ENI révèle une inquiétante baisse des exportations de gaz algérien vers l’Italie

SH ENI
La crise politique nationale a impacté négativement l'économie nationale. D. R.

Par Saïd N. Un document officiel émanant du géant pétrolier italien ENI a révélé une baisse inquiétante des exportations du gaz algérien lors du premier semestre de l’année en cours, comparées à la même période de l’année 2018. Ainsi, ces exportations vers l’Italie sont estimées à 3,73 milliards de mètres cubes à fin juin alors qu’elles étaient de 6,48 milliards de mètres cubes à la même période en 2018, ce qui représente une baisse de 42,4%.

Il s’agit, selon la même source, de la plus importante baisse enregistrée cette année par la compagnie italienne. Une baisse qui est compensée, notamment, par une hausse des exportations du gaz libyen, en dépit de l’instabilité qui règne en Libye à cause du conflit armé interne qui s’est exacerbé ces derniers mois. Ces exportations libyennes ont atteint 2,90 milliards de mètres cubes contre 1,80 milliard de mètres cubes en juin 2018.

Concernant les investissements d’ENI en Algérie au cours du premier semestre 2009, ils sont estimés à 372 millions d’euros, principalement liés à l’acquisition de réserves d’énergie, auxquels s’ajoutent 134 millions d’euros pour l’accès à la phase de développement en Algérie. Ces résultats interviennent environ deux mois après le renouvellement des contrats d’exportation du gaz algérien pour la société italienne ENI pour 10 années supplémentaires, en quantités annuelles estimées entre 9 et 10 milliards de mètres cubes.

Compte tenu de l’accord de renouvellement, le second semestre devrait permettre d’augmenter les quantités de gaz importées par l’ENI pour atteindre 6 ou 7 milliards de mètres cubes. La même source relève que la compagnie algérienne des hydrocarbures, Sonatrach, a réussi, en plein hirak et malgré la situation politique instable du pays, à renouveler trois grands contrats d’exportation de gaz avec les deux compagnies italiennes ENI et Inal, et la société portugaise Galp, dépassant les 16 milliards de mètres cubes par an.

S. N.

Comment (13)

    Anonyme
    5 août 2019 - 15 h 00 min

    Que dire de cette information ,selon laquelle du temps de ch khelil,des tankers de sonatrach de gaz ou de petrole algeriens,ces chargements changeaient de proprietaire au profit de l,egypte et livres aux usa

    8
    3
    Lafricaine
    5 août 2019 - 13 h 38 min

    La non-réactivité de nos corrompus qui ont miné le potentiel de développement du pays nous ont sacrifiés comme le pauvre mouton de l’Aïd…
    Trop tard, la démographie aidée par l’ignorance, la religion et applaudie par l’occident nous a plombé pour de bon!
    Avec l’Arabisation et les importations mafieuses, sans Industrie integrée, sans agriculture réelle, sans instituts de recherche, sans civisme et avec une mentalité d’assistés, la tâche parait utopique !
    Où sont les projet miroités : barrage vert, énergie solaire de pointe, émergence en 2020…?
    Aucun pays Arabe ne pourra émerger car il sera un danger possible pour Israël…Oui, oui même l’Egipte ou Mnaroc que l’occident flatte et gonfle pour ses intérêts… mais que la banque moundiale est obligée de reconnaitre que c’est des économies vitrine de ballons de baudruche et que la réalité est sombre pour leurs peuples.
    L’Afrique sert de garde manger aux puissances et à moins d’une prise de conscience populaire générale du continent, rejetant gouvernants et religion, l’avenir s’annonce apocalyptique!
    La vérité est amère et douloureuse.
    Il faut une sorte de « Prophète des temps modernes » pour guider l’espace Afro-Arabe.
    Franchement, à quoi bon s’armer si c’est juste pour taper sur le voisin pour RIEN et que jamais on ne pourra se défendre contre les puissances?
    Devenons des pays neutres, virons nos corrompus et mettons nous au TRAVAIL, sans s’encombrer de croyances qui troublent la sphère Economico-politique!
    Un pays tout seul ne pourra pas y arriver car obligé de composer avec ses voisins .
    Déconcertant n’est-ce-pas…Bon courage!

    25
    15
      karimdz
      5 août 2019 - 18 h 31 min

      Va raconter tes salades ailleurs en quoi l arabisation est responsable. Sioniste retourné dans ta talmudie, le monde serait en paix sans vous.

      18
      21
      Mk
      7 août 2019 - 14 h 50 min

      Voilà le bon resonnement, quelqu’un qui a la tête sur les épaules.
      Sans l’Afrique soudé on arrivera à rien, une seule main n’applaudit pas, arrêtons de nous chamailler comme des chiffonniers et donnons nous la main pour avancer et monter à ses puissants de se monde que nous aussi on est là.

    Alors de quoi s'agit-il ?
    5 août 2019 - 12 h 27 min

    L’auteur de l’article Saïd N. ne nous dit pas exactement s’il s’agit d’un manque de quantités de gaz à livrer (problème au niveau des gisements qui produisent moins ) ou si c’est un problème technique sur les canalisations (gazoducs) ou si c’est un problème contractuel !

