Que faut-il penser de la désobéissance civile annoncée par le hirak ?

hirak désobéissance civile
S'achemine-t-on vers l'inéluctable ? PPAgency

Par le professeur Mohamed Bouchakour – Lors du 24e vendredi de marches populaires, un nouveau slogan a été clamé pratiquement dans toutes les villes du pays : «Elle arrive, elle arrive la désobéissance civile !». Ceci reste de l’ordre d’une annonce dans le cadre d’une joute verbale qui intervient à un moment crucial de la négociation qui se déroule actuellement sous nos yeux, mais à distance, entre les deux détendeurs du pouvoir réel en Algérie : la haute hiérarchie militaire qui l’a toujours contrôlé et la grande masse du peuple qui s’est donné pour projet de se le réapproprier complètement. Dans cette négociation, chaque partie adresse crûment à l’autre ses exigences et ses intentions. En ce début du mois d’août, l’intensité du rapport de forces s’est accrue d’un cran marquant une escalade conflictuelle. Le processus de négociation est entré dans sa phase cruciale, celle qui précède son dénouement.

Dès le mois de septembre, soit un compromis original et salutaire sera enfin trouvé, soit la négociation sera rompue et chaque partie sera alors libre d’en faire à sa tête. En clair, et si tant est que l’objectif du pouvoir réel est vraiment d’organiser rapidement des élections présidentielles, nous irons au pas de charge vers un passage en force pour la tenue de ces élections, dans un contexte de boycott massif doublé d’appels généralisés et assourdissants à la désobéissance civile. Dieu nous préserve de ce scenario catastrophe que rien ne permet d’exclure.

Dans la négociation actuelle, un compromis original et salutaire est-il possible ?

Si l’on revient aux protagonistes en présence, il y a d’un côté le pouvoir réel incarné par la haute hiérarchie militaire. Sa culture prédominante est celle de l’obéissance absolue aux ordres qu’elle dicte. Il est possible que dans le schéma de représentation mentale de quelques-uns de ses membres, le peuple soit assimilé, avec une certaine arrogance, à la troupe. Et même à moins que cela, vu que cette masse de civils est par définition étrangère au «corps», donc une entité «indigne de confiance», voire «suspecte», et pourquoi pas potentiellement «hostile aux intérêts supérieurs de la nation» dont le «seul et unique garant infaillible» reste la haute hiérarchie militaire. Aussi, et à partir de cette mythologie, il serait impératif et urgent d’introniser, comme de coutume, un président de la République en charge de la sphère civile, et remettre du même coup le pays sur les rails de la légalité formelle vis-à-vis du reste du monde, en le dotant d’institutions régulières et officielles. Une fois la situation ainsi «normalisée», le pays serait à l’abri de tous les périls et chacun pourra vaquer à nouveau à ses affaires.

En face, il y a le peuple. Dans sa tête, il a «tué le père» et se considère désormais comme majeur et maître de son sort. Pour lui, la légitimité de ses aspirations profondes et inaliénables passe bien avant le retour à la légalité formelle des institutions. Il est désormais résolu à assumer sa souveraineté et à se doter d’un Etat civil, le sien, authentiquement républicain, au service d’une Algérie libre, démocratique et débarrassée de la rapine et des injustices. Dans cette optique, l’Armée nationale populaire doit se cantonner strictement à ses missions traditionnelles et classiques de défense de la nation.

Dans ce face à face et pour le moment du moins, à la «désobéissance militaire» qui s’est déjà exprimée par le refus de répondre aux aspirations populaires, le peuple vient de brandir la menace de recourir à la désobéissance civile pour contrer les injonctions émanant de la haute hiérarchie militaire.

Le compromis semble à première vue impossible tant les positions en présence sont inconciliables. Il est urgent de sortir de cette guerre de tranchées à distance, et aller vers la recherche raisonnée de la seule issue raisonnable : celle où c’est la vision et la volonté du peuple qui priment sur celles de la haute hiérarchie militaire, car c’est l’armée qui appartient au peuple et doit se mettre à son service. Ainsi va le monde, à moins que l’on ne considère, froidement et non sans un certain cynisme, que c’est l’inverse qui doit prévaloir. La balle est donc dans le camp des décideurs. Ces dernies portent la responsabilité d’adoucir l’intensité conflictuelle du différend national actuel et de faire jaillir du néant un compromis original et salutaire pour le pays. A défaut, nous tous courons tout droit vers une déflagration dont personne ne sortira indemne ; le dernier mot ne pouvant revenir qu’au peuple, quel que soit le prix lourd qu’il aura à en payer.

Comment expliquer les réponses provocatrices de la haute hiérarchie militaire ?

On pourrait percevoir trois éléments d’explication possibles non exclusives l’une de l’autre : tout d’abord, l’Algérie est sur le plan économique et géopolitique un enjeu considérable au niveau régional et international et il est plus que probable que de fortes pressions extérieures soient exercées sur les décideurs du moment. Que ces derniers subissent de subtiles actions d’influence ou reçoivent carrément des injonctions explicites, écouteront-ils seulement leur conscience ?

La réponse à cette question sera fournie sous peu par l’issue du bras de fer qui se déroule actuellement en interne. L’autre élément serait que les détenteurs actuels du pouvoir réel, civils et militaires, tous issus et parties prenantes actives du long règne des Bouteflika, ont des intérêts et privilèges tellement énormes à préserver et des affaires tellement scabreuses à se reprocher, qu’ils n’entendent pas «lâcher le morceau» sur la simple demande de ce qu’ils regardent comme des marches populaires ; des marches certes surprenantes et impressionnantes à leur début, mais qui sont devenues à leurs yeux, au fil des semaines, «banales» et «agaçantes».

Enfin, il est possible aussi que les décideurs en place n’aient pas pris la bonne mesure de la situation. En constatant que les marches populaires ont perdu de leur caractère massif parallèlement au relèvement du niveau des revendications, ils ont pu en déduire que la très grande majorité se contentera de changements de façade agrémentés de mesures spectaculaires et que seule une infime minorité, soupçonnée d’être manipulée, entend se radicaliser et aller vers une remise en cause fondamentale de l’ordre établi. C’est là une perception erronée que les évènements à venir ne manqueront pas de démentir. Il reste que l’annonce par la rue de la désobéissance civile est en fait un addenda qui complète et précise un des slogans emblématiques clamés depuis le 22 février : «Ce pays est à nous et nous en ferons ce que nous en voudrons !». Comprendre implicitement par-là : «Nous en ferons ce que nous en voudrons, advienne que pourra, et non pas ce que vous voulez en faire». Ici, c’est le contrat social en vigueur jusque-là qui vole en éclats.

Faut-il être pour ou contre la désobéissance civile ?

