Affectation des nouvelles réserves foncières agricoles : Tebboune gèle tout

Tebboune, agriculture, foncier
Abdelmadjid Tebboune décidé à revoir la politique de son prédécesseur de fond en comble. New Press

Les services du Premier ministre ont rendu public ce lundi un communiqué indiquant que «le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné de geler les décisions portant l’affectation des réserves foncières agricoles destinées à la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage».

La décision, ajoute la même source, a été prise au terme d’un Conseil interministériel présidé par Tebboune consacré à l’examen de la situation des réserves foncières agricoles du domaine national, en présence des ministres de l’Intérieur et des Collectivités locales, des Finances et de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche.

Lors de cette réunion, ajoute-t-on, «il a été procédé à l’évaluation des différents dispositifs mis en œuvre dans le cadre des politiques publiques destinées à assurer le renouveau agricole dans l’ensemble des régions du pays, notamment ceux relatifs à l’accès au foncier agricole et à la création de nouvelles exploitations».

A l’issue de l’exposé présenté par le ministre de l’Agriculture, et après avoir évoqué les «dysfonctionnements, les anomalies et autres facteurs de blocage qui caractérisent le secteur», le Premier ministre a instruit les départements ministériels concernés en vue de «procéder au gel des décisions portant affectation des réserves foncières agricoles destinées à la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage, notamment les fermes pilotes associant des partenaires privés, en attendant l’arbitrage du Conseil des participants de l’Etat (CPE) qui se tiendra prochainement».

Tebboune a également instruit d’initier une opération portant «révision des textes et dispositifs réglementaires présidant à la gestion, à l’affectation et à l’exploitation des réserves foncières agricoles en veillant à mettre un terme aux contradictions constatées» ainsi que «l’élaboration d’un nouveau cahier des charges déterminant les conditions d’accès aux réserves foncières agricoles du domaine national». La même source a précisé que le gel ne concerne pas les investissements réels déjà réalisés.

R. N.

Comment (4)

    Erracham
    18 juillet 2017 - 14 h 49 min

    Question de sémantique: veut-on GELER ou ANNULER les transactions douteuses de l’ancien gouvernement? La seconde solution est plus appropriée à mon sens car l’État se réapproprierait ses biens, ceux du peuple. La seconde s’apparenterait à une opération de com. Le diable se cache dans ce détail.




    0



    0
    Kahina
    17 juillet 2017 - 22 h 26 min

    Pas de problème, vous avez trouvé la solution à nos problèmes.
    L’immigration clandestine va transformer l’Algérie en un pays agricole aride par excellence.




    0



    0
    mzoughene
    17 juillet 2017 - 20 h 56 min

    IL FAUT DISSOUDRE TOUTES LES CHAMBRES DE L AGRICULTURE QUI Ne SONT D AUCUNE UTILITE A U DEVELLOPPEMENT AGRICOLE ET CHANGER LE STATUT DE CES CHAMBRES DE KHOSISTES ELECTORALISTES DU SYSTEME ET VIRER L UNPA ET SON PRESIDENT ALIOUI QUI ONT FAIT OPA SUR LES CHAMBRE D AGRICULTURE ET BLOQUER TOUT DEVELOPPEMENT DE ALGRICULTURE !




    0



    0
    Felfel Har
    17 juillet 2017 - 19 h 54 min

    Voilà bien une décision qui s’applaudit des deux mains. L’ancien PM, avec la complicité de nombreux fonctionnaires, dont le sulfureux chef du Groupe gérant les fermes agricoles, a, quelques heures seulement avant le changement de gouvernement, attribué des fermes d’État à des personnes complètement étrangères au monde agricole. Il se dit aussi, de sources proches du dossier, que le gai luron que nous avions comme PM se serait servi royalement (j’utilise le conditionnel à bon escient). Annuler les dites décisions et sanctionner ceux qui ont permis cette saloperie ne serait qu’une suite logique à ce hold up historique. L’attribution de terrains à de prétendus industriels pour y implanter des investissements fantômes doit aussi faire l’objet d’investigations. C’est un moyen pour le pouvoir de se refaire une virginité et de regagner la confiance de ce peuple qui s’est abstenu de voter aux dernières législative. Haro sur la corruption et la gabegie! Punissons les voleurs et leurs complices là où se ils se terrent dans la grande administration de l’État! Mr. Tebboune, vous êtes sur la bonne voie, ne nous décevez pas en vous arrêtant en si bon chemin!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.