Que vive la démocratie directe ! (2)

démocratie
Le 22 février, coup d'envoi de la revendication populaire. D. R.

Par Kaddour Naïmi − Tous les tartufes du monde – intéressés mais hypocrites – proclament que les peuples ne sont jamais préparés à la démocratie ! Pourtant, sur cette place centrale d’une ville algérienne, à Oran, des citoyens et citoyennes parlent librement, en un langage convivial, généralement dans leur langue maternelle, à propos des maux dont sont victimes le peuple et l’Algérie, et des moyens de s’en affranchir pour établir une société libre, égalitaire et solidaire. On objecterait que si la liberté (houriya) était toujours évoquée, par contre les deux autres termes ne l’étaient pas. Eh bien, non, ils l’étaient à la manière populaire : «Khawa, khawa», n’est-ce pas l’égalité ? Et ittihâd, tadhâmoun, n’est-ce pas «solidarité» ?

Je suis curieux de savoir comment ce genre de Forum se déroule dans la partie amazighophone du pays et avec l’emploi de quel langage.

Avant le 22 février 2019, avant les manifestations du vendredi et ce Forum d’Oran, des soi-disant intellectuels se permettaient d’insulter le peuple algérien comme un ramassis de «tubes digestifs», de «populace», d’«obsédés sexuels», d’«aliénés obscurantistes religieux», etc. Déjà, alors, je démontrais l’ineptie arrogante et «élitiste» de telles allégations(1).

L’intifadha populaire dans tout le pays et le Forum public de discussion d’Oran montrent à quel point le peuple était simplement soumis à la peur et à la terreur de l’oligarchie dominatrice. Et qu’il a fallu à ce peuple endurcir au point de ne plus supporter, et donc d’occuper la rue en masse, dans toutes les villes du pays, à la surprise de tous les «bien-pensants», «théoriciens» et «analystes». Ce phénomène populaire est le plus évident quand le processus socio-historique parvient à sa phase la plus intéressante : celle où les opprimés ne supportent plus leur asservissement, tandis que les oppresseurs ne sont plus capables de les dominer. On y est finalement en Algérie, en 2019, après quasi une soixantaine d’années de domination oligarchique autochtone, avatar de la précédente domination coloniale, ce que Rabah Lounici démontra clairement.

Organisateurs

Ce Forum a été lancé par un groupe de citoyens. Parmi eux un enseignant de langue arabe, une avocate et un avocat ancien-juge. Pour lancer la discussion, ce dernier fait un bref exposé sur le thème crucial du moment de l’intifadha populaire : problèmes et perspectives.

L’organisation des rencontres est excellente. L’intervention des présents est encouragée, convenablement conçue. Les candidats à intervenir demandent un billet que le modérateur leur délivre. Si un intervenant prolonge au-delà des minutes accordées de manière égale à tous, le modérateur le rappelle courtoisement à conclure, ce qui se fait convenablement.

L’interview de membres du groupe organisateur(2) fournit davantage d’éclaircissements sur ce Forum. Ils m’ont déclaré que l’exemple du Forum d’Oran est imité dans d’autres villes du pays. L’espoir est que le Forum du centre-ville soit suivi par le même genre de rassemblement dans tous les quartiers de la ville, notamment les plus défavorisés, plus exactement les plus exploités-opprimés. Certes, comme l’affirme l’un des organisateurs du Forum de la place du 1er Novembre, il ne sera pas aisé d’organiser ce genre de réunions dans les quartiers populaires, pour de multiples motifs, le principal étant le conditionnement idéologique obscurantiste systématique des habitants. Mais il faut tenter, car l’intifadha populaire actuelle stimule tous les espoirs, y compris les «miracles». Cette multiplication de forums de discussion citoyenne, bien entendu, renforcerait celui du centre-ville.

L’autre espoir est que ce type de rencontre se généralise au pays tout entier, jusqu’au plus reculé village et douar, et même devienne une tradition ininterrompue. Notons en passant que ce genre de forum est infiniment plus démocratique que la traditionnelle réunion des arches en Kabylie, car, alors, la parole n’est pas aux notables et aux hommes uniquement, mais aux citoyennes et citoyens sans distinction.

Même dans un pays authentiquement démocratique (où existerait-il actuellement ?), il est sain et utile pour la société toute entière que des citoyens puissent s’assembler librement sur un lieu public pour échanger pacifiquement leurs opinions sur la communauté nationale dont ils sont membres. L’interdire, c’est craindre le peuple, et la crainte du peuple provient de la conscience de l’opprimer pour l’exploiter. En effet, les assemblées démocratiques de base, autogérées, quels que soient le domaine d’activité et le lieu de réunion, sont la graine unique − je dis bien unique − d’où germe le plus beau des fruits sociaux : l’authentique démocratie. Elle consiste, ne cessons jamais de le préciser, dans la pratique collective de la trinité : liberté, égalité, solidarité au sein et entre les peuples de la planète. Existe-t-il meilleure voie pour le progrès civilisationnel de l’humanité ?