Il y a eu beaucoup de provocations visant à ce que le hirak dégénère en scènes de violence. Jusqu’à présent, elles ont été déjouées. Mais face à l’intransigeance du pouvoir et à ses menaces de plus en plus insistantes, le hirak cherche à présent des formes de résistance et de riposte qui, tout en restant dans le mode «silmiya» (pacifique), puissent faire preuve d’une détermination plus forte et d’une efficacité accrue. La désobéissance civile est un concept de lutte pacifique. Outre la grève «politique», que les plus impulsifs veulent générale, illimitée et tout de suite, la désobéissance civile englobe tout un éventail d’actions de contestation et de résistance qui restent théoriquement envisageables, mais qui toutes exigent sur le plan pratique la réunion de conditions très strictes qui sont actuellement loin d’être réunies. Et il est peu probable que le hirak, en l’absence de structuration et de leaders, puisse les réunir à court terme. Aussi, il faut craindre que toute improvisation ou précipitation véhiculées sur ce terrain par le bouche-à-oreille et par des réseaux sociaux infestés, conduiraient à des échecs contre-productifs, si ce n’est à un chaos national, pour peu que des manipulations malveillantes parviennent à s’incruster et à interférer dans le cours des choses.

Ceci étant, la désobéissance civile reste dans son principe un moyen de lutte pacifique hautement civilisé. Il est, en tout cas, largement préférable à celui des émeutes violentes dont le spectre hante d’ores et déjà la prochaine rentrée. Vu l’exacerbation de la colère sociale sous l’effet du pourrissement de la situation économique, de la persistance insupportable d’un statu quo politique suicidaire et des réponses belliqueuses apportées à la volonté de rupture exprimée par le peuple, il faut craindre le pire à partir de septembre. Si, par malheur, le dérapage vers la violence venait à se produire, il pourrait donner aux partisans de la méthode «dure» l’occasion de lancer, encore une fois, une répression armée féroce contre la population civile et de décréter l’Etat d’urgence pour une durée indéterminée qui plombera définitivement le sort du pays. Un tel scenario consacrerait cette fois-ci un divorce total et irréparable entre le peuple et une armée qui lui sera à jamais étrangère, car devenue antinationale et antipopulaire. Il faut espérer que l’on n’en arrivera pas là et que les tenants du pouvoir auront la sagesse, en toute circonstance, d’écouter leur conscience, à défaut d’avoir écouté, six mois durant, les appels de la rue.

Toute la responsabilité pèse actuellement sur les épaules des partisans de la méthode «douce» pour faire entendre raison à leurs confrères de la méthode «dure» et, ainsi, ouvrir la voie à la recherche d’un compromis original et salutaire dans l’intérêt bien compris de la nation, toutes composantes confondues.

La désobéissance civile présente des risques non négligeables

Alors que les marches hebdomadaires reposent sur une connivence populaire nourrie du vécu collectif et des échanges sur les réseaux sociaux, la désobéissance civile nécessite, elle, une direction et une organisation capables de concevoir, préparer, encadrer, conduire les opérations et de réguler le processus dans le temps et dans l’espace en fonction de ses résultats. A défaut, elle peut être l’objet de toutes les manipulations, provocations et infiltrations possibles, ce qui risquerait de déboucher sur toutes les dérives imaginables, dont celles qui conduiront ou offriront le prétexte pour décréter un Etat d’urgence. C’est donc une forme de lutte à laquelle il ne faut recourir qu’en tout dernier recours et avec beaucoup de préparation, de mesure, de prudence et de sagesse.

Ce qui semble sûr, au demeurant, c’est que la lutte du peuple algérien pour sa libération sociale sera longue, mais que tôt ou tard il aura le dernier mot. Il lui faudra pour cela qu’il s’accroche becs et ongles à son unité, qu’il ne dévie jamais du principe de la non-violence inconditionnelle dans toutes les formes de lutte qu’il adoptera, qu’il se donne l’élite et les moyens nécessaires pour avancer de manière intelligente et efficace et qu’il accepte de mettre le prix qu’il faudra.

M. B.

Pour le Comité de coordination de collectif Notre nouvelle Algérie républicaine (Naré)

Contact : [email protected]

 

Comment (62)

    Moskosdz
    8 août 2019 - 11 h 29 min

    Pourquoi ne pas placer un président à la tête de chaque Algérien et tout le monde serait content?.

    2
    1
    Alfa
    7 août 2019 - 19 h 17 min

    Einstein disait: » 2 choses sont infinis, l’Univers et la bêtise humaine ».
    Avez-vous penser aux conséquences advenant une désobéissance civil?
    Il ya des pays, qui se comptent sur les doigts d’une main et qui meurent d’envie de voir toute l’Algérie à sang et à feu sans égard aux pertes de vies humaines.
    Attiser la haine avec des commentaires incitants à la haine n’a jamais été une solution aux problèmes récurrents que vit le pays depuis plus de 2 décennies déjà.
    Si le pays est encore debout c’est grace à son armée et à un groupe de gens honnêtes qui veulent servir le pays, comme disait El Marhoum Amirat: Si on me demandait un jour de choisir entre la démocratie et mon pays je choisirais mon pays. Voici une attitude digne d’un homme de bonne foi.
    Malheureusement des hommes comme lui disparaisse brusquement sans avoir le temps de réaliser leurs vœux les plus cher de voir une Algérie prospère et dénudée de toute tare humaine à dessein machiavélique.

    6
    5
    Anonyme
    7 août 2019 - 10 h 40 min

    Les rapports de force sont en train de changer en Algérie. « Les enfants gâtés » des dernières décennies n’ont jamais étaient victimes des humiliations qu’eux exerçaient quotidiennement sur le « Ghachi ». L’Algérie leur revenait de droit. Ils sont les héritiers naturels des colons. Ils ont pris leurs places et leurs biens. Ils ne remettront pas de gaieté de cœur, ce qu’ils ont pris. Ils n’ont pas souffert comme le « Ghachi » durant les décennies de violence et de radicalisation. Ils ne savent pas ce que c’est. Ils étaient bien protégés. Il ne leur reste que d’essayer de monter sur le « Hirak » et l’utiliser pour créer le chaos qui leur permet de s’échapper entre les mails ou reprendre les reines de leur Algérie. Ceux qui poussent vers la radicalisation et la désobéissance civile sauvage, ne seront pas ceux qui payeront comme toujours, mais le « Ghachi », comme toujours aussi. Ne touche pas à ma « Silmiya »!

    10
    3
    Brahms
    7 août 2019 - 9 h 50 min

    Il faut agir avec méthode pour satisfaire le peuple car nous sommes tous dans le même bateau. Si l’Algérie coule, tout le monde en subira les conséquences. Il faut donc simplement s’intéresser aux voleurs.

    Méthode : Le Procureur Général d’Alger s’intéresse au voleur Chakib. Il lui dit, vous aimez l’Amérique, c’est bien, c’est votre droit mais sans l’argent volé au peuple donc ce sera une saisie conservatoire puis la restitution des 140 millions de dollars qui serviront au peuple ainsi que vos biens immobiliers acquis illégalement. Puis, une destitution de la nationalité algérienne pour éviter qu’il revienne en Algérie pour y mourir. Allez houste. Ainsi, ce Chakib qui était tant rusé avec le peuple sera obligé de se rendre à l’usine aux USA pour travailler et payer son loyer, finie la belle vie sur le dos du peuple algérien.

