Contrebande dans le Sud : les explications de la direction générale des Douanes

Douanes
Les services des Douanes ont reçu des instructions fermes. New Press

Les services des Douanes algériennes ont affirmé que le gouvernement n’a accordé aucune autorisation d’exportation de marchandises ou  produits alimentaires subventionnés de large consommation via les postes frontaliers du Sud, a indiqué un communiqué de cette institution, rapporte l’agence de presse officielle APS.

Suite à la demande d’intervention formulée par des membres du Conseil de la nation concernant l’arrêt immédiat des opérations d’exportation autorisées de produits alimentaires de large consommation via les postes frontaliers du Sud, l’administration des Douanes affirme «veiller, conformément à la loi et aux instructions des hautes autorités du pays, à lutter contre toute forme de contrebande pour protéger l’économie nationale», ajoute-t-on de même source.

Cinq membres du Conseil de la Nation représentant la région du Sud ont adressé une correspondance au général Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, réclamant une intervention pour interdire l’exportation de ces produits via les postes frontaliers.»Ce qui se produit aux postes frontaliers des communes de Bordj Badji Mokhtar, Timiaouine et In Guezzam est dangereux du fait qu’il gangrène l’économie nationale», ont-ils indiqué, précisant que l’exportation des produits alimentaires de large consommation subventionnés par l’Etat, autorisés ou non autorisés, ronge l’économie nationale. La correspondance porte les signatures des sénateurs Khafi Akhmadou de la wilaya de Tamanrasset, Djedae Abdelkader (Ouargla), Benmebarak Salem (Adrar) ainsi que de Boudjemaa Zeffane et Tahar Ghazil (Tamanrasset).

Le gouvernement que conduisait Abdelmadjid Tebboune, en 2017, avait évoqué ce dossier et installé une commission intersectorielle qui avait pour mission l’élaboration d’un rapport exhaustif sur le taux d’application du règlement régissant les opérations d’exportation des marchandises produites avec des matières premières subventionnées.

R. N.

Comment (13)

    Interdire les ligues et ong ded droits humains en Algerie
    1 août 2019 - 7 h 48 min

    La lddh en Algérie doit disparaître, ces ong et ligues n’ont qu’à chercher un pays autre que l’Algérie pour ces subsahariens qui ont des pays avec richesses.

    4
    1
    Anonyme13
    1 août 2019 - 7 h 44 min

    Il faut commencer le nettoyage de cette pauvre Algérie, renvoyer les clandestins africains chez eux, ils n’ont rien à espérer d’un pays comme le notre en pleine révolution, en crise, avec beaucoup de jeunes algériens capables de construire leurs pays mis en ruine par le président déchu et sa camora.
    Les migrants subsahariens doivent impérativement quitter notre pays, l’Algérie dans son état actuel ne peut pas être une terre d’asile, qu’ils nous foutent la paix ces africains qui ne fuient absolument rien dans leurs pays.

    5
    2
    Mouloud
    31 juillet 2019 - 12 h 01 min

    Il est impossible que la dg des douanes et les services de securite des frontieres n aient pas lu nos commentaires de simples citoyens sur ce tres grave probleme
    Il est aussi impossible qu ils ne soient pas au courant de ce fleau
    Et il leur est impossible de nous donner des elements de reponse, sauf si le tribunal les convoque
    En attendant le pillage du pays fonctionne tres bien et nous pourrons aboyer autant que nous voudrons..ca ne changera rien ..jusqu au jour ou il y aura de graves incidents a nos frontieres .
    Pourtant, sur un simple coup de fil, une mouche ne pourrait passer nos frontieres… tchippa ou pas!

    ABDEL1
    31 juillet 2019 - 11 h 24 min

    une fois de plus, le chef des armées devrait assumer son role premier,celui d’assurer la securité aux frontieres et laisser la politique aux civils elus par le peuple !!si non ,avec l’hémoragie et les détournements provoqués par la corruption,le risque, si ,les frontires ne sont pas securisées et si les produits alimentaires suventionnés continuent a etre détournés vers les pays voisins, l’,algerie sera obligée de faire appel au FMI et par consequence endetter et précariser tous les citoyens! par ailleurs il faut absolument dénoncer cet accord signé au niger,dernierment par bedoui,un ministre illégitime qu permet a toute l’ afrique a deverser sur le pays leur camelote bas de gamme !

    24
    Les subsahariens vont vider l'Algerie
    31 juillet 2019 - 8 h 17 min

    Attention ⚠ ces subsahariens maliens en l’occurrence vont siphonner l’Algérie, ils aiment le gain facile, la sorcellerie, les trafics… Renvoyer ces gens chez eux.

    31
    1
    Remedier efficacement au fléau subsaharien
    31 juillet 2019 - 8 h 14 min

    Couper ✂ la migration subsaharienne, les mendiants nous envahissent et comment arrive-t-il chez nous, les chantiers de construction comptent des excès de manoeuvres africains pourquoi toute cette invasion autorisée, il faut évacuer ces migrants clandestins et instaurer une règle sévère au niveau des frontières sud.

    21
    2
    Migrants, orpailleurs, chercheurs de job DEHORS
    31 juillet 2019 - 7 h 37 min

    Cette frontière va anéantir l’Algérie, les africains sont de grands sorciers trafiquants, oust les migrants mendiants et les soit disant travailleurs qui tentent de s’incruster en Algérie, il faut qu’ils dégagent, bezzaf. Il ne faut pas oublier que ce fléau subsaharien a été introduit en Algérie par le président déchu, mossiba à laquelle il faut trouver le remède immédiatement.

