pure subversion.

    16
    7
      AMMI MOU
      23 juillet 2019 - 23 h 53 min

      @Anonyme, pour les enseignants, ils vont certainement les ramener encore de l’Égypte comme ils l’ont fait pour l’arabe quand Djamal abdennacer nous envoyait ses fleuristes, ses vendeurs de petites herbes et de mouloukhias ( baaat bouqouls) pour nous enseigner les maths, les sciences en arabes. Ou bien puisque les pays du golf dont très développés car ils ont plusieurs prix nobels dans les boucheries et le demembrement des êtres humains, ils vont nous envoyer leurs profs anglophones pour nous apprendre la science de couper les êtres humains, car celle de bouslimani et nahnah est révolue. Un gouvernement qui résonne par vengeance n’ira jamais aussi loin que son nez.

      26
    Salahdine
    23 juillet 2019 - 16 h 46 min

    La langue est un moyen de communication. Je conseil d’apprendre toutes les langues étrangères.
    Tout ce qui est français = la culture française (comment réfléchir, méthode de travail…) + produit français (technologie française moins robuste que le produit Américain/allemand/japonais..) + Recherche et développement (en anglais à travers le monde) + Investissement local ( methode d’investissement des Américains et Britanniques différente des français
    Language is a means of communication. I advise to learn all foreign languages.

    54
    2
    Li finek
    23 juillet 2019 - 16 h 46 min

    Ma question pourquoi on apprend à nos enfants une langue qui ne cesse de nous insultées,humiliées ,provoquées et même rejete de leurs écoles lès enfants issues d’origine maghrébine,juste chitouh de courage et de dignité ,la langue anglaise non seulement est international elle est aussi en avance ,même lès franchies sont entrain d’apprendre à leurs enfants cette belle et riche langue ,soyez Arguez!….

    9
    12
    Anonyme
    23 juillet 2019 - 15 h 59 min

    Moi , je suis commerçant pragmatique : Pour discuter commerce avec les les puissances économiques depuis la nuits des temps on doit apprendre leurs langues pour ne pas se faire berner ! et la puissance du moment c est la chine ! alors pourquoi ne pas apprendre le chinois qui a de l avenir en Asie et dans le monde ! quand à l anglais libre est celui qui veut l apprendre ou une autre langue !

    18
    6
    Louza
    23 juillet 2019 - 15 h 46 min

    Tiens !Tiens! Le think tank de ce centre de réflexion n’a pas mis longtemps pour riposter!
    Cela prouve que nous sommes bel et bien pris dans les tirs d’une bataille idéologique, qui se soucie très peu du futur de l’école et de l’Université algériennes, mais qui se bat beaucoup pour les enjeux et les richesses du pays,sous le voile de la francophonie.
    Alors un conseil à tous les parents : veillez à ce que vos enfants apprennent à maîtriser l’Arabe, le Français et l’Anglais, en plus de la langue maternelle, pour en faire de bons trilingues, et surtout pour les mettre à l’abri des hyènes qui se jouent de leur avenir. Une fois vos enfants adultes, ils sauront d’eux-mêmes, s’accrocher selon leurs capacités réelles ,au bon wagon de leur future carrière professionnelle. En plus d’avoir contribué à 100℅ pour en faire des futurs citoyens de demain qui puissent se débrouiller dans les 3 langues, vous serez plus heureux et sereins, et eux satisfaits parce-que plus performants,et nettement plus confiants.
    Think tank eta3 les intérêts!!! Le Maghreb, l’Afrique, francophonie, c’est quoi ce délire ? À ce que je sache ce débat n’est celui d’un forum économique ! Il porte sur l’école et l’Université algérienne qui sont sinistrées. Désolée, mais j’y vois de l’ingérence à peine voilée !!!