    Il faut donc agir fermement contre tous ces margoulins sans vergogne sinon cela recommencera indéfiniment sous forme d’autres voies.

    10
    1
    karimdz
    7 août 2019 - 6 h 37 min

    Ceux qui cherchent à radicaliser le mouvement sont les premiers ennemis du hirak.

    Ils font croire qu ils sont patriotes alors qu ils tentent insidieusement de saboter ce mouvement populaire et pacifique.

    18
    16
    Ammi Mourad
    6 août 2019 - 23 h 16 min

    MonGe étal Je viens d’apprendre avec stupeur que vous êtes l’objet d’un mandat d’arrêt international, je suis sûre que vous n’êtes pas coupable, alors je vous en supplie rentre au pays et défendez-vous dignement

    22
    6
      mez
      7 août 2019 - 12 h 45 min

      il a attendu la dernière minute pour fuir le pays
      il est blizzard comme général,très malin
      chacun à son tour,il connaitra lui aussi la prison

      4
      3
        Vroum Vroum 😤..
        7 août 2019 - 15 h 15 min

        @MEZ….On est plein à avoir du respect pour le Général Nezzar qui a participé à sauver l’Algérie de la Horde Islamistes Frères Musulman Wahabites dit Salafistes du Faux Djihad Fis/Ais…le Général Khaled Nezzar , pour mon avis et Analyse , est bien plus clairvoyant , intelligent que celui qui voudrait le neutraliser , in faudrait neutraliser l’Algérie entière , mais on est assez grand pour avoir notre opinion sur ceux qui ont sauvé l’Algérie et Ceux qui la mènent au désastre , le Général Benyles lors d’une conférence à dit  » on ne peut faire le Bilan Catastrophique de Bouteflika , car son mandat n’est pas fini .. ».. Le Général Gaid Sallah a soutenu Mr Bouteflika et le 5 ème Mandat jusqu’au bout , et le Hirak à tout stoppé… Voilà c’est ces Généraux Clairvoyants , Mr Nezzar , Mr Benyles , Mr Ali Ghediri…qui sont nos exemple . .

        2
        5
          mez
          7 août 2019 - 19 h 27 min

          y’a beaucoup de questions sur lui,on entend des choses très grave sur lui. dans les années 90,octobre 88 etc….
          l avenir nous le dira

          3
          3
          Vroum Vroum 😤..
          8 août 2019 - 23 h 46 min

          @Mea.. « les On entend.. » sont des attaques lamentables des perdants Islamistes Fis/Ais de chez Rachad de Dhina ex FIS basé en Suisse et Zitout et Al Maghribya Ben Chenouf basé à Londres , ces opposants de l’étranger sous protection des Services Occidentaux… !! De plus ton « on Entend.. » sort du Site Algeria Watch à la solde des Ennemis de l’Algérie , qui y’a quelques années sortait la fable MOAL des Officiers Libres , une manipulation pour tromper l’opinion… Car les Officiers de l’armée Algérienne sont tous en Algérie sauf un ou deux ou trois déserteurs proches des Islamistes Fis/Ais terrorisme du Faux Djihad contre leurs propre Peuple et Pays , ces Déserteurs on fuis en Europe , Gb dont leurs Services ont cuisinés ces Traitres.. Donc toi tu perpétue la Fable du MOAL un instrument de propagande des Sévices MI5 , Otan… Allez va mentir ailleurs monsieur ‘L’ agent  » …

    Vroum Vroum 😤..
    6 août 2019 - 22 h 32 min

    Je pense qu’est arrive à un stade délicat , il aurait été bien plus judicieux que le sommet de la hiérarchie État Major ait des le début accompagner le Mouvement Populaire , la remise en cause du Système en le readaptant à la réalité de la Société Algérienne , et aider le Mouvement Populaire à choisir des Élites ayant l’envergure des Responsabilités d’État , mais le Pouvoir État Major à travers Gaid s’est muré en sous-estimant le Hirak qui n’a pas su se fédérer et donner à l’Etat Major le sentiment que donner le Pouvoir est un risque à ne pas prendre , le Chef d’État Major Gaid Sallah aurait du accompagner le Peuple Hirak et l’aider , créer la métamorphose du Système en osmose avec le Peuple Hirak qui est a l’origine d’une Révolution dont Gaid Sallah et l’Etat Major ont mal analysé et mal interprété . Une Erreure d’analyse systémique , qui a déclenché des réactions en chaînes presque ingérables.. brisee la confiance.. ,Résultat il s’agit maintenant d’une Spirale infernale , que si bien le Chef d’État Major Gaid Sallah et le Mouvement Populaire , ensembles doivent y mettre fin …car sinon ils seront tous perdants , on sera tous perdants et ce n’est pas rendre service à l’Algérie . . Il faut que le Chef d’État Major Gaid Sallah considère le Mouvement Populaire à sa juste Valeure , les mécanismes de l’autoritarisme au sein de l’armée ne peuvent s’appliquer à un mouvement Populaire qui demande à être écouté et respecté , mais qui doit aussi prendre ces responsabilités et choisir ces Représentants nommément !.. .On saura qui parle à qui , car du côté Hirak ça fait défaut.. « on veut le changement  » , Y’athnahaw Gaa  » , mais qui présentez -vous ?? Un Panel ? Des Sages..?.. je pense que l’Etat Major veut etre rassuré , car en face y’a les revendications mais aucun Représentant !.. Faut être juste !.. Maintenant changer de Chef d’État Major pour relancer le débat serait ressenti comme une faiblesse pour l’Etat Major , 6 mois !!! de perdus , mais il faut impérativement installer la Confiance , et pour sauver l’économie de la spirale , il n’y a pas beaucoup de choix !.. Mr Gaid Sallah Chef d’État Major à mal analyser , non réceptif , autoritaire , et le Hirak incapable de se fédérer et donner un Représentant d’envergure Étatique . . La spirale infernale doit s’arrêter , Oui , sinon on sera tous perdants , anarchie , désobéissance !! Non ..il faut le Dialogue et ceux qui se mettent en travers doivent partir , s’obstiner c’est faire le jeu de la Spirale , Mr Gaid Sallah est-il l’Homme de la situation ??.. Mettons à la place Le Général Ali Ghediri ou Général Benyles comme Chef d’État Major et la tout s’arrange du jour au lendemain.. Un bon Analyste ne perd pas 6 mois et détruire l’économie le nerf de la guerre . . Changeons de Système qui s’est avéré calamiteux , essayons autre chose . .Et cette autre chose c’est ensembles , Anp/Peuple , qui la ferons . .Place à la nouvelle génération , Universitaires , Sociologues , Ecomomistes , Stratèges…Analystes , c’est ensembles ANP /Peuple , main dans la main , des Cerveaux des deux côtés ensembles . .Mr Gaid Sallah a joué et perdu selon mon analyse .

