RCD : «Le pouvoir en place focalise le débat sur deux fausses solutions»

Belabbas arrestation
Mohcine Belabbas est l'un des responsables de parti à avoir réagi à l'arrestation de Tabbou. D. R.

Le secrétariat national du RCD s’est réuni, en session ordinaire, ce vendredi, à Alger. A l’ordre du jour de ses travaux : «l’évaluation de l’activité des structures du parti et l’analyse de la situation générale du pays, suite à la mise en place, par les tenants de la continuité du système, d’une politique contrerévolutionnaire pour faire échec aux objectifs du mouvement populaire du 22 Février», indique un communiqué du parti.

Le RCD «se félicite de la mobilisation de l’ensemble du collectif militant du rassemblement, partie prenante du mouvement révolutionnaire», note le communiqué, en soulignant que «ce mouvement animé essentiellement par la jeunesse aspire à une rupture fondatrice d’un nouveau départ pour notre pays». Pour le parti présidé par Mohcine Belabbas, «cette rupture, revendiquée pacifiquement et réaffirmée constamment avec force, avec le système des privilèges et de la hogra, implique une refondation nationale à la mesure des sacrifices consentis et des ambitions légitimes de liberté et de progrès de notre peuple». Un nouveau départ qui «passe inévitablement par une transition démocratique qui mettra, enfin, au centre de la reconstruction de l’Etat, la citoyenneté pleine et entière des Algériennes et des Algériens», estime le RCD.

Abordant la participation du parti dans le cadre des forces de l’alternative démocratique, le RCD explique que celle-ci «procède d’un choix stratégique qui a pour but le rassemblement des forces de progrès et la recherche des conditions idoines pour la construction d’un nouveau contrat social». «Le projet de la convention nationale du 31 août 2019 est l’antithèse de la thèse qui voudrait réduire la contestation populaire à une crise de pouvoir et qui trouverait son épilogue dans l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle, saupoudrée de quelques garanties, par ailleurs, précisément, impossibles à réunir dans le cadre du système politique actuel», relève le Rassemblement pour la culture et la démocratie, selon lequel «les espaces de débats actuels procèdent de la préparation de cette convention».

«Les résolutions attendues de ce rendez-vous, programmé pour la veille d’une rentrée sociale, compliquée par les errements d’un gouvernement illégitime, visent à construire et à consolider les convergences entre tous les forums et les initiatives démocratiques qui animent majoritairement le mouvement populaire», note encore le RCD qui dénonce «la contrerévolution enclenchée par le haut commandement militaire avec ses manœuvres de division entre les enfants d’un même peuple millénaire, l’instrumentalisation de la justice pour sévir contre des manifestants pacifiques, la criminalisation de l’opinion libre et de l’action politique et la mainmise sur les médias». «Le combat pacifique, au grand jour, demeure le seul rempart contre l’arbitraire et les tentations du pire», souligne le RCD.

«Jusque-là, le mouvement populaire n’est pas tombé dans le piège de l’option de la structuration verticale susurrée çà et là par nombre d’experts. L’alternative n’est pas le choix entre cette option suicidaire, irréalisable dans les faits et qui redonnerait la main aux chantres de la présidentielle, sponsorisée par les débris du système et l’autre option qui consiste en l’absence de toute centralisation du mouvement et qui tend aujourd’hui à donner du carburant à certaines dérives gauchistes», fait remarquer le secrétariat national du parti. Pour ce dernier, «le choix de créer des divergences artificielles entre les tenants d’une présidentielle sans conditions, ni préalables avec un autre pôle du même système qui serait pour des mesures d’apaisement avant la fixation de la date d’un scrutin présidentiel ne trompe personne». «Il s’agit pour le pouvoir en place de focaliser le débat sur deux fausses solutions qui procèdent de cette même option, dans une situation de verrouillage du champ médiatique, y compris par le blocage des sites d’information», dénonce le RCD. «Dans ce dernier secteur, relève le parti, il y a lieu de rappeler que c’est toujours la famille du Président déchu qui veille à la censure, ce qui donne encore du crédit aux voix qui estiment que le 5e mandat est dans les faits en cours.»