    136
    2
    PAUVRE ALGERIE
    23 juillet 2019 - 15 h 03 min

    Pauvre algérie un gouvernement taiwan sensé expédier les affaires courantes pense avec ses pieds et les mets tous les deux dans le plat de’ la diversion et de la bêtise, pour ne pas dire subversion.
    La question vitale que doit se poser ce ministre AGHYUL hachakoum, oûtre se couper de notre diaspora et surtout de nos élites locales notamment scientifiques et techniques, c’est comment il va généraliser cette langue, sachant que le très peu de professeurs d’anglais que nous avons est dans sa majorité très mal formé et quasi incompétente en la matière.
    Même le français est en manque de professeurs et des régions entière du sud n’en disposent pas.
    On va revenir à pire que 62 quand on a ramené des cordonniers égyptiens pour nous enseigner l’arabe. Le résultat, après 57 ans, on ne la maîtrise toujours pas
    et le FAKHOURINE de notre bus « royal » est la énième preuve.
    Avec cette sortie de ce HMAR, dans 57 ans on sera toujours à ONE, TWO, THREE, …………………………viva l’Algérie.

    20
    6
    ben
    23 juillet 2019 - 14 h 16 min

    UNE ÉQUIPE INCOMPÉTENTE AU GOUVERNEMENT ALLIER AUX ISLAMISTE = UN RETOUR DE 100ANS

    23
    8
    Séhab
    23 juillet 2019 - 13 h 55 min

    c’est une question dont ce ministre a 3 sous n’a pas la compétence nécessaire de décider a la place du peuple algérien car cette question nécessite un référendum populaires ce ministre ZIGOTO est la juste pour expédier les affaires courants il a aucune autorité pour prendre une décision lourd de conséquence pour l’avenir du pays!
    d’ailleurs il n’a pas à prendre aucune décision du tout qu’il soit lourd ou Légère!!

    on se trouve aujourd’hui dans un pays ou mane habba wa dabba il prend la décision qu’il veut
    on est pas au Burkina Faso? quoi que?

    Bien Cordialement Séhab

    18
    6
    benamedamed
    23 juillet 2019 - 13 h 36 min

    Pour ceux qui croient être des décisionnaires et soucieux de l’avenir de l’université et qui veulent opter pour l’anglais, qu’ils nous disent en quoi cette langue a aidé les pays sous développés qui l’utilisent depuis fort longtemps et particulièrement le pays arabes à part la bonne maitrise pour faire de la courbette aux hommes forts des USA et co. Donc, le vrai débat pour faire sortir l’université du marasme dans lequel elle patauge se trouvent certainement ailleurs.

    21
    6
    soumission volontaire
    23 juillet 2019 - 13 h 31 min

    Il ne faut pas se leurrer, toute langue est porteuse d’idéologie et de formatage, passer du français à l’anglais est passer d’une domination mentale à une autre. Mais qu’on le veuille ou non le français fait parti de notre identité ; nos 2 langues maternelles derdja et amazigh sont truffées de mots et d’expressions d’origine française. Plus que de la démagogie, il y a une forme de schizophrénie chez les algériens qui se disputent pour savoir à la langue de quel colonisateur il veut s’aliéner, là où d’autres pays émergents font tout pour développer leur propre langue y compris dans le domaine scientifique : Turquie, Japon, Corée, Allemagne, etc. Si nous étions logiques, nous devrions enseigner nos langues maternelles à l’école, traduire les œuvres scientifiques et littéraires étrangères dans ces mêmes langues maternelles, nous atteler à développer un enseignement de qualité de l’école à l’université. Pendant la colonisation, le français s’est imposé par la force, mais de nos jours ce sont des algériens eux-mêmes qui cherchent à s’imposer, par soumission volontaire, la langue d’un autre colonisateur génocidaire de plusieurs nations indiennes, qui ne fait même pas parti de notre histoire civilisationnelle principalement méditerranéenne. Si les algériens cherchent absolument à remplacer une aliénation/soumission par une autre, qu’ils aient au moins l’intelligence de choisir celle d’une puissance en croissance et non celle d’une puissance en déclin. Par exemple, allez au hasard, le chinois ou le russe. C’est la domination économique et militaire qui fait la domination linguistique.

    20
    8
    bouuuh
    23 juillet 2019 - 13 h 02 min

    Et BANG ! Cette décision est le coup de grâce porté au développement de l’Algérie !
    Si cela faisait du BIEN à l’avenir du pays, ne vous inquietez pas, la France et ses médias auraient déja hurlé et critiqué à tout-va ! avec tout le retard accumulé QUELQU’UN veut vraiment nous achever !
    C’est pire que la catastrophe de l’Arabisation ! Mais qui décide pour nous à la fin?
    Langue Française ne signifie pas être d’accord avec la France !
    Bientôt nous auront 4 lignes pour les documents et les plaques signalétiques, quelle absurdité !!!!!!!
    Virons ce mec !