    6
    8
      mez
      8 août 2019 - 19 h 11 min

      juste deux mots
      si il a volé lui aussi,il n est l’homme de la situation,donc il va faire tout,pour qu’il y ait dans le pays le CAO
      si il n a pas volé,oui je suis d’accord avec toi,c’est l’homme de la situation

    Lahouaria
    6 août 2019 - 21 h 09 min

    Stop cessez vos menaces sur mon pays, si vous avez des problèmes à régler entre vous deux, Vieux Rangers de 80 ans, Général Nezzar et Général Gaid Salah. Y’a :Messenger Skype ou Viber pour une conférence vidéo pour désagréger votre rancune vieille de 30 années, ne mêlez pas le peuple dans votre guéguerre svp.
    Laissez mon pays tranquille et en paix.
    L’Algérie appartient à tous les algériens et personne n’a le droit de nous empêcher d’y aller à cause de votre désobéissance qui consiste à créer un chaos pour rien et à cause des problèmes des impôts non régularisés par des entreprises qui ont mis la clé sous la porte.
    Vous n’avez qu’à faire des Téléthon pour ramasser l’argent qui manque dans les caisses algériennes et point barre.!!!!!!!!
    Puisque vous êtes capable de sortir les algériens faire des manifs hebdomadaires ces Hirakistes peuvent être solidaires pour constituer une caisse et régler les impôts non payés

    20
    22
      Anonyme
      7 août 2019 - 0 h 36 min

      Hors sujet

      9
      4
    Karamazov
    6 août 2019 - 18 h 13 min

    En attendant la revue El Djeich vient de répondre à toutes les questions que le panel se pose et qui persiste dans ses préalables ainsi qu’à ceux qui voudraient radicaliser le mouvement.

    Et demain la justice indépendante confirmera sans doute les avertissements de l’armée lors du verdict contre le jeune qui a brandi le drapeau amazigh.

    Je pense que ceux qui cherchent à radicaliser le mouvement devraient y réfléchir à plusieurs reprises avant de durcir le mouvement.

    Sortir mécaniquement tous les vendredis pour marcher et vociférer des slogans est une chose. Passer à une autre forme de lutte plus radicale dans un pays où il y a une foultitude de partis politiques et de tribus en est une autre .

    Moua, tout ce que je vois , c’est Larmi qui se radicalise de plus en plus .

    12
    11
      Anonyme
      6 août 2019 - 20 h 31 min

      Disons pour être honnête que tes constats on n en a rien à carrer…Tu as la rage, ça suinte…Contente toi de rester au chaud en France…Parce que les constatateurs ne sont jamais les payeurs ni les exemples…

      14
      7
    Karil
    6 août 2019 - 17 h 13 min

    Bonjour, je viens de lire sur un autre site que la justice militaire veut faire taire notre glorieux Général Nezzar. Je voudrais qu’on contre attaque cet ignoble créature analphabète de Gaid Salah. Que tous ceux qui ont des infos sur sa progéniture et son entourage, les balancent sur internet pour le faire tomber car, apparemment, il veut mettre notre pays en feu. Merci.

    38
    42
      Rais
      6 août 2019 - 17 h 54 min

      C’est comme George W. Bush: « il a essaye de tuer mon pere », alors il a detruit un pays!
      J’espere que le peuple Algeriens soit proteger par ces enfants et vive l’armee 2019.

      15
      17
    Kahina-DZ
    6 août 2019 - 16 h 47 min

    Ce n’est vraiment pas la solution. L’Algérie a besoin de propositions sages et intelligentes, pour sortir de ce piège.
    Ce qui manque: Des Hommes et Des Femmes compétent (e)s pour dresser un programme intelligent à court -moyen et long terme.
    On ne va pas sortir d’une stérilité, pour plonger les yeux fermés dans une autre stérilité.
    Faites appel aux compétences Algériennes sans coloration politique, pour animer des débats sérieux dans tous les domaines… Les débats seront transmis en direct…Mais pas sur les chaines corrompues.

    31
    13
    Kassaman
    6 août 2019 - 15 h 45 min

    En tout cas heureusement que tous ces appels aux boycotts et autre désobéissance civile, n’ont pas été suivis lorsque ils en appelaient l’équipe nationale à boycotter la CAN, quel gâchis cela aurait été…
    On a besoin de solutions et propositions constructives et non de déconstruire l’Algérie, pour le plus grand bonheur d’ailleurs de tous les vautours qui rôdent déjà autour de nos frontières.

    33
    18
    Antisioniste
    6 août 2019 - 13 h 55 min

    Le parcours sans faute n’est pas une vue de l’esprit, Monsieur Belmadi le « jeune » entraineur de notre victorieuse « jeune » équipe national la prouvé avec un panache et une humilité qui resteront gravé dans les mémoires. Quel est le rapport entre la contribution éclairer du Professeur Mohamed Bouchakour est l’exploit footballistique dont je parle se diront certains ? Aucun en apparence, mais tout en réalité.
    Je ne suis pas un docteur, et je me garderai par respect d’émettre un semblant de jugement sur l’apport de Monsieur Mohamed Bouchakour concernant la « désobéissance civil », je ne fais que réagir et rebondir sur ce que je viens de lire et comprendre.
    Il y’a à peine quelques jours j’ai parlé brièvement dans un commentaire de l’ambiguïté des mots, et nous y sommes toujours en plein dedans. Transition, dialogue, négociation, désobéissance civil, se sont tous des mots ayant une signification propre, une utilité précise pour les experts, et un objectif voulu par certains intéresser (pour ne pas dire les opportunistes).

    Bien avant l’éviction (de façade) de bouteflika j’avais aussi parlé de transition en précisant que nous y sommes déjà à ce moment-là, et à l’instar d’autres citoyens et citoyennes j’ai aussi appelé à l’émergence de représentants du hirak en précisant la nécessité que ses représentants soit issu des 48 wilayas et que la parité femme/homme soit respecter et qu’ils/elles soient « apolitique », mais des « voix » que je ne nommerai pas ont appelé au contraire. Etrangement, certaines de ses même voix (je ne parle pas de Monsieur Mohamed Bouchakour pour éviter toute ambiguïté) ont commencé à faire douter le hirak à propos de la désobéissance civil qu’il a annoncé (et continuera d’annoncé et préparer méthodiquement et très intelligemment durant ce mois d’aout).

    En faisant un petit retour en arrière, nous constaterons que le 22 février 2019 a été le début de l’enclenchement de la « RUPTURE RADICAL » avec le système obsolète et agonisant qui est toujours en vigueur grâce au résidus des anciens tenants du pouvoir, dont l’actuel représentant et porte-parole est cette erreur de la nature appeler gaid salah.
    N’en déplaise au fan de cet erreur de la nature, au hésitants, et même aux lâches, mais la désobéissance civil est plus que nécessaire, elle est « vital » dans la lutte que mène son Excellence le Peuple Algérien qui est désormais le Seul et Unique Souverain Légitime sage et conscient de cet état de fait indéniable aux yeux du monde entier.