    Alors il est où le problème ? Si l’ENI parle « d’inquiétude », c’est que c’est grave et qu’il ne faut voir que du côte fournisseur Sonatrach !

    9
    2
    Anonyme
    5 août 2019 - 10 h 09 min

    @Adekargo je dis qu’on va vers la catastrophe mais la solution c’est bien sûr la mise à l’écart des responsables de cette catastrophe et de leur protecteur en chef!!
    @Moh je suis d’accord avec toi ce n’est pas les compétences qui manquent. Les prochaines années seront très dures, comme l’a dit Benbitour et d’autres économistes, raison de plus pour avoir le gouvernement le plus irréprochable possible. Il n’y a qu’avec un nouveau système que le peuple acceptera la politique d’austérité qui arrive. Si le système et les pratiques ne changent pas avec la misère qui s’annonce ce sera la guerre civile

    11
    Anonyme
    5 août 2019 - 9 h 16 min

    Avec la diminution de production de pétrole et la baisse du prix de pétrole la catastrophe est pour bientôt. Avec tout ça on n’arrive même pas à atteindre 3 petits millards de dollars d’exportation hors hydrocarbures. Ajouter à cela, l’un des seuls qui arrivait à exporter un peu est en prison!! Ça s’écroule de partout!!

    30
    6
      Moh
      5 août 2019 - 9 h 36 min

      Mais non, il faut positiver lorsqu’on aura enlevé cette gangrène au pouvoir, et qu’on place des jeunes instruits qui s occuperons du pays avec respect et honnêteté tout ira bien inchAllah.
      Tant que le peuple reste unis ont à rien à craindre, tout va s arranger il y a eu des pays en faillite et aujourd’hui ils sont développé et ont pris le meilleur de la misère pour en faire une force.
      Les riches ne seront pas toujours riches, et c’est la même chose pour les pauvres.

      En Europe il ne faut pas croire que tout se passe bien, la plupart des gens vivent sous le seuil de pauvreté, leurs ministres sont aussi corrompu, ils crée des tensions intercommunautaire pour continuer à rester au pouvoir.
      Comme l européens est d’origine limité par ce que les juifs leurs enseigne… Dépravation, dégradation de l’enseignement,amusement, la mort de leurs culte, ils vendent leurs églises et méprise les croyant musulmans.

      Tout ça pour dire tant que nous restons souder, et qu’on sait ce que nous sommes et qu’on s attache à la religion, et qu’on soit tous frères et sœur… Rien ne nous arrêtera.

      23
      37
        harissa
        5 août 2019 - 10 h 59 min

         » En Europe la plupart des gens vivent sous le seuil de pauvreté  » pouvez – vous m’indiquer vos sources ? Car en parcourant mon ordinateur je ne vois rien de cela ,je vois un IDH ( indice de Développement Humain ) classé très haut ,un Produit Intérieur Brut classé très haut .Mais vous avez dû le constater de visu ,les émigrés qui viennent en vacances au bled retournent en Europe vivre sous le seuil de pauvreté au lieu de rester au pays ,c’est à n’y rien comprendre .Djamel Ould Abbés qui a fait des études de médecine avec Angela Merkel a bien déclaré pourtant que l’ Algérie c’était mieux que la Suéde ,un secrétaire général du FLN connaît son sujet car on choisit les meilleurs pour ce poste .

        16
        awaah
        5 août 2019 - 13 h 13 min

        Bonne analyse, sauf la fin.
        Oui en effet d’autres pays à zéro ont pu emerger, mais donne moi un exemple d’un pays Arabe sur la bonne voie sérieusement?
        S’attacher à la religion qui est la source de notre marche à reculons?
        Retrousser les manches plutôt !
        Les croyances restent dans le domaine personnel et culturel pas dans la sphère politico-économique!
        Il faut être libre, instruit et très fort pour tenter de remettre en questions (seul ou pas) une croyance implantée génétiquement.
        Je voudrais bien qu’il y ait des « oulémas » diplômés en sciences exactes capables de critiquer le Hadj tourisme, le sacrifice obsolète du mouton, les traditions dépassées (mixité, foulard, youm el quiyama qui terrorise les gens…).
        Vieux avec djellaba et chéchia ne veut pas forcément dire SAGE et sans pensées inavouables…

        15
        2
      Adekargo
      5 août 2019 - 9 h 46 min

      Et alors,n’es-tu pas satisfait,tu n’as pas el Kanâa?
      A moins que tu n’es pas musulman et encore moins un nationaliste.
      Fallait dire et crier en toutes circonstances:Vive Si Al Gaîd !

      T’inquiètes,Si Al Gaid trouvera bien quoi exporter,peut-être du sable;il n’est pas General pour rien;la preuve ,il a même embastillé le Mystere Toufik.

      8
      22
        bilad
        5 août 2019 - 14 h 12 min

        Et alors si on n’est pas musulman arriéré on n’a pas le droit de vivre?

        13
        1
          Adekargo
          6 août 2019 - 5 h 44 min

          Bilad
          5 août 2019 – 14 h 12 min

          Ce n’est pas une question de droit,il est plutôt question de pouvoir.Ces gens que tu as évoqués marchent sur la tète donc soit tu deviens dingue,soit ils t’égorgent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.