    32
    13
    Zaatar
    23 juillet 2019 - 12 h 50 min

    Tchek ya oua3di!!! on va régler les problèmes du pays en changeant la langue Française par l’anglaise… Cela prouve au moins choses, D’abord qu’on n’a pas réellement de décideurs à proprement dire, chose à laquelle nous sommes habitués vous me direz depuis 62, de deux que nos décideurs sont réellement de simples d’esprit en prenant une telle décision et que les conséquences d’une telle décision sont insoupçonnées par nos responsables et seront dramatiques pour les jeunes d’actuellement. Enfin, que les islamistes et ce qui le entourent se frottent les mains puisqu’il pourront ainsi échanger, et avec plus de facilité, avec l’ensemble des leurs, dispatchés aux différents coins de la planète.

    26
    5
    samir
    23 juillet 2019 - 12 h 11 min

    l’Algérie n’a pas un seule allié en Afrique francophone ,ils s’alignent tous sur les thèses du Maroc. ,ni même dans les micro monarchies ,les amis de l’Algérie ,Afrique du Sud,Nigeria,Russie ,chine ,Venezuela ,Cuba ,etc etc etc

    17
    14
    VOSTAF
    23 juillet 2019 - 11 h 41 min

    Avec cette décision, ce sinistre ministre réussira ce que le GIA n’a pas réussi dans les années 90: L’extérmination de toute classe intellectuelle. Même aux USA, on enseigne de plus en plus le français pour accéder aux penseurs et philosophes français tels que Descartes ou Camus.

    36
    22
    Vangelis
    23 juillet 2019 - 11 h 37 min

    Hahaha, s’éloigner des pays francophones africains, la belle affaire !

    Ce qui manque comme réflexion à ce centre de réflexion, est le fait que ces pays francophones sont sous la coulpe de l’ancien colon. Ils ne font que végéter dans le sous développement et sont pratiquement obligés de boire et manger français. La France veille à la préservation de ses intérêts. Elle n’est pas très forte et s’attache à ces pays pour montrer ses biceps.

    Qui plus est, se rapprocher des États Unis, pourquoi pas, ce n’est pas une tare que d’être proche de ce pays, sans même rentrer dans les détails du pourquoi de sa force.

    Ceux qui pensent qu’en dehors du français il n’y aurait point de salut enfume les citoyens et surtout ont le complexe du colonisé.

    Pour une fois que l’ex ne s’était pas trompe, en souhaitant l’adhésion de l’Algérie au Commonwealth, il avait été en avance de ce projet.

    27
    27
    Zombretto
    23 juillet 2019 - 11 h 28 min

    C’est clair comme de l’eau de roche : une autre tentative de diviser, de démoraliser le Mouvement. Ça me rappelle une histoire populaire. Un renard essaye voit des poules dans un poulailler. Il tourne autour du grillage, cherchant une brèche, mais rien, le grillage est solide. Il essaye de creuser un trou sous le grillage mais c’est trop profond; il essaye de faire un trou d’un autre côté mais pas moyen.
    A la fin, le renard met sa queue dans le grillage et la secoue violemment. Les poules sont paniquées, elle sautent partout et font un beau remue-ménage. Un autre renard passe par là et lui demande :
    – Mais que fais-tu là ?
    – Ben tu vois, j’ai tout essayé, rien à faire. Il ne me reste plus que ça.
    – Mais ce n’est pas comme ça que tu vas attraper des poules, voyons !
    La réponse de notre renard :
    – Hakda wala yerregdou. (Au moins je les empêche de dormir.)