    Son Excellence le Peuple Algérien sait que les tenants du pouvoir actuel son dans l’illégitimité l’illégalité et l’usurpation du pouvoir à tous points de vu quoi que puissent radoter les panels et autres. Son Excellence le Peuple Algérien sait ce que sera son avenir et celui des générations futur s’il abandonne sa lutte noble juste et légitime. Son Excellence le Peuple Algérien ne tombera pas dans les pièges de ceux qui lui sont inferieur en nombre et en compétences toute discipline et domaine confondu. Son Excellence le Peuple Algérien est appelé à être victorieux, et il le sera, car il est conscient déterminer pacifique et intelligent, contrairement à ceux qui lui font face qu’ils soient officiels ou officieux.

    Un peuple aussi formidable mérite « beaucoup » mieux qu’un système aussi fort minable.

    15
    26
    GUELLIL
    6 août 2019 - 13 h 16 min

    Message Ouvert A Monsieur Ahmed Gaïd Salah et le Gouvernement virtuel illégitime par le peuple Algérien… !

    Monsieur le Ministre de la Défense de la république Algérienne Monsieur Ahmed Gaid Sarah

    « Discuter avec qui et pourquoi…?

    Il faut bien comprendre que tous les gens qui sont aujourd’hui au pouvoir y étaient auparavant et surtout étaient pour un 5e mandat…

    Alors, qu’est-ce qui a changé essentiellement au niveau du pouvoir pour discuter, rien absolument rien…?

    C’est le 22 Février qui a fait tout basculé dans le paysage algérien. Les gens sont sortis pour réclamer le changement radical, le changement de tout le système de gouvernance…

    Alors, discuter ou dialoguer n’a plus aucun sens, et je ne me sens pas concerné, ni avec cette commission, ni avec une autre…

    Révolte algérienne : une population jeune, un système socio-économique dépassé….

    Aujourd’hui, nous sommes en phase de construction de nouveaux rapports de force, et il arrivera un moment où le rapport de force sera inévitablement en faveur du Hirak
    C’est à ce moment-là, et à ce moment-là seulement que se déclenchera le processus de changement de système de gouvernance en dehors du pouvoir actuel, et par la seule volonté du Hirak…

    Il ne faut pas s’inquiéter, le mouvement populaire avance dans le bon sens, et il y a du travail bien fait par le Hirak… »

    .Rien ne peut résister à un peuple qui a décidé de se libérer de ses chaînes.

    Algérie « Un seul héros, le peuple »

    Je puis promettre la franchise et non l’impartialité. Mais La franchise avec des convictions sincère est la meilleure arme du juste.

    La franchise ne consiste pas à dire ce qu’on pense, mais à penser ce qu’on dit. Par-contre Les menteurs et les opportunistes et les hypocrites malhonnêtes n’évitent guère la punition de leurs méfaits.

    Tromper autrui par de vaines paroles, c’est faire l’office du diable. Mais La vérité n’offense que les menteurs, les hypocrites et les sots

    Dr Ismail Guellil.

    31
    38
      mez
      7 août 2019 - 12 h 52 min

      comme d habitude on va attendre que lui aussi soit sur les béquilles et un nouveau générale lui donnera un coup de pied

      2
      3
    Anonyme
    6 août 2019 - 12 h 07 min

    Qui dicte les slogans au hirak? La désobéissance civile? Qui? Vous croyez que le peuple s’appelle la veille par téléphone et décide des slogans le vendredi, des slogans et de la désobéissance civile. « tuer le père »? le contributeur a lu quelques livres (complexe d’œdipe) sur Freud, (très contesté et lui-même mentalement malade) et décide de nous asséner cette théorie hypothétique et fausse. 250.000 morts, lors de la décennie noire. La désobéissance civile est une aberration dans le contexte actuel. Gaïd Salah, Bensalah ne sont pas nos ennemis, ils sont avant tout nos compatriotes, père de famille, citoyens. Il faut s’en prendre aux corrompus qui ont détruit toute une génération. Bouteflika a commencé le nettoyage à l’aide de Gaïd Salah (vidéos à l’appui: 2015, 2016, 2017, 2018). Les comploteurs-corrompus étaient trop puissants et on sait désormais comment et pourquoi. Il faut écrire des articles et faire des commentaires pour soutenir le dialogue qui n’est qu’un consensus, certes pas parfait mais qui ouvre une issue de sortie certaine. Notre pays a besoin de nous toutes et tous, il est énorme, l’un des plus avancé en Afrique, continuons à le préserver et à le construire. Pas d’infantileries égocentriques, SVP!!!, il y va du sort do nos enfants.

    43
    32
      Anonyme
      6 août 2019 - 12 h 51 min

      Ah ça pour être de bons pères de famille, ils le sont!! Ils vont mourir en laissant des enfants milliardaires!! à commencer par ton GS. Arrêtes ton baratin stp

      46
      37
        Anonyme
        6 août 2019 - 16 h 19 min

        Et vous, quels enfants vous allez laisser. Sûrement pas des lumières. L’argent n’est pas une fin en soi. L’intellegence est une denréecplus rare que vos milliards, chose qui vous manque cruellement. Ce n’est pas mon GS, je veux juste éviter à toi et à tes enfants, le sort des 250.000 morts.

        14
        14
        mez
        6 août 2019 - 19 h 55 min

        un jour peut-être ,leur enfants payeront aussi
        Dieu est grand,rien lui échappe

        9
        4
    Karamazov
    6 août 2019 - 11 h 26 min

    Amounavi il ne faut pas extrapoler à partir des expériences faites ailleurs dans les démocraties occidentales mais à partir de celles qui ont été tentées dans les dictatures qui nous ressemblent .

    Ceci pour dire que la désobéissance civile n’est possible et faisable qu’en démocratie.

    Outre la faisabilité de cette option , les aspects organisationnels pour un mouvement non structuré, alors qu’il faut une détermination et une organisation de commando, la première question à se poser est dans quelle mesure sera affecté le pouvoir en place pour le faire céder.

    Je dirais même que c’est le hirak qui supportera plus les contraintes et les conséquences de ce qu’il voudrait enclencher.

    Que peut faire le Hirak ?

    Ne pas payer vos factures de gaz et électricité ? Fermer Sonatrach ? et vous allez vous passer de vos voitures des transports ?

    L’exemple de la vignette auto est significatif : Personne n’a voulu être à la place de celui qui se fera attrapé et voir immobiliser sa voiture.

    On nous dit ici que l’économie du pays est déjà à genoux est quasiment bloquée du fait de la situation politique . Et le pétrole est au plus bas : 60 dollars.