    20
    1
      Algérien qui ne va nulle-part...
      31 juillet 2019 - 12 h 25 min

      C’est vrai, c’est Boutef qui ouvert le robinet non pas comme on pourrait le supposer, aider ses pauvres diables mais juste par démagogie et populisme! Et surtout pour plaire a ses homologues petits apprenti-dictatos, tiraillons à la petite semaine voleurs et corrompus jusqu’à la garde!

      égalo-maniaque à l’égo démeusuré, il aime qu’on le flatte! « Fakhamatouhou » à presque tout offert à ses amis du continent noir: Aides en tous genress, dons, pret bancaires à taux réduits, effacement des dettes, bourses, études gratos, soins, formations de toutes sortes etc…

      Boutef a ruiné le pays juste pour satisfaire ses caprices et ses lubies. Arrogant et orgueilleux, il a été une calamité et une catastrophe pour le pays!

      Il a laissé un pays, pourtant, bien pourvu, riche et jeune à la traine, mal-gouverné…

    Anonyme
    31 juillet 2019 - 7 h 06 min

    Au lieu de faire des déclarations creuses, il faut nous dire qui sont les responsables de ces mouvements massifs illégaux de clandestins et de marchandises, à qui profite cette situation…

    16
    Mouloud
    31 juillet 2019 - 6 h 24 min

    Avec le pillage de l est akgerien par les tunisiens..on demande juste a savoir
    1..est ce des ordres d en haut qui autorisent cet etat de choses?
    2 est ce qu on doit tokerer ce pillage par solidarite avec un etat totalement devoue a lla france et dont on ne peut rien attendre,
    3..ou alors..comme il a ete commente plus haut..est ce la magie de la tchippa??
    Une reponse de qui de droit eclairera surement ce qui se passe…merci

    9
    1
    Mouloud
    30 juillet 2019 - 20 h 05 min

    Monsieur le dire tceur des douanes algeriennes
    Monsieur
    Vous n etes pas sur le terrain et vous dites ce qui est ecrit sur les rapports qui vous sont transmis.cepe dabt il y a une autre hemmoragie qui s est installee a nos frontieres avec la tunisie..et cz depuis longtemps..les tunisiens arrive t chez nous avec leur monnaie locale..ils ne declarent auxune devise a l entree et on ne le leur demande pas..contrairement aux algeriens qui doivent declarer les euros..et auqueks on demande le recu bancaire de change!!!
    Les tunisiens revendent leur monnaie a 6 contre 1 a quelques centaubes de metres de nos postes..et partent devaluser systematiquement les produits de preliere necessite que nous citoyens ne trouvons plus sur nos etals..ils achetent aussi de l electromenager des pieces detachees lourd et leger..teparent leurs voitures..camionettes et pick up..avec lesquels ils ressortent sans etre nullement inquietes…bourres de produits que nous retrouvons sur le marche tunisien a tres fort tarif..des villes frontalietes en passant par annaba..constantine..setif..el eulma tout est rafle et passe la fro tiere au grand dal des citoyens qui ne peuvent rien..notre economie sert a faire vivre les algeriens..et non a etre sabotee par nos voisins..la fratetnite..la solidarite..et le bon voisinage ne doivent pas etre batis sur les fonds et les biens du pays.
    Aussi en tant que responsable des douanes..en tant que citoyen algerien..il est sur et certain que cet etat de choses vous ne saurez le tonerer ou le l
    aisser perdurer..c est votre tache..et votre mission..
    Peut on vous demander de bien vouloir vous saisir de ce trafic inacceptable pour notre economie..et pour les citoyens qui ne retrouvent plus des produits subventionnes ou impiryes par l etat a coup de milliards de dollars…en vous signalant que ce grave probleme a jusqu a ce jour ete occulte……mais qu il ne saurait perdurer pouvant a la longue generer de tres graves incidents…l algerie a pour tache de faire vivre les algeriens..la tunisie aussi..mais pas sur le dos des algeriens..khlass essadaka..

    9
    2
    Enzo-Kenzo
    30 juillet 2019 - 18 h 44 min

    Ce n’est-pas possible, on aura tout vu. Maintenant on exporte des produits subventionnés achetés en devises fortes! Il y’a des règles, des lois qui réglementent ce type d’actions, non? A ce rythme, seront siphonné en deux temps trois mouvements, tous les produits sur le marché…Bonjour les pénuries!

    Nos longues frontières sont devenues de véritables passoires ou la pression exercée sur elles est phénoménale. Qu’on en juge: Des desperados et autres aventuriers de toutes sortes: clandos, contrebandier, orpailleurs super-équipés, esclavagistes,, proxénètes, prostitués, passeurs, etc… L’armée fait ce quelle peut et heureusement qu’elle veille au grain, sinon l’Algérie sera vite submergée! Tous le monde veut entrer et prendre ce qu’il veut, se croyant dans une république bananière!

    Le seul moyen efficace, de contrôle les frontières c’est de les fermer hermétiquement! Muraille, grillage avec système de surveillance électronique! Réguler le flux, filtrer les entrées. Cela pour les points de passages réguliers et officiels. Permettre pour des raisons ou considérations humanitaires des exceptions quand il s’agit de réfugies en danger,dûment identifiés! Ensuite pour aider les pays du voisinage, promouvoir une coopération utile avec des domaines ciblés pour des résultats concrets!

    Mais laisser-faire et se complaire dans le laisser-aller, ne rendra-pas service. Au contraire, c’est l’affaiblir!

    22
    2
    Anonyme
    30 juillet 2019 - 18 h 23 min

    Généralement les douanes sont complices.
    La magie de la chippa.

    36
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.