    22
    6
      Mouloud
      23 juillet 2019 - 12 h 29 min

      L anglais est la langue de la planete entiere..et c est une langue de travail en plus.. tot ou tard on enseignera l a glais universel..alors commencons par le primaire….mais avec des programmes anglais ou americains..question de niveau..tels que le font les elirats..et particulierement oman..l algerien n est pas plus bete que les autre
      s ..et ce n est ni descartes ni montesquieu qui nous donneront le lan guage professionnel..et de ce fait onrestituera le butin de guerre a fafa..0

      12
      20
        Gregg papy boyington
        23 juillet 2019 - 14 h 58 min

        mouloud, tous ça c’est de la pure démagogie, personne n’a dit le contraire , oui l’anglais est la langue international
        bienvenue à l’anglais oui, mais pas au détriment du français qui est un acquit national, et c’est tant mieux pour celui qui le maîtrise et en fasse usage,
        c’est un faux débat, cela ne devrait pas être une décision centralisée , mais c’est une décision individuelle, chacun choisi la langue qu’il veut pour ses études , c’est tout!
        t’as envie de faire tes études en arabe , vas y, fais le et bon courage!
        t’as envie de le faire en français , soit , comme c’est le cas !
        t’as envie de le faire en anglais fais le, bon courage
        l’incompétence et la médiocrité sont un sport aimé par la majorité des algériens
        Le pouvoir joue sur l’idéologie et la manipulation et des gens comme toi se dévoilent par leur connerie
        la liberté de chacun est sacrée , personne n’a le droit d’imposer quoique ce soit à personne !
        choisis la langue que tu veux et ne casses pas les pieds à ton monde!

        13
        4
        Zombretto
        23 juillet 2019 - 18 h 20 min

        @Mouloud : Je connais parfaitement l’anglais pour avoir vécu plus de la moitié de ma vie aux USA. Ce n’est pas une question de quelle langue est meilleure. Pourquoi cette décision à ce moment précis ? Et surtout, dans quel pays du monde un homme ou un petit groupe d’hommes décident de la langue utilisée dans l’enseignement ? C’est quelque chose qui dépasse l’entendement. C’est une manœuvre purement politique destinée à perturber le hirak, et c’est pour ça que j’ai dit “hakda wala yerregdou”.

        5
        3
    Abou Stroff
    23 juillet 2019 - 11 h 26 min

    le remplacement du français par l’anglais aura quatre conséquences que le centre d’étude et de réflexion sur le monde francophone n’a pas mentionné.
    1- les arabisants monolingues n’auront plus de complexe face aux francophones puisque ces derniers seront aussi aveugles que les premiers nommés. en effet, après le remplacement en question, tout le monde sera au même niveau, c’est à dire volera au ras des pâquerettes.
    2- les islamistes applaudiront des deux mains le remplacement en question puisqu’ils rejoindront la grande fratrie créée par les services secrets anglais et actuellement prise en charge par les services américano-sionistes.
    3- ce remplacement est et sera techniquement impossible à réaliser pour la simple raison que le potentiel humain est totalement absent (la directive envoyée par le ministre est impossible à appliquer puisque la majorité des responsables au niveau des universités, nommés sur la base de tout sauf de leur compétence, ne peuvent point aligner un sujet, un verbe et un complément en anglais.
    4- and last but not least, cette mesure qui n’est qu’une diversion à ajouter à d’autres diversions, évite de poser le vrai problème de l’université algérienne en particulier et du système éducatif, en général qui ne peut pas être performant quelle que soit la langue utilisée.
    en effet, le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui forme le tout et dont le système éducatif n’est qu’un élément n’a pas besoin d’un système éducatif performant, bien au contraire, plus le « produit » du système éducatif est médiocre et plus les couches dominant le système rentier garantissent leur domination sans partage sur la société algérienne.
    le système éducatif qui sied le mieux au système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation est celui qui produit des abrutis doublés de zombies qui ne posent pas de questions qui dérangent.
    bien évidemment, les abrutis auront beau baragouiner en anglais ou en javanais, ils seront toujours aussi idiots qu’en baragouinant en français (ou en arabe, d’ailleurs).

    37
    13
    VOSTAF
    23 juillet 2019 - 11 h 26 min

    Une cinquième conséquence: Un socle algérien vieux de deux siècle qu’on jette à la poubelle, mais bon, on connait ça hein? L’absence d’identité.

    30
    11
    Jean-Boucane
    23 juillet 2019 - 11 h 19 min

    On va faire une chose simple… on va former 70% de nos etudiants en langue française et 30% en langue anglaise… et vous verrez qui reussira le mieux, moi j’ai déjà mon idée!!!

    21
    6
    VOSTAF
    23 juillet 2019 - 11 h 18 min

    Oui. L’Algérie deviendra un pays de vrais moutons comme le Qatar, l’Egypte, l’Arabie. Religion, canicule et langues étrangères que PERSONNE ne maîtrise pleinement.