    Il reste quelques 70 milliards de réserves, ils vont les retirer et vivre avec quelques deux ou trois années pendant que le hirak fini de casser sa tirelire et l’économie du pays.

    Et je ne parle pas de tous les coups que H’mida a dans son sac .

    18
    13
      Anonyme
      6 août 2019 - 12 h 49 min

      Dit il bien accroché à sa carte d’identité française, loin, très loin de l’Algerie…
      Mettre de l’huile sur le feu, attiser les braises, c’est tellement facile depuis un canapé en France..Vous seriez pire que ce que vous dénoncer, c’est sûr et certain…Je préfère encore Gaid…

      40
      20
        mez
        6 août 2019 - 20 h 01 min

        un jour lui aussi ,ton Gaid finira en prison

        8
        7
      Anonyme
      6 août 2019 - 13 h 01 min

      « …il ne faut pas extrapoler à partir des expériences faites ailleurs dans les démocraties occidentales mais à partir de celles qui ont été tentées dans les dictatures qui nous ressemblent » Le Soudan nous ressemble,il nous dépasse qu’avec son parti communiste qui a su mener les négociations avec leur junte militaire.

      12
      3
    Lyes-DZ
    6 août 2019 - 11 h 00 min

    NON FAVORABLE à l’idée da la DESOBEISSANCE CIVILE !!!
    Resistance to civil government, c’est sous cet intitulé qu’a été publié en 1849 l’essai de Henry David Thoreau le premier citoyen américain qui a théorisé la notion de DESOBEISSANCE CIVILE pour protester contre la guerre qui oppose les États-Unis au Mexique, Thoreau refuse d’acquitter ses impôts. Après avoir passé une nuit en prison, il théorise son action et invite à la désobéissance civile face aux lois injustes, son action a inspiré Tolstoi, Ghandi et Martin Luther King, mais l’ALGERIE n’est pas dans ce cas de figures !!!
    Ceux qui appellent à la désobéissance civile devraient réfléchir mille fois, elle serait sans lendemain, car actuellement le HIRAK incapable de s’organiser en force politique structurée avec un projet clair, et aussi parce que ça mettrait ses revendications légitimes en danger en bafouant son propre combat pacifique pour faire simple, une désobéissance civile pourrait être interprétée comme une forme d’expression radicale portant préjudice aux aspirations démocratiques auxquelles on y croit.
    L’Algérie a besoin cruellement de reformes qui ne se font ni avec une révolution ni avec une révolte, mais avec un dialogue et un mode opératoire, avec la désobéissance civile, tout le monde sera perdant. Le HIRAK doit rester pacifique en adoptant toujours des moyens pacifiques, le mouvement doit éviter le piège mortel qui risquerait de l’exploser en plein vol en donnant l’occasion inespérée au POUVOIR à l’anéantir définitivement, le parcours du HIRAK est extraordinaire qui suscite admiration et respect, il a inventé un concept unique les manifestations familiales, civiques, citoyennes et ludiques pour réclamer le changement de la matrice du système, il doit maintenir une pression constante, sans relâche par des grandes marches pacifiques sur tout le territoire national pour mettre fin au projet d’élections présidentielles, décidé et voulu par le pouvoir, si le HIRAK reste droit et fidèle à sa ligne de conduite initiale et animé par le même esprit, le pourvoir fera des concessions car il n’a guère le choix, personne en Algérie ayant une certaine conscience de la crise que vit notre pays ne voudra changer cette formule gagnante adoptée par le HIRAK !!!! Patience et ténacité se sont les deux mamelles du HIRAK

    20
    21
    Amergu
    6 août 2019 - 10 h 43 min

    @:_Salahdine_6 août 2019 – 8 h 05 min.

    « Le dialogue de sourds » en tant que concept, en avez-vous déjà entendu parler ou lu ?

    Le temps des Saladins, des Hamza, des Uqba, Harun Rachid, … bref des métaphores cul-de-sac, c’est terminé Monsieur ! La préférence manuelle ou manualité consiste en une tendance à utiliser de façon préférentielle l’une des deux mains lors de la majorité de tâches de motricité fine et lors des préhensions au quotidien: Elle est préférentielle mais pas vitale. Alors s’il faut amputer la main droite cancéreuse par la main gauche saine, il faut le faire. Il est question de vie ou de mort. La main gauche s’adapte à la situation, comme la révolution doit s’adapter aux discours de GS – porte parole (il lis les logorrhées qu’on lui écrit sans détacher les yeux un seul instant de ses cahiers) des caciques du pouvoir, du système, de la mafia, de la caste, … du régime algérien depuis 1962 – qui veux, coûte que coûte, se renouveler par une présidentielle dans les plus brefs délais, avec une offrande symbolique de quelques têtes – Ou-Yahia, Sellât, KouRninef, …- mais non de TliBas (protégé de GS). Une révolution s’adapte à la situation. Je fais, ici, par mesure de respect, l’économie de l’expérience soudanaise, la toute récente des voix réussie, en voie de se débarrasser de la junte militaire au pouvoir. Manque-t-il, à ce point, au pays de « un million et un million et demi de martyrs » de l’imagination pour prendre exemple sur le Soudan?

    30
    39
    Anonyme
    6 août 2019 - 10 h 28 min

    La désobéissance civile est souhaitée ardemment par le maroc, la france et les makistes, mais pas par le peuple algérien attaché à son pays. Le peuple algérien sait que ce serait le début de ce que souhaitent le maroc et la france : le chaos total.
    C’est pas par hasard que les franco marocains utilisent tous les leviers pour dégommer le commandement de l’ANP…

    Vive l’Algerie, l’ANPO, la RASD et la Palestine ! Frontières fermées à vie, expulsion des clandestins marocains et contrôle des marocains de souche qui travaillent dans les institutions étatiques !

    60
    36
      Anonyme
      6 août 2019 - 12 h 38 min

      La france, le MAK le Maroc….la désobéissance est voulue aussi par Israël, les États-Unis et par les extra-terrestres tu a oublié…

      35
      23
        Anonyme
        6 août 2019 - 12 h 57 min

        En tous les cas elle n’est pas voulue par les algériens qui vivent en Algerie et qui sont attachés à leur pays…ce qui t’exclue de facto…On ne peut réclamer la dsobéissance civile assis en France…C’est insultant vis à vis des algériens…

        41
        28
          Anonyme
          6 août 2019 - 14 h 41 min

          Tu dis n’importe quoi, je suis absolument contre la désobéissance civile, même si elle est voulue par certains algériens sincères qui ont en marre et qui veulent en finir avec ce pouvoir. Mon post, c’était pour arrêter de checher la main de l’étranger. Pour moi le 1er bénéficiaire de cette désobéissance c’est GS car je suis sûr qu’il n’attends que ça pour justifier l’intervention de l’armée. Moi je suis pour qu’on continue comme ça quelques mois, on finira par l’avoir à l’usure…Samet yaghleb Leqbih comme on dit…

          18
          17
    Anonyme
    6 août 2019 - 9 h 52 min

    Maintenant que l’ancien gouvernement n’est plus, que veut le peuple? Il ne veut rien, il aimerait se remplir lui aussi les poches, il beugle tout les vendredi, il ne veut discuté avec personne, il veut dégagé tout le monde, il ne donne aucune solution, il ne veut pas d’élection, le peuple n’est pas mûre pour la démocratie, il faut aller par étape, donc la solution c’est l’armée, il faut qu’elle fassent rentré tout ce beau monde à la maison, que les algériens commencent à bosser et préparer les élections dans le calme et la sérénité, il y va de la stabilité de l’Algérie.