Le RCD est convaincu que le clan «est désormais incarné par le chef de l’état-major au compte de l’ensemble du système». Un clan qui «a pour unique objectif sa régénérescence par une opération de lifting sous contrôle». Le parti en veut pour preuve «l’installation d’une commission dite de dialogue national où l’intrusion de mots d’ordre et de faux débats sur la désobéissance civile, en ce moment précis, visent à marginaliser la seule option de rupture viable, à savoir la transition démocratique et pacifique qui demeure la revendication de la majorité des animateurs et des acteurs du mouvement du 22 Février».

Pour le RCD, «le maintien des dispositifs répressifs policiers et judiciaires, le recours abusif et systématique à la détention provisoire ne peuvent être justifiés». «De même, la réhabilitation des détenus d’opinion dont les porteurs de l’emblème amazigh ou de tous ceux qui, aux yeux du pouvoir, ont commis comme délit l’affirmation publique de leurs opinions et de leurs convictions, à l’image du commandant Bouregaâ, du général à la retraite Benhadid, qui risque de mourir en prison, ou d’Ali Ghediri, ne peuvent faire l’objet d’aucun marchandage», insiste le RCD qui appelle «l’ensemble des acteurs de cette période cruciale pour l’avenir de notre pays à entendre les cris de l’Algérie profonde qui bat le pavé depuis bientôt six mois pour l’avènement d’un avenir meilleur pour les générations futures, à privilégier le devoir patriotique pour hisser notre pays dans le sens de l’histoire et à honorer les sacrifices de notre peuple pour retrouver le chemin de la liberté, du progrès et de la justice».

«La lame de fond du soulèvement populaire du 22 Février ne peut être une simple parenthèse dans la vie de la nation. Elle fait peur aux uns et impatiente d’autres. Le devoir patriotique nous dicte d’entretenir la mobilisation, d’aider à la clarification et à la construction de convergences pour l’avènement d’une transition pacifique de rupture et de liberté», conclut le RCD.

K. B.

Comment (13)

    DÉGAGE JUDAS
    10 août 2019 - 1 h 10 min

    Dégage et fait toi tout petit en rasant les murs tant qu’il est encore temps pour toi et tes suppôt .
    T’es commanditaires ne pourront rien du tout pour vous.

    17
    26
      Yiwen
      13 août 2019 - 8 h 13 min

      @DEGAGE TOI MEME JUDAS,
      Pourquoi ce ne sereait pas à toi de dégager sinistre et sombre écervelé ? Tu ne sais même pas écrire, comme ton commanditaire GS toi le doubab dont le prix est fixé à 3000 DA par jour. Vil personnage, dégage !

    Djemel
    9 août 2019 - 22 h 00 min

    Comme par hasard, ce monsieur fait figure chaque vendredi pour détourner l’attention sur lui. Est-ce qu’il veut faire de l’ombre au Hirak?

    20
    29
    Héllo
    9 août 2019 - 19 h 32 min

    Monsieur,Belabbès aux pays des aveugles les borgnes sont Rois,vous etes qu’une simple girouette des Bouteflika et leur commis Said Saadi,vous avez détruit l’Algérie avecvos pratiques mafieuse

    60
    34
    Kahina-DZ
    9 août 2019 - 15 h 49 min

    Juste une question à Belabbas:

    Qu’as tu à offrir pour le développement de l’Algérie.
    On ne reconstruit pas un pays avec des slogans creux et colorés. Donnez nous un programme concret avec des chiffres et des statistiques pour les 5-10 années à venir.
    RAS LE BOL du virtuel, du concret Monsieur on veut du concret.
    Des projets sur maquette, on en a eu à en vomir.