    32
    13
    Les partis kabyles ont dédouné la dictature
    23 juillet 2019 - 11 h 03 min

    la républiquette des quotas a donné le temps nécessaire pour cette farce militaro-islamique. Le RCD et le FFS portent toute la responsabilité pour avoir crédibilisé un parloir arabe sous la coupe des militaires. C’était le temps où le peuple valait zero et les partis 150. Mouchez vous!

    9
    18
    Le Berbère
    23 juillet 2019 - 10 h 10 min

    Je suis francophone d’expression mais je suis pour le remplacement de la langue de Molière par l’anglais à condition de faire cette transition linguistique progressivement en impliquant les intellectuels, des académiciens et le monde de l’éducation nationale ( étudiants et professeurs) une sorte d’atelier pour ne pas se précipité dans le vide . Il me semble qu’il y’a quelques années en arrière, les dirigeants britanniques et compris la Reine d’Angleterre ont fait un clin d’oeil à notre pays pour intégré la communauté de Commonwealth comme membre observateur..c’était il y’a 20 ans ..Je suis étonné par la décision hâtive de remplacer la langue française par la l’anglais dans les administrations de l’enseignement supérieur..cette décision me rappel une autre décision hâtive prise dans le cadre d’imposition de larabe dans les administrations..20 ans après, le résultat est là devant nos yeux ..Une catastrophe sur tous les plans.

    35
    15
    Anonyme
    23 juillet 2019 - 10 h 05 min

    L’objectivité et l’intitulé de cet organisation « Centre d’étude et de réflexion sur le monde francophone » ne font pas bon ménage.
    Today, one can go to any country with a minimum of touristic development and speaks English including in Paris.
    La France a été égoïste. Elle n’a pas voulu coopérer d’une manière juste avec ces anciennes colonies pour les aider à se développer. Elle a choisi le court terme : le néocolonialisme. Ignorant les peuples et téléguider les chefs illégitimes. Les temps vont changer. Shakespeare, le Mandarin et Janito arrivent.

    27
    12
    Ouan tou tré véva l'algiré
    23 juillet 2019 - 10 h 01 min

    Rien de bien surprenant. Quand on est médiocre on trouve des solutions médiocres ! Depuis 50 ans d’indépendance, ça se saurait su si on avait des « wouzara » plutôt intelligents que bricoleurs.
    Parce que ce type qui fait partie d’un gouvernement inconstitutionnel à fait ses études à Washington et qu’il maîtrise un peu l’anglais, il vient nous pondre un truc qui n’a ni queue ni tête !! Devenir anglophone en écrivant un entête en anglais !! Einstein, Newton, Ampères, Pascal tous réunis n’auraient pas trouvé mieux. Quel « mokh » ! Quelle suffisance ! Le propre des wouzara algériens : la suffisance, l’arrogance, le tout saupoudré de médiocrité.
    Et c’est avec ce genre de « wazir » ( je dis wazir, parce que quand j’utilise le terme ministre, c’est pour désigner les vrais ministres, pas ceux des pays arabes ) qu’on pense faire avancer l’Algérie !!!!
    Soit disant qu’il aurait fait un sondage chez les étudiants ! Oui probablement chez les étudiants de ….naima salhi….
    Le sous développement mental wa3ar surtout lorsque l’on souffre du complexe du colonisé ( les hizb sa3oudiya, hizb massar, hizb qatar, hizb Erdogan….. ) ceux qui parlent des  » descendants de Molière « . Comme si Shakespeare vouait un amour fou à l’égard des bédouins !

    22
    16
      VOSTAF
      23 juillet 2019 - 11 h 33 min

      Et surtout, comme s’ils croyaient que l’anglais est plus facile que le français. Je suis anglophone à un niveau avancé, mais quand j’ai été au milieu d’américains, j’ai compris que la subtilité de l’anglais est HORS d’atteinte aux bédouins. Les moutons qui sont derrière cette décision quittent le chien berger pour se soumettre au loup.