    116
    61
      Lyes Oukane
      6 août 2019 - 11 h 07 min

      @ Anonyme de 9h52 . Ce que tu proposes a un nom . Une dictature militaire dans son plus bel exemple !

      Si tu aimes le gourdin grand bien te fasse mais la majorité des Algériens qui manifestent depuis 6 mois en a marre qu’on lui dicte son chemin au son du canon.

      Personne ne rentrera chez lui tant que Ahmed Salah le gaid de service n’abdiquera pas . Nous en avons déjà fait plier des plus coriaces . Tu as oublié ?

      26
      79
      Iwles
      6 août 2019 - 11 h 32 min

      Oui Monsieur elle est voulu par le Maroc en tant que peuple. Car elle symbolise pour lui l’espoir et le début de la fin du pouvoir royale par Mekhzen interposé auquel il est soumis au Vive l‘Afrique du Nord du peuple!

      17
      31
    Lghoul
    6 août 2019 - 9 h 35 min

    C’est simple: L’appel a la désobéissance civile est une salve ou une autre forme de mise en garde ou « warning » en direction des aveugle, des sourds et des autistes pour leur dire si vous croyez que vous êtes seuls, en agissant seuls et en prenant les décisions qui vous plaisent en ignorant et méprisant le peuple, on pourra facilement vous démonter en pratique, qui fait vraiment marcher le pays et son économie. Si vous oubliez qu’il y a un peuple de 42 millions et que dans vos têtes, le pays est votre propriété privée , alors faites comme bon vous semble et GEREZ le a votre façon mais sans nous. En d’autres termes, le pays et ses institutions appartiennent au peuple et en réalité, vous n’êtes ni les dieux du pays ni ses maitres; vous êtes juste des fonctionnaires normalement au service (?) du peuple et du pays comme tout le monde.

    24
    39
      Anonyme
      6 août 2019 - 10 h 31 min

      Qui es tu pour parler au nom des 42 millions d’algériens ?
      Tu parles de désobéissance civile tout en étant agrippé à ta carte d’identité française chez toi en France ?
      Tu prends les algériens pour des demeurés ?
      Je prérère encore un GS à 42 millions de types comme toi…Le premier a fait la guerre d’algerie, les seconds sont des opportunistes egoistes qui ne savent que venir piquer dans les assiettes quand le repas est servi…

      53
      30
        Rachid
        6 août 2019 - 11 h 41 min

        La vérité blesse, n’est ce pas ?

        14
        9
        Lghoul
        6 août 2019 - 11 h 45 min

        Pour la carte d’identité francaise je n’ai pas encore été misnitre de la RADP pour l’avoir car 80% d’eux. Pour ce qui est de se coller a la djellaba de GS pour paraitre nationaliste, tu me fais marrer. Pour la guerre d’Algérie de ton GS, je te prie de nous citer quelques fameuses batailles qu’il a mené au maquis. Sinon, le vrai moudjahed, pas les faux, Mr Bouregaa est toujours en prison. Et cela veut tout dire.

        30
        40
        amergu
        6 août 2019 - 15 h 03 min

        « Si c’est là la crème du FLN, je ne me fais pas d’illusions, ils tireront les marrons du feu pour quelques gros bourgeois, quelques gros politiciens tapis mystérieusement dans leur courageux mutisme et qui attendent l’heure de la curée. Pauvres montagnards, pauvres étudiants, pauvres jeunes gens, vos ennemis de demain seront pires que ceux d’hier. » dixit Mouloud Feraoun. Cette vision prémonitoire de la situation algérienne de l’après-guerre semble couler de source, quand on sait, comme tous les pacifistes, que le pouvoir acquis par la guerre ne pourra se maintenir qu’avec des militaires [ceux qui ont fait la guerre comme votre Gerd Salade, Monsieur anonyme] et que les populations civiles en seront les premières victimes.
        Quoi qu‘il en soit une personne ne peut pas avoir raison devant 42 millions de gens, mêmes si ceux-là se sont donnés, tous et en même temps, à priori le pseudonyme d’ogre (ghoul), mit à part si cette personne, Gerd Salade en l’occurrence à laquelle vous faites référence en haut, soit un prophète des temps moderne, pas un militaire avec un niveau d’instruction qu’il met en exergue dans chacune de ses interventions, presque quotidiennes en formes de logorrhées.
        Devant cette monstruosité de Gerd Salade, oui on est tous des ogres (42 millions de Ghouls) Sic! A bas les Baltaguias de votre espèce Anonyme!

        Avancez des arguments, si vous en avez!

        Sachez que l’argent que vous percevez pour ce travail de baltagui que vous faite est l’argent de ces 42 millions d’Algeriens que vous méprisez ! Vive la révolution qui s’adapte, celle qui divulgue les objectifs des logorrhées de Malade Salah et lui oppose sa sagesse, son objectivité, mais surtout sa détermination à faire aboutir la priorité du civil sur le militaire et par dessus le marché par moyens pacifiques interposés.

        Gerd Salade, lui, qui est-il pour parler au noms de 42 millions de ghouls qui le vomissent en masse chaque mardi et vendredi et individuellement chaque jour et chaque heure? Un militaire repêché par Bouteflika pour frapper les autres militaires qu’il n’avait pas sous sa coupe, qui continu de suivre la feuille de route de celui-ci, en voulant à tout près organiser une conférence nationale, puis une élection présidentielle pour perpétuer le régime en place depuis 1962. Bien à vous baltagui Anonyme voué à vivre en esclave toute sa vie.

        23
        18
        Anonyme 10h31
        7 août 2019 - 8 h 29 min

        Ce lough est juste un agent du makhzen il suffit de lire ces interventions sur l’ANP et celles au sujet du royaume enchanté où il prends bien soin d’epargner son bibendum6 …

        3
        5
    57
    6 août 2019 - 9 h 14 min

    idébizar mais cas de désobéissance civile les RÉSIDUS (a l agonie)risque de provoquer une pénurie des produits de première nécessité mieux vaut prévenir et rester solidaire

    12
    9
      mez
      7 août 2019 - 21 h 56 min

      tu crève de faim et ta peur d être un jour dans la pauvreté

      1
      2
    ABOU NOUASS
    6 août 2019 - 8 h 47 min

    Pour peu qu’elle se veuille pacifique, la désobéissance civile, est le socle même d’une révolution menée
    par un peuple mûr tel quel, et qui veille au grain contre toute tentative d’intrusion.