    42
    40
      Karim
      9 août 2019 - 17 h 50 min

      Je vous répond « RIEN », C’est un oiseau de mauvaise augure à chaque initiative pour sortir le pays de sa crise, il sort de son terrier par ordre de ses maîtres pour la déstabiliser du moins d’éssayer et ce qui me chagrine dans l’histoire qu’il parle au nom du HIRAK alors que son parti n’a aucune assise populaire.

      44
      36
      MELLO
      9 août 2019 - 19 h 59 min

      Les solutions , les programmes et autres visions pour l’avenir , existent bel et bien . Conçus par des experts de haut niveaux , les lignes de progrès sont déjà tracees. Si Mohcein fait son constat c’est parce que ce pouvoir joue au cache cache avec l’ensemble du peuple , lui qui est incapable de présenter ce programme . Depuis vingt ans deja , une dépense faramineuse de 1500 Milliards de Dollars pour nous mener dans cette impasse : impasse politique, impasse économique , impasse sociale . Aujourd’hui , par doses de menaces , ce pouvoir nous intime de nous taire. Les fausses solutions ? On en a vu et vécu.

      24
      22
        Karim
        9 août 2019 - 23 h 41 min

        Alors dans ce cas là qui publie ses programmes et sa vision pour l’avenir, fautaise tout simplement c’est un parti créer de toute pièce par les officines du DRS, pour ceux qui militent pour ce parti et qui vantent son programme et ses visions pour l’avenir qu’ils se renseignent sur les affaires de son ancien secrétaire général … ainsi que sur le financement du parti.

        11
        18
        Anonyme
        10 août 2019 - 0 h 47 min

        [email protected]
        De haut niveau ? Mohcine n’a pas ces programmes en main ? Un programme de haut niveau, pour un discours de bas niveau, illogique.
        Le seul programme de Mohcine réside dans ses réunion au maroc pour sa grande arnaque united.

        19
        17
          MELLO
          10 août 2019 - 14 h 27 min

          Affaires Autoroute Est-Ouest , Sonatrach 1 , 2 et la 3 en suspend , Khalifa bank 1 et 2 , Extension Aéroport Alger 1 , Complexes sportifs en cours, affaires …. autant de dossiers a ouvrir et a éluder sont déjà des programmes de haut niveau. Les perspectives de retrocession de tous ces détournements nécessitent une grande maturité économique et juridique .

          7
          5
      BABORD
      9 août 2019 - 23 h 32 min

      kahina-dz, vous devriez en prime abord aller questionner ceux qui ont pillé et dilapidé le pays sans que personne n’ait daigné lever le petit doigt de la main ou du pied. Le RCD et la région dans laquelle nous tous nous l’avons enfermé se sont soulevés et ont donné des programmes politiques et économiques depuis 1963 pour la Kabylie et 1992 pour le RCD. Alors Mme, avant de blâmer Mr Bélabes, ayez le courage de vous regarder dans un miroir.
      NB: J’ai jeté ma carte d’adhérant au RCD au lendemain des élections législatives deux semaines après l’avoir acquise, et ce pour des raisons d’affinité idéologique.

      11
      9
      Anonyme
      10 août 2019 - 8 h 19 min

      De toute façon il ne pourra JAMAIS faire pire que Boutef que beaucoup ici ont soutenu. il y a 20 ans Boutef c’était un vrai Algérien fort avec une grande expérience contrairement à Said Saadi qui est un vendu Hizb frança etc… le résultat on le voit, maintenant ils accusent Boutef d’être un Hizb Franca!!! Je ne sais pas si le RCD a le meilleur programme par rapport aux autres partis démocrates, mais je soutiendrai toujours tous les partis qui prônent la démocratie. Je n’irai pas vers les partis islamistes ou FLNo-cachiristes. Il ya 3 camps, moi j’ai choisi le mien

      22
      8
      mezouad
      11 août 2019 - 4 h 08 min

      Il est algerien c sont droit de dire ce qu’il veut, Parceque votre Gaid l »illettré a grand programe

      5
      4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.