      17
      8
    Salahdine
    23 juillet 2019 - 9 h 42 min

    L’Algérie n’est pas un pays francophone, c’est un pays libre; Nous avons notre identité, nous avons notre histoire, nous avons nous deux langues officiels et plusieurs largos. Il ne faut pas être peur, la langue anglaise aujourd’hui est la langue de développement technologique on doit la comprendre et l’apprendre jusqu’au jour où la langue arabe revient à sa place comme langue de science, de culture..etc, ca dépend de nous si on va faire l’effort nécessaire ou on met nos têtes dans le sable et on dit que tout va bien!
    Tous ce qui est français… dégage et digage

    20
    27
      Monsieur X
      23 juillet 2019 - 10 h 17 min

      Il faut aussi mettre en adéquation votre xénophobie haineuse avec toutes les attentes : Visa, Soins, famille et liens historiques…

      25
      18
        Anonyme
        23 juillet 2019 - 10 h 42 min

        Monsieur X. Quels visas, quels soins, quelles familles ? quand aux liens historiques, compte tenu de la nature de ces liens je crois qu’il vaut mieux ne pas les mentionner. Les visas se donnent au compte goutte comme si on nous donnait l’élixir de vie. Les soins quand il arrive à des algérien de se faire soigner en france, nous les payons avec monnaie sonnante et trébuchante et la france ne nous accorde même pas de délais, il faut arrêter la propagande que la france dispense ses soins aux algériens c’est faux, c’est un mensonge, c’est de la propagande. Nous par contre il faut qu’on arrête d’aider la france et de lui filer des contrats qui la maintiennent en vie, nous ne sommes pas là pour faire vivre les français.

        17
        15
      VOSTAF
      23 juillet 2019 - 11 h 15 min

      Donc, on dégage ton commentaire qui est en français.

      20
      8
    Kenza
    23 juillet 2019 - 9 h 39 min

    De toutes les façons, personne n’est dupe. Cette question de remplacer le français par l’anglais s’était déjà posée du temps du FIS. C’est une revendication des islamistes qui est nécessaire pour leur grand projet de construction de la Oumma qui est sensée unifier tous les musulmans. En réalité, c’est un projet pour les mettre sous la coupe des Saoud c’est à dire des wahabo-sionistes et les opposer au grand ennemi perse qui est aussi, et surtout, l’ennemi d’Israël et des américano-sionistes.
    Diviser le monde musulman entre Chiites et sunnites: les sionistes et Israël en rêvent, les wahabo-sionistes veulent le faire.
    Comme dans les années 90 où l’Algérie était au bord du précipice, le système pourri qui veut se maintenir et les islamistes à l’assaut du pouvoir se rejoignent et sont prêts à toutes les compromissions. Les uns comme les autres s’en foutent éperdument de l’Algérie et de son peuple. Le seul souci du système mafieux est de perdurer même au prix de mettre la nation en danger et les islamistes, eux, c’est bien simple, ignorent complètement la notion de patrie ou de nation. Ce qui importent pour eux c’est de faire partie de la GRANDE OUMMA .
    Et pour revenir à ce projet de remplacer le français par l’anglais, cela nous permettra une grande évolution: Notre école qui forme déjà des illettrés bilingues formera des illettrés trilingues. Oh Yes !

    29
    19
    Faux!
    23 juillet 2019 - 9 h 38 min

    Il y a un exemple qui est le Rwanda. Depuis qu’il a investi l’anglais, ce pays a fait un bond qualitatif en économie, … Il est un des pays les plus dynamique d’Afrique. Cependant de façon général, il faut s’ouvrir a toute les langues et arrêter d’être dogmatique sur le sujet. Avec Le français, l’anglais, le mandarin, l’espagnol et l’arabe vous adressez 100% de la planète sur le plan économique, politique et socio culturel avec aisance et facilité !!!

    25
    14
    ZORO
    23 juillet 2019 - 9 h 24 min

    L ALGERIE a ete pionniere dans plusieurs domaines surtout quand il s agit de briser les chaines, par cette decision l Algerie ouvrira la voie a ses voisins recalcitrant ,c est ce que craint ce centre de decision payé par fafa pour dire des betises.
    SigneZORO. ..Z…..