K. N. ([email protected])

1) Voir « Vers l’intifadha populaire en Algérie 2019 », librement disponible ici: https://www.editionselectronslibres-edizionielettroniliberi-maddah.com/ell-francais-sociologie-oeuvres-vers-intifadha-algerie-2019.html

(2) Voir le documentaire vidéo dont ce texte est une présentation, in https://youtu.be/CZgiMergUX0

NDLR : les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

Comment (8)

    Elephant Man
    29 juillet 2019 - 23 h 23 min

    Excellente initiative de la part de la population patriote et ce quel que soit le statut social, pour vous reprendre Mr Naïmi liberté égalité solidarité, tous s’investissent pour leur patrie leur pays et leur peuple. Seul bémol Morsi comment peut-on en arriver à « vénérer » l’ancien président d’un autre pays de surcroît qui bave et crache sur l’Algérie et les Algériens dès qu’ils le peuvent la CAN 2019 en est une illustration parfaite pour ne citer que ça.
    Ma question c’est comment passer de cette démocratie directe à la réalité politique si je puis dire, ont-ils les moyens de s’organiser en association même si je ne suis pas fan en structure politique de terrain, plutôt d’intégrer le système afin d’apporter les éléments correctifs. Pour pouvoir changer un système il faut déjà l’intégrer, sachant qu’un système ça ne se change pas en 2 temps 3 mouvements et en refusant tout consensus.
    Je réitère qu’attend Monsieur Ramtane LAMAMRA ce VRAI PATRIOTE pour organiser les élections présidentielles lui qui a sillonné la planète entière avec brio et dernièrement à Madagascar et se présenter par là même à l’élection présidentielle.
    On ne dirige pas un pays avec des novices inexpérimentés sortis tout droit de nulle part ou pour certains d’officines étrangères, sans remettre aucunement en cause cette initiative citoyenne.

    4
    3
    Karamazov
    29 juillet 2019 - 15 h 32 min

    Très vénérable Tovarich Abou Stroff,

    Que ta vénérable auguste personnalité ne soit pas fâchée pour t’avoir mal cité . Je reconnais que j’ai commis un impardonnable blasphème en déformant ton implacable citation  en oubliant le mot « ambulant » qui donne toute son amplitude à tes fulgurantes analyses.

    Je ne cherchais point à te faire condescendre si bas pour moucher Si Qeddour qui lui n’arrive pas à s’extraire de ses atavismes populaciers où il est tombé tout petit. je te jure que je ne cherchais point à éprouver ta légendaire modeste humilité légendaire qui n’a nul besoin d’être signalée.

    Dija mouamim ce n’est qu’au passage vers l’autre fil que j’ai remarqué les gesticulations onanesques de Si Qeddour et c’est sans descendre de ma mule que je lui ai balancé ma réponse par-delà le chwari.

    Je crois que je vais arrêter d’être humble et humaniste quand je verrais si Qeddour empêtré dans ses arguties.

    Une fois de plus, pardonne-moi de t’avoir dérangé pour si peu .

    4
    6
      ZORO
      30 juillet 2019 - 5 h 49 min

      Dans la precedente contribution sur ce sujet ,les intelectuels de la halka corrigeaient un intervenant en lui rappelanf qu il fallait dire AMAZIGH et non ZOUAOUI, j invite ces intellectuels a changer le nom du marabout pres de chez nous SIDI ZOUAOUI et les nombreux prenoms ZOUAOUI que notre region attribuent a ses enfants pour les nommer dorenavant AMAZIGH ,un orenom qui n a jamais existait dans le lexique arabe comme dirait Mello au sujet de Kaddour qui n a jamais existait dans le lexique kabyle.
      SigneZORO. ..Z…..

      5
      6
      ZORO
      30 juillet 2019 - 5 h 56 min

      Vu les pouces qu on te pousse La version francaise du muppet show ne semble pas te reussir ,une version tamazight aura un double effet ,promotion de la langue et succes garanti aupres des «  »AMAZIGH » »
      SIGNE.ZORO. ..Z…

      4
      5
    Patriote
    29 juillet 2019 - 13 h 58 min

    Mon cher compatriote , vous devez vous rendre en Kabylie dont la population est connue pour son civisme vous acceuillera j’en suis sûr les bras ouverts pour constater de visu que sa population n’avait pas attendu le 22 février pour réfléchir comment établir une société libre , égalitaire et solidaire . A chaque fois que la population s’exprimer de manière pacifique quelque soit la langue utilisée , le pouvoir criminel d’Alger leur envoyait l’armée qui n’hésitait pas à tirer à balle réelle sur la population. Dois je vous rappeler le sinistre printemps berbère avec l’assassinat de 127 personnes innocentes. ? Par votre article , est ce que vous cherchez à diviser les algériens et algériennes ?
    Quelle que soit votre opinion , l’Algérie est indivisible . Nous sommes unis pour déraciner le système mafieux qui a dilapidé notre patrie

    6
    3
    Karamazov
    29 juillet 2019 - 12 h 25 min

    J’allais dire : Si Qeddour ? Ah non, pitié pas lui. Mais je le dirais kamim !