    Pour le reste , les compétences sont là et l’interconnexion entre les wilayas fait son travail.

    BRAVOOOOO, à cette jeunesse porte flambeau.

    22
    20
    Salahdine
    6 août 2019 - 8 h 05 min

    La désobéissance = قطع اليد اليمني باستعمال اليد اليسرى
    Le dialogue est la meilleure solution de la crise, et nous pouvons le faire.

    24
    21
      le niveau
      6 août 2019 - 14 h 06 min

      le dialogue se fait avec des gents qui pense qu’il ont fait des faute et la ont peut discuter et trouver des solutions.
      dialoguer avec des voleurs des corrupteurs tes serieus et je te rajoute que ces le moments de faire une desobeissance totale avec ces voleurs..
      j’ai jamais vue un pays ou ces ministres et hommes d’affaire son en prison ou bel kilos.
      alor kheli lahnana dialek aandek et reveille toi
      plutot reveillons-nous

      14
      7
    Anonyme
    6 août 2019 - 7 h 55 min

    Erreur d’analyse ! Vous dites : « Dans sa tête, il a «tué le père» et se considère désormais comme majeur et maître de son sort. ».
    Si on entend par « Père » de la Nation, le sens de « Chef », Bouteflika n’a jamais été un père pour l’Algérie et ne s’est jamais comporté comme tel. C’était un usurpateur et un voleur avec une bande organisée qui a pillé l’Algérie.
    Gaid Salah n’est plus un Chef non plus, il joue avec les demandes du peuple algérien pour l’établissement d’une état de droit pour tous. Un Chef n’en fait pas qu’à sa tête. Puisqu’il faut respecter les règles, Gaid Salah doit prendre sa retraite. Le respect des règlements comme par celui qui commande, sinon ce n’est plus un état algérien mais un coffre-fort en se débarrassant du peuple algérien.

    22
    36
      mez
      6 août 2019 - 10 h 57 min

      comment voulez vous que l ex président dictateur fasse quelque chose de bien à la nation,est il n est pas de souche Algérien , il est né à oujda

      13
      12
    Anonyme
    6 août 2019 - 7 h 43 min

    Pour faire plier le régime personnifié par le dictateur Gaïd Salah,tous les moyens sont bons y compris la désobéissance civile arme suprême qui fait trembler les potentats et leurs sbires.

    26
    39
      ta-race
      6 août 2019 - 11 h 43 min

      il n’est pas née en Kabylie, c’est le plus important!!

      10
      19
        mez
        6 août 2019 - 20 h 09 min

        ma race et très intelligente que la tienne
        regarde tout les pays ou vous étés au pouvoir
        dictature,vole,des meurtres,corruption,la liste est longue

        7
        5
    Brahms
    6 août 2019 - 7 h 25 min

    L’union fait la force donc il faut désobéir. Les citoyens ne sont pas des esclaves ou des serviteurs à se sacrifier tout le long de leurs vies. Où va l’argent public du peuple ? Tout est parti dans les poches d’une bande de margoulins qui se relaient sans arrêt pour puiser à l’infini dans le tiroir caisse. Les citoyens ne veulent plus de voleurs. Grève générale.

    27
    17
    Anonyme
    6 août 2019 - 7 h 22 min

    La désobéissance civile n’est pas une bonne idée. Je me pose même des questions sur les quelques personnes qui ont commencé à scander ce slogan vendredi dernier. A mon avis ils sont manipulés par ceux qui veulent pourrir le mouvement (un certain GS). Il commence à perdre son sang froid, il faut continuer à manifester pacifiquement. Il sera obligé de lacher

    23
    20
    MELLO
    6 août 2019 - 7 h 19 min

    Professeur , vous avez étalé tout un moratoire sur les positions des uns et des autres , et ce que je retiens c’est cette intronisation d’un président , chargé de mener a bon port ce bateau Algérie qui navigue au gré des vents. Cette intronisation , ne veut pas dire automatiquement une election au suffrage universelle ! N’est ce pas ? . En date du 02 Avril 2019 , un président candidat s’est retiré en annulant l’élection présidentielle du 18 Avril , pourquoi annuler l’élection ? Pourquoi le Chef d’Etat Major , qui se place aujourd’hui en chef suprême n’avait pas réagit, lui qui tient tant a cette constitution ? . Nous nous retrouvons , aujourd’hui, dans un vide constitutionnel , et le prolongement du « mandat » de Bensalah est en lui même une désobéissance Etatique . Logiquement et légalement , toutes les mesures prises par Bensalah sont anti-constitutionnelles, alors qui du pouvoir ou du hirak a engagé une désobéissance civile ? .
    Etant dans cette situation, pourquoi ne pas introniser un chef de l’Etat avec une procedure autre que ce suffrage universel ?
    Une conférence nationale , regroupant toutes les forces progressistes et démocratiques ainsi que les personnalités proches du hirak , doit se tenir en urgence , afin d’arrêter une feuille de route proche du peuple , et designer un homme ou un groupe d’hommes et de femmes qui prendront les destinées du pays jusqu’a retrouver un tant soit peu la serenite. Tous les travaux de cette conference seront suivis par le peuple , a travers une retransmission en direct par la television.
    Ecouter l’autre , c’est faire de la place a l’autre , ne pas subodorer ce que l’autre veut dire.

    11
    35
    El Vérité
    6 août 2019 - 4 h 44 min

    Le pouvoir a peur car il n’a pas la conscience tranquille,certainement il craint etre jugé et condamné comme les autres clans,impossible de fréquenter les corrompus sans bénéficié de leur spécialité mafieuse;qui a les mains propres au sein de ce pouvoir imposé,pour exemple; la majorité de ceux qui votent les lois sont élus frauduleusement;députés,sénateurs;conseil constitutionnel et autres,le pays est en danger et nos dirigeants sont inconscient;et on a pas le choix il faut sauvé notre mère patrie;nos ennemis nous guettent et a la moindre erreur ne seront anéanti,que chaqu’un met un peut d’eau dans son LEBEN et sauvé ceux qu’ils restent

    15
    12
      Ammi
      6 août 2019 - 23 h 47 min

      G Salah ressemble aux Algériens et les Algériens ressemblent à G Salah, il faut espérer un réveil de nos « « représentants « qu’ils Se débarrassent de leurs égos démesurés, de leur vision étroite,
      Leurs Alleux ont relevé des défis immenses, sera t-on capables de la même choses…c’est vrai qu’a L’époque l’accès aux responsabilités et à la chose politique était dépourvu d’avantages socio-économiques,
      Les Heures mmes étaient Intégrés,

      1
      1
    Anonyme
    6 août 2019 - 4 h 25 min

    Ça sent la fermentation en Algérie. Plus ça dure plus ça sentirait mauvais.
    Il y’a urgence, il faut des solutions tangibles.

    26
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.