    17
    20
    57
    23 juillet 2019 - 9 h 18 min

    vous avez raison quand vous parler d abondant brutale normal qu il y ai des conséquences ,le français et la langue français sont infiltrer aux plus profond dans notre culture mais a mon humble avis on peut faire plusieurs tests pour l introduire l anglais progressivement dans de différents secteurs de l éducation dans de différentes régions dans un délais raisonnable et retenir la ou les meilleur/s option/s ,ou prendre exemple sur des pays qui on eu ce genre de problème a bon entendeur S

    8
    5
    MELLO
    23 juillet 2019 - 9 h 12 min

    Le niveau intellectuel des membres de ce CERFM est bien supérieur a celui qui a décidé , sans réfléchir aux conséquences d’une telle mesure . Déjà , comme l’indique la photo jointe a l’article , les enseignes de ces institutions ont pris une autre tournure, sans commune mesure a la formation de nos etudiants. Puisque c’est ainsi, Allons y pour la dénomination des différentes rues et avenues de nos ville.
    Pourtant , comme disait Abdelkader el djazairi : C’est par la vérité , qu’on apprend a connaitre les hommes et non pas par les hommes qu’on connait la vérité.
    Par cette reflexion , nous sommes en droit de nous interroger si cette élimination de « l’intelligence » n’avait pas sa tradition dans notre guerre de libération ?. Ce qui se passe aujourd’hui , n’est il pas le recommencement de ce qui s’est passé au lendemain de l’indépendance : usurpation de pouvoir et intimidations par decisions irréfléchies ? . Ces mesures ont vu naitre , au nom d’une certaine conception de la démocratie , le honteux concept de l’indignation selective. Encore une fois , il ne s’agit nullement de remuer le couteau dans la profonde plaie qui n’est pas prête de se cicatriser , mais de remuer les arguments fallacieux de ceux qui ont transformé une immense espérance de changement en une sans fond. Ces décideurs n’hésitent pas a sauver LEUR REPUBLIQUE et leurs privileges afin de tromper l’opinion publique sur la réalité du drame. Leurs privileges ? Tous leurs enfants sont inscrits et fréquentent des établissements Français . Point.

    14
    9
    Tin-Hinane
    23 juillet 2019 - 9 h 07 min

    Il y a certainement à redire sur cette décision qui peut paraitre brutale et qui l’est d’une certaine façon mais ce que raconte ce CERFM c’est du n’importe quoi, quand il dit: « L’Algérie serait ainsi «éloignée de ses alliés traditionnels et historiques du monde francophone», souligne encore ce cercle de réflexion indépendant qui met en avant des «relations particulièrement étroites qu’il serait impossible de rebâtir avec d’autres pays et puissances géographiquement plus lointaines et non liées à l’Algérie par une histoire commune», ils parlent de qui là, des marocains, des tunisiens, de l’afrique sub-saharienne, de l’afrique de l’ouest ? tous ces pays ne nous ont ils pas planté un couteaux dans le dos à chaque fois qu’ils ont eu l’occasion, à chaque que la france et l’occident ont sollicité leur aide pour nous nuire et nous attaquer, ce serait plutôt un bon débarras. L’Algérie a des amis partout dans le monde et si on regarde bien aucun des ces pays n’est francophone, même le Vietnam qui le fut ne l’est plus. Et pourquoi adopter l’anglais serait s’aligner automatiquement sur les Etats Unis, nous nous sommes battus pour être libres et indépendants et les USA ne vont pas nous aligner, ils ont tenté de le faire avec les anglais et ont perdu la bataille. Je comprends que le monde francophone serait durement amputé sans l’Algérie mais comme on peut le constater le français n’est plus utilisé comme langue internationale alors autant passer à l’anglais. L’anglais n’est sûrement pas l’idéal car tout comme le français il véhicule une mentalité, une culture et un mode de pensée qui ne correspondent pas à notre idéal et à ce que nous sommes mais il faut l’utiliser comme un outil et puis pour l’instant c’est la langue la plus parlée dans le monde et nous n’avons pas trop le choix, nous avons besoin de communiquer avec les pays du monde entier et pas seulement avec nos ennemis car ce qu’on peut constater aujourd’hui c’est que la majorité des pays francophones ne sont pas nos amis.