    Et vouala que si Qeddour s’en mêle , lui aussi. De quoi ai-je l’air maintenant ? Je crois que je vais arrêter d’être très intelligent à cause de tous ces disciples qui me plagient qu’AP me fait dans le dos à l’insu de ma probité intellectuelle.

    Il nous ressort à l’occasion un article mille fois ressassé pour nous vendre un événement totalement isolé et fortuit comme celui par qui l’avènement de la démocratie directe arrivera pour entrer par effraction dans un débat qui jusque-là s’était passé de lui et qui sans ma dodeste et humble personne ainsi que celle de Tovarich Abou Stroff el 3adhim cheylelleh bourhanouhou, aurait l’air de brèves de comptoir insipides ou de déblatérations d’intellos en mal de notoriété.

    On aurait pu s’y attendre que lui Si Qeddour qui d’habitude est si prompt à tirer au flanc dézingue le panel en lui tirant dans le dos. On aurait pou s’y attendre . Mais lwi kiskilfi.

    Il nous étale son kebloutisme en imposant sa tribu au débat : « avant les manifestations du vendredi et ce Forum d’Oran ». Bientôt il n’écrira que  » avant ce « Forum d’Oran » , Sans autre précision tellement c’est un événement qui aura fait date et marqué l’histoire de l’humanité .

    Démocratie directe, pour ne pas dire wlech le panel wlech.

    Il ne me reste qu’à demander pardon à mes lecteurs de m’être fait des émules comme icelui.

    Tout le travail qui reste aux vrais intellectuels c’est maintenant de tirer à vue sur ce panel et de spliker à la populace comment consciemment ou inconsciemment ils contribue à la démolition du Hirak,

    Quand vous mettez un objet sur une balance cela a pour effet de faire baisser le plateau ou de faire bouger l’aiguille : c’est l’effet mécanique : Ce n’est pas l’effet recherché , car l’objectif de la manipulation c’est de connaître le poids de l’objet et non de faire bouger le plateau . Cependant le plateau bougera kamim .

    Or le panel ne procède pas autrement. Son interférence, quels que soient ses objectifs avoués ou non , aura pour effet mécanique d’affaiblir le hirak.

    Le pouvoir lui n’ a pas pour objectif immédiat d’affaiblir le Hirak, mais il doit l’affaiblir pour organiser ses élections. Mais il n’y arrive pas , alors il fait diversion.

    Et ce qui est triste c’est que les plus brillants parmi-nous s’y prêtent.

    Sacré Hmida !

    5
    2
    Karamazov
    29 juillet 2019 - 12 h 06 min

    « Avant le 22 février 2019, avant les manifestations du vendredi et ce Forum d’Oran, des soi-disant intellectuels se permettaient d’insulter le peuple algérien comme un ramassis de «tubes digestifs», de «populace», d’«obsédés sexuels», d’«aliénés obscurantistes religieux» ».

    Et après le 22 février ?

    De « populace » et de « tubes digestifs » d’accord et pas qu’avant le 22 février : je persiste et je signe pour populace et j’assume « tubes digestifs » qui est du grandissime et du plus éclairé des intervenants sur ce site : j’ai nommé Abou Stroff , qu’il me pardonne de mêler son nom à ce galimatias régurgité pour une énième fois ici. .

    Mais jamais jamais ni moua ni Abou Stroff nous aurions commis un double pléonasme comme  » aliénés obscurantistes religieux ».

    6
    5
      Abou Stroff
      29 juillet 2019 - 14 h 23 min

      Komrad Karamazov, je te salue!
      je ne trouve rien à écrire sur les platitudes avancées par mister K. N. qui n’ait été mentionné par ton brillant commentaire.
      cependant, je précise simplement que le « concept » produit par mon auguste personne (admirez, messieurs les lecteurs, ma modestie légendaire) est « tubes digestifs ambulants » et non « tubes digestifs », la différence étant que « tubes digestifs » désignent une partie clairement identifiée du système d’organes des animaux pluricellulaires qui prend la nourriture, la digère pour en extraire de l’énergie et des nutriments, et évacue le surplus en matière fécale, alors que « tubes digestifs ambulants » est un concept produit par mon auguste cerveau et appartenant au « concret de pensée » (voir sur ce point la méthode de pensée marxienne).

      2
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.