    14
    8
      Elephant Man
      23 juillet 2019 - 15 h 36 min

      @Tin-Hinane et @Vangelis
      Effectivement comme tout think tank ce CERMF prêche pour sa paroisse et sa Françafrique.
      Qu’il nous explique alors pourquoi en France les écoles bilingues ont pignon sur rue que l’anglais est étudié dès l’école primaire…la sélection dans les écoles de management commerce etc en France se fait en anglais !
      L’anglais est la langue internationale et au niveau professionnel au niveau politique au niveau économique au niveau scientifique au niveau médical etc etc
      N’importe quel congrès international qu’il se fasse à Prague avec tous les pays du monde y compris Malaisie ou en France se fera en anglais !
      Pourquoi tous ces bourgeois français ey gosses de politique ex ministre ex président français font leurs études aux USA in UK …
      On peut très bien lire Shakespeare en français comme l’on peut lire du Descartes Sartre en anglais.

      4
      4
    Ghedia
    23 juillet 2019 - 8 h 56 min

    De par le nombre d’habitants (algériens, évidemment) qui utilisent la langue française dans la vie quotidienne, même de façon imparfaite, l’Algérie est le deuxieme pays francophone qu’on le veuille ou non. C’est une réalité sociologique, liée à la colonisation, que personne ne peut nier. Vouloir aujourd’hui, pour des raisons démagogiques, remplacer cette langue par l’anglais, sans étude préalable sérieuse de la réceptivité ou pas de l’algérien à la langue de Shakespeare ni mise en place d’une logistique solide, c’est prendre le risque de faire un saut vers l’inconnu, c’est mettre en danger l’avenir professionnel de toute une génération d’universitaires que l’arabisation, mal réfléchie des années 70, a rendu pratiquement presque inefficace et inutilisable pour le développement socio-économique du pays. Parceque, de notre point de vue, si l’Algérie tient encore debout, c »est grâce aux francophones. Et cela sur tous les plans.

    12
    9
    B.M
    23 juillet 2019 - 8 h 30 min

    EH BIEN : Ouvrez-vous à La Solution Définitive, ayez le courage d’ouvrir au Compte Final à régler avec les descendants de Molière, n’ayez pas peur, n’ayez pas peur !

    7
    10
      Anonyme
      23 juillet 2019 - 9 h 42 min

      Ont a rien fait de bon ni avec le français ni avec les soit disant africain francophone.
      Faut voit grand, l’anglais c’est la langue mondiale même en Chine il le parle, par contre le français… Hein un moment faut sortir du larbininisme aiguë.

      8
      10
      3atef
      23 juillet 2019 - 10 h 25 min

      Tout ce qui est prête à débat dans note pays est suspicieux et à juste titre!! depuis 57 ans les Algériens vivant sous CHAPE de PLOMB n’ont quasiment jamais eu leur mot à dire sur leur vie au quotidien!! Toutes les décisions -toujours valable de nos jours- concernant la vie nationale (politique socio-économique, culturelle…etc) ont une trajectoire verticale !! Tout vient d’en haut et doit être répercuté vers le bas.Quand bien même existent des ERSATZ d’assemblées locales et nationales celles-ci conçues et mises en place par des moyens DOUTEUX AVÉRÉS, elles font usage de décor sans plus!! AINSI les Algériens contraints et forcés n’ayant jamais eu à décider de leur destin SUBISSENT les éventements( parfois tragiques) qui ont rythmés 57 ans (à défaut d’indépendance) d’existences du pays dans ses frontières sans plus!! Résignés certains on choisi l’EXIL!! d’autres rentrés dans le moule et FORMATÉS par un systeme de pouvoir RÉPRESSIF et TENTACULAIRE !! leurs descendances n’avaient pas échappés à cette réalité car il fallait un continuum pour pérenniser cette réalité Nationale!! le plus gros du bataillon (85 % de nos concitoyens) n’étaient considérés par ASSOULTA (def:pouvoir autoritaire) que comme des ghachis faisant office de FIGURANTS aux besoins alimentaires subordonnés aux capacités d’importation devenues une variable d’ajustement aux mains de ceux qui se sont succèdes (et leurs mentors) au chevet de notre vache à lait SONATRACH!! Notre pays dont la gestion n’avait jamais échappé à « la main de l’étranger » ne pouvait dans l’absolu continuer dans cette voix sans ISSUE!! le réveil du peuple ALGÉRIEN AUJOURD’HUI est salutaire pour preuve le monde ENTIER lui en DONNE
      QUITUS…!

